L’accueil des intellectuels français en URSS (1925-1939) – version remaniée d’une intervention

Ce texte est une version légèrement remaniée d’une intervention dans un séminaire de recherches à Sciences po – Années 2000.

http://collections.museeniepce.com/fr/app/collection/7/author/9423/view?idFilterThematic=0

En guise de prologue, je voudrais évoquer deux expériences individuelles, l’une de voyages en URSS, et, l’autre, paradoxalement, d’un non-voyage en URSS.

En 1933, une jeune professeure d’Histoire d’Epinal, mademoiselle Gourion, envoie une requête à la VOKS, l’organisme chargée des relations culturelles avec l’étranger. Après avoir demandé et reçu une documentation sur l’URSS, elle veut partir sur place pour voir de ses propres yeux la construction du socialisme. Elle pense nécessaire de parler le russe.

Le responsable de la section latine1 la rassure ! Ce n’est absolument pas indispensable, la VOKS (Société pour les relations culturelles avec l’étranger) se chargeant de la guider en lui fournissant des interprètes. Il lui propose par contre de préparer son voyage en nouant des relations épistolaires avec une jeune femme russe, professeur de français, Véra Pakhina (nous n’avons pas son patronyme).

Leur correspondance va s’étaler sur plusieurs années, même si, malheureusement, les archives ne contiennent pas les lettres. 

En avril 1934, mademoiselle Gourion précise qu’elle prépare son séjour en écoutant Radio-Moscou 3 fois par semaine. Elle part finalement en septembre, impatiente de découvrir l’URSS et de faire de la connaissance de celle qui est « presque » devenue une amie. Malheureusement, une fort diplomatique maladie de Véra empêche leur rencontre pendant son séjour.

C’est sans doute en partie pourquoi elle souhaite repartir, dès février 1935. Elle exprime alors son désir de prolonger son séjour en logeant non plus à l’hôtel, mais chez l’habitant. Cette demande naïve est poliment rejetée par la VOKS qui continue cependant à lui envoyer de la documentation sur le modèle soviétique. Sur le modèle de ce qu’elle a pu voir en URSS, mademoiselle Gourion veut en effet tenir un journal mural dans le hall de son collège.

Son attachement se maintient : elle pleure et rend hommage à Maxime Gorki à la mort de ce dernier au début de l’été 1936.

Couverture de L’Humanité sur la mort de Maxime Gorki le 18 juin 1936

Elle revient finalement en URSS quelques semaines plus tard, au mois d’août. A cette date, Vera Pakhina s’est bien sûr à nouveau évaporée. Ses dernières lettres, et la fiche remplie par sa guide interprète, Cécile Rabinovitch2 également responsable du secteur roman, sont malgré tout moins euphoriques. La Française ne semble pas avoir apprécié les services d’Intourist qu’elle a du cette fois utiliser – Les traductrices parlent mal le Français et sont de surcroît « mal éduquées politiquement ».

A son retour, elle remercie une fois de plus ses contacts à la VOKS tout en déplorant que dans son programme il n’y ait eu aucune visite d’école3. Nous perdons ensuite malheureusement sa trace.

Entre 1930 et 1940.
@National Council of American-Soviet Friendship, New York.
Déposé à la « Library of Congress Prints and Photographs Division Washington.

En juillet 1935, la VOKS reçoit une lettre d’un jeune photographe français. Il pense avoir fait le tour de l’art de la photographie, et désire passer derrière l’objectif d’une caméra. Pour cela, il n’a aucun doute, un cours complet en URSS « le seul pays où l’on puisse apprendre la cinéma de façon rigoureuse » est nécessaire. Il est donc prêt à partir plusieurs mois à Moscou pour compléter sa formation.

Ce jeune homme est membre de l’AEAR (Association des Écrivains et des Artistes révolutionnaires) depuis 1933. La même année 1935, lors d’un séjour à New York, il milite au Nykinonote 10, une coopérative de cinéastes influencés par les conceptions politiques et esthétiques soviétiques. On compte notamment parmi ses membres Ralph Steiner et Paul Strand.

De quand date exactement le début de sa découverte du cinéma soviétique ? Dans tous les cas, au milieu des années trente, ce sont essentiellement des communistes et des intellectuels philosoviétiques comme Robert Capa, Aragon, Léon Moussinac, qui gravitent autour de lui. 
Evidemment, le projet tourne court. Très logiquement, la VOKS lui signale que l’enseignement se fait en russe et que c’est donc difficilement envisageable. 

