Adjaristan, Intourist, Années 30. Quelques commentaires sur une brochure destinée aux voyageurs français.

Connaissez-vous l’Adjaristan (Adjarie), cette région musulmane au sud-ouest de la Géorgie ? 
Elle a longtemps été ottomane jusqu’à sa conquête par le pouvoir russe en 1878. Après l’annexion, une partie de la population musulmane rejoint la partie turque de l’empire, tandis que se développe des organisations terroristes de résistance. Mais la majorité de la population va collaborer avec le pouvoir tsariste.

Couverture de la brochure Ajaristan, Intourist, 193? @MSH Dijon

Le territoire se développe alors autour du port de Batoum (Batoumi), qui s’industrialise à partir des années 1880. En effet, le Congrès de Berlin de 1878 en a fait un port-franc et un pipeline va faire passer le pétrole de Bakou par là. La ville est bientôt aussi reliée par chemin de fer à Tbilissi et Bakou. Au début du XXe siècle, c’est l’un des ports industriels les plus importants au monde. La région est d’ailleurs touchée par des grèves et par la Révolution de 1905.

Comme dans tout le Caucase, la Grande Guerre et la Révolution bolchevique soumettent le territoire à des occupations successives : Batoum (Batoumi) est occupée par l’armée ottomane puis par l’armée allemande en 1918, ensuite par l’armée britannique dans le cadre du Blocus allié. Les Britanniques cèdent le territoire au gouvernement de la République démocratique de Géorgie en 1920.

Après une brève période turque après la levée du blocus, la région est finalement prise par l’Armée rouge. En juillet 1921, elle devient une République soviétique autonome sous le nom de République socialiste soviétique autonome d’Adjarie, rattachée à la République socialiste soviétique de Géorgie, majoritairement chrétienne1. La République des Soviets réinvestit en effet l’ancien espace impérial en créant des Républiques censées être égales entre elles2. C’est ainsi la seule entité territoriale de l’Union Soviétique fondée sur une base religieuse et non ethnique.

En 1929, des villages musulmans se soulèvent contre la collectivisation et des milliers d’Adjaris sont déportés3.

Verso de couverture.

« Adjaristan » brochure Intourist des années trente numérisée sur le site Pandor de la MSH de Dijon 

Ce n’est évidemment pas tout à fait le regard que porte cette brochure Intourist éditée en français à Moscou dans la 7ème imprimerie du « Vnechtorgisdat »4, durant le second plan quinquennal5.

Carte touristique de Moscou, Intourist, années trente6

Déclinée également en anglais7, on ne connait ni ses rédacteurs ni le nom du ou des photographes qui illustrent ses pages. En dehors du dessin en couleurs de la couverture, une vingtaine de photographies en noir et blanc ponctue un texte qui se veut descriptif et informatif. Cette brochure fait aussi partie des ouvrages de propagande soviétique sur les régions périphériques, en particulier celle sur le Caucase. Elle a cela de spécifique qu’elle est destinée aux voyageurs ou a de futurs voyageurs étrangers. 

Elle était ainsi sans doute distribuée soit par les circuits traditionnels (agences de voyage…), soit par les organisations communistes (Les Amis de l’URSS en particulier publient de nombreux articles sur le Caucase dans leur magazine Russie d’Aujourd’hui et vendent, à partir de 1934, des voyages dans le Caucase), soit par l’agence Intourist parisienne, ou sur place, à Moscou ou Leningrad, dans les kiosques Intourist mis en place dans les hôtels pour étrangers.

Georges Simenon, Gens d’en face, Les Annales. Le roman est publié en feuilleton dans l’hebdomadaire « Les Annales », n° 2’459-2’465 du 1er septembre au 13 octobre 1933 (soit 7 livraisons).
Georges Simenon, Gens d’en face, Fayard, 1933 (édition populaire). Image @http://www.association-jacques-riviere-alain-fournier.com/

Était-elle déjà publiée lors du voyage en URSS autour de la mer Noire de Georges Simenon au printemps 1933 ? A son retour, le romancier fait de Batoumi l’un des lieux de son roman, Les Gens d’en face, publié d’abord en feuilleton dès l’automne suivant8.

Initialement dans le fonds de la Bibliothèque marxiste de Paris, l’exemplaire numérisé sur le site Pandor (de la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon) ne porte cependant pas de trace de l’organisme ou de la personne qui a pu en faire don, même si on peut supposer qu’elle provienne d’un fonds d’un militant ou d’une organisation communistes.

Affiche Intourist des années trente.

La couverture en couleurs reprend l’iconographie des affiches Intourist de l’époque, vantant les beautés des paysages du Caucase et le climat ensoleillé de la Géorgie9
Affiches, brochures et cartes postales Intourist des années trente sur le Caucase

Adjaristan, op. cit., p. 15
@MSH Dijon

Cette représentation semble donc plus plus touristique qu’idéologique a priori. Elle utilise d’ailleurs des stéréotypes exotiques ( « Le pays de la fertilité », « Un jardin fleuri baigné par la Mer Noire » qui s’étend « loin dans les montagnes ») et un « discours géographique » (sommets, climat, étendu du territoire, ressources, données économiques et sociales…), fondé sur une conception topographique de l’espace, qu’on trouve également dans les guides occidentaux de cette époque10 .

Adjaristan, op. cit., p. 21
@MSH Dijon

Mais à ce « discours classique » sur ces confins se mêle un récit de propagande qui vise à témoigner de l’essor économique sans précédent de la région, alors même que le développement industriel est antérieur.

Adjaristan, p. 17
@MSH dijon

Outre la promotion des anciennes stations balnéaires et de l’industrie pétrolière, le régime veut montrer qu’il a mis en place le développement industriel de la région (exploration de nouvelles matières premières) dans une vision du progrès économique peu soucieuse d’environnement. Il s’agit bien là de mettre en valeur un espace politique nouveau, dégagé de son passé russe et impérial, mais qui promeut avant tout une « modernité socialiste », en oubliant les particularismes culturels et religieux locaux.

Adjaristan, op.cit., p. 25
@MSH dijon

Ce récit oppose cependant, de façon classique à l’époque, l’oppression coloniale tsariste à l’égard de la « minorité adjare » avec l’émancipation des peuples que le régime communiste aurait rendue possible (fonctions de direction, promotion de la langue, scolarisation des populations nationales) : « Ce pays opprimé auparavant est devenu libre ».

L’autre thème classique de la propagande soviétique, concernant le Caucase et les régions périphériques, est bien entendu l’émancipation des femmes. Mais il est ici question d’égalité genrée, plus de que la fin des « préjugés religieux » pesant sur les femmes (voile…).11. ll n’y a en fait aucune référence explicite à l’Islam dans la brochure.

Seule photographie où l’on voit explicitement des habitants, cette photographie du bord de mer met bien en valeur la « femme adjarie moderne ». Adjaristan, op. cit., p. 13
@MSH Dijon

Mais ce regard émancipateur est cependant sous-tendu par une vision de « l’autre » qui oppose le progrès social proposé par le pouvoir soviétique à l’arriération de ces régions périphériques : « La femme adjure affranchie fréquente maintenant les réunions, les bibliothèques, participent aux cercles dramatiques et musicaux, aux groupes de self-activity12 artistique. Elle prend la parole à des assemblées. » (p. 14

).

Adjaristan, op. cit., p. 29
@MSH Dijon

En dehors de ces thèmes spécifiques aux régions périphériques de l’Asie centrale et du Caucase, s’ajoutent des thèmes de propagande communs à toutes les républiques soviétiques : le développement culturel (clubs de cinéma dans les villages, parce de la culture), le développement des industries (nouvelles usines installées ou en cours de construction), celui de l’agriculture (sovkhozes liés à la culture de la mandarine ou du thé) et l’urbanisation (nouveaux quartiers « noyés dans la verdure », nouvelle gare maritime, parc de la culture et de repos, « nouveau » boulevard, logements ouvriers…).

