Tous les articles par Rachel Mazuy

Historienne - Agrége et docteure en Histoire Chercheuse invitée à l'IHTP - Chargée de conférences à Sciences po Paris

Une histoire de Pipes

En vidant le logement de mes parents, j’ai découvert de nouvelles archives sur André Claudot (notamment une carte électorale de 1920 qui témoigne de son inscription sur les listes dijonnaises)…

Parmi ces découvertes, deux pipes qui ont pu appartenir à André Claudot, voire même à son père, François Claudot.

La première des deux pipes vient de Bruxelles.

C’est une pipe en écume de mer blanche ou pipe en écume de mer calcinée, qui, selon son étui en bois recouvert de cuir et doublé de tissu, a été fabriquée par Jean-Baptiste Vinche, le fondateur de l’entreprise du même nom en 1864.

Elle a été vendue dans le magasin « Au Nabab » qui se trouvait 85 Marché aux Herbes à Bruxelles. C’est le premier magasin de la famille Vinche, qui était très réputée pour ses pipes avant 1914, et même par la suite.

« (…) le nom de Vinche devint synonyme de qualité. Le véritable amateur de pipes à cette époque était fier d’exhiber une pipe signée de ce nom. Ainsi la maison Vinche obtint les plus hautes distinctions aux expositions d’Anvers en 1884, Bruxelles en 1897, Paris en 1900, St-Louis en 1904, Turin en 1911 et bien d’autres encore. »1

Toutes ces indications me laissent donc penser qu’elle a été fabriquée entre 1895 et 1910. En 1894 en effet, le fils de Jean-Baptiste, Victor Vinche achète un procédé autrichien de fabrication de pipes en écume de mer calcinée. Et, en 1910, le magasin du 85 Marché aux Herbes prend feu.

André Claudot, François Claudot, Dessin au fusain, 1909, Collection particulière, DR, Photographie ©Edouard Barra

Elle a donc pu appartenir à André Claudot, voire même plutôt à son père, qu’on voit fumer une pipe qui semble en écume de mer sur ce portrait de 1909, ou dans cette huile sur panneau de bois intitulée L’Homme à la pipe (1914), même si les manches sont sans doute plus longs !

André Claudot , L’homme à la pipe, Huile sur panneau de bois, 1914, Collection particulière (PJL), DR, photographie, ©Edouard Barra

La seconde n’est pas en écume de mer et a des poinçons que je ne sais pas lire… qui mériteraient de nouvelles explorations….

  1. https://www.v-k.be/documents/geschiedenis.xml []

Un procès pour viol d’enfants et d’adolescents à Dijon en 1904 – André Claudot

Le 8 janvier 1904, en sortant du lycée Carnot où il fait ses études, le jeune André Claudot croise un client de son père, luthier établi à Dijon. Ce dernier lui demande de passer chez lui pour prendre un instrument qu’il veut faire réparer. Il viole l’enfant qui n’a pas encore douze ans !

Lycée Carnot, Dijon, carte postale ancienne (site de vente en ligne).

Son père, François Claudot, va porter plainte en avril, déclenchant ainsi une procédure judiciaire qui va aboutir à un procès aux assises le 5 août pour « attentat à la pudeur ».

Le quotidien dijonnais Le Progrès de la Côte-d’Or (PCO) relate le déroulé du procès dans son article du 6 août1. Le Courrier de Saône-et-Loire (CSL) détaille l’affaire dans son numéro du 7 août.

Parmi les 17 enfants et adolescents de 10 à 18 ans, victimes du « pédéraste », la majorité vient de Beaune, où Claude Desbrosses, 42 ans, a commis les faits.2

La rubrique « Les Assises » fournit presque chaque jour plusieurs colonnes (en page 1 et/ou 2) du journal dijonnais. Attentats à la pudeur, viol, incendie criminel… sont autant de faits divers relatés en détail presque chaque jour. Ce 5 août, c’est donc une affaire de pédophilie qui est narrée.

Cependant, à aucun moment la presse bourguignonne n’utilise pas le terme de pédophilie (qui existe depuis 1847). Elle emploie celui de pédéraste qui signifie à l’époque : un « Homme qui éprouve une attirance amoureuse et sexuelle pour les jeunes garçons, enfants ou adolescents. » (et ce au moins jusque dans les années 1980)3 En 1986, le terme est par ailleurs synonyme d’homosexuel (ainsi que d’inverti, sodomite et uraniste) – (sic).

Les deux journaux condamnent tous deux violemment « les mœurs peu avouables » et les  « actes odieux » de l’accusé. Aucune trace d’une fascination quelconque pour l’acte… Mais c’est peut-être autant l’agression sexuelle homosexuelle qui est en ligne de mire et heurte la morale, que le fait qu’il s’agisse d’un pédophile. 

Qui est cet homme qui comparaît en fait une deuxième fois pour agression sexuelle sur des mineurs ?

Palais de justice de Dijon, carte postale ancienne, site de vente en ligne.

Des deux quotidiens régionaux, Le Courrier de Saône et Loire est le plus disert sur son parcours. Mais le quotidien dijonnais évoque avec plus de détails les faits reprochés jusque-là à l’accusé.

Mal noté pendant sa scolarité, Claude Desbrosses devient à 16 ans sacristain à Magny (une commune de Montceau-les-Mines), comme son père, « tout en exerçant la profession d’épicier » dans le magasin paternel, dont il prend la direction à la mort de ce dernier. Il se marie brièvement en 1883. En effet, sa femme lui reproche « sa froideur », son magasin périclite et elle le quitte. « Étant donné vos habitudes, cela n’a pas lieu de nous surprendre » ( CSL) remarque à ce sujet le président de la Cour pendant l’interrogatoire. Desbrosses déménage ensuite à Lyon, s’employant d’abord au Grand Bazar, puis chez un imprimeur. A chaque fois, même s’il s’en défend, il est « congédié de ces diverses maisons pour le même motif » (CLS)  : ses « mœurs » ! De retour en Côte-d’Or, il travaille ensuite à Beaune où il tient un magasin de journaux tout en étant correspondant de l’Union républicaine de Mâcon selon Le Progrès de la Côte-d’Or. Pour le Courrier de Saône-et-Loire, il tient une salle de dépêches pour un journal lyonnais. C’est sans doute ce qui le fait apparaître comme « publiciste » le jour de l’audience.

Les deux journaux reprennent ensuite les propos exacts du président de la cour d’Assises et ceux de l’accusé  :

« R. En 1895, vous avez été traduit devant la Cour d’assises de Saône-et-Loire pour des faits analogues à ceux qui vous sont reprochés aujourd’hui ; vous employiez les mêmes procédés : vous attiriez les jeunes gens en leur donnant des images. Il y a eu un doute dans l’esprit du jury et vous avez bénéficié d’un verdict d’acquittement. Je n’insiste pas. En 1901 vous arrivez à Beaune et vous vous installez marchand de journaux.

R. — A quelle époque exactement êtes-vous arrivé ?

D. — J’ai ouvert mon magasin au mois de septembre.

M. le président. — Vous y restez à peine un an, puisque, au mois de juillet 1902, on vous trouve à Dijon. Il n’y avait que 18 mois que vous habitiez la ville, lorsque l’idée vous prend de vous présenter aux élections municipales. Cela vous met en vue. Tout à coup vos amis, qui appartenaient au même groupe politique, apprennent que vous aviez commis des choses odieuses. Une instruction est ouverte et on découvre les nombreux attentats qui vous amènent sur ces bancs.

M. le Président passe en détail les divers attentats reprochés à l’accusé.
Desbrosses répond que c’est faux et qu’il est victime d’ un complot.

R. — Quel est ce complot?
D — Ce sont mes ennemis politiques qui ont organisé la machination. »
Après l’interrogatoire du prévenu, on fait entendre les témoins.
Ils sont au nombre de 19 dont deux adultes seulement : François Claudot, 38 ans, luthier à Dijon, rue de la Liberté. — André Claudot. 12 ans. Ie fils du précédent. —• Jean-Baptiste Fricker, 37 ans, représentant de commerce, rue Bouhier. — Maurice Fricker, 10 ans, fils du précédent.— Jean Décroix, 40 ans, représentant de commerce à Dijon, avenue Garibaldi. — Hippolyte Ponsard, 13 ans, à Beaune faubourg Bretenières. — Adolphe Loiseau, 13 ans, à Beaune. — Louis Lignier, 14 ans, employé du Crédit lyonnais à Beaune. — Paul Pras, 14 ans, à Beaune, — André Plathey, 13 ans à Beaune. — André Weiss, 14 ans, à Beaune. — Auguste Léger, 15 ans. à Beaune. — Philippe Rauch (ou Rauche), 14 ans à Dijon, rue de Constantine. — Joseph Guyot, 16 ans, à Beaune. — Georges Caillot, l6 ans, à Beaune. — Julien Goudard – 18 ans, boulanger à Beaune. — Joseph Magnien, 12 ans, à Beaune. — Georges Voiret, 13 ans, à Beaune. — Jean-Baptiste Fournier, 59 ans. à Beaune. 4
Dix-sept jeunes gens seulement comparaissent. En effet, sans qu’on sache si cela a un lien avec l’affaire, Guyot est mort et Goudard est en traitement à l’hôpital.
« Par la suite « M. l’avocat général GODEFROY soutient l’accusation. Il fait ressortir la monstruosité des faits commis par l’inculpé. Desbrosses a eu une conduite d’autant plus ignoble que sa comparution devant la Cour d’assises de Saône-et-Loire aurait dû lui servir de leçon. Il avait bénéficié d’un doute, ce qui ne veut pas dire qu’il n’était pas coupable ; néanmoins il a recommencé. Le Jury, cette fois, saura le punir comme il le mérite, et il rapportera sûrement un verdict affirmatif. Desbrosses se prétend victime d’un complot politique, mais il ne peut pas l’établir; au reste, dans cette enceinte, il ne saurait être question de politique. La justice ne s’occupe pas des opinions, elle juge d’après les faits qui lui sont fournis. Et c’est sa force. M. l’avocat général Godefroy termine en réclamant un verdict affirmatif sans circonstances atténuantes. L’accusé, dit-il, mérite ce châtiment. » PCO, du 6 août

Série de cartes postales anciennes sur Le Progrès de la Côte-d’Or, site de vente en ligne.

Un article du Progrès de la Côte-d’Or du 3 septembre 1904, fait lui entendre que les faits les plus antérieurs concernent des enfants de chœur, que Desbrosses, alors sacristain, aurait agressés. Les parents n’ayant pas porté plainte, l’homme n’a pas été poursuivi à ce moment-là.

À la fin du procès à Dijon, l’avocat de la défense plaide la démence, en implorant la pitié du jury. Il demande ainsi les circonstances atténuantes qui lui seront accordées.
La cour va cependant condamner Desbrosses à 8 années de réclusion, sans interdiction de séjour. (PCO et CSL – pour les termes exacts)

Ce procès, sans doute initié par la plainte de François Claudot, cache une autre histoire, que la presse ne révèle pas complètement.

Le 31 août 1904, le président de la loge dijonnaise « Solidarité et Progrès » répond aux accusations du journal Le Bien public (numéro du 26 août 1904) pour laver l’honneur bafoué de la franc-maçonnerie. Il dément formellement que « le sodomite » Desbrosses, contrairement à ce qu’il peut prétendre, n’ait jamais appartenu à la loge maçonnique dijonnaise.

« Quel dommage tout de même, que la justice n’ait pas été saisie alors, car le dévot Desbrosses, au lieu de servir aujourd’hui de chien de guerre contre la franc-maçonnerie, serait venu, ô ironie, renforcer la déjà très longue théorie des gens d’église qui, prêtres ou religieux, ou même simples sacristains, ont eu maille à partir avec dame Thémis pour faits d’immoralité. » (Citation issue de la lettre du président de la loge dans le PCO du 3 septembre)

Il y a-t-il confusion, du côté de l’autre quotidien dijonnais, avec une autre organisation, elle aussi présente à Dijon ? En effet, au début de l’année 1904, les registres de la Libre pensée locale font état d’une affaire opposant deux libres penseurs : Claude Desbrosses et… François Claudot !5

François Claudot, de sensibilité libertaire, est violemment anticlérical (il veut qu’on supprime la soutane pour tous les curés). Son collègue serait donc plutôt un dévot. A une époque, où comme nombre de franc-maçons, une grande partie des libre-penseurs sont des bouffeurs de curés, souvent dépeints comme des « sodomites » dans les caricatures anticléricales , la position de l’organisation dijonnaise peut surprendre.

Selon l’historienne Jacqueline Lalouette, les libre-penseurs ne vont en effet pas suivre les accusations du père du jeune André Claudot, pourtant membre du Conseil d’administration local. On proclame sa suspension de la Libre pensée à Dijon, en février 1904 (il démissionnera en septembre). À la fin du mois de mars 1904, on retrouve d’ailleurs Desbrosses aux côtés des libres penseurs, durant les obsèques civiles de Louis Collot, administrateur du Progrès de la Côte-d’Or et ancien maire-adjoint de Dijon, franc maçon et libre penseur (le drap de la Libre pensée recouvre le cercueil) :6

François Claudot devant son stand décoré par André Claudot, archives Hélène Hawad-Claudot.

Cette affaire est bien sûr lourde de conséquences pour le jeune André Claudot que son père conduisait aux réunions de la Libre pensée, et qui restera très anticlérical toute sa vie. Le traumatisme, silencieux, a sans aucun doute été profond.

Primé pour ses résultats au lycée Carnot en 19037, il sèche les cours l’année suivante et va finir par se faire expulser de l’établissement (la date précise est inconnue), entraînant alors la fureur paternelle. Il a alors rencontré dans des cafés dijonnais des anarchistes comme François Monod. Ce dernier, anarchiste illégaliste, a été une première fois condamné en 1887 pour complicité de meurtre contre un procureur8. En 1894, victime des “lois scélérates”, c’est cette fois une condamnation au bagne pour apologie et provocations au meurtre (celui de Sadi Carnot par Casério), provocations de militaires à la désobéissance qui tombe. Il sera cependant gracié à la suite d’une campagne des socialistes et meurt finalement à 58 ans à Besançon en 1907.9 Des hommes comme Monod ont ainsi fortement influencé le jeune adolescent qui jusque-là se pliait aux volontés paternelles. Il affirme désormais de plus en plus haut et fort son désir d’être peintre et non luthier (la lutherie se transmettant le plus souvent de père en fils). Aussi, il finit par être temporairement chassé de chez lui, par un père qui a aussi un fort tempérament. Les choses paraissent rentrer dans l’ordre en 1905 puisqu’il entre à l’École des Beaux-arts de Dijon10, puis, pour quelques semaines, aux Arts décoratifs à Paris (1909). Mais inscrit au Carnet B des individus suspects d’atteinte à la sûreté de l’Etat en 1912, Claudot est alors pleinement devenu peintre et anarchiste.

André Claudot, Le père Claudot, 1909, photographie Edouard Barra, DR


André Claudot ne parlera jamais de cette affaire dans ses témoignages ultérieurs connus, tout comme dans ses souvenirs autographes, pas plus que dans sa correspondance (là aussi dans les limites de notre connaissance de celle-ci). 

  1. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-d-or/6-aout-1904/823/2422273/2 []
  2. https://www.retronews.fr/journal/courrier-de-saone-et-loire/7-aout-1904/371/1369745/3?from=%2Fsearch%23allTerms%3D%2522Courrier%2520de%2520Sa%25C3%25B4ne-et-Loire%2522%25207%2520ao%25C3%25BBt%25201904%26sort%3Ddate-asc%26publishedBounds%3Dfrom%26indexedBounds%3Dfrom%26page%3D4%26searchIn%3Dall%26total%3D376&index=95 []
  3. Cf. Trésor de la langue française, tome douzième, Gallimard, 1986. remerciements à Jacqueline Lalouette. []
  4. Nous avons repris et complété la liste des adolescents à partir de celles fournies par les deux journaux qui reprennent le même déroulé tous les deux. []
  5. Remerciements à Jacqueline Lalouette []
  6. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-d-or/23-mars-1904/823/2422759/1?from=%2Fsearch%23allTerms%3D%2522Le%2520Progr%25C3%25A8s%2520de%2520la%2520C%25C3%25B4te-d%2527Or%2522%252023%2520mars%25201904%26sort%3Ddate-asc%26publishedBounds%3Dfrom%26indexedBounds%3Dfrom%26page%3D7%26searchIn%3Dall%26total%3D1368&index=147 []
  7. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-d-or/9-aout-1903/823/2422163/3 []
  8. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-d-or/11-aout-1887/823/2412901/2 []
  9. « L’anarchiste dijonnais Monod est mort https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-dor/04-sep-1907/823/2426267/2 []
  10. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-dor/28-jul-1908/823/2426881/2 []

Les Caricatures anarchistes du Peintre aNdré Claudot (1911-1925).

Ce texte est une version détaillée de la notice « Caricatures anarchistes » du catalogue André Claudot (à paraître en juin 2021, Musée des Beaux-arts de Dijon). Nous remercions vivement Michel Dixmier qui nous a permis de photographier son ample collection. Une partie du corpus (Le Libertaire avant 1914 notamment) a été au départ consulté à la BNF sur de vieux microfilms (les originaux n’étant plus accessibles), ce qui explique la mauvaise qualité des visuels. Elle est maintenant en ligne sur le site Retronews (1895-1971).

André Claudot commence à dessiner pour la presse en 1908, alors qu’il est encore élève de l’École des Beaux-arts de Dijon. C’est logiquement en particulier dans la presse étudiante (Dijon l’Escholier, et L’Estudiant bourguignon) que le jeune artiste fait paraître ses premières oeuvres avant 1914.

L’Étudiant bourguignon, juin 1913, photographie Rachel Mazuy, Collection de la bibliothèque municipale patrimoniale de Dijon.

Arrivé à Paris durant l’automne 1909 pour suivre des cours à l’école des arts décoratifs (il la quitte au bout de quelques semaines), il se rapproche de Pierre Martin et Hélène Lecadieu et de toute l’équipe du Libertaire. Sa première collaboration dans un journal qui est alors peu illustré (deux dessins seulement pour toute l’année 1911), date du 30 septembre1, et va valoir au gérant des poursuites judiciaires . De ce fait, le jeune homme fuit la capitale pour éviter d’être poursuivi et retourne alors à Dijon2.

Le Libertaire, 30 septembre 1911, p. 1. Collection de la BNF. ©BNF ©RetroNews

Pendant la Première Guerre mondiale, il renoue avec cette activité de caricaturiste pour la presse révolutionnaire, en envoyant des dessins à Sébastien Faure, pour le journal Ce qu’il faut dire. Un seul dessin antimilitariste sera cependant publié (« La Nouvelle visite », le 3 mars 1917). À la grande frayeur du jeune soldat qui craint pendant des semaines de se retrouver devant le conseil de guerre, Mauritius, le signe même de son nom : Claudot ! Mais les listes d’anarchistes de la préfecture de police de Dijon ne semblent pas être remontées jusqu’aux censeurs…

Ce qu’il faut dire, 3 mars 1917, photographie Rachel Mazuy, Collection Michel Dixmier.

Démobilisé dans les Balkans en août 1919, Claudot rentre en France et, dès son arrivée à Paris à la fin de l’année, il reprend sa collaboration avec la presse révolutionnaire. Il utilise notamment des oeuvres composées pendant la guerre 3

Clarté °5-6, 13 décembre 1919, Photographie Michel Dixmier, Collection Michel Dixmier.

Son activité de dessinateur de presse est particulièrement importante au début des années vingt. Il fait alors partie de la centaine de caricaturistes politiques de l’époque, dans le groupe de ceux, minoritaires, qui condamnent cette République jugée bourgeoise et répressive. A l’instar d’un Jules Grandjouan (1875-1968), qu’il a côtoyé avant la guerre, c’est un artiste pour qui un dessin est porté par un engagement au service de la lutte des classes, du pacifisme, de l’anticléricalisme et de l’antimilitarisme. 

Entre le 4 janvier 1920 et le 27 décembre 1923, paraissent dans Le Libertaire une cinquantaine de dessins de Claudot, le plus souvent titrés et légendés, et publiés en page de couverture. Trois dessins pour des rubriques, sont également régulièrement reproduits entre 1921 et 1923.
André Claudot est ainsi, jusqu’en 1922, quasiment le seul dessinateur du journal où l’on relève parfois les noms de Becan et Gaston Ry, puis ceux de Marcolon (qui le remplace de fait en 1924), Marix, ou Gil Baer4.

Sa contribution est cependant irrégulière, passant de un à deux dessins par mois durant la première partie de l’année 1920 (jusqu’au 11 juillet), à quasiment un dessin par semaine entre la fin décembre et la mi-juillet 1921, alors qu’avant et après cette dernière période, ces envois sont moins fréquents. Claudot concilie sans doute ce travail militant pas (selon lui) ou très peu rémunéré, avec un gagne-pain plus réel et des expositions artistiques dans les Salons ou les cafés de Montparnasse5.

Enfin, ces dernières caricatures, à la fin de l’année 19236, s’inscrivent dans l’affaire Philippe Daudet qui oppose l’Action française (AF) aux anarchistes7. Cette affaire est liée au fils de Léon Daudet, Philippe, qui, en novembre 1923, aurait confié ses sympathies anarchistes à l’administrateur du Libertaire. Sa mort (sans doute un suicide dont les anarchistes sont peut-être responsables), provoque une intense polémique, lancée par Le Libertaire qui titre le 2 décembre : « La mort tragique de Philippe Daudet, anarchiste ! Léon Daudet étouffe la vérité ». L’AF et la famille Daudet se retournent alors contre leurs adversaires (puis contre la justice et le gouvernement républicain), en évoquant un meurtre avec préméditation.

André Claudot publie par ailleurs les seuls dessins de couverture, au nombre de deux, qui paraissent dans les douze numéros de La Jeunesse anarchiste en 1921-1922 (l’organe de la fédération des Jeunesses communistes anarchistes)8. Il s’agit d’un dessin condamnant la “nouvelle loi scélérate” et la justice française dans le numéro 4 du 15 juillet 1921 (Intitulé “Pauvres scélérats”, le dessin à l’encre représente deux juges, des policiers et un officier entourant trois hommes torse nu et bâillonnés du mot “loi”) et d’un portrait du militant emprisonné Émile Cottin9 dans le numéro 10 du 15 février 192210 .

La Jeunesse anarchiste, février-mars 1922, photographie Patrick Amand.

André Claudot va aussi être le principal dessinateur pour la Revue anarchiste, publication mensuelle de l’Union anarchiste, éditée à partir de janvier 1922 (jusqu’au 10 août 1925) par Sébastien Faure, André Colomer, Georges Bastien et Pierre Mualdès. Il dessine la couverture du numéro 1, une main tenant fermement un flambeau11. Entre 1922 et 1925, il illustre aussi de petits dessins ou croquis à l’encre de nombreux articles de la revue (ouvriers et caricatures de capitalistes, de juges, d’officiers, de policiers ou du pape12 ). On reconnaît également son style (ou sa signature13 ) dans de multiples en-têtes de rubriques14. Il y publie enfin trois beaux portraits à l’encre d’Alexandre Millerand, d’Albert Thomas et de Romain Rolland en 192215.

La Revue anarchiste, Capture d’écran sur archive.org.

Les thèmes représentés par Claudot sont bien sûr d’abord liés à l’actualité suivie par la presse anarchiste. Comme avant 1914, la dénonciation de la répression d’État (avec des charges violentes contre la police et la justice)16, et la lutte contre les bagnes militaires17 reprend.

Le Libertaire du vendredi 3 au 10 juin 1921, « La Grande joie des hyènes et des chaouchs », Photographie Rachel Mazuy, Collection Michel Dixmier.

Dans une campagne antimilitariste, Claudot rejette aussi l’occupation de la Ruhr et ses conséquences 18.

Le Libertaire du Vendredi 29 avril au 8 mai 1921- Vers la Ruhr –

Fondés sur une représentation antimilitariste et pacifiste, les thèmes de la guerre et de la sortie de guerre imprègnent les oeuvres du militant pacifiste, notamment au moment du 14 juillet. Il dénonce le nombre de morts, le sort des veuves de guerre, le chômage, la crise économique et évoque les grèves ouvrières (comme par exemple la grève des mineurs anglais en 192119 ).

Le Libertaire du 13 juillet 1920, « 14 juillet 1920 », Photographie Rachel Mazuy, Collection Michel Dixmier.

André Claudot, 14 juillet anarchiste, dessin à l’encre pour Le Libertaire du 12 juillet 1920, DR, collection particulière, photographie Rachel Mazuy

S’y ajoute aussi les thèmes de la révolution et de l’évolution du mouvement ouvrier après la guerre20. Les figures du juge (en toge, à l’air idiot ou cruel), du policier (gros, sombre et moustachu)21, du capitaliste et du curé qui reprennent les stéréotypes de la caricature anarchiste.

Le Libertaire du vendredi 22 au 29 avril 1921, “Les Chat-fourrés ont lâché les bourriques”.

De même, la défense de prisonniers politiques, surtout anarchistes (en France, mais aussi en Espagne), tient une place importante dans ce corpus. Le petit dessin d’un prisonnier enchaîné dans sa geôle et intitulé “Peuple, sauve Cottin”, est ainsi repris comme un logo, tout au long de la campagne menée par les journaux anarchistes22.

Le Libertaire, photographie Rachel Mazuy, Collection Michel Dixmier.

Parmi les autres prisonniers politiques qui sont également défendus par les libertaires, on trouve des marins, mutins de la Mer Noire (notamment l’anarchiste Louis Badina23 ), les Espagnols Pedro Mateu, Ramón Casanellas et Lluís Nicolau24 ou Germaine Berton25, cette ouvrière syndicaliste et anarchiste qui assassine Marius Plateau (l’un des dirigeants de l’Action française et le chef des Camelots du Roy), pour venger Jaurès et d’Almeyda et protester contre l’occupation de la Ruhr.

Le Libertaire, Du vendredi 20 au 27 janvier 1920, “Ho ! Hisse !”, Photographie Rachel Mazuy, Collection Michel Dixmier.

Illustrant des articles d’actualités, Claudot dénonce également, dans plusieurs caricatures très violentes, les régimes autoritaires en Espagne, en Pologne, en Hongrie (sur la terreur blanche après la révolution de Bela Kun)26 ou en Italie. Dès le début de l’année 1923, Claude s’oppose au fascisme italien et accuse de collusion de le gouvernement français (dessin pour Le Libertaire du 5 janvier 1923 intitulé “Une fiancée pour Mussolini”, qui représente une “Marianne fasciste”, catholique et vampiresque)27.

1921 – Du Vendredi 4 au 11 février 1921 – « Après les pogromes. Paris ne l’engueulera pas. Le tueur Pilsudski : aucun banquier ne figure parmi ces juifs-là… », Collection Michel Dixmier.

Sur la Pologne, le dessin représentant un village avec une église à coupole en arrière-plan et un homme contemplant une tête coupée, dénonce les pogromes en les attribuant au nouveau régime polonais. Il va d’ailleurs être repris et complété par d’autres pour illustrer le numéro 5 des Crucifiés (avec Galbez et Léon Sabatier) qui paraît en septembre 192128. Il s’inscrit dans le contexte spécifique de la sortie de guerre, où l’Europe de l’Ouest s’émeut des pogroms massifs qui se poursuivent à l’Est. Une commission américaine est dépêchée par Woodrow Wilson, mais elle ne peut enquêter en Russie, alors en pleine guerre civile. C’est donc en Pologne qu’elle va en fait identifier huit incidents majeurs pour 1918–1919, en estimant le nombre de victimes à deux ou trois cents. Dans ce cadre, des clauses protégeant les minorités en Pologne sont incluses dans le Traité de Versailles. Et, en 1921, la constitution polonaise accorde aux Juifs les mêmes droits qu’aux autres citoyens et leur garantit la liberté de culte.

Le Libertaire – Vendredi 29 avril au 8 mai 1921- Pour que Vive la Révolution russe – Au Kamchaka comme ailleurs : mort au capitalisme

Les thèmes d’actualité mêlent aussi fréquemment des thèmes libertaires plus classiques comme l’antimilitarisme, l’anticléricalisme , l’anticapitalisme (dévoreur d’hommes et d’argent, et cherchant à accumuler des fortunes au dépens du peuple)29 ou l’anticolonialisme30.

