Souvenirs Soviétiques – un peu d’ego-histoire

En travaillant sur un article sur les objets ramenés d’URSS par les voyageurs français, j’ai cherché dans mes souvenirs, en tentant de me mettre en position de témoin.
Qu’est-ce que j’avais personnellement ramené de mon premier (et unique) voyage à l’époque de l’URSS ?

Ce voyage, datant de 1986, empruntait par certains aspects à ceux des voyageurs que j’allais étudier quelques années après, même si l’URSS de la Perestroïka avait évidemment profondément changé par rapport à celle que “mes voyageurs” de l’entre-deux-guerres avaient rencontrée.

Carte postale soviétique – Aéroport de Pulkovo à Leningrad en 1989 (site soviet postcards).

Ainsi, il s’agissait d’un voyage de groupe et j’étais évidemment passée par France-URSS pour me rendre 15 jours à Leningrad pendant les vacances de Pâques. J’étais alors en deuxième année de Sciences Po à Paris. La majorité de notre groupe était constituée par des élèves de première d’un lycée parisien (lequel ? Buffon ?) et de quelques jeunes adultes comme moi. Cela nous avait valu une ou deux séances d’informations avant le voyage, au siège de France-URSS à Paris rue Boissière, une adhésion obligatoire à l’association, et un abonnement au magazine, dont j’ai conservé des numéros.

France-URSS magazine, septembre-octobre 1986, ©RM pour la photographie.

C’était un séjour linguistique avec une matinée consacrée à des cours de russe et des après-midi pour des visites “touristiques”.

Certaines des questions que j’ai essayé de soulever plus tard dans ma thèse, étaient sans doute plus ou moins consciemment reliées à cette expérience personnelle du voyage.

Carte mentale de l’URSS avant le voyage :

Carte de l’URSS, 1982. Tirée à 400.000 exemplaires. ©RM pour la photographie.

Ainsi, j’avais parfaitement conscience de partir en URSS avec une véritable carte mentale déjà existante. Sur quoi se fondait ma connaissance de l’URSS avant le voyage ? Les lectures dans les deux langues, liées à des années d’étude du russe dans le secondaire, puis à ma formation à Sciences po (ou comment passer de l’étude de Lermontov, Gogol ou Essenine à celle de la Pravda ou des Izvestia); des films bien sûr, vus au Cosmos rue de Rennes à Paris pour certains1; des concerts (Okoudjava dans un café-concert de Montparnasse), quelques repas dans des restaurants russes ou caucasiens. Était-ce en fait plutôt après ce voyage, pour en pérenniser le souvenir.

Il y avaient aussi eu quelques rencontres avec des Russes émigrés en France, notamment une amie de ma soeur aînée, dont le père médecin assez âgé, roulait encore les r, et parlait avec un très fort accent. Je pense qu’il faisait partie de la première émigration après la Révolution. Un peu plus tard, cette incroyable rencontre avec la grand-mère russe d’un ami de Sciences po dans un immeuble du 16e arrondissement. Elle avait elle bien émigré juste après la Révolution, puis fondé avec son mari une parfumerie à Paris. Elle nous racontait aussi, comment elle avait reçu son petit-neveu (?), le cinéaste Andreï Kontchalovsky qui, complètement saoul, avait dansé jusqu’aux petites heures du matin chez elle, y compris sur sa table de cuisine…

France URSS magazine, op. cit., p. 2°, ©RM pour la photographie.

Et puis, il y a d’autres images russes. Celles également liées à l’émigration russe de mes passage devant la librairie de la rue de la Montagne Saint-Geneviève en allant au lycée Henri IV le matin entre la première et l’hypokhâgne, par exemple. J’allais en fait plus souvent acheter des livres à la librairie du Globe, rue de Buci, tout simplement parce qu’ils avaient les auteurs soviétiques qu’on n’avait de temps à autre la chance d’aborder à Sciences po (La Queue de Vladimir Sorokine m’a ainsi beaucoup marquée)…

Ces souvenirs se mêlent à ceux de mes enseignants de russe (tous a priori français “pure laine”, comme on dit en québécois – qu’est-ce qui les avaient conduit à cet enseignement ? Je me suis posée la question par la suite quand j’ai un peu travaillé sur des slavisants2 ).

