Archives de catégorie : Billets

Antoine Joutsaytis – ANton Yutsaïtis (Антон Юцайтис) : sculpteur de la Ruche

On sait finalement peu de choses sur ce sculpteur né le 30 octobre 1868 à Kiaulupe1 dans la partie lithuanienne de l’Empire russe qui s’est formé d’abord à Odessa (Ukraine), avant de venir à Paris suivre les cours de plusieurs académies au début du XXe siècle 2.

Anton Joutsaytis, Lion de mer, Kroller Museum, Pays-Bas.

Il apparaît sous différentes orthographes (on trouve aussi Joutsaitis, joutsaitys et Joutzaitis dans les sources), avec deux prénoms différents; Antoine étant sans doute une francisation de son prénom originel, Anton.

Le témoignage de Yankel, fils de Michel Kikoïne fait de lui un Ukrainien qui  » sculptait des animaux étranges, notamment ceux qu’il voyait en permanence dans son atelier d’une saleté repoussante, cafards, punaises ou fourmis. » Parle-t-il lithuanien, russe ou ukrainien avec les artistes de l’Empire russe, juifs pour la plupart, qui résidaient à la Ruche comme Soutine, Chagall, Krémègne ?

Photographie donnée à Jacques Chapiro par Mme Fantauzzo. Don Jeanne Warnod au MAJH. De gauche à droite Tchaikov (ou Tcheikov), Henri Epstein, Pinchus Krémègne, Lichtenstein, David Shterenberg, Braser, Fantazzo et Marek Swzarc (assis la main sur le genou) selon la légende du livre de Jeanne Warnod.

Toujours selon Yankel : « Il était éminemment sympathique aux enfants, surtout quand il se déguisait en Père Noël le matin du 25 décembre. »3.

Daniel Lebée, 1975, Musée Carnavalet, PH26019.

On retrouve la même anecdote de Noël, rapportée par Jacques Kikoïne (Yankel), dans le livre du russe Boris Nossik4. L’auteur y mentionne plus précisément une sculpture de cafard en pierre, qui se trouve aujourd’hui au Musée de Kaunas.

Joutsaytis semble arriver à la Ruche avant Marek Szwarc, qui y emménage en 1911.5. Il ferait donc partie de la première génération d’artistes de « L’École de Paris » qui ont émigré au début du XXe siècle. Si on se penche sur la presse française, Joutsaytis (écrit aussi Joutzaitis) est effectivement présent sur la scène artistique en France dès 1912, date de sa première participation au Salon de la Société nationale des Beaux-arts (le Salon de la Nationale). Il y expose à nouveau dans les années vingt et trente. Que devient-il pendant la Grande Guerre ? Nous n’en savons rien.

Couverture du livre de Jeanne Warnod, La Ruche & Montparnasse, Weber, 1978.

Le sculpteur ne vit pas dans la Rotonde du phalanstère d’artistes créé par le sculpteur Alfred Boucher en 1900, mais dans la partie la plus pauvre. Pour Yankel, son  » atelier était au 6 passage Dantzig, une petite allée bordée d’ateliers très pauvres qui jouxtait le corps principal de la Ruche » 6. Le bâtiment où il vit est censé abriter également Bianchi et jouxte celui où se trouvent Paul Vérité7 et Georges Dorignac8. Pour Jeanne Warnod9, Robert Couturier, Jacques Chapiro et Lazare Volovick seraient également présents au même endroit10.

Dans les années vingt et trente, en plus du salon de la Nationale, Joutsaytis est présent au Salon d’Automne. Si les articles de presse de cette époque de crise évoquent bien des statuettes ou des petites figurines, ils montrent aussi que le sculpteur ne crée pas que des insectes. Ainsi, propose-t-il au Salon d’Automne de 1922 des « Têtes d’Esquimaux, en granit; une Pic, en marbre vert; un rouget, en marbre onyx, et une Bête à bon dieu, en marbre rouge.  »11. On parle même de bustes exposés au Salon d’Automne de 1934, tandis que Le Temps du 24 novembre 1933 évoque «  les spirituelles figurines inspirées par les coroplastes grecs, par le lithuanien Joutsaytis », sans préciser ce qui est représenté. En 1938 enfin, on retrouve encore des oiseaux exposés au Salon de la Nationale (un coucou et un bouvreuil)12. Pour Morice Lipsi (1898-1986), « il taillait des pierre de toutes sortes, mais de petites dimensions. Ses sculptures ne dépassaient pas la grandeur d’une main. »13

Anton Joutsaytis, Insectes, 1927 (plâtres ayant appartenu à André Claudot). Collection Pierre Jean Lacaille, Photographie ©Pierre Jean Lacaille

Il est reconnu comme un artiste de talent, recevant un prix de la Société nationale des Beaux-arts en 1932, dont il est nommé membre associé la même année 14. Selon Lipsi 15, sans doute à la fin des années trente, son travail lui « valut d’être nommé membre d’honneur de la Société des sculpteurs animaliers » créée en 1913. Mais dès le début des années vingt, La Revue d’art moderne des arts de la vie16, écrivait :
« Comme les peuples heureux, monsieur Antoine Joutsaytis n’a point d’histoire. Sa carrière s’est écoulée régulière jusqu’à nos jours, marquée par des oeuvres qui ont rapidement attiré l’attention sur son talent de sculpteur. (…) Ce sculpteur se déclare admirateur fervent de Michel-Ange, de Carpeaux, Bourdelle et Rodin, mais sa manière est très personnelle, Antoine Joutsaytis dépense (beaucoup de talent et de virtuosité dans l’expression de ses sujets, sans toutefois rien sacrifier à l’harmonie et au caractère décoratif de l’ensemble. Ses oeuvres sont le fruit d’un tempérament souple, original et passionné pour son métier.  »

Au début des années trente, plus précisément en 1931, donc sans doute à son retour de Chine, le peintre André Claudot17 a fait de l’un de ses voisins du passage Dantzig, un portrait expressif (huile sur toile, 39x55cm)18.