Le Libertaire du Vendredi 11 au 18 février 1921 – « Contre les landlors d’Algérie. Doucement, mes petits affamés. Votre maître d’école c’est l’Irlandais ! », photographie Rachel Mazuy, Collection Michel Dixmier.

On peut également y associer les thèmes mémoriels de la commémoration de la Commune de Paris31, dont les « martyrs » sont , après la guerre, associés aux morts de 14-18 (les mêmes squelettes sont utilisés pour représenter les morts), ou celui de la Révolution française de 1789.

Le Libertaire du Vendredi 13 au 20 mai 1921 – « Les Martyrs. Qu’un peu de cendre se mêle à ton haleine, ô Peuple de Paris. », photographie Rachel Mazuy, collection Michel Dixmier.
Le Libertaire, Du vendredi 8 au 15 juillet 1921 – « La Saint Bistro – 14 juillet 1789 – 14 juillet 1921 ». Collection Michel Dixmier.

Anticlérical, Claudot vise en particulier la Papauté, dénonçant souvent dans ses dessins la collusion de la République française avec la papauté et le capitalisme, et évoquant là aussi le “massacre de 14-18”.32.

Le Libertaire, 27 juin 1920, “Marie-Salope au Vatican”, photographie Rachel Mazuy, Collection BNF.
La légende indique : “ “O” Saint-Père ! Toi qui eus le bon esprit de rester muet sur le massacre de 13 millions de fils de Dieu, exauce la prière de la petite Marianne repentante : sauve mes Alphonses métallurgiques.”

Par rapport à son travail d’avant 1914, le dessin à l’encre est plus outré, plus féroce, plus expressionniste, avec une forte charge symbolique. Les éléments nés pendant la guerre, sont régulièrement présents : crânes et corps dénudés, décharnés, monstres ou vampires dégoulinant de sang (notamment plusieurs allégories de Marianne).

On retrouvera ces symboles dans ses huiles allégoriques peintes au sortir de la Seconde Guerre mondiale, comme La Divine surprise, ou dans ses caricatures communistes pour l’Avenir de la Côte-d’Or à partir de 1945.





  1. Pour l’intégralité du dessin : https://www.retronews.fr/journal/le-libertaire/30-septembre-1911/1835/3536547/1?from=%2Fsearch%23sort%3Dscore%26publishedBounds%3Dfrom%26indexedBounds%3Dfrom%26tfPublicationsOr%255B0%255D%3DLe%2520Libertaire%26page%3D33%26searchIn%3Darticle%26total%3D2799&index=768 []
  2. Cf. ANDRÉ CLAUDOT – Un jeune artiste Libertaire de 20 ans inscrit au carnet B – Octobre 1912-juin 1914 []
  3. Ses premiers dessins pour le journal Clarté datent ainsi du numéro 5/6 du 13 décembre 1919, avec notamment une encre représentant un cheval éventré au col d’Egri-Palanka (Macédoine), datant initialement du 10 octobre 1918 . []
  4. Becan est le pseudonyme de Bernhard Cahn (1890-1943). Dessinateur humoristique et satirique, il travaille aussi au début des années pour Le Rire et Le Canard enchaîné, L’Oeuvre ou Le Journal notamment. Gaston Ry est le pseudonyme de René Rostagny journaliste, peintre et écrivain français né en Algérie en 1902 et mort en 1978 (installé à Marseille après l’indépendance de l’Algérie). Marcolon (1879-1946) Pseudonyme d’Eugène Duval. Caricaturiste de presse, il expose comme Becan aux Salon des Humoristes. Marix (1885-1944) Pseudonyme de Louis Mourier. Ébéniste d’art, ancien combattant, pacifiste et libertaire, le dessinateur satiriste collabore en particulier à La Gueule noire. Résistant, il meurt en déportation en 1944 (https://www.lejsl.com/edition-montceau/2019/02/27/marix-dessinateur-perrecycois-victime-du-nazisme). Il collabore au journal en 1923-24. Gilles Berr dit Gil Baer (1863-1931). Dessinateur humoristique et illustrateur originaire de Strasbourg, il illustre des cartes postales humoristiques pendant la guerre, travaillant notamment pour Le Rire, L’Assiette au beurre. Décoré de la Légion d’honneur en 1926. []
  5. On peut supposer que son arrivée au journal Le Matin dans le cours de l’année 1921 (alors que sa femme est employée par les Galeries Lafayettes) et ses participations aux Salons ou à des expositions dans des cafés avec des groupes d’artistes lui laissent moins de temps pour ses oeuvres politiques. On peut aussi penser à l’intérêt que Claudot peut apporter aux sujets qui lui sont demandés. []
  6. On peut citer les portraits de Daudet et Maurras dans le numéro du 20 décembre 1923 : https://www.retronews.fr/journal/le-libertaire/20-dec-1923/1835/3535857/1 ; d’Urbain Gohier dans le numéro du 22 décembre : https://www.retronews.fr/journal/le-libertaire/22-dec-1923/1835/3535815/1; ou le dessin intitulé « Après la bûche de Noël » dans le numéro du 27 décembre 1923 : https://www.retronews.fr/journal/le-libertaire/27-dec-1923/1835/3535833/1 []
  7. Le Libertaire du 15 décembre 1923, “Les Monstres burlesques de Themis” représentant des clowns en habits avec des fleurs de lys devant un juge et un policier; du 20 décembre 1923, portraits de Léon Daudet et de Charles Maurras; du 22 décembre, portrait d’Urbain Gohier et du 27 décembre, “Après la bûche de Noël !”, légende : “Le commissaire d’Action françaises (à ses troupes) : “Et maintenant du calme, de la discipline, comme l’écrit ce matin, Notre Seigneur Léon Daudet. Pas d’acte irréfléchi où la patrie recevrait quelques dommages. » []
  8. Le périodique paraît pendant un an entre le 15 mars 1921 et le 15 mars 1922. Cf. https://archivesautonomies.org/spip.php?article3055 []
  9. Émile Cottin (1896-1938). Ce charpentier anarchiste auteur d’un attentat contre Clemenceau en 1919, voit sa condamnation à mort commuée en une peine de dix ans de réclusion et vingt ans d’interdiction de séjour, après une campagne menée par la presse anarchiste (arguant notamment du fait que l’assassin de Jaurès avait été acquitté). []
  10. Le premier dessin illustre un article intitulé “Contre une loi d’infamie.” Il est ainsi légendé : “Tous les josués de toge et de police n’arrêteront pas l’élan de notre révolte contre le crime et sa Cour.” Sur Cottin, La Jeunesse anarchiste, 15 février-15 mars 1922. []
  11. Il n’y a qu’un seul autre dessin de pleine page dans l’ensemble de la collection (consultée sur archive.org). Il s’agit d’un dessin pacifiste à la page 2 du numéro 23 de Janvier 1924. []
  12. C’est surtout le cas durant l’année 1922. Certains dessins sont utilisés plusieurs fois. Les derniers numéros, datant de l’année 1925, ne sont quasiment pas illustrés. []
  13. Moins fréquente, elle apparaît par exemple pour la rubrique Poésie. []
  14. On peut citer : Ce qui se passe, Les Sports du militant, Discutons Polémique, Échos et coups de griffe, Le mois écoulé. Faits généraux, Mouvement international, Le bon grain et l’ivraie (portrait), Enquête en cours, La vie artistique, La vie théâtrale, Rions un brin, La voix syndicaliste, La revue des journaux, La poésie (en tête signée), Revues des revues… []
  15. Respectivement, dans le numéro de janvier 1922, p. 21; février 1922, p. 30 et mai 1922; p. 17. []
  16. Par exemple, Le Libertaire du vendredi 3 au 10 juin 1921, “Les Vaches continuent…” mêlant une dénonciation de la répression judiciaire et policière face à des manifestants. []
  17. On peut citer par exemple : Le Raffut (organe de défenses des locataires de Georges Conchon) du 18 décembre 1920 : Dans les bagnes militaires; ou la caricature contre les bagnes militaires en Algérie, intitulée “La Grande joie des hyènes et des chaouchs” (Le Libertaire, Du vendredi 17 au 24 juin 1921). []
  18. Voir également : Le Libertaire, 3 août 1923, “Le commencement de la faim.” Légende: “Quoi qu’il advienne grande-croix, jamais les chiens de la Ruhr ne porteront ton nom glorieux : il n’y en a plus…” Le dessin représente un militaire avec une légion d’honneur dont le dos est sucé par un vampire dans un champ de ruine. []
  19. Le Libertaire du vendredi 15 avril 1921, “La révolte des gueules noires.”. L’encre très sombre, représente des mineurs dans une mine. https://www.retronews.fr/journal/le-libertaire/15-apr-1921/1835/3536335/1 []
  20. Le Libertaire, Du vendredi 28 janvier 1921, “Chômeurs. Battre le pavé soit; mais la nuit… à la sortie des dancings” ou “Un Manifeste de la CGT. – Je ne suis pas sûr que c’t’abri là résiste au clairon du sursis d’appel.” du vendredi 14 au 21 janvier 1921. []
  21. Le Libertaire du vendredi 22 au 29 avril 1921, “Les Chat-fourrés ont lâché les bourriques”. []
  22. En plus du portrait pour La Jeunesse anarchiste, Claudot donne aussi un dessin en première page dans le numéro du dimanche 26 décembre 1920, “Noël. quoi peuple-agneau, quels pauvres vont être “refroidis” cette nuit par les Hérodes et crucificateurs modernes, amis du pape ? !!!” (un homme en prison). Emile Cottin, condamné à mort le 14 mars 1929, est finalement libéré le 21 août 1924 (très malade, il est astreint à résidence). Dès son premier numéro et jusqu’à l’été 1924, Le Libertaire mène campagne en sa faveur. []
  23. Le Libertaire du vendredi 11 au 19 mars 1921, “Pour nos frères, Pour Badina. On ne supplicie pas impunément des rebelles au fratricide : guerre à la guerre!” représente un groupe de marins criant. Louis Badina, né en 1898, était quartier maître mécanicien pendant les mutineries de la mer Noire en 1919. Il est condamné à quinze ans de détention dans une enceinte fortifiée et à la dégradation militaire le 9 mars 1921. En 1924, il militait avec les groupes anarchistes. []
  24. Le Libertaire, 12 octobre 1923, “Deux têtes de bourreaux.” Légende : “Primo de Rivera. L’Alphonse d’Espagne.”. Les trois anarchistes sont responsables de la mort du président du gouvernement espagnol Eduardo Dato Iradier en mars 1921. Après son arrivée au pouvoir en septembre 1923, Primo de Rivera mène une répression intense contre le mouvement anarchiste espagnol. []
  25. Le Libertaire, 19 décembre 1923, “Germaine Berton”. Germaine Berton (1902-1943). Sur : https://www.retronews.fr/journal/le-libertaire/19-dec-1923/1835/3535891/1 Son projet était au départ d’assassiner Léon Daudet. Elle est acquittée le 24 décembre 1923. Sur Germaine Berton, cf. notamment les travaux de Fanny Bugnon : « Les Amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes, de la Fraction Armée rouge à Action directe, Paris, Payot, 2015) et Bugnon Fanny, « Germaine Berton : une criminelle politique éclipsée », Nouvelles Questions Féministes, 2005/3 (Vol. 24), p. 68-85. DOI : 10.3917/nqf.243.0068. URL : https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2005-3-page-68.htm. []
  26. On citera pour la Hongrie : Le Libertaire, Du vendredi 20 au 27 janvier 1920, “Ho ! Hisse !” (sur la terreur blanche en Hongrie menée par les troupes et unités paramilitaires contre-révolutionnaires après la chute de la République des conseils de Bela Kun en 1919). []
  27. Cf. https://www.retronews.fr/journal/le-libertaire/5-janvier-1923/1835/3535695/2 []
  28. Le Libertaire du vendredi 4 au 11 février 1921 – « Après les pogromes. Paris ne l’engueulera pas. Le tueur Pilsudski : aucun banquier ne figure parmi ces juifs-là… » A noter que les Crucifiés appartiennent cependant comme Clarté à la mouvance communiste. []
  29. Le Libertaire, 1er juillet1921, “L’offensive des bêtes féroces. Grâce aux gracieux concours de la sidérurgie nationale, nous aurons de quoi protéger l’hôtel rouge de la “camarade” Patrie… []
  30. Le Libertaire, vendredi 11 février 1921, “Contre les landlords d’Algérie. Doucement, mes petits affamés. Votre maître d’école c’est l’Irlandais !”. Le maître d’école irlandais fait-il allusion aux combats menés par les nationalistes irlandais pour l’indépendance de l’Irlande ? []
  31. Le Libertaire, vendredi 29 avril 1921, “Debouts les damnés de la terre. Pour écraser la bourgeoisie et faire triompher l’anarchie, il faut avoir du cœur et de l’énergie.” et surtout : Le Libertaire, vendredi 27 au 1er juin 1921, “Les Martyrs. Qu’un peu de cendre se mêle à ton haleine, ô Peuple de Paris.” []
  32. Le Libertaire, 27 juin 1920, “Marie-Salope au Vatican”. En réalité, les relations entre la France et le Saint-Siège sont loin d’être paisibles à cette époque où, pour le gouvernement laïc, l’Église doit “entrer dans le cadre de la loi”. Cela, même si le gouvernement issu des élections de 1919 avait entamé des négociations officieuses pour les améliorer. Les “Alphonses métallurgique”s font peut-être allusion au syndicaliste Alphonse Merrheim, dirigeant de la Fédération des métaux de la CGT, qui, en 1918-1919, reniant son antimilitarisme, se rallie à la majorité syndicale et, au sortir de la guerre, se cantonne à des revendications économiques. []

Le peintre Chinois LIn Fengmian (1900-1991) et ANdRé Claudot (1892-1982)

Ce texte est notamment fondé sur l’“Interview avec Lin Fengmian”, (Bulletin de Sinologie, Juillet 1986, pp. 27-31), sur l’ouvrage de Jean Nicolaï, Jean-Marie Troussard, André Claudot, un peintre en Occident et Orient (à paraître) et sur la thèse de Philippe Cinquini, Les artistes chinois en France et l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris à l’époque de la Première République de Chine (1911-1949) : pratiques et enjeux de la formation artistique académique, Thèse de doctorat en histoire de l’art sous la direction de Chang Ming Marie Peng, Université de Lille 3, 2017.
Il a été relu et complété par Jean Nicolaï et Zhou Kangyao.

Il est lié aux recherches effectuées dans le cadre de l’exposition à venir autour du peintre André Claudot (Musée des Beaux-arts de Dijon, juin-septembre 2021).

Lin Fengmian, sur le site 163.com (article du 4 juin 2020).

L’artiste chinois Lin Fengmian a marqué l’histoire de l’art de son pays, en se revendiquant à la croisée entre la modernité européenne et l’héritage artistique traditionnel chinois. Avec Xu Beihong (1895-1953)1 et Liu Haisu (1896-1994), il a par ailleurs joué un rôle fondamental dans l’enseignement de l’art en Chine.

Dans cette région où l’on trouve des carrières de marbre, son père (Lin Yunong) et son grand-père sont tailleurs de pierre. Ils reçoivent parfois des commandes de temples, mais font surtout des inscriptions funéraires ce qui initie l’enfant à la calligraphie et la peinture traditionnelle4. Lin s’exerce aussi en se fondant sur les images d’une boutique du marchand d’images de son quartier.

Paquebot André Lebon, carte postale des Messageries maritimes.

Comment cet enfant pauvre a-t-il pu faire des études et faire partie du sixième groupe d’étudiants chinois qui quittent la Chine pour un séjour d’études en France le 25 décembre 19195 ? En 1914, il s’achète un billet de loterie avec quelques sapèques donnés par son grand-père et gagne le gros lot : 1000 pièces d’argent6. Il peut ainsi demander à son père de financer ses études secondaires à l’école secondaire provinciale de Meizhou. C’est un oncle, commerçant à l’île Maurice qui paiera une partie du voyage en troisième classe sur le paquebot André Lebon7. Lin fait en effet partie des 4000 étudiants chinois partis en France entre 1912 et 1925, dans le cadre du Mouvement Études et travail8 lancé notamment par le philanthrope Li Shizeng (1881-1973 – fondateur du mouvement anarchiste chinois) et l’éducateur Cai Yuanpei (1895-1931)9. Il apprend le français à Fontainebleau10 et gagne sa vie comme peintre d’affiches ou de pancartes publicitaires. Au printemps 1921, il peut ainsi financer son séjour à l’École des Beaux-arts de Dijon, où il entre dans l’atelier de sculpture d’Ovide Yencesse, qui dirige aussi l’école.
Il va aussi faire un passage à Lyon au nouvel institut franco-chinois qui n’est pas encore officiellement fondé.

Huit ans plus jeune que son ami bourguignon, Lin Fengmian est né le 22 novembre 1900, dans un village2 de la province chinoise du Guangdong, dans une famille d’artisans pauvres. Le nourrisson, malade à sa naissance, est sauvé de l’abandon par sa mère. Quand Lin Fengmian a 7 ans, ne pouvant supporter la dureté du clan paternel et de son mari, celle-ci fugue. Elle est battue en public et n’échappe à la mort que grâce à l’intervention de son fils, en étant cependant vendue par le clan. Lin Fengmian n’arrivera jamais à la retrouver3.

Fernand Cormon, ©Picryl

C’est par l’intermédiaire d’Auguste Mallard (1885-1972), le trésorier de la société littéraire et artistique bourguignonne l’Essor, qu’à l’occasion d’un séjour à Dijon chez ses parents, André Claudot fait la connaissance de Lin Fengmian. Au bout de six mois, poussé par Yencesse, Lin gagne Paris où il va suivre les cours de l’atelier de Fernand Cormon. Il entre ensuite à l’École nationale des Beaux-arts de Paris en mai 1921, et ce jusqu’en 192311. S’il se plie au départ à cette formation très académique, il la complète par la visite d’expositions et de musées. Il admire les Fauves et découvre sans doute à ce moment là réellement l’art chinois traditionnel. Parce qu’il ne vient pas d’un milieu lettré et favorisé, Lin Fengmian n’arrive pas en France avec un projet déjà construit, il est plus opportuniste et saisit chaque occasion. De ce fait, même s’il partage alors les idées révolutionnaires et anarchisantes12 de nombre de ses camarades, “il n’atteint pas l’élite réformatrice et révolutionnaire13. Sa prise de conscience artistique et politique se fait en France. Il va toute sa vie, à partir de cette époque, s’efforcer d’arriver à une synthèse entre l’art traditionnel chinois et l’art occidental, en s’engageant dans une voie plus moderniste que Xu Beihong, issu d’un milieu plus privilégié.

Paysage de Paul-Louis Nigaud (1895-1937), ©Musée du Prieuré de Charolles.

Cette période parisienne est aussi celle où se construit une sociabilité franco-chinoise. Autour de Claudot et de ses amis, comme le sculpteur Henry Martinet (1893-1965)14, le peintre et graveur bourguignon Paul-Louis Nigaud (1895-1937)15, s’associe un groupe d’artistes chinois dont font partie Lin Fengmian, Lin Wenzheng (appelé Ling Vincent16), Wu Dayu (1903-1988), Liu Jipiao (1900-1992), ou Li Jinfa17 (mort en 1964). Entre 1927 et 1929, Claudot prêtera d’ailleurs son atelier de la Ruche à certains d’entre eux restés en France et il en retrouvera plusieurs à Hangzhou. De Chine, il consacre aussi un bel article (paru dans la revue L’Essor en août-septembre 192918) à Lin Fengmian qui participe comme membre d’honneur à la société bourguignonne, depuis la fin des années vingt19.

En 1923, Lin part à Berlin avec Lin Jinfa sur l’invitation d’un ami chinois. Il a un coup de foudre pour une étudiante en chimie, issue de la noblesse allemande, Elisabeth von Ronda. Ils parcourent ensemble la ville, vont au théâtre, au musée. Elle l’initie à la musique classique européenne… Ils se marient, mais la jeune femme meurt l’année suivante, peu après son accouchement, tout comme son enfant. Il va lui même graver leur pierre tombale. C’est en Bourgogne qu’il a connu sa deuxième épouse, une étudiante aux Beaux-arts de Dijon qui a étudié la sculpture avec lui. Née en 1902, issue d’une famille de Nuit-Saint-Georges, Alice Vattant (1902-1982) est aussi l’amie de la soeur d’André Claudot, Violette. Ils se marient à Dijon le 18 avril 192520.

Memorial de Cai Yuanpei (Shanghai), ©Wikimedia Commons

La période française coïncide avec un activisme esthétique soutenu par le grand réformateur Cai Yuanpei (1868-1940). En 1924, Lin Fengmian organise avec d’autres artistes chinois (Association des artistes chinois en France) et l’appui de Cai Yuanpei, la première grande exposition d’art chinois ancien et contemporain, qui a lieu à Strasbourg au Palais du Rhin. Le peintre y expose une quarantaine d’oeuvres qui sont remarquées21. Cai Yuanpei séjourne alors en Europe, en cherchant des talents capables de promouvoir son idéal : remplacer la religion par une éducation esthétique véritablement populaire en s’inspirant de l’Occident. Il est impressionné par Lin Fengmian. En 1925, ce dernier est nommé “Président du Jury de la Section chinoise” à l’exposition internationale des Arts décoratifs de Paris22. Le réformateur lui a proposé de rentrer en Chine pour être professeur l’Ecole nationale professionnelle des Arts de Pékin23. Élu directeur par les élèves de l’École, en mai 1926, à moins de 26 ans, Lin Fengmian devient ainsi le plus jeune dirigeant d’une école d’art dans le monde. L’année suivante, il inaugure l’Assemblée artistique de Pékin qui veut promouvoir l’idéal réformiste, notamment en organisant des expositions et en faisant mieux connaître l’art occidental dans la presse chinoise. André Claudot, appelé par son ami à venir enseigner à Pékin, et arrivé avec sa femme Suzanne (1893-1979) en septembre 1926, lui conseille de ne pas différencier les oeuvres traditionnelles chinoises et les oeuvres plus occidentales lors du premier Salon ouvert le 1er mai 192724. Leur action passe aussi par des concerts, des affiches, des slogans pour populariser le mouvement en militant pour une plus grande influence de l’art. Lin publie alors des textes théoriques qui promeuvent l’union des méthodes de peinture chinoise et occidentale pour créer un art chinois contemporain. Selon Philippe Cinquini, André Claudot joue un rôle essentiel en partie a posteriori dans la “maturation artistique” de Lin Fengmian25.

Télégramme de Lin Fengmian de 1926 invitant André Claudot en Chine, Archives Jean Nicolaï, photographie Edouard Barra.


Mais, après la rupture de l’alliance entre le PCC et le Guomindang en 1926, dans un contexte instable où le Guomindang tente d’imposer son pouvoir contre les communistes et les autres seigneurs de la guerre dans toute la Chine26, Lin Fengmian, comme Claudot et les étudiants qui les suivent, vont se trouver de plus en plus en porte à faux. L’Assemblée artistique est perçue comme trop radicale et sympathisante du communisme. On leur reproche notamment le fait que les oeuvres exposées critiquent violemment la société chinoise. On rejette aussi la présence des modèles nus27 dans la classe d’André Claudot et on traque la présence de sympathisants communistes chez les étudiants. Contraint à la démission, Lin Fengmian quitte Pékin en juillet 1927 pour se mettre sous la protection de Cai Yuanpei à Nankin avec une partie des étudiants menacés28. L’école sera fermée temporairement peu après. Toujours soutenu par Cai Yuanpei, Lin devient membre du Comité pour l’éducation artistique nationale29 et peut fonder à Hangzhou, le 26 mars 1928, l’Académie nationale des arts. Le choix de cette ville moyenne sur le Lac de L’Ouest, proche de Shanghaï, s’explique par la volonté de pratiquer dans le calme des recherches esthétiques, tout en pouvant facilement organiser des expositions à Shanghaï. En mai 1929, Lin Whenzheng et Wu Dayu ont ainsi pu mettre en place avec les autorités françaises et la Société artistique franco-belge une exposition qui a lieu dans la salle d’exposition de l’Alliance française (l’ancien club français de Shanghaï)30. Claudot reste à Pékin quelques mois encore, puis rejoint son ami à Hangzhou. Les deux couples qui habitent non loin de l’autre se voient beaucoup, Suzanne Claudot et Alice Vattant étant aussi très proches.

André Claudot, « L’Institut National des arts de Hangchow (Si-ou) – Lin Fon-Ming », L’Essor, août-septembre 1929., photographie Edouard Barra.


Ils peuvent ainsi librement créer et enseigner en conciliant techniques occidentales (la peinture à l’huile, la pratique du dessin et notamment l’étude d’après modèles vivants, le développement de la gravure sur bois…) et techniques chinoises. Les étudiants ont des cours de français et des musiciens étudient avec les artistes peintres ou sculpteurs. A cette époque, Claudot et Lin Fengmian parrainent aussi la création du groupe des 1831, composé de jeunes artistes engagés, qui refusent « l’art pour l’art », et qui ont décidé de l’employer pour dénoncer les injustices sociales.

André et Suzanne Claudot et des étudiants de l’association artistique, Hangzhou, 1930. Archives Jean Nicolaï, Photographie Edouard Barra


Pour promouvoir cet idéal artistique, Lin Fengmian a par ailleurs fondé la revue Apollo qui perdure jusqu’à l’invasion japonaise de 1937. En 1930, à la fin de son contrat, son ami André Claudot repart en France32. La même année, Lin Fengmian se rend au Japon où il va exposer des oeuvres de ses étudiants. Pourtant en 1937, il est à nouveau obligé de fuir l’invasion japonaise. Des grandes toiles composées dans les années précédentes, ne subsistent à la fin de la guerre que des lambeaux, sa maison ayant été occupée par des soldats qui s’en servaient pour se protéger de la pluie. En 1938, il prend la direction dans le Yunnan d’un institut national qui a fusionné ceux de Hangzhou et de Pékin, et peut même exposer à Shanghaï en 1939.


Durant la Seconde Guerre mondiale, Lin Fengmian est cependant obligé de se replier à Chongqing, là où s’est réfugié le gouvernement nationaliste. Il survit dans un entrepôt, continuant de peindre frénétiquement pendant toute la guerre. Du fait de sa précarité, ce ne sont plus de grandes compositions à l’huile, mais des oeuvres de petite taille où il mélange comme il peut différents pigments.

Résidence de Lin Fengmian à Hangzhou, ©Wikimedia Commons

En 1946, il reprend son poste à l’École d’Hangzhou, qu’il peut diriger jusqu’en 1951. Il doit alors arrêter l’enseignement. Cette période va entamer une séparation avec sa femme qui va durer une vingtaine d’années, celle-ci s’exilant avec leur fille adoptive au Brésil. Critiqué pour son oeuvre, il part cette fois à Shanghaï, où il arrive malgré tout à exposer, dirigeant même un moment la branche locale de l’Association des artistes chinois. C’est sans doute l’apogée de son art, où il peint des montagnes et des rivières paisibles, des paysages presque surréalistes, et toujours beaucoup de figures féminines. Mais au début de la Révolution culturelle en 1966, Lin Fengmian détruit cette fois lui même sa production33. Il ne peut cependant éviter d’être arrêté comme “ennemi du peuple” le 26 août 1967 et emprisonné. Libéré plus de 4 ans après, le 28 décembre 1972, il vit jusqu’à la mort de Mao dans la précarité, continuant de détruire régulièrement ses oeuvres de peur d’être à nouveau arrêté.

Il va finalement partir pour Hong Kong en 1977, où le rejoint sa fille adoptive. Sa renommée de plus en plus importante explique sans doute qu’il conserve le titre de Président de l’Association des Beaux-arts de Shanghaï et de “conseiller” de l’Association Chinoise des artistes. Il consacre une partie de cette période à refaire de mémoire une partie des toiles détruites par le passé. En dépit de fréquentes invitations, il ne retournera jamais en Chine continentale et décède à Hong Kong décède en 1991.

