Un procès pour viol d’enfants et d’adolescents à Dijon en 1904 – André Claudot

Le 8 janvier 1904, en sortant du lycée Carnot où il fait ses études, le jeune André Claudot croise un client de son père, luthier établi à Dijon. Ce dernier lui demande de passer chez lui pour prendre un instrument qu’il veut faire réparer. Il viole l’enfant qui n’a pas encore douze ans !

Lycée Carnot, Dijon, carte postale ancienne (site de vente en ligne).

Son père, François Claudot, va porter plainte en avril, déclenchant ainsi une procédure judiciaire qui va aboutir à un procès aux assises le 5 août pour « attentat à la pudeur ».

Le quotidien dijonnais Le Progrès de la Côte-d’Or (PCO) relate le déroulé du procès dans son article du 6 août1. Le Courrier de Saône-et-Loire (CSL) détaille l’affaire dans son numéro du 7 août.

Parmi les 17 enfants et adolescents de 10 à 18 ans, victimes du « pédéraste », la majorité vient de Beaune, où Claude Desbrosses, 42 ans, a commis les faits.2

La rubrique « Les Assises » fournit presque chaque jour plusieurs colonnes (en page 1 et/ou 2) du journal dijonnais. Attentats à la pudeur, viol, incendie criminel… sont autant de faits divers relatés en détail presque chaque jour. Ce 5 août, c’est donc une affaire de pédophilie qui est narrée.

Cependant, à aucun moment la presse bourguignonne n’utilise pas le terme de pédophilie (qui existe depuis 1847). Elle emploie celui de pédéraste qui signifie à l’époque : un « Homme qui éprouve une attirance amoureuse et sexuelle pour les jeunes garçons, enfants ou adolescents. » (et ce au moins jusque dans les années 1980)3 En 1986, le terme est par ailleurs synonyme d’homosexuel (ainsi que d’inverti, sodomite et uraniste) – (sic).

Les deux journaux condamnent tous deux violemment « les mœurs peu avouables » et les  « actes odieux » de l’accusé. Aucune trace d’une fascination quelconque pour l’acte… Mais c’est peut-être autant l’agression sexuelle homosexuelle qui est en ligne de mire et heurte la morale, que le fait qu’il s’agisse d’un pédophile. 

Qui est cet homme qui comparaît en fait une deuxième fois pour agression sexuelle sur des mineurs ?

Palais de justice de Dijon, carte postale ancienne, site de vente en ligne.

Des deux quotidiens régionaux, Le Courrier de Saône et Loire est le plus disert sur son parcours. Mais le quotidien dijonnais évoque avec plus de détails les faits reprochés jusque-là à l’accusé.

Mal noté pendant sa scolarité, Claude Desbrosses devient à 16 ans sacristain à Magny (une commune de Montceau-les-Mines), comme son père, « tout en exerçant la profession d’épicier » dans le magasin paternel, dont il prend la direction à la mort de ce dernier. Il se marie brièvement en 1883. En effet, sa femme lui reproche « sa froideur », son magasin périclite et elle le quitte. « Étant donné vos habitudes, cela n’a pas lieu de nous surprendre » ( CSL) remarque à ce sujet le président de la Cour pendant l’interrogatoire. Desbrosses déménage ensuite à Lyon, s’employant d’abord au Grand Bazar, puis chez un imprimeur. A chaque fois, même s’il s’en défend, il est « congédié de ces diverses maisons pour le même motif » (CLS)  : ses « mœurs » ! De retour en Côte-d’Or, il travaille ensuite à Beaune où il tient un magasin de journaux tout en étant correspondant de l’Union républicaine de Mâcon selon Le Progrès de la Côte-d’Or. Pour le Courrier de Saône-et-Loire, il tient une salle de dépêches pour un journal lyonnais. C’est sans doute ce qui le fait apparaître comme « publiciste » le jour de l’audience.

Les deux journaux reprennent ensuite les propos exacts du président de la cour d’Assises et ceux de l’accusé  :

« R. En 1895, vous avez été traduit devant la Cour d’assises de Saône-et-Loire pour des faits analogues à ceux qui vous sont reprochés aujourd’hui ; vous employiez les mêmes procédés : vous attiriez les jeunes gens en leur donnant des images. Il y a eu un doute dans l’esprit du jury et vous avez bénéficié d’un verdict d’acquittement. Je n’insiste pas. En 1901 vous arrivez à Beaune et vous vous installez marchand de journaux.

R. — A quelle époque exactement êtes-vous arrivé ?

D. — J’ai ouvert mon magasin au mois de septembre.

M. le président. — Vous y restez à peine un an, puisque, au mois de juillet 1902, on vous trouve à Dijon. Il n’y avait que 18 mois que vous habitiez la ville, lorsque l’idée vous prend de vous présenter aux élections municipales. Cela vous met en vue. Tout à coup vos amis, qui appartenaient au même groupe politique, apprennent que vous aviez commis des choses odieuses. Une instruction est ouverte et on découvre les nombreux attentats qui vous amènent sur ces bancs.

