Les Verriers au Travail – André Claudot

Dans le documentaire de Bernard Baissat, Claudot artiste peintre , André Claudot évoque longuement « Les Verriers au travail », une oeuvre qui date de la période 1912-1914. C’est la période où le jeune Claudot est rentré à Dijon après l’affaire du dessin du Libertaire pour lequel il a échappé à des poursuites (cf. l’article de septembre 2019 : André Claudot, un jeune homme de vingt ans inscrit au Carnet B).
Bernard Baissat, Claudot Artiste peintre (à partir de 5’45 »)

Les Verriers au travail, 1913 ? , Collection particulière. Photographie de Bernard Baissat.

Claudot militant anarchiste est surveillé à partir de la fin de l’automne 1912 (Carnet B), ce qui ne l’empêche pas de militer à la Bourse du Travail et de créer un comité de défense sociale avec ses amis anarcho-syndicalistes. Ceux-ci, et en particulier Lanniée, secrétaire du syndicat des Verriers de Dijon 1, l’invitent à venir dessiner dans l’usine des Verreries de Dijon, située dans le quartier du Petit-Bernard, à l’extrémité de la rue des Rotondes2 .

« Au cours des années 1950, les entreprises sollicitent photographes, cinéastes, mais aussi peintres pour magnifier l’automation industrielle, faire valoir la valeur culturelle de l’usine et promouvoir son embellissement. » 3.
Il s’agit au contraire ici de faire venir le peintre dans l’usine avec pour objectif de dénoncer les conditions de travail des ouvriers, et en particulier de celles des enfants. Il ne s’agit pas pour le peintre de faire comprendre l’univers technique de l’usine. Certes la représentation reste réaliste et se veut fidèle (la présence du peintre sur place en atteste). Certes les fours sont bien visibles en arrière-plan, tout comme l’outillage des verriers et l’on retrouve cette passion du feu qui anime la peinture industrielle du XIXe siècle commanditée par les entreprises avec l’ouvrier torse nu qui a fini  » par signifier, sur les parois des édifices publics, le travail et l’industrie dans leur ensemble. »4. Mais l’objectif est tout autre : il s’agit de faire réaliser la dureté des conditions de travail dans l’usine, en mettant la souffrance des ouvriers, et en particulier celle des enfants au premier plan.

Les Verriers au travail (détail), 1913 ?, Collection particulière. Photographie de Bernard Baissat.

Que sait-on sur Les Verreries de Dijon un peu avant 1914 ?
L’usine a été construite en 1893. En 1903, un syndicat est autorisé5. Mais elle doit cesser ses activités quelques années après.
En 1907, un nouveau propriétaire, parisien, obtient une autorisation de réouverture pour une usine de gobelleterie, verres (dont des verres à moutarde) qui emploiera des ouvriers venus de Belgique pendant la guerre.
Elle fermera ses portes définitivement dans les années trente. Elle s’arrête de fonctionner en 1930, servant cependant de dépôt quelques années encore6. Par la suite, en juin 1936, un incendie ravage les lieux7. Elle compte 75 employés en 1912, et elle devra faire appel à des réfugiés belges pour continuer ses activités après le déclenchement de la guerre en 19148

Mais revenons à l’oeuvre et à son contexte de création. Faire peindre l’usine des Verreries est donc l’objectif des anarcho- syndicalistes. Seulement, quand Claudot arrive sur les lieux, la direction lui refuse l’accès des portes d’entrée. Cela provoque une action syndicale immédiate : une grève sans préavis avec débrayage instantané est mise en place, à l’initiative de Lanniée. Dans cette usine où les syndicalistes semblent bien implantés, est-ce la peur de voir s’installer une grève dure qui fait reculer l’entreprise ? Le mouvement ne dure finalement que quelques minutes et Claudot peut y entrer dessiner. Sur place, il dit avoir été saisi par les conditions de travail, notamment celles des enfants, souvent étrangers (espagnols et italiens) « recrutés par des padrone », dont le labeur s’effectue dans l’insalubrité, avec une chaleur insoutenable9. A cette date pourtant, le travail des enfants de moins de 12 ans est interdit et une loi de 1902 a fixé des normes d’hygiène dans les entreprises. Mais des rapports de l’inspection du travail témoignent d’infractions à ces règles, dans les verreries en particulier, où on emploie des enfants pour souffler le verre. Le travail d’enfants dans l’usine est attesté au moins jusqu’en 1921, où on envisage de les remplacer par des machines. Sur la toile, on les voit en effet accroupis ou courbés, pliés en deux sous le poids de charges pénibles et on perçoit la sueur que les lueurs du feu font briller sur les dos dénudés.