Intérieur de la résidence de Lin Fengmian à Hanzgou, ©Wikimedia Commons

Parmi ses élèves, on trouve donc Li Keran (qui a donc également suivi les cours d’André Claudot) et le poète Ai Qing (1910-1996 entré à Hangzhou en 1928, il part en France au printemps 1929); Zao Wouki (1920-2013), et Chu Teh-Chun (1920-2014 – Zhu Degun) entrés à Hangzhou en 1935 ou Wu Guanzhong (1919-2010), entré en 1936…

En plus de la Chine, où se trouve un Musée Lin Fengmian, ses oeuvres sont exposées dans de nombreux pays notamment En France, à Paris (Musée Cernuschi), ou aux Etats-Unis à New York (MET)34.

1 Ce dernier va épouser la fille de Cai Yuanpei et sera nommé à la Département des arts de l’université centrale à Nanjing (Nankin) à la fin des années vingt.

2 Ge Gong Lin qui est actuellement dans la banlieue de la ville de Meizhou.

3 Plusieurs chercheurs voient dans les nombreuses figures féminines peint par Lin, des images maternelles.

4 Il est par la suite formé par Lian Bocong (1871-1945).

5 Nombre d’entre eux sont communistes et deviendront des dirigeants du PCC : le peintre Lin Wenzheng (1900-1989), Cai Hesen (1895-1931 – un des fondateurs du PCC qui avait recruté “un petit nombre de Hunanais curieux du monde et avides de progrès pour le programme « mi-étude, mi-travail » en France” dans le cadre de la Société d’étude des mondes nouveaux” qu’il avait lancé avant le 4 mai 1919), Cai Chang (1900-1990, la soeur cadette de Cai Hesen), Xiang Jingyu (1895-1928 – Militante féministe et communiste et épouse de Cai Hesen), Li Lisan (1899-1967 – secrétaire général du PCC entre 1928 et 1930)….

6 Une véritable fortune puisqu’un maire de district gagne à l’époque 40 à 50 pièces par an.

7 Navire hôpital (construit en 1913 et lancé en 1915) pendant la guerre, il redevient en 1919 un navire commercial des Messageries maritimes sur la ligne Marseille-Yokohama.

8 Le mouvement Études et travail atteint son apogée entre mars 1919 et décembre 1920 (2000 étudiants). Il va jouer un rôle important dans la propagation du marxisme, la fondation du Parti Communiste Chinois, la formation de nombreux révolutionnaires… ainsi que dans les échanges culturels entre la Chine et la France. Du côté français le réseau est animé par Edouard Herriot, mais aussi par Henri Barbusse et Romain Rolland.
Cf. https://www.bm-lyon.fr/nos-blogs/le-fonds-chinois/documents-et-ressources/ressources-359/presentation-de-l-institut-franco-chinois-de-lyon/article/le-mouvement-travail-etudes [consulté en ligne le 12 décembre 2020]

9 Cai yuanpei est alors alors recteur d’Université. Il devient ministre de l’éducation en 1927. Sur lui cf. Wu Zhihui (1864-1953) et Zhang Renjie (1877-1950) participent aussi à la fondation. Ils étaient membres de la Ligue unie de Sun Yat-sen. Tous les quatre sont passés par le France et ont connu une phase anarchiste. Ils serviront le gouvernement du Guomindang. cf. Philippe Cinquini, p. 68-

10 À Epinal d’abord selon l’article de l’Essor sur paru en août-septembre 1929, p. 2.

11 Jean Nicolaï, Jean-Marie Troussard, op. cit.

12 Selon Philippe Cinquini, op. cit. p. 90, c’est au moins jusqu’à l’exposition qu’il organise en mai 1927 avec Claudot.

13 Philippe Cnquini, op. cit., p. 107.

14 À qui Lin proposera de venir à Hangzhou.

15 Paul Louis Nigaud est le 15 janvier 1895 à Digoin (Saône-et-Loire). Il fait des études de droit à Dijon (notariat). Il débute au Salon des Indépendants en 1920, puis, l’année suivante, au Salon de La Société Nationale des Beaux-arts ainsi qu’au Salon d’Automne. Partageant son temps entre la Bourgogne l’été, et Paris l’hiver, il rencontre Pompon et adhère comme Claudot au “Groupe artistique du Nivernais” (1922) et à “L’Essor” (1923). Il décède le 16 mai 1937 de la fièvre typhoïde.

16 Il se marie avec Cai Weilian, la fille de Cai Yuanpei, qui enseignera aussi à Hangzhou.

17 Il a aussi étudié à Dijon, devient le secrétaire de Cai Yuanpei à son retour en Chine en 1927 et séjourne en Allemagne avec Lin Fengmian en 1923.

18 André Claudot, “L’Institut national des arts de Hangchow (Si-ou). Lin Fon-Ming, Directeur de l’Institut National des arts de Hangchow (Si-ou)”, L’Essor, p. 2-5. L’article reprend en fait le journal de Shanghaï du 28 avril 1929.

19 Il expose trois toiles au Salon de 1929. L’Essor, décembre 1929, p. 24.

20 Le Progrès de la Côte-d’Or, 19 avril 1925, p. 2. Sous le nom de Fou-Ming-Lin.

21 L’Alsace française, 31 mai 1924.

22 La Chine à l’exposition internationale des Arts décoratifs industriels et modernes, 1925 (Catalogue). Il est présenté comme professeur à l’Ecole des Beaux-arts de Pékin.

23 Fondée en 1918 par Cai Yuanpei, elle devient en 1928 l’École (ou Académie) professionnel(le) des arts de Pékin. Aujourd’hui, il s’agit de l’Académie centrale des Beaux-arts. Cf. la notice de Zhou Kangyao, dans le catalogue de l’exposition André Claudot (1892-1982), Musée des Beaux-arts de Dijon, à paraître en mai 2021.

24 Plus de 2000 oeuvres sont exposées que Lin Fengmian fait cependant classer par genre pour guider le regard du public. Lin Fengmian « Un mouvement artistique radical et entier », Journal du matin (Xingqi Huabao), Tome 2, N° 58, 1927. En partie influencée par Claudot, cette exposition ressemble ainsi selon monsieur Cinquini à un congrès politique avec des slogans très radicaux. Philippe Cinquini, op. cit., p. 320.

25 Philippe Cinquini, op. cit., p. 318-323.

26 Pékin est prise plus tardivement en main que Shanghaï ou Nankin (le siège du gouvernement de Jiang Jieshi – Chiang Kai-shek) par le Guomindang, connaissant une période brève où la région est dominée par le seigneur de la guerre Zhang Zuolin (1875-1928). Appelé Tchang Tso Lin dans la presse française de l’époque, il est chassé de la ville en mai 1928.

27 Le “nu occidental”, au sens esthétique, n’existe pas dans l’art traditionnel chinois, même si il y a des représentations érotiques dans la peinture chinoise traditionnelle. .

28 Lettre écrite à André Claudot de Tianjin (Tientsin), par Wen Sheng’an (?) du 7 octobre 1927. Traduction de Mr. Zhou Kangyao. Archives G. Mazuy, fonds André Claudot.

29 Il organise en janvier 1928 la première exposition artistique nationale.

30 Philippe Cinquini, op. cit., p. 320, note 856 et le catalogue Guomei Zhilu, sous la direction de Xujiang, Éd. Zhongguo Meishuxueyuan, Hangzhou, 2017.

31 Plus exactement l’Association de l’an 18 de l’art du lac de l’Ouest avec notamment Li Keran (1907-1989) et Chen Zhuokun (1908-2002). Philippe Cinquini, op. cit., p. 320.

32 Philippe Cinquini (op. cit., p. 320) voit aussi dans son départ, l’évolution de la politique de Lin Fengmian à Hangzhou. Après les réactions négatives des officiels du Guomindang à l’exposition organisée à Hangzhou en mars-avril 1929, Lin Fengmian aurait opéré un tournant stratégie, refusé par Claudot.

33 Il a fait a priori détremper les dessins dans sa baignoire pour ensuite les jeter dans les toilettes. Ses destructions successives gênent selon Philippe Cinquini (op. cit., p. 198-199) l’analyse de l’influence qu’a pu avoir Claudot sur son oeuvre.

34 Au Musée Cernushi, une exposition lui est consacrée du 22 septembre au 28 octobre 1979 et en 2014, a eu lieu une exposition hors les murs présentée au Musée d’art d’Hong-Kong sur les Artistes chinois à Paris, 1920 – 1958 : de Lin Fengmian à Zao Wou-ki.
Les oeuvres de Lin Fengmian dans les collections du Musée Cernushi : https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/recherche?text=Lin%20Fengmian
Les oeuvres de Lin Fengmian dans les collections du Met : https://www.metmuseum.org/art/collection/search#!?q=Lin%20Fengmian&perPage=20&sortBy=Relevance&offset=0&pageSize=0


Antoine Joutsaytis – ANton Yutsaïtis (Антон Юцайтис) : sculpteur de la Ruche

On sait finalement peu de choses sur ce sculpteur né le 30 octobre 1868 à Kiaulupe1 dans la partie lithuanienne de l’Empire russe qui s’est formé d’abord à Odessa (Ukraine), avant de venir à Paris suivre les cours de plusieurs académies au début du XXe siècle 2.

Anton Joutsaytis, Lion de mer, Kroller Museum, Pays-Bas.

Il apparaît sous différentes orthographes (on trouve aussi Joutsaitis, joutsaitys et Joutzaitis dans les sources), avec deux prénoms différents; Antoine étant sans doute une francisation de son prénom originel, Anton.

Le témoignage de Yankel, fils de Michel Kikoïne fait de lui un Ukrainien qui  » sculptait des animaux étranges, notamment ceux qu’il voyait en permanence dans son atelier d’une saleté repoussante, cafards, punaises ou fourmis. » Parle-t-il lithuanien, russe ou ukrainien avec les artistes de l’Empire russe, juifs pour la plupart, qui résidaient à la Ruche comme Soutine, Chagall, Krémègne ?

Photographie donnée à Jacques Chapiro par Mme Fantauzzo. Don Jeanne Warnod au MAJH. De gauche à droite Tchaikov (ou Tcheikov), Henri Epstein, Pinchus Krémègne, Lichtenstein, David Shterenberg, Braser, Fantazzo et Marek Swzarc (assis la main sur le genou) selon la légende du livre de Jeanne Warnod.

Toujours selon Yankel : « Il était éminemment sympathique aux enfants, surtout quand il se déguisait en Père Noël le matin du 25 décembre. »3.

Daniel Lebée, 1975, Musée Carnavalet, PH26019.

On retrouve la même anecdote de Noël, rapportée par Jacques Kikoïne (Yankel), dans le livre du russe Boris Nossik4. L’auteur y mentionne plus précisément une sculpture de cafard en pierre, qui se trouve aujourd’hui au Musée de Kaunas.

Joutsaytis semble arriver à la Ruche avant Marek Szwarc, qui y emménage en 1911.5. Il ferait donc partie de la première génération d’artistes de « L’École de Paris » qui ont émigré au début du XXe siècle. Si on se penche sur la presse française, Joutsaytis (écrit aussi Joutzaitis) est effectivement présent sur la scène artistique en France dès 1912, date de sa première participation au Salon de la Société nationale des Beaux-arts (le Salon de la Nationale). Il y expose à nouveau dans les années vingt et trente. Que devient-il pendant la Grande Guerre ? Nous n’en savons rien.

Couverture du livre de Jeanne Warnod, La Ruche & Montparnasse, Weber, 1978.

Le sculpteur ne vit pas dans la Rotonde du phalanstère d’artistes créé par le sculpteur Alfred Boucher en 1900, mais dans la partie la plus pauvre. Pour Yankel, son  » atelier était au 6 passage Dantzig, une petite allée bordée d’ateliers très pauvres qui jouxtait le corps principal de la Ruche » 6. Le bâtiment où il vit est censé abriter également Bianchi et jouxte celui où se trouvent Paul Vérité7 et Georges Dorignac8. Pour Jeanne Warnod9, Robert Couturier, Jacques Chapiro et Lazare Volovick seraient également présents au même endroit10.

Dans les années vingt et trente, en plus du salon de la Nationale, Joutsaytis est présent au Salon d’Automne. Si les articles de presse de cette époque de crise évoquent bien des statuettes ou des petites figurines, ils montrent aussi que le sculpteur ne crée pas que des insectes. Ainsi, propose-t-il au Salon d’Automne de 1922 des « Têtes d’Esquimaux, en granit; une Pic, en marbre vert; un rouget, en marbre onyx, et une Bête à bon dieu, en marbre rouge.  »11. On parle même de bustes exposés au Salon d’Automne de 1934, tandis que Le Temps du 24 novembre 1933 évoque «  les spirituelles figurines inspirées par les coroplastes grecs, par le lithuanien Joutsaytis », sans préciser ce qui est représenté. En 1938 enfin, on retrouve encore des oiseaux exposés au Salon de la Nationale (un coucou et un bouvreuil)12. Pour Morice Lipsi (1898-1986), « il taillait des pierre de toutes sortes, mais de petites dimensions. Ses sculptures ne dépassaient pas la grandeur d’une main. »13

Anton Joutsaytis, Insectes, 1927 (plâtres ayant appartenu à André Claudot). Collection Pierre Jean Lacaille, Photographie ©Pierre Jean Lacaille

Il est reconnu comme un artiste de talent, recevant un prix de la Société nationale des Beaux-arts en 1932, dont il est nommé membre associé la même année 14. Selon Lipsi 15, sans doute à la fin des années trente, son travail lui « valut d’être nommé membre d’honneur de la Société des sculpteurs animaliers » créée en 1913. Mais dès le début des années vingt, La Revue d’art moderne des arts de la vie16, écrivait :
« Comme les peuples heureux, monsieur Antoine Joutsaytis n’a point d’histoire. Sa carrière s’est écoulée régulière jusqu’à nos jours, marquée par des oeuvres qui ont rapidement attiré l’attention sur son talent de sculpteur. (…) Ce sculpteur se déclare admirateur fervent de Michel-Ange, de Carpeaux, Bourdelle et Rodin, mais sa manière est très personnelle, Antoine Joutsaytis dépense (beaucoup de talent et de virtuosité dans l’expression de ses sujets, sans toutefois rien sacrifier à l’harmonie et au caractère décoratif de l’ensemble. Ses oeuvres sont le fruit d’un tempérament souple, original et passionné pour son métier.  »

Au début des années trente, plus précisément en 1931, donc sans doute à son retour de Chine, le peintre André Claudot17 a fait de l’un de ses voisins du passage Dantzig, un portrait expressif (huile sur toile, 39x55cm)18.

André Claudot, Antoine Joutsaytis, 1931. Collection Pierre Jean Lacaille, Photographie © Pierre Jean Lacaille

L’artiste est debout, de face, le visage légèrement tourné vers la droite. Il se tient très droit, sans qu’on sache s’il est debout ou assis devant un fond sombre et uniforme. C’est un homme vieillissant, silencieux qui a perdu en partie ses cheveux devenus gris et blanc comme sa moustache. Il est vêtu sobrement d’une chemise dont le col cassé n’est pas fixé, d’une veste grise et sans doute d’une sous-veste un peu plus sombre pour se préserver du froid de l’atelier. Son regard semble inquiet et triste. Le nez est un peu rouge, comme si l’alcool avait imprimé sa marque.
L’une de ses mains, la droite, très veinée et burinée, apparait comme surdimensionnée dans le bas du tableau, sans doute pour attester de sa profession.
Pour Lipsi toujours, ce « vieux garçon, vivait en ermite dans un petit atelier au fond du jardin » « Sa vie silencieuse, sa façon de travailler, me faisaient penser à un rongeur. Ils sculptaient des animaux, et ses yeux un peu rouges, ses lunettes presque imperceptibles et sa moustache discrète lui donnaient l’aspect d’une souris. Margot, la chatte de la Ruche, lui rendait visite et l’étourdissait. Il observait les scarabées, les papillons, les abeilles, les mouches, les libellules et les araignées qu’il magnifiait en les modelant dans la glaise. »19

Quand meurt-il ? Selon Lipsi encore, « cet idéaliste créateur mourut pauvre, obscur, inconnu, au milieu de son univers d’insectes vivants et sculptés » l’année après avoir été reconnu membre d’honneur de la Société des artistes animaliers20. Selon le témoignage de Claudot, on retrouve son cadavre mangé par les rats dans son atelier pendant l’Occupation21. Son acte de décès dans les archives de Paris indique bien qu’il est mort pendant l’Occupation, le 13 octobre 1941, mais la déclaration est faite par un employé de l’ancien hôpital Broussais, et parle d’un décès intervenu au 96 rue Didot22.

On peut rapprocher son parcours de celui d’un autre peintre émigré de la Ruche, Mathieu (Matteo) Battaglia, un Italien naturalisé français et né en 1852, dont Claudot fait le portrait en 192123. Italien, il meurt également dans la misère, sans doute à l’hospice du Kremlin Bicêtre en 192724.

André Claudot, Portrait du peintre Battaglia, 1921. Collection G. Mazuy. Photographie © David Brenot.

Peut-être un peu avant son départ en Chine, Claudot a fait un autre portrait du même artiste (Portrait du sculpteur Youtsaïtys). Cette oeuvre plus gaie et colorée, montre le sculpteur plus jeune, dans un atelier où l’on devine l’un de ses plâtres. Il porte une casquette sur sa tête, mais sans doute la même veste, la même chemise à col rond, et le même gilet plus sombre que dans le tableau postérieur. Même si elle est moins mise en évidence, la taille de sa main (gauche cette fois) surprend.

André Claudot, Portrait de Joutsaytis, collection particulière. Capture d’écran à partir du documentaire de Bernard Baissat, André Claudot. Artiste peintre. Remerciements à Pierre Jean Lacaille.

La peinture est exposée comme appartenant à l’auteur (donc sans prix de vente) au Salon des indépendants de 1927. Claudot réside alors en Chine, mais il a sans doute laissé ses toiles à Paris et donne alors comme adresse celle du sculpteur ami de Pompon,25.

Le tableau de 1931, sera lui à nouveau montré après la guerre lors du 13e Salon de l’Atelier en 1967, en insistant sur son lieu de création (Portrait de Joutsaitis, La Ruche, 1931), et pour l’exposition rétrospective sur André Claudot de Pavillon-sous-Bois en 197826

Claudot l’a sans doute conservé jusqu’à sa mort, tout comme les insectes de Joutsaytis. L’oeuvre a en effet été achetée par Pierre Jean Lacaille à la famille Kondratoff qui a hébergé le peintre à partir de la fin des années 1970 jusqu’à son décès, et a (en partie) hérité de ses oeuvres au début des années 1980.

NB. : Nous remercions vivement Pierre Jean Lacaille pour nous avoir autorisé à reproduire les visuels de ces oeuvres et pour nous avoir fourni des renseignements complémentaires à ceux que nous avions trouvés initialement.

  1. Allgemeines Künstlerlexikon – Internationale Künstlerdatenbank – Online []
  2. La Revue d’art moderne des arts et de la vie du 15 janvier 1922, consultée sur Gallica le 13 janvier 2020 []
  3. Les citations proviennent de : Sylvie Buisson, Martine Fresia, La Ruche, Cité des artistes, 1902-2009, Paris, Éditions Alternatives, coll. « Art en scène » ( no 1), 2009 p. 84 []
  4. Ici bruissait une ville étrange ou La grande expérience de la sélection négativeЗдесь шумят чужие города, или Великий эксперимент негативной селекции , LitRess, 2013 []
  5. Sylvie Buisson, Martine Fresia, op. cit., p. 203 []
  6. Sylvie Buisson, Martine Fresia, op. cit []
  7. D’abord peintre et illustrateur, Pierre Vérité dirigea ensuite une galerie avec son fils Bd Raspail []
  8. Léon Georges Dorignac (1879-1925) est un peintre et dessinateur français. Ruiné par un escroc, il s’installe à la Ruche entre 1909-10 et 1925. Ses quatre filles épouseront des artistes. []
  9. Jeanne Warnod, La Ruche & Montparnasse, Weber, 1978, p. 104. Jeanne Warnod est la fille du critique d’art André Warnod, qui est le créateur de la notion d’École de Paris – Merci à Pierre-Jean Lacaille de m’avoir donné ces indications []
  10. Robert Couturier (1905-2008) est un sculpteur français d’origine bordelaise, ancien élève de Maillol, qui réside à la Ruche entre 1928 et 1932. Jacques Chapiro (1887-1972), né dans la partie lettone de l’Empire russe, formé à Kharkov puis à Kiev et à Pétrograd, le peintre quitte la Russie soviétique pour la France en 1925, où il s’installe à la Ruche pendant les cinq années qui suivent. Lazare Volovick (1902-1977), né dans une famille juive dans la partie ukrainienne de l’Empire russe, il commence à étudier à Kharkov, puis du fait de la guerre civile à Kiev, se décidant à partir pour Paris en 1919-20. Après un long séjour obligé en Turquie, il arrive à Paris en 1921. Il trouve en 1923 un atelier à La Ruche où il reste jusqu’à la guerre. Son atelier ayant été occupé par des Allemands pendant la guerre, les oeuvres qui s’y trouvaient ont été détruites. []
  11. La Revue d’art moderne des arts et de la vie, 15 janvier 1922 []
  12. Journal des débats politiques et littéraires, 28 mai 1938 []
  13. Jeanne Warnod, op.cit., p. 104 []
  14. L’Aube, 13 mai 1932 et Excelsior, 13 mai 1932 []
  15. Jeanne Warnod, ibid []
  16. Op. cit. []
  17. Sur Claudot on se permet de renvoyer aux articles de ce carnet de recherches et à la notice rédigée pour le Maitron en ligne : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article218985 []
  18. Collection de Pierre Jean Lacaille []
  19. Janine Warnod, op. cit. p. 104 []
  20. ibid []
  21. Bernard Baissat, Claudot Peintre, documentaire de 1979 – https://www.youtube.com/watch?v=wf-BMgf6n8U []
  22. Archives de Paris, 15 D 388, acte de décès n° 3917 []
  23. Son grand portrait en pied (collection G. Mazuy), sera en particulier admiré au Salon des indépendants en 1924, et à celui de la société artistique bourguignonne L’Essor, la même année. Le Menestrel, 22 février 1924, p. 9 notamment. Pierre Sanchez, Dictionnaire des indépendants. Répertoire des Exposants et listes des oeuvres présentées, tome 1er, L’Échelle de Jacob, Dijon, tome 1 et Pierre Sanchez, Dictionnaire des Salons de Dijon, Dijon, L’Échelle de Jacob []
  24. Archives municipales de la ville de Paris, État civil, en ligne []
  25. Henry Martinet – 1893-1967 – 9 rue Alain-Chartier dans le 15e. Pierre Sanchez, Dictionnaire des indépendants. Répertoire des Exposants et listes des oeuvres présentées, tome 1er, L’Échelle de Jacob, Dijon, p. 322 – Remerciements à Claudine Delphis qui m’a permis de faire le lien entre l’adresse et le sculpteur. []
  26. Il est aussi intitulé Portrait de Joutsaitys mais est daté de 1932. Catalogue de l’exposition, Avec une préface de Jean Marcenac, Archives Gérard Mazuy []

Jean-Richard Bloch et les Trains …

« Sybilla », Bibliothèque Ogoniok, N°6 (90), Moscou, 1935. Couverture sur un site de vente en ligne.

Trains… et voyages…
De temps à autre, Patrick Amand, chargé des activités culturelles de la Villa Bloch à Poitiers1, est tenté par l’achat de livres de Jean-Richard Bloch vendu en ligne ….

Jean-Richard Bloch, Le tamponnement de Villedieu, Bibliothèque Ogoniok, N° 41 (1028), 1937. Couverture sur un site de vente en ligne.

Ce matin, il m’envoie deux liens vers des textes traduits en russe en 1935 (Sybilla) et 1937 dont un que je ne connaissais pas « Le tamponnement de Villedieu » (vendu 20 kopeks pour le second). Ces traductions sont le fruit du voyage de 1934 qui va se traduire par de nombreuses publications soviétiques des oeuvres de l’écrivain2. Ils sont dans les deux cas publiés dans la collection de la Bibliothèque d’Ogoniok. Ce magazine illustré (paru dès 1899, il existe toujours), ressorti à partir de 1923 à l’initiative de Mikhaïl Koltsov3, est intégré dans les années trente aux éditions Jourgaz, un « consortium » éditorial. Celui-ci est dirigé par Koltsov, aussi secrétaire de la commission extérieure de l’Union des écrivains, dont le rôle durant le voyage en URSS pour le premier Congrès des écrivains soviétiques est central. L’intellectuel maintient par la suite des relations épistolaires avec Bloch après le voyage4.

En effectuant des recherches rapides5, je me rends compte qu’il s’agit d’une des deux nouvelles dont les protagonistes sont des travailleurs du chemin de fer (aiguilleur et architecte) qui endossent la responsabilité d’incidents graves… La première pourrait presque faire l’objet d’une réédition dans une collection de nouvelles noires…

Jean-Richard Bloch dont le père, le frère aîné et, un temps, le frère cadet (Pierre Abraham), étaient polytechniciens et ingénieurs aux chemins de fer, était passionné par les transports et en particulier par les transports ferroviaires…

Jean-Richard Bloch, « Le Viaduc sur la Tay », Le P.O. illustré, N° 17, 7, 1931. p. 12-15 – Capture d’écran sur Gallica.

La première nouvelle (appelé conte par le journal), « Le Viaduc sur la Tay », est d’ailleurs parue en 1931 dans Le P.O. illustré, en d’autres termes le périodique de la ligne de chemin de fer Paris-Orléans !6. L’écrivain y était d’ailleurs abonné ou recevait les numéros7.

L’histoire se passe en Écosse vers Dundee…
Pourquoi, me direz-vous ? Bloch était aussi un grand voyageur, et, comme beaucoup d’écrivains connus à son époque, il faisait des tournées de conférences à l’étranger, s’appuyant sur le réseau des Instituts français et des alliances françaises notamment…

Il a ainsi pu voyager plusieurs fois dans les îles britanniques. Après un premier voyage en Angleterre en 19138, l’écrivain est accueilli à l’Institut français du Royaume-Unis par son directeur, Denis Saurat, en juin 1927 et revient sur deux jours en mars 1930 pour assister à la représentation en français de sa pièce « Symphonies » par les étudiants anglais de Saurat à King’s College. Un troisième voyage, en novembre-décembre 1930, le conduit en tournée en Ecosse, puis à Londres, où il fait une conférence au King’s College et une autre à l’Institut9.

La seconde est parue dans Marianne10 du 4 décembre 1935 (p. 10 et 12). Auteur Gallimard, l’écrivain collaborait en effet au journal dirigé par Emmanuel Berl, qui avait projeté de l’envoyer en reportage en URSS en 193311.

Le contraste de tonalité des deux textes frappe.

Dans un premier cas, Jean-Richard Bloch semble s’amuser tout à la fois avec les connaissances techniques liées au chemin de fer qu’il maitrise bien, tout en se faisant des clins d’oeil aux nouvelles de Conan Doyles. On pense à Sherlock Holmes… Dans ce texte qui rend un hommage aux travailleurs des chemins de fer du XIXe siècle (faisant des constructeurs de véritables explorateurs, mettant en valeur l’abnégation de l’ingénieur J.R. Murdoch) et où l’on retrouve aussi l’historien Jean-Richard Bloch (la partie sur la fièvre industrielle et les expositions universelles du règne de Victoria), on aurait cependant du mal à trouver la trace de l’engagement politique de l’écrivain. Il est vrai qu’il doit évidemment s’adapter aux contraintes éditoriales d’un journal qui n’est pas un journal engagé.

Les illustrations en noir et blanc signées d’Oliv.12 font elles presque penser à des pages de Blake et Mortimer.

Jean-Richard Bloch, « Le Viaduc sur la Tay », Le P.O. illustré, N°17, O7, 1931, p. 12. Capture d’écran sur Gallica

La deuxième nouvelle parue dans Marianne est le reflet de l’évolution politique de l’écrivain revenu enthousiaste d’URSS à la fin de l’année 1934, comme du contexte de Rassemblement populaire. Écrit pour un journal de gauche, le texte, plus politique que littéraire, le texte semble aussi beaucoup plus personnel, et éclaire en partie les réflexions de l’écrivain sur son temps.

Jean-Richard Bloch, Le Tamponnement de Villedieu, Marianne, 4 décembre 1935 – Capture d’écran sur Gallica.