M. le Président passe en détail les divers attentats reprochés à l’accusé.
Desbrosses répond que c’est faux et qu’il est victime d’ un complot.

R. — Quel est ce complot?
D — Ce sont mes ennemis politiques qui ont organisé la machination. »
Après l’interrogatoire du prévenu, on fait entendre les témoins.
Ils sont au nombre de 19 dont deux adultes seulement : François Claudot, 38 ans, luthier à Dijon, rue de la Liberté. — André Claudot. 12 ans. Ie fils du précédent. —• Jean-Baptiste Fricker, 37 ans, représentant de commerce, rue Bouhier. — Maurice Fricker, 10 ans, fils du précédent.— Jean Décroix, 40 ans, représentant de commerce à Dijon, avenue Garibaldi. — Hippolyte Ponsard, 13 ans, à Beaune faubourg Bretenières. — Adolphe Loiseau, 13 ans, à Beaune. — Louis Lignier, 14 ans, employé du Crédit lyonnais à Beaune. — Paul Pras, 14 ans, à Beaune, — André Plathey, 13 ans à Beaune. — André Weiss, 14 ans, à Beaune. — Auguste Léger, 15 ans. à Beaune. — Philippe Rauch (ou Rauche), 14 ans à Dijon, rue de Constantine. — Joseph Guyot, 16 ans, à Beaune. — Georges Caillot, l6 ans, à Beaune. — Julien Goudard – 18 ans, boulanger à Beaune. — Joseph Magnien, 12 ans, à Beaune. — Georges Voiret, 13 ans, à Beaune. — Jean-Baptiste Fournier, 59 ans. à Beaune. 4
Dix-sept jeunes gens seulement comparaissent. En effet, sans qu’on sache si cela a un lien avec l’affaire, Guyot est mort et Goudard est en traitement à l’hôpital.
« Par la suite « M. l’avocat général GODEFROY soutient l’accusation. Il fait ressortir la monstruosité des faits commis par l’inculpé. Desbrosses a eu une conduite d’autant plus ignoble que sa comparution devant la Cour d’assises de Saône-et-Loire aurait dû lui servir de leçon. Il avait bénéficié d’un doute, ce qui ne veut pas dire qu’il n’était pas coupable ; néanmoins il a recommencé. Le Jury, cette fois, saura le punir comme il le mérite, et il rapportera sûrement un verdict affirmatif. Desbrosses se prétend victime d’un complot politique, mais il ne peut pas l’établir; au reste, dans cette enceinte, il ne saurait être question de politique. La justice ne s’occupe pas des opinions, elle juge d’après les faits qui lui sont fournis. Et c’est sa force. M. l’avocat général Godefroy termine en réclamant un verdict affirmatif sans circonstances atténuantes. L’accusé, dit-il, mérite ce châtiment. » PCO, du 6 août

Série de cartes postales anciennes sur Le Progrès de la Côte-d’Or, site de vente en ligne.

Un article du Progrès de la Côte-d’Or du 3 septembre 1904, fait lui entendre que les faits les plus antérieurs concernent des enfants de chœur, que Desbrosses, alors sacristain, aurait agressés. Les parents n’ayant pas porté plainte, l’homme n’a pas été poursuivi à ce moment-là.

À la fin du procès à Dijon, l’avocat de la défense plaide la démence, en implorant la pitié du jury. Il demande ainsi les circonstances atténuantes qui lui seront accordées.
La cour va cependant condamner Desbrosses à 8 années de réclusion, sans interdiction de séjour. (PCO et CSL – pour les termes exacts)

Ce procès, sans doute initié par la plainte de François Claudot, cache une autre histoire, que la presse ne révèle pas complètement.

Le 31 août 1904, le président de la loge dijonnaise « Solidarité et Progrès » répond aux accusations du journal Le Bien public (numéro du 26 août 1904) pour laver l’honneur bafoué de la franc-maçonnerie. Il dément formellement que « le sodomite » Desbrosses, contrairement à ce qu’il peut prétendre, n’ait jamais appartenu à la loge maçonnique dijonnaise.

« Quel dommage tout de même, que la justice n’ait pas été saisie alors, car le dévot Desbrosses, au lieu de servir aujourd’hui de chien de guerre contre la franc-maçonnerie, serait venu, ô ironie, renforcer la déjà très longue théorie des gens d’église qui, prêtres ou religieux, ou même simples sacristains, ont eu maille à partir avec dame Thémis pour faits d’immoralité. » (Citation issue de la lettre du président de la loge dans le PCO du 3 septembre)

Il y a-t-il confusion, du côté de l’autre quotidien dijonnais, avec une autre organisation, elle aussi présente à Dijon ? En effet, au début de l’année 1904, les registres de la Libre pensée locale font état d’une affaire opposant deux libres penseurs : Claude Desbrosses et… François Claudot !5

François Claudot, de sensibilité libertaire, est violemment anticlérical (il veut qu’on supprime la soutane pour tous les curés). Son collègue serait donc plutôt un dévot. A une époque, où comme nombre de franc-maçons, une grande partie des libre-penseurs sont des bouffeurs de curés, souvent dépeints comme des « sodomites » dans les caricatures anticléricales , la position de l’organisation dijonnaise peut surprendre.

