Le peintre Chinois LIn Fengmian (1900-1991) et ANdRé Claudot (1892-1982)

Ce texte est notamment fondé sur l’“Interview avec Lin Fengmian”, (Bulletin de Sinologie, Juillet 1986, pp. 27-31), sur l’ouvrage de Jean Nicolaï, Jean-Marie Troussard, André Claudot, un peintre en Occident et Orient (à paraître) et sur la thèse de Philippe Cinquini, Les artistes chinois en France et l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris à l’époque de la Première République de Chine (1911-1949) : pratiques et enjeux de la formation artistique académique, Thèse de doctorat en histoire de l’art sous la direction de Chang Ming Marie Peng, Université de Lille 3, 2017.
Il a été relu et complété par Jean Nicolaï et Zhou Kangyao.

Il est lié aux recherches effectuées dans le cadre de l’exposition à venir autour du peintre André Claudot (Musée des Beaux-arts de Dijon, juin-septembre 2021).

Lin Fengmian, sur le site 163.com (article du 4 juin 2020).

L’artiste chinois Lin Fengmian a marqué l’histoire de l’art de son pays, en se revendiquant à la croisée entre la modernité européenne et l’héritage artistique traditionnel chinois. Avec Xu Beihong (1895-1953)1 et Liu Haisu (1896-1994), il a par ailleurs joué un rôle fondamental dans l’enseignement de l’art en Chine.

Dans cette région où l’on trouve des carrières de marbre, son père (Lin Yunong) et son grand-père sont tailleurs de pierre. Ils reçoivent parfois des commandes de temples, mais font surtout des inscriptions funéraires ce qui initie l’enfant à la calligraphie et la peinture traditionnelle4. Lin s’exerce aussi en se fondant sur les images d’une boutique du marchand d’images de son quartier.

Paquebot André Lebon, carte postale des Messageries maritimes.

Comment cet enfant pauvre a-t-il pu faire des études et faire partie du sixième groupe d’étudiants chinois qui quittent la Chine pour un séjour d’études en France le 25 décembre 19195 ? En 1914, il s’achète un billet de loterie avec quelques sapèques donnés par son grand-père et gagne le gros lot : 1000 pièces d’argent6. Il peut ainsi demander à son père de financer ses études secondaires à l’école secondaire provinciale de Meizhou. C’est un oncle, commerçant à l’île Maurice qui paiera une partie du voyage en troisième classe sur le paquebot André Lebon7. Lin fait en effet partie des 4000 étudiants chinois partis en France entre 1912 et 1925, dans le cadre du Mouvement Études et travail8 lancé notamment par le philanthrope Li Shizeng (1881-1973 – fondateur du mouvement anarchiste chinois) et l’éducateur Cai Yuanpei (1895-1931)9. Il apprend le français à Fontainebleau10 et gagne sa vie comme peintre d’affiches ou de pancartes publicitaires. Au printemps 1921, il peut ainsi financer son séjour à l’École des Beaux-arts de Dijon, où il entre dans l’atelier de sculpture d’Ovide Yencesse, qui dirige aussi l’école.
Il va aussi faire un passage à Lyon au nouvel institut franco-chinois qui n’est pas encore officiellement fondé.

Huit ans plus jeune que son ami bourguignon, Lin Fengmian est né le 22 novembre 1900, dans un village2 de la province chinoise du Guangdong, dans une famille d’artisans pauvres. Le nourrisson, malade à sa naissance, est sauvé de l’abandon par sa mère. Quand Lin Fengmian a 7 ans, ne pouvant supporter la dureté du clan paternel et de son mari, celle-ci fugue. Elle est battue en public et n’échappe à la mort que grâce à l’intervention de son fils, en étant cependant vendue par le clan. Lin Fengmian n’arrivera jamais à la retrouver3.