On retrouve les descriptions techniques de l’aiguillage ferroviaire, mais le reste du récit n’a plus rien à voir, même si la trame initiale ressemble à celle de la nouvelle écossaise. Elle est par ailleurs enracinée dans la province française et non plus à l’étranger.

La Villedieu-au-Clain, La Place et l’Eglise (carte postale non datée) – Sur Delcampe.net).

Les premières phrases introductives évoquent en effet une petite ville de province où « La vie publique s’y réduit à la vieille lutte de la cure contre l’école, du château contre la ferme, de l’usine contre l’atelier. » (…) « La Révolution y fit son apparition avec lenteur ; on y fut modérément dreyfusard. La bourgeoisie, pour singer les hobereaux, s’y est donné les gants d’être royaliste, jusqu’à l’arrivée des Croix de feu et autres ligues qui ont imprimé un peu de mouvement à la réaction en lui apprenant l’usage du drapeau tricolore, de la Marseillaise, et de la République. Le peuple y est quelquefois socialiste d’affiliation, mais toujours radical de tempérament, petit commerçant, petit artisan, petit propriétaire, petit contribuable et petit fraudeur. »13.

La Villedieu-au-Clain, Château du fort. Carte postale sur Delcampe.net

S’agit-il de Poitiers ou plutôt de la commune de La Villedieu-du-Clain, située à une dizaine de kilomètres au Sud de la Mérigote, la propriété de l’écrivain14, dont la fiche wikipedia nous dit qu’elle accueille favorablement les avancées de la Révolution française.  Elle plante ainsi son arbre de la liberté, symbole de la Révolution. Il devient le lieu de ralliement de toutes les fêtes et des principaux événements révolutionnaires. Et comme symbole de la Révolution, l’arbre est victime d’un attentat au moment de la réaction royaliste en 1799. »  ?

La commune relève en fait du tribunal d’instance de Poitiers15 où se situe sans doute une partie de l’action. On peut ainsi imaginer Jean-Richard Bloch assistant à un procès d’audience dont il se fait le narrateur dans la nouvelle.

La trame identique du récit (un incident de chemin de fer à Villedieu qui donne lieu à un procès) témoigne cette fois de l’opposition entre le peuple d’un côté et les « possédants » de l’autre. Plus précisément, c’est une opposition entre « L’Oeil de Paris », en d’autres termes les représentants de la Compagnie délégués au procès, et l’homme choisi comme bouc-émissaire, un simple garde-barrière. « Un petit gars sans âge, tanné, voûté, les mains entre les genoux, précocement vieilli comme le sont tant de paysans. Il ne ressemblait fort peu à l’idée que nous nous faisons du cheminot; il n’avait rien des robustes épaules des trois autres, et faisait penser à un domestique de ferme pauvrement endimanché.  »16. Une grande partie de la nouvelle est d’ailleurs constituée par le dialogue entre celui qui devient l’accusé principal du procès et le juge qui l’écrase de ce qu’on appellerait aujourd’hui son « mépris de classe » et le transforme en seul responsable de l’incident. La traduction russe met d’ailleurs en couverture les quatre accusés du procès encadré d’un représentant des forces de l’ordre17.

Carte postale de Poitiers – Façade du Palais de justice – Non datée – site de vente en ligne

On a enfin un personnage de délégué syndical (communiste ?, ce n’est pas précisé) qui intervient à la fin. Pour autant, le texte montre que Jean-Richard Bloch n’est pas encore encarté comme communiste à cette date. Le délégué syndical (contrairement à ceux qui soutiennent les ouvriers exploités dans La Vie est à nous de Jean Renoir), ne sauve pas l’ouvrier qui va reconnaître sa faute et permettre à la compagnie ferroviaire de ne pas être accusée de l’accident. Le personnage permet cependant d’évoquer la différence entre la patrie du socialisme (qu’on devine, mais qui n’est pas nommée) et les pays capitalistes :

« Dans la foule, un ouvrier proprement vêtu, trapu et sanguin, discutait avec animation, mais assez bas, au centre d’un groupe. Je reconnus en lui un machiniste, secrétaire de la section locale de son syndicat et militant actif.
Un des auditeurs était en train de dire : « Pourtant tu reconnais que c’est un beau geste. C’est crâne ce qu’a fait là le compagnon. Toi qui fais le malin, va donc en dégoiser autant devant un tribunal !
– C’est idiot !  » coupa le machiniste. « si les réseaux appartenaient aux ouvriers, à la nation, au prolétariat, quoi ? Alors il aurait eu raison de venir faire ce boniment là. Ce serait même de son devoir. Mais de l’auto-critique devant les représentants de la Compagnie ? tu me fais rigoler (…)
– C’est gâché !  » dit le militant « du courage gâché. Et, sais-tu, c’est rien autre chose que de l’anarcho-syndicalisme. Ces types sont des anars, voilà ce qu’ils sont. On n’a pas le droit de faire cadeau de sa conscience à la société bourgeoise. Plus tard : oui. Plus tard, je ne dis pas.
 » (…) 18

L’écrivain conclut enfin son récit sur cette phrase qui peut aussi laisser penser qu’il se reconnaît en partie dans cet aiguilleur, même s’il lui dénie la capacité de réfléchir à son sort :
« Pauvre vieux, pensais-je, je ne sais pas si tu es un protestant comme le dit ce brave type, ou un anarchiste, comme le soutient le militant syndicaliste. Sans doute ni l’un ni l’autre. Tu n’en sais pas tant. A coup sûr, toi et tes pareils, des héimatlos19. C’est vous les vrais sans patrie en attente d’un monde semblable à votre conscience. Plus tard, vous répond-on. Plus tard ! Mais depuis quand l’attendez-vous, le monde où votre esprit et votre coeur pourront faire alliance, le monde ou l’intelligence et la volonté iront d’accord… Et c’est long, n’est-ce pas ?  »20

  1. L’ancienne propriété de l’écrivain est devenue en 2019 une résidence d’artistes, accueillant notamment un artiste réfugié. Cf. https://www.poitiers.fr/c__65_1615__Villa_Bloch_.html []
  2. Dont une réédition de Et Cie… et une édition du recueil de nouvelles, Les Chasses de Renaut. Cf. notamment :  « Prisonnier d’amitié » Jean-Richard Bloch et ses correspondants soviétiques », Cahiers Jean-Richard Bloch, N°14, 2008 []
  3.  Mikhaïl Koltsov (1898-1940 ou 1942), journaliste, écrivain, membre du PCUS depuis 1918, correspondant de la Pravda à Paris en 1933-1936 puis pendant la guerre d’Espagne, membre de la rédaction des magazines Krokodil et Ogonek. Très connu en Occident, il joua un rôle important dans l’accueil des intellectuels occidentaux, et fut le premier secrétaire de la Commission étrangère de l’Union des écrivains. Arrêté comme trotskiste en 1938, il fut fusillé ou mourut en camp. []
  4. BNF, Fonds Jean-Richard Bloch, Correspondances reçues []
  5. Paul Renard, « Jean-Richard Bloch », Nuit blanche, 2004, (94), p. 46–48. https://www.erudit.org/fr/revues/nb/2004-n94-nb1127150/18928ac.pdf []
  6. Consultable sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k12047484/f13.image []
  7. Fonds Jean-Richard Bloch de la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers []
  8. Année où il est professeur à l’Institut français de Florence []
  9. Rachel Mazuy, « Denis Saurat Jean-Richard Bloch, Une amitié littéraire » in https://cturss.hypotheses.org/88 []
  10. Le périodique est lancé par Gallimard en 1932 pour être le rival de Candide à gauche. Consultable en ligne sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76421109/f10.item []
  11. Sur ce projet, voir Jean-Richard et Marguerite Bloch, Lettres éditées par Rachel Mazuy et Ludmila Stern, Moscou Caucase Été 1934, CNRS Éditions, p. 16-17 []
  12. Non identifié []
  13. Jean-Richard Bloch, « Le Tamponnement de Villedieu », Marianne, 4 décembre 1935, p. 10 []
  14. Aujourd’hui Villa Bloch []
  15. L’ancien palais des comtes de Poitiers (ou Palais de Dusc d’Aquitaine) construit en partie à l’époque des Plantagenêt, devenu cour d’appel de Poitiers à partir de la Révolution, et dont une aile abrita le Tribunal de grande instance à partir de 1852 est aujourd’hui un lieu culturel de la ville, abritant notamment le festival Traversées. Cf. https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/a-poitiers-l-exposition-traversees-a-la-reconquete-de-la-ville-1570967908 []
  16. Ibid []
  17. Dessinateur non identifié []
  18. ibid, p. 12 []
  19. Synonyme d’apatride. A noter que pour Guéhénno Un intellectuel est une sorte d’heimatlos, et c’est n’avoir plus de patrie que d’avoir sa patrie au ciel des idées. Jean Guéhenno, Journal,1938, p. 128  []
  20. Ibid []

Les Verriers au Travail – André Claudot

Dans le documentaire de Bernard Baissat, Claudot artiste peintre , André Claudot évoque longuement « Les Verriers au travail », une oeuvre qui date de la période 1912-1914. C’est la période où le jeune Claudot est rentré à Dijon après l’affaire du dessin du Libertaire pour lequel il a échappé à des poursuites (cf. l’article de septembre 2019 : André Claudot, un jeune homme de vingt ans inscrit au Carnet B).
Bernard Baissat, Claudot Artiste peintre (à partir de 5’45 »)

Les Verriers au travail, 1913 ? , Collection particulière. Photographie de Bernard Baissat.

Claudot militant anarchiste est surveillé à partir de la fin de l’automne 1912 (Carnet B), ce qui ne l’empêche pas de militer à la Bourse du Travail et de créer un comité de défense sociale avec ses amis anarcho-syndicalistes. Ceux-ci, et en particulier Lanniée, secrétaire du syndicat des Verriers de Dijon 1, l’invitent à venir dessiner dans l’usine des Verreries de Dijon, située dans le quartier du Petit-Bernard, à l’extrémité de la rue des Rotondes2 .

« Au cours des années 1950, les entreprises sollicitent photographes, cinéastes, mais aussi peintres pour magnifier l’automation industrielle, faire valoir la valeur culturelle de l’usine et promouvoir son embellissement. » 3.
Il s’agit au contraire ici de faire venir le peintre dans l’usine avec pour objectif de dénoncer les conditions de travail des ouvriers, et en particulier de celles des enfants. Il ne s’agit pas pour le peintre de faire comprendre l’univers technique de l’usine. Certes la représentation reste réaliste et se veut fidèle (la présence du peintre sur place en atteste). Certes les fours sont bien visibles en arrière-plan, tout comme l’outillage des verriers et l’on retrouve cette passion du feu qui anime la peinture industrielle du XIXe siècle commanditée par les entreprises avec l’ouvrier torse nu qui a fini  » par signifier, sur les parois des édifices publics, le travail et l’industrie dans leur ensemble. »4. Mais l’objectif est tout autre : il s’agit de faire réaliser la dureté des conditions de travail dans l’usine, en mettant la souffrance des ouvriers, et en particulier celle des enfants au premier plan.

Les Verriers au travail (détail), 1913 ?, Collection particulière. Photographie de Bernard Baissat.

Que sait-on sur Les Verreries de Dijon un peu avant 1914 ?
L’usine a été construite en 1893. En 1903, un syndicat est autorisé5. Mais elle doit cesser ses activités quelques années après.
En 1907, un nouveau propriétaire, parisien, obtient une autorisation de réouverture pour une usine de gobelleterie, verres (dont des verres à moutarde) qui emploiera des ouvriers venus de Belgique pendant la guerre.
Elle fermera ses portes définitivement dans les années trente. Elle s’arrête de fonctionner en 1930, servant cependant de dépôt quelques années encore6. Par la suite, en juin 1936, un incendie ravage les lieux7. Elle compte 75 employés en 1912, et elle devra faire appel à des réfugiés belges pour continuer ses activités après le déclenchement de la guerre en 19148

Mais revenons à l’oeuvre et à son contexte de création. Faire peindre l’usine des Verreries est donc l’objectif des anarcho- syndicalistes. Seulement, quand Claudot arrive sur les lieux, la direction lui refuse l’accès des portes d’entrée. Cela provoque une action syndicale immédiate : une grève sans préavis avec débrayage instantané est mise en place, à l’initiative de Lanniée. Dans cette usine où les syndicalistes semblent bien implantés, est-ce la peur de voir s’installer une grève dure qui fait reculer l’entreprise ? Le mouvement ne dure finalement que quelques minutes et Claudot peut y entrer dessiner. Sur place, il dit avoir été saisi par les conditions de travail, notamment celles des enfants, souvent étrangers (espagnols et italiens) « recrutés par des padrone », dont le labeur s’effectue dans l’insalubrité, avec une chaleur insoutenable9. A cette date pourtant, le travail des enfants de moins de 12 ans est interdit et une loi de 1902 a fixé des normes d’hygiène dans les entreprises. Mais des rapports de l’inspection du travail témoignent d’infractions à ces règles, dans les verreries en particulier, où on emploie des enfants pour souffler le verre. Le travail d’enfants dans l’usine est attesté au moins jusqu’en 1921, où on envisage de les remplacer par des machines. Sur la toile, on les voit en effet accroupis ou courbés, pliés en deux sous le poids de charges pénibles et on perçoit la sueur que les lueurs du feu font briller sur les dos dénudés.

Les Verriers au travail (détail), 1913 ?, Collection particulière. Photographie de Bernard Baissat.

L’artiste ne fera pas toute l’oeuvre sur place. Du fait de la chaleur, il ne fait que mettre en place la composition avec (un ?) des croquis. C’est chez lui, soit a priori rue Jeannin à l’époque, ou chez ses parents boulevard de Strasbourg, qu’il finira la toile. Dans le documentaire de Bernard Baissait, Claudot explique encore qu’il était à cette période très influencé par ceux qu’ils nomment « les impressionnistes », et en particulier par la peinture de Bonnard. Si les couleurs initiales de la toile encollée avaient mal vieilli (ce dont témoigne le film et les photographies de Bernard Baissat), il explique avoir choisi des violets qui reprenaient pour lui ceux des oeuvres de Bonnard.

Pierre Bonnard, La Terrasse à Vernon, 1939, Met, Image Wikicommons.

Il est difficile de savoir à quel moment précis a été créée cette composition ? Est-ce avant ou après son inscription au carnet B à l’automne 1912 ? Est-ce avant ou juste après la grève générale de 24 heures initiée par la CGT contre la guerre et la future mobilisation générale (dans le même contexte de lutte contre la future loi des 3 ans), au milieu du mois de décembre 1912 ?

CONTRE LA GUERRE

La grève générale de 24 heures, préconisée, pour hier, par la C. G. T., afin, d’après les organisateurs, de « faire réfléchir les gouvernements sur le peu d’enthousiasme que déchaînerait, dans la classe ouvrière française consciente, l’annonce d’une mobilisation», a recueilli à Dijon peu de partisans. Seule la verrerie du Petit-Bernard, qui occupe environ 75 ouvriers, chômait. Aux verriers s’étaient joints quelques ouvriers du bâtiment ; tailleurs de pierres, terrassiers, etc. En tout 150 grévistes. A 3 heures, ils se réunissaient à la Bourse du travail, où, sous la présidence du camarade Mick, du syndicat des verriers, assisté des camarades Prévost, du syndicat du bâtiment, et Ballin, du syndicat des verriers, ils tenaient une réunion. Plusieurs orateurs ont pris la parole et ont parlé contre la guerre. La réunion s’est terminée par le vote de l’ordre du jour ci-après, que nous reproduisons à titre de document : « Les camarades, ouvriers grévistes, pour mettre en application les décisions du congrès confédéral, réunis à la Bourse du travail, protestent contre toute guerre offensive ou défensive, et se déclarent prêts, en cas de mobilisation de guerre, à faire la grève générale révolutionnaire et l’insurrection.

« Se séparent au cri : Guerre à la guerre !
A bas la guerre
« A bas toutes les patries.
« Vive l’union des syndicats de la Côte d’Or!
« Vive la Confédération générale du travail ! »
Les grévistes ont ensuite quitté la Bourse de la rue Févret et ont parcouru les rues de la ville en chantant « l’Internationale ». Aucun incident à signaler. »10.

J’aurais tendance à la dater de 191311, en sachant qu’il la présente au Salon des Amis des arts dijonnais en 191412 et qu’en 1912, il a présenté une autre « oeuvre sociale » intitulée Les Tanneries13. Cette oeuvre de jeunesse est marquée par une attention aux hommes que le peintre conservera toute sa vie. C’est pour lui le point de départ de ses grandes compositions de caractère social14. Mais elle est aussi profondément ancrée dans la période anarchiste de Claudot. Elle est suivie (ou précédé) par d’autres oeuvres, plus allégoriques, comme celle offerte au Congrès de la Libre pensée en 1914 : Vers la raison contre les dogmes pour l’universel bonheur, ou celle intitulée En attendant la sortie d’une réunion anarchiste tenue au Tivoli Vaux Hall à Paris en 1900.15, ainsi que des oeuvres présentées par le Comité de défense sociale, lors d’une réunion en plein air organisée au Carrousel de Dijon par l’Union des syndicats de la Côte d’Or, le Groupe socialiste dijonnais et la Fédération des syndicats ouvriers de la Nièvre durant l’été 1913 : « Notre Camarade Claudot, du Comité de Défense sociale, avait peint trois tableaux suggestifs et d’actualité : Tu ne tueras point ! avec la tête de celui à qui cette pensée est attribuée : Jésus ! Le Militarisme, chien de garde du capital; et enfin : Guerre à la Guerre. Ces tableaux résumant la pensée ouvrière, ont produit leur effet. » 16.

Extrait d’un article du Réveil syndical, Juillet 1913 (communiqué par Jean Belin).

En 1977, un article du quotidien dijonnais Le Bien public est consacré à cette entreprise. Il est illustré par la toile de Claudot17

Le Bien public, 5 août 1977. Photographie de Bernard Baissat

En 1978, le tableau est exposé lors de l’exposition rétrospective organisée à Pavillon-Sous-Bois18. Les Verriers au travail appartiennent aujourd’hui à un collectionneur privé.

  1. Il fut secrétaire CGT des Verriers de Dijon de décembre 1913 à la déclaration de guerre en 1914, succédant à Dessol. Notes de Jean Belin []
  2. Indications données dans le témoignage de Claudot, et confirmées par monsieur Jean Nicolaï []
  3. Gwenaële Rot, François Vatin, Peindre l’usine, peindre pour l’usine : Reynold Arnould (1955-1972), Figures de l’art no. 32 (2016): 151–64. []
  4. Nicolas Pierrot  : « Peindre l’usine, La mise en scène des espaces de travail industriel dans la peinture française, v. 1760 – v. 1890 », Annales, N° 50-51, décembre 2000, p. 64-78 []
  5. Archives municipales de Dijon []
  6. Roger Gauchat, Les quartiers extérieurs de Dijon, in Mémoires de la Commission des antiquités du département de la Côte-d’Or / Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon. Commission des antiquités du département de la Côte d’Or, Tome 25, p. 443, https://bm.dijon.fr/documents/MEMOIRES%20CACO/1832-2001/1959-1962-025-11-283-334-1369194.pdf []
  7. Recueil juridique de l’assurance : organe mensuel international destiné à l’exposé et à l’étude pratique de la jurisprudence, de la législation et de toutes les questions intéressant les assurances terrestre sous la direction Me Annet-Badel,  1936, in https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6217219x/f56.image.r=%22Verreries%20de%20Dijon%22?rk=150215;2 []
  8. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5652853/f4.item.r=%22Verreries%20de%20Dijon%22.zoom []
  9. Son témoignage, op. cit. []
  10. Le Progrès de la Côte d’Or, 17 décembre 1912, p. 2/6 – Consulté sur Retronews []
  11. Pour monsieur Jean Nicolaï, la facture de l’oeuvre la rapproche d’ailleurs d’une autre oeuvre datée précisément de 1913 : Bar de nuit aux Halles. []
  12. Pierre Sanchel, Les Salons de Dijon 1771-1950, Editions de l’Echelle de Jacob, Dijon, 2002, p. 120 []
  13. Huile sur toile, Avril 1912, Musée des Beaux-arts de Dijon, Ibid pour la référence au Salon []
  14. Son témoignage dans Bernard Baissat, Claudot artiste peintre, op. cit. []
  15. Donation au Musée des Beaux-arts de Dijon en 2019 []
  16. Le Réveil syndical, juillet 1913. Extrait d’article communiqué par Jean Belin – ISH-CGT.
    Le Comité de Défense sociale est un organisme né en 1903. Il est refondé en septembre 1908 pour soutenir les inculpés de Villeneuve-Saint-Georges. Il se perpétue jusqu’en 1914 en élargissant son action. Selon Guillaume Davranche – https://paris-luttes.info/1912-entr-aide-et-defense-sociale-5846, il a pour but de : « récolter de l’argent pour aider les militants incarcérés et, surtout, les familles des détenus et des victimes, brusquement privées d’un salaire ; faire campagne dans la presse pour créer un courant d’opinion en faveur des inculpés ;faire le lien avec les avocats afin d’assurer une défense cohérente et politique. » Son siège est établi à la CGT, impasse de la Grange-aux-Belles. Il est relancé à nouveau en mars 1918 à Paris. []
  17. Le Bien public, « Elle n’était pas comparable à Murano. Il y eut une verrerie en 1893, à Dijon », 5 août 1977 []
  18. Catalogue de l’exposition, préfacé par Jean Marcenac []

ANDRÉ CLAUDOT – Un jeune artiste Libertaire de 20 ans inscrit au carnet B – Octobre 1912-juin 1914

Un travail mené pour une exposition prévue au Musée des Beaux-arts de Dijon pour Juin 2021, m’amène à me plonger à nouveau dans les archives de la répression policière.

Mais cette fois, il ne s’agit plus de voyageurs militants partis en URSS et arrêtés à la frontière de Jeumont dans les années vingt et au début des années trente, mais de jeunes militants libertaires avant 1914.

André Claudot, né à Dijon en 1892, a ainsi vingt ans quand il est inscrit au Carnet B par les services de police. Sa famille vit alors en périphérie du centre ville dijonnais1 le long d’un boulevard qui part de la place du 30 octobre et de son monument de la Résistance (lié la bataille de Dijon le 30 octobre 1870) et conduit à la Tour Montmuzard, un réservoir d’eau construit en 1846. Il a deux soeurs, Violette née en 1896, Germaine née en 19032 (un bébé, Marguerite, née en 1905, est décédé deux mois plus tard3 ). Son père François est luthier. Installé rue de la liberté dans le centre de Dijon dans les années 1880. Il s’est ensuite fixé rue du Bourg.


Comme l’indique sa notice individuelle du Carnet B, c’est à Paris que le jeune homme « a fréquenté les milieux anarchistes et libertaires »4.

En effet, à son arrivée à Paris à l’automne 1909, Il a assisté à la (ou les) manifestation(s) liée(s) à l’exécution de Francisco Ferrer, le pédagogue et militant libertaire espagnol fusillé dans les fossés de Montjuic, à Barcelone 5.

Manifestation liée à l’enterrement de Ferrer, 17 octobre 1909, Agence Roll, Sur Gallica

Par la suite, déçu par l’enseignement de l’École des arts décoratifs où il ne reste que 3 mois6, le jeune peintre vit de petits boulots (décors pour une entreprise qui travaille pour les théâtres), et loge à Montmartre où, selon ses propres mots : « C’est alors qu’un beau jour il heurte l’huis de la cabane en bois – si souvent saccagée par la police – de la rue d’Orsel : les bureaux du « Libertaire ». L’accueil qu’il y reçoit d’Hélène Lecadieu et Pierre Martin – le petit bossu ex-compagnon de Kropotkine à Clairvaux – l’émeut encore aujourd’hui7.

Comme il risque d’être traduit en justice pour son « antimilitarisme à l’encre de chine »8, c’est à dire pour un de ces dessins parus dans Le Libertaire en 1911, ses amis anarchistes l’ont enjoint à repartir en Province (le gérant du périodique a déclaré ne pas le connaître et a accepté la responsabilité du dessin)9.

Est-il fiché par la police parisienne dès cette époque ? Toujours est-il que dans le cadre de la répression menée contre les anarchistes qui conduisent une campagne antimilitariste contre le projet de loi des 3 ans, le préfet reçoit, sans doute le soir du 3 octobre 1912, un télégramme venant de la Sûreté, à Paris, demandant à la police dijonnaise de saisir un colis qui devrait prochainement arriver en gare de Dijon.

« Des affiches et des tracts nettement antimilitaristes et provoquant les conscrits à l’insoumission et à la désertion seront probablement expédiés ce soir par colis postal. Adressés au N° 7 rue Jeannin à Dijon. Je vous prie de prendre dès maintenant toutes les mesures nécessaires pour faire saisir en gare les colis postaux et d’en avoir [avertir] d’urgence parquet. Dans ce cas où ces affiches et ces tracts échapperaient à une saisie, il y aurait lieu de prendre des dispositions pour éviter leur affichage et leur distribution et saisir le parquet.  »10

Le 4 octobre, le colis est saisi en gare et le même jour les policiers du Commissariat central de Dijon procède à l’interrogatoire d’André Claudot et de son père, François. A quoi correspondait le 7 rue Jeannin ?

Le Progrès de la Côte d’Or, 21 février 1912 – Sur Retronews.

A son retour précipité à Dijon, André Claudot ne revient pas immédiatement chez ses parents, bd de Strabsourg. Il s’installe rue Jeannin (même si Le Progrès de la Côte d’Or évoque le numéro 20 et non le 7 comme les policiers). Il doit sans doute vendre des instruments de musique pour vivre à ce moment là.

Tableau de la surveillance hebdomadaire des anarchistes dijonnais ou habitant Dijon à partir du 8 octobre 1912. Archives départementales de la Côte d’Or.

Le colis est adressé à André Claudot, c’est donc bien lui qui est interrogé. Mais il est encore mineur à cette date, ce qui explique également la présence ce son père.

Affiche , « Désertez », Fédération communiste anarchiste, 1912, Archives départementales de la Côte-d’Or.
Affiche « Soldats Morts pour la Patrie », Groupe des libérés des bagnes militaires 1912, Archives départementales de la Côte-d’Or.

De quoi ce colis est-il constitué ? Il s’agit de deux affiches de grandes tailles et d’un exemplaire de tracts (Nous ne connaissons pas le nombre exacts de tracts).

L’ensemble émane sans doute de la Fédération communiste anarchiste. C’est elle en effet qui a imprimé la première affiche saisie, « Désertez ! », en 2000 exemplaires, dans le cadre de la campagne antimilitariste liée à la loi des trois ans11. Le tract et la seconde affiche qui dénonce les « meurtres » commis sur des conscrits dans l’armée française, datent eux-aussi de cette période.

Selon les formules utilisées pour décrire Claudot par la police, le jeune homme d’un mètre soixante-douze, de corpulence moyenne, aux cheveux et sourcils blonds foncés, aux yeux gris, au nez rectiligne, a une barbe naissante, un front découvert, une bouche moyenne, un menton rond et un visage un peu allongé et plein. Ses fiches individuelles, caractéristiques du style de l’époque (dont celle établie le 28 novembre 1912 par le Préfecture de la Côte-d’Or) notent aussi qu’il n’a pas de signes particuliers et qu’il a le teint frais…

Lors de son interrogatoire, le 4 octobre, André Claudot déclare au commissaire de police qu’il est « nettement anarchiste et antimilitariste »12. Il est donc inscrit dès le 5 octobre sur les listes des individus à surveiller comme anarchiste et antimilitariste à Dijon, et va faire l’objet d’une surveillance régulière à son domicile de la part de l’agent de police Guyon (jusqu’au 8 février 1913, où l’agent change de nom). Le rapport de police du 5 note également que le jeune homme ne s’était pas fait remarquer jusque là, et que son interrogatoire n’est pas suivi d’une condamnation judiciaire.

Mais il est bien inscrit au Carnet B, sa notice individuelle établie par la Préfecture, datant elle du 28 novembre 1912 (sans doute conformément à la circulaire sur l’inscription au Carnet B du 1er novembre 1912).

Son nom est ainsi ajouté à la plume à celui de 85 autres militants figurant dans le Répertoire des Anarchistes habitant ou ayant habité à Dijon (C’est le numéro 86, le dernier de la liste)13.