Selon l’historienne Jacqueline Lalouette, les libre-penseurs ne vont en effet pas suivre les accusations du père du jeune André Claudot, pourtant membre du Conseil d’administration local. On proclame sa suspension de la Libre pensée à Dijon, en février 1904 (il démissionnera en septembre). À la fin du mois de mars 1904, on retrouve d’ailleurs Desbrosses aux côtés des libres penseurs, durant les obsèques civiles de Louis Collot, administrateur du Progrès de la Côte-d’Or et ancien maire-adjoint de Dijon, franc maçon et libre penseur (le drap de la Libre pensée recouvre le cercueil) :6

François Claudot devant son stand décoré par André Claudot, archives Hélène Hawad-Claudot.

Cette affaire est bien sûr lourde de conséquences pour le jeune André Claudot que son père conduisait aux réunions de la Libre pensée, et qui restera très anticlérical toute sa vie. Le traumatisme, silencieux, a sans aucun doute été profond.

Primé pour ses résultats au lycée Carnot en 19037, il sèche les cours l’année suivante et va finir par se faire expulser de l’établissement (la date précise est inconnue), entraînant alors la fureur paternelle. Il a alors rencontré dans des cafés dijonnais des anarchistes comme François Monod. Ce dernier, anarchiste illégaliste, a été une première fois condamné en 1887 pour complicité de meurtre contre un procureur8. En 1894, victime des “lois scélérates”, c’est cette fois une condamnation au bagne pour apologie et provocations au meurtre (celui de Sadi Carnot par Casério), provocations de militaires à la désobéissance qui tombe. Il sera cependant gracié à la suite d’une campagne des socialistes et meurt finalement à 58 ans à Besançon en 1907.9 Des hommes comme Monod ont ainsi fortement influencé le jeune adolescent qui jusque-là se pliait aux volontés paternelles. Il affirme désormais de plus en plus haut et fort son désir d’être peintre et non luthier (la lutherie se transmettant le plus souvent de père en fils). Aussi, il finit par être temporairement chassé de chez lui, par un père qui a aussi un fort tempérament. Les choses paraissent rentrer dans l’ordre en 1905 puisqu’il entre à l’École des Beaux-arts de Dijon10, puis, pour quelques semaines, aux Arts décoratifs à Paris (1909). Mais inscrit au Carnet B des individus suspects d’atteinte à la sûreté de l’Etat en 1912, Claudot est alors pleinement devenu peintre et anarchiste.

André Claudot, Le père Claudot, 1909, photographie Edouard Barra, DR


André Claudot ne parlera jamais de cette affaire dans ses témoignages ultérieurs connus, tout comme dans ses souvenirs autographes, pas plus que dans sa correspondance (là aussi dans les limites de notre connaissance de celle-ci). 

  1. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-d-or/6-aout-1904/823/2422273/2 []
  2. https://www.retronews.fr/journal/courrier-de-saone-et-loire/7-aout-1904/371/1369745/3?from=%2Fsearch%23allTerms%3D%2522Courrier%2520de%2520Sa%25C3%25B4ne-et-Loire%2522%25207%2520ao%25C3%25BBt%25201904%26sort%3Ddate-asc%26publishedBounds%3Dfrom%26indexedBounds%3Dfrom%26page%3D4%26searchIn%3Dall%26total%3D376&index=95 []
  3. Cf. Trésor de la langue française, tome douzième, Gallimard, 1986. remerciements à Jacqueline Lalouette. []
  4. Nous avons repris et complété la liste des adolescents à partir de celles fournies par les deux journaux qui reprennent le même déroulé tous les deux. []
  5. Remerciements à Jacqueline Lalouette []
  6. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-d-or/23-mars-1904/823/2422759/1?from=%2Fsearch%23allTerms%3D%2522Le%2520Progr%25C3%25A8s%2520de%2520la%2520C%25C3%25B4te-d%2527Or%2522%252023%2520mars%25201904%26sort%3Ddate-asc%26publishedBounds%3Dfrom%26indexedBounds%3Dfrom%26page%3D7%26searchIn%3Dall%26total%3D1368&index=147 []
  7. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-d-or/9-aout-1903/823/2422163/3 []
  8. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-d-or/11-aout-1887/823/2412901/2 []
  9. « L’anarchiste dijonnais Monod est mort https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-dor/04-sep-1907/823/2426267/2 []
  10. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-dor/28-jul-1908/823/2426881/2 []

Les Caricatures anarchistes du Peintre aNdré Claudot (1911-1925).

Ce texte est une version détaillée de la notice « Caricatures anarchistes » du catalogue André Claudot (à paraître en juin 2021, Musée des Beaux-arts de Dijon). Nous remercions vivement Michel Dixmier qui nous a permis de photographier son ample collection. Une partie du corpus (Le Libertaire avant 1914 notamment) a été au départ consulté à la BNF sur de vieux microfilms (les originaux n’étant plus accessibles), ce qui explique la mauvaise qualité des visuels. Elle est maintenant en ligne sur le site Retronews (1895-1971).