André Claudot, Antoine Joutsaytis, 1931. Collection Pierre Jean Lacaille, Photographie © Pierre Jean Lacaille

L’artiste est debout, de face, le visage légèrement tourné vers la droite. Il se tient très droit, sans qu’on sache s’il est debout ou assis devant un fond sombre et uniforme. C’est un homme vieillissant, silencieux qui a perdu en partie ses cheveux devenus gris et blanc comme sa moustache. Il est vêtu sobrement d’une chemise dont le col cassé n’est pas fixé, d’une veste grise et sans doute d’une sous-veste un peu plus sombre pour se préserver du froid de l’atelier. Son regard semble inquiet et triste. Le nez est un peu rouge, comme si l’alcool avait imprimé sa marque.
L’une de ses mains, la droite, très veinée et burinée, apparait comme surdimensionnée dans le bas du tableau, sans doute pour attester de sa profession.
Pour Lipsi toujours, ce « vieux garçon, vivait en ermite dans un petit atelier au fond du jardin » « Sa vie silencieuse, sa façon de travailler, me faisaient penser à un rongeur. Ils sculptaient des animaux, et ses yeux un peu rouges, ses lunettes presque imperceptibles et sa moustache discrète lui donnaient l’aspect d’une souris. Margot, la chatte de la Ruche, lui rendait visite et l’étourdissait. Il observait les scarabées, les papillons, les abeilles, les mouches, les libellules et les araignées qu’il magnifiait en les modelant dans la glaise. »19

Quand meurt-il ? Selon Lipsi encore, « cet idéaliste créateur mourut pauvre, obscur, inconnu, au milieu de son univers d’insectes vivants et sculptés » l’année après avoir été reconnu membre d’honneur de la Société des artistes animaliers20. Selon le témoignage de Claudot, on retrouve son cadavre mangé par les rats dans son atelier pendant l’Occupation21. Son acte de décès dans les archives de Paris indique bien qu’il est mort pendant l’Occupation, le 13 octobre 1941, mais la déclaration est faite par un employé de l’ancien hôpital Broussais, et parle d’un décès intervenu au 96 rue Didot22.

On peut rapprocher son parcours de celui d’un autre peintre émigré de la Ruche, Mathieu (Matteo) Battaglia, un Italien naturalisé français et né en 1852, dont Claudot fait le portrait en 192123. Italien, il meurt également dans la misère, sans doute à l’hospice du Kremlin Bicêtre en 192724.

André Claudot, Portrait du peintre Battaglia, 1921. Collection G. Mazuy. Photographie © David Brenot.

Peut-être un peu avant son départ en Chine, Claudot a fait un autre portrait du même artiste (Portrait du sculpteur Youtsaïtys). Cette oeuvre plus gaie et colorée, montre le sculpteur plus jeune, dans un atelier où l’on devine l’un de ses plâtres. Il porte une casquette sur sa tête, mais sans doute la même veste, la même chemise à col rond, et le même gilet plus sombre que dans le tableau postérieur. Même si elle est moins mise en évidence, la taille de sa main (gauche cette fois) surprend.

André Claudot, Portrait de Joutsaytis, collection particulière. Capture d’écran à partir du documentaire de Bernard Baissat, André Claudot. Artiste peintre. Remerciements à Pierre Jean Lacaille.

La peinture est exposée comme appartenant à l’auteur (donc sans prix de vente) au Salon des indépendants de 1927. Claudot réside alors en Chine, mais il a sans doute laissé ses toiles à Paris et donne alors comme adresse celle du sculpteur ami de Pompon,25.

Le tableau de 1931, sera lui à nouveau montré après la guerre lors du 13e Salon de l’Atelier en 1967, en insistant sur son lieu de création (Portrait de Joutsaitis, La Ruche, 1931), et pour l’exposition rétrospective sur André Claudot de Pavillon-sous-Bois en 197826

Claudot l’a sans doute conservé jusqu’à sa mort, tout comme les insectes de Joutsaytis. L’oeuvre a en effet été achetée par Pierre Jean Lacaille à la famille Kondratoff qui a hébergé le peintre à partir de la fin des années 1970 jusqu’à son décès, et a (en partie) hérité de ses oeuvres au début des années 1980.

NB. : Nous remercions vivement Pierre Jean Lacaille pour nous avoir autorisé à reproduire les visuels de ces oeuvres et pour nous avoir fourni des renseignements complémentaires à ceux que nous avions trouvés initialement.

