Traces de villes en guerre – Bloch 1944

En lisant les “Carnets de guerre” de Jonathan Littell dans M le magazine du Monde du Samedi 16 juillet 20221, j’ai immédiatement pensé au séjour de Jean-Richard et Marguerite Bloch à Leningrad en juillet-août 19442.

Le siège était levé depuis le 27 janvier et, dès février, les Bloch avaient demandé un propousk (laissez-passer) pour s’y rendre. Ils vont finalement y passer quelques jours entre le 26 juillet et le 3 août, après que Pierre Cot, missionné par la France libre, ait aussi fait ce voyage.

L’écrivain a laissé plusieurs traces de ce voyage.
Il y a d’abord ses Commentaires pour “Radio-Moscou” (en fait, à cette date, il travaille directement pour l’informbureau qui dépend du Ministère des affaires étrangères de l’URSS, le Komintern ayant été officiellement “dissous” en 1943). Mais il y a peu de choses sur Leningrad, et rien dans son ouvrage posthume De la France trahie à la France en armes, où l’accent a été mis sur les discours sur la France, plus que sur l’URSS.

Il y a ensuite son agenda où il consigne tous ses faits et gestes, en notant parfois des bribes de conversations. Il y a également les articles publiés dans la presse soviétique, et en particulier cet article ou cette conférence de Marguerite Bloch sur le jardin d’enfants3. Il faudrait puiser dans les archives soviétiques en vérifiant s’ils n’ont pas été filmés pour les actualités. Il faudrait aussi trouver le rapport qu’il a sans doute fait à son retour à Moscou.

Jean-Richard Bloch, De la France trahie à la France aux armes. Commentaires à Radio-Moscou, Editions sociales, 1949.

Dans les notes de son agenda, il donne cependant rarement ses impressions, mais on sait qu’il arrive avec une gastro-entérite et que, pour lui, les premiers jours se passent surtout à l’Astoria, ce grand hôtel où on les a installés (il y a évidemment plus de touristes à cette date). On connait aussi toutes ses déambulations dans la ville et dans les environs, et les noms des personnes qu’il a rencontrées, le plus souvent très officiellement, même si on ne sait pas ce qu’ils se sont dit.

On pourrait presque croire à un séjour touristique classique à quelques signes près. Maguite se rend en effet dans un jardin d’enfants (visite féminine par excellence dans le système soviétique de l’époque), et ils vont sur les îles et voir Tsarkoïe selo. Mais le palais a été lourdement bombardé et même pillé, la résidence et son parc ayant été occupés par les Nazis en septembre 19414.

La salle de bal du palais à Tsarkoïe Selo en 1945. © artcorusse

On ne peut donc que deviner les ruines, les affiches de propagande de guerre, ou la présence du système de défense de la ville, en comparant les notes de l’écrivain avec le récit qu’il a fait pour la radio ou à l’iconographie connue de cette période…

On est bien encore dans un monde en guerre, même si la ville n’est plus assiégée. En effet, ils visitent avec Vichnievski, le correspondant de la Pravda à Leningrad qui leur sert d’interprète5 le tout récent Musée des trophées6 et de la défense de Leningrad. Ils se rendent aussi sur la ligne de front (le Front de Leningrad est dissous le 24 juin 19457 ), et, le jour de leur départ, le 3 août, ils visitent en “jeep”, sans doute américaine, la forteresse Pierre et Paul et le quartier Kirov, avant de reprendre le train de 17H00 pour Moscou.

©Rachel Mazuy

© Vladimir Alexandrovitch Serov (1910-1968), Nous avons défendu la ville, et nous la reconstruirons, affiche de propagande 1944

En voici un petit extrait 8 :
“29 [juillet 1944] : Samedi
Allons à Pouchkine (Tsarskoïé Siélo) avec Lirharev, Gourtzev, Olga Konstantinovna. Après le dîner, avec Lirharev et Prokofieff a [ ?] studio d’actualités de Leningrad. Vu « La lutte pour Leningrad » et les dernières actualités (c. Soloblef).
Prise de (… )*

Dimanche 30 [Juillet 1944]
En voiture sur les ch. de bataille de l’isthme Carélien jusqu’à la 2e ligne finlandaise. Avec Lirharev et sa femme, Vichnievski152, Olga Konstantinova et Rosen. Rentrés à 19h. JUIL- AOUT 31 Lundi Eté au musée des trophées et de la défense de Leningrad avec Vichnievski et Sonia. Le soir à l’Union des Ecrivains. Entre deux Maguite et moi à pied pr la ville.
Prise de (…)
Prikaz (…)”9.
©Jean-Richard Bloch

  1. Jonathan Littell, “de Kiev à Boucha. Carnets de guerre de Jonathan Littell”, publié en ligne le 15 juillet 2022 et dans M, Samedi 16 juillet 2022, p. 32-41 – https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2022/07/15/de-kiev-a-boutcha-les-carnets-de-guerre-de-jonathan-littell_6134847_4500055.html []
  2. BNF, Fonds Jean-Richard Bloch []
  3. BNF, NAF 28222 (71), Articles, allocutions, conférences durant son séjour en URSS, F. 101, “Marguerite Bloch. Une maison d’enfants à Leningrad, 2 août.”. []
  4. La reconstitution de la chambre d’ambre du palais Catherine est achevé en 2003 seulement, avec quelques fragments originaux. Elle participe aujourd’hui à la glorification du passé russe et soviétique par le pouvoir. []
  5. Vselovod Vitalevitch Vichnevski (1900-1951). Auteur et dramaturge, scénariste de films soviétiques. Il est surtout connu pour sa pièce La Tragédie optimiste (1933). Après juin 1941, il se distingue notamment pendant le siège de Leningrad comme combattant et correspondant de presse pour la Pravda. Il fait partie de ceux qui accueillent les Bloch à la gare à leur arrivée en URSS en 1941 []
  6. constitué avec des objets et des oeuvres d’art ramenés d’Allemagne et des territoires anciennement annexés, au fur et à mesure de l’avancée de l’Armée rouge, pour compenser les destructions opérées par les nazis pendant leur occupation des territoires soviétiques []
  7. En juin 1944, le front de Leningrad et la flotte de la Baltique mènent une opération – Vyborg, contre les troupes finnoises. Les armées allemandes restent par ailleurs stationnées dans la poche de Courlande jusqu’à la toute fin de la guerre. []
  8. BNF, NAF 28222, NAF 28222 (89) Agenda soviétique 1944 []
  9. Bloch note tous les jours les villes reprises ou conquises par l’armée rouge, ainsi que les arrêtés – prikaz, pris par le pouvoir soviétique []