André Claudot commence à dessiner pour la presse en 1908, alors qu’il est encore élève de l’École des Beaux-arts de Dijon. C’est logiquement en particulier dans la presse étudiante (Dijon l’Escholier, et L’Estudiant bourguignon) que le jeune artiste fait paraître ses premières oeuvres avant 1914.

L’Étudiant bourguignon, juin 1913, photographie Rachel Mazuy, Collection de la bibliothèque municipale patrimoniale de Dijon.

Arrivé à Paris durant l’automne 1909 pour suivre des cours à l’école des arts décoratifs (il la quitte au bout de quelques semaines), il se rapproche de Pierre Martin et Hélène Lecadieu et de toute l’équipe du Libertaire. Sa première collaboration dans un journal qui est alors peu illustré (deux dessins seulement pour toute l’année 1911), date du 30 septembre1, et va valoir au gérant des poursuites judiciaires . De ce fait, le jeune homme fuit la capitale pour éviter d’être poursuivi et retourne alors à Dijon2.

Le Libertaire, 30 septembre 1911, p. 1. Collection de la BNF. ©BNF ©RetroNews

Pendant la Première Guerre mondiale, il renoue avec cette activité de caricaturiste pour la presse révolutionnaire, en envoyant des dessins à Sébastien Faure, pour le journal Ce qu’il faut dire. Un seul dessin antimilitariste sera cependant publié (« La Nouvelle visite », le 3 mars 1917). À la grande frayeur du jeune soldat qui craint pendant des semaines de se retrouver devant le conseil de guerre, Mauritius, le signe même de son nom : Claudot ! Mais les listes d’anarchistes de la préfecture de police de Dijon ne semblent pas être remontées jusqu’aux censeurs…

Ce qu’il faut dire, 3 mars 1917, photographie Rachel Mazuy, Collection Michel Dixmier.

Démobilisé dans les Balkans en août 1919, Claudot rentre en France et, dès son arrivée à Paris à la fin de l’année, il reprend sa collaboration avec la presse révolutionnaire. Il utilise notamment des oeuvres composées pendant la guerre 3

Clarté °5-6, 13 décembre 1919, Photographie Michel Dixmier, Collection Michel Dixmier.

Son activité de dessinateur de presse est particulièrement importante au début des années vingt. Il fait alors partie de la centaine de caricaturistes politiques de l’époque, dans le groupe de ceux, minoritaires, qui condamnent cette République jugée bourgeoise et répressive. A l’instar d’un Jules Grandjouan (1875-1968), qu’il a côtoyé avant la guerre, c’est un artiste pour qui un dessin est porté par un engagement au service de la lutte des classes, du pacifisme, de l’anticléricalisme et de l’antimilitarisme. 

Entre le 4 janvier 1920 et le 27 décembre 1923, paraissent dans Le Libertaire une cinquantaine de dessins de Claudot, le plus souvent titrés et légendés, et publiés en page de couverture. Trois dessins pour des rubriques, sont également régulièrement reproduits entre 1921 et 1923.
André Claudot est ainsi, jusqu’en 1922, quasiment le seul dessinateur du journal où l’on relève parfois les noms de Becan et Gaston Ry, puis ceux de Marcolon (qui le remplace de fait en 1924), Marix, ou Gil Baer4.

Sa contribution est cependant irrégulière, passant de un à deux dessins par mois durant la première partie de l’année 1920 (jusqu’au 11 juillet), à quasiment un dessin par semaine entre la fin décembre et la mi-juillet 1921, alors qu’avant et après cette dernière période, ces envois sont moins fréquents. Claudot concilie sans doute ce travail militant pas (selon lui) ou très peu rémunéré, avec un gagne-pain plus réel et des expositions artistiques dans les Salons ou les cafés de Montparnasse5.

Enfin, ces dernières caricatures, à la fin de l’année 19236, s’inscrivent dans l’affaire Philippe Daudet qui oppose l’Action française (AF) aux anarchistes7. Cette affaire est liée au fils de Léon Daudet, Philippe, qui, en novembre 1923, aurait confié ses sympathies anarchistes à l’administrateur du Libertaire. Sa mort (sans doute un suicide dont les anarchistes sont peut-être responsables), provoque une intense polémique, lancée par Le Libertaire qui titre le 2 décembre : « La mort tragique de Philippe Daudet, anarchiste ! Léon Daudet étouffe la vérité ». L’AF et la famille Daudet se retournent alors contre leurs adversaires (puis contre la justice et le gouvernement républicain), en évoquant un meurtre avec préméditation.

André Claudot publie par ailleurs les seuls dessins de couverture, au nombre de deux, qui paraissent dans les douze numéros de La Jeunesse anarchiste en 1921-1922 (l’organe de la fédération des Jeunesses communistes anarchistes)8. Il s’agit d’un dessin condamnant la “nouvelle loi scélérate” et la justice française dans le numéro 4 du 15 juillet 1921 (Intitulé “Pauvres scélérats”, le dessin à l’encre représente deux juges, des policiers et un officier entourant trois hommes torse nu et bâillonnés du mot “loi”) et d’un portrait du militant emprisonné Émile Cottin9 dans le numéro 10 du 15 février 192210 .