Je n’ai pas l’impression d’avoir eu des enseignants qui avaient choisi cette langue pour des raisons politiques, aussi bien à Dijon (lycée Carnot), qu’à Paris (Henri IV).
En Bourgogne, je me rappelle en particulier de cette jeune femme brune avec une couette, parfois deux, toujours vêtue d’une blouse blanche, et qui était “souvent” en congé maternité (elle a dû avoir ses 3 enfants entre ma 6e et ma seconde). Elle sortait un petit magnétophone d’une boîte de Nesquik quand on était en laboratoire de langue et, sans être politisée, c’était une inconditionnelle de la Russie qu’elle soit russe ou soviétique.

Beaucoup d’autres petites cailloux mémoriels ont donc forgé chez moi, entre 12 et 22 ans, des représentations de la Russie (impériale) et de l’URSS, dont ce voyage fait évidemment partie .

Un voyage en URSS en 1986 :
Ce séjour m’a confrontée à l’URSS des débuts de la Perestroïka, celle pour les étrangers notamment, avec le souvenir pêle-mêle de la plomberie de l’hôtel Europe d’où sortait difficilement une eau bruyante, sulfurée et jaunâtre; ou celui des gardiennes d’étages aimables comme des portes de prison, qui enregistraient nos entrées et sorties des chambres, y compris la nuit.

Étiquette de bagages datée des années trente – sur travel brochuregraphics.com

Mais à cet espace très central et touristique, j’ai ajouté celui des immeubles de la périphérie de la ville (les fameux grands ensembles de brique ou de béton développés à partir des années 1960 et qu’on appelle Khrouchtchevka (Khrouchtchevki au pluriel) ? Nous y avions passé plusieurs soirées avec une amie française rencontrée à ce moment-là et perdue de vue depuis. En effet, nous avions vite fait la connaissance de deux jeunes Russes, qui étaient étudiant en chimie pour l’un, mécanicien pour le second (il était en passe de se marier et d’émigrer aux États-Unis).

Extrair du journal “panoram de Leningrad” N° 6, 1988,вырезка из журнала “Ленинградская панорама” (№6/1988 г.) sur le site domavspb.narod.ru

Le premier n’étudiait en fait pas vraiment, pas plus que le second ne travaillait dans un garage. Ils venaient d’horizons sociaux différents (classe ouvrière pour l’un, famille d’ingénieurs pour l’autre), mais ils connaissaient tous les deux Flaubert ou Victor Hugo… Ils faisaient du trafic sur le marché noir avec leurs amis (je n’avais jamais vu boire autant de cognac en une seule soirée de ma vie que durant ces deux ou trois soirées passées dans un petit appartement rempli de jeunes Soviétiques). Le souvenir du frigidaire de cet appartement presque totalement vide, hormis du caviar et quelques cornichons marinés (molossols), me reste aussi encore en mémoire. Dans ces quartiers non centraux qu’on rejoignaient en métro puis en bus, ou en “taxi sauvage”, les banderoles, les slogans, les murs peints de la propagande accompagnaient notre trajet. Encore vivante elle aussi, est la réminiscence du couloir et de de la cuisine communautaire d’un vieil appartement du centre, aussi haut de plafond que ceux des Khrouchtchevki étaient bas. C’est en fait là qu’était enregistré l’étudiant avec sa mère et sa grand-mère me semble-t-il…

Non loin de l’hôtel Europe, place Pouchkine, se côtoyaient en effet à l’époque des jeunes trafiquants (qui échangeaient des roubles contre des devises étrangères à un taux nettement plus avantageux que celui proposé par les lieux officiels de change), et des Soviétiques qui voulaient pratiquer une langue étrangère avec des touristes. Cela se savaient, on allait pour ça sur les bancs aux pieds de la statue de l’écrivain.

Photographie issue du site kultoroligia.ru liée à des photographies d’un voyage anglais effectué en 1985, pendant l’hiver.

Je me souviens aussi du panneau indiquant en russe à l’arrière de l’Ermitage que cette entrée était réservée aux groupes étrangers (nous évitant ainsi la longue queue devant le musée)…

Et puis il y a la foule sur la Perspective Nevski encore en manteau d’hiver; ou le métro bondé dont l’odeur corporelle racontait des histoires de cuisine où le chou prédominait encore, et où le “savon occidental” était pour beaucoup une denrée rare. On s’y arrêtait pour manger ces cornets de glace à la vanille qui étaient toujours dans des cartons posés à même le sol, du fait d’une température encore hivernale… Les vêtements, les accessoires, la corpulence, les visages, tout cela me semblait très différent de la foule beaucoup plus cosmopolite que l’on pouvait croiser dans les différents quartiers de Paris que je fréquentais.

Photographie issue du site kultoroligia.ru liée à des photographies d’un voyage anglais effectué en 1985, pendant l’hiver.