Son « compagnonnage » avec les communistes se poursuit néanmoins. Beau-frère de Georges Sadoul, il se tourne vers le cinéma militant en participant aux côtés de Jean Renoir au tournage de La Vie est à nous.

Photographe anonyme – Henri Cartier-Bresson sur le tournage du film de Jean Renoir, La Règle du jeu, 1939. Collection Fondation HCB, Paris.

Il a aussi adhéré à Ciné-Archives, la section cinéma de l’AEAR. Après 1937, il fait partie des photographes du journal communiste Ce soir dirigé par Aragon et Jean-Richard Bloch. Il penche alors pour un « réalisme didactique ». Avec une équipe française et sous un nom tronqué qu’il utilise aussi pour ses photos4, il tourne en Espagne Victoire de la Vie, un documentaire produit par Frontier Film (le nouveau nom de Nykino). Il filme les conséquences des bombardements allemands et italiens pour la Centrale sanitaire internationale. En 1939, il réalise un nouveau documentaire, tourné cette fois pour le Secours Rouge international, L’Espagne Vivra.
Les deux films sont en ligne sur le site de Ciné Archives

Le pacte germano-soviétique et la guerre froide vont l’amener à occulter ses engagements passés (rétrospective au MoMa en 1947). Et c’est bien en photographe, envoyé par Magnum , et non en cinéaste qu’Henri Cartier-Bresson partira visiter l’URSS en juillet 1954, pour le célèbre reportage vendu Life qui parait l’année suivante5. 

Ces deux épisodes sont à mon sens assez emblématiques de l’accueil des intellectuels en Russie soviétique.

Couverture de Life du 17 janvier 1955 sur le reportage d’Henri Cartier-Bresson en URSS en 1954

Je n’envisage ici que les voyages et les séjours dits « d’études », en excluant en partie les slavisants et les orientalisants qui viennent travailler en URSS, ou échanger avec leurs collègues soviétiques. 
Ce n’est pas le parcours d’universitaires ou de scientifiques français, qui, comme un André Mazon6, sont soucieux avant tout de poursuivre leur travail et leurs échanges avec leurs homologues russes qui nous intéresse ici. 

Je n’évoquerai pas non plus en détail les séjours à l’intérieur des structures liées au Komintern, ou liées à l’Union des écrivains, en ne faisant que des allusions à Paul Nizan et Pierre Herbart7 par exemples.

Ce qui m’intéresse ici, sont les parcours en URSS d’intellectuels curieux de connaître le régime politique et l’expérience soviétique qu’on leur donnait à voir; celle de la construction du socialisme. 
Ces parcours donnèrent cependant lieu à des séjours allant de quelques jours à plusieurs mois.

Août 1936, André Gide, Jacques Schiffrin, Pierre Herbart, Eugène Dabit, Louis Guilloux et Maria Van Rysselberghe. http://larepubliquedeslivres.com/pierre-herbart/comment-page-3/

A partir de 1925, et surtout après 1929, les intellectuels étrangers disposent de deux structures chargées spécifiquement de leur accueil. La VOKS ou Société pour les relations culturelles avec l’étranger est créée en 1925 et s’occupe spécifiquement de ceux que l’URSS considère comme des intellectuels8, qu’elle encadre aussi en amont et en aval du voyage. Intourist, créée en 1929, est elle chargée des touristes en URSS et de la gestion des infrastructures liées au tourisme (hôtels, voitures avec chauffeurs…).

Elles sont aidées par les services de l’Ambassade soviétique en France, ainsi que par d’autres organisations qui peuvent inviter les voyageurs comme celle du Narkompros (Commissariat à l’Education) ou des unions professionnelles comme l’Union des écrivains en URSS.

Horizons, Le Magazine de l’actualité, Février 1947. 9O dessins soviétiques.
Le texte reprend un article d’Effel dans France-soir paru en 1946
Jean Effel, La Ronde de la paix

Plus rarement, on trouve des revues comme Krokodil qui invite en 1935 le caricaturiste français Jean Effel9.

La section d’agit-prop du Komintern peut également jouer un rôle lors d’opérations massives de propagande comme celles liées au Xe anniversaire de la Révolution d’Octobre en 1927. En France, l’association des Amis de l’URSS, créée en 1928, joue également un rôle de relais, même si elle s’adresse au départ plutôt aux ouvriers et paysans10. Enfin, le Cercle de la Russie neuve créé en 1927 dans la foulée du Xe anniversaire, facilite des voyages intellectuels et joue un rôle important dans la diffusion des « retours d’URSS » (conférences…).