  1. Allgemeines Künstlerlexikon – Internationale Künstlerdatenbank – Online []
  2. La Revue d’art moderne des arts et de la vie du 15 janvier 1922, consultée sur Gallica le 13 janvier 2020 []
  3. Les citations proviennent de : Sylvie Buisson, Martine Fresia, La Ruche, Cité des artistes, 1902-2009, Paris, Éditions Alternatives, coll. « Art en scène » ( no 1), 2009 p. 84 []
  4. Ici bruissait une ville étrange ou La grande expérience de la sélection négativeЗдесь шумят чужие города, или Великий эксперимент негативной селекции , LitRess, 2013 []
  5. Sylvie Buisson, Martine Fresia, op. cit., p. 203 []
  6. Sylvie Buisson, Martine Fresia, op. cit []
  7. D’abord peintre et illustrateur, Pierre Vérité dirigea ensuite une galerie avec son fils Bd Raspail []
  8. Léon Georges Dorignac (1879-1925) est un peintre et dessinateur français. Ruiné par un escroc, il s’installe à la Ruche entre 1909-10 et 1925. Ses quatre filles épouseront des artistes. []
  9. Jeanne Warnod, La Ruche & Montparnasse, Weber, 1978, p. 104. Jeanne Warnod est la fille du critique d’art André Warnod, qui est le créateur de la notion d’École de Paris – Merci à Pierre-Jean Lacaille de m’avoir donné ces indications []
  10. Robert Couturier (1905-2008) est un sculpteur français d’origine bordelaise, ancien élève de Maillol, qui réside à la Ruche entre 1928 et 1932. Jacques Chapiro (1887-1972), né dans la partie lettone de l’Empire russe, formé à Kharkov puis à Kiev et à Pétrograd, le peintre quitte la Russie soviétique pour la France en 1925, où il s’installe à la Ruche pendant les cinq années qui suivent. Lazare Volovick (1902-1977), né dans une famille juive dans la partie ukrainienne de l’Empire russe, il commence à étudier à Kharkov, puis du fait de la guerre civile à Kiev, se décidant à partir pour Paris en 1919-20. Après un long séjour obligé en Turquie, il arrive à Paris en 1921. Il trouve en 1923 un atelier à La Ruche où il reste jusqu’à la guerre. Son atelier ayant été occupé par des Allemands pendant la guerre, les oeuvres qui s’y trouvaient ont été détruites. []
  11. La Revue d’art moderne des arts et de la vie, 15 janvier 1922 []
  12. Journal des débats politiques et littéraires, 28 mai 1938 []
  13. Jeanne Warnod, op.cit., p. 104 []
  14. L’Aube, 13 mai 1932 et Excelsior, 13 mai 1932 []
  15. Jeanne Warnod, ibid []
  16. Op. cit. []
  17. Sur Claudot on se permet de renvoyer aux articles de ce carnet de recherches et à la notice rédigée pour le Maitron en ligne : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article218985 []
  18. Collection de Pierre Jean Lacaille []
  19. Janine Warnod, op. cit. p. 104 []
  20. ibid []
  21. Bernard Baissat, Claudot Peintre, documentaire de 1979 – https://www.youtube.com/watch?v=wf-BMgf6n8U []
  22. Archives de Paris, 15 D 388, acte de décès n° 3917 []
  23. Son grand portrait en pied (collection G. Mazuy), sera en particulier admiré au Salon des indépendants en 1924, et à celui de la société artistique bourguignonne L’Essor, la même année. Le Menestrel, 22 février 1924, p. 9 notamment. Pierre Sanchez, Dictionnaire des indépendants. Répertoire des Exposants et listes des oeuvres présentées, tome 1er, L’Échelle de Jacob, Dijon, tome 1 et Pierre Sanchez, Dictionnaire des Salons de Dijon, Dijon, L’Échelle de Jacob []
  24. Archives municipales de la ville de Paris, État civil, en ligne []
  25. Henry Martinet – 1893-1967 – 9 rue Alain-Chartier dans le 15e. Pierre Sanchez, Dictionnaire des indépendants. Répertoire des Exposants et listes des oeuvres présentées, tome 1er, L’Échelle de Jacob, Dijon, p. 322 – Remerciements à Claudine Delphis qui m’a permis de faire le lien entre l’adresse et le sculpteur. []
  26. Il est aussi intitulé Portrait de Joutsaitys mais est daté de 1932. Catalogue de l’exposition, Avec une préface de Jean Marcenac, Archives Gérard Mazuy []

Jean-Richard Bloch et les Trains …

« Sybilla », Bibliothèque Ogoniok, N°6 (90), Moscou, 1935. Couverture sur un site de vente en ligne.

Trains… et voyages…
De temps à autre, Patrick Amand, chargé des activités culturelles de la Villa Bloch à Poitiers1, est tenté par l’achat de livres de Jean-Richard Bloch vendu en ligne ….

Jean-Richard Bloch, Le tamponnement de Villedieu, Bibliothèque Ogoniok, N° 41 (1028), 1937. Couverture sur un site de vente en ligne.

Ce matin, il m’envoie deux liens vers des textes traduits en russe en 1935 (Sybilla) et 1937 dont un que je ne connaissais pas « Le tamponnement de Villedieu » (vendu 20 kopeks pour le second). Ces traductions sont le fruit du voyage de 1934 qui va se traduire par de nombreuses publications soviétiques des oeuvres de l’écrivain2. Ils sont dans les deux cas publiés dans la collection de la Bibliothèque d’Ogoniok. Ce magazine illustré (paru dès 1899, il existe toujours), ressorti à partir de 1923 à l’initiative de Mikhaïl Koltsov3, est intégré dans les années trente aux éditions Jourgaz, un « consortium » éditorial. Celui-ci est dirigé par Koltsov, aussi secrétaire de la commission extérieure de l’Union des écrivains, dont le rôle durant le voyage en URSS pour le premier Congrès des écrivains soviétiques est central. L’intellectuel maintient par la suite des relations épistolaires avec Bloch après le voyage4.

En effectuant des recherches rapides5, je me rends compte qu’il s’agit d’une des deux nouvelles dont les protagonistes sont des travailleurs du chemin de fer (aiguilleur et architecte) qui endossent la responsabilité d’incidents graves… La première pourrait presque faire l’objet d’une réédition dans une collection de nouvelles noires…

Jean-Richard Bloch dont le père, le frère aîné et, un temps, le frère cadet (Pierre Abraham), étaient polytechniciens et ingénieurs aux chemins de fer, était passionné par les transports et en particulier par les transports ferroviaires…

Jean-Richard Bloch, « Le Viaduc sur la Tay », Le P.O. illustré, N° 17, 7, 1931. p. 12-15 – Capture d’écran sur Gallica.

La première nouvelle (appelé conte par le journal), « Le Viaduc sur la Tay », est d’ailleurs parue en 1931 dans Le P.O. illustré, en d’autres termes le périodique de la ligne de chemin de fer Paris-Orléans !6. L’écrivain y était d’ailleurs abonné ou recevait les numéros7.