Fernand Cormon, ©Picryl

C’est par l’intermédiaire d’Auguste Mallard (1885-1972), le trésorier de la société littéraire et artistique bourguignonne l’Essor, qu’à l’occasion d’un séjour à Dijon chez ses parents, André Claudot fait la connaissance de Lin Fengmian. Au bout de six mois, poussé par Yencesse, Lin gagne Paris où il va suivre les cours de l’atelier de Fernand Cormon. Il entre ensuite à l’École nationale des Beaux-arts de Paris en mai 1921, et ce jusqu’en 192311. S’il se plie au départ à cette formation très académique, il la complète par la visite d’expositions et de musées. Il admire les Fauves et découvre sans doute à ce moment là réellement l’art chinois traditionnel. Parce qu’il ne vient pas d’un milieu lettré et favorisé, Lin Fengmian n’arrive pas en France avec un projet déjà construit, il est plus opportuniste et saisit chaque occasion. De ce fait, même s’il partage alors les idées révolutionnaires et anarchisantes12 de nombre de ses camarades, “il n’atteint pas l’élite réformatrice et révolutionnaire13. Sa prise de conscience artistique et politique se fait en France. Il va toute sa vie, à partir de cette époque, s’efforcer d’arriver à une synthèse entre l’art traditionnel chinois et l’art occidental, en s’engageant dans une voie plus moderniste que Xu Beihong, issu d’un milieu plus privilégié.

Paysage de Paul-Louis Nigaud (1895-1937), ©Musée du Prieuré de Charolles.

Cette période parisienne est aussi celle où se construit une sociabilité franco-chinoise. Autour de Claudot et de ses amis, comme le sculpteur Henry Martinet (1893-1965)14, le peintre et graveur bourguignon Paul-Louis Nigaud (1895-1937)15, s’associe un groupe d’artistes chinois dont font partie Lin Fengmian, Lin Wenzheng (appelé Ling Vincent16), Wu Dayu (1903-1988), Liu Jipiao (1900-1992), ou Li Jinfa17 (mort en 1964). Entre 1927 et 1929, Claudot prêtera d’ailleurs son atelier de la Ruche à certains d’entre eux restés en France et il en retrouvera plusieurs à Hangzhou. De Chine, il consacre aussi un bel article (paru dans la revue L’Essor en août-septembre 192918) à Lin Fengmian qui participe comme membre d’honneur à la société bourguignonne, depuis la fin des années vingt19.

En 1923, Lin part à Berlin avec Lin Jinfa sur l’invitation d’un ami chinois. Il a un coup de foudre pour une étudiante en chimie, issue de la noblesse allemande, Elisabeth von Ronda. Ils parcourent ensemble la ville, vont au théâtre, au musée. Elle l’initie à la musique classique européenne… Ils se marient, mais la jeune femme meurt l’année suivante, peu après son accouchement, tout comme son enfant. Il va lui même graver leur pierre tombale. C’est en Bourgogne qu’il a connu sa deuxième épouse, une étudiante aux Beaux-arts de Dijon qui a étudié la sculpture avec lui. Née en 1902, issue d’une famille de Nuit-Saint-Georges, Alice Vattant (1902-1982) est aussi l’amie de la soeur d’André Claudot, Violette. Ils se marient à Dijon le 18 avril 192520.