J’ai aussi en mémoire les deux femmes médecins appelées pour moi à l’hôtel, car dans nos pérégrinations j’avais réussi à attraper une légère angine. J’ai longtemps gardé quelques comprimés jaunes et roses dans du papier jauni avec des inscriptions en russe.

Plus spécifique à mon voyage qu’au quotidien des touristes (mangeant le plus souvent dans les restaurants d’hôtels) ou plus encore de celui des Soviétiques ordinaires, je me rappelle des multiples restaurants, cafés (évidement le café Pouchkine qui pour moi était meublé de fauteuils verts ?) et autres lieux de divertissement, où nous avaient conduit nos jeunes amis. Ils ne faisaient jamais la queue puisqu’ils connaissaient tous les vigiles à l’entrée de ces établissements. La première fois que j’ai écouté Sting (Russians), c’est sur un bateau-restaurant musical sur la Neva (sans doute le Volga-Volga, mais je n’ai pas retrouvé son histoire) ! Ce n’était pas des disques avec une sono qui accompagnait le repas, mais un orchestre qui jouait cette chanson américaine…

Bien sûr, j’avais pu voir aussi des magasins d’alimentation d’État mal approvisionnés, et les comparer avec l’abondance de produits des marchands kolkhoziens où nous avaient entraîné nos amis trafiquants. C’était un peu comme des “images en vrai” de ce que j’avais lu dans les articles de presse qu’on étudiait à Sciences po sur les pénuries, le système d’approvisionnement, ou dans le petit roman de Sorokine .

Je n’ai pas beaucoup d’images du Croiseur Aurore. J’en ai un peu plus des ponts suspendus de la Neva (qui devaient rester levés car le fleuve était encore en partie sous les glaces), et j’ai encore en tête les bords de la Baltique (nous avions changé d’hôtel pour le Pibalticheskaïa au cours du séjour) et les canaux encore en partie gelés eux aussi.

Hotel Pribalticheskaïa qui, comme son nom l’indique, se trouve au bord de la Baltique. Carte postale de 1982 – site de vente philatélique.

Bien sûr, nous avons visité la forteresse Pierre-et-Paul et les cellules des décabristes, tout comme le musée de la Grande Guerre patriotique, l’un des rares musées, avec l’Ermitage, le musée russe et la Musée maison-musée de Dostoievski, dont je me souviens, puisque nous avions assez vite après notre rencontre avec des Soviétiques, largement séché les visites guidées, voire certains cours le matin…

Le bureau de Dostoïevsky dans la maison-musée de l’écrivain – site d’une agence touristique spécialisée sur la Russie (Russie autrement).

Je me souviens quand même de ce débat ubuesque organisé dans l’hôtel, dont je ne connais plus le thème principal. Après une question gênante, soit sur le passé stalinien, soit sur les impasses de l’économie soviétique, le responsable (Intourist, URSS-France, universitaire ?) était parti sur un long discours sur la production de bicyclettes soviétiques.

Je me souviens de notre jeune professeure de russe que j’avais prise au dépourvu en évoquant la collaboration avec l’occupant nazi d’une partie de la population ukrainienne ou biélorusse pendant la “Grande Guerre patriotique”. Sur le coup, elle était restée interloquée, mais le lendemain, elle m’avait amenée 5 ou 6 ouvrages, pour me prouver que ce que je disais ne tenait pas la route, et que le grand peuple soviétique avait résisté tout entier contre l’envahisseur fasciste…

Dans mon souvenir, peut-être relu par mes centres d’intérêts et mes travaux ultérieurs, la Grande Guerre patriotique prenait une grande place dans le discours qu’on nous tenait, notamment lors de la visite de musées. Nous avions vu, malgré nos échappées, le palais de Peterhof, situé à 25 km du centre, avec un long passage obligé sur l’histoire de sa reconstruction après les destructions des “fascistes”… Peut-être était-ce dû également à tous les uniformes qui parcouraient la ville (militaires confirmés ou les nombreux étudiants des académies militaires de la région de Leningrad).

Je me souviens de manière plus incongrue (ce n’était pas avec le groupe) de “Divorce à l’italienne” ( doublé en russe) qui passait dans une salle de cinéma de la perspective Nevski, non loin de la belle gare de Finlande. Je me suis encore mieux rendue compte après coup en le revoyant, que des scènes avaient été coupées (pruderie soviétique oblige) pour un film italien datant de 1961.