L’histoire se passe en Écosse vers Dundee…
Pourquoi, me direz-vous ? Bloch était aussi un grand voyageur, et, comme beaucoup d’écrivains connus à son époque, il faisait des tournées de conférences à l’étranger, s’appuyant sur le réseau des Instituts français et des alliances françaises notamment…

Il a ainsi pu voyager plusieurs fois dans les îles britanniques. Après un premier voyage en Angleterre en 19138, l’écrivain est accueilli à l’Institut français du Royaume-Unis par son directeur, Denis Saurat, en juin 1927 et revient sur deux jours en mars 1930 pour assister à la représentation en français de sa pièce « Symphonies » par les étudiants anglais de Saurat à King’s College. Un troisième voyage, en novembre-décembre 1930, le conduit en tournée en Ecosse, puis à Londres, où il fait une conférence au King’s College et une autre à l’Institut9.

La seconde est parue dans Marianne10 du 4 décembre 1935 (p. 10 et 12). Auteur Gallimard, l’écrivain collaborait en effet au journal dirigé par Emmanuel Berl, qui avait projeté de l’envoyer en reportage en URSS en 193311.

Le contraste de tonalité des deux textes frappe.

Dans un premier cas, Jean-Richard Bloch semble s’amuser tout à la fois avec les connaissances techniques liées au chemin de fer qu’il maitrise bien, tout en se faisant des clins d’oeil aux nouvelles de Conan Doyles. On pense à Sherlock Holmes… Dans ce texte qui rend un hommage aux travailleurs des chemins de fer du XIXe siècle (faisant des constructeurs de véritables explorateurs, mettant en valeur l’abnégation de l’ingénieur J.R. Murdoch) et où l’on retrouve aussi l’historien Jean-Richard Bloch (la partie sur la fièvre industrielle et les expositions universelles du règne de Victoria), on aurait cependant du mal à trouver la trace de l’engagement politique de l’écrivain. Il est vrai qu’il doit évidemment s’adapter aux contraintes éditoriales d’un journal qui n’est pas un journal engagé.

Les illustrations en noir et blanc signées d’Oliv.12 font elles presque penser à des pages de Blake et Mortimer.

Jean-Richard Bloch, « Le Viaduc sur la Tay », Le P.O. illustré, N°17, O7, 1931, p. 12. Capture d’écran sur Gallica

La deuxième nouvelle parue dans Marianne est le reflet de l’évolution politique de l’écrivain revenu enthousiaste d’URSS à la fin de l’année 1934, comme du contexte de Rassemblement populaire. Écrit pour un journal de gauche, le texte, plus politique que littéraire, le texte semble aussi beaucoup plus personnel, et éclaire en partie les réflexions de l’écrivain sur son temps.

Jean-Richard Bloch, Le Tamponnement de Villedieu, Marianne, 4 décembre 1935 – Capture d’écran sur Gallica.

On retrouve les descriptions techniques de l’aiguillage ferroviaire, mais le reste du récit n’a plus rien à voir, même si la trame initiale ressemble à celle de la nouvelle écossaise. Elle est par ailleurs enracinée dans la province française et non plus à l’étranger.

La Villedieu-au-Clain, La Place et l’Eglise (carte postale non datée) – Sur Delcampe.net).

Les premières phrases introductives évoquent en effet une petite ville de province où « La vie publique s’y réduit à la vieille lutte de la cure contre l’école, du château contre la ferme, de l’usine contre l’atelier. » (…) « La Révolution y fit son apparition avec lenteur ; on y fut modérément dreyfusard. La bourgeoisie, pour singer les hobereaux, s’y est donné les gants d’être royaliste, jusqu’à l’arrivée des Croix de feu et autres ligues qui ont imprimé un peu de mouvement à la réaction en lui apprenant l’usage du drapeau tricolore, de la Marseillaise, et de la République. Le peuple y est quelquefois socialiste d’affiliation, mais toujours radical de tempérament, petit commerçant, petit artisan, petit propriétaire, petit contribuable et petit fraudeur. »13.

La Villedieu-au-Clain, Château du fort. Carte postale sur Delcampe.net

S’agit-il de Poitiers ou plutôt de la commune de La Villedieu-du-Clain, située à une dizaine de kilomètres au Sud de la Mérigote, la propriété de l’écrivain14, dont la fiche wikipedia nous dit qu’elle accueille favorablement les avancées de la Révolution française.  Elle plante ainsi son arbre de la liberté, symbole de la Révolution. Il devient le lieu de ralliement de toutes les fêtes et des principaux événements révolutionnaires. Et comme symbole de la Révolution, l’arbre est victime d’un attentat au moment de la réaction royaliste en 1799. »  ?

La commune relève en fait du tribunal d’instance de Poitiers15 où se situe sans doute une partie de l’action. On peut ainsi imaginer Jean-Richard Bloch assistant à un procès d’audience dont il se fait le narrateur dans la nouvelle.

La trame identique du récit (un incident de chemin de fer à Villedieu qui donne lieu à un procès) témoigne cette fois de l’opposition entre le peuple d’un côté et les « possédants » de l’autre. Plus précisément, c’est une opposition entre « L’Oeil de Paris », en d’autres termes les représentants de la Compagnie délégués au procès, et l’homme choisi comme bouc-émissaire, un simple garde-barrière. « Un petit gars sans âge, tanné, voûté, les mains entre les genoux, précocement vieilli comme le sont tant de paysans. Il ne ressemblait fort peu à l’idée que nous nous faisons du cheminot; il n’avait rien des robustes épaules des trois autres, et faisait penser à un domestique de ferme pauvrement endimanché.  »16. Une grande partie de la nouvelle est d’ailleurs constituée par le dialogue entre celui qui devient l’accusé principal du procès et le juge qui l’écrase de ce qu’on appellerait aujourd’hui son « mépris de classe » et le transforme en seul responsable de l’incident. La traduction russe met d’ailleurs en couverture les quatre accusés du procès encadré d’un représentant des forces de l’ordre17.