Bloch Erhenbourg et Kolstov, gare de Biélorussie 1934

Chaque année le « Service de l’accueil aux étrangers » de la VOKS n’encadre en fait que quelques dizaines de voyageurs pour la plupart invités en URSS. Ce traitement « individualisé » explique que, dans les années trente, le directeur de la VOKS lui-même (Aleksandre Arosev), établit des listes de Français susceptibles d’être invités en URSS11. Les autres sont pour la plupart envoyés par Intourist dont les prestations tarifées ne peuvent répondre à leurs attentes. Ils viennent parfois eux-même chercher des compléments d’informations à la VOKS.

Ils sont aussi aidés par l’Ambassade soviétique en France et des médiateurs soviétiques parmi lesquels des intellectuels parfaitement francophones comme Ilya Ehrenbourg jouent un rôle important12

 

On peut aussi évoquer le rôle de Willi Münzenberg, et de certains de ses « disciples » comme Otto Katz13 qui jouent à Paris un rôle de « rabatteur ». Ce sont souvent ces intellectuels soviétiques ou kominterniens qui recommandent des intellectuels intéressés par le voyage.

Paul Gsell, Le Monde à l’endroit. U.R.S.S.

A ces hommes s’ajoutent des Français en qui les Soviétiques ont confiance, comme André Malraux (en 1935-36) pour les écrivains, Paul Gsell pour le théâtre14, ou Lucien Vogel15.

Vu, novembre 1931, N° 192
Le Docteur Leibovic, La comtesse Michel Karolyi et Lucien Vogel

Ces derniers peuvent ainsi user de lettres de recommandations à l’égard d’amis ou de connaissances. C’est ainsi Malraux qui recommande Drieu La Rochelle (« ennemi politique » mais « homme honnête ») pour son voyage en URSS en 193516.

Il ne faut évidemment pas oublier le rôle des « intellectuels organiques » du parti communiste comme Aragon, dont le rôle est de persuader les intellectuels de renom (Romain Rolland ou Gide) de venir cautionner la patrie des Soviets. L’intellectuel organique peut également jouer un rôle d’encadrement pendant le voyage (Bloch et Malraux encadrés par les Nizan et les Aragon 1934) et de surveillance au retour (Aragon encore pour le voyage de Gide en 1936).17

L’encadrement soviétique est cependant omniprésent dès les préparatifs du voyage, et parfois bien en amont (correspondances, envoi de publications).

Le voyage est en effet forcément organisé, ce qui choque une partie des futurs témoins habitués à des réseaux plus informels et à plus de liberté.

En URSS, tout est prévu, planifié et donc encadré, même si la concurrence des organisations et des problèmes matériels ou structurels gênent parfois le travail de propagande.
Comme le dit Céline qui se rebiffe : « De Midi à minuit, partout je fus accompagné par une interprète (de la police). Je l’ai payée au plein tarif… Elle était d’ailleurs bien gentille, elle s’appelait Nathalie (…) Nathalie, elle me quittait vers minuit, comme ça… Alors j’étais libre… »18

Louis Ferdinand Céline de retour d’URSS sur le Meknès (Compagnie générale transatlantique) http://www.lepetitcelinien.com/2012/05/louis-ferdinand-celine-bord-du-meknes.html

Pour les intellectuels invités l’accueil est organisé à la frontière ou en gare de Moscou selon une mise en scène et un rituel qui se structure dans le milieu des années vingt. Des télégrammes de Paris préviennent les services de VOKS de déléguer sur place leurs représentants, et parfois, des invités français déjà présents en URSS.
Les Bloch19 invités au premier Congrès des écrivains soviétiques en 1934, vont ainsi accueillir les Malraux avec Pierre et Henriette Nizan qui travaillent alors en URSS. Tout se fait en musique, avec des fleurs plutôt qu’avec du pain et du sel. Les adieux sont également célébrés puisque jusqu’au bout le voyageur doit emporter le souvenir de la chaleur de ses hôtes.

Journal de Moscou 18 août 1934 sur les premier congrès des écrivains soviétiques. Bloch, Malraux..

Pour les autres, les douaniers et les gardes frontières font office de représentants du pays des Soviets. 