Page concernant Claudot dans le Répertoire des anarchistes habitant ou ayant habité Dijon, archives départementales de la Côte-d’Or.

Pour autant, Claudot continue de militer. En effet, Il fréquente la Bourse du Travail où il s’oppose aux socialistes et il collabore aussi à la fondation du Comité de défense sociale dont l’objectif est d’aider les détenus politiques et leurs familles (aide juridique et financière, campagnes de presse)14

En octobre de l’année suivante, le préfet de la Côte-d’Or informe pourtant la Direction de la Sûreté générale que le jeune Claudot a été rayé du Carnet B (le 15 octobre) du fait de son affectation (le 8 octobre) comme jeune soldat de la classe 1912 au 109e régiment d’infanterie à Chaumont (Haute-Marne).

Caserne Damrémont (109e Régiment d’Infanterie, vers 1910 (sur le site communes.com)

Cependant, ce dernier a été réformé temporairement « en arrivant au corps » (le 20 octobre). Il a donc été renvoyé par l’armée à Dijon. Est-ce son état de santé, ou son état d’esprit qui justifie cette réforme temporaire ? Toujours est-il que la Sûreté demande sa réinscription au Carnet B en Bourgogne15.

Mais dans les mois qui suivent, avec la mobilisation générale qui se profile, le Ministre de l’intérieur rappelle « qu’il convient de n’inscrire ou de maintenir au Carnet B, en dehors des suspects d’espionnage et des étrangers visés aux && a. b. c. de l’instruction du 1er novembre 1912, que les individus dont l’attitude et les agissements sont de nature à permettre de les considérer comme susceptibles d’entraver le bon fonctionnement de la mobilisation par le sabotage ou la destruction du matériel de la télégraphie, des chemins de fer, des voies ferrées, des ouvrages d’art d’intérêt stratégique, des magasins d’approvisionnement, etc… ou de fomenter des désordres au cours de la période de mobilisation. »

Le Préfet de la Côte-d’Or, répondant ainsi à une nouvelle circulaire du 11 février 1914, fait donc procéder à une enquête « discrète » sur les individus inscrits au Carnet B dans son département16.

Parmi eux figure André Claudot. Son cas est analysé par le Maréchal des logis Roupillard, commandant provisoirement les brigades de Dijon (Rapport du 1er mars 1914 sur Cathomen, Claudot, Lespinasse et Pourpier, de Dijon, inscrits au Carnet B, op. cit. )).

« Claudot, André, est célibataire. Incorporé au 109e régiment d’infanterie à Chaumont le 8 octobre 1913, il a été réformé temporairement le 20 dudit et est rentré deux jours après à Dijon chez ses parents, qu’il n’a pas quitté depuis. Il exerce la profession d’artiste peintre; mais, son état de santé ne lui permet pas de travailler continuellement. Pour le moment, on ne lui connait pas de relations suspectes et il ne se fait pas remarquer. »

Rapport du 1er mars 1914 du Maréchal des logis Roupillard commandant provisoirement les brigades de Dijon sur Cathomen, Claudot, Lespinasse et Pourpier, de Dijon, inscrits au Carnet B, archives départementales de la Côte-d’Or.

Le 9 mars 1914, le préfet informe donc le général commandant le 8e corps d’Armée de Bourges qu’il se propose de demander la radiation de Claudot de la liste du Carnet B17.
Et, le 15 juin 1914, le chef d’escadron Virgitti commandant la compagnie de la Côte-d’Or à Dijon informe le préfet que sur ordre du commandant par intérim de la 8e Légion de Gendarmerie à Bourges (note n° 617 du 11 juin 1914) , André Claudot a bien été rayé du Carnet B des brigades de Dijon avec Lespinasse et Pourpier.

Le 24 septembre 1914, Claudot est reconnu apte et incorporé le 22 octobre au 109e régiment d’infanterie avec le matricule 9821.
Son dossier militaire est vierge de toutes citations, mais aussi blessures.

Dossier militaire André Claudot, deuxième partie, archives départementales de la Côte-d’Or .

Il sera démobilisé le 28 août 1919 seulement, passant du front occidental (Plateau de Lorette notamment) au Balkans (du 2 mars 1918 au 12 août 1919).
Il va beaucoup dessiner cette guerre, envoyant même des dessins à ses amis libertaires. Et en dépit de la publication de l’un d’entre eux avec son corps de régiment et son matricule dans Ce qu’il faut dire de Sébastien Faure, Claudot soldat, ancien inscrit au Carnet B, n’est pas inquiété. Pourtant, jusqu’en 1917, il reste inscrit à l’adresse parentale, Boulevard de Strabourg, dans le registre de surveillances régulières des anarchistes de Dijon du commissariat central de la ville. En 1915, pourtant, il est noté qu’il est mobilisé. S’agit-il juste de vérifier auprès de ses parents que Claudot n’a pas déserté ?

Dessin de Claudot pour Ce qu’il faut dire, 3 mars 1917 – Collection Michel Dixmier.

Son antimilitarisme et son pacifisme n’auront logiquement qu’augmenté avec la Grande Guerre, comme en témoignent ses dessins pour Le Libertaire ou Clarté dans les années vingt.

  1. Les deux cartes postales sont issues de : http://dijon1900.blogspot.com/search/label/bd%20de%20Strasbourg []
  2. Renseignements Jean Nicolaï []
  3. Le Progrès de la Côte d’Or, 29 août 1905 []
  4. Notice individuelle d’André Claudot, Carnet B, Archives départementales de la Côte d’Or []
  5. Ferrer est exécuté le 13 octobre 1909. Le même jour à Paris, la colère des militants dégénère en émeute révolutionnaire. On relève une dizaine de blessés et un mort parmi les forces de l’ordre (le nombre de blessés parmi les manifestants n’a pas été recensé). À la surprise de la police qui craignait les violences, la seconde manifestation, le 17 octobre, est prise en mains par un comité d’organisation qui négocie un parcours reconnu avec les forces de l’ordre. Cf. Gilles Heuré, « 13 octobre 1909 : et un jour, l’émeute devint une manifestation », Télérama, 12/04/2016 mis à jour le 10/12/2018. Sur Gallica, photographie de la manifestation du 17 octobre : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69125185.item []
  6. Il a obtenu une bourse de la ville de Dijon []
  7. Je me permets de reporter à mon article et à ma transcription de son texte autobiographique pour le Maitron https://cturss.hypotheses.org/387 []
  8. Ibid. []
  9. Ibid. []
  10. Télégramme 19H30 : Intérieur sûreté à Préfet Dijon, archives départementales de la Côte d’Or. []
  11. Guillaume Davranche, Trop jeunes pour mourir. Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914)Éditions de l’Insomniaque & Libertalia, 2014 []
  12. rapport du 5 octobre 1912 du Commissaire central de Dijon, archives départementales de la Côte d’Or []
  13. Archives départementales de la Côte d’Or, 41 M 237 []
  14. notice biographique sur le Maitron en ligne, http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article20083 []
  15. Lettre du 2e bureau – Carnet B de Paris du 2 décembre 1913; Rapport du 1er mars 1914 du Maréchal des logis Roupillard commandant provisoirement les brigades de Dijon sur Cathomen, Claudot, Lespinasse et Pourpier, de Dijon, inscrits au Carnet B, archives départementales de la Côte-d’Or []
  16. Lettre du Conseiller de Préfecture, pour le préfet adressée au général commandant de Corps d’armée à Bourges le 9 mars 1914, archives départementales de la Côte-d’Or []
  17. Lettre du 9 mars 1914, op. cit. []

Réflexions sur une date d’adhésion – Jean-Richard Bloch Et le PCF (1937-1939)

Jean-Richard Bloch à son bureau (acheté à Charlotte Perriand) à Ce Soir, DR.

Jean-Richard Bloch (1884-1947), écrivain français aujourd’hui largement oublié, a ré-adhéré au Parti communiste français à une date qui est encore aujourd’hui inconnue de manière très précise. Son dossier autobiographique au RGASPI (Archives russes d’Etat d’histoire sociale et politique contenant les fonds du Komintern, et notamment les fameuses « autobiographies » envoyées à Moscou par les partis communistes) ne contient pas cette information.

Congrès de la SFIO à Tours en décembre 1920 @ANRPaprika

On sait qu’il adhère à la SFIC dans la foulée du Congrès de Tours de décembre 1920, et qu’il s’en éloigne au moment de la bolchevisation1

On a cependant longtemps pensé que cet intellectuel qui, au début des années trente, hésite encore entre socialisme et communisme (avec un fort intérêt pour le sionisme dans les années vingt2 ), avait adhéré bien avant la signature du Pacte germano-soviétique.

Couverture de L’Humanité du 25 août 1939 sur le Pacte germano-soviétique.

En fonction des auteurs, l’adhésion serait intervenue soit pendant la période du Rassemblement populaire (1934-1936), dans la foulée de son voyage en URSS pour le Congrès des écrivains3 et dans le cadre de son engagement antifasciste (adhésion précoce au CVIA au printemps 1934); soit dans la foulée du Congrès d’Arles du PCF auquel il participe ( 25-29 décembre 1937), donc tout à la fin de 19374, ou au début de l’année 1938; ou enfin, à la suite des accords de Munich, soit après septembre 1938 ou bien au tout début de l’année 1939.

Congrès du PCF à Arles, 25 au 29 décembre 1937, @cinearchives.

Prudemment, dans sa notice biographique pour le Maitron, l’historienne Nicole Racine écrivait : « Au début des années 1930, Jean-Richard Bloch, qui n’était pas encore un « compagnon de route », avait un statut d’écrivain indépendant de gauche, plus près du socialisme que du communisme. » et « On ignore à quelle date Jean-Richard Bloch – qui avait écrit à Maurice Thorez une lettre pour lui exprimer son admiration devant la ligne suivie par le parti au moment de Munich – décida de réadhérer au Parti communiste. Aragon, dans la préface de L’Homme communiste. II, (1953), puis dans son Œuvre poétique 1936-1941, affirme que ce fut au moment du congrès du PCF à Arles, en décembre 1937. Aucune preuve n’en a été apportée. Cependant, sa présence comme invité à la tribune du congrès d’Arles, indique une volonté thorézienne de l’associer à la vie du parti comme intellectuel du Front populaire. En mars 1938, Jean-Richard Bloch n’était pas, aux yeux de Romain Rolland, membre du PCF puisqu’il nota dans son Journal, après une visite d’Aragon : « Des écrivains français, bien peu des plus marquants sont des communisants sûrs. Le seul, de renom, qui soit inscrit au Parti est Aragon » (23 mars 1938 ; cité par Bernard Duchatelet, Romain Rolland et la NRF, Albin Michel, 1989. Cahiers Romain Rolland, 27, p. 272). Dans le témoignage que Jean-Richard Bloch donna le 29 mars 1940 en faveur des 44 députés communistes, il rappela qu’il avait après Munich, en octobre 1938, écrit à Maurice Thorez ; à cette occasion, il se qualifia lui-même d’ » écrivain indépendant, non affilié à aucun parti politique » (La Pensée, septembre-octobre 1947). Son adhésion officielle au PCF ne pourrait donc être antérieure à octobre 1938. »5

De plus en plus engagé aux côtés des communistes au retour de son voyage en URSS (Congrès pour la défense de la culture en 1935, voyage en Espagne en 1936, et, à partir de 1937, Bloch co-dirige le journal communiste Ce Soir avec Louis Aragon), Bloch est ainsi devenu à la fin des années trente, ce que Nicole Racine appellait un « communiste sans la carte »6.

Mais son adhésion officielle date bien seulement de l’année 1939, comme le confirme les chronologies (établies par ou avec Marguerite Bloch) dans Europe dans les numéros consacrés à l’écrivain7.

Faut-il lier le long processus d’adhésion de cet antifasciste avec les doutes puis les interrogations exprimées en privé par Bloch à l’égard des procès de Moscou et des purges en URSS ?

Après la fin 1937, Bloch ne remet absolument pas en doute la thèse soviétique d’un complot, ni la parole des médiateurs soviétiques, ou des communistes français sur le bien fondé des procès. Il continue malgré tout de répugner aux exécutions et se dit rongé par la question.

Trois lettres à Romain Rolland font état de cette tension.
Celle du 7 octobre 1936, montre l’écrivain en plein doute :
 » Mais par ailleurs, comme le procès de Moscou me paraît encore entouré de ténèbres et de mystères gênants. (…) Certes, je ne partage pas les cris offusqués de nos bons jésuites de gauche, qui croit qu’une révolution se déroule comme une fête de l’églantine, pour la satisfaction attendrie des âmes vertueuses. (…) Ceci dit, après dix-neuf ans de luttes, ces accusations obscures, ces audiences invraisemblables, ces exécutions de masse, cette disparition de tous les compagnons de Lénine me mettent fort mal à l’aise. Je me tais par respect pour l’oeuvre accomplie en U.R.S.S. et parce que le compte créditeur de la révolution bolchevique dépasse à tel point son compte créditeur, qu’il ne faut rien faire ou dire qui puisse être tourné contre le bloc qu’est l’État socialiste. La pensée, la réflexion, – l’inquiétude, n’en sont pas moins là, et libres, et rongeantes. »

Presqu’un an après, la lettre du 7 décembre 1937, montre le chemin parcouru par celui qui est devenu depuis le début de l’année le directeur de Ce Soir avec Aragon. Elle est écrite dans le Sud de la France (Saint-Jean-Cap-Ferret), quelques jours avant sa participation au Congrès d’Arles

« En URSS, quelle rude bataille est engagée, à en juger par ce qui transparaît aux yeux des moins renseignés ! Je persiste à faire confiance au gouvernement actuel, mais quelle aveugle confiance il a mise lui-même, durant des années, dans des hommes qui le trahissaient sans en faire mystère. (…) Le sursaut est formidable. Le monde entier en est ébranlé. Mais cela ne se fait pas non plus sans le recours à des moyens de police bien dangereux à leur tour ! »

La troisième est écrite juste avant sa venue à Villeneuve le 4 mars 19388.
Bloch va en effet encore plus loin dans son raisonnement, tout en restant un humaniste :  » Nous parlerons de cette douloureuse affaire qui me tourmente et nous ronge tous. Ce qui rend nos amis assez inabordables sur ce chapitre, c’est la presque unanimité des opinions libérales, social-démocrates, religieuses, bourgeoises éclairées, démocratico-conservatrices, dans le monde. Il se reforme autour de l’URSS, à la faveur de ces 4 procès, une nouvelle muraille de Chine , selon le voeu formulé par Hitler hier. La sensibilité d’épiderme des bolcheviks est redevenue extrême et douloureuse. Pourtant il faut les avertir. Je hais la peine de mort, et, en matière politique, je la tiens pour une erreur irréparable. Et grossière. Mais nous en parlerons. Peut-être écrirai-je ce soir à Koltzov. »9

Jean-Richard Bloch, Ilya Ehrenbourg et Mikhaïl Koltsov à la gare de Biélorussie à Moscou – Été 1934.

Dans l’engagement antifasciste et l’argumentation de Bloch, le « eux » contre le « nous » (lui et les communistes) devient de plus en plus prégnant. Malgré tout, en 1938, Bloch n’est pas encore un intellectuel à l’éthos de parti, même si officiellement il en adopte de plus en plus les positions à partir du printemps 1937. En dépit de l’adhésion de ses enfants durant cette période10, ce n’est cependant pas avant le milieu du printemps 1939 qu’il ira jusqu’au bout de cet engagement philosoviétique et pro-communiste en demandant à adhérer au PCF.

En 2012, la publication du Journal de Vézelay de Romain Rolland a permis de confirmer, cette adhésion très tardive grâce à ce passage, écrit le dimanche 9 juillet 1939, et évoquant la journée du 8  « Le soir visite de Jean-Richard Bloch avec sa femme et l’une de ses filles. Il vient de se faire inscrire au parti communiste; et nous soupçonnons en riant, Macha et moi, que sa décision n’a pas peu été influencée par sa rivalité (amicale) avec Aragon, qui lui est associé à la direction de Ce Soir, et qui, dans leurs fréquents heurts de pensée, excipiait sur lui sont titre officiel de communiste. »11

La concurrence amicale avec Aragon (au départ Bloch est recruté comme directeur du journal comme sans-parti) a sans doute également joué comme le souligne malicieusement Romain Rolland.
On peut dès lors affirmer qu’il devient membre du PCF à la toute fin du printemps 1939, ou du tout début de l’été 1939 (en tenant compte de la durée du processus d’adhésion au PCF).

Une lettre antérieure, adressée à Maurice Thorez et datée du 23 mai 1939, permet finalement de borner plus précisément la séquence12.

Lettre de Jean-Richard Bloch à Maurice Thorez du 23 mai 1939, Fonds JRB, @Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers.

En effet, après avoir remercié le dirigeant communiste pour lui avoir permis d’assister au Comité central du PCF le 19 mai 1939, il écrit : « Je suis fier de lui [le PCF] avoir demandé de me recevoir en son sein, fier de voir mes enfants parmi ses membres.« 

Thorez et Bloch se sont rencontrés en juillet 1934. En mai 1939, le dirigeant communiste, qui va devenir l’ami de Bloch pendant leur exil commun en URSS durant la guerre, confirme à nouveau l’intérêt qu’il porte à l’adhésion de l’écrivain philosoviétique.

Au vu de ses deux documents, cette adhésion officielle a bien eu lieu très tardivement, et plus précisément entre le 24 mai et le 8 juillet 1939, soit quelques semaines avant l’annonce du Pacte germano-soviétique du 22 août.

Celui-ci va profondément troubler Bloch13, sans cependant l’amener à la rupture. Après un si long cheminement vers le statut d’intellectuel organique, on peut se demander s’il pouvait réellement faire marche arrière, et se retourner contre ceux qu’ils décrivaient comme « les esprits les plus loyaux de notre pays » 14 quelques semaines auparavant ?

C’est bien un intellectuel communiste qui part en URSS en avril 1941. Il reste plus que jamais lié au PCF et à l’URSS après son exil, quand il revient en France en 1945.

Photographie de l’écrivain , membre du Conseil de la République (1946 ou 1947) : @site du Maitron en ligne.

Il reste à savoir quand cette date d’adhésion se brouille ? Est-ce à cause des textes d’Aragon cités précédemment ? Alors qu’en 1937, le PCF avait davantage besoin d’un Bloch sympathisant (« sans parti ») que d’un Bloch adhérent, ce n’était plus le cas après son décès.

Dans les années soixante, une autre personne doute aussi de cette adhésion tardive… Il s’agit de Jeannette Thorez-Vermeersh qui le 23 juin 1966 écrit à Marguerite Bloch :

« Chère camarade Marguerite,
Je viens de parcourir le numéro d’Europe de juin 66 consacré à notre regretté Jean-Richard Bloch.
Dans les notes biographiques à la page 124, il me semble qu’il y a une inexactitude. On y dit que « Jean-Richard Bloch qui sans démissionner, n’avait pas repris sa carte du Parti communiste depuis plusieurs années, redonne son adhésion au Parti ». Il s’agit de l’année 1939.

Or, je crois que Jean-Richard Bloch, qui fut membre du Parti socialiste de longues années adhéra au Parti communiste en 1938 au moment de Munich. Il le fit d’ailleurs au même moment qu’Andrée Viollis.
J’aimerai connaître votre avis sur cette question.
En m’excusant de vous importuner, je vous prie de croire, chère camarade Marguerite, a mal fidèle affection et au souvenir impérissable que je garde de notre cher JRB.

J. Thorez Vermeesch
 »15

Nous n’avons pas encore retrouvé la réponse de Marguerite Bloch, qui a cependant dû confirmer la date d’adhésion de 1939, après la session du comité central du PCF du 19 mai, à Ivry .
Avait-elle donné une date encore plus exacte ? Cela reste à trouver.

  1. Vers 1923 – la date précise, est elle aussi inconnue. http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article16926 []
  2. Claudine Delphis Wolfgang Asholt, Jean-Richard Bloch ou à la découverte du monde connu: Jérusalem et Berlin, 1925-1928, Honoré Champion, 2010, 323 p. L’écrivain a effectué un voyage en Palestine en 1925 []
  3. A ce sujet, Jean-Richard et Marguerite Bloch, Moscou Caucase, Été 1934, Lettres et carnet de voyage édités par Rachel Mazuy et Ludmila Stern , Éditions du CNRS, 2019 []
  4. A la demande de Maurice Thorez, il intervient d’ailleurs à la tribune. Sur l’intervention de Bloch au Congrès d’Arles, on peut voir le documentaire de Jacques Becker datant de 1937, mis en ligne sur le site de Ciné-Archives (22:29:21.01 à 22:29:24:01) https://www.cinearchives.org/recherche-avancee-GRANDE-ESPERANCE-LA-424-23-0-1.html?ref=6b7a891298ec4d17df77ba7512268097 []
  5. http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article16926 []
  6. A ce sujet, voir notamment l’article de Nicole Racine, « Jean-Richard Bloch ou les épreuves de la fidélité 1939-1941 », in Jean-Richard Bloch ou l’écriture et l’action, Bibliothèque de France, 2002, p. 256-259 []
  7. Celui édité pour les dix ans de la mort de l’écrivain en 1957, et celui datant de juin 1966, p. 124 []
  8. Romain Rolland et Jean-Richard Bloch, op. cit., p. 485, 508 et 514. Romain Rolland, qui pourtant se refuse à une critique publique de l’URSS (Son beau-fils, il faut aussi le rappeler, est soviétique… ), s’étonne néanmoins après cette visite de l’esprit d’orthodoxie de Bloch qui épouse notamment le point de vue officiel s’acharnant sur Boukharine. Il déplore que la liberté d’esprit de son ami se ressente de ses activités à Ce Soir. Cité par Nicole Racine, op. cit. p. 258. []
  9. Mikhaïl Koltsov (1898-1940 ou 1942), journaliste, écrivain, membre du PCUS depuis 1918, correspondant de la Pravda à Paris en 1933-1936 puis, pendant la guerre d’Espagne, membre de la rédaction des magazines Krokodil et Ogoniok. Très connu en Occident, il joua un rôle important dans l’accueil des intellectuels occidentaux, et fut le premier secrétaire de la Commission étrangère de l’Union des écrivains. Au moment où Bloch veut lui écrire, il est déjà menacé. Il a été rappelé d’Espagne en décembre 1937, et est arrêté comme trotskiste le 14 décembre 1938. Il fut fusillé le 2 février 1940. []
  10. Nous n’avons pas les dates précises. []
  11. Romain Rolland, édition établie par Jean Lacoste, Journal de Vézelay. 1938-1944, Bartillat, p. 231-232. []
  12. Lettre de Jean-Richard Bloch à Maurice Thorez, 23 mai 1939, Fonds Jean-Richard Bloch, Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers []
  13. Témoignage de Claude Bloch à Tivadar Gorilovics []
  14. Lettre à Maurice Thorez du 23 mai 1939, op. cit. f. 2 []
  15. Archives communales d’Ivry-sur-Seine, FondsThorez -Vermeesch, Correspondance, Lettre du 23 juin 1966 à Marguerite Bloch []

Jean Trubert et Romain Rolland – circulations et transferts franco-soviétiques dans la littérature jeunesse

Romain Rolland, Valmy, ESI, 1938

Quand deux terrains de recherches se croisent..
Vous trouverez ici quelques notes concernant Valmy, un texte pour la jeunesse de Romain Rolland, édité en France en 1938 et publié en URSS dès 1939. 

Je collabore à la publication des textes politiques de Romain Rolland
, en cherchant notamment des articles ou des interventions inédits publiés directement en URSS1.

Par ailleurs, j’ai entamé depuis quelques temps une recherche sur les « enfants communistes » en m’intéressant aux circulations et aux transferts avec l’URSS que l’on peut observer dans le journal pour enfants communiste Mon Camarade (1933-1939), édité d’abord par l’AEAR puis par les Editions sociales internationales (ESI)2

On constate que si les textes circulent (adaptations, traductions, textes documentaires sur « l’URSS en construction »), les illustrateurs du journal, ne cherchent pas, ou n’ont pas le temps de faire des recherches iconographiques qui leur permettraient de s’approcher de la réalité soviétique.

Bertha Lask, A travers les âges. Voyages d’un enfant sur un cheval ailé, ESI, 1933. Le texte est adapté de l’allemand avec 8 illustrations en trois couleurs d’Altman. Photographie @Librairie Pages volantes.

La plupart sont français.
A priori, seuls trois illustrateurs russes ont participé au journal ou aux livrets illustrés de Mon Camarade (MC).
L’un Maurice Mendjisky arrive en France avant la Révolution.
On doit à Kliment Red’ko un seul dessin peu contextualisé, même s’il illustre un article concernant l’URSS3 
Le dernier, Nathan Altman, illustre un album de Mon Camarade écrit par Bertha Lask et non un article du journal4

Les influences de MC sont en fait plus américaines (Comic strips, Journal de Mickey) ou françaises5.

Mais pour autant cela ne signifie pas que les illustrateurs français du journal n’aient jamais eu d’échanges culturels avec l’URSS.

Cependant, en l’état de nos recherches, ceux-ci se sont surtout faits dans le sens inverse.

Valmy Supplément au journal Mon Camarade N° 153, du jeudi 3 novembre 1938

Ce qui m’amène à Romain Rolland.
En effet, dans le supplément du numéro du 3 novembre 1938 de MC, on trouve environ la moitié du texte pour enfants Valmy de Romain Rolland, publié aux ESI à la fin de l’année 1938, en prévision du 150e anniversaire de la Révolution française.. Donné sur une pleine page, il est juste illustré par la couverture en noir et blanc de l’album dont il annonce la parution pour le 5 décembre6.

Cet ouvrage a notamment été diffusé par le biais des mairies communistes comme en témoigne la dédicace de l’exemplaire que nous avons acheté sur internet : 

« Valmy exemplaire offert – Prix offertpar le conseil municipal de Trappes pour le 150e anniversaire de la RF  »7

Mon Camare, N° 78, 27 mai 1937. Dessins de Jean Trubert pour Gargantua.

Les dessins sont signés Jean Trubert, l’un des collaborateurs les plus actifs de MC, qui signe notamment les dessins pour la bande dessinée de l’adaptation de Garguantua de Rabelais (1937), ceux du Rayon de la Mort, une bande dessinée adaptée de la nouvelle d’Alexis Tolstoï, L’Hyperboloïde du docteur Gagarine 8. Trubert sera aussi le seul dessinateur du journal qui collaborera plus tard à Vaillants9.

Dessin de Jean Trubert pour l’Almanach du journal L’Humanité, 1939.

On lui doit également des dessins pour L’Almanach de L’Humanité de 1939. Il ne travaillera cependant pas que pour la presse communiste, signant aussi les dessins des albums de Bécassine après la guerre.

Romain Rolland, Valmy, Editions Molodoïa Gvardia, Moscou, 1938 (photographie @Cécile Pichon-Bonin).
Romain Rolland, Valmy, Editions Molodoïa Gvardia, Moscou, 1938 (photographie @Cécile Pichon-Bonin).

Or, en vérifiant dans les catalogues des bibliothèques russes, les traductions en russe des oeuvres de Romain Rolland, on peut trouver deux éditions parues en URSS au cours de l’année 1939. L’une est une traduction pour les Éditions Molodaïa Gvardia (La Jeune Garde). Elle reprend le texte en le traduisant sans aucune illustration.

Valmy, Editions pédagogiques d’Etat, Moscou,1939 (page de titre, photographie @Cécile Pichon-Bonin).

Mais, la même année, le texte paraît également à Moscou en français aux éditions pédagogiques scolaires d’Etat du Commissariat du peuple à l’Instruction publique. Il s’agit d’un manuel de lecture qui est édité à 10.000 exemplaires sous la

Valmy, 1939, Moscou, Editions pédagogiques d’Etat (photographies @Cécile Pichon-Bonin).

direction A. L Kolpinskaja10. L’édition française de Valmy est elle tirée à 6000 exemplaires11.

Et, sans doute pour rendre le texte plus réaliste et plus vivant (était-il raconté, lu en classe ?), les éditions soviétiques reprennent exactement les mêmes dessins que ceux utilisés par les ESI.