Je me souviens aussi de l’odeur des toilettes du restaurant où nous nous étions arrêtés en chemin pour Veliki-Novgorod (visites de monastères et d’églises en bois)… Les garçons français étaient venus dans les toilettes des femmes, visiblement un peu plus supportables pour notre perception occidentale.

Carte postale “Petrodvoretz – Palais de Pierre en traduction littérale, sur un site de vente (oldpostacrds).

L’autre parallèle que je pouvais donc poser dès le départ dans mes réflexions de thèse, était ce mélange étatique (Intourist) de tourisme empruntant à l’histoire (avec une construction mémorielle qui m’avait évidemment passionnée) et de politisation des lieux visités, même si nous n’avions pas eu droit aux usines, aux crèches, aux sanatoriums… Par contre, les emplois du temps très fournis étaient bien là, même si ce n’est pas pour voir “l’envers du décor” que j’avais tenté d’y échapper en partie. Pour les touristes, il y avait aussi les longs repas servis dans les hôtels (aujourd’hui je ne pourrais sans doute plus loger à l’hôtel Europe…), que j’ai retrouvé dans des récits de voyage. Dans le coin, un orchestre accompagnait toujours en musique le service. A quel moment les voyageurs étrangers ont vu arriver les eaux gazeuses et ferrugineuses du Caucase sur leurs tables ? En 1986, elles étaient bien là, et on ne faisait pas boire de l’eau du robinet aux touristes me semble-t-il.

Qu’avais-je donc ramené de Leningrad à l’époque ?
Tout d’abord une ou deux pellicules de photographies développées en France, qui ont aujourd’hui un peu jaunies dans l’album que j’ai ensuite constitué. On ne les faisait plus développer sur place et nous n’étions pas une délégation photographiée sur toutes les coutures.

Des prospectus, des billets de concerts, de musées, de théâtre (le Mali théatre, déjà dirigé par Lev Dodine, je crois). Est-ce qu’on était allé au Kirov ? Je ne pense pas.
J’ai même rapporté des emballages de bonbon, même si je n’ai pas fait de tous ces bouts de papier un craft book, comme celui réalisé à partir des artefacts d’un premier voyage américain, l’été qui a suivi. Beaucoup de ces documents se sont perdus de ce fait.

Photographie issue du site kultoroligia.ru liée à des photographies d’un voyage anglais effectué en 1985, pendant l’hiver.

Bien sûr, j’avais aussi acheté des livres à Dom Knigi, la grande librairie de la perspective Nevski, et des albums de cartes postales, acquis notamment dans les musées. Les prix des produits culturels me permettaient, même avec un tout petit budget, de repartir avec une valise pleine (et sans doute 30 ou 40 kilos de bagages autorisés à l’époque sur Aéroflot).

En haut : album de cartes postales de Leningrad. En bas : Musée russe d’État et Musée de l’Ermitage. ©RM pour la photographie.

J’ai aussi ramené quelques disques de musique classique, qui ont rejoint la collection entamée en Hongrie, 5 ans auparavant. Ils étaient bien Made in USSR, avec leur tirage indiqué au verso, le nom de l’usine de fabrication liée au patronyme d’un dirigeant soviétique, et leur odeur très spécifique, mélange d’eau de javel et de fromage (un chimiste saurait sans doute m’expliquer pourquoi des années après, en ouvrant les boîtes contenant plusieurs disques, l’odeur persistait encore). Et dans ma valise, on trouvait aussi au retour tout un tas de petit pin’s, dont celui-ci venant de Novgorod.

Epingle (pin’s) Novgorod – site de vente en ligne.

J’ai aussi soigneusement rangé une tasse et sa soucoupe de l’usine de porcelaine Lomonossov, l’un des modèles les moins chers et les plus connus (développé à partir de 1949, a priori), qui existe toujours, et dont j’ai pu faire racheter un exemplaire quand ma mère me l’a cassée, une ou deux années après.

Aujourd’hui, elles s’achètent aussi en ligne sur le site de la fabrique de porcelaine qui a retrouvé son ancien nom de “Manufacture de porcelaine impériale”, tout en gardant aussi le nom du scientifique Lomonossov, le fondateur de l’Université de Moscou, qu’on avait attribué à l’usine en 1925. On le trouve aussi dans des boutiques russes ou des boutiques de musée, mais pas tout à fait au même prix que celui pratiqué en 1986… 3.

Contes illustrés par Ivan Bilibine, édition de 1986. Sur un site de vente.