Pour les invités, le séjour est aux frais de la « princesse en guenilles » (généralement la VOKS), même s’il y a des nuances.

Les uns sont bien réellement invités et le voyage est intégralement payé. D’autres, tel Céline, en qui on a moins confiance, vont simplement dépenser sur place leurs droits d’auteur. Enfin, ceux dont on n’attend pas un récit de voyage élogieux se voient même refuser le paiement de ces droits. C’est le cas de Roland Dorgelès pour qui Melnikov, le responsable de la section occidentale de la VOKS en 1936, se demande si l’écrivain ne devrait pas se contenter des services d’Intourist.

Roland Dorgelès, Vive la Liberté, 1937 (2e édition).

La planification des séjours est encore plus importante lors des grandes messes où sont invités des centaines d’intellectuels étrangers. C’est le cas des cérémonies du Xe anniversaire en 1927 ou de la décade scientifique franco-soviétique en 1934, qui est elle organisée en relations avec le Services des Oeuvres du Quai d’Orsay et l’Ambassade de France20.

En 1927, les intellectuels sont en fait des délégués (comme en 1934 au moment du Congrès des écrivains) pour qui toutes les questions potentielles sont envisagées au préalable : traductions, billets de train, surveillance médicale (au Kremlin), surveillance du service dans les hôtels, nourriture, service postal spécifique, guides (papier) et programmes de visites imprimés, listes de monuments et de sorties ou de voyages dans l’Union, cartes et autres laisser-passer, bureau de renseignements, livres d’or dans les hôtels, organisation du voyage de retour et des adieux.

Pour les retours et les comptes rendus potentiels, on prévoit même « l’édition en langue étrangère de courts résumés et de matériaux de traduction pour les questions intéressant spécifiquement les délégations. »21

Affiche Intourist Crimée

On retrouve à plus grande échelle ces dispositifs dans l’encadrement des voyages d’études individualisés des intellectuels des années trente. 

VOKS agit alors en complémentarité avec Intourist avec qui elle signe des conventions. Elle dispose de ses propres interprètes (qui sont aussi parfois des responsables de secteurs). Ceux-ci travaillent sur la base de cinq personnes invitées, mais doivent louer les Lincoln ou les Ford d’Intourist avec leurs chauffeurs. C’est également Intourist qui s’occupe des réservations d’hôtels ou de restaurants.

Vu, novembre 1931, N° 192, L’Hôtel Métropole. @museeniepce

Pour toutes les visites, les deux organismes sont amenés à demander des laissez-passer auprès des organisations responsables des lieux (Place rouge, Musées de la Révolution, usines…). Ces lieux sont bien sûr au préalable inventoriés comme des objectifs potentiels de propagande. Les intellectuels français sont ainsi honorés de la visite de la Commune de Bolchevo où ils pourront verser une larme devant ses « prisonniers libres » et si bien éduqués. Des programmes spécifiques sont élaborés en fonction du statut de l’intellectuel, de ses centres d’intérêt et de sa profession.

Ces programmes individuels s’articulent autour d’un programme de base qui mêle de plus en plus passé russe (les beautés des églises du Kremlin par exemple) et présent soviétique (usines, crèches, fermes modèles…).

Izvestia, 25 août 1934 Bloch et Malraux sont avec
Andreï Mikhaïlovitch Schimkévitch le beau-fils de Jacques Lipchitz (arrêté en 1931 sur une accusation d’espionnage et libéré seulement en 1957).

Et pour ceux (majoritaires dans les années trente), qui ne disposent pas d’un réseau sur place, le temps est compté. Les emplois du temps sont si chargés, qu’il faut, comme Céline, voler du « temps libre » pendant la nuit. 

En effet, le voyage, même individuel, reste surtout un voyage de groupes avec des visites guidées ou le moindre écart potentiel est contrôlé (les photos sont ainsi obligatoirement développées sur place).

Les guides-interprètes ne doivent ainsi pas seulement connaître « les monuments et les événements importants, mais tous les aspects culturels, économiques et politiques de la vie de notre pays et de la vie à l’étranger. »
Ils « Ne donnent pas des développements ultérieurs et superflus aux témoignages des étrangers.
Ils « savent se tenir avec tact » et « doivent pouvoir montrer tous les phénomènes de la vie soviétique en les restituant dans leur contexte et à leur échelle. »22

Pour ceux qui sont plus proches des communistes ou qui ont leur carte au parti français, des contacts plus personnels peuvent être utilisés. Les soeurs Alphandéry23, membres du Cercle de la Russie neuve vont ainsi apporter des collants à Lili Brick, même si celle-ci est incapable de les aider à visiter des centres d’éducation spécialisés. Et, le jour de leur départ, elles ne repartent pas l’estomac vide puisque c’est successivement trois « bortsch » qu’elles devront avaler chez leurs connaissances soviétiques.