Les Verriers au travail (détail), 1913 ?, Collection particulière. Photographie de Bernard Baissat.

L’artiste ne fera pas toute l’oeuvre sur place. Du fait de la chaleur, il ne fait que mettre en place la composition avec (un ?) des croquis. C’est chez lui, soit a priori rue Jeannin à l’époque, ou chez ses parents boulevard de Strasbourg, qu’il finira la toile. Dans le documentaire de Bernard Baissait, Claudot explique encore qu’il était à cette période très influencé par ceux qu’ils nomment « les impressionnistes », et en particulier par la peinture de Bonnard. Si les couleurs initiales de la toile encollée avaient mal vieilli (ce dont témoigne le film et les photographies de Bernard Baissat), il explique avoir choisi des violets qui reprenaient pour lui ceux des oeuvres de Bonnard.

Pierre Bonnard, La Terrasse à Vernon, 1939, Met, Image Wikicommons.

Il est difficile de savoir à quel moment précis a été créée cette composition ? Est-ce avant ou après son inscription au carnet B à l’automne 1912 ? Est-ce avant ou juste après la grève générale de 24 heures initiée par la CGT contre la guerre et la future mobilisation générale (dans le même contexte de lutte contre la future loi des 3 ans), au milieu du mois de décembre 1912 ?

CONTRE LA GUERRE

La grève générale de 24 heures, préconisée, pour hier, par la C. G. T., afin, d’après les organisateurs, de « faire réfléchir les gouvernements sur le peu d’enthousiasme que déchaînerait, dans la classe ouvrière française consciente, l’annonce d’une mobilisation», a recueilli à Dijon peu de partisans. Seule la verrerie du Petit-Bernard, qui occupe environ 75 ouvriers, chômait. Aux verriers s’étaient joints quelques ouvriers du bâtiment ; tailleurs de pierres, terrassiers, etc. En tout 150 grévistes. A 3 heures, ils se réunissaient à la Bourse du travail, où, sous la présidence du camarade Mick, du syndicat des verriers, assisté des camarades Prévost, du syndicat du bâtiment, et Ballin, du syndicat des verriers, ils tenaient une réunion. Plusieurs orateurs ont pris la parole et ont parlé contre la guerre. La réunion s’est terminée par le vote de l’ordre du jour ci-après, que nous reproduisons à titre de document : « Les camarades, ouvriers grévistes, pour mettre en application les décisions du congrès confédéral, réunis à la Bourse du travail, protestent contre toute guerre offensive ou défensive, et se déclarent prêts, en cas de mobilisation de guerre, à faire la grève générale révolutionnaire et l’insurrection.

« Se séparent au cri : Guerre à la guerre !
A bas la guerre
« A bas toutes les patries.
« Vive l’union des syndicats de la Côte d’Or!
« Vive la Confédération générale du travail ! »
Les grévistes ont ensuite quitté la Bourse de la rue Févret et ont parcouru les rues de la ville en chantant « l’Internationale ». Aucun incident à signaler. »10.

J’aurais tendance à la dater de 191311, en sachant qu’il la présente au Salon des Amis des arts dijonnais en 191412 et qu’en 1912, il a présenté une autre « oeuvre sociale » intitulée Les Tanneries13. Cette oeuvre de jeunesse est marquée par une attention aux hommes que le peintre conservera toute sa vie. C’est pour lui le point de départ de ses grandes compositions de caractère social14. Mais elle est aussi profondément ancrée dans la période anarchiste de Claudot. Elle est suivie (ou précédé) par d’autres oeuvres, plus allégoriques, comme celle offerte au Congrès de la Libre pensée en 1914 : Vers la raison contre les dogmes pour l’universel bonheur, ou celle intitulée En attendant la sortie d’une réunion anarchiste tenue au Tivoli Vaux Hall à Paris en 1900.15, ainsi que des oeuvres présentées par le Comité de défense sociale, lors d’une réunion en plein air organisée au Carrousel de Dijon par l’Union des syndicats de la Côte d’Or, le Groupe socialiste dijonnais et la Fédération des syndicats ouvriers de la Nièvre durant l’été 1913 : « Notre Camarade Claudot, du Comité de Défense sociale, avait peint trois tableaux suggestifs et d’actualité : Tu ne tueras point ! avec la tête de celui à qui cette pensée est attribuée : Jésus ! Le Militarisme, chien de garde du capital; et enfin : Guerre à la Guerre. Ces tableaux résumant la pensée ouvrière, ont produit leur effet. » 16.

