Antoine Joutsaytis – ANton Yutsaïtis (Антон Юцайтис) : sculpteur de la Ruche

On sait finalement peu de choses sur ce sculpteur né le 30 octobre 1868 à Kiaulupe1 dans la partie lithuanienne de l’Empire russe qui s’est formé d’abord à Odessa (Ukraine), avant de venir à Paris suivre les cours de plusieurs académies au début du XXe siècle 2.

Anton Joutsaytis, Lion de mer, Kroller Museum, Pays-Bas.

Il apparaît sous différentes orthographes (on trouve aussi Joutsaitis, joutsaitys et Joutzaitis dans les sources), avec deux prénoms différents; Antoine étant sans doute une francisation de son prénom originel, Anton.

Le témoignage de Yankel, fils de Michel Kikoïne fait de lui un Ukrainien qui  » sculptait des animaux étranges, notamment ceux qu’il voyait en permanence dans son atelier d’une saleté repoussante, cafards, punaises ou fourmis. » Parle-t-il lithuanien, russe ou ukrainien avec les artistes de l’Empire russe, juifs pour la plupart, qui résidaient à la Ruche comme Soutine, Chagall, Krémègne ?

Photographie donnée à Jacques Chapiro par Mme Fantauzzo. Don Jeanne Warnod au MAJH. De gauche à droite Tchaikov (ou Tcheikov), Henri Epstein, Pinchus Krémègne, Lichtenstein, David Shterenberg, Braser, Fantazzo et Marek Swzarc (assis la main sur le genou) selon la légende du livre de Jeanne Warnod.

Toujours selon Yankel : « Il était éminemment sympathique aux enfants, surtout quand il se déguisait en Père Noël le matin du 25 décembre. »3.

Daniel Lebée, 1975, Musée Carnavalet, PH26019.

On retrouve la même anecdote de Noël, rapportée par Jacques Kikoïne (Yankel), dans le livre du russe Boris Nossik4. L’auteur y mentionne plus précisément une sculpture de cafard en pierre, qui se trouve aujourd’hui au Musée de Kaunas.

Joutsaytis semble arriver à la Ruche avant Marek Szwarc, qui y emménage en 1911.5. Il ferait donc partie de la première génération d’artistes de « L’École de Paris » qui ont émigré au début du XXe siècle. Si on se penche sur la presse française, Joutsaytis (écrit aussi Joutzaitis) est effectivement présent sur la scène artistique en France dès 1912, date de sa première participation au Salon de la Société nationale des Beaux-arts (le Salon de la Nationale). Il y expose à nouveau dans les années vingt et trente. Que devient-il pendant la Grande Guerre ? Nous n’en savons rien.

Couverture du livre de Jeanne Warnod, La Ruche & Montparnasse, Weber, 1978.

Le sculpteur ne vit pas dans la Rotonde du phalanstère d’artistes créé par le sculpteur Alfred Boucher en 1900, mais dans la partie la plus pauvre. Pour Yankel, son  » atelier était au 6 passage Dantzig, une petite allée bordée d’ateliers très pauvres qui jouxtait le corps principal de la Ruche » 6. Le bâtiment où il vit est censé abriter également Bianchi et jouxte celui où se trouvent Paul Vérité7 et Georges Dorignac8. Pour Jeanne Warnod9, Robert Couturier, Jacques Chapiro et Lazare Volovick seraient également présents au même endroit10.

Dans les années vingt et trente, en plus du salon de la Nationale, Joutsaytis est présent au Salon d’Automne. Si les articles de presse de cette époque de crise évoquent bien des statuettes ou des petites figurines, ils montrent aussi que le sculpteur ne crée pas que des insectes. Ainsi, propose-t-il au Salon d’Automne de 1922 des « Têtes d’Esquimaux, en granit; une Pic, en marbre vert; un rouget, en marbre onyx, et une Bête à bon dieu, en marbre rouge.  »11. On parle même de bustes exposés au Salon d’Automne de 1934, tandis que Le Temps du 24 novembre 1933 évoque «  les spirituelles figurines inspirées par les coroplastes grecs, par le lithuanien Joutsaytis », sans préciser ce qui est représenté. En 1938 enfin, on retrouve encore des oiseaux exposés au Salon de la Nationale (un coucou et un bouvreuil)12. Pour Morice Lipsi (1898-1986), « il taillait des pierre de toutes sortes, mais de petites dimensions. Ses sculptures ne dépassaient pas la grandeur d’une main. »13

Anton Joutsaytis, Insectes, 1927 (plâtres ayant appartenu à André Claudot). Collection Pierre Jean Lacaille, Photographie ©Pierre Jean Lacaille