Couverture du journal L’Humanité du 31 août 1935

Plus rare cependant, sont les voyageurs qui échappent presque totalement aux structures mises en place pour les étrangers durant leur voyage. C’est cependant pratiquement le cas d’Ella Maillart qui, après un premier voyage « Parmi les pionniers russes » dans le Caucase, arrive à utiliser le Sovtourism (l’organisme utilisé par les Soviétiques) pour partir en Asie centrale avec des « Russes » en 1932.

L’Asie d’Ella Maillart

A l’intérieur d’une yourte au Kirghizistan, 1932 Musée de l’Elysée Lausanne
@Ella Maillart.ch
 

On peut brosser rapidement le tableau des réactions des voyageurs liées aux séjours soviétiques. Celles-ci dépendent évidemment avant tout de leurs opinions politiques préalables, mais aussi de leurs différences de traitement. Entre celui qui paie au prix fort les services de première classe d’Intourist et un Romain Rolland, ce n’est pas tout à fait le même voyage.
Romain Rolland est sans doute, en 1935 tout au moins, l’invité français le plus choyé par la propagande. On investit ainsi 40.000 roubles dans la seule réception offerte par la VOKS en son honneur (les 10 réceptions les plus coûteuses cette année là reviennent à 10.000 roubles au total). Il est suivi en permanence par des journalistes, sollicité pour écrire des articles, disputé par Arosev et Gorki, qui offrent tous les deux de le loger, en plus du Savoy, rencontrant officiellement un nombre important de personnalités, dont évidemment Staline. Loué par de multiples lettres d’admiration envoyées au « grand-père », il est aussi couvert de cadeau qu’il se plait à refuser, comme la pelisse offerte pour l’enregistrement pour la radio de Colas Breugnon.

Timbre émis en l’honneur du centenaire de la naissance de Romain Rolland. 1966.

Au contraire, ceux qui rejettent au préalable la « patrie du socialisme se sentent fréquemment traités en « parias ». Ils sont en effet considérés comme « bourgeois » plutôt que comme des « intellectuels » qui pourraient servir les intérêts de l’URSS. Ils refusent vertement toutes atteintes portées à leurs libertés individuelles : de la guide-interprète à qui on fausse compagnie quand on le peut, aux choix de visites imposées, aux refus essuyés… Leur naître mot est « liberté et il s’accorde souvent avec un couplet patriotique et « nostalgique »sur la patrie des droits de l’homme (Roland Dorgelès).

Brochure Intourist 1935

Leur objectif est donc de prouver que ce que les interprètes d’Intourist ou de VOKS donnent à voir n’est que pure propagande. Pour cela, paradoxalement, ils sont obligés de multiplier les visites d’usines modèles ou de crèches, de cantines ouvrières, nous donnant effectivement plus d’indications sur les modes d’alimentation que sur la réalité du quotidien soviétique. La norme de ce groupe, appartenant le plus souvent à des catégories socio-culturelles privilégiées, est en permanence utilisée comme référence.

Parallèlement, cependant, ils s’attachent à « démasquer » la réalité, demandant d’aller dans des lieux interdits, se réjouissant des vraies pannes de Lincoln dans la campagne, ou cherchant comme l’envoyé de Gringoire à percer les secrets du Goulag (1936). Ils décrient significativement l’accueil reçu, jugeant la réalité russe à l’aune des cafards et des puces de leur hôtel, peu conformes aux standards français de leur groupe social. Si peu d’entre eux dominent la langue (comme les philosoviétiques d’ailleurs), ils arrivent parfois à faire parler dans la rue des personnes qui parle français et dont ils évoquent le déclassement (années vingt surtout).

Affiche Intourist Route touristique en Géorgie

Le voyageur favorable au régime se mêle lui au « peuple soviétique », sans se préoccuper par le fait que ces contacts sont assurés par VOKS, l’Intourist ou toute autre organisation qui les accueille. Ils accueillent ainsi toutes les possibilités de rencontre fabriquées par la diplomatie culturelle soviétique.