Des albums de coloriage, des livres de contes, notamment avec des dessins de Bilibine, des livres de poèmes et peut-être des romans, mais aussi des cartes historiques sur les batailles de la grande guerre patriotique, qui, fragiles, n’ont pas résisté aux déménagements successifs.

Publicité pour les Beriozkas de Leningrad, sur fickr. La Beriozka la plus importante dont je me souviens était en face du Pribaltichevskaia.

J’avais sans doute acheté une ou deux petites matriochkas pour les donner. J’ai toujours la petite calotte que je crois ouzbek (les spécialistes me diront si je me trompe), très colorée, et trouvée dans une bériozka4 .

©RM pour la photographie

Je ne me souviens pas d’avoir ramené des produits alimentaires cette fois-là… Avec cette amie française, avec qui j’ai commencé une licence de russe à la Sorbonne par la suite, je me souviens par contre d’avoir cherché partout des K7 audio de Vissotsky, Okoudjava ou d’Alla Pougatcheva… Les “bardes” plutôt que le rock soviétique de Viktor Tsoï, que je ne découvrirai que quelques années plus tard !

Bien sûr, tous ces “objets”, ces artefacts, pour ceux qui ne se sont pas perdus ou ont été abîmés par le temps, se sont mêlés à ceux ramenés plus de dix ans après, à la fin d’un séjour de trois ans à Moscou, dans ce qui était devenu la Russie. Il est donc possible que certains de mes souvenirs se soient mélangés malgré tout…

Annexes : J’ajoute quelques liens vers des photographies parfois prises par des voyageurs étrangers de cette année 1986 :
– https://visualhistory.livejournal.com/377059.html (1986 – voyageur suisse).
– https://zen.yandex.ru/media/andreyvasiliskov/progulka-po-leningradu-1986-goda-issleduem-gorod-po-starym-fotografiiam-5fb2323ef2466e181072d724 – Promenade à Leningrad en 1986 (en russe, mais on peut basculer en traduction google).

On peut y ajouter cet article de Dominique Thoirain, fondé sur des séjours soviétiques chez l’habitant pendant la Perestroïka : Dominique Thoirain, « Chez l’habitant, ou… de l’URSS à la Russie (1990-2015) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 138 | 2018, 139-149.

Ainsi que les beaux récits de souvenirs de slavisants qui ont séjourné en URSS ou sont nés soviétiques. Ils ont été mis en ligne par l’Institut d’Études slaves en 2018 sous le titre de Mon URSS : http://institut-etudes-slaves.fr/mon-urss/

Gérard Abensour – Mon URSS

Michel Aucouturier – Mon URSS

Beaune-Gray-Mon URSS

Beauvois-Autobiographie-Organon

Françoise de Bonnieres – Un an en URSS

Alexander Bourmeyster – Mon URSS

Jean Bressolette – Mon URSS

Paul Castaing – Stagiaire à Moscou

Marie Erastov – Mon URSS

Elisabeth Gardaz – Deux textes

Régis Gayraud – Voyage en URSS

Françoise Gonneau – Mon URSS

Eliza Malek – Ma première rencontre avec l’URSS (en russe)

Olga Medvedkova – Mon URSS

Michel Niqueux – Mon URSS

Geneviève Piron – Mon URSS

Jacqueline de Proyart – Mon URSS

Jan Wawrzyńczyk – Nie palę Moskwy



  1. Samier Julien, « L’aventure Cosmos. Distribution du cinéma soviétique en France entre 1978 et 1986 », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, 2012/1 (N° 35) []
  2. Cf. la thèse de Sandra Dominique, Le russe dans l’enseignement supérieur en France, de l’entre-deux-guerres à la fin des années 1970. Enjeux institutionnels, disciplinaires et politiques, sous la direction de Sophie Coeuré, Université Paris VII, 2020 []
  3. Une partie de la production est d’ailleurs aujourd’hui produite en France, depuis la prise de contrôle par Lomonossov du groupe français Deshoulières []
  4. Nom donné aux chaînes de magasins destinés aux haut-fonctionnaires, aux touristes étrangers, et dans la dernière période aux Soviétiques qui avaient les moyens. Dès le départ, elles doivent ramener des devises étrangères dans les caisses de l’Etat soviétique. Cf. https://cturss.hypotheses.org/269 []

Errata dans “André Claudot. La Couleur et le siècle” Editions In Fine et Musée des beaux-arts de Dijon

La monographie sur André Claudot (André Claudot. La couleur et le siècle), liée à l’exposition qui s’est tenue durant l’été 2021 au Musée des Beaux-arts de Dijon et parue cet été aux éditions In Fine/ Musée des Beaux-arts de Dijon, a représenté plus d’une année entière de travail de rédaction (8 mois), de révision, de mise en page, de travail graphique sur la maquette (5 mois)… Auparavant, c’est aussi plus de deux ans de travail de recherches, ainsi que de travail sur la scénographie de l’exposition et sur le synopsis de l’ouvrage.