L’incontournable rue Lénine. Adjaristan, op. cit., p. 11
@MSH Dijon

Là aussi, pas plus que du côté industriel, l’héritage du passé tsariste n’est mentionné. Comme la plupart des sanatoriums de la ville dont l’architecture date de l’éoque impériale, le jardin botanique de Batoumi a ainsi été créé en 1880. Ni le texte ni les nombreuses photographies qui lui sont consacrées n’en font état.

Adjaristan, op. cit., p. 7
@MSH Dijon

La collection de photographies conjugue en effet les aspects touristiques (jardins exotiques et luxuriants, p. 21, palmiers p. 3, bois de bambous, p. 20, orangers, p. 31, bord de mer, p. 13, sanatoriums, p. 22,, magnifiques villas…) avec des photographies (parfois les mêmes) témoignant de l’empreinte du communisme dans le paysage (surtout urbain) : statue de Lénine (p. 7), la cité pétrolière avec ses nouveaux logements ouvriers (p. 18), le nouveau sanatorium du Conseil des syndicats de l’URSS (p. 23), une fabrique de thé et l’Institut du thé (p. 27 et 29), mais aussi des noms de lieux soviétisés (rue des Soviets, p. 10, la maison de repos des travailleurs de la T.S.F., ou celle du Commissariat à l’agriculture de l’URSS, p. 25 ). Elles chantent aussi la gloire de héros soviétiques (quai du lieutenant Schmidt).

Adjaristan, op. cit., p. 9
@MSH Dijon

La population est pourtant très peu présente. Pas d’ouvriers devant les logements ouvriers, les sanatoriums ou les usines. Pas de paysans dans les images de sovkhoze13.

Peut-être est-ce aussi parce que, ce que l’on veut promouvoir repose avant tout sur un exotisme subtropical, plus que sur le développement industriel des grands chantiers du second plan quinquennal. En effet, c’est un « paradis socialiste ensoleillé », fait pour le repos et la détente, plus que l’URSS des grands combinats industriels de l’Oural, qui est ici montré14.

  1. C’est le Traité de Kars signé entre les Soviets et la Turquie, qui en fait une république autonome dotée d’une « vaste autonomie administrative locale garantissant à chaque communauté ses droits culturels et religieux ». []
  2. Cœuré Sophie, « La Russie soviétique et l’Europe : frontières, propagandes, mythologies du xxe siècle », Hérodote, 2017/3 (N° 166-167), p. 37-50. DOI : 10.3917/her.166.0037. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2017-3-page-37.htm []
  3. Après l’effondrement de l’URSS et l’indépendance de la Géorgie, l’Adjarie n’a cependant pas connu de revendications séparatistes violentes, mais elle reste jusqu’en 2007 sous la coupe d’un potentat local (Aslan Abachidzé) et de son clan, qui captent toutes les richesses. Cf. Serrano Silvia, « Existe-t-il un Etat géorgien ? », Études, 2009/9 (Tome 411), p. 163-174. URL : https://www.cairn.info/revue-etudes-2009-9-page-163.htm []
  4. dépendantes du Ministère du Commerce extérieur, ces imprimeries travaillent pour Intourist. Dans les années trente, elles fournissent également des plans de Moscou et Léningrad, l’« Intourist’s Pocket Guide to the Soviet Union » ou des brochures sur « Les Théâtres de Moscou ». Comme la majorité des touristes étrangers sont anglophones (plus précisément américains), la plupart de ces publications sont d’abord en anglais. (p. 16) []
  5. Donc entre 1933 et 1938 []
  6. Cette carte en anglais de Moscou met en valeur les sites industriels, alors que celle en français, datée de 1932, se contente des édifices dits culturels. []
  7. On peut même supposer qu’il s’agit d’une traduction de l’anglais []
  8. Jean-Claude Riga et Léon Michaux, Simenon et les gens d’en face, Arte, RTC-Télé Liège et RTBF, 2003. Le roman est aussi adapté en 1993 par Jésus Garay pour la télévision.  []
  9. Avec l’essor du tourisme soviétique, ce discours sera repris de manière amplifiée à l’intérieur et à l’extérieur de l’URSS, à l’époque de Brejnev. Cf. Serrano Silvia, « Chapitre 2 : La Géorgie, un voisin distant », dans Les banlieues de l’Europe. Les politiques de voisinage de l’Union européenne. Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), « Nouveaux Débats », 2007, p. 75-100. URL : https://www.cairn.info/les-banlieues-de-l-europe-les-politiques-de-voisin–9782724610444-page-75.htm []
  10. Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir ?: Voyages en Russie soviétique (1919-1939), Odile Jacob, 2002, p. 82-89 []
  11. Sur le même sujet on peut par exemple citer un film tourné en Adjaristan et sorti en URSS en 1930, Molodost’ pobejdaet (La jeunesse l’emporte de Mikhaïl Guélovanni). Plus centré sur la religion, il joue lui sur l’opposition entre les générations,: Pozner Valérie, « Festival du film d’archives de Belye Stolby. 29 février-4 mars 2016 », Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 2016/1 (n° 78), p. 187-192. URL : https://www.cairn.info/revue-1895-2016-1-page-187.htm 
De la même façon, les lettres de voyage de Marguerite et Jean-Richard Bloch envoyées du Caucase durant l’été 1934, évoque spécifiquement cette thématique de l’émancipation religieuse conjuguée avec l’égalité entre hommes et femmes. Cf. Moscou-Caucase, Eté 34. Lettres et carnet d’URSS de Jean-Richard et Marguerite Bloch, à paraître aux éditions du CNRS. []
  12. Ce terme anglais est-il le signe d’une traduction d’une première édition en anglais de la brochure ? []
  13. Cela ne semble en rien anormal dans un guide ou une brochure de voyage de l’époque. []
  14. deux photographies seulement – sans ouvrier, sur l’industrie pétrolière []

Un texte autobiographique d’André Claudot pour le Maitron – avril 1974

En repérant les fonds d’archives concernant le peintre André Claudot sur lequel je travaille depuis quelques mois, j’avais identifié un dossier dans le fonds Jean Maitron. Il s’agit d’un texte autobiographique signée par l’artiste engagé en 1974 et accompagné d’une lettre a priori adressée à Jean Maitron.

Je ne sais pas encore exactement comment le contact a été établi entre Jean Maitron et André Claudot , mais la lettre écrite par Claudot  évoque le rôle de Michel Dixmier. Or, à la même époque, avec sa femme Elisabeth, il faisait paraître au Centre d’histoire du syndicalisme des éditions FrançoisMaspéro, »L’Assiette au beurre » : revue satirique illustrée. ».
La collection du Centre d’histoire du syndicalisme était dirigée par Jacques Droz et… Jean Maitron, alors maître-assistant à l’Université Paris 1.

Michel Et Elisabeth Dixmier, L’Assiette au beurre : revue satirique illustrée, 1974.

Michel et  Elisabeth Dixmier, L’Assiette au beurre : revue satirique illustrée, Collection du Centre d’histoire du syndicalisme François Maspéro, 1974 sur Gallica

Ce document est donc intéressant à plusieurs titres. Tout d’abord parce qu’il reprend par écrit les récits de vie faits par André Claudot dans les documentaires de Bernard Baissat, journaliste et documentariste qui a rencontré Claudot en 1967. Le premier, Ecoutez Claudot, tourné en 1977, est d’ailleurs un entretien entre Jean Maitron et André Claudot.