La Jeunesse anarchiste, février-mars 1922, photographie Patrick Amand.

André Claudot va aussi être le principal dessinateur pour la Revue anarchiste, publication mensuelle de l’Union anarchiste, éditée à partir de janvier 1922 (jusqu’au 10 août 1925) par Sébastien Faure, André Colomer, Georges Bastien et Pierre Mualdès. Il dessine la couverture du numéro 1, une main tenant fermement un flambeau11. Entre 1922 et 1925, il illustre aussi de petits dessins ou croquis à l’encre de nombreux articles de la revue (ouvriers et caricatures de capitalistes, de juges, d’officiers, de policiers ou du pape12 ). On reconnaît également son style (ou sa signature13 ) dans de multiples en-têtes de rubriques14. Il y publie enfin trois beaux portraits à l’encre d’Alexandre Millerand, d’Albert Thomas et de Romain Rolland en 192215.

La Revue anarchiste, Capture d’écran sur archive.org.

Les thèmes représentés par Claudot sont bien sûr d’abord liés à l’actualité suivie par la presse anarchiste. Comme avant 1914, la dénonciation de la répression d’État (avec des charges violentes contre la police et la justice)16, et la lutte contre les bagnes militaires17 reprend.

Le Libertaire du vendredi 3 au 10 juin 1921, « La Grande joie des hyènes et des chaouchs », Photographie Rachel Mazuy, Collection Michel Dixmier.

Dans une campagne antimilitariste, Claudot rejette aussi l’occupation de la Ruhr et ses conséquences 18.

Le Libertaire du Vendredi 29 avril au 8 mai 1921- Vers la Ruhr –

Fondés sur une représentation antimilitariste et pacifiste, les thèmes de la guerre et de la sortie de guerre imprègnent les oeuvres du militant pacifiste, notamment au moment du 14 juillet. Il dénonce le nombre de morts, le sort des veuves de guerre, le chômage, la crise économique et évoque les grèves ouvrières (comme par exemple la grève des mineurs anglais en 192119 ).

Le Libertaire du 13 juillet 1920, « 14 juillet 1920 », Photographie Rachel Mazuy, Collection Michel Dixmier.

André Claudot, 14 juillet anarchiste, dessin à l’encre pour Le Libertaire du 12 juillet 1920, DR, collection particulière, photographie Rachel Mazuy

S’y ajoute aussi les thèmes de la révolution et de l’évolution du mouvement ouvrier après la guerre20. Les figures du juge (en toge, à l’air idiot ou cruel), du policier (gros, sombre et moustachu)21, du capitaliste et du curé qui reprennent les stéréotypes de la caricature anarchiste.

Le Libertaire du vendredi 22 au 29 avril 1921, “Les Chat-fourrés ont lâché les bourriques”.

De même, la défense de prisonniers politiques, surtout anarchistes (en France, mais aussi en Espagne), tient une place importante dans ce corpus. Le petit dessin d’un prisonnier enchaîné dans sa geôle et intitulé “Peuple, sauve Cottin”, est ainsi repris comme un logo, tout au long de la campagne menée par les journaux anarchistes22.

Le Libertaire, photographie Rachel Mazuy, Collection Michel Dixmier.

Parmi les autres prisonniers politiques qui sont également défendus par les libertaires, on trouve des marins, mutins de la Mer Noire (notamment l’anarchiste Louis Badina23 ), les Espagnols Pedro Mateu, Ramón Casanellas et Lluís Nicolau24 ou Germaine Berton25, cette ouvrière syndicaliste et anarchiste qui assassine Marius Plateau (l’un des dirigeants de l’Action française et le chef des Camelots du Roy), pour venger Jaurès et d’Almeyda et protester contre l’occupation de la Ruhr.

Le Libertaire, Du vendredi 20 au 27 janvier 1920, “Ho ! Hisse !”, Photographie Rachel Mazuy, Collection Michel Dixmier.

Illustrant des articles d’actualités, Claudot dénonce également, dans plusieurs caricatures très violentes, les régimes autoritaires en Espagne, en Pologne, en Hongrie (sur la terreur blanche après la révolution de Bela Kun)26 ou en Italie. Dès le début de l’année 1923, Claude s’oppose au fascisme italien et accuse de collusion de le gouvernement français (dessin pour Le Libertaire du 5 janvier 1923 intitulé “Une fiancée pour Mussolini”, qui représente une “Marianne fasciste”, catholique et vampiresque)27.

1921 – Du Vendredi 4 au 11 février 1921 – « Après les pogromes. Paris ne l’engueulera pas. Le tueur Pilsudski : aucun banquier ne figure parmi ces juifs-là… », Collection Michel Dixmier.