En janvier 2021, le manuscrit proposé avait dû être complètement repris, car l’abécédaire était beaucoup trop long (je suis passée de 440.000 caractères à 220.000 caractères), même si le Musée des Beaux-arts de Dijon a généreusement accepté le financement de 50 pages supplémentaires, essentiellement consacrée à l’abécédaire.

J’ai découvert à cette occasion le travail passionnant avec la graphiste (Élise Julienne) aidée par l’équipe du Musée (Jessica Watson et Virginie Barthélémy), et celle des éditions In Fine, ainsi que les aléas divers et variés qui peuvent jalonner ce parcours éditorial. J’ai perçu l’importance des images en HD, qui vous obligent par exemple à reprendre l’iconographie initialement proposée par les auteurs des essais. J’avoue qu’au départ, quand nous avions fait une demande très tardive au musée Cernushi, j’étais un peu inquiète de l’optimisme de Jessica Watson, vu les délais que nous avions. Mais c’est elle qui avait raison. Nous avons obtenu en quelques jours une reproduction d’une oeuvre de Lin Fengmian, qui était finalement encore plus adaptée au propos de l’auteur (p. 45). Quant à l’oeuvre de Claudot sur la page adjacente, il suffisait de récupérer la reproduction du noir et blanc du catalogue de l’exposition chinoise de la galerie Barreiro en 1931, pour remplace la version couleur, par une numérisation de la MSH de Dijon.

Rachel Mazuy, Jessica Watson (dir.), André Claudot. La couleur et le siècle, Éditions In fine/ Musée des Beaux-arts de Dijon, 2021, p. 44-45.

J’ai aussi ressenti le stress, quand on attend une image depuis deux mois, et qu’elle n’arrive que 4 jours avant la date fixée pour l’envoi du BAT…
A ce sujet, ma petite expérience me fait écrire que les musées sont beaucoup plus réactifs que certaines grosses bibliothèques (ils savent très bien qu’ils peuvent avoir besoin les uns des autres, alors qu’à la BNF par exemple, le service qui s’occupe des reproductions n’est pas le même que celui qui s’occupe des expositions). C’est en particulier la reproduction d’un dessin de presse du Libertaire (pourtant déjà numérisé), qui nous a valu des sueurs froides… Un quiproquo a d’abord fait arriver la reproduction de la page, au lieu de celle du dessin. Ensuite, 4 jours avant le départ du BAT, nous recevons enfin la bonne image. Et on s’aperçoit avec horreur, qu’elle est barrée de traits de couleur bleue ! Rien de bien grave au final, mais…

Rachel Mazuy, Jessica Watson, André Claudot. La couleur et le siècle, In fine Éditions d’art/ Musée des Beaux-arts de Dijon, 2021, p. 72.


Et bien sûr, il y a eu aussi les aléas du confinement, qui nous ont contraints à renoncer à une oeuvre qui se trouvait en région parisienne, alors que son propriétaire, identifié tardivement, était confiné en Provence… Les confinements successifs expliquent aussi que j’ai terminé (même si en fait, ce n’est jamais vraiment terminé) mes recherches à Dijon pendant le montage de l’exposition, donc après l’envoi du Bon à tirer (BAT). Beaucoup de personnes, citées dans les remerciements du livre, ont accompagné ce périple.

Nous avons aussi dû travailler avec 3 correctrices successives. Au total, entre janvier et mai, ce n’est pas moins de 10 versions qui ont circulé jusqu’au bon à tirer. Et dans ces allers et retours de fichiers numériques (j’ai malgré tout conservé un fichier papier, mais le temps de l’envoi, même par coursier, rendait plus simple la lecture sur fichier pdf), certaines de mes corrections, souvent liées à la relecture d’autres spécialistes, n’ont pas toutes été intégrées.

Quelle sueur froide, la veille de l’envoi du BAT, quand je me suis aperçue qu’un bout de phrase liée à la version longue de la notice, était restée insérée dans une autre, devenue de ce fait, incompréhensible.

Et puis, il y eut les erreurs découvertes au moment de l’accrochage des oeuvres… Celles-ci concernent le plus souvent la datation des tableaux et des oeuvres graphiques.