Memorial de Cai Yuanpei (Shanghai), ©Wikimedia Commons

La période française coïncide avec un activisme esthétique soutenu par le grand réformateur Cai Yuanpei (1868-1940). En 1924, Lin Fengmian organise avec d’autres artistes chinois (Association des artistes chinois en France) et l’appui de Cai Yuanpei, la première grande exposition d’art chinois ancien et contemporain, qui a lieu à Strasbourg au Palais du Rhin. Le peintre y expose une quarantaine d’oeuvres qui sont remarquées21. Cai Yuanpei séjourne alors en Europe, en cherchant des talents capables de promouvoir son idéal : remplacer la religion par une éducation esthétique véritablement populaire en s’inspirant de l’Occident. Il est impressionné par Lin Fengmian. En 1925, ce dernier est nommé “Président du Jury de la Section chinoise” à l’exposition internationale des Arts décoratifs de Paris22. Le réformateur lui a proposé de rentrer en Chine pour être professeur l’Ecole nationale professionnelle des Arts de Pékin23. Élu directeur par les élèves de l’École, en mai 1926, à moins de 26 ans, Lin Fengmian devient ainsi le plus jeune dirigeant d’une école d’art dans le monde. L’année suivante, il inaugure l’Assemblée artistique de Pékin qui veut promouvoir l’idéal réformiste, notamment en organisant des expositions et en faisant mieux connaître l’art occidental dans la presse chinoise. André Claudot, appelé par son ami à venir enseigner à Pékin, et arrivé avec sa femme Suzanne (1893-1979) en septembre 1926, lui conseille de ne pas différencier les oeuvres traditionnelles chinoises et les oeuvres plus occidentales lors du premier Salon ouvert le 1er mai 192724. Leur action passe aussi par des concerts, des affiches, des slogans pour populariser le mouvement en militant pour une plus grande influence de l’art. Lin publie alors des textes théoriques qui promeuvent l’union des méthodes de peinture chinoise et occidentale pour créer un art chinois contemporain. Selon Philippe Cinquini, André Claudot joue un rôle essentiel en partie a posteriori dans la “maturation artistique” de Lin Fengmian25.

Télégramme de Lin Fengmian de 1926 invitant André Claudot en Chine, Archives Jean Nicolaï, photographie Edouard Barra.


Mais, après la rupture de l’alliance entre le PCC et le Guomindang en 1926, dans un contexte instable où le Guomindang tente d’imposer son pouvoir contre les communistes et les autres seigneurs de la guerre dans toute la Chine26, Lin Fengmian, comme Claudot et les étudiants qui les suivent, vont se trouver de plus en plus en porte à faux. L’Assemblée artistique est perçue comme trop radicale et sympathisante du communisme. On leur reproche notamment le fait que les oeuvres exposées critiquent violemment la société chinoise. On rejette aussi la présence des modèles nus27 dans la classe d’André Claudot et on traque la présence de sympathisants communistes chez les étudiants. Contraint à la démission, Lin Fengmian quitte Pékin en juillet 1927 pour se mettre sous la protection de Cai Yuanpei à Nankin avec une partie des étudiants menacés28. L’école sera fermée temporairement peu après. Toujours soutenu par Cai Yuanpei, Lin devient membre du Comité pour l’éducation artistique nationale29 et peut fonder à Hangzhou, le 26 mars 1928, l’Académie nationale des arts. Le choix de cette ville moyenne sur le Lac de L’Ouest, proche de Shanghaï, s’explique par la volonté de pratiquer dans le calme des recherches esthétiques, tout en pouvant facilement organiser des expositions à Shanghaï. En mai 1929, Lin Whenzheng et Wu Dayu ont ainsi pu mettre en place avec les autorités françaises et la Société artistique franco-belge une exposition qui a lieu dans la salle d’exposition de l’Alliance française (l’ancien club français de Shanghaï)30. Claudot reste à Pékin quelques mois encore, puis rejoint son ami à Hangzhou. Les deux couples qui habitent non loin de l’autre se voient beaucoup, Suzanne Claudot et Alice Vattant étant aussi très proches.

André Claudot, « L’Institut National des arts de Hangchow (Si-ou) – Lin Fon-Ming », L’Essor, août-septembre 1929., photographie Edouard Barra.


Ils peuvent ainsi librement créer et enseigner en conciliant techniques occidentales (la peinture à l’huile, la pratique du dessin et notamment l’étude d’après modèles vivants, le développement de la gravure sur bois…) et techniques chinoises. Les étudiants ont des cours de français et des musiciens étudient avec les artistes peintres ou sculpteurs. A cette époque, Claudot et Lin Fengmian parrainent aussi la création du groupe des 1831, composé de jeunes artistes engagés, qui refusent « l’art pour l’art », et qui ont décidé de l’employer pour dénoncer les injustices sociales.