Hormis la mise en page, la seule différence sur le plan iconographique réside dans l’utilisation de la couleur. Alors que seule la couverture est en couleurs dans l’édition russe, celle des ESI oscille entre les pages en noir et blanc et les pages en couleurs. Celle-ci fait d’ailleurs partie des « arguments de vente » du volume.

Romain Rolland, Valmy, Editions Molodoïa Gvardia, Moscou, 1938 (photographie @Cécile Pichon-Bonin). Introduction au texte de Romain Rolland.

Nous ne savons rien des négociations qui ont permis d’une part cette traduction, d’autre part cette édition en français si proche de l’original. La traduction est précédée d’une introduction du texte et d’une présentation de l’auteur qu’il conviendrait d’étudier en détails. 

Romain Rolland, Valmy, ESI, p. 9

Ce n’est cependant pas le premier texte pour enfants de Romain Rolland publié en Union soviétique. En effet, l’adaptation de Jean-Christophe en livre de lecture12 a elle aussi été éditée en URSS.

Romain Rolland, Jean-Christophe, présenté aux enfants par Mme Hélier-Malaurie, livre de lecture, certificat d’études, classes de 6e, illustrations de Ray-Lambert, Paris, Albin Michel, 1932.

Ce n’est pas non plus la dernière édition de Valmy en URSS, puisque deux autres suivront après la guerre, en 194813 et en 195414.

On ne sait pas si l’écrivain a joué les intermédiaires entre les éditeurs et Jean Trubert ou si celui-ci a directement été contacté par les Soviétiques. Toujours est-il que des dessins originaux (les originaux ?) des 14 planches (aquarelles) de Valmy se trouvent aujourd’hui dans les Archives littéraires d’Etat de Russie (RGALI).15.

Romain Rolland, Valmy, ESI, p. 20-21

C’est le seul dossier indexé au nom de cet artiste dans les archives du RGALI, même s’il est possible qu’il y ait des indications dans les dossiers concernant Romain Rolland ou dans des dossiers inventoriés avec une autre orthographe. En effet, Trubert apparaît sous le nom de Tiroubèr et non de Trioubère ou Troubère (le u n’existant pas en russe, les formes « iou » ou « ou » peuvent être utilisées).

Romain Rolland, Valmy, ESI, p. 17

Pour quelles raisons textes et dessins ont-ils été édités en URSS ? Pour ce qui est du texte, cela s’insère dans l’ensemble des liens mis en place entre l’écrivain et les Soviétiques depuis les années vingt. Romain Rolland est sans aucun doute à cette date le « compagnon de route » français, si ce n’est européen le plus connu et le plus respecté du côté soviétique. Son voyage en 1935 est un événement essentiel pour la diplomatie culturelle soviétique des années trente. On a fêté dignement son 70e anniversaire dans les deux pays. Enfin, tous ses livres sont édités et réédités en russe peu de temps après leur parution.

Quant au contenu, il est parfaitement cohérent avec l’antifascisme porté par les communistes et les Soviétiques. Un antifascisme qui refuse le « pacifisme intégral » de certains militants pacifistes français et qui n’a pas peur de prôner ouvertement le réarmement.

Valmy, Editions pédagogiques d’Etat, Moscou, 1939.

Romain Rolland, Valmy, ESI, p. 13

 

Ce n’est donc pas par hasard si c’est un texte très guerrier qui est édité pour évoquer la Révolution française, thème par ailleurs a priori moins souvent repris par les Soviétiques que celui de la Commune16.

Romaine Rolland, Valmy, ESI, p. 13-

Les propos de Valmy sont clairs et parfaitement en accord avec la politique soviétique : « L’écriture pour la jeunesse de Romain Rolland est essentiellement politique et pédagogique : en 1938, elle semble dictée par l’urgence des événements, la montée des périls et la préparation, sous-jacente mais réelle, de la jeunesse à s’engager dans une nouvelle lutte, l’ouvrage se terminant sur cet appel : « Fils de la Révolution, vous d’aujourd’hui, êtes-vous encore capables d’entendre, sans gêne et sans peur, ces fiers échos de la canonnade de Valmy ?  Le pacifisme d’un Jean-sans-Pain semble loin désormais : en 1938, les appels à la paix font de nouveau place aux échos de canons qui, bientôt, ne seront plus seulement ceux des livres d’histoire et des livres d’images. » »  (( Mathilde Lévêque, « Les écrivains français pour la jeunesse », Itinéraires, 2011, N° 4 )).

Romain Rolland, Valmy, ESI, p. 31

Autant que nous ayons pu en juger17, la traduction du texte est très proche de l’original. Quand à la version française éditée en URSS, elle est totalement fidèle au texte de Rolland. Elle reprend même les premières phrases d’ouverture qui s’insèrent pourtant dans un contexte très français. Romain Rolland rappelle il est vrai les liens unissant la France et l’URSS (en y ajoutant l’Espagne où la guerre civile prend une dimension tragique) :

« L’Histoire n’est pas un recueil d’anecdotes et de récits romancés. Elle est une somme d’expériences humaines, dont la connaissance exacte éclaire non seulement le passé, mais le présent, et doit guider nos pas. 
L’histoire de la France pendant la Révolution française a beaucoup de rapports avec celle de la France, de la Russie et de l’Espagne aujourd’hui.

Qu’elle nous instruise et nous inspire ! »

Romain Rolland, Valmy, ESI, 1938, p. 25

Les illustrations de Trubert, simples, très réalistes, enlevés et évocatives ne pouvaient également que séduire les éditeurs soviétiques. Pas de formalisme incompréhensible. On a là une iconographie qui reprend fidèlement les éléments textuels tout en se fondant sur un réalisme des détails (les uniformes notamment) qui s’inscrivent bien dans une représentation française de la Révolution où le peuple est mis en avant18.

Tous ces éléments font de ce texte pour enfants, un texte très politique qui témoigne tout à la fois d’une représentation de la RF dans la fin des années trente, et des circulations et des transferts établis entre l’URSS et la France. 

  1.  Cette édition des « oeuvres complètes » aux éditions Garnier devrait comprendre plus de 30 volumes et s’étaler sur plusieurs années (premiers volumes attendus en 2019) est coordonnée par Roland Roudil et Bernard Duchatelet. Pour le volume 2 des Textes politiques (1914-1940) participent également Philippe Baudorre, Sophie Coeuré, Romain Ducoulombier, Claudine Delphis. []
  2. Sur l’histoire du journal, on peut voir l’article de Valérie Vignaux,« Georges Sadoul rédacteur en chef de Mon Camarade (1933-1939). Un magazine illustré pour une culture de jeunesse communiste ? », Strenæ URL : http://journals.openedition.org/strenae/1498 ; DOI : 10.4000/strenae.1498. On attend sa monographie de Georges Sadoul. Richard Medioni, Mon Camarade. L’intégrale. 1933-1939, Ed. Vaillant Collector, 2016, Alexandre David (préface de Roland Leroy), Mon Camarade, Editions la Mémoire Vivante, Montreuil, 1997 []
  3. Kliment Nikolaevitch Red’ko (1897-1956) Ce graphiste et peintre russo-ukrainien vit en France entre 1927 et 1935. Le dessin illustre un article intitulé « Au Pays de la vie heureuse – Restaurant pour enfants. Le Maxime Gorki » (Tupolev de la Pravda) dans MC, N° 22 de juin 1935. []
  4. Bertha Lask, A travers les âges. Voyage d’un enfant sur un cheval ailé, Les collections de Mon Camarade, E.S.I, 1933. Hors texte et couverture sont illustrés en trois couleurs par Nathan Altman. Cf. Rachel Mazuy, Mon Camarade – Circulations et transferts soviétiques dans un journal communiste pour enfants ?, à paraître (en russe) dans Dietskaïa Tchenia, 2019 []
  5. Editions Offenstadt -devenu SPE, avec notamment Les pieds nickelés []
  6. Avec, jusqu’au 30 novembre 1938, un prix spécial de souscription de 12 francs au lieu de 15, pour les lecteurs de MC. []
  7. La mairie de Trappes est devenue communiste  dès 1929. En 1930, le maire Jean Fourcassa  » fut suspendu un mois en 1930 pour avoir fait accrocher des drapeaux rouges sur la mairie et le clocher à l’occasion du 1er Mai. » et finalement révoqué et battu en 1931. En 1935, c’est Maurice Barraud un ex-communiste passé au PPF qui est élu. Mais l’année suivante, démissionnaire, il laisse la place à Jean Fourcassa qui sera de nouveau déchu, cette fois par Vichy, en 1940. Renseignements, notice biographique de Jean Fourcassa, Maitron en ligne []
  8. la série débute en 1937 également []
  9. Le journal communiste pour enfants de l’après guerre []
  10. Учпедгиз. Merci à Cécile Pichon-Bonin qui a trouvé cette édition, confirmant ainsi nos hypothèses []
  11. Chiffre de tirage déclaré au dépôt légal – archives détruites en 2016 par les AN. Renseignements Marie-Cécile Bouju que nous remercions []
  12.  Jean-Christophe de Romain Rolland, présenté aux enfants par Mme Hélier-Malaurie, livre de lecture, certificat d’études, classes de 6e, illustrations de Ray-Lambert, Paris, Albin Michel, 1932. Édition cautionnée par l’écrivain []
  13. Il s’agit cette fois de la traduction éditée par les Éditions pédagogiques d’Etat []
  14. Dans un volume d’Oeuvres choisies publié par I. Anissomova []
  15. ф. 1325 оп. 3 ед. хр. 20 []
  16. C’est du moins ce qui transparaît de l’étude de films soviétiques concernant la France. Natacha Laurent, Le cinéma stalinien. Questions d’histoire, Presses universitaires du Mirail, 2003 []
  17. Après une lecture rapide… []
  18. On pense à La Marseillaise le film de Jean Renoir sorti le 10 février 1938 que Rolland avait sans aucun doute vu []

Correspondance entre Lili Brik et Francis Crémieux – circulations épistolaires et voyages (1955-1973)

Koutouzovsky Prospekt, Moscou, Années 60.  Photographie publiée sur le site englishrussia.com

Partir dans la correspondance échangée par deux personnes publiques1 c’est essayer de percer à jour le degré d’intimité qui les unit, le type de relations qui les lie, au delà des frontières nationales, par le biais d’affinités personnelles, intellectuelles ou politiques.

Dans le cas de l’URSS, cette amitié épistolaire est évidemment liée à un système politique où les acteurs jouent aussi un rôle officiel dans le cadre d’une diplomatie culturelle instrumentalisée. Il est donc toujours compliqué d’appréhender les relations qui se tissent entre les voyageurs français et leurs hôtes soviétiques. L’encadrement des intellectuels fait en effet l’objet d’un soin particulier, qui nous font douter du caractère spontané des relations intimes créées par les séjours soviétiques de courte durée. Dans son article sur les relations entre l’écrivain Jean-Richard Bloch est ses correspondants, Ludmila Stern s’interroge ainsi sur « l’authenticité » des relations amicales entretenues entre l’écrivain français et ses médiateurs soviétiques2

Les relations épistolaires et « amicales » entretenues entre Lili Brik et l’intellectuel communiste français Francis Crémieux ne sont bien sûr pas tout à fait du même ordre. Les contextes des années 50 et 60 ne peuvent se comparer avec ceux des années vingt et trente. Par ailleurs, Crémieux est un jeune intellectuel organique qui fait de fréquents séjours en URSS au cours de cette période, et non pas un intellectuel sympathisant comme Bloch avant 19393. Comme en témoigne la correspondance entre Lili Brik et Francis Crémieux, il est cependant clair que, sur la durée, des intellectuels communistes français comme Francis Crémieux ont pu entretenir des liens particuliers avec des intellectuels soviétiques francophones et également francophiles.

Benjamin Crémieux en 1943 (Wikipedia)

Passionné d’art, de musique, de littérature, Crémieux a développé un habitus qui est proche de celui de Lili Brik. C’est un intellectuel communiste issu d’une élite cultivée. En effet, « Son père, Benjamin Crémieux, est diplomate, critique littéraire reconnu et premier traducteur de Pirandello en français. Sa mère, Marie-Anne Comnène, originaire de Cargèse, en Corse, descend de la famille royale grecque et est l’auteure de romans publiés chez Gallimard.4.

Il est, quand la correspondance débute, marié depuis 1944 à Janine Quiquandon5 dont il a eu trois filles.

47 et 47 bis rue de la Santé à Paris (photographie RM). 

Au milieu des années cinquante, Francis Crémieux habite au 39 boulevard de Port-Royal à Paris, là où, avant 1917, habitent les Goldenberg, Sophie et Jacob, avec leur fils Léon, le futur Léon Hamon. Plus tard, en 1960,  la famille Crémieux déménage à quelques centaines de mètres, dans l’hôtel particulier du 47 bis rue de la Santé6. Il sont donc toujours dans ce 13e arrondissement qui touche le 5e et le 14e. Les Hamon s’installent eux rue de la Glacière tout près du 39 boulevard de Port-Royal. Un temps, dans les années trente, Jean-Richard Bloch louera un appartement square de Port-Royal où se trouvent également Charles-André Julien ou Grette Stroffel. On peut aussi citer Charles Vildrac qui a habité rue Berthollet ou de Georges Friedmann qui réside aussi rue de la Santé tout comme le peintre Pierre Valade7 et bien d’autres encore.

Vue sur la Koutouzovsky Prospekt (à gauche l’hôtel Ukraine), Moscou, début des années 60.  Photgraphie publiée sur le site englishrussia.com

Le 27 juillet 19588, Lili reçoit les clés de son nouvel appartement sur la « Koutou »9 dans le nouveau quartier « post-stalinien » (le projet est initié sous Staline) de l’élite intellectuelle et politique moscovite (le quartier va héberger la famille de Brejnev), qui borde en partie la Moskova.

Vladimira Ierovinovna Ouboriévitch10, Lili Brik et Vassili Katanian en 1961 à Moscou. Photographie sur le site ruslibs.com

Trente ans plus tard, j’ai vécu trois années à Moscou, dans ce qui était encore un quartier très résidentiel, non loin du centre, dans l’un de ses « dipkorpous » (ensemble de bâtiments diplomatiques) gardés par des miliciens. J’avoue que je n’ai jamais réalisé qu’en face se trouvait celui de Lili Brik et Vassili Katanian. Leur immeuble était situé tout à côté de celui où j’allais acheter des produits pour bébé dans un magasin spécialisé encore très soviétique d’allure (il est aujourd’hui occidentalisé, beaucoup plus petit et côtoie un supermarché, une pharmacie et une banque). A quelques dizaines de mètres se trouvait la Moskova. Dans des lettres à Elsa, Lili se plaint d’ailleurs un temps du bruit fait par les bateaux et les activités sur le fleuve durant l’été. Mais sa chambre donne sur la cour et elle apprécie cet environnement. De fait, elle se croit presque à Nijni-Novgorod, tant le cours d’eau est tout près, les fenêtres du salon donnant directement dessus11.

Le coin chambre et cabinet de travailde l’appartement de Lili Brik. Le tapis au mur a été offert par Maïakovsky. Photographie publiée sur ruslibs.com

Le cas de Lili Brik est aussi très particulier, à cause de son rôle auprès de Maïakovski et plus généralement de ses liens avec d’autres artistes de l’avant-garde soviétique. On le sait, elle est aussi la soeur d’Elsa Triolet et la belle-soeur de Louis Aragon. C’est d’ailleurs par le biais d’Aragon rencontré après la guerre à Ce Soir, que Francis Crémieux est mis en relation avec Lili Brik.

Voyage à Paris en 1973, avec une reproduction du photomontage pour le livre « Pro èto » de Vladimir Maïakovski de 1923, qui utilise un portrait de Lili Brik. Photographie sur le site ruslib.com 

Les lettres de Lili Brik à Francis Crémieux s’inscrivent donc en contre-point de la correspondance entre les deux soeurs éditées par Gallimard, même si elles couvrent une période plus courte allant de 1955 à 1973. Une période où l’on s’éloigne de la période stalinienne et de ses purges, même si on est toujours en Guerre froide. Les pages sombres des dernières années staliniennes où les procès contre le cosmopolitisme menacent Lili Brik qui est juive, sont refermées. Les premières lettres s’ouvrent sur la période du Dégel et des réhabilitations, même s’il n’en ait pas fait mention. Il est vrai qu’en plus de la surveillance du courrier qui a habitué Lili Brik a une immense prudence, Francis Crémieux n’est pas un communiste hétérodoxe. On ne trouvera donc pas de sous-entendus dans les lettres de Lili qui se focalisent sur des aspects matériels et strictement intellectuels.

Elles mettent dix à douze jours pour arriver. La plupart des lettres venant d’URSS sont manuscrites. Les quelques réponses de Francis Crémieux conservées aux archives nationales sont des doubles de missives qui ont été tapées à la machine. On peut trouver, d’autres lettres de Francis Crémieux dans l’ouvrage de la philologue Tamara Balachova, décédée récemment12, qui a édité une partie de la correspondance du fonds Lili Brik13.

Couverture de l’ouvrage de Tamara Balachova cité plus haut (sur le site ozon.ru)

Lili est déjà une femme âgée, comme en témoigne les demandes de médicaments contre la grippe qu’elle prend préventivement, ou le fait qu’elle sorte de moins en moins l’hiver. Elle emménage aussi dans l’immeuble de la Koutouzovsky prospect où elle restera jusqu’à la fin de sa vie, car il possède un ascenseur. Si elle ne fait pas le détail de ses problèmes de santé comme avec Elsa (où s’échangent conseils et traitements pour les jambes, le coeur…), on sait de plus en plus qu’elle vieillit et que la fatigue s’installe. En décembre 1958, elle ne sort pas parce qu’il fait moins 30°.  Elle ne sort presque plus, tout simplement parce que c’est l’hiver, en 1967.

Avec l’ascenseur, dans les mois qui suivent leur emménagement en 1958, les Brik-Katanian restent d’ailleurs beaucoup plus à Moscou. Alors que l’année précédente (1957), dès le mois de février elle résidait à Nikolina Gora14 dans la datcha qu’elle a obtenue de la Coopérative de construction de datchas de l’Union des écrivains au milieu des années cinquante.

Datcha à Nikolina Gora 

Cette datcha, est une petite maison entre rivière et forêt située à une quarantaine de kilomètres de Moscou. Quand Lili « l’acquière », elle a également les moyens d’utiliser une voiture avec chauffeur qui y conduit ses hôtes depuis Moscou. Mais, la perte des droits d’auteurs de Maïakovski (une décision de Nikita Khrouchtchev qui juge Lili trop privilégiée) fait qu’en dépit des revenus liés à ses traductions, ou du travail de scénariste de Katanian et des aides « d’Elsaragocha »15, celle-ci coûte bientôt cher16.

Les soeurs Brik dans des robes de Najejda Petrovna Lamanova en 192517

Les lettres de Lili, qui est née en 189118, nous permettent aussi de dresser un portrait de cette femme qui reste éminemment coquette et s’intéresse beaucoup à la mode occidentale. En 1959, elle demande ainsi un magazine féminin pour elle et un magazine masculin pour Katanian19.

Elles sont le plus souvent très courtes et laissent peu de place à des épanchements personnels et à des récits détaillés, comme celles envoyées à Elsa Triolet. Mais ce n’est pas seulement forcément lié à une relation beaucoup moins intime que celle entre les deux soeurs, comme en témoigne les millions de baisers adressés20, et de nombreux témoignages d’amour et d’amitié de part et d’autre. C’est certainement aussi du au fait qu’elle écrit en russe à sa soeur, et en français à Francis Crémieux.21.

Poupées en bois de Tver @ Musée de Tver

Les réponses de Francis Crémieux écrites dans sa langue natale sont en général beaucoup plus longues22, avec des détails familiaux portant surtout sur ses filles, et un peu, aussi, sur le travail de sa femme. Lili, il est vrai, fait des cadeaux « russes » très appréciés aux « petites » en particulier durant les premières années de la correspondance.23. « Le traineau et le troupeau de moutons, nous avons jugé plus sage de ne pas les confier à sa protection pour des raisons que vous devinez. Ils veillent sur son sommeil, au-dessus de son lit et semblent très satisfaits de leur sort ». In Tamara Balachova, op. cit., lettre du 4 novembre 1955, p. 558 )).

Lili les appelle d’ailleurs encore « les fillettes » dans une lettre datée du 26 janvier 1963, même si Anne a désormais 19 ans et mesure 1,75 m depuis ses 14 ans24

Quand ces premières lettres sont écrites, Crémieux dirige depuis 1954 le Département Est-Ouest de la société de disques Pathé-Marconi en France, ce qui l’amène à de fréquents déplacements à l’étranger, et notamment à se rendre en Russie. Il évoque ainsi un possible voyage en janvier 1959 pour accompagner le chef d’orchestre André Cluytens qui fera une tournée d’un mois en URSS, dans sa lettre du 2 novembre 195825.

BILAN 1955-Perspectives 1956 (débat) autour du micro : Jacques DUCLOS, Georges LAFFARGUE, François MITTERAND, Guy MOLLET, Paul REYNAUD, Maurice SCHUMANN, Présentation et réalisation Francis Crémieux, Pathé Marconi, sur le site de Gallica (extraits). 

S’il écrit pour la presse écrite, ce journaliste est devenu communiste dans la résistance, période pendant laquelle il rencontre Aragon et Elsa Triolet.

Francis CrémieuxLouis Aragon et Léon Moussinac devant la baraque n° 4 du camp de Saint-Sulpice la Pointe, après la Libération. Photo Germaine Chaumel. Sur le blog de Jacky Tronel (« Les fresques de Boris Taslitzky au camp de Saint-Sulpice la Pointe) ».

Journaliste, éditeur, c’est avant tout un homme de radio. Du fait de son engagement communiste, il sera licencié de la RDF (Radio-diffusion française où il avait commencé à travailler en 1945) en 194826, puis de Pathé-Marconi en 195927.

Détail de la page 12 du magazine Regards du 21 juin 1946, « Ce soir en France… La Voix de l’Amérique »

La suite de sa carrière est donc davantage liée aux organes communistes ou proches du Parti communiste français (maison de disques, journaux comme Ce Soir, L’Humanité et L’Humanité Dimanche notamment)28, même s’il va finalement réintégrer la RTF (qui deviendra l’ORTF) en juin 1962. Il en démissionne à nouveau en 198529.

On le voit d’ailleurs faire part d’un moindre enthousiasme à l’égard de son nouveau travail juste après son éviction de Pathé Marconi, même si son salaire n’a pas diminué30.  Dès l’été 1959, il lui fait part de son désir de retourner au journalisme, même s’il refuse de servir de « paravent » pour la radio gouvernementale ou les radios commerciales françaises.31.

Lithographies tirées de l’ouvrage Contrastes. 13 aquarelles, gouache, lavis, crayon de Fernand Léger édité par les Editions Vent d’Arles avec une préface de Louis Aragon en 1959

On suit donc le parcours professionnel et familial d’un intellectuel communiste, qui après son éviction de Pathé Marconi s’associe aussi de plus en plus au travail d’éditions d’art de sa femme. Francis Crémieux est en effet féru d’art et il participe à la direction de la maison « Au Vent d’Arles »32.

Voyage de Nikita Khrouchtchev à Paris en 1964. Photographie issue d’un document Ina. 

Toutes les allusions politiques de la correspondance émanent de Crémieux qui  décrit par exemple la situation des communistes français après le retour au pouvoir de de Gaulle en 195833, la réception de Khrouchtchev en France34 ou l’atmosphère au moment de la mort de Kennedy35. Mais l’essentiel de cette correspondance privilégie malgré tout les événements et les détails intellectuels ou matériels.

Boîte en fer de Viandox, années Soixante. 

La majorité du contenu des textes évoque ainsi les cadeaux échangés entre Moscou et Paris. Elle semble même « jalouse » des cadeaux qu’offre Tamara Vladimirovna Kachirina (Ivanova) et sa fille Tania36, la femme de l’écrivain Vsevolod Viatcheslavovitch Ivanov37. Mais on est loin en effet du temps où les conditions privilégiées de Lili Brik lui permettaient de suppléer les problèmes de pénurie et de rationnement de sa soeur en France38. Lili n’envoie plus des kilos de sucre ou d’autres denrées impérissables comme au sortir de la guerre. Elle demande à la place du Viandox, du Nescafé et d’autres produits occidentaux que même privilégiée, elle ne peut trouver en URSS. Elle fait en échange des colis de caviar, ou d’objets « typiquement russes » : petites cuillères, sous-verres en argent, châle et même une icône ! 

Boîte de caviar soviétique des années 60. 

Dans cette liste de produits, il ne manque que la vodka, peut-être plus compliquée à envoyer ou à faire passer par la douane que les boîtes en fer de béluga.

En lisant en parallèle le courrier échangé avec Elsa et celui échangé avec Crémieux, on voit aussi que ce dernier n’est pas toujours celui qui achète les cadeaux. Il convoie également, comme il se doit à l’époque quand on voyage vers l’Est, des kilos de choses achetées par Elsa à la demande de Lili. Et d’autres voyageurs français apportent de sa part des colis à Lili (Elsa évidemment, ou Mathilde Péri par exemple).

La plupart des demandes spécifiques lui sont directement adressées. Elles témoignent là encore de la coquetterie et de l’intérêt pour la mode de Lili, qui ne se sont pas éteints avec l’âge (les bas de soie, les chaussures à petit talons, les couleurs d’un tricot qui ne sera pas envoyé car Crémieux estimant qu’il doit déjà faire trop beau à Moscou)39. Est-ce pour cela que la première lettre du fonds Crémieux est adressée à Janine, la femme de Francis, plutôt qu’à lui ? Comme cette dernière vient beaucoup moins en URSS que son mari, Lili n’hésite plus par la suite à faire directement ses demandes à Crémieux40.

Malgré tout les lettres ne parlent pas que de trocs de denrées capitalistes comestibles ou vestimentaires contre du béluga soviétique.
Elles témoignent aussi de l’intellectualité des échanges sur place. Elles mettent aussi en valeur, le rôle de passeur culturel joué par les deux intellectuels. C’est lui qui lui transmet une carte postale de Marc Chagall qu’il a vu avec sa femme qui prépare son prochain livre le 28 janvier 1958 et avec qui ils ont beaucoup parlé de la Russie41. C’est bien sûr Crémieux qui lui fait apporter Contrastes, le superbe port-folio de Léger et Aragon tiré à 300 exemplaires numérotés42. Il a été édité par Jeanine, il est vrai43.  C’est évidemment à Lili que Crémieux s’adresse pour tenter d’obtenir des recommandations pour une amie danseuse auprès de Maïa Plissetskaïa44

Affiche de Viva Maria, de Louis Malle, 1965

Et, sans doute en profitant de son emploi chez Pathé-Marconi, c’est lui qui fournit des disques de jazz à Lili, et surtout à Vassia, son mari. A côté du caractère anecdotique de ses circulations se dessine aussi tout un mode de vie de l’intelligentsia soviétique. Un mode de vie où la découverte de la poésie de Cros, va de pair avec celle de la musique du film Viva Maria de Louis Malle (on ne sait pas si Crémieux ou Elsa lui en ont parlé, à moins que cela ne soit Georges Sadoul)45. L’intérêt pour le cinéma de Lili est aussi intensifié par le fait que le fils de Katanian, Vassili Vassilievitch est réalisateur46

On voit également les Brik-Katanian évoluer entre leur appartement dans le nouveau quartier de la Koutouzovski Prospekt et leur datcha (Lili donne l’adresse à Francis Crémieux quelques mois après son emménagement)47. Lili évoque aussi la datcha de Nikolina Gora (après 1965, elle écrira de celle de Peredelkino). Elle y invite Francis Crémieux, ou Georges Sadoul ou les deux ensemble. Si la durée de résidence entre la ville et « la campagne » varie, l’été est bien sûr le moment privilégié pour des séjours à la campagne où, on le sait, la datcha peut être envahie48.

A travers les lettres de Lili on imagine ainsi, le petit-déjeuner sur la véranda, la sieste dans un hamac, les bouquets de fleurs sauvages, le thé issu du samovar posé sur une nappe en dentelle au bord de la fenêtre dans la petite véranda. Avec les réponses de Francis Crémieux s’ajoutent d’autres détails : des framboises toutes mouillées apportées par une fillette, une promenade pour aller saluer une petit bois de bouleaux argentés, et un don de poissons plus extraordinaires les uns que les autres (( Tamara Balachova, op. cit., Lettre du samedi 25 juillet 1959, p. 566-567 )). Il manque finalement peu de choses dans ce diorama : les confitures et les compotes, les légumes du potager, ou la cueillette des champignons -pour laquelle il est encore sans doute trop tôt49.