Récit de la rencontre et des liens entre Bernard Baissat et André Claudot sur le blog de Bernard Baissat. Leurs relations ont conduit au premier documentaire.

Par ailleurs, il montre aussi le « Maitron » en train de s’écrire, même si nous n’avons pas les brouillons de la notice signée par Jean Maitron et rédigée pour le volume 22 du Dictonnaire biographique du mouvement ouvrier français (IVe partie, 1914-1939 : De la Première à la Seconde Guerre mondiale) qui est sorti en 1984.

Elle a été reprise récemment dans Le Dictionnaire des anarchistes, avec la même signature.
Notice d’André Claudot pour Le Dictionnaire des anarchistes signée par Jean Maitron

André Claudot et Jean Maitron, Image extraite du documentaire de Bernard Baissat, Ecoutez Claudot (sur Dailymotion)

Dans les sources indiquées dans la notice publiée dans le Maitron en ligne, il y a bien sûr la trace des « Rencontres entre Jean Maitron et André Claudot ». Elles sont complétées par les nécrologies du journal  Le Monde (17 juin 1982) ainsi que du Réfractaire (novembre 1982) et par des « Notes de Bernard Baissat ». Une actualisation a été faite par les rédacteurs du Dictionnaire des anarchistes (Jean Maitron est décédé en 1987) avec un article du journal dijonnais Le Bien public, daté de juin 2013, c’est-à-dire au moment où un tableau « chinois » de Claudot atteint un record mondial de ventes. 

Le Bien public, 13 juin 2013, « Dijon : record mondial pour un tableau d’André Claudot »

Figure également dans les sources, une interview d’André Claudot effectuée par l’historien Pierre Lévêque (1928-2017). Enseignant puis universitaire à Dijon, militant communiste puis socialiste, il a longtemps été le correspondant du Maitron pour la Côte d’Or. 

Notice de Pierre Lévêque dans Le Maitron en ligne

Mais la trace des quelques pages écrites par André Claudot lui-même n’y figure pas. Les 8 feuillets (La lettre et 7 feuillets autobiographiques rédigées à la main) sont en fait depuis longtemps conservées dans les caves de la Bibliothèque Jean Maitron du Centre d’Histoire sociale de l’Université Paris 1, dans le fonds Jean Maitron.

Bibliothèque du Centre d’Histoire sociale de l’Université Paris 1 – Bibliothèque Jean Maitron.
Image @ Centre d’histoire sociale

Quelques feuillets, que Rossana Vaccaro a fait monter au 6e étage de l’immeuble, un jour de canicule de cet été 2018. Une petite pépite d’histoire où le son de la voix d’André Claudot est remontée à la surface. Si ce n’était le ton très particulier de l’artiste qui parle de lui à la troisième personne, à quelques points près, on aurait pu reprendre son texte pour écrire sa notice biographique. 

De fait, la plupart de ces éléments manquants témoignent de l’engagement communiste de Claudot qui restait aussi profondément marqué par son passé  libertaire (l’évocation émue de ses souvenirs de la rédaction du Libertaire avant 1914 en témoigne). 

Fonds Claudot, @ Archives G. Mazuy

 Il a ainsi purement et simplement effacé de ces quelques pages, son passage à la SFIO au moment du Front populaire (du côté des Pivertistes . Il est opposé aux Néo-socialistes). Il oublie aussi ses liens (qu’il faudrait creuser) avec le maire socialiste Robert Jardillier au moment du Front populaire.

Dans ses pages, ses toiles les plus politiques sont évoquées (celles contre l’occupation nazie et le régime de Vichy, celle contre la guerre du Vietnam notamment), avec une logique qui respecte son engagement au PCF à partir de la Seconde Guerre mondiale.

André Claudot, Place rouge.
Collection G. Mazuy –  photographie David Brenot

Sans doutes pour les mêmes raisons, il fustige Victor Serge qu’il a connu avant 1914, et oublie de mentionner le peintre chinois Lin Fengmian qu’il a connu,  d’abord à Dijon quand ce dernier étudiait en France, puis en Chine, à Pékin puis à l’école de Hangzhou dont il est l’un des fondateurs. L’épouse de Lin Fengmian, la sculptrice Alice Vattant, était d’ailleurs une amie de la soeur d’André Claudot.1 La Révolution culturelle qui a touché l’artiste chinois est-elle passée par là ?

Lin Fengmian
Photographie extraite d’un document vidéo déposé sur youtube par Etude Morand à l’occasion d’une vente de tableaux de l’artiste à Drouot en 2015

Pour autant, en 1968, Claudot peint « Le Printemps sur le Yangtze », qui, selon son témoignage2, témoigne du retour du printemps en Chine après les heures sombres de la Révolution culturelle.

André Claudot, Le printemps sur le Yangtze, 1968 – Capture d’écran sur le site Inamediapro, DR. 

Enfin, mais c’est un autre sujet, il ne mentionne jamais sa femme Suzanne, qui a partagé toute sa vie (ils se marient en 1919 et elle décède en 1979) et qui l’a notamment accompagné en Chine.

André Claudot, Suzanne Claudot, 1977, 65x54cm, Vente Hugues Cortot (SELARL), Dijon.

Mais je lui laisse maintenant la parole, tout en l’accompagnant de… quelques notes.

Autobiographie d’André Claudot pour le DBMOF
Fonds Jean Maitron
Transcription et annotations Rachel Mazuy – Août 2018

1. Lettre introductive
André Claudot        arrivé le 23 [note manuscrite d’une autre écriture]
3 rue Musette
21000 DIJON                                                                               12 avril 1974

Monsieur,

Ci-joint le papier autobiographique que Mr. Dixmier3 m’a demandé de votre part.
J’avais cru faire court.
En me relisant je me demande si je ne me suis par trop étendu.
Néanmoins je vous envoie le tout tel quel.
Aussi vous laisserai-je le soin – et je m’en excuse – de faire toute correction, simplification, que vos collaborateurs et vous-même jugerez utiles.
Veuillez agréer, monsieur ainsi que l’équipe culturelle que vous dirigez, l’expression de ma haute sympathie.

AClaudot [signature]

2. Texte autobiographie d’André Claudot datant de 1974

f. 1
André CLAUDOT

Né à Dijon (Côte d’Or) le 14 février 1892.
Peintre et dessinateur.
Ecole primaire, lycée Carnot.

Carte postale du Lycée Carnot à Dijon. Vers 1900.

Préférence marquée pour l’Ecole Buissonnière (boîte à dessin dans le cartable).

Carte d’étudiant de l’Ecole des Beaux-Arts de Dijon d’André Claudot
Fonds André Claudot, Archives G. Mazuy

Ecole nationale des Beaux-arts (dijonnaise) de 1903 à 1909. Section peinture.

Ecole des Beaux Arts de Dijon Médaille d’argent Section composition Décoration 1906-1907 Fonds André Claudot, Archives G. Mazuy

Membre benjamin de l’Association des Etudiants, dont la revue « Dijon – Escholier » s’orne de ses premiers dessins humoristiques.4

D’autres sous divers pseudonymes paraitront à l’époque dans les hebdos locaux.

1909 – Départ à Paris, où il débarque le soir de la fulgurante manifestation – à laquelle il prend part – du boulevard de Courcelles à l’annonce de l’exécution de Ferrer dans les fossés de Montjuich [Montjuic]5

Le Libertaire, 31 octobre 1909

1910 – Entre à l’Ecole Nle [Nationale] des Arts Décoratifs avec une bourse départementale.