Carte postale de Poitiers – Façade du Palais de justice – Non datée – site de vente en ligne

On a enfin un personnage de délégué syndical (communiste ?, ce n’est pas précisé) qui intervient à la fin. Pour autant, le texte montre que Jean-Richard Bloch n’est pas encore encarté comme communiste à cette date. Le délégué syndical (contrairement à ceux qui soutiennent les ouvriers exploités dans La Vie est à nous de Jean Renoir), ne sauve pas l’ouvrier qui va reconnaître sa faute et permettre à la compagnie ferroviaire de ne pas être accusée de l’accident. Le personnage permet cependant d’évoquer la différence entre la patrie du socialisme (qu’on devine, mais qui n’est pas nommée) et les pays capitalistes :

« Dans la foule, un ouvrier proprement vêtu, trapu et sanguin, discutait avec animation, mais assez bas, au centre d’un groupe. Je reconnus en lui un machiniste, secrétaire de la section locale de son syndicat et militant actif.
Un des auditeurs était en train de dire : « Pourtant tu reconnais que c’est un beau geste. C’est crâne ce qu’a fait là le compagnon. Toi qui fais le malin, va donc en dégoiser autant devant un tribunal !
– C’est idiot !  » coupa le machiniste. « si les réseaux appartenaient aux ouvriers, à la nation, au prolétariat, quoi ? Alors il aurait eu raison de venir faire ce boniment là. Ce serait même de son devoir. Mais de l’auto-critique devant les représentants de la Compagnie ? tu me fais rigoler (…)
– C’est gâché !  » dit le militant « du courage gâché. Et, sais-tu, c’est rien autre chose que de l’anarcho-syndicalisme. Ces types sont des anars, voilà ce qu’ils sont. On n’a pas le droit de faire cadeau de sa conscience à la société bourgeoise. Plus tard : oui. Plus tard, je ne dis pas.
 » (…) 18

L’écrivain conclut enfin son récit sur cette phrase qui peut aussi laisser penser qu’il se reconnaît en partie dans cet aiguilleur, même s’il lui dénie la capacité de réfléchir à son sort :
« Pauvre vieux, pensais-je, je ne sais pas si tu es un protestant comme le dit ce brave type, ou un anarchiste, comme le soutient le militant syndicaliste. Sans doute ni l’un ni l’autre. Tu n’en sais pas tant. A coup sûr, toi et tes pareils, des héimatlos19. C’est vous les vrais sans patrie en attente d’un monde semblable à votre conscience. Plus tard, vous répond-on. Plus tard ! Mais depuis quand l’attendez-vous, le monde où votre esprit et votre coeur pourront faire alliance, le monde ou l’intelligence et la volonté iront d’accord… Et c’est long, n’est-ce pas ?  »20

  1. L’ancienne propriété de l’écrivain est devenue en 2019 une résidence d’artistes, accueillant notamment un artiste réfugié. Cf. https://www.poitiers.fr/c__65_1615__Villa_Bloch_.html []
  2. Dont une réédition de Et Cie… et une édition du recueil de nouvelles, Les Chasses de Renaut. Cf. notamment :  « Prisonnier d’amitié » Jean-Richard Bloch et ses correspondants soviétiques », Cahiers Jean-Richard Bloch, N°14, 2008 []
  3.  Mikhaïl Koltsov (1898-1940 ou 1942), journaliste, écrivain, membre du PCUS depuis 1918, correspondant de la Pravda à Paris en 1933-1936 puis pendant la guerre d’Espagne, membre de la rédaction des magazines Krokodil et Ogonek. Très connu en Occident, il joua un rôle important dans l’accueil des intellectuels occidentaux, et fut le premier secrétaire de la Commission étrangère de l’Union des écrivains. Arrêté comme trotskiste en 1938, il fut fusillé ou mourut en camp. []
  4. BNF, Fonds Jean-Richard Bloch, Correspondances reçues []
  5. Paul Renard, « Jean-Richard Bloch », Nuit blanche, 2004, (94), p. 46–48. https://www.erudit.org/fr/revues/nb/2004-n94-nb1127150/18928ac.pdf []
  6. Consultable sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k12047484/f13.image []
  7. Fonds Jean-Richard Bloch de la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers []
  8. Année où il est professeur à l’Institut français de Florence []
  9. Rachel Mazuy, « Denis Saurat Jean-Richard Bloch, Une amitié littéraire » in https://cturss.hypotheses.org/88 []
  10. Le périodique est lancé par Gallimard en 1932 pour être le rival de Candide à gauche. Consultable en ligne sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76421109/f10.item []
  11. Sur ce projet, voir Jean-Richard et Marguerite Bloch, Lettres éditées par Rachel Mazuy et Ludmila Stern, Moscou Caucase Été 1934, CNRS Éditions, p. 16-17 []
  12. Non identifié []
  13. Jean-Richard Bloch, « Le Tamponnement de Villedieu », Marianne, 4 décembre 1935, p. 10 []
  14. Aujourd’hui Villa Bloch []
  15. L’ancien palais des comtes de Poitiers (ou Palais de Dusc d’Aquitaine) construit en partie à l’époque des Plantagenêt, devenu cour d’appel de Poitiers à partir de la Révolution, et dont une aile abrita le Tribunal de grande instance à partir de 1852 est aujourd’hui un lieu culturel de la ville, abritant notamment le festival Traversées. Cf. https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/a-poitiers-l-exposition-traversees-a-la-reconquete-de-la-ville-1570967908 []
  16. Ibid []
  17. Dessinateur non identifié []
  18. ibid, p. 12 []
  19. Synonyme d’apatride. A noter que pour Guéhénno Un intellectuel est une sorte d’heimatlos, et c’est n’avoir plus de patrie que d’avoir sa patrie au ciel des idées. Jean Guéhenno, Journal,1938, p. 128  []
  20. Ibid []

Les Verriers au Travail – André Claudot

Dans le documentaire de Bernard Baissat, Claudot artiste peintre , André Claudot évoque longuement « Les Verriers au travail », une oeuvre qui date de la période 1912-1914. C’est la période où le jeune Claudot est rentré à Dijon après l’affaire du dessin du Libertaire pour lequel il a échappé à des poursuites (cf. l’article de septembre 2019 : André Claudot, un jeune homme de vingt ans inscrit au Carnet B).
Bernard Baissat, Claudot Artiste peintre (à partir de 5’45 »)

Les Verriers au travail, 1913 ? , Collection particulière. Photographie de Bernard Baissat.