Aussi, voici une liste d’errata qui augmentera sans doute encore avec le temps et d’autres relectures…

Quelques erreurs de dates dans le catalogue des oeuvres :

1. – Carrefour à Pékin, 1927-1932 (p. 198) :
Au moment de l’accrochage la toile, lors du montage de l’exposition , je découvre qu’elle a en fait bien été commencée à Pékin en 1927, même si elle est achevée à Paris en 1932, comme la plupart des grands formats liés à la Chine. La plupart ont d’ailleurs été composés entièrement à Paris.

André Claudot, Carrefour de Pékin, 1927-1932, Huile sur toile, ©DR, ©François Jay/ Musée des Beaux-arts de Dijon, collection particulière. Ci-dessous, détail au revers de la l’oeuvre, ©RM.

2. – Carreau de mine de charbon, 1925 (p. 228) :
C’est au moment de la mise en place des cartels simples, que Jessica et Virginie se sont aperçues qu’il n’y avait une erreur sur la date. Celle-ci ne correspondait pas à celle du voyage d’André Claudot dans le Pas-de-Calais (1923), pendant lequel il avait fait des croquis sur les carreaux des mines de charbon, que j’avais auparavant, avec l’aide de collègues, tenté de situer précisément (Je pense toujours qu’il s’agit de Noeux-les-Mines, si je regarde les cartes postales anciennes du site). A-t-il repris, deux ans après ces croquis, pour en fait une encre, dans le même style que celles qu’il fait entre 1922 et 1924 dans la Zone et au moment de la démolition des fortifications ? Est-ce pour ajouter une oeuvre pour l’exposition de 1926 à la Palette française dont on n’a pas le catalogue, qu’il a brossé cette encre ? Ou, a-t-il fait à cette date, un voyage dans un autre pays minier (Montceau-les-Mines ?) qui nous aurait échappé. Rien ne l’atteste… Mais l’encre date bien de 1925 !

André Claudot, Carreau de mines, encre de chine sur papier, ©DR, ©photographie Jean Nicolaï, collection particulière.

3. – Portrait de ma mère, Huile sur toile, 1944, (P. 160) :
Le montage de l’exposition montre à nouveau que l’oeuvre, datée au revers, est de 1944 et non de 1943. C’est le seul (beau) portrait de la mère de l’artiste que nous ayons trouvé jusqu’à présent. Les portraits de son père (décédé en 1937), sont plus nombreux, mais antérieurs (avant 1914, début des années vingt).

André Claudot, Portrait de ma mère, 1944, Huile sur toile, collection particulière, ©DR, ©Bruce Aufrère Tilschit/Musée des Beaux-arts de Dijon.

4. – Le Congrès des Partisans de la paix à Varsovie, 1950, 1952 (p. 243) :
Au moment de l’aller voir, nous n’avions pu dépendre la toile qui se trouvait dans une petite salle d’exposition (un petit couloir plutôt) de la Bourse du Travail de Dijon. Or la date qui se trouve au revers (1952) est différente de celle donnée dans des catalogues d’exposition ultérieurs (1951), sur laquelle je m’étais fondée pour la dater au départ. C’est à nouveau au moment de l’accrochage que nous l’avons découvert. Claudot a sans doute mis du temps à la terminer, travaillant sans doute entre-temps aussi sur des d’oeuvres moins politiques.

Le Congrès des partisans de la paix à Varsovie 1950, 1952, Huile sur toile, Institut d’histoire sociale CGT 21 – Bourse du travail de Dijon, ©DR, ©François Jay/Musée des Beaux-arts de Dijon.


Les erreurs dans l’abécédaire :

Dans la notice sur François Claudot, le père de l’artiste (p. 76-77) :
1.
La notice rédigée par mes soins est signée par erreur d’Hélène Hawad-Claudot.

Rachel Mazuy, Jessica Watson, André Claudot. La couleur et le siècle, In fine Éditions d’art/ Musée des Beaux-arts de Dijon, 2021, p; 76-77

2. p. 76, 2e §.
La relecture attentive d’Hélène Hawad-Claudot m’avait permis de rectifier une erreur fondée sur la lecture du “testament du père” d’André Claudot, qui indiquait donner son fonds de commerce à son neveu, alors en fait déjà établi comme luthier à Dijon (il avait d’abord été l’apprenti de son oncle).
Il faut donc lire :
« Bientôt « luthier du conservatoire », le seul à Dijon, il est rejoint par la suite par son neveu Albert (1899-1980) qui poursuivra la tradition familiale après la mort de son oncle, le 1er juillet 1937. ».