Mais vite désertée après connaissance émerveillée des maîtres de l’Assiette au Beurre  parallèlement avec ceux de l’impressionnisme.

f. 2

C’est alors qu’un beau jour il heurte l’huis de la cabane en bois – si souvent saccagée par la police – de la rue d’Orsel.6 : les bureaux du « Libertaire ». L’accueil qu’il y reçoit d’Hélène Lecadieu et Pierre Martin – le petit bossu ex-compagnon de Kropotkine à Clairvaux – l’émeut encore aujourd’hui.7

Pierre Martin sur son lit de mort. Archives Louis Lecoin @Maitron en ligne

Cette année-là l’hebdo anarchiste publiera de lui deux ou trois dessins (mauvais) – dont l’un sera poursuivi et un article relatif à la condamnation de Delannoy pour son boucher étoilé paru en couverture des « Hommes du jour ».8 


[Les Hommes du Jour, n° 12, 1908. Général d’Amade] / Aristide Delannoy

Retour à Dijon sous l’affectueuse pression de Matta [Matha]9, Pierre Martin, Hélène Lecadieu pour le soustraire au juge Chêneboit, à l’inculpation d’antimilitarisme à l’encre de Chine.10

La Presse, 28 janvier 1912

Laquelle en cas plus que probable de condamnation eut assuré à son auteur la primeur de la loi Berry-Millerand – qui venait d’être votée. – envoyant aux « Bats d’Af » les jeunes [?] avant leur incorporation militaire.11

Par le même train, il échappait aussi à un autre danger : Kibaltchich [Kibaltchitch], copain du Boul’ Mich, tentant de l’embobiner pour Romainville – où « l’Anarchie » venait d’emménager – et où se trouvait la sinistre entreprise (f. 3) de la bande à Bonnot.12

Victor Serge et Rirette Maîtrejean avant 1914

Contre la déviation individualiste Claudot était heureusement immunisé.

Pour toujours.

En province, jusqu’à la déclaration de guerre, son militantisme ne faiblira pas. Liaison maintenue avec la Fédération Anarchiste Communiste.
Fait la connaissance des principaux leaders de la C.G.T. au cours des grands meetings contres les bagnes militaires
.13

Egalement celle de Sébastien Faure. Peint les décors du Théâtre de la Bourse du Travail, dessine les affiches pour les campagnes en cours.14

Un de ses dessins passe dans « La Bataille Syndicaliste ».15

La Bataille syndicaliste, Dimanche 16 février 1913.
@Gallica

Il fonde un comité de défense sociale (à l’image de celui de Paris). Lequel est saisi d’une grosse affaire de corruption judiciaire antiouvrière, dont le héros, – par la suite maire et sous-ministre – complètera son déshonneur en votant les pleins pouvoirs à Pétain.

Organise des réunions publiques de quartiers, de village avec les militants des jeunesses syndicalistes et des jeunesses socialistes.

Participation tout de même aux Salons de peinture locaux et régionaux (Autun, Nevers, Saint-Etienne, etc.).

f. 4
Réformé temporairement à l’appel de sa classe en 13,16 il sera encaserné au 109ème R.I. en octobre 14 à Chaumont.17

Livret militaire d’André Claudot matricule 67 page 98, Archives Ministère de la Défense

La gale d’abord, plusieurs cas de maux épidémiques joints aux vaccins de Vincennes pas au point ensuite, retarderont le départ au front de sa compagnie jusqu’au début de 1915.18

André Claudot, En Artois, Mai 1915 @Collection G. Mazuy, DR

Le plateau de Lorette, Souchez19, Verdun, la Somme, le Moulin de Lafaux [Laffaux]20, le Chemin des Dames résorberont avec la sueur du fantassin aux cartouchières bourrées de tabac pour la pipe, le sifflement têtu des notes – hélas, sans aucun écho – du refrain de « Révolution » de Guérard.21

Carte postale, Souchez, 1918
@France 3 Régions

Le lendemain des mutineries de 17 – an glorieux de la fin du pendeur de toutes les Russie22 – « Ce qu’il faut dire » affiche en première page de son numéro spécial en rouge, un dessin légendé signé A. Claudot, 109ème R.I. Secteur postal 117. On s’attendait au conseil de guerre… Mais rien. Apparemment. 23

Dessin d’André Claudot, 1916, Ce qu’il faut dire (journal antimilitariste et libertaire de Sébastien Faure).

Armée d’Orient. Salue l’armistice en Serbie où il passe du 54ème R.I.C. au Xème génie, sans que ne le quitte le petit carton à dessin, fidèle à la pattelette du sac, jusqu’à la fin de la tuerie.24

André Claudot, Ujvidek, février 1919. Nom hongrois de Novi Sad (Serbie) @ collection G. Mazuy, DR. 

En 1920 rendu à la vie civile, il explore à Dijon une partie de son butin de guerre : environ (f. 5) 400 dessins des plus caractéristiques du grand festin des gros rats du champ d’horreur seront acquis par le groupe anarchiste de St-Etienne.

Clarté, 7 août 1920
Dessin d’André Claudot, Notre-Dame de Lorette, 29 avril 1916.
@ Blog de Bernard Baissat

D’autres seront publiés par « Clarté ».25

André Claudot, Cole d’Egre-Polanka, 11-10-18
@collection G. Mazuy, DR. 

Claudot retrouve enfin « le Libertaire » – en deuil d’Hélène, de Pierre enlevés par la tourmente – avec Lecoin26, libéré, qui vient de succéder à Content27 à la tête du journal. Auquel Lecoin viennent se joindre André Colomer28 et Georges Vidal29

André Colomer
DR Image @Maitron en ligne

Chaque semaine durant près de quatre ans, Claudot jouera de son noir et blanc en première page du « Lib » – que reproduiront assez régulièrement après « La Bonne Guerre » de Tours, la presse révolutionnaire anarchiste mondiale (« Probouda » de Chicago, « Umanita Nova » de Rome30, « Accion consciente » de la Havane, « Brand » de Stockolm31, etc.).

Sa signature se lira aussi dans « Le Mutilé »32, « les Crucifiés »33 .

Vue arrière de la Ruche. @Walter Limot, 1968
Paris. Musée Carnavalet.
Site Paris Musées – Les Musées de la ville de Paris

Occupe un atelier à « La Ruche »34.

Cartes d’exposants à la Société des Artistes indépendants 1924, 1926 et 1931.
Fonds André Claudot, Archives G. Mazuy

Expose à la Nationale [ S’agit-il de la Bibliothèque Nationale de France ou du bâtiment de l’École nationale des Arts et Métiers ? ], à l’automne aux Indéps [Indépendants].

Cartes d’exposants d’André Claudot (Salon d’automne) ou programme d’exposition.
Fonds André Claudot, Archives G. Mazuy

Cesse sa collaboration au « Lib » [Libertaire] au moment où Colomer lance « L’Insurgé » beaucoup plus lucide vis à vis de la Révolution d’Octobre.
f. 6

André Claudot, Encre de Chine, sans date – années en Chine ?, Collection G. Mazuy, DR

1926. Un concours de circonstances favorables le conduit en Chine.35

Avec en poupe l’amitié de Pompon36, le [?] coup de chapeau que Bourdelle vient lui adresser publiquement37.  Avec aussi le désir d’un bain pré-révolutionnaire que la barrière d’une langue trop subtile lui interdira finalement – en Chine où pendant 4 ans il exercera le professorat de peinture et de dessin : 2 années à « l’Institut national des Arts » de Pékin, autant à Hangtchéou [Hangzhou] à l’Ecole nationale des Arts du Lac de l’Ouest – haut-lieu culturel de la Vieille-Chine artiste et lettrée38.