Peut-être plus « cyniquement », ceux qui sont plus critiques face à cette artifice, vont « croire » sans aller voir, comme André Malraux qui refuse de se rendre sur le site de la construction du canal de la mer Blanche à la Volga24.

  1. Section latine ou Secteur roman sont des termes utilisés pour le même département de VOKS []
  2. S. I. Rabinovič-Saharin. Signant en français Cécile Rabinovitch, elle dirigea le secteur roman de la VOKS dans la deuxième moitié des années 1920 et apparaît comme l’une des principales correspondantes des intellectuels français. Elle fait notamment partie des médiateurs qui entourent Romain Rolland en 1935 (Journal de Moscou, juin-juillet 1934, Cahiers Romain Rolland, n°9, jeudi 4 juillet). []
  3. La VOKS établissait des programmes spécialisés en fonction de la profession et du statut du voyageur. Il est fort probable que ce séjour Intourist ait été moins « à la carte ». []
  4. Henri Cartier. Cf. Pierre Assouline, Henri Cartier-Bresson, l’œil du siècle, Gallimard, 2001 et http://www.henricartierbresson.org/hcb/filmographie/ []
  5. Magnum vend le reportage à Life. Il paraît les 10 et 17 janvier 1955, puis sera vendu à d’autres périodiques dont Match, Stern, Picture Post et Epoca. []
  6. Sur le slavisant André Mazon voir notamment « André Mazon, un slaviste dans le siècle : profil politique d’un savant », Revue des études slaves, t. LXXXII, 2011, n° 1, p. 69-94 (et l’ensemble du numéro de la Revue des études slaves consacré à André Mazon et les études slaves, dirigé par Pierre Gonneau). L’IES possède un fonds d’archives André Mazon. 
in Sophie Coeuré, Rachel Mazuy, Cousu de fil rouge, Voyage des intellectuels français en Union soviétique, Ed. du CNRS, 2012. []
  7. L’écrivain communiste Pierre Herbart partit en novembre 1935 pour Moscou diriger l’édition française de la Littérature internationale. Il succéda à Nizan (qui était présent pour le premier Congrès des écrivains soviétiques de l’été 1934) et à Paul Vaillant-Couturier []
  8. La notion d’intellectuels, ou plus exactement d’intelligentsia, est beaucoup plus vaste dans la terminologie soviétique. Pour faire simple, ce terme au confluent de l’engagement et du statut professionnel englobe en fait toutes les professions non-manuelles. Cf. Cousu de fil rouge op. cit. sur cette définition et sur les deux structures soviétiques. Sur la VOKS, on peut voir également : Jean-François Fayet, VOKS: le laboratoire helvétique : histoire de la diplomatie culturelle soviétique durant l’entre-deux-guerres, Genève, Georg, 2014, 598 p. ainsi que l’article de Michael David-Fox, « From Illusory ‘Society’ to Intellectual ‘Public’: VOKS, International Travel and Party-Intelligentsia Relations in the Interwar Period, » Contemporary European History, vol. 11, no. 1 (Feb. 2002), pp. 7–32 et, en ligne, celui de Romain Ducoulombier sur le site de l’ANR PAPRIK@2F []
  9. Jean Effel (François Lejeune dit, 1908-1982), dessinateur et illustrateur engagé à gauche, connu notamment pour ses caricatures politiques. Il avait voyagé en URSS durant l’été 1935, invité par la revue satirique Krokodil. Il se rapproche du PCF après 1945 et retourne en URSS en 1946 et 1949. Sur son voyage de 1946, cf. Cousu de fil rouge, op. cit., Document 117 []
  10. Rachel Mazuy « Les « Amis de l’URSS » et le voyage en Union soviétique. La mise en scène d’une conversion (1933-1939) » in « Back in USSR. Représentations de l’URSS », Politix, n°18, 1992, p. 108-128 (http://www.persee.fr/doc/polix_0295-2319_1992_num_5_18_1511) et L’association française des Amis de l’Union soviétique : une organisation de masse du Parti communiste français de 1927 à 1939, mémoire pour la maîtrise d’histoire sous la direction de Jean-Jacques Becker et Danièle Zéraffa, Université Paris X -Nanterre, 1988, 425 p.
Sur les relations entre la VOKS et les Amis de l’URSS voir le fonds 5451 de la VOKS au GARF (Archives d’Etat de la Fédération de Russie). []