Extrait d’un article du Réveil syndical, Juillet 1913 (communiqué par Jean Belin).

En 1977, un article du quotidien dijonnais Le Bien public est consacré à cette entreprise. Il est illustré par la toile de Claudot17

Le Bien public, 5 août 1977. Photographie de Bernard Baissat

En 1978, le tableau est exposé lors de l’exposition rétrospective organisée à Pavillon-Sous-Bois18. Les Verriers au travail appartiennent aujourd’hui à un collectionneur privé.

  1. Il fut secrétaire CGT des Verriers de Dijon de décembre 1913 à la déclaration de guerre en 1914, succédant à Dessol. Notes de Jean Belin []
  2. Indications données dans le témoignage de Claudot, et confirmées par monsieur Jean Nicolaï []
  3. Gwenaële Rot, François Vatin, Peindre l’usine, peindre pour l’usine : Reynold Arnould (1955-1972), Figures de l’art no. 32 (2016): 151–64. []
  4. Nicolas Pierrot  : « Peindre l’usine, La mise en scène des espaces de travail industriel dans la peinture française, v. 1760 – v. 1890 », Annales, N° 50-51, décembre 2000, p. 64-78 []
  5. Archives municipales de Dijon []
  6. Roger Gauchat, Les quartiers extérieurs de Dijon, in Mémoires de la Commission des antiquités du département de la Côte-d’Or / Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon. Commission des antiquités du département de la Côte d’Or, Tome 25, p. 443, https://bm.dijon.fr/documents/MEMOIRES%20CACO/1832-2001/1959-1962-025-11-283-334-1369194.pdf []
  7. Recueil juridique de l’assurance : organe mensuel international destiné à l’exposé et à l’étude pratique de la jurisprudence, de la législation et de toutes les questions intéressant les assurances terrestre sous la direction Me Annet-Badel,  1936, in https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6217219x/f56.image.r=%22Verreries%20de%20Dijon%22?rk=150215;2 []
  8. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5652853/f4.item.r=%22Verreries%20de%20Dijon%22.zoom []
  9. Son témoignage, op. cit. []
  10. Le Progrès de la Côte d’Or, 17 décembre 1912, p. 2/6 – Consulté sur Retronews []
  11. Pour monsieur Jean Nicolaï, la facture de l’oeuvre la rapproche d’ailleurs d’une autre oeuvre datée précisément de 1913 : Bar de nuit aux Halles. []
  12. Pierre Sanchel, Les Salons de Dijon 1771-1950, Editions de l’Echelle de Jacob, Dijon, 2002, p. 120 []
  13. Huile sur toile, Avril 1912, Musée des Beaux-arts de Dijon, Ibid pour la référence au Salon []
  14. Son témoignage dans Bernard Baissat, Claudot artiste peintre, op. cit. []
  15. Donation au Musée des Beaux-arts de Dijon en 2019 []
  16. Le Réveil syndical, juillet 1913. Extrait d’article communiqué par Jean Belin – ISH-CGT.
    Le Comité de Défense sociale est un organisme né en 1903. Il est refondé en septembre 1908 pour soutenir les inculpés de Villeneuve-Saint-Georges. Il se perpétue jusqu’en 1914 en élargissant son action. Selon Guillaume Davranche – https://paris-luttes.info/1912-entr-aide-et-defense-sociale-5846, il a pour but de : « récolter de l’argent pour aider les militants incarcérés et, surtout, les familles des détenus et des victimes, brusquement privées d’un salaire ; faire campagne dans la presse pour créer un courant d’opinion en faveur des inculpés ;faire le lien avec les avocats afin d’assurer une défense cohérente et politique. » Son siège est établi à la CGT, impasse de la Grange-aux-Belles. Il est relancé à nouveau en mars 1918 à Paris. []
  17. Le Bien public, « Elle n’était pas comparable à Murano. Il y eut une verrerie en 1893, à Dijon », 5 août 1977 []
  18. Catalogue de l’exposition, préfacé par Jean Marcenac []