André et Suzanne Claudot et des étudiants de l’association artistique, Hangzhou, 1930. Archives Jean Nicolaï, Photographie Edouard Barra


Pour promouvoir cet idéal artistique, Lin Fengmian a par ailleurs fondé la revue Apollo qui perdure jusqu’à l’invasion japonaise de 1937. En 1930, à la fin de son contrat, son ami André Claudot repart en France32. La même année, Lin Fengmian se rend au Japon où il va exposer des oeuvres de ses étudiants. Pourtant en 1937, il est à nouveau obligé de fuir l’invasion japonaise. Des grandes toiles composées dans les années précédentes, ne subsistent à la fin de la guerre que des lambeaux, sa maison ayant été occupée par des soldats qui s’en servaient pour se protéger de la pluie. En 1938, il prend la direction dans le Yunnan d’un institut national qui a fusionné ceux de Hangzhou et de Pékin, et peut même exposer à Shanghaï en 1939.


Durant la Seconde Guerre mondiale, Lin Fengmian est cependant obligé de se replier à Chongqing, là où s’est réfugié le gouvernement nationaliste. Il survit dans un entrepôt, continuant de peindre frénétiquement pendant toute la guerre. Du fait de sa précarité, ce ne sont plus de grandes compositions à l’huile, mais des oeuvres de petite taille où il mélange comme il peut différents pigments.

Résidence de Lin Fengmian à Hangzhou, ©Wikimedia Commons

En 1946, il reprend son poste à l’École d’Hangzhou, qu’il peut diriger jusqu’en 1951. Il doit alors arrêter l’enseignement. Cette période va entamer une séparation avec sa femme qui va durer une vingtaine d’années, celle-ci s’exilant avec leur fille adoptive au Brésil. Critiqué pour son oeuvre, il part cette fois à Shanghaï, où il arrive malgré tout à exposer, dirigeant même un moment la branche locale de l’Association des artistes chinois. C’est sans doute l’apogée de son art, où il peint des montagnes et des rivières paisibles, des paysages presque surréalistes, et toujours beaucoup de figures féminines. Mais au début de la Révolution culturelle en 1966, Lin Fengmian détruit cette fois lui même sa production33. Il ne peut cependant éviter d’être arrêté comme “ennemi du peuple” le 26 août 1967 et emprisonné. Libéré plus de 4 ans après, le 28 décembre 1972, il vit jusqu’à la mort de Mao dans la précarité, continuant de détruire régulièrement ses oeuvres de peur d’être à nouveau arrêté.

Il va finalement partir pour Hong Kong en 1977, où le rejoint sa fille adoptive. Sa renommée de plus en plus importante explique sans doute qu’il conserve le titre de Président de l’Association des Beaux-arts de Shanghaï et de “conseiller” de l’Association Chinoise des artistes. Il consacre une partie de cette période à refaire de mémoire une partie des toiles détruites par le passé. En dépit de fréquentes invitations, il ne retournera jamais en Chine continentale et décède à Hong Kong décède en 1991.

Intérieur de la résidence de Lin Fengmian à Hanzgou, ©Wikimedia Commons

Parmi ses élèves, on trouve donc Li Keran (qui a donc également suivi les cours d’André Claudot) et le poète Ai Qing (1910-1996 entré à Hangzhou en 1928, il part en France au printemps 1929); Zao Wouki (1920-2013), et Chu Teh-Chun (1920-2014 – Zhu Degun) entrés à Hangzhou en 1935 ou Wu Guanzhong (1919-2010), entré en 1936…

En plus de la Chine, où se trouve un Musée Lin Fengmian, ses oeuvres sont exposées dans de nombreux pays notamment En France, à Paris (Musée Cernuschi), ou aux Etats-Unis à New York (MET)34.

1 Ce dernier va épouser la fille de Cai Yuanpei et sera nommé à la Département des arts de l’université centrale à Nanjing (Nankin) à la fin des années vingt.