Sur la Pologne, le dessin représentant un village avec une église à coupole en arrière-plan et un homme contemplant une tête coupée, dénonce les pogromes en les attribuant au nouveau régime polonais. Il va d’ailleurs être repris et complété par d’autres pour illustrer le numéro 5 des Crucifiés (avec Galbez et Léon Sabatier) qui paraît en septembre 192128. Il s’inscrit dans le contexte spécifique de la sortie de guerre, où l’Europe de l’Ouest s’émeut des pogroms massifs qui se poursuivent à l’Est. Une commission américaine est dépêchée par Woodrow Wilson, mais elle ne peut enquêter en Russie, alors en pleine guerre civile. C’est donc en Pologne qu’elle va en fait identifier huit incidents majeurs pour 1918–1919, en estimant le nombre de victimes à deux ou trois cents. Dans ce cadre, des clauses protégeant les minorités en Pologne sont incluses dans le Traité de Versailles. Et, en 1921, la constitution polonaise accorde aux Juifs les mêmes droits qu’aux autres citoyens et leur garantit la liberté de culte.

Le Libertaire – Vendredi 29 avril au 8 mai 1921- Pour que Vive la Révolution russe – Au Kamchaka comme ailleurs : mort au capitalisme

Les thèmes d’actualité mêlent aussi fréquemment des thèmes libertaires plus classiques comme l’antimilitarisme, l’anticléricalisme , l’anticapitalisme (dévoreur d’hommes et d’argent, et cherchant à accumuler des fortunes au dépens du peuple)29 ou l’anticolonialisme30.

Le Libertaire du Vendredi 11 au 18 février 1921 – « Contre les landlors d’Algérie. Doucement, mes petits affamés. Votre maître d’école c’est l’Irlandais ! », photographie Rachel Mazuy, Collection Michel Dixmier.

On peut également y associer les thèmes mémoriels de la commémoration de la Commune de Paris31, dont les « martyrs » sont , après la guerre, associés aux morts de 14-18 (les mêmes squelettes sont utilisés pour représenter les morts), ou celui de la Révolution française de 1789.

Le Libertaire du Vendredi 13 au 20 mai 1921 – « Les Martyrs. Qu’un peu de cendre se mêle à ton haleine, ô Peuple de Paris. », photographie Rachel Mazuy, collection Michel Dixmier.
Le Libertaire, Du vendredi 8 au 15 juillet 1921 – « La Saint Bistro – 14 juillet 1789 – 14 juillet 1921 ». Collection Michel Dixmier.

Anticlérical, Claudot vise en particulier la Papauté, dénonçant souvent dans ses dessins la collusion de la République française avec la papauté et le capitalisme, et évoquant là aussi le “massacre de 14-18”.32.

Le Libertaire, 27 juin 1920, “Marie-Salope au Vatican”, photographie Rachel Mazuy, Collection BNF.
La légende indique : “ “O” Saint-Père ! Toi qui eus le bon esprit de rester muet sur le massacre de 13 millions de fils de Dieu, exauce la prière de la petite Marianne repentante : sauve mes Alphonses métallurgiques.”

Par rapport à son travail d’avant 1914, le dessin à l’encre est plus outré, plus féroce, plus expressionniste, avec une forte charge symbolique. Les éléments nés pendant la guerre, sont régulièrement présents : crânes et corps dénudés, décharnés, monstres ou vampires dégoulinant de sang (notamment plusieurs allégories de Marianne).

On retrouvera ces symboles dans ses huiles allégoriques peintes au sortir de la Seconde Guerre mondiale, comme La Divine surprise, ou dans ses caricatures communistes pour l’Avenir de la Côte-d’Or à partir de 1945.