Scéne de rue à Tchao Tchéou en 1929, encre de Chine et aquarelle, 49×62, @site André Claudot Collection particulière, DR.

Là-bas il a rencontré Jacques Reclus39 et découvre le vieux peintre Tsi Pai Che[Si Qi Baishi]  – dont les oeuvres après la longue marche connaitront la plus large audience internationale.40

André Claudot, Chine – Les chameaux. Date inconnue.
@Collection G. Mazuy – Photographie David Brenot, DR

Solidaire des étudiants et des ouvriers qui continueront à payer un lourd tribut sanglant à la répression barbare des généraux fantoches à laquelle se joint le Kuomintang – trahi du dedans, par la tête, qui tournera à droite, après mille vicissitudes – Claudot rompt son contrat, prend le bateau.41

Retour à la Ruche.

Exposition d’oeuvres faites en Chine, Galerie Barreiro, 1931.

1931. Exposition chez Barreiro.42

Cartes d’exposants d’André Claudot et catalogue d’exposition (Galerie Barreiro)
@ Fonds Claudot, Archives G. Mazuy

Peintures, aquarelles, dessins faits en Chine. Bonne presse43. Achats de l’Etat et de la Ville de Paris.44

André Claudot, Homme chinois, 1926, aquarelle
Collection G. Mazuy – Photographie David Brenot, DR

1932. Montmartre. Fonde le comité de Défense de Montmartre aux Artistes qu’il vice-préside. « Montmartre aux artistes, oui, aux affairistes, non ». Un syndic est nommé par le tribunal civil de la Seine – mais c’est un copain des escrocs !45

Monde, 4 février 1933, p. 5. Dessin de Ling (Lin Fengmian).

Dessins de Chine dans « Monde »46, « Les Annales »47

Les Annales, 15 février 1932. Collection Jean Nicolaï. Photographie Edouard Barra.

Illustre un reportage d’Andrée Viollis dans « Le Petit Parisien ».
f. 7

Cartes d’André Claudot de l’époque de la Cité aux artistes Fonds André Claudot, Archives G. Mazuy

1935. Nomination de professeur peinture et dessin à l’Ecole Nationale des B.-A. de Dijon.48

Septembre 41 : Sa révocation par Vichy.
Résistance dans les rangs du Front National jusqu’à la Libération. Impératif catégorique : adhésion au Parti communiste.
André Claudot, artiste engagé et résistant linograveur

Elu grand électeur du canton de Gevrey-Chambertin, n’est pas réintégré au poste d’où les traîtres l’ont chassé…

Carte de délégué au Congrès pour la paix de Varsovie, 1950.
Fonds André Claudot, Archives G. Mazuy

Délégué de la Côte d’Or aux Congrès mondiaux de la Paix à Varsovie en 50 et de Vienne deux ans après49

Congrès pour la paix, Vienne (laisser passer) et Varsovie.
Fonds André Claudot, Archives G. Mazuy

Fonde « l’Atelier » qui tient Salon depuis 20 ans dans les Salles annexes du Musée des B.-A.[Beaux-Arts] dijonnais, au milieu de ses meilleurs élèves.

Vue depuis la tour de l’Atelier du 3 rue Musette

Peintures, aquarelles, dessins au musée des B.-A. de Dijon.

1972 : Prix international « Vesuvio ».

André Claudot, Peinture sur le Vietnam, étude.
Collection G. Mazuy – Photographie David Brenot, DR

Principales compositions picturales dernières : « Vietnam », « Klu Klux Klan », « La Faim » – qui furent précédées de « Joyeusetés » de « la divine surprise ».

André Claudot, Klu Klux Klan, 1971.
collection G. Mazuy – Photographie David Brenot, DR

Aujourd’hui à quatre fois vingt ans bien sonnés, toujours fidèle à l’idéal de sa jeunesse, de toute sa vie, Claudot est convaincu que le bonheur universel ne peut qu’être à l’oeuvre – à plus ou moins longue échéance – de l’action de masse que boussole le marxisme-léninisme – lequel ne met la charrue devant les boeufs…