Datcha de Sergueï Kapitsa Nicolina Gora50

Cette maison Francis Crémieux semble en effet beaucoup l’apprécier puisqu’elle lui fait penser et mieux comprendre Tchékhov (Anton Pavlovič Čechov). Il écrit ainsi que la datcha lui a permis de « comprendre les écrivains russes de l’intérieur »51.

Lili Brik et Vassili Katanian au Moulin de Villeneuve en 1963. Photographie publiée sur le site rublibs.com)

Lili n’est cependant pas coincée de l’autre côté du rideau de fer, en attendant avec impatience des visiteurs de France. On le sait, elle séjourne à l’Ouest plusieurs fois pendant cette période. Son premier voyage d’après-guerre date de 1955, au moment où Air France ouvre sa ligne Paris Moscou. Durant l’hiver 1957 on la voit sur des photos à Paris avec Elsa Triolet, Louis Aragon et leurs amis Nadia et Fernand Léger. Elle y revient en 1959 pour l’inauguration du musée Léger à Biot (cette fois sont également là les Sadoul – Rutha et Georges)52. Elle s’y rend à nouveau en 1961 et en 1963, séjournant au Moulin de Villeneuve (Saint-Arnoult-en-Yvelines) et à Paris. Elle y reviendra en 1973 et 1975, après la mort d’Elsa Triolet (1970). Elle voyage également dans les pays de l’Est, en Tchécoslovaquie, en Pologne (où elle retrouve Elsa Triolet et Aragon), ou en Arménie aussi53.

Marc Chagall, Nadia Léger et Lili Brik à l’inauguration du Musée Fernand Léger à Biot en 1959.

Elle suit donc attentivement non seulement la mode, mais également l’actualité artistique en France et en Occident, en particulier celle qui de près ou de loin, concerne l’avant-garde soviétique. Ainsi, l’exposition rétrospective de Mikhaïl Larionov et Natalia Gontcharova présentée au MAMVP  (Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris) du 25 septembre au 27 novembre 1963 suscite son intérêt54

Appartement de Lili Brik, Koutouzovsky prospekt. Photographie ruslibs.com

Enfin, les lettres mettent aussi en évidence l’importance des deux soeurs dans la postérité du poète Maïakovski, tant en France qu’en Union soviétique. Lili s’inquiète bien sûr de la réaction des Crémieux à l’adaptation de La Punaise (1959)55 ou, message encore plus personnel, elle lui demande de retrouver quelques lignes de Maïakovski dans les papiers de son père, Benjamin Crémieux. En 1963, elle refuse de croire que Picasso n’ait pu faire quelque chose en hommage à Maïakovski pour le 70e anniversaire de sa naissance. Francis Crémieux la rassure, en lui expliquant que Picasso est surchargé de travail, tout en la remerciant pour les timbres de Maïakovski collés sur les enveloppes du courrier qui impressionnent sa fille Nathalie56.

Couverture de la pochette du CD mp3 édité par l’Ina de la collection d’entretiens entre Louis Aragon et Francis Crémieux enregistré à Radio France en 1963 et 1964. @Ina

Si la correspondance est irrégulière, progressivement, elle semble s’éteindre après la mort d’Elsa Triolet. Crémieux voyage sans doute moins en URSS et ses activités à France Culture (l’émission Monde contemporain) sont sans doute moins tournées vers « la patrie du socialisme ».  Il n’y a aucune missive entre 1969 et 1973. Comment a-t-il vécu la disgrâce subie par Lili depuis la publication des lettres à Maïakovski dans les volumes de la collection L’Héritage littéraire ?57 .

Dans la toute dernière lettre de Lili, datée de 1973, le rôle pris par Francis Crémieux auprès d’Aragon se fait sentir. Lili s’inquiète en effet auprès de lui de la santé d’Aragon, comme si Francis Crémieux était devenu un intermédiaire entre elle et son « beau-frère », à qui elle ne téléphone plus, car ils sont devenus sourds tous les deux.

NB. : Nous attendons l’autorisation des ayant-droits et des AN pour publier la transcription de ces lettres. AN, Fonds Francis Crémieux, 25AR/13. Lili Brick. 
Nous avons corrigé les fautes de français contenues dans l’ouvrage de Tamara Balachova. Il faudrait cependant vérifier l’orthographe des noms propres. 

  1. Ce travail est fondé sur l’analyse de 24 lettres, mots et cartes postales envoyées d’URSS à Francis Crémieux et déposées aux Archives nationales (AN, 25AR 13. Lili Brik), ainsi qu’à une partie de celles envoyées par Francis Crémieux en URSS, qui se trouvent dans le fonds Lili Brik des Archives littéraires d’Etat de Russie (RGALI) (( RGALI, Fonds 2577 (Fonds Lili Iourevna Brik – 1891-1978), Inventaire 1, dossier 296, 32 pièces, 61 feuillets. Lettres écrite entre le 4 novembre 1955 et le 18 avril 1973. http://rgali.ru/object/18832672#!page:1/o:18832672/p:1/o:18832672_D_131473210/p:1/o:18832688/p:1 et RGALI, Fonds 2577, Inventaire 1, dossier 1019. Il s’agit de la lettre écrite à Vassili Katanian après le suicide de Lili Brik (le fonds contient aussi des lettres d’Antoine Vitez, de Jean Cathala, L. Giono, P. Sadoul, Vasso Devetsi, Renatto Goutouzo… écrites entre août et septembre 1978). Les lettres des fonds soviétiques que nous avons utilisées ont été publiées dans Tamara Balachova, Dialogue d’écrivains. Page d’histoire des relations culturelles franco-soviétiques. 1920-1970, Moscou, UMLI RAN, 2002, p. 557-614. Certaines des missives écrites par Lili le sont depuis « la campagne » quand Francis Crémieux est en URSS. AN, 25 AR 13, Lettre du 20 juin 1957. Il s’agit alors de lui proposer de venir la voir. []
  2. Cf. Ludmila Stern, « Prisonnier d’amitié » Jean-Richard Bloch et ses correspondants soviétiques », Cahiers Jean-Richard Bloch, N°14, 2008 []
  3. Bloch ré-adhère au PCF en juillet 1939. Romain Rolland, Journal de Vézelay, éditions Bartillat, p. 231-232 []
  4. https://www.humanite.fr/medias/francis-cremieux-une-voix-rouge-la-radio-502911 []
  5. Née en 1920, résistante sous le nom de Jacqueline Riffaud, son évasion en 1943 de la prison de Montluc est organisée par Aragon. Elle devient éditrice en 1952 []
  6. « Nous vous attendons avec impatience. Mai, c’est encore loin, pourquoi pas avril ? Vous nous trouverez dans notre nouvelle maison, un hôtel de boyard tsariste, qui donne sur la cour de la prison de la Santé. c’est assez gai!… Mais je suis certain que la prison sera très prochainement détruite (on la construira ailleurs). Alors le quartier deviendra plus agréable. » in Tamara Balachova, op. cit., lettre du 7 mars 1960, p. 571 []
  7. Ses adresses sont pour la plupart issues du carnet d’adresses de Jean-Richard Bloch datant des années de guerre. BNF, NAF 28222 (94). En ce qui concerne les Goldenberg, on peut voir (notamment) : le fonds Léo Hamon des archives du Centre d’histoire de Sciences po []
  8. Jean-Noël Liaut, Elsa Triolet et Lili Brik: Les soeurs insoumises, Robert Laffont, 2015, p. 287. []
  9. Nom familièrement donné à l’immense avenue à plusieurs voies du nom du maréchal Koutouzovksy []
  10. Née en 1924, fille d’un architecte mort pendant les purges staliniennes, elle put revenir à Moscou après sa réhabilitation en 1957. On lui doit « 14 писем Елене Сергеевне Булгаковой » (« 14 lettres d’ELena Boulgakova), publié à Moscou en 2009 []
  11. Lili Brik, Elsa triolet, Correspondances, 1920-1970, Gallimard, 2000, p. 684, « les berges blanches de la Moskova » []
  12. https://philologist.livejournal.com/10462654.html    []
  13. Tamara Balachova, a transcrit 5 Lettres de 1955 à 1963 []
  14. Les datchas de Nikolina Gora ont été d’abord construites entre 1922 et 1925 pour les membres de l’Académie des Sciences et des Beaux-Arts. Les premières accueillent des scientifiques comme Sergueï Kapitsa, des musiciens comme Prokofiev, ou des écrivains comme Sergueï Mikhalkov, célèbre notamment pour avoir écrit les paroles de l’hymne soviétique de 1944. C’est le père du cinéaste Nikita Mikhalkov. []
  15. Jean-Pierre Liaut, op. cit., p. 269 et 287. Lili Brik et Vassili Katanian sont même obligés de revendre des objets d’art leur appartenant. Il est vrai également que leur nouveau domicile est beaucoup plus petit et ne peut accueillir tout leur mobilier. Lili Brik, Elsa Triolet, op. cit., p. 738.  []
  16. C’est d’ailleurs un privilège que les « Soviétiques ordinaires » ne pourront acquérir avant les années soixante. Cependant, les datchas n’étaient pas gratuites. Dans une lettre à Elsa du 13 septembre 1959, Lili explique qu’ils ont renoncé à s’y rendre pendant l’hiver du fait du coût  (chauffage et gardien). Lili Brik, Elsa Triolet, op. cit., p. 738. []
  17. La couturière et costumière (1861-1941) resta en Russie après la Révolution et « fonda » la mode soviétique. Sa collection de vêtements gagne le grand prix à l’exposition des arts décoratifs et industriels modernes de Paris []
  18. La « première » lettre de Lili déposée aux AN date le 2 juillet 1957, même si leurs relations sont antérieures puisque la « première lettre »  de Francis Crémieux déposée au RGALI date du 4 novembre 1955. Tamara Balachova, op. cit., p. 558. []
  19. Les magazines lui sont apportés par Elsa Triolet avec des disques de jazz et des paquets de soupes déshydratées. Tamara Balachova, op. cit., Lettre du jeudi soir, 23 avril 1959, p. 565 []
  20.  Ecrivez moi encore ! Je voudrai[s] tellement vous voir. J’ai tant de choses à vous raconter… Nous vous embrassons, Jeanine et vous. Embrassez de notre part les fillettes. Et encore mille baisers. AN, op. cit., Lettre du 2 avril 1959 ou Je vous embrasse et Janine aussi (surtout Vassia). Nous vous aimons !, in Tamara Balachova, op. cit., 2 » avril 1959, p. 565 []
  21. Elle rédige en faisant quelques fautes (comme les « si » des premières lettres, écrits « ci « ), qui semble la gêner fortement. Archives nationales, Fonds Francis Crémieux, 25 AR 13, Lettre du 26 janvier 1963 []
  22. Nous ne disposons cependant au total que de dix lettres de Crémieux qui s’étalent du 4 novembre 1955 au 27 novembre 1963 []
  23. « La petite Nathalie mène grand train avec ses poupées de bois qu’elle transforme en instruments à percussion » (( Il s’agit soit des matriochkas, soit des poupées folkloriques en bois []
  24. Tamara Balachova, op. cit., p. 562, Lettre de Francis Crémieux du 2 novembre 1958 []
  25. Tamara Balachova, op. cit., p. 562 []
  26.  lemonde.fr/archives/article/1981/10/30/m-francis-cremieux-demande-sa-reintegration_2711375_1819218.html?  []
  27. « Comme vous laissait prévoir ma dernière lettre, j’ai été brutalement chassé de Pathé-Marconi quelques jours après mon ami et patron Pierre Bourgeois qui dirigeait la maison depuis 10 ans. Nous dirons en un mot qu’il s’agit là d’une opération politique qui n’ose pas dire son nom. » In Tamara Balachova, op. cit., Lettre de Francis Crémieux du 31 mars 1959, p. 564. Il répond à une lettre de Lili qui s’en inquiétait, AN, 25 AR/13 []
  28. De mai 1959 à août 1962, Francis Crémieux est ainsi directeur artistique de la Compagnie générale du Disque Populaire, sise 1, rue Guynemer, à Vincennes (Val-de-Marne), il est également parolier sous le pseudonyme de « Jean Lascar », Notice de Francis Crémieux, Archives Nationales []
  29. Notice Archives Nationales, Francis Crémieux []
  30. Tamara Balachova, op. cit., lettre du Jeudi, soir 23 avril 1959, p. 565 []
  31. « Je suis persuadé que si je demanderais à collaborer à Radio France, M. Malraux et ses amis accepteront. C’est précisément cette acceptation qui m’est suspecte« . Tamara Balachova, op. cit., Lettre du samedi 25 juillet 1959 []
  32. « Janine a bien voulu accepter mon aide dans sa maison d’éditions qui marche aussi bien. Dites à Louis (Aragon) de ne pas tarder à nous envoyer sa préface, nous n’attendons qu’elle pour publier l’album Léger« , in Tamara Balachova, op. cit., Lettre du Jeudi, soir 23 avril 1959, p. 565. Dans sa correspondance, Francis Crémieux utilise fréquemment le papier à lettres des éditions pour la gestion de l’entreprise (lettres pour des commandes, demande de crédits bancaires, réponses concernant les dédicaces des auteurs… AN, Fonds Francis Crémieux. 25  AR/11, Correspondance reçue ou envoyée, Dossier des années 1963 et 1964. []
  33. « Nous sommes passés très près du précipice mais c’était le 13 mai 1958« . Tamara Balachova, Lettre du samedi 25 juillet 1958, p. 567 []
  34. « Je pensais vous faire la surprise d’arriver à Moscou où je devais faire une interview de monsieur K. » (…) « Tout le monde ici attend Khrouchtchev. Il y a une habile campagne des réactionnaires contre lui. S’il était venu un mois plus tôt cela aurait été triomphal, parce que l’opinion publique était très optimiste et croyait que de Gaulle allait faire la paix en Algérie. » in Tamara Balachova, op. cit., lettre du 7 mars 1960, p. 571 []
  35. « Heureusement je crois que la provocation anticommuniste qui a coûté la vie à Kennedy est complètement ratée. » Tamara Balachova, op. cit., Lettre du 27 novembre 1963, p. 574 []
  36. Tamara V. Kachirina (1900-1995) était actrice, traductrice et auteure []
  37. 1895-1963). Marié à Tamara Kachirina, une ancienne maîtresse de Babel, il en avait adopté le fils Mikhaïl. Il a participé au livre noir, le recueil de textes et de témoignages réunis par Ilya Ehrenbourg et Vassili Grossman avec 39 autres écrivains. AN, 25 AR 13, Lettre du 4 août 1959, « Mais moi, je vous ai écrit, que je ne vous envois [sic] rien, parce que les Ivanov m’ont suppliés de leur céder l’occasion… Mais cette fois mes cadeaux seront plus beaux que les leurs, parce que je suis très jalouse… » []
  38. Lili Brik, Elsa Triolet, op. cit., p. 265 et 267. Lettres des 19 et 23 septembre 1948, par exemple, faisant état de l’envoi de colis alimentaires (sucre, conserves, chocolat)… []
  39. Tamara Balachova, op. cit., Lettre du jeudi, soir 23 avril 1959, p. 565 []
  40. La plupart des textes de la correspondance s’adresse à Francis Crémieux seuls, même si les toutes premières lettres ou cartes sont adressées à lui et sa femme qui est venue en URSS en 1957 []
  41. Tamara Balachova, op. cit., Lettre de Saint-Paul (de Vence), le 29 janvier 1958, p. 561 []
  42. Il s’agit d’un portfolio sur papier à la cuve du Moulin Richard de Bas comprenant une suite de 13 estampes réalisées par Daniel Jacomet d’après des oeuvres sur papier de Léger et édité à 300 exemplaires numérotés. AN 25 AR 13, Lettres du 6 et 14 août 1959. On peut penser que c’est par le biais des Sadoul que le volume est transmis à Lili []
  43. Les Brik-Katanian vont exposer les lithographies encadrées dans leur appartement. AN 25 AR 13, Lettre du 6 août 1959 []
  44. AN, 25 AR 13, Lettre de Lili de Peredelkino du 12 mai 1965. Lili Brik lui répond d’ailleurs que « Maya » ne peut rien faire et qu’il faut s’adresser à leur ambassade en France et au ministère de la culture soviétique. Les deux femmes se sont rencontrées en 1955, lors d’une soirée organisée chez elle par Lili où elle rencontra son futur mari Riodom Chtchedrine []
  45. Nous ne connaissons pas la date de sortie en URSS du film qui sort en France en novembre 1965. Sadoul fait lui aussi partie avec sa femme Rutha des hôtes privilégiés de Lili, Cf. par exemple les mots du 4 et du 14 août 1959 évoquant leur présence ou leur venue chez Lili. C’est la période du Festival international du film de Moscou qui eut lieu du 3 au 17 août 1963. AN, 25 AR 13 []
  46. AN, 25 AR 13, Mot du 14 août 1958, « Vassili Katanian qui fait un film sur le Festival cinématographique est le fils de mon Vassia. C’est un très gentil garçon, très gai, très optimiste, joli, et avec du talent. (…)  » []
  47. Elle reçoit les clés le 26 juillet, 3 jours avant l’inauguration du monument érigé à la mémoire de Maiakovski sur la place du même nom. Jean-Noël Liaut, Elsa Triolet, Lili Brik. Les soeurs insoumises, Robert Laffont, 2015,  p. 288 []
  48. Lettre à Elsa où elle explique avoir mis un drapeau pour expliquer aux amis de ne pas venir les déranger du 27 juillet 1959. Lili Brik, Elsa Triolet, op. cit., p. 729 []
  49. On la trouve mentionnée dans une lettre en russe de Vladimir Pozner datant du 12 août 1956, in Tamara Balachova, op. cit., p. 576 []
  50. Nous n’avons pas trouvé de photographies de la datcha des Brik-Katanian []
  51. Tamara Balachova, op. cit., []
  52. Il s’agit du musée privé. Le Musée national Fernand Léger sera inauguré dix ans plus tard en présence d’André Malraux et de Nadia Léger []
  53. Pour tous ces voyages, cf. Lili Brik, Elsa Triolet, op. cit. []
  54. Elle demande le catalogue dans la lettre du 28 octobre 1963. Sur l’exposition :  http://parismuseescollections.paris.fr/fr/musee-d-art-moderne/archives/archives-de-l-exposition-gontcharova-larionov-presentee-au-mamvp-du-27#infos-principales []
  55. On retrouve cet intérêt dans sa correspondance avec Claude Frioux qui évoque rapidement l’échec commercial de la pièce montée par Barsacq, in Tamara Balachova, op. cit., 6 mai 1959, p. 583 []
  56. AN, 25 AR 13, Lettre du 28 octobre 1963 et Tamara Balachova, op. cit., Lettre du 27 novembre 1963, p. 574 []
  57.  En 1958, la publication du 65e volume de l’Héritage littéraire publiant une partie de la correspondance de Maïakovski fait déjà scandale. Le 66e volume est censuré. En 1968, une campagne de presse accable Lili Brik, notamment dans Ogoniok (N° 16). On l’accuse d’être responsable du suicide du poète. Elsa Triolet va défendre sa soeur dans un article de L’Humanité qui ser ainterdit de diffusion en URSS []

Adjaristan, Intourist, Années 30. Quelques commentaires sur une brochure destinée aux voyageurs français.

Connaissez-vous l’Adjaristan (Adjarie), cette région musulmane au sud-ouest de la Géorgie ? 
Elle a longtemps été ottomane jusqu’à sa conquête par le pouvoir russe en 1878. Après l’annexion, une partie de la population musulmane rejoint la partie turque de l’empire, tandis que se développe des organisations terroristes de résistance. Mais la majorité de la population va collaborer avec le pouvoir tsariste.

Couverture de la brochure Ajaristan, Intourist, 193? @MSH Dijon

Le territoire se développe alors autour du port de Batoum (Batoumi), qui s’industrialise à partir des années 1880. En effet, le Congrès de Berlin de 1878 en a fait un port-franc et un pipeline va faire passer le pétrole de Bakou par là. La ville est bientôt aussi reliée par chemin de fer à Tbilissi et Bakou. Au début du XXe siècle, c’est l’un des ports industriels les plus importants au monde. La région est d’ailleurs touchée par des grèves et par la Révolution de 1905.

Comme dans tout le Caucase, la Grande Guerre et la Révolution bolchevique soumettent le territoire à des occupations successives : Batoum (Batoumi) est occupée par l’armée ottomane puis par l’armée allemande en 1918, ensuite par l’armée britannique dans le cadre du Blocus allié. Les Britanniques cèdent le territoire au gouvernement de la République démocratique de Géorgie en 1920.

Après une brève période turque après la levée du blocus, la région est finalement prise par l’Armée rouge. En juillet 1921, elle devient une République soviétique autonome sous le nom de République socialiste soviétique autonome d’Adjarie, rattachée à la République socialiste soviétique de Géorgie, majoritairement chrétienne1. La République des Soviets réinvestit en effet l’ancien espace impérial en créant des Républiques censées être égales entre elles2. C’est ainsi la seule entité territoriale de l’Union Soviétique fondée sur une base religieuse et non ethnique.

En 1929, des villages musulmans se soulèvent contre la collectivisation et des milliers d’Adjaris sont déportés3.

Verso de couverture.

« Adjaristan » brochure Intourist des années trente numérisée sur le site Pandor de la MSH de Dijon 

Ce n’est évidemment pas tout à fait le regard que porte cette brochure Intourist éditée en français à Moscou dans la 7ème imprimerie du « Vnechtorgisdat »4, durant le second plan quinquennal5.

Carte touristique de Moscou, Intourist, années trente6

Déclinée également en anglais7, on ne connait ni ses rédacteurs ni le nom du ou des photographes qui illustrent ses pages. En dehors du dessin en couleurs de la couverture, une vingtaine de photographies en noir et blanc ponctue un texte qui se veut descriptif et informatif. Cette brochure fait aussi partie des ouvrages de propagande soviétique sur les régions périphériques, en particulier celle sur le Caucase. Elle a cela de spécifique qu’elle est destinée aux voyageurs ou a de futurs voyageurs étrangers. 

Elle était ainsi sans doute distribuée soit par les circuits traditionnels (agences de voyage…), soit par les organisations communistes (Les Amis de l’URSS en particulier publient de nombreux articles sur le Caucase dans leur magazine Russie d’Aujourd’hui et vendent, à partir de 1934, des voyages dans le Caucase), soit par l’agence Intourist parisienne, ou sur place, à Moscou ou Leningrad, dans les kiosques Intourist mis en place dans les hôtels pour étrangers.

Georges Simenon, Gens d’en face, Les Annales. Le roman est publié en feuilleton dans l’hebdomadaire « Les Annales », n° 2’459-2’465 du 1er septembre au 13 octobre 1933 (soit 7 livraisons).

Georges Simenon, Gens d’en face, Fayard, 1933 (édition populaire). Image @http://www.association-jacques-riviere-alain-fournier.com/

Était-elle déjà publiée lors du voyage en URSS autour de la mer Noire de Georges Simenon au printemps 1933 ? A son retour, le romancier fait de Batoumi l’un des lieux de son roman, Les Gens d’en face, publié d’abord en feuilleton dès l’automne suivant8.

Initialement dans le fonds de la Bibliothèque marxiste de Paris, l’exemplaire numérisé sur le site Pandor (de la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon) ne porte cependant pas de trace de l’organisme ou de la personne qui a pu en faire don, même si on peut supposer qu’elle provienne d’un fonds d’un militant ou d’une organisation communistes.

Affiche Intourist des années trente.

La couverture en couleurs reprend l’iconographie des affiches Intourist de l’époque, vantant les beautés des paysages du Caucase et le climat ensoleillé de la Géorgie9
Affiches, brochures et cartes postales Intourist des années trente sur le Caucase

Adjaristan, op. cit., p. 15
@MSH Dijon

Cette représentation semble donc plus plus touristique qu’idéologique a priori. Elle utilise d’ailleurs des stéréotypes exotiques ( « Le pays de la fertilité », « Un jardin fleuri baigné par la Mer Noire » qui s’étend « loin dans les montagnes ») et un « discours géographique » (sommets, climat, étendu du territoire, ressources, données économiques et sociales…), fondé sur une conception topographique de l’espace, qu’on trouve également dans les guides occidentaux de cette époque10 .

Adjaristan, op. cit., p. 21
@MSH Dijon

Mais à ce « discours classique » sur ces confins se mêle un récit de propagande qui vise à témoigner de l’essor économique sans précédent de la région, alors même que le développement industriel est antérieur.

Adjaristan, p. 17
@MSH dijon

Outre la promotion des anciennes stations balnéaires et de l’industrie pétrolière, le régime veut montrer qu’il a mis en place le développement industriel de la région (exploration de nouvelles matières premières) dans une vision du progrès économique peu soucieuse d’environnement. Il s’agit bien là de mettre en valeur un espace politique nouveau, dégagé de son passé russe et impérial, mais qui promeut avant tout une « modernité socialiste », en oubliant les particularismes culturels et religieux locaux.

Adjaristan, op.cit., p. 25
@MSH dijon

Ce récit oppose cependant, de façon classique à l’époque, l’oppression coloniale tsariste à l’égard de la « minorité adjare » avec l’émancipation des peuples que le régime communiste aurait rendue possible (fonctions de direction, promotion de la langue, scolarisation des populations nationales) : « Ce pays opprimé auparavant est devenu libre ».

L’autre thème classique de la propagande soviétique, concernant le Caucase et les régions périphériques, est bien entendu l’émancipation des femmes. Mais il est ici question d’égalité genrée, plus de que la fin des « préjugés religieux » pesant sur les femmes (voile…).11. ll n’y a en fait aucune référence explicite à l’Islam dans la brochure.

Seule photographie où l’on voit explicitement des habitants, cette photographie du bord de mer met bien en valeur la « femme adjarie moderne ». Adjaristan, op. cit., p. 13
@MSH Dijon

Mais ce regard émancipateur est cependant sous-tendu par une vision de « l’autre » qui oppose le progrès social proposé par le pouvoir soviétique à l’arriération de ces régions périphériques : « La femme adjure affranchie fréquente maintenant les réunions, les bibliothèques, participent aux cercles dramatiques et musicaux, aux groupes de self-activity12 artistique. Elle prend la parole à des assemblées. » (p. 14

).

Adjaristan, op. cit., p. 29
@MSH Dijon

En dehors de ces thèmes spécifiques aux régions périphériques de l’Asie centrale et du Caucase, s’ajoutent des thèmes de propagande communs à toutes les républiques soviétiques : le développement culturel (clubs de cinéma dans les villages, parce de la culture), le développement des industries (nouvelles usines installées ou en cours de construction), celui de l’agriculture (sovkhozes liés à la culture de la mandarine ou du thé) et l’urbanisation (nouveaux quartiers « noyés dans la verdure », nouvelle gare maritime, parc de la culture et de repos, « nouveau » boulevard, logements ouvriers…).

L’incontournable rue Lénine. Adjaristan, op. cit., p. 11
@MSH Dijon

Là aussi, pas plus que du côté industriel, l’héritage du passé tsariste n’est mentionné. Comme la plupart des sanatoriums de la ville dont l’architecture date de l’éoque impériale, le jardin botanique de Batoumi a ainsi été créé en 1880. Ni le texte ni les nombreuses photographies qui lui sont consacrées n’en font état.

Adjaristan, op. cit., p. 7
@MSH Dijon

La collection de photographies conjugue en effet les aspects touristiques (jardins exotiques et luxuriants, p. 21, palmiers p. 3, bois de bambous, p. 20, orangers, p. 31, bord de mer, p. 13, sanatoriums, p. 22,, magnifiques villas…) avec des photographies (parfois les mêmes) témoignant de l’empreinte du communisme dans le paysage (surtout urbain) : statue de Lénine (p. 7), la cité pétrolière avec ses nouveaux logements ouvriers (p. 18), le nouveau sanatorium du Conseil des syndicats de l’URSS (p. 23), une fabrique de thé et l’Institut du thé (p. 27 et 29), mais aussi des noms de lieux soviétisés (rue des Soviets, p. 10, la maison de repos des travailleurs de la T.S.F., ou celle du Commissariat à l’agriculture de l’URSS, p. 25 ). Elles chantent aussi la gloire de héros soviétiques (quai du lieutenant Schmidt).