3. Une deuxième erreur du même type, liée cette fois à une mauvaise lecture du même testament, m’a fait écrire que François Claudot cède ses outils au fils d’Albert. Or, il faut bien lire, comme l’a corrigé Hélène Hawad-Claudot :
« Ses outils revenant au frère cadet d’Albert, Pierre. » (4. p. 77 ; 2e colonne, 4e ligne).

François Claudot, Conseils à mes enfants à méditer lors de mon décès, Archives privées, ©MSH de Dijon.

4. p. 76, 3e §. : Les témoignages locaux, s’affrontent ici avec les souvenirs et les archives familiaux. Le travail d’Hélène-Hawad Claudot sur cette famille de luthiers et sa relecture auraient permis de corriger une erreur concernant Violette, la soeur musicienne de Claudot. Celle-ci était censée avoir disparu en Afrique dans les années trente, laissant planer ainsi planer un mystère sur le destin de la jeune femme. Or, la correctrice a oublié de reprendre mes corrections. Persuadée que celles-ci avaient été intégrées, je n’avais de mon côté pas relu assez attentivement cette notice.
Il faut donc lire, sur les soeurs d’André Claudot :
« Sa naissance est suivie par celles de Violette (le 6 décembre 1896), qui est musicienne (décédée à Dijon le 1er janvier 1977), de Germaine (…) »

• Dans la notice sur les Caricatures communistes : p. 73.

Rachel Mazuy, Jessica Watson, André Claudot. La couleur et le siècle, In fine Éditions d’art/ Musée des Beaux-arts de Dijon, 2021, p. 73.

En oubliant que j’avais fait des recherches sur data.bnf sur le périodique communiste bourguignon, L’ Avenir de la Côte-d’Or, je m’interrogeais dans cette notice sur le fait que la collaboration de Claudot avec le périodique s’interrompt en 1951. Était-il moins engagé aux côtés des communistes ? C’est la consultation en juin 2021 de la suite des archives départementales de Côte-d’Or liées au peintre, et une discussion avec Jean Vigreux, , qui m’a fait percevoir cette fausse hypothèse. Il faut en fait lire, tout simplement :

« Sa collaboration s’interrompt après 1951, quand, du fait de difficultés financières, le journal s’arrête de publier. Claudot donnera ensuite (jusqu’en 1957), un dessin qui servira d’entête à la page Côte-d’Or de L’Humanité-Dimanche. » La répression de Guerre froide, la loi de 1951 sur les apparentements et le recul communiste aux élections, expliquant en partie la situation que les archives de la police notent aussi à cette date…

Croquis pour des dessins de l’Avenir de la Côte-d’Or, encre de Chine et crayon sur papier, Archives privées. ©DR, ©MSH de Dijon.

• Notice sur L’Essor : p. 97-99
La notice est de Vincent Chambarlhac et Rachel Mazuy.

Rachel Mazuy, Jessica Watson, André Claudot. La couleur et le siècle, In fine Éditions d’art/ Musée des Beaux-arts de Dijon, 2021, p. 97.

• Notice sur les étudiants à Dijon : p. 99-101

Nous avions au départ prévu de terminer l’exposition par une grande composition, intitulée L’Atelier, datée de 1976, où Claudot avait représenté ses étudiants dans son atelier de la rue Musette. Mais sa taille, du fait des contraintes d’espace, et son sujet peu politique, nous l’a fait enlever du choix des oeuvres pour l’exposition. Elle était de ce fait initialement prévue dans l’ouvrage, dans la partie intitulée “Catalogue des oeuvres”, et avait été photographiée en novembre-décembre 2020.
Et, lapsus troublant, j’ai oublié de demander à ce qu’elle soit malgré tout insérée dans la longue notice sur les étudiants de Claudot à Dijon – entre amateurs et professionnels, 1935-1977. Or, mon père (décédé en 2020 et à qui la collection et les archives Claudot doivent beaucoup), figure sur cette oeuvre, puisqu’il a été élève de Claudot entre 1967 et 1977.
La voici :

André Claudot, L’Atelier – Huile sur Toile – 1976. (130,5 x 162), collection particulière, ©Droits réservés, ©Bruce Aufrère-Tilschit/ Musée des Beaux-arts de Dijon, De gauche à droite et de haut en bas: Gérard Mazuy [1935-2020], Yvonne Plottet, Simone Fèvre, Monique Paulus, Jean-Claude Ancet, Daniel Baconnier, Gisèle Dufour et Anne-Marie Outters.