Claudot militant anarchiste est surveillé à partir de la fin de l’automne 1912 (Carnet B), ce qui ne l’empêche pas de militer à la Bourse du Travail et de créer un comité de défense sociale avec ses amis anarcho-syndicalistes. Ceux-ci, et en particulier Lanniée, secrétaire du syndicat des Verriers de Dijon 1, l’invitent à venir dessiner dans l’usine des Verreries de Dijon, située dans le quartier du Petit-Bernard, à l’extrémité de la rue des Rotondes2 .

« Au cours des années 1950, les entreprises sollicitent photographes, cinéastes, mais aussi peintres pour magnifier l’automation industrielle, faire valoir la valeur culturelle de l’usine et promouvoir son embellissement. » 3.
Il s’agit au contraire ici de faire venir le peintre dans l’usine avec pour objectif de dénoncer les conditions de travail des ouvriers, et en particulier de celles des enfants. Il ne s’agit pas pour le peintre de faire comprendre l’univers technique de l’usine. Certes la représentation reste réaliste et se veut fidèle (la présence du peintre sur place en atteste). Certes les fours sont bien visibles en arrière-plan, tout comme l’outillage des verriers et l’on retrouve cette passion du feu qui anime la peinture industrielle du XIXe siècle commanditée par les entreprises avec l’ouvrier torse nu qui a fini  » par signifier, sur les parois des édifices publics, le travail et l’industrie dans leur ensemble. »4. Mais l’objectif est tout autre : il s’agit de faire réaliser la dureté des conditions de travail dans l’usine, en mettant la souffrance des ouvriers, et en particulier celle des enfants au premier plan.

Les Verriers au travail (détail), 1913 ?, Collection particulière. Photographie de Bernard Baissat.

Que sait-on sur Les Verreries de Dijon un peu avant 1914 ?
L’usine a été construite en 1893. En 1903, un syndicat est autorisé5. Mais elle doit cesser ses activités quelques années après.
En 1907, un nouveau propriétaire, parisien, obtient une autorisation de réouverture pour une usine de gobelleterie, verres (dont des verres à moutarde) qui emploiera des ouvriers venus de Belgique pendant la guerre.
Elle fermera ses portes définitivement dans les années trente. Elle s’arrête de fonctionner en 1930, servant cependant de dépôt quelques années encore6. Par la suite, en juin 1936, un incendie ravage les lieux7. Elle compte 75 employés en 1912, et elle devra faire appel à des réfugiés belges pour continuer ses activités après le déclenchement de la guerre en 19148

Mais revenons à l’oeuvre et à son contexte de création. Faire peindre l’usine des Verreries est donc l’objectif des anarcho- syndicalistes. Seulement, quand Claudot arrive sur les lieux, la direction lui refuse l’accès des portes d’entrée. Cela provoque une action syndicale immédiate : une grève sans préavis avec débrayage instantané est mise en place, à l’initiative de Lanniée. Dans cette usine où les syndicalistes semblent bien implantés, est-ce la peur de voir s’installer une grève dure qui fait reculer l’entreprise ? Le mouvement ne dure finalement que quelques minutes et Claudot peut y entrer dessiner. Sur place, il dit avoir été saisi par les conditions de travail, notamment celles des enfants, souvent étrangers (espagnols et italiens) « recrutés par des padrone », dont le labeur s’effectue dans l’insalubrité, avec une chaleur insoutenable9. A cette date pourtant, le travail des enfants de moins de 12 ans est interdit et une loi de 1902 a fixé des normes d’hygiène dans les entreprises. Mais des rapports de l’inspection du travail témoignent d’infractions à ces règles, dans les verreries en particulier, où on emploie des enfants pour souffler le verre. Le travail d’enfants dans l’usine est attesté au moins jusqu’en 1921, où on envisage de les remplacer par des machines. Sur la toile, on les voit en effet accroupis ou courbés, pliés en deux sous le poids de charges pénibles et on perçoit la sueur que les lueurs du feu font briller sur les dos dénudés.

Les Verriers au travail (détail), 1913 ?, Collection particulière. Photographie de Bernard Baissat.

L’artiste ne fera pas toute l’oeuvre sur place. Du fait de la chaleur, il ne fait que mettre en place la composition avec (un ?) des croquis. C’est chez lui, soit a priori rue Jeannin à l’époque, ou chez ses parents boulevard de Strasbourg, qu’il finira la toile. Dans le documentaire de Bernard Baissait, Claudot explique encore qu’il était à cette période très influencé par ceux qu’ils nomment « les impressionnistes », et en particulier par la peinture de Bonnard. Si les couleurs initiales de la toile encollée avaient mal vieilli (ce dont témoigne le film et les photographies de Bernard Baissat), il explique avoir choisi des violets qui reprenaient pour lui ceux des oeuvres de Bonnard.

Pierre Bonnard, La Terrasse à Vernon, 1939, Met, Image Wikicommons.

Il est difficile de savoir à quel moment précis a été créée cette composition ? Est-ce avant ou après son inscription au carnet B à l’automne 1912 ? Est-ce avant ou juste après la grève générale de 24 heures initiée par la CGT contre la guerre et la future mobilisation générale (dans le même contexte de lutte contre la future loi des 3 ans), au milieu du mois de décembre 1912 ?

