Archives de catégorie : Billets

Une histoire de Pipes

En vidant le logement de mes parents, j’ai découvert de nouvelles archives sur André Claudot (notamment une carte électorale de 1920 qui témoigne de son inscription sur les listes dijonnaises)…

Parmi ces découvertes, deux pipes qui ont pu appartenir à André Claudot, voire même à son père, François Claudot.

La première des deux pipes vient de Bruxelles.

C’est une pipe en écume de mer blanche ou pipe en écume de mer calcinée, qui, selon son étui en bois recouvert de cuir et doublé de tissu, a été fabriquée par Jean-Baptiste Vinche, le fondateur de l’entreprise du même nom en 1864.

Elle a été vendue dans le magasin “Au Nabab” qui se trouvait 85 Marché aux Herbes à Bruxelles. C’est le premier magasin de la famille Vinche, qui était très réputée pour ses pipes avant 1914, et même par la suite.

“(…) le nom de Vinche devint synonyme de qualité. Le véritable amateur de pipes à cette époque était fier d’exhiber une pipe signée de ce nom. Ainsi la maison Vinche obtint les plus hautes distinctions aux expositions d’Anvers en 1884, Bruxelles en 1897, Paris en 1900, St-Louis en 1904, Turin en 1911 et bien d’autres encore.”1

Toutes ces indications me laissent donc penser qu’elle a été fabriquée entre 1895 et 1910. En 1894 en effet, le fils de Jean-Baptiste, Victor Vinche achète un procédé autrichien de fabrication de pipes en écume de mer calcinée. Et, en 1910, le magasin du 85 Marché aux Herbes prend feu.

André Claudot, François Claudot, Dessin au fusain, 1909, Collection particulière, DR, Photographie ©Edouard Barra

Elle a donc pu appartenir à André Claudot, voire même plutôt à son père, qu’on voit fumer une pipe qui semble en écume de mer sur ce portrait de 1909, ou dans cette huile sur panneau de bois intitulée L’Homme à la pipe (1914), même si les manches sont sans doute plus longs !

André Claudot , L’homme à la pipe, Huile sur panneau de bois, 1914, Collection particulière (PJL), DR, photographie, ©Edouard Barra

La seconde n’est pas en écume de mer et a des poinçons que je ne sais pas lire… qui mériteraient de nouvelles explorations….

  1. https://www.v-k.be/documents/geschiedenis.xml []

Lettres de voyage en URSS – 1934 Extraits sur le métro de Moscou

Dmitri Tchetchouline, Projet de la station de métro Okhotny Riad, 1934.
@Musée d’architecture Chtchoussev

Dans la cadre de la programmation liée au centenaire des révolutions de 1917, un documentaire sur le métro de Moscou a été diffusé sur Arte  (visible jusqu’au 18 novembre 2017).

https://www.arte.tv/fr/videos/049286-000-A/comment-nous-avons-construit-le-metro-de-moscou/

Les voyageurs étrangers étaient bien entendu invités à visiter sa construction pour participer à la propagande de ce « palais » pour le peuple.

Voici quelques extraits de lettres de Marguerite Bloch à sa famille pendant leur voyage pour le Congrès des écrivains soviétiques de l’été 1934.

Ces lettres, ainsi que le carnet de voyage de Marguerite Bloch sont à paraître prochainement sous le titre Moscou-Caucase Été 34. Le voyage en Union soviétique de Jean-Richard et Marguerite Bloch, aux éditions du CNRS.

Lettre du 17 aout 1934, jour d’ouverture du Congrès des écrivains.

“Hier, nous avons fait un grand tour dans et autour de Moscou, comme je vous l’ai déjà dit, mais seulement aperçu les choses. C’est très vaste, beau, mais très en démolition. À cause des travaux pour le métro pour lesquels on éventre tout ; on démolit aussi pour élargir, ce qui fait que, malgré le nombre de maisons neuves, la question du logement n’est pas encore résolue ; elle est améliorée, mais difficile encore. Du reste quand on voit le monde qu’il y a! Inimaginable. Les légendaires tramways de Moscou sont encore au-dessus de leur réputation. Ils sont tellement pleins qu’il y a des gens sur les marche-pieds [sic] et même accrochés au dehors. On entre par-derrière et on sort par-devant. Pour sortir, il faut faire plus d’efforts que pour aboutir du métro à une correspondance aux heures d’affluence.” (…)

“Hier nous avons perdu une grande partie de notre temps à voir une chose, d’ailleurs excessivement intéressante, mais pour moi un peu fatigante: ce sont les travaux du Métro (metrostroï). Les travaux naturellement sont les travaux de mine, comme ailleurs ; ce qui n’est pas comme ailleurs c’est le sentiment qu’y apportent les travailleurs. Ce sont en grande partie des komsomols, des jeunes communistes, travailleurs volontaires. Nous avons causé avec une petite ingénieure des mines, qui a fini ses études depuis peu et qui surveillait tout un secteur de travaux. C’est en l’honneur de madame Schreiber1 que nous sommes allés dans ces lieux difficiles à atteindre (il fallait s’équiper en mineur avec des bottes et un costume complet !). Elle était très fière d’elle. Je n’avais pas l’honneur de la connaître, mais je suis rentrée du coup dans son intimité.” (…)

“Beaucoup de jeunes filles et jeunes femmes, travailleurs de choc qu’on rencontre dans les rues dans leur combinaison de grosse toile kaki, avec leurs bottes. Je regrette bien de n’avoir pas le temps, bien que ça n’ait rien de caractéristiquement soviétique, de vous raconter Mme S. avec les ingénieurs du métro et avec moi et avec les femmes, qui nous aidaient à nous habiller. Elle ressemble moralement à Mlle Bottreau2 , seulement elle est petite, menue, et d’ailleurs serait jolie si elle n’était pas si pesante. Très crâne, sûrement.”

Sur les délégations ouvrières qui viennent au congrès.
Lettre du 24 août 1934 terminée le 26 :

“Je ne vous ai pas raconté non plus les délégations de l’armée, splendide et qui a énormément enthousiasmé la salle pour qui l’Armée Rouge, c’est ce qu’il y a de plus beau. Il paraît que c’est vrai d’ailleurs et que c’est là que l’on trouve le niveau le plus élevé. Il y a eu les marins qui ont dit qu’ils ont envie de chanter, et que les écrivains ne font pas de chansons pour eux. Il y a eu le métro, des figures admirables, sous leur chapeau de toile cirée. Les chemins de fer, qui ont fait toute une petite mise en scène, avec le sifflet de chef de train, les petits drapeaux pour les signaux, etc.”

  1. Suzanne Crémieux-Schreiber (1895-1976). Mariée à Robert Servan-Schreiber cofondateur des Échos, membre du parti radical-socialiste. []
  2. Madame Bottreau : Peut-être Albertine Bottreau, professeur agrégée de lettres, qui sera directrice du lycée Jules-Ferry de 1940 à 1948. []