  11. Cousu de fil rouge, op. cit. []
  12. Sur ces médiateurs soviétiques et sur la diplomatie culturelle soviétique en général : Michael David-Fox, Showcasing the Great Experiment. Cultural Diplomacy and Western Visitors to the Soviet Union, 1921‑1941. Oxford University Press, 2012, 396 p. et Ludmila Stern, Western Intellectuals and the Soviet Union, 1920-40. From Red Square to the Left Bank. Londres-New York : Routledge, 2007, 269 p. ainsi que Jean-François Fayet, VOKS. Le laboratoire helvétique, Histoire de la diplomatie culturelle soviétique dans l’entre‑deux‑guerres, Genève, Georg Editeur, 2014, 598 p. []
  13. Otto Katz (1895-1952). Administrateur du théâtre Piscator (Cf. note 221), Katz fut aussi l’un des plus importants agents d’influence de l’Union soviétique dans les milieux intellectuels et artistiques des démocraties occidentales des années 1930 et 1940. Inculpé sous le nom d’Andre Simone au Procès de Prague, exécuté en 1952. []
  14. Paul Gsell (1870-1947), écrivain et critique d’art, alors compagnon de route du PCF.
    Il avait effectué plusieurs voyages en URSS publié deux récits de voyage (L’URSS et sa foi nouvelle, Editions des Portiques, 1934 et URSS, le monde à l’endroit aux ESI en 1936). Chargé d’une mission d’étude de la politique du théâtre en URSS par Jean Zay, ministre de l’Education nationale du gouvernement de Front populaire, il publie en 1937 Le théâtre soviétique aux Editions sociales internationales. Cf. Cousu de fil rouge, document 142 []
  15. Lucien Vogel (1886-1954) homme de presse, directeur de la Gazette du Bon Ton et du Jardin des modes, avait créé en 1928 Vu, le premier hebdomadaire français systématiquement illustré de photographies, marqué par son engagement antifasciste puis antinazi. Le voyage de Vu en 1931 allait donner lieu à un numéro spécial, Vu au pays des Soviets en novembre 1931 (N° 192). Dans les années 1930, Lucien Vogel devient familier des diplomates et journalistes soviétiques à Paris et conseiller du PCF pour le lancement du magazine Regards. Cf. dans Cousu de fil rouge, plusieurs documents le concernant) []
  16. Cousu de fil rouge, op. cit., document 126 []
  17. Sur ce voyage cf. Moscou-Caucase, Eté 34. Lettres du voyage en URSS de Marguerite et Jean-Richard Bloch; Ed. du CNRS, à paraître. []
  18. Bagatelles pour un massacre, Denoël, 1937, p. 83-85 Il, utilise en fait les roubles inconvertibles liées au paiement de ses droits d’auteur en URSS. []
  19. Sur ce voyage cf. Moscou-Caucase, Eté 34. Lettres et carnets du voyage en URSS de Marguerite et Jean-Richard Bloch; Ed. du CNRS, à paraître. []
  20. Rachel Mazuy, « La décade scientifique franco-soviétique de 1934 », Cahiers du monde russe, (numéro spécial « Contacts intellectuels, réseaux, relations internationales »), n°43/ 2-3, 2002 (https:// monderusse.revues.org/8508). []
  21. Cf. Cousu de fil rouge, 2013, pour des exemples de documents. []
  22. Cf. Cousu de fil rouge, et notamment la préface de Sophie Coeuré sur les relations entre les guides interprètes et leurs invités. []
  23. Fernande Alphandéry (1910-2000). Secrétaire d’un médecin, elle devint communiste après son voyage en URSS qu’elle fit en 1935 avec sa sœur, Hélène Alphandéry (. Elles adhèrent ensemble. Avec Yvonne Sadoul*, elles avaient veillé le corps d’Henri Barbusse à Moscou. Toutes deux ainsi que leur père appartenaient au Cercle de la Russie neuve. Fernande Alphandéry milita également au CVIA (Comité de vigilance des intellectuels antifascistes). Hélène Gratiot-Alphandéry (1909-2011) était une disciplie d’Henri Wallon et présida la Fédération de l’Enfance durant le Front populaire. Toutes deux étaient la fille de Paul Alphandéry professeur à l’École des Hautes études et militant socialiste []
  24. André Malraux, Carnets d’URSS. 1934, Gallimard, 2007 []