CONTRE LA GUERRE

La grève générale de 24 heures, préconisée, pour hier, par la C. G. T., afin, d’après les organisateurs, de « faire réfléchir les gouvernements sur le peu d’enthousiasme que déchaînerait, dans la classe ouvrière française consciente, l’annonce d’une mobilisation», a recueilli à Dijon peu de partisans. Seule la verrerie du Petit-Bernard, qui occupe environ 75 ouvriers, chômait. Aux verriers s’étaient joints quelques ouvriers du bâtiment ; tailleurs de pierres, terrassiers, etc. En tout 150 grévistes. A 3 heures, ils se réunissaient à la Bourse du travail, où, sous la présidence du camarade Mick, du syndicat des verriers, assisté des camarades Prévost, du syndicat du bâtiment, et Ballin, du syndicat des verriers, ils tenaient une réunion. Plusieurs orateurs ont pris la parole et ont parlé contre la guerre. La réunion s’est terminée par le vote de l’ordre du jour ci-après, que nous reproduisons à titre de document : « Les camarades, ouvriers grévistes, pour mettre en application les décisions du congrès confédéral, réunis à la Bourse du travail, protestent contre toute guerre offensive ou défensive, et se déclarent prêts, en cas de mobilisation de guerre, à faire la grève générale révolutionnaire et l’insurrection.

« Se séparent au cri : Guerre à la guerre !
A bas la guerre
« A bas toutes les patries.
« Vive l’union des syndicats de la Côte d’Or!
« Vive la Confédération générale du travail ! »
Les grévistes ont ensuite quitté la Bourse de la rue Févret et ont parcouru les rues de la ville en chantant « l’Internationale ». Aucun incident à signaler. »10.

J’aurais tendance à la dater de 191311, en sachant qu’il la présente au Salon des Amis des arts dijonnais en 191412 et qu’en 1912, il a présenté une autre « oeuvre sociale » intitulée Les Tanneries13. Cette oeuvre de jeunesse est marquée par une attention aux hommes que le peintre conservera toute sa vie. C’est pour lui le point de départ de ses grandes compositions de caractère social14. Mais elle est aussi profondément ancrée dans la période anarchiste de Claudot. Elle est suivie (ou précédé) par d’autres oeuvres, plus allégoriques, comme celle offerte au Congrès de la Libre pensée en 1914 : Vers la raison contre les dogmes pour l’universel bonheur, ou celle intitulée En attendant la sortie d’une réunion anarchiste tenue au Tivoli Vaux Hall à Paris en 1900.15, ainsi que des oeuvres présentées par le Comité de défense sociale, lors d’une réunion en plein air organisée au Carrousel de Dijon par l’Union des syndicats de la Côte d’Or, le Groupe socialiste dijonnais et la Fédération des syndicats ouvriers de la Nièvre durant l’été 1913 : « Notre Camarade Claudot, du Comité de Défense sociale, avait peint trois tableaux suggestifs et d’actualité : Tu ne tueras point ! avec la tête de celui à qui cette pensée est attribuée : Jésus ! Le Militarisme, chien de garde du capital; et enfin : Guerre à la Guerre. Ces tableaux résumant la pensée ouvrière, ont produit leur effet. » 16.

Extrait d’un article du Réveil syndical, Juillet 1913 (communiqué par Jean Belin).

En 1977, un article du quotidien dijonnais Le Bien public est consacré à cette entreprise. Il est illustré par la toile de Claudot17

Le Bien public, 5 août 1977. Photographie de Bernard Baissat

En 1978, le tableau est exposé lors de l’exposition rétrospective organisée à Pavillon-Sous-Bois18. Les Verriers au travail appartiennent aujourd’hui à un collectionneur privé.

  1. Il fut secrétaire CGT des Verriers de Dijon de décembre 1913 à la déclaration de guerre en 1914, succédant à Dessol. Notes de Jean Belin []
  2. Indications données dans le témoignage de Claudot, et confirmées par monsieur Jean Nicolaï []
  3. Gwenaële Rot, François Vatin, Peindre l’usine, peindre pour l’usine : Reynold Arnould (1955-1972), Figures de l’art no. 32 (2016): 151–64. []
  4. Nicolas Pierrot  : « Peindre l’usine, La mise en scène des espaces de travail industriel dans la peinture française, v. 1760 – v. 1890 », Annales, N° 50-51, décembre 2000, p. 64-78 []
  5. Archives municipales de Dijon []
  6. Roger Gauchat, Les quartiers extérieurs de Dijon, in Mémoires de la Commission des antiquités du département de la Côte-d’Or / Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon. Commission des antiquités du département de la Côte d’Or, Tome 25, p. 443, https://bm.dijon.fr/documents/MEMOIRES%20CACO/1832-2001/1959-1962-025-11-283-334-1369194.pdf []
  7. Recueil juridique de l’assurance : organe mensuel international destiné à l’exposé et à l’étude pratique de la jurisprudence, de la législation et de toutes les questions intéressant les assurances terrestre sous la direction Me Annet-Badel,  1936, in https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6217219x/f56.image.r=%22Verreries%20de%20Dijon%22?rk=150215;2 []
  8. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5652853/f4.item.r=%22Verreries%20de%20Dijon%22.zoom []
  9. Son témoignage, op. cit. []
  10. Le Progrès de la Côte d’Or, 17 décembre 1912, p. 2/6 – Consulté sur Retronews []
  11. Pour monsieur Jean Nicolaï, la facture de l’oeuvre la rapproche d’ailleurs d’une autre oeuvre datée précisément de 1913 : Bar de nuit aux Halles. []
  12. Pierre Sanchel, Les Salons de Dijon 1771-1950, Editions de l’Echelle de Jacob, Dijon, 2002, p. 120 []
  13. Huile sur toile, Avril 1912, Musée des Beaux-arts de Dijon, Ibid pour la référence au Salon []
  14. Son témoignage dans Bernard Baissat, Claudot artiste peintre, op. cit. []
  15. Donation au Musée des Beaux-arts de Dijon en 2019 []
  16. Le Réveil syndical, juillet 1913. Extrait d’article communiqué par Jean Belin – ISH-CGT.
    Le Comité de Défense sociale est un organisme né en 1903. Il est refondé en septembre 1908 pour soutenir les inculpés de Villeneuve-Saint-Georges. Il se perpétue jusqu’en 1914 en élargissant son action. Selon Guillaume Davranche – https://paris-luttes.info/1912-entr-aide-et-defense-sociale-5846, il a pour but de : « récolter de l’argent pour aider les militants incarcérés et, surtout, les familles des détenus et des victimes, brusquement privées d’un salaire ; faire campagne dans la presse pour créer un courant d’opinion en faveur des inculpés ;faire le lien avec les avocats afin d’assurer une défense cohérente et politique. » Son siège est établi à la CGT, impasse de la Grange-aux-Belles. Il est relancé à nouveau en mars 1918 à Paris. []
  17. Le Bien public, « Elle n’était pas comparable à Murano. Il y eut une verrerie en 1893, à Dijon », 5 août 1977 []
  18. Catalogue de l’exposition, préfacé par Jean Marcenac []