_

11 avril 74

  1. C’est lui qui appelle Claudot à Hangzhou. Cf. Michael Sullivan, Art and Artists of Twentieth-century China, University of California Press, Berkeley, Los Angeles, London, 1996, p. 43. []
  2. Denis Bersou , « Le peintre André CLAUDOT », Samedi entre nous, L’art et la manière, Collection : Centre Est, Date de 1re diffusion : samedi 20/12/1980, Inamediapro []
  3. Michel Dixmier est enseignant et spécialiste de la presse satirique illustrée. et collectionneur de l’oeuvre du caricaturiste Jossot (1866-195I). Il  est coauteur de « L’assiette au beurre – Revue satirique illustrée, 1901-1912 », François Maspéro, 1974, « La République et l’Eglise, image d’une querelle », Ed. La Martinière, 2005, « Quand le crayon attaque, Image satiriques et opinion publique en France (1814-1918) », Autrement, 2007, « L’oeil de la police, Crime et châtiment à la Belle Époque », Gallimard, 2007 ainsi que « Jossot caricatures : De la révolte à la fuite en Orient (1866-1951) », Paris Bibliothèques, 2011 (catalogue de l’exposition du Musée Forney du même nom). []
  4. Dijon escholier, bulletin mensuel de l’Association générale des étudiants de Dijon. Le premier numéro date de mai 1906. Sur ces associations d’étudiants, on peut lire l’article de Pierre Moulinier, « La « Belle Époque » des carabins et des potards : préhistoire du syndicalisme étudiant ? (1902-1912) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2007/2 (N° 86), p. 10-28. URL : https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2007-2-page-10.htm. []
  5. Le 13 octobre 1909, une énorme manifestation spontanée pour protester contre l’exécution du pédagogue et militant libertaire espagnol Francisco Ferrer fusillé dans les fossés de Montjuic, à Barcelone rassemble plus de 40.000 personnes. Aux abords du boulevard de Courcelles près de l’Ambassade d’Espagne elle dégénère face aux policiers montés sur des chevaux qui barrent le passage (bus et kiosques à journaux incendiés, vitrines dévalisées et pulvérisées)…  Gilles Candar, « Paris, octobre 1909… Passages et traverses socialistes », in Genre et utopie, avec Michèle Riot-Sarcey, coll. Temps & Espaces, Presses universitaires de Vincennes, 2014, p. 293-308. []
  6. Les locaux du périodique anarchiste sont situées au 4 rue d’Orsel à Montmartre. []
  7.  Hélène Lecadieu est née le 20 octobre 1853 à Paris, et morte le 23 juillet 1916 à Épône (Yvelines). Anarchiste, gérante du Libertaire de mai 1905 à septembre 1910. Cf. Dictionnaire des anarchistes, Maitron en ligne, Rolf Dupuy et Guillaume Davranche.
    Pierre Martin est né le 16 août 1856 à Vienne (Isère), mort à Paris le 6 août 1916. Ouvrier tisseur, puis photographe ambulant, anarchiste, animateur du Libertaire et de la Fédération révolutionnaire communiste dans les années 1910. Autorité morale unanimement respectée par les diverses fractions anarchistes, c’était le fils d’un couple d’ouvriers journaliers illettrés. Cf. Dictionnaire des Anarchistes, Maitron en ligne, Jean Maitron et Guillaume Davranche. []
  8. Aristide Delannoy, (1874-1911). Illustrateur, caricaturiste et militant libertaire. Il collabore d’abord à l’Assiette au beurre, puis aux Hommes du jour. Cf. Aristide Delannoy, Un Crayon de combat. Préface d’Henry Poulaille. Editions Le Vent du Ch’min 1982. 160 pages de dessins tirés de nombreuses publications. Contient l’inventaire de tous les dessins fait par l’auteur entre 1900 et 1911. Publiées entre 1908 et 1919, Les Hommes du jour, est une collection de brochures hebdomadaires grand format d’inspiration libertaire dont les textes ont été rédigés en grande partie par Victor Méric et qui était illustrée par Aristide Delannoy. Parmi les couvertures qui firent scandale, il s’agit sans doute de celle qui valut en septembre 1908, à Victor Méric et Aristide Delannoy d’être condamnés à un an de prison et à 3 000 francs d’amende pour avoir, représenté le général Albert d’Amade, en boucher au tablier taché de sang (expédition coloniale au Maroc) – N°12, 1908. []
  9.   Armand, Louis Matha. Né le 10 avril 1861 à Casteljaloux (Lot-et-Garonne) ; mort le 12 février 1930 à Draveil (Seine-et-Oise) ; ouvrier coiffeur puis publiciste ; animateur du Libertaire de 1900 à 1910.
 Cf. Dictionnaire des anarchistes, Maitron en ligne (Guillaume Davranche) []
  10.  Claudot fait allusion aux condamnations pour ces dessins publiés dans Le Libertaire en 1911. []
  11.  La loi Berry-Millerand (Georges Berry et Alexandre Millerand) votée en 1912 envoyait dans les sections spéciales des Bataillons d’Afrique, des jeunes hommes ayant encouru une condamnation à trois mois de prison pour fait de grève, rébellion à l’autorité et propagande antimilitariste.
    Cf. https://chsprod.hypotheses.org/1912-2 (coupures de presse militante de l’époque). Et Yvonne Cohen, L’Antimilitarisme des jeunesses avant 1914, Matériaux pour l’Histoire de notre temps, 1989, p. 449. https://www.persee.fr/doc/mat_0769-3206_1989_num_16_1_404023   []
  12.  André Claudot évoque ici Victor, Lvovitch, Napoléon, Kibaltchitch dit Victor Serge.  Né le 30 décembre 1890 à Ixelles dans la banlieue de Bruxelles (Belgique), mort le 17 novembre 1947 à Mexico (Mexique) ; journaliste, traducteur, essayiste, poète, romancier ; anarchiste communiste, oppositionnel d’abord proche de Trotsky, prit ses distances avec lui jusqu’à leur rupture en 1939 ; socialiste indépendant.  En juillet 1911, Rirette Maîtrejean fut pressentie pour prendre la tête de L’Anarchie. Avec Victor Serge, qui de fait l’anima, elle alla donc habiter au siège du journal qui s’était transféré depuis l’année précédente dans un pavillon à Romainville.
    En ce qui concerne la bande à Bonnot, Serge fut condamné pour avoir hébergé les principaux membres de la bande et refusé de les dénoncer, mais il ne participa pas à leurs actions violentes. L’animosité de Claudot à l’égard de Victor Serge, témoigne de l’engagement communiste de Claudot en 1974. En effet, Serge, qui s’était mis au service de la Révolution russe, et était proche de Trotski, fut en but à la répression stalinienne. Il fut libéré de prison et expulsé d’URSS après une longue campagne en sa faveur en 1936. S’il s’écarta du mouvement trotskiste en 1938, il resta un communiste oppositionnel opposé au régime stalinien.
    Cf.  Notice biographique de Victor Serge sur Le Maitron en ligne, Jean Rière, Michel Dreyfus, Nicole Racine. []
  13.  L’opposition aux lois dites scélérates. []
  14.  « Le 1er mars 1893, la Bourse du travail ouvre ses portes au 14, de la rue du Rempart-du-Château, actuelle rue de la Poste à Dijon. (…) La première Bourse se développe très vite, subventionnée par la Ville et réunissant des fonds lors de fêtes bals et concerts, ce qui lui permet de créer une bibliothèque, un bureau de placement, des cours professionnels, des consultations juridiques, un service médical gratuit, un comité des ménagères, des caisses de chômage complétées par le viaticum pour les ouvriers de passage, et la tenue de réunions syndicales. Devenue trop exiguë, elle s’installe 7, rue Févret, le 28 mai 1895 et est inaugurée le 15 juin. » Le représentant dijonnais à la CGT est Louis Girard. Un nouveau bâtiment sera inauguré en 1927.  Le Bien public, 22/09/2014, « Dijon : La Bourse du travail dévoile son histoire ». Cf. Fatima Si Mohammed, La Bourse du travail de Dijon (1893-1928), Dijon, 1999. []
  15.   La Bataille syndicaliste, publiée entre le 27 avril 1911 et le 23 octobre 1915, est un journal syndicaliste révolutionnaire, généralement considéré comme l’« organe officieux » de la Confédération générale du travail (CGT) pour cette période. []
  16.   Selon son dossier militaire, il est réformé temporairement le 20 octobre 1913 pour une « bronchite suspecte au poumon droit ». []
  17.  Précisément à compter du 22 octobre 1914 (Livret militaire). []
  18.  Il est indiqué dans son livret qu’il se bat « Contre l’Allemagne » « Aux armées » à partir du 30 mars 1915. []