  1. Pour l’intégralité du dessin : https://www.retronews.fr/journal/le-libertaire/30-septembre-1911/1835/3536547/1?from=%2Fsearch%23sort%3Dscore%26publishedBounds%3Dfrom%26indexedBounds%3Dfrom%26tfPublicationsOr%255B0%255D%3DLe%2520Libertaire%26page%3D33%26searchIn%3Darticle%26total%3D2799&index=768 []
  2. Cf. ANDRÉ CLAUDOT – Un jeune artiste Libertaire de 20 ans inscrit au carnet B – Octobre 1912-juin 1914 []
  3. Ses premiers dessins pour le journal Clarté datent ainsi du numéro 5/6 du 13 décembre 1919, avec notamment une encre représentant un cheval éventré au col d’Egri-Palanka (Macédoine), datant initialement du 10 octobre 1918 . []
  4. Becan est le pseudonyme de Bernhard Cahn (1890-1943). Dessinateur humoristique et satirique, il travaille aussi au début des années pour Le Rire et Le Canard enchaîné, L’Oeuvre ou Le Journal notamment. Gaston Ry est le pseudonyme de René Rostagny journaliste, peintre et écrivain français né en Algérie en 1902 et mort en 1978 (installé à Marseille après l’indépendance de l’Algérie). Marcolon (1879-1946) Pseudonyme d’Eugène Duval. Caricaturiste de presse, il expose comme Becan aux Salon des Humoristes. Marix (1885-1944) Pseudonyme de Louis Mourier. Ébéniste d’art, ancien combattant, pacifiste et libertaire, le dessinateur satiriste collabore en particulier à La Gueule noire. Résistant, il meurt en déportation en 1944 (https://www.lejsl.com/edition-montceau/2019/02/27/marix-dessinateur-perrecycois-victime-du-nazisme). Il collabore au journal en 1923-24. Gilles Berr dit Gil Baer (1863-1931). Dessinateur humoristique et illustrateur originaire de Strasbourg, il illustre des cartes postales humoristiques pendant la guerre, travaillant notamment pour Le Rire, L’Assiette au beurre. Décoré de la Légion d’honneur en 1926. []
  5. On peut supposer que son arrivée au journal Le Matin dans le cours de l’année 1921 (alors que sa femme est employée par les Galeries Lafayettes) et ses participations aux Salons ou à des expositions dans des cafés avec des groupes d’artistes lui laissent moins de temps pour ses oeuvres politiques. On peut aussi penser à l’intérêt que Claudot peut apporter aux sujets qui lui sont demandés. []
  6. On peut citer les portraits de Daudet et Maurras dans le numéro du 20 décembre 1923 : https://www.retronews.fr/journal/le-libertaire/20-dec-1923/1835/3535857/1 ; d’Urbain Gohier dans le numéro du 22 décembre : https://www.retronews.fr/journal/le-libertaire/22-dec-1923/1835/3535815/1; ou le dessin intitulé « Après la bûche de Noël » dans le numéro du 27 décembre 1923 : https://www.retronews.fr/journal/le-libertaire/27-dec-1923/1835/3535833/1 []
  7. Le Libertaire du 15 décembre 1923, “Les Monstres burlesques de Themis” représentant des clowns en habits avec des fleurs de lys devant un juge et un policier; du 20 décembre 1923, portraits de Léon Daudet et de Charles Maurras; du 22 décembre, portrait d’Urbain Gohier et du 27 décembre, “Après la bûche de Noël !”, légende : “Le commissaire d’Action françaises (à ses troupes) : “Et maintenant du calme, de la discipline, comme l’écrit ce matin, Notre Seigneur Léon Daudet. Pas d’acte irréfléchi où la patrie recevrait quelques dommages. » []
  8. Le périodique paraît pendant un an entre le 15 mars 1921 et le 15 mars 1922. Cf. https://archivesautonomies.org/spip.php?article3055 []
  9. Émile Cottin (1896-1938). Ce charpentier anarchiste auteur d’un attentat contre Clemenceau en 1919, voit sa condamnation à mort commuée en une peine de dix ans de réclusion et vingt ans d’interdiction de séjour, après une campagne menée par la presse anarchiste (arguant notamment du fait que l’assassin de Jaurès avait été acquitté). []
  10. Le premier dessin illustre un article intitulé “Contre une loi d’infamie.” Il est ainsi légendé : “Tous les josués de toge et de police n’arrêteront pas l’élan de notre révolte contre le crime et sa Cour.” Sur Cottin, La Jeunesse anarchiste, 15 février-15 mars 1922. []
  11. Il n’y a qu’un seul autre dessin de pleine page dans l’ensemble de la collection (consultée sur archive.org). Il s’agit d’un dessin pacifiste à la page 2 du numéro 23 de Janvier 1924. []
  12. C’est surtout le cas durant l’année 1922. Certains dessins sont utilisés plusieurs fois. Les derniers numéros, datant de l’année 1925, ne sont quasiment pas illustrés. []
  13. Moins fréquente, elle apparaît par exemple pour la rubrique Poésie. []
  14. On peut citer : Ce qui se passe, Les Sports du militant, Discutons Polémique, Échos et coups de griffe, Le mois écoulé. Faits généraux, Mouvement international, Le bon grain et l’ivraie (portrait), Enquête en cours, La vie artistique, La vie théâtrale, Rions un brin, La voix syndicaliste, La revue des journaux, La poésie (en tête signée), Revues des revues… []
  15. Respectivement, dans le numéro de janvier 1922, p. 21; février 1922, p. 30 et mai 1922; p. 17. []
  16. Par exemple, Le Libertaire du vendredi 3 au 10 juin 1921, “Les Vaches continuent…” mêlant une dénonciation de la répression judiciaire et policière face à des manifestants. []
  17. On peut citer par exemple : Le Raffut (organe de défenses des locataires de Georges Conchon) du 18 décembre 1920 : Dans les bagnes militaires; ou la caricature contre les bagnes militaires en Algérie, intitulée “La Grande joie des hyènes et des chaouchs” (Le Libertaire, Du vendredi 17 au 24 juin 1921). []