Lettres de voyage en URSS – 1934 Extraits sur le métro de Moscou

Dmitri Tchetchouline, Projet de la station de métro Okhotny Riad, 1934.
@Musée d’architecture Chtchoussev

Dans la cadre de la programmation liée au centenaire des révolutions de 1917, un documentaire sur le métro de Moscou a été diffusé sur Arte  (visible jusqu’au 18 novembre 2017).

https://www.arte.tv/fr/videos/049286-000-A/comment-nous-avons-construit-le-metro-de-moscou/

Les voyageurs étrangers étaient bien entendu invités à visiter sa construction pour participer à la propagande de ce « palais » pour le peuple.

Voici quelques extraits de lettres de Marguerite Bloch à sa famille pendant leur voyage pour le Congrès des écrivains soviétiques de l’été 1934.

Ces lettres, ainsi que le carnet de voyage de Marguerite Bloch sont à paraître prochainement sous le titre Moscou-Caucase Été 34. Le voyage en Union soviétique de Jean-Richard et Marguerite Bloch, aux éditions du CNRS.

Lettre du 17 aout 1934, jour d’ouverture du Congrès des écrivains.

« Hier, nous avons fait un grand tour dans et autour de Moscou, comme je vous l’ai déjà dit, mais seulement aperçu les choses. C’est très vaste, beau, mais très en démolition. À cause des travaux pour le métro pour lesquels on éventre tout ; on démolit aussi pour élargir, ce qui fait que, malgré le nombre de maisons neuves, la question du logement n’est pas encore résolue ; elle est améliorée, mais difficile encore. Du reste quand on voit le monde qu’il y a! Inimaginable. Les légendaires tramways de Moscou sont encore au-dessus de leur réputation. Ils sont tellement pleins qu’il y a des gens sur les marche-pieds [sic] et même accrochés au dehors. On entre par-derrière et on sort par-devant. Pour sortir, il faut faire plus d’efforts que pour aboutir du métro à une correspondance aux heures d’affluence. » (…)

« Hier nous avons perdu une grande partie de notre temps à voir une chose, d’ailleurs excessivement intéressante, mais pour moi un peu fatigante: ce sont les travaux du Métro (metrostroï). Les travaux naturellement sont les travaux de mine, comme ailleurs ; ce qui n’est pas comme ailleurs c’est le sentiment qu’y apportent les travailleurs. Ce sont en grande partie des komsomols, des jeunes communistes, travailleurs volontaires. Nous avons causé avec une petite ingénieure des mines, qui a fini ses études depuis peu et qui surveillait tout un secteur de travaux. C’est en l’honneur de madame Schreiber1 que nous sommes allés dans ces lieux difficiles à atteindre (il fallait s’équiper en mineur avec des bottes et un costume complet !). Elle était très fière d’elle. Je n’avais pas l’honneur de la connaître, mais je suis rentrée du coup dans son intimité. » (…)

« Beaucoup de jeunes filles et jeunes femmes, travailleurs de choc qu’on rencontre dans les rues dans leur combinaison de grosse toile kaki, avec leurs bottes. Je regrette bien de n’avoir pas le temps, bien que ça n’ait rien de caractéristiquement soviétique, de vous raconter Mme S. avec les ingénieurs du métro et avec moi et avec les femmes, qui nous aidaient à nous habiller. Elle ressemble moralement à Mlle Bottreau2 , seulement elle est petite, menue, et d’ailleurs serait jolie si elle n’était pas si pesante. Très crâne, sûrement. »

Sur les délégations ouvrières qui viennent au congrès.
Lettre du 24 août 1934 terminée le 26 :

« Je ne vous ai pas raconté non plus les délégations de l’armée, splendide et qui a énormément enthousiasmé la salle pour qui l’Armée Rouge, c’est ce qu’il y a de plus beau. Il paraît que c’est vrai d’ailleurs et que c’est là que l’on trouve le niveau le plus élevé. Il y a eu les marins qui ont dit qu’ils ont envie de chanter, et que les écrivains ne font pas de chansons pour eux. Il y a eu le métro, des figures admirables, sous leur chapeau de toile cirée. Les chemins de fer, qui ont fait toute une petite mise en scène, avec le sifflet de chef de train, les petits drapeaux pour les signaux, etc. »

  1. Suzanne Crémieux-Schreiber (1895-1976). Mariée à Robert Servan-Schreiber cofondateur des Échos, membre du parti radical-socialiste. []
  2. Madame Bottreau : Peut-être Albertine Bottreau, professeur agrégée de lettres, qui sera directrice du lycée Jules-Ferry de 1940 à 1948. []