  19.  Située entre les collines de Vimy et de Lorette, le village devient une forteresse allemande dont les Alliés voudront s’emparer lors de la deuxième bataille de l’Artois. Le village, totalement détruit à la fin de la Grande Guerre, est cité à l’ordre de la Nation et reçoit la Croix de Guerre. En 2015, Souchez accueille un centre d’interprétation de la  Première guerre mondiale.
    http://centenaire.org/fr/en-france/nord-pas-de-calais/pas-de-calais/ouverture-du-centre-dinterpretation-de-souchez-lens-14-18
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/2014/11/11/souchez-ville-martyre-de-la-grande-guerre-589670.html 
    []
  20.   http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/le-moulin-de-laffaux
    La prise de la position du moulin de Laffaux a fait partie de l’offensive Nivelle du printemps 1917 dans le secteur du Chemin des Dames. Au prix de lourdes pertes, la position est reprise par l’armée française. En septembre 1918, le moulin fait à nouveau partie des points stratégiques d’affrontements. []
  21.  Allusion à une des chansons les plus célèbres, datant de 1910, du chansonnier libertaire Robert Guérard qui se produisait dans les groupements anarchistes avant 1914. En 1920, il devint membre du parti communiste. Mais il en aurait été exclu par la suite. A sa mort en 1949, Le Libertaire le qualifiait de « véritable libertaire ». Maitron en ligne. []
  22. Entendre, le tsar Nicolas II []
  23. André Claudot évoque sans doute  le numéro clandestin du Libertaire qui est sorti le 15 juin 1917.  Pour Fabrice Magnone (Le Libertaire (1917-1956). Autopsie d’un journal anarchiste, Thèse d’Histoire sous la direction de Ralph Schor, Université de Nice, 1998  – http://www.lelibertaire.fr/index.php3) : « Selon un rapport de police, les neuf-dixièmes de l’édition auraient été saisis. Cette mesure est suivie, le 19 juin, de l’arrestation des responsables de la publication. » []
  24.  Il passe d’abord par le 22e régiment d’infanterie coloniale le 22 janvier 1918 pour arriver au 54e Régiment d’infanterie coloniale le 30 mars 1918. Enfin, il sera transféré au 21e régiment du génie le 13 novembre 1918. Livret militaire. []
  25.  Officiellement, la revue est fondée en mai 1919 par Henri Barbusse, Paul Vaillant-Couturier et Raymond Lefebvre, Elle veut « organiser les intellectuels combattants décidés à servir la paix et à construire une société égalitaire et démocratique ». cf. l’article d’Alain Cuenot : Alain Cuénot, « Clarté (1919-1928) : du refus de la guerre à la révolution », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/3522  []
  26.  Louis Lecoin. « Né le 30 septembre 1888 à Saint-Amand-Montrond (Cher), mort le 23 juin 1971 aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ; jardinier, cimentier, correcteur d’imprimerie puis marchand ambulant ; militant anarchiste, syndicaliste, antimilitariste et pacifiste ; promoteur en France de l’objection de conscience. » Maitron en ligne, Dictionnaire des anarchistes, Édouard Sill, Guillaume Davranche. []
  27.  Claude Content. « Né le 26 septembre 1892 à Mehun-sur-Yèvre (Cher) et mort le 15 juillet 1927 à Joigny (Yonne). Publiciste, puis épicier anarchiste. « Au moment où Claude Content sortait de prison, les anarchistes parisiens regroupaient leur force. En décembre, fut formée la Fédération anarchiste, et Content en fut élu secrétaire. Le 26 janvier 1919, Le Libertaire reparaissait. Arrêté comme gérant du journal pour avoir publié, dès le n° 2 un manifeste en faveur de la Révolution russe, Content fit pendant sept jours la grève de la faim pour être mis au régime politique. Il comparut les 9 et 10 avril 1919 devant le 6e conseil de guerre et fut acquitté. »  Maitron en ligne, Dictionnaire des anarchistes, Gabriel Désert, Jean Maitron, Rolf Dupuy, Guillaume Davranche. []
  28.  André Colomer. « Né le 4 décembre 1886 à Cerbère (Pyrénées-Orientales) ; mort le 7 octobre 1931 à Moscou (URSS) ; publiciste, puis chauffeur ; individualiste, puis anarcho-syndicaliste, puis communiste. » C’est en 1921 qu’il rencontre Lecoin qui le fait adhérer à l’Union anarchiste et collaborer au Libertaire; A partir de 1925 il se rapproche des communistes. Après le voyage du Xe anniversaire de la Révolution russe, il adhère officiellement au parti communiste. Après la répression contre les communistes de 1928 qui lui vaut plusieurs mois de prison, il part vivre en URSS avec sa famille. Il meurt à Moscou en 1931 (cf. L’Appel des Soviets (revue des Amis de l’Union soviétique), 1931). Maitron en ligne, Dictionnaire des anarchistes, Jean Maitron, notice revue par Guillaume Davranche. []
  29.  Georges Vidal. « Né le 24 avril 1903 à Guérigny (Nièvre), mort le 13 novembre 1964 à Paris ; correcteur d’imprimerie, romancier et poète ; anarchiste. » Membre de l’Union anarchiste et collaborant au Libertaire au début des années vingt, il fut emprisonné à plusieurs reprises et étroitement surveillé par la police au début des années vingt. Parti au Costa-Rica entre 1927 et 1929, il s’éloigne ensuite « progressivement de l’action militante pour se consacrer aux romans d’aventures, policiers et d’espionnage », sous divers pseudonymes.  Maitron en ligne, Dictionnaire des anarchistes, Jean Maitron, notice complétée par Thierry Bertrand. []
  30.  Le journal anarchiste fondé en fait à Milan par Errico Malatesta en 1920. []
  31.  Le périodique suédois Brand. Ungsocialistiska partiets organ (Traduction : Le Feu. Organe du parti socialiste).https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/servlet/ViewManager?menu=public_menu_view&record=z3950_bnopale:BNOPALE:rset-RS55|show%202&setCache=z3950_bnopale.BNOPALE&fromList=true   []
  32.  S’agit-il du journal « Le Mutilé » de Chalon-sur-Saône (1919-?) ? https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/servlet/ViewManager?menu=public_menu_view&record=z3950_sudoc:SUDOC:rset-RS52|show%2081&setCache=z3950_sudoc.SUDOC&fromList=true  []
  33.   C e périodique dépend en 1920 des éditions Clarté. https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/servlet/ViewManager?menu=public_menu_view&record=z3950_sudoc:SUDOC:rset-RS64|show%2026&setCache=z3950_sudoc.SUDOC&fromList=true  []
  34.   Il s’installe d’abord au 216 bis rue de Vaugirard en janvier 1920 puis au 2 passage Dantzig le 28 avril 1922. (Livret militaire – Localités successives habitées). Mais sa carte d’exposant au Salon d’automne de 1921 donne le passage Dantzig comme adresse. []
  35.  Le livret militaire indique la date du 19 mai 1927 pour son installation à Pékin et celle du 11 octobre 1928 pour son installation à « Hantchéou, Chine. Il s’agit peut-être d’une deuxième adresse pékinoise, et non pas de celle de son installation. Il est ainsi possible qu’il ne se soit pas immédiatement immatriculé au consulat de France à son arrivée en 1926. ». En octobre 1928, le premier numéro de la revue « Appollo » de l’Académie des Arts d’Hangzhou évoque l’arrivée depuis Pékin d’un « célèbre artiste de Paris » avec un chien qu’il traitait comme son fils (Michael Sullivan, op. cit., p. 65). Il est à nouveau domicilié au passage Dantzig à partir du 7 janvier 1932, avant de s’installer rue Ordener dans la Cité aux artistes. []
  36.   François Pompon (1855-1933). Sculpteur d’origine bourguignonne, dont l’oeuvre moderniste tranche sur la sculpture réaliste du XIXe siècle. Il connaît une célébrité tardive à partir du début des années vingt. Son atelier de la rue Campagne-Première a été transféré au Palais des ducs de Bourgogne, à Dijon, en 1948.Un musée François Pompon est aussi créé de manière posthume dans sa ville natale, où il est aussi enterré (Saulieu). En dépit de la rumeur qui en fait écho (cf. article du Bien Public ci-dessous), l’atelier de Claudot, au 3 rue Musette n’a pu être auparavant l’atelier de François Pompon à Dijon. Cela a cependant été l’atelier du peintre et aquarelliste Paul Lippe jusqu’à la mort de ce dernier (Casimir-Joseph Lippe 1866-1926). https://www.academie-sabl-dijon.org/celebration/naissance-de-paul-lippe-peintre-et-aquarelliste.
    https://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2017/09/18/albert-et-andre-claudot-deux-freres-si-differents 
    []