  18. Voir également : Le Libertaire, 3 août 1923, “Le commencement de la faim.” Légende: “Quoi qu’il advienne grande-croix, jamais les chiens de la Ruhr ne porteront ton nom glorieux : il n’y en a plus…” Le dessin représente un militaire avec une légion d’honneur dont le dos est sucé par un vampire dans un champ de ruine. []
  19. Le Libertaire du vendredi 15 avril 1921, “La révolte des gueules noires.”. L’encre très sombre, représente des mineurs dans une mine. https://www.retronews.fr/journal/le-libertaire/15-apr-1921/1835/3536335/1 []
  20. Le Libertaire, Du vendredi 28 janvier 1921, “Chômeurs. Battre le pavé soit; mais la nuit… à la sortie des dancings” ou “Un Manifeste de la CGT. – Je ne suis pas sûr que c’t’abri là résiste au clairon du sursis d’appel.” du vendredi 14 au 21 janvier 1921. []
  21. Le Libertaire du vendredi 22 au 29 avril 1921, “Les Chat-fourrés ont lâché les bourriques”. []
  22. En plus du portrait pour La Jeunesse anarchiste, Claudot donne aussi un dessin en première page dans le numéro du dimanche 26 décembre 1920, “Noël. quoi peuple-agneau, quels pauvres vont être “refroidis” cette nuit par les Hérodes et crucificateurs modernes, amis du pape ? !!!” (un homme en prison). Emile Cottin, condamné à mort le 14 mars 1929, est finalement libéré le 21 août 1924 (très malade, il est astreint à résidence). Dès son premier numéro et jusqu’à l’été 1924, Le Libertaire mène campagne en sa faveur. []
  23. Le Libertaire du vendredi 11 au 19 mars 1921, “Pour nos frères, Pour Badina. On ne supplicie pas impunément des rebelles au fratricide : guerre à la guerre!” représente un groupe de marins criant. Louis Badina, né en 1898, était quartier maître mécanicien pendant les mutineries de la mer Noire en 1919. Il est condamné à quinze ans de détention dans une enceinte fortifiée et à la dégradation militaire le 9 mars 1921. En 1924, il militait avec les groupes anarchistes. []
  24. Le Libertaire, 12 octobre 1923, “Deux têtes de bourreaux.” Légende : “Primo de Rivera. L’Alphonse d’Espagne.”. Les trois anarchistes sont responsables de la mort du président du gouvernement espagnol Eduardo Dato Iradier en mars 1921. Après son arrivée au pouvoir en septembre 1923, Primo de Rivera mène une répression intense contre le mouvement anarchiste espagnol. []
  25. Le Libertaire, 19 décembre 1923, “Germaine Berton”. Germaine Berton (1902-1943). Sur : https://www.retronews.fr/journal/le-libertaire/19-dec-1923/1835/3535891/1 Son projet était au départ d’assassiner Léon Daudet. Elle est acquittée le 24 décembre 1923. Sur Germaine Berton, cf. notamment les travaux de Fanny Bugnon : « Les Amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes, de la Fraction Armée rouge à Action directe, Paris, Payot, 2015) et Bugnon Fanny, « Germaine Berton : une criminelle politique éclipsée », Nouvelles Questions Féministes, 2005/3 (Vol. 24), p. 68-85. DOI : 10.3917/nqf.243.0068. URL : https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2005-3-page-68.htm. []
  26. On citera pour la Hongrie : Le Libertaire, Du vendredi 20 au 27 janvier 1920, “Ho ! Hisse !” (sur la terreur blanche en Hongrie menée par les troupes et unités paramilitaires contre-révolutionnaires après la chute de la République des conseils de Bela Kun en 1919). []
  27. Cf. https://www.retronews.fr/journal/le-libertaire/5-janvier-1923/1835/3535695/2 []
  28. Le Libertaire du vendredi 4 au 11 février 1921 – « Après les pogromes. Paris ne l’engueulera pas. Le tueur Pilsudski : aucun banquier ne figure parmi ces juifs-là… » A noter que les Crucifiés appartiennent cependant comme Clarté à la mouvance communiste. []
  29. Le Libertaire, 1er juillet1921, “L’offensive des bêtes féroces. Grâce aux gracieux concours de la sidérurgie nationale, nous aurons de quoi protéger l’hôtel rouge de la “camarade” Patrie… []
  30. Le Libertaire, vendredi 11 février 1921, “Contre les landlords d’Algérie. Doucement, mes petits affamés. Votre maître d’école c’est l’Irlandais !”. Le maître d’école irlandais fait-il allusion aux combats menés par les nationalistes irlandais pour l’indépendance de l’Irlande ? []
  31. Le Libertaire, vendredi 29 avril 1921, “Debouts les damnés de la terre. Pour écraser la bourgeoisie et faire triompher l’anarchie, il faut avoir du cœur et de l’énergie.” et surtout : Le Libertaire, vendredi 27 au 1er juin 1921, “Les Martyrs. Qu’un peu de cendre se mêle à ton haleine, ô Peuple de Paris.” []
  32. Le Libertaire, 27 juin 1920, “Marie-Salope au Vatican”. En réalité, les relations entre la France et le Saint-Siège sont loin d’être paisibles à cette époque où, pour le gouvernement laïc, l’Église doit “entrer dans le cadre de la loi”. Cela, même si le gouvernement issu des élections de 1919 avait entamé des négociations officieuses pour les améliorer. Les “Alphonses métallurgique”s font peut-être allusion au syndicaliste Alphonse Merrheim, dirigeant de la Fédération des métaux de la CGT, qui, en 1918-1919, reniant son antimilitarisme, se rallie à la majorité syndicale et, au sortir de la guerre, se cantonne à des revendications économiques. []