2 Ge Gong Lin qui est actuellement dans la banlieue de la ville de Meizhou.

3 Plusieurs chercheurs voient dans les nombreuses figures féminines peint par Lin, des images maternelles.

4 Il est par la suite formé par Lian Bocong (1871-1945).

5 Nombre d’entre eux sont communistes et deviendront des dirigeants du PCC : le peintre Lin Wenzheng (1900-1989), Cai Hesen (1895-1931 – un des fondateurs du PCC qui avait recruté “un petit nombre de Hunanais curieux du monde et avides de progrès pour le programme « mi-étude, mi-travail » en France” dans le cadre de la Société d’étude des mondes nouveaux” qu’il avait lancé avant le 4 mai 1919), Cai Chang (1900-1990, la soeur cadette de Cai Hesen), Xiang Jingyu (1895-1928 – Militante féministe et communiste et épouse de Cai Hesen), Li Lisan (1899-1967 – secrétaire général du PCC entre 1928 et 1930)….

6 Une véritable fortune puisqu’un maire de district gagne à l’époque 40 à 50 pièces par an.

7 Navire hôpital (construit en 1913 et lancé en 1915) pendant la guerre, il redevient en 1919 un navire commercial des Messageries maritimes sur la ligne Marseille-Yokohama.

8 Le mouvement Études et travail atteint son apogée entre mars 1919 et décembre 1920 (2000 étudiants). Il va jouer un rôle important dans la propagation du marxisme, la fondation du Parti Communiste Chinois, la formation de nombreux révolutionnaires… ainsi que dans les échanges culturels entre la Chine et la France. Du côté français le réseau est animé par Edouard Herriot, mais aussi par Henri Barbusse et Romain Rolland.
Cf. https://www.bm-lyon.fr/nos-blogs/le-fonds-chinois/documents-et-ressources/ressources-359/presentation-de-l-institut-franco-chinois-de-lyon/article/le-mouvement-travail-etudes [consulté en ligne le 12 décembre 2020]

9 Cai yuanpei est alors alors recteur d’Université. Il devient ministre de l’éducation en 1927. Sur lui cf. Wu Zhihui (1864-1953) et Zhang Renjie (1877-1950) participent aussi à la fondation. Ils étaient membres de la Ligue unie de Sun Yat-sen. Tous les quatre sont passés par le France et ont connu une phase anarchiste. Ils serviront le gouvernement du Guomindang. cf. Philippe Cinquini, p. 68-

10 À Epinal d’abord selon l’article de l’Essor sur paru en août-septembre 1929, p. 2.

11 Jean Nicolaï, Jean-Marie Troussard, op. cit.

12 Selon Philippe Cinquini, op. cit. p. 90, c’est au moins jusqu’à l’exposition qu’il organise en mai 1927 avec Claudot.

13 Philippe Cnquini, op. cit., p. 107.

14 À qui Lin proposera de venir à Hangzhou.

15 Paul Louis Nigaud est le 15 janvier 1895 à Digoin (Saône-et-Loire). Il fait des études de droit à Dijon (notariat). Il débute au Salon des Indépendants en 1920, puis, l’année suivante, au Salon de La Société Nationale des Beaux-arts ainsi qu’au Salon d’Automne. Partageant son temps entre la Bourgogne l’été, et Paris l’hiver, il rencontre Pompon et adhère comme Claudot au “Groupe artistique du Nivernais” (1922) et à “L’Essor” (1923). Il décède le 16 mai 1937 de la fièvre typhoïde.

16 Il se marie avec Cai Weilian, la fille de Cai Yuanpei, qui enseignera aussi à Hangzhou.

17 Il a aussi étudié à Dijon, devient le secrétaire de Cai Yuanpei à son retour en Chine en 1927 et séjourne en Allemagne avec Lin Fengmian en 1923.

18 André Claudot, “L’Institut national des arts de Hangchow (Si-ou). Lin Fon-Ming, Directeur de l’Institut National des arts de Hangchow (Si-ou)”, L’Essor, p. 2-5. L’article reprend en fait le journal de Shanghaï du 28 avril 1929.