Il est reconnu comme un artiste de talent, recevant un prix de la Société nationale des Beaux-arts en 1932, dont il est nommé membre associé la même année 14. Selon Lipsi 15, sans doute à la fin des années trente, son travail lui « valut d’être nommé membre d’honneur de la Société des sculpteurs animaliers » créée en 1913. Mais dès le début des années vingt, La Revue d’art moderne des arts de la vie16, écrivait :
« Comme les peuples heureux, monsieur Antoine Joutsaytis n’a point d’histoire. Sa carrière s’est écoulée régulière jusqu’à nos jours, marquée par des oeuvres qui ont rapidement attiré l’attention sur son talent de sculpteur. (…) Ce sculpteur se déclare admirateur fervent de Michel-Ange, de Carpeaux, Bourdelle et Rodin, mais sa manière est très personnelle, Antoine Joutsaytis dépense (beaucoup de talent et de virtuosité dans l’expression de ses sujets, sans toutefois rien sacrifier à l’harmonie et au caractère décoratif de l’ensemble. Ses oeuvres sont le fruit d’un tempérament souple, original et passionné pour son métier.  »

Au début des années trente, plus précisément en 1931, donc sans doute à son retour de Chine, le peintre André Claudot17 a fait de l’un de ses voisins du passage Dantzig, un portrait expressif (huile sur toile, 39x55cm)18.

André Claudot, Antoine Joutsaytis, 1931. Collection Pierre Jean Lacaille, Photographie © Pierre Jean Lacaille

L’artiste est debout, de face, le visage légèrement tourné vers la droite. Il se tient très droit, sans qu’on sache s’il est debout ou assis devant un fond sombre et uniforme. C’est un homme vieillissant, silencieux qui a perdu en partie ses cheveux devenus gris et blanc comme sa moustache. Il est vêtu sobrement d’une chemise dont le col cassé n’est pas fixé, d’une veste grise et sans doute d’une sous-veste un peu plus sombre pour se préserver du froid de l’atelier. Son regard semble inquiet et triste. Le nez est un peu rouge, comme si l’alcool avait imprimé sa marque.
L’une de ses mains, la droite, très veinée et burinée, apparait comme surdimensionnée dans le bas du tableau, sans doute pour attester de sa profession.
Pour Lipsi toujours, ce « vieux garçon, vivait en ermite dans un petit atelier au fond du jardin » « Sa vie silencieuse, sa façon de travailler, me faisaient penser à un rongeur. Ils sculptaient des animaux, et ses yeux un peu rouges, ses lunettes presque imperceptibles et sa moustache discrète lui donnaient l’aspect d’une souris. Margot, la chatte de la Ruche, lui rendait visite et l’étourdissait. Il observait les scarabées, les papillons, les abeilles, les mouches, les libellules et les araignées qu’il magnifiait en les modelant dans la glaise. »19

Quand meurt-il ? Selon Lipsi encore, « cet idéaliste créateur mourut pauvre, obscur, inconnu, au milieu de son univers d’insectes vivants et sculptés » l’année après avoir été reconnu membre d’honneur de la Société des artistes animaliers20. Selon le témoignage de Claudot, on retrouve son cadavre mangé par les rats dans son atelier pendant l’Occupation21. Son acte de décès dans les archives de Paris indique bien qu’il est mort pendant l’Occupation, le 13 octobre 1941, mais la déclaration est faite par un employé de l’ancien hôpital Broussais, et parle d’un décès intervenu au 96 rue Didot22.

On peut rapprocher son parcours de celui d’un autre peintre émigré de la Ruche, Mathieu (Matteo) Battaglia, un Italien naturalisé français et né en 1852, dont Claudot fait le portrait en 192123. Italien, il meurt également dans la misère, sans doute à l’hospice du Kremlin Bicêtre en 192724.

André Claudot, Portrait du peintre Battaglia, 1921. Collection G. Mazuy. Photographie © David Brenot.

Peut-être un peu avant son départ en Chine, Claudot a fait un autre portrait du même artiste (Portrait du sculpteur Youtsaïtys). Cette oeuvre plus gaie et colorée, montre le sculpteur plus jeune, dans un atelier où l’on devine l’un de ses plâtres. Il porte une casquette sur sa tête, mais sans doute la même veste, la même chemise à col rond, et le même gilet plus sombre que dans le tableau postérieur. Même si elle est moins mise en évidence, la taille de sa main (gauche cette fois) surprend.

André Claudot, Portrait de Joutsaytis, collection particulière. Capture d’écran à partir du documentaire de Bernard Baissat, André Claudot. Artiste peintre. Remerciements à Pierre Jean Lacaille.

La peinture est exposée comme appartenant à l’auteur (donc sans prix de vente) au Salon des indépendants de 1927. Claudot réside alors en Chine, mais il a sans doute laissé ses toiles à Paris et donne alors comme adresse celle du sculpteur ami de Pompon,25.

Le tableau de 1931, sera lui à nouveau montré après la guerre lors du 13e Salon de l’Atelier en 1967, en insistant sur son lieu de création (Portrait de Joutsaitis, La Ruche, 1931), et pour l’exposition rétrospective sur André Claudot de Pavillon-sous-Bois en 197826

Claudot l’a sans doute conservé jusqu’à sa mort, tout comme les insectes de Joutsaytis. L’oeuvre a en effet été achetée par Pierre Jean Lacaille à la famille Kondratoff qui a hébergé le peintre à partir de la fin des années 1970 jusqu’à son décès, et a (en partie) hérité de ses oeuvres au début des années 1980.