  37. Bourdelle va visiter l’exposition de la galerie La Palette française et admire l’oeuvre de Claudot, selon le témoignage de Claudot et l’article de Michel Florisoone dans  L’art et les artistes d’octobre 1931. Selon CLaudot, il aurait acheté une de ses oeuvres (non encore retrouvée dans le fonds de Bourdelle qui n’est pas entièrement inventorié – sources Musée Bourdelle []
  38.   Sur le séjour en Chine, on peut voir le travail de Philippe Cinquini, Les artistes chinois en France et l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris à l’époque de la Première République de Chine (1911-1949) : pratiques et enjeux de la formation artistique académique, Thèse en Histoire de l’art sous la direction de Madame Chang-Ming Peng, Université Charles de Gaulle – Lille III, 2017- p. 319-321 en particulier. La thèse est disponible sur Hal archives-ouvertes.fr : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01614740/document  []
  39.  Jacques Reclus, né le 3 février 1894 à Paris et mort le 5 mai 1984 à Paris, enseignant et militant libertaire, petit-neveu d’Elisée Reclus. Au début des années vingt il collaborait à plusieurs journaux libertaires (Le Libertaire) et gère Les Temps nouveaux. Il part enseigner en Chine quand il apprend la création à Shanghai d’une Université du travail, conçue sur le modèle kropotkinien. Les crédits de l’école sont coupés par le gouvernement Tchang Kaï Tchek (pour subversion), mais il reste néanmoins dans le pays. Il est à la frontière du Vietnam au début de la guerre et regagne Pékin en 1945. C’est la campagne anti-étranger déclenchée en 1949 par Mao, qui l’oblige à rentrer en France en 1952. Il finit sa carrière comme enseignant à l’Université Paris VII.
    Maitron en ligne, René Bianco et Jean Maitron. []
  40. Qi Baishi (1864-1957). Peintre et lettré autodidacte de la Chine impériale, il enseigna à l’Académie des Beaux-arts de Pékin à partir de 1927. Il ne fut pas inquiété à l’arrivée au pouvoir des communistes, sans doute du fait de ses origines modestes et à cause des sujets qu’il explorait (fleurs, oiseaux).En 1953, il est élu à la présidence de l’Association des artistes chinois et député à l’Assemblée nationale populaire. []
  41.  Sur le départ de Chine, cf. Philippe Cinquini, op. cit., p. 320, note 857 : « Lors de la première exposition du Lac de l’Ouest 西湖博览会 (Xihu Bolanhui), en mai 1929 à Hangzhou, le généralissime Jiang Jieshi accompagné de sa femme Song Meilin, ayant vu le tableau Tongku, se serait adressé à Lin Fengmian en lui posant la question suivante : « Sous un ciel bleu ensoleillé, comment aurions-nous tant de gens dans la douleur ? 青天白日之下,哪有那么多痛苦的人? Qing tian bai ri zhi xia, na you na me duo tong ku de ren ? » ; l’allusion politique était limpide dans la mesure où le 青天白日旗 qīngtiān báirì qí faisait directement référence au drapeau, donc au gouvernement du Guomindang. A propos de cette exposition, Lin Fengmian aurait rappelé dans les années 1950 les conséquences graves qui auraient fait suite aux réactions négatives des officiels du parti nationaliste. Voir Liu Shimin, 1999, p. 113-114. On peut se demander si ce moment ne correspond pas à une sorte d’inflexion dans la stratégie de Lin Fengmian en charge du Guomei ? Elle aurait pu aboutir au départ de l’anarchiste André Claudot. On imagine aisément que Claudot était fiché et surveillé par les autorités françaises de Shanghai. Il faudrait retrouver des archives de la police française et du commissariat central situé sur l’actuelle Jiango lu. »
    Le peintre Lin Fengmian (1900-1991) l’un des plus importants artistes peintres chinois modernes, contribue à la fondation et dirige l’école à l’époque où Claudot y enseigne. En effet, il a été l’un des premiers artistes chinois à étudier en France de 1918 à 1925, à Dijon d’abord et à Paris ensuite. Par ailleurs, ses préoccupations sociales sont proches des celles d’André Claudot, à qui il sert sans doute d’interprète auprès des étudiants non francophones. Une partie de ses oeuvres ont été détruites pendant l’occupation japonaise, tandis qu’une autre partie disparait pendant la Révolution culturelle (il fut emprisonné pendant 4 ans). En 1977, il fut autorisé à quitter la Chine et s’installa à Hong Kong.  []
  42.  L’exposition de la galerie Barreiro rue de Seine a lieu à l’automne. A ce sujet Ecoutez Claudot, documentaire de Bernard Baissat et Claudot peintre, documentaire de Bernard Baissat. []
  43.  On peut lire notamment  le compte rendu de l’exposition dans Le Mercure de France du 15 novembre 1931 et l’article de Michel Florisoone, « André Claudot, Peintre de la zone et de la Chine », L’Art et les Artistes, octobre 1931, n. 120, p. 92-98 (cité par Philippe Cinquini, p. 321). []
  44.  Cf. les dossiers d’acquisitions déposés aux Archives nationales,
    F/21/6732, Le kiosque du lâcher – des grues à Peking – Tableau – Achat 1932 – huile sur toile 92,5 X 73,5, 1930 à Hang Tchéou. En dépôt depuis le 31/03/1933 à la mairie de Saint Malo ; 
    et F/21/ 4910/A dossier 1, pièce 26 (registre d’attribution aux musées) Le kiosque du lâcher – des grues à Peking – Tableau Achat – 1933 / Illet et Villaine / Saint-Malo. Anciennement Saint-Servan []
  45.  Ouverte en 1932, La Cité-Montmartre-aux-artistes est ouverte pour loger les artistes expulsés par la montée des prix de l’immobilier à Montmartre. Construite rue Ordener, elle dépend de la société HBM « Montmartre aux artistes ». Mais les conditions sont au départ déplorables car les logements sont inachevés, et en 1936, les problèmes de gestion font que la Cité est reprise en mains par la ville de Paris. Un petit dossier (lettres, coupures de presse) concernant son expulsion de la Cité des artistes et les manifestations pour le défendre a été conservé par Claudot (Archives Gérard Mazuy). []
  46.  Monde est une revue hebdomadaire « non partisane » internationale culturelle et politique de langue française créée en 1928 dont la publication s’arrête après la mort de son fondateur, Henri Barbusse, en 1935. Parmi les collaborateurs artistiques de Monde on peut également citer : Georg Grosz, Albert Marquet, Raoul Dufy, Juan Gris, Pablo Picasso, Joan Miró, André Derain, Max Lingner, Frans Masereel, Nicolas Eekman, Max Lingner. https://gallica.bnf.fr/services/engine/search/sru?operation=searchRetrieve&version=1.2&startRecord=0&maximumRecords=15&page=1&collapsing=disabled&query=%28%28dc.creator%20all%20%22Barbusse%2C%20Henri%22%20or%20dc.contributor%20all%20%22Barbusse%2C%20Henri%22%20%29%20and%20dc.title%20all%20%22Monde%22%20%29%20and%20arkPress%20all%20%22cb32818161n_date%22%20sortby%20dc.date%2Fsort.ascending  []
  47. Les Annales, 15 février 1932.   []
  48.  Claudot oublie de dire qu’après son expulsion de La Cité des artistes, de retour en Bourgogne, il milite à la SFIO (pivertiste) et fonde une section de la S.F.I.O. à Couchey (Côte d’Or). Selon Claudot, l’obtention de son poste de professeur à l’Ecole des Beaux-arts est lié à son expulsion.  Les artistes de Montmartre, pour se débarrasser de lui, poussèrent à sa nomination. Il faut également noter que la mairie est elle aussi devenue socialiste après les élections municipales du mois de mai. Le maire, Robert Jardillier, secrétaire général de la S.F.I.O dans le département, est également professeur au lycée Carnot, à la Faculté de lettres et… à l’école des Beaux-Arts. A partir d’août 1935, Claudot va par ailleurs faire partie de la Commission du Musée des Beaux-arts fondée dès le mois de mai 1935 (arrêté du 6 août 1935 et lettre de Robert Jardillier à André Claudot du 14 août 1935 (Fonds André Claudot, Archives Gérard Mazuy). Sur Robert Jardillier, voire Pierre Autran, Robert Jardillier (1895-1945)Un socialiste humaniste et chrétien dans la tourmente, Editions universitaires de Dijon, 2014. []
  49. Dans le cadre du Mouvement de la paix, les deux congrès sont initiés par les communistes. Le IIe Congrès mondial des Partisans de la paix a lieu à Varsovie du 16 au 22 novembre 1950. Le Congrès des peuples pour la paix a lieu à Vienne du 12 au 19 décembre 1952.  Cf. Philippe Buton, « Regard d’un historien. Les communistes et la paix », Matériaux pour l’histoire de notre temps, Année 1991  21-22 (2)  pp. 98-102. []