19 Il expose trois toiles au Salon de 1929. L’Essor, décembre 1929, p. 24.

20 Le Progrès de la Côte-d’Or, 19 avril 1925, p. 2. Sous le nom de Fou-Ming-Lin.

21 L’Alsace française, 31 mai 1924.

22 La Chine à l’exposition internationale des Arts décoratifs industriels et modernes, 1925 (Catalogue). Il est présenté comme professeur à l’Ecole des Beaux-arts de Pékin.

23 Fondée en 1918 par Cai Yuanpei, elle devient en 1928 l’École (ou Académie) professionnel(le) des arts de Pékin. Aujourd’hui, il s’agit de l’Académie centrale des Beaux-arts. Cf. la notice de Zhou Kangyao, dans le catalogue de l’exposition André Claudot (1892-1982), Musée des Beaux-arts de Dijon, à paraître en mai 2021.

24 Plus de 2000 oeuvres sont exposées que Lin Fengmian fait cependant classer par genre pour guider le regard du public. Lin Fengmian « Un mouvement artistique radical et entier », Journal du matin (Xingqi Huabao), Tome 2, N° 58, 1927. En partie influencée par Claudot, cette exposition ressemble ainsi selon monsieur Cinquini à un congrès politique avec des slogans très radicaux. Philippe Cinquini, op. cit., p. 320.

25 Philippe Cinquini, op. cit., p. 318-323.

26 Pékin est prise plus tardivement en main que Shanghaï ou Nankin (le siège du gouvernement de Jiang Jieshi – Chiang Kai-shek) par le Guomindang, connaissant une période brève où la région est dominée par le seigneur de la guerre Zhang Zuolin (1875-1928). Appelé Tchang Tso Lin dans la presse française de l’époque, il est chassé de la ville en mai 1928.

27 Le “nu occidental”, au sens esthétique, n’existe pas dans l’art traditionnel chinois, même si il y a des représentations érotiques dans la peinture chinoise traditionnelle. .

28 Lettre écrite à André Claudot de Tianjin (Tientsin), par Wen Sheng’an (?) du 7 octobre 1927. Traduction de Mr. Zhou Kangyao. Archives G. Mazuy, fonds André Claudot.

29 Il organise en janvier 1928 la première exposition artistique nationale.

30 Philippe Cinquini, op. cit., p. 320, note 856 et le catalogue Guomei Zhilu, sous la direction de Xujiang, Éd. Zhongguo Meishuxueyuan, Hangzhou, 2017.

31 Plus exactement l’Association de l’an 18 de l’art du lac de l’Ouest avec notamment Li Keran (1907-1989) et Chen Zhuokun (1908-2002). Philippe Cinquini, op. cit., p. 320.

32 Philippe Cinquini (op. cit., p. 320) voit aussi dans son départ, l’évolution de la politique de Lin Fengmian à Hangzhou. Après les réactions négatives des officiels du Guomindang à l’exposition organisée à Hangzhou en mars-avril 1929, Lin Fengmian aurait opéré un tournant stratégie, refusé par Claudot.

33 Il a fait a priori détremper les dessins dans sa baignoire pour ensuite les jeter dans les toilettes. Ses destructions successives gênent selon Philippe Cinquini (op. cit., p. 198-199) l’analyse de l’influence qu’a pu avoir Claudot sur son oeuvre.

34 Au Musée Cernushi, une exposition lui est consacrée du 22 septembre au 28 octobre 1979 et en 2014, a eu lieu une exposition hors les murs présentée au Musée d’art d’Hong-Kong sur les Artistes chinois à Paris, 1920 – 1958 : de Lin Fengmian à Zao Wou-ki.
Les oeuvres de Lin Fengmian dans les collections du Musée Cernushi : https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/recherche?text=Lin%20Fengmian
Les oeuvres de Lin Fengmian dans les collections du Met : https://www.metmuseum.org/art/collection/search#!?q=Lin%20Fengmian&perPage=20&sortBy=Relevance&offset=0&pageSize=0