NB. : Nous remercions vivement Pierre Jean Lacaille pour nous avoir autorisé à reproduire les visuels de ces oeuvres et pour nous avoir fourni des renseignements complémentaires à ceux que nous avions trouvés initialement.

  1. Allgemeines Künstlerlexikon – Internationale Künstlerdatenbank – Online []
  2. La Revue d’art moderne des arts et de la vie du 15 janvier 1922, consultée sur Gallica le 13 janvier 2020 []
  3. Les citations proviennent de : Sylvie Buisson, Martine Fresia, La Ruche, Cité des artistes, 1902-2009, Paris, Éditions Alternatives, coll. « Art en scène » ( no 1), 2009 p. 84 []
  4. Ici bruissait une ville étrange ou La grande expérience de la sélection négativeЗдесь шумят чужие города, или Великий эксперимент негативной селекции , LitRess, 2013 []
  5. Sylvie Buisson, Martine Fresia, op. cit., p. 203 []
  6. Sylvie Buisson, Martine Fresia, op. cit []
  7. D’abord peintre et illustrateur, Pierre Vérité dirigea ensuite une galerie avec son fils Bd Raspail []
  8. Léon Georges Dorignac (1879-1925) est un peintre et dessinateur français. Ruiné par un escroc, il s’installe à la Ruche entre 1909-10 et 1925. Ses quatre filles épouseront des artistes. []
  9. Jeanne Warnod, La Ruche & Montparnasse, Weber, 1978, p. 104. Jeanne Warnod est la fille du critique d’art André Warnod, qui est le créateur de la notion d’École de Paris – Merci à Pierre-Jean Lacaille de m’avoir donné ces indications []
  10. Robert Couturier (1905-2008) est un sculpteur français d’origine bordelaise, ancien élève de Maillol, qui réside à la Ruche entre 1928 et 1932. Jacques Chapiro (1887-1972), né dans la partie lettone de l’Empire russe, formé à Kharkov puis à Kiev et à Pétrograd, le peintre quitte la Russie soviétique pour la France en 1925, où il s’installe à la Ruche pendant les cinq années qui suivent. Lazare Volovick (1902-1977), né dans une famille juive dans la partie ukrainienne de l’Empire russe, il commence à étudier à Kharkov, puis du fait de la guerre civile à Kiev, se décidant à partir pour Paris en 1919-20. Après un long séjour obligé en Turquie, il arrive à Paris en 1921. Il trouve en 1923 un atelier à La Ruche où il reste jusqu’à la guerre. Son atelier ayant été occupé par des Allemands pendant la guerre, les oeuvres qui s’y trouvaient ont été détruites. []
  11. La Revue d’art moderne des arts et de la vie, 15 janvier 1922 []
  12. Journal des débats politiques et littéraires, 28 mai 1938 []
  13. Jeanne Warnod, op.cit., p. 104 []
  14. L’Aube, 13 mai 1932 et Excelsior, 13 mai 1932 []
  15. Jeanne Warnod, ibid []
  16. Op. cit. []
  17. Sur Claudot on se permet de renvoyer aux articles de ce carnet de recherches et à la notice rédigée pour le Maitron en ligne : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article218985 []
  18. Collection de Pierre Jean Lacaille []
  19. Janine Warnod, op. cit. p. 104 []
  20. ibid []
  21. Bernard Baissat, Claudot Peintre, documentaire de 1979 – https://www.youtube.com/watch?v=wf-BMgf6n8U []
  22. Archives de Paris, 15 D 388, acte de décès n° 3917 []
  23. Son grand portrait en pied (collection G. Mazuy), sera en particulier admiré au Salon des indépendants en 1924, et à celui de la société artistique bourguignonne L’Essor, la même année. Le Menestrel, 22 février 1924, p. 9 notamment. Pierre Sanchez, Dictionnaire des indépendants. Répertoire des Exposants et listes des oeuvres présentées, tome 1er, L’Échelle de Jacob, Dijon, tome 1 et Pierre Sanchez, Dictionnaire des Salons de Dijon, Dijon, L’Échelle de Jacob []
  24. Archives municipales de la ville de Paris, État civil, en ligne []
  25. Henry Martinet – 1893-1967 – 9 rue Alain-Chartier dans le 15e. Pierre Sanchez, Dictionnaire des indépendants. Répertoire des Exposants et listes des oeuvres présentées, tome 1er, L’Échelle de Jacob, Dijon, p. 322 – Remerciements à Claudine Delphis qui m’a permis de faire le lien entre l’adresse et le sculpteur. []
  26. Il est aussi intitulé Portrait de Joutsaitys mais est daté de 1932. Catalogue de l’exposition, Avec une préface de Jean Marcenac, Archives Gérard Mazuy []