Adjaristan, op. cit., p. 9
@MSH Dijon

La population est pourtant très peu présente. Pas d’ouvriers devant les logements ouvriers, les sanatoriums ou les usines. Pas de paysans dans les images de sovkhoze13.

Peut-être est-ce aussi parce que, ce que l’on veut promouvoir repose avant tout sur un exotisme subtropical, plus que sur le développement industriel des grands chantiers du second plan quinquennal. En effet, c’est un « paradis socialiste ensoleillé », fait pour le repos et la détente, plus que l’URSS des grands combinats industriels de l’Oural, qui est ici montré14.

  1. C’est le Traité de Kars signé entre les Soviets et la Turquie, qui en fait une république autonome dotée d’une « vaste autonomie administrative locale garantissant à chaque communauté ses droits culturels et religieux ». []
  2. Cœuré Sophie, « La Russie soviétique et l’Europe : frontières, propagandes, mythologies du xxe siècle », Hérodote, 2017/3 (N° 166-167), p. 37-50. DOI : 10.3917/her.166.0037. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2017-3-page-37.htm []
  3. Après l’effondrement de l’URSS et l’indépendance de la Géorgie, l’Adjarie n’a cependant pas connu de revendications séparatistes violentes, mais elle reste jusqu’en 2007 sous la coupe d’un potentat local (Aslan Abachidzé) et de son clan, qui captent toutes les richesses. Cf. Serrano Silvia, « Existe-t-il un Etat géorgien ? », Études, 2009/9 (Tome 411), p. 163-174. URL : https://www.cairn.info/revue-etudes-2009-9-page-163.htm []
  4. dépendantes du Ministère du Commerce extérieur, ces imprimeries travaillent pour Intourist. Dans les années trente, elles fournissent également des plans de Moscou et Léningrad, l’« Intourist’s Pocket Guide to the Soviet Union » ou des brochures sur « Les Théâtres de Moscou ». Comme la majorité des touristes étrangers sont anglophones (plus précisément américains), la plupart de ces publications sont d’abord en anglais. (p. 16) []
  5. Donc entre 1933 et 1938 []
  6. Cette carte en anglais de Moscou met en valeur les sites industriels, alors que celle en français, datée de 1932, se contente des édifices dits culturels. []
  7. On peut même supposer qu’il s’agit d’une traduction de l’anglais []
  8. Jean-Claude Riga et Léon Michaux, Simenon et les gens d’en face, Arte, RTC-Télé Liège et RTBF, 2003. Le roman est aussi adapté en 1993 par Jésus Garay pour la télévision.  []
  9. Avec l’essor du tourisme soviétique, ce discours sera repris de manière amplifiée à l’intérieur et à l’extérieur de l’URSS, à l’époque de Brejnev. Cf. Serrano Silvia, « Chapitre 2 : La Géorgie, un voisin distant », dans Les banlieues de l’Europe. Les politiques de voisinage de l’Union européenne. Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), « Nouveaux Débats », 2007, p. 75-100. URL : https://www.cairn.info/les-banlieues-de-l-europe-les-politiques-de-voisin–9782724610444-page-75.htm []
  10. Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir ?: Voyages en Russie soviétique (1919-1939), Odile Jacob, 2002, p. 82-89 []
  11. Sur le même sujet on peut par exemple citer un film tourné en Adjaristan et sorti en URSS en 1930, Molodost’ pobejdaet (La jeunesse l’emporte de Mikhaïl Guélovanni). Plus centré sur la religion, il joue lui sur l’opposition entre les générations,: Pozner Valérie, « Festival du film d’archives de Belye Stolby. 29 février-4 mars 2016 », Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 2016/1 (n° 78), p. 187-192. URL : https://www.cairn.info/revue-1895-2016-1-page-187.htm 
De la même façon, les lettres de voyage de Marguerite et Jean-Richard Bloch envoyées du Caucase durant l’été 1934, évoque spécifiquement cette thématique de l’émancipation religieuse conjuguée avec l’égalité entre hommes et femmes. Cf. Moscou-Caucase, Eté 34. Lettres et carnet d’URSS de Jean-Richard et Marguerite Bloch, à paraître aux éditions du CNRS. []
  12. Ce terme anglais est-il le signe d’une traduction d’une première édition en anglais de la brochure ? []
  13. Cela ne semble en rien anormal dans un guide ou une brochure de voyage de l’époque. []
  14. deux photographies seulement – sans ouvrier, sur l’industrie pétrolière []

Un texte autobiographique d’André Claudot pour le Maitron – avril 1974

En repérant les fonds d’archives concernant le peintre André Claudot sur lequel je travaille depuis quelques mois, j’avais identifié un dossier dans le fonds Jean Maitron. Il s’agit d’un texte autobiographique signée par l’artiste engagé en 1974 et accompagné d’une lettre a priori adressée à Jean Maitron.

Je ne sais pas encore exactement comment le contact a été établi entre Jean Maitron et André Claudot , mais la lettre écrite par Claudot  évoque le rôle de Michel Dixmier. Or, à la même époque, avec sa femme Elisabeth, il faisait paraître au Centre d’histoire du syndicalisme des éditions FrançoisMaspéro, »L’Assiette au beurre » : revue satirique illustrée. ».
La collection du Centre d’histoire du syndicalisme était dirigée par Jacques Droz et… Jean Maitron, alors maître-assistant à l’Université Paris 1.

Michel Et Elisabeth Dixmier, L’Assiette au beurre : revue satirique illustrée, 1974.

Michel et  Elisabeth Dixmier, L’Assiette au beurre : revue satirique illustrée, Collection du Centre d’histoire du syndicalisme François Maspéro, 1974 sur Gallica

Ce document est donc intéressant à plusieurs titres. Tout d’abord parce qu’il reprend par écrit les récits de vie faits par André Claudot dans les documentaires de Bernard Baissat, journaliste et documentariste qui a rencontré Claudot en 1967. Le premier, Ecoutez Claudot, tourné en 1977, est d’ailleurs un entretien entre Jean Maitron et André Claudot.

Récit de la rencontre et des liens entre Bernard Baissat et André Claudot sur le blog de Bernard Baissat. Leurs relations ont conduit au premier documentaire.

Par ailleurs, il montre aussi le « Maitron » en train de s’écrire, même si nous n’avons pas les brouillons de la notice signée par Jean Maitron et rédigée pour le volume 22 du Dictonnaire biographique du mouvement ouvrier français (IVe partie, 1914-1939 : De la Première à la Seconde Guerre mondiale) qui est sorti en 1984.

Elle a été reprise récemment dans Le Dictionnaire des anarchistes, avec la même signature.
Notice d’André Claudot pour Le Dictionnaire des anarchistes signée par Jean Maitron

André Claudot et Jean Maitron, Image extraite du documentaire de Bernard Baissat, Ecoutez Claudot (sur Dailymotion)

Dans les sources indiquées dans la notice publiée dans le Maitron en ligne, il y a bien sûr la trace des « Rencontres entre Jean Maitron et André Claudot ». Elles sont complétées par les nécrologies du journal  Le Monde (17 juin 1982) ainsi que du Réfractaire (novembre 1982) et par des « Notes de Bernard Baissat ». Une actualisation a été faite par les rédacteurs du Dictionnaire des anarchistes (Jean Maitron est décédé en 1987) avec un article du journal dijonnais Le Bien public, daté de juin 2013, c’est-à-dire au moment où un tableau « chinois » de Claudot atteint un record mondial de ventes. 

Le Bien public, 13 juin 2013, « Dijon : record mondial pour un tableau d’André Claudot »

Figure également dans les sources, une interview d’André Claudot effectuée par l’historien Pierre Lévêque (1928-2017). Enseignant puis universitaire à Dijon, militant communiste puis socialiste, il a longtemps été le correspondant du Maitron pour la Côte d’Or. 

Notice de Pierre Lévêque dans Le Maitron en ligne

Mais la trace des quelques pages écrites par André Claudot lui-même n’y figure pas. Les 8 feuillets (La lettre et 7 feuillets autobiographiques rédigées à la main) sont en fait depuis longtemps conservées dans les caves de la Bibliothèque Jean Maitron du Centre d’Histoire sociale de l’Université Paris 1, dans le fonds Jean Maitron.

Bibliothèque du Centre d’Histoire sociale de l’Université Paris 1 – Bibliothèque Jean Maitron.
Image @ Centre d’histoire sociale

Quelques feuillets, que Rossana Vaccaro a fait monter au 6e étage de l’immeuble, un jour de canicule de cet été 2018. Une petite pépite d’histoire où le son de la voix d’André Claudot est remontée à la surface. Si ce n’était le ton très particulier de l’artiste qui parle de lui à la troisième personne, à quelques points près, on aurait pu reprendre son texte pour écrire sa notice biographique. 

De fait, la plupart de ces éléments manquants témoignent de l’engagement communiste de Claudot qui restait aussi profondément marqué par son passé  libertaire (l’évocation émue de ses souvenirs de la rédaction du Libertaire avant 1914 en témoigne). 

Fonds Claudot, @ Archives G. Mazuy

 Il a ainsi purement et simplement effacé de ces quelques pages, son passage à la SFIO au moment du Front populaire (du côté des Pivertistes . Il est opposé aux Néo-socialistes). Il oublie aussi ses liens (qu’il faudrait creuser) avec le maire socialiste Robert Jardillier au moment du Front populaire.

Dans ses pages, ses toiles les plus politiques sont évoquées (celles contre l’occupation nazie et le régime de Vichy, celle contre la guerre du Vietnam notamment), avec une logique qui respecte son engagement au PCF à partir de la Seconde Guerre mondiale.

André Claudot, Place rouge.
Collection G. Mazuy –  photographie David Brenot

Sans doutes pour les mêmes raisons, il fustige Victor Serge qu’il a connu avant 1914, et oublie de mentionner le peintre chinois Lin Fengmian qu’il a connu,  d’abord à Dijon quand ce dernier étudiait en France, puis en Chine, à Pékin puis à l’école de Hangzhou dont il est l’un des fondateurs. L’épouse de Lin Fengmian, la sculptrice Alice Vattant, était d’ailleurs une amie de la soeur d’André Claudot.1 La Révolution culturelle qui a touché l’artiste chinois est-elle passée par là ?

Lin Fengmian
Photographie extraite d’un document vidéo déposé sur youtube par Etude Morand à l’occasion d’une vente de tableaux de l’artiste à Drouot en 2015

Pour autant, en 1968, Claudot peint « Le Printemps sur le Yangtze », qui, selon son témoignage2, témoigne du retour du printemps en Chine après les heures sombres de la Révolution culturelle.

André Claudot, Le printemps sur le Yangtze, 1968 – Capture d’écran sur le site Inamediapro, DR. 

Enfin, mais c’est un autre sujet, il ne mentionne jamais sa femme Suzanne, qui a partagé toute sa vie (ils se marient en 1919 et elle décède en 1979) et qui l’a notamment accompagné en Chine.

André Claudot, Suzanne Claudot, 1977, 65x54cm, Vente Hugues Cortot (SELARL), Dijon.

Mais je lui laisse maintenant la parole, tout en l’accompagnant de… quelques notes.

Autobiographie d’André Claudot pour le DBMOF
Fonds Jean Maitron
Transcription et annotations Rachel Mazuy – Août 2018

1. Lettre introductive
André Claudot        arrivé le 23 [note manuscrite d’une autre écriture]
3 rue Musette
21000 DIJON                                                                               12 avril 1974

Monsieur,

Ci-joint le papier autobiographique que Mr. Dixmier3 m’a demandé de votre part.
J’avais cru faire court.
En me relisant je me demande si je ne me suis par trop étendu.
Néanmoins je vous envoie le tout tel quel.
Aussi vous laisserai-je le soin – et je m’en excuse – de faire toute correction, simplification, que vos collaborateurs et vous-même jugerez utiles.
Veuillez agréer, monsieur ainsi que l’équipe culturelle que vous dirigez, l’expression de ma haute sympathie.

AClaudot [signature]

2. Texte autobiographie d’André Claudot datant de 1974

f. 1
André CLAUDOT

Né à Dijon (Côte d’Or) le 14 février 1892.
Peintre et dessinateur.
Ecole primaire, lycée Carnot.

Carte postale du Lycée Carnot à Dijon. Vers 1900.

Préférence marquée pour l’Ecole Buissonnière (boîte à dessin dans le cartable).

Carte d’étudiant de l’Ecole des Beaux-Arts de Dijon d’André Claudot
Fonds André Claudot, Archives G. Mazuy

Ecole nationale des Beaux-arts (dijonnaise) de 1903 à 1909. Section peinture.

Ecole des Beaux Arts de Dijon Médaille d’argent Section composition Décoration 1906-1907 Fonds André Claudot, Archives G. Mazuy

Membre benjamin de l’Association des Etudiants, dont la revue « Dijon – Escholier » s’orne de ses premiers dessins humoristiques.4

D’autres sous divers pseudonymes paraitront à l’époque dans les hebdos locaux.

1909 – Départ à Paris, où il débarque le soir de la fulgurante manifestation – à laquelle il prend part – du boulevard de Courcelles à l’annonce de l’exécution de Ferrer dans les fossés de Montjuich [Montjuic]5

Le Libertaire, 31 octobre 1909

1910 – Entre à l’Ecole Nle [Nationale] des Arts Décoratifs avec une bourse départementale.

Mais vite désertée après connaissance émerveillée des maîtres de l’Assiette au Beurre  parallèlement avec ceux de l’impressionnisme.

f. 2

C’est alors qu’un beau jour il heurte l’huis de la cabane en bois – si souvent saccagée par la police – de la rue d’Orsel.6 : les bureaux du « Libertaire ». L’accueil qu’il y reçoit d’Hélène Lecadieu et Pierre Martin – le petit bossu ex-compagnon de Kropotkine à Clairvaux – l’émeut encore aujourd’hui.7

Pierre Martin sur son lit de mort. Archives Louis Lecoin @Maitron en ligne

Cette année-là l’hebdo anarchiste publiera de lui deux ou trois dessins (mauvais) – dont l’un sera poursuivi et un article relatif à la condamnation de Delannoy pour son boucher étoilé paru en couverture des « Hommes du jour ».8 


[Les Hommes du Jour, n° 12, 1908. Général d’Amade] / Aristide Delannoy

Retour à Dijon sous l’affectueuse pression de Matta [Matha]9, Pierre Martin, Hélène Lecadieu pour le soustraire au juge Chêneboit, à l’inculpation d’antimilitarisme à l’encre de Chine.10

La Presse, 28 janvier 1912

Laquelle en cas plus que probable de condamnation eut assuré à son auteur la primeur de la loi Berry-Millerand – qui venait d’être votée. – envoyant aux « Bats d’Af » les jeunes [?] avant leur incorporation militaire.11

Par le même train, il échappait aussi à un autre danger : Kibaltchich [Kibaltchitch], copain du Boul’ Mich, tentant de l’embobiner pour Romainville – où « l’Anarchie » venait d’emménager – et où se trouvait la sinistre entreprise (f. 3) de la bande à Bonnot.12

Victor Serge et Rirette Maîtrejean avant 1914

Contre la déviation individualiste Claudot était heureusement immunisé.

Pour toujours.

En province, jusqu’à la déclaration de guerre, son militantisme ne faiblira pas. Liaison maintenue avec la Fédération Anarchiste Communiste.
Fait la connaissance des principaux leaders de la C.G.T. au cours des grands meetings contres les bagnes militaires
.13

Egalement celle de Sébastien Faure. Peint les décors du Théâtre de la Bourse du Travail, dessine les affiches pour les campagnes en cours.14

Un de ses dessins passe dans « La Bataille Syndicaliste ».15

La Bataille syndicaliste, Dimanche 16 février 1913.
@Gallica

Il fonde un comité de défense sociale (à l’image de celui de Paris). Lequel est saisi d’une grosse affaire de corruption judiciaire antiouvrière, dont le héros, – par la suite maire et sous-ministre – complètera son déshonneur en votant les pleins pouvoirs à Pétain.

Organise des réunions publiques de quartiers, de village avec les militants des jeunesses syndicalistes et des jeunesses socialistes.

Participation tout de même aux Salons de peinture locaux et régionaux (Autun, Nevers, Saint-Etienne, etc.).

f. 4
Réformé temporairement à l’appel de sa classe en 13,16 il sera encaserné au 109ème R.I. en octobre 14 à Chaumont.17

Livret militaire d’André Claudot matricule 67 page 98, Archives Ministère de la Défense

La gale d’abord, plusieurs cas de maux épidémiques joints aux vaccins de Vincennes pas au point ensuite, retarderont le départ au front de sa compagnie jusqu’au début de 1915.18

André Claudot, En Artois, Mai 1915 @Collection G. Mazuy, DR

Le plateau de Lorette, Souchez19, Verdun, la Somme, le Moulin de Lafaux [Laffaux]20, le Chemin des Dames résorberont avec la sueur du fantassin aux cartouchières bourrées de tabac pour la pipe, le sifflement têtu des notes – hélas, sans aucun écho – du refrain de « Révolution » de Guérard.21

Carte postale, Souchez, 1918
@France 3 Régions

Le lendemain des mutineries de 17 – an glorieux de la fin du pendeur de toutes les Russie22 – « Ce qu’il faut dire » affiche en première page de son numéro spécial en rouge, un dessin légendé signé A. Claudot, 109ème R.I. Secteur postal 117. On s’attendait au conseil de guerre… Mais rien. Apparemment. 23

Dessin d’André Claudot, 1916, Ce qu’il faut dire (journal antimilitariste et libertaire de Sébastien Faure).

Armée d’Orient. Salue l’armistice en Serbie où il passe du 54ème R.I.C. au Xème génie, sans que ne le quitte le petit carton à dessin, fidèle à la pattelette du sac, jusqu’à la fin de la tuerie.24

André Claudot, Ujvidek, février 1919. Nom hongrois de Novi Sad (Serbie) @ collection G. Mazuy, DR. 

En 1920 rendu à la vie civile, il explore à Dijon une partie de son butin de guerre : environ (f. 5) 400 dessins des plus caractéristiques du grand festin des gros rats du champ d’horreur seront acquis par le groupe anarchiste de St-Etienne.

Clarté, 7 août 1920
Dessin d’André Claudot, Notre-Dame de Lorette, 29 avril 1916.
@ Blog de Bernard Baissat

D’autres seront publiés par « Clarté ».25

André Claudot, Cole d’Egre-Polanka, 11-10-18
@collection G. Mazuy, DR. 

Claudot retrouve enfin « le Libertaire » – en deuil d’Hélène, de Pierre enlevés par la tourmente – avec Lecoin26, libéré, qui vient de succéder à Content27 à la tête du journal. Auquel Lecoin viennent se joindre André Colomer28 et Georges Vidal29

André Colomer
DR Image @Maitron en ligne

Chaque semaine durant près de quatre ans, Claudot jouera de son noir et blanc en première page du « Lib » – que reproduiront assez régulièrement après « La Bonne Guerre » de Tours, la presse révolutionnaire anarchiste mondiale (« Probouda » de Chicago, « Umanita Nova » de Rome30, « Accion consciente » de la Havane, « Brand » de Stockolm31, etc.).

Sa signature se lira aussi dans « Le Mutilé »32, « les Crucifiés »33 .

Vue arrière de la Ruche. @Walter Limot, 1968
Paris. Musée Carnavalet.
Site Paris Musées – Les Musées de la ville de Paris

Occupe un atelier à « La Ruche »34.

Cartes d’exposants à la Société des Artistes indépendants 1924, 1926 et 1931.
Fonds André Claudot, Archives G. Mazuy

Expose à la Nationale [ S’agit-il de la Bibliothèque Nationale de France ou du bâtiment de l’École nationale des Arts et Métiers ? ], à l’automne aux Indéps [Indépendants].

Cartes d’exposants d’André Claudot (Salon d’automne) ou programme d’exposition.
Fonds André Claudot, Archives G. Mazuy

Cesse sa collaboration au « Lib » [Libertaire] au moment où Colomer lance « L’Insurgé » beaucoup plus lucide vis à vis de la Révolution d’Octobre.
f. 6

André Claudot, Encre de Chine, sans date – années en Chine ?, Collection G. Mazuy, DR

1926. Un concours de circonstances favorables le conduit en Chine.35

Avec en poupe l’amitié de Pompon36, le [?] coup de chapeau que Bourdelle vient lui adresser publiquement37.  Avec aussi le désir d’un bain pré-révolutionnaire que la barrière d’une langue trop subtile lui interdira finalement – en Chine où pendant 4 ans il exercera le professorat de peinture et de dessin : 2 années à « l’Institut national des Arts » de Pékin, autant à Hangtchéou [Hangzhou] à l’Ecole nationale des Arts du Lac de l’Ouest – haut-lieu culturel de la Vieille-Chine artiste et lettrée38.

Scéne de rue à Tchao Tchéou en 1929, encre de Chine et aquarelle, 49×62, @site André Claudot Collection particulière, DR.

Là-bas il a rencontré Jacques Reclus39 et découvre le vieux peintre Tsi Pai Che[Si Qi Baishi]  – dont les oeuvres après la longue marche connaitront la plus large audience internationale.40

André Claudot, Chine – Les chameaux. Date inconnue.
@Collection G. Mazuy – Photographie David Brenot, DR

Solidaire des étudiants et des ouvriers qui continueront à payer un lourd tribut sanglant à la répression barbare des généraux fantoches à laquelle se joint le Kuomintang – trahi du dedans, par la tête, qui tournera à droite, après mille vicissitudes – Claudot rompt son contrat, prend le bateau.41

Retour à la Ruche.

Exposition d’oeuvres faites en Chine, Galerie Barreiro, 1931.

1931. Exposition chez Barreiro.42

Cartes d’exposants d’André Claudot et catalogue d’exposition (Galerie Barreiro)
@ Fonds Claudot, Archives G. Mazuy

Peintures, aquarelles, dessins faits en Chine. Bonne presse43. Achats de l’Etat et de la Ville de Paris.44

André Claudot, Homme chinois, 1926, aquarelle
Collection G. Mazuy – Photographie David Brenot, DR

1932. Montmartre. Fonde le comité de Défense de Montmartre aux Artistes qu’il vice-préside. « Montmartre aux artistes, oui, aux affairistes, non ». Un syndic est nommé par le tribunal civil de la Seine – mais c’est un copain des escrocs !45

Monde, 4 février 1933, p. 5. Dessin de Ling (Lin Fengmian).

Dessins de Chine dans « Monde »46, « Les Annales »47

Les Annales, 15 février 1932. Collection Jean Nicolaï. Photographie Edouard Barra.

Illustre un reportage d’Andrée Viollis dans « Le Petit Parisien ».
f. 7

Cartes d’André Claudot de l’époque de la Cité aux artistes Fonds André Claudot, Archives G. Mazuy

1935. Nomination de professeur peinture et dessin à l’Ecole Nationale des B.-A. de Dijon.48

Septembre 41 : Sa révocation par Vichy.
Résistance dans les rangs du Front National jusqu’à la Libération. Impératif catégorique : adhésion au Parti communiste.
André Claudot, artiste engagé et résistant linograveur

Elu grand électeur du canton de Gevrey-Chambertin, n’est pas réintégré au poste d’où les traîtres l’ont chassé…

Carte de délégué au Congrès pour la paix de Varsovie, 1950.
Fonds André Claudot, Archives G. Mazuy

Délégué de la Côte d’Or aux Congrès mondiaux de la Paix à Varsovie en 50 et de Vienne deux ans après49

Congrès pour la paix, Vienne (laisser passer) et Varsovie.
Fonds André Claudot, Archives G. Mazuy

Fonde « l’Atelier » qui tient Salon depuis 20 ans dans les Salles annexes du Musée des B.-A.[Beaux-Arts] dijonnais, au milieu de ses meilleurs élèves.

Vue depuis la tour de l’Atelier du 3 rue Musette

Peintures, aquarelles, dessins au musée des B.-A. de Dijon.

1972 : Prix international « Vesuvio ».

André Claudot, Peinture sur le Vietnam, étude.
Collection G. Mazuy – Photographie David Brenot, DR

Principales compositions picturales dernières : « Vietnam », « Klu Klux Klan », « La Faim » – qui furent précédées de « Joyeusetés » de « la divine surprise ».

André Claudot, Klu Klux Klan, 1971.
collection G. Mazuy – Photographie David Brenot, DR

Aujourd’hui à quatre fois vingt ans bien sonnés, toujours fidèle à l’idéal de sa jeunesse, de toute sa vie, Claudot est convaincu que le bonheur universel ne peut qu’être à l’oeuvre – à plus ou moins longue échéance – de l’action de masse que boussole le marxisme-léninisme – lequel ne met la charrue devant les boeufs…

_

11 avril 74

  1. C’est lui qui appelle Claudot à Hangzhou. Cf. Michael Sullivan, Art and Artists of Twentieth-century China, University of California Press, Berkeley, Los Angeles, London, 1996, p. 43. []
  2. Denis Bersou , « Le peintre André CLAUDOT », Samedi entre nous, L’art et la manière, Collection : Centre Est, Date de 1re diffusion : samedi 20/12/1980, Inamediapro []
  3. Michel Dixmier est enseignant et spécialiste de la presse satirique illustrée. et collectionneur de l’oeuvre du caricaturiste Jossot (1866-195I). Il  est coauteur de « L’assiette au beurre – Revue satirique illustrée, 1901-1912 », François Maspéro, 1974, « La République et l’Eglise, image d’une querelle », Ed. La Martinière, 2005, « Quand le crayon attaque, Image satiriques et opinion publique en France (1814-1918) », Autrement, 2007, « L’oeil de la police, Crime et châtiment à la Belle Époque », Gallimard, 2007 ainsi que « Jossot caricatures : De la révolte à la fuite en Orient (1866-1951) », Paris Bibliothèques, 2011 (catalogue de l’exposition du Musée Forney du même nom). []
  4. Dijon escholier, bulletin mensuel de l’Association générale des étudiants de Dijon. Le premier numéro date de mai 1906. Sur ces associations d’étudiants, on peut lire l’article de Pierre Moulinier, « La « Belle Époque » des carabins et des potards : préhistoire du syndicalisme étudiant ? (1902-1912) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2007/2 (N° 86), p. 10-28. URL : https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2007-2-page-10.htm. []
  5. Le 13 octobre 1909, une énorme manifestation spontanée pour protester contre l’exécution du pédagogue et militant libertaire espagnol Francisco Ferrer fusillé dans les fossés de Montjuic, à Barcelone rassemble plus de 40.000 personnes. Aux abords du boulevard de Courcelles près de l’Ambassade d’Espagne elle dégénère face aux policiers montés sur des chevaux qui barrent le passage (bus et kiosques à journaux incendiés, vitrines dévalisées et pulvérisées)…  Gilles Candar, « Paris, octobre 1909… Passages et traverses socialistes », in Genre et utopie, avec Michèle Riot-Sarcey, coll. Temps & Espaces, Presses universitaires de Vincennes, 2014, p. 293-308. []
  6. Les locaux du périodique anarchiste sont situées au 4 rue d’Orsel à Montmartre. []
  7.  Hélène Lecadieu est née le 20 octobre 1853 à Paris, et morte le 23 juillet 1916 à Épône (Yvelines). Anarchiste, gérante du Libertaire de mai 1905 à septembre 1910. Cf. Dictionnaire des anarchistes, Maitron en ligne, Rolf Dupuy et Guillaume Davranche.
    Pierre Martin est né le 16 août 1856 à Vienne (Isère), mort à Paris le 6 août 1916. Ouvrier tisseur, puis photographe ambulant, anarchiste, animateur du Libertaire et de la Fédération révolutionnaire communiste dans les années 1910. Autorité morale unanimement respectée par les diverses fractions anarchistes, c’était le fils d’un couple d’ouvriers journaliers illettrés. Cf. Dictionnaire des Anarchistes, Maitron en ligne, Jean Maitron et Guillaume Davranche. []
  8. Aristide Delannoy, (1874-1911). Illustrateur, caricaturiste et militant libertaire. Il collabore d’abord à l’Assiette au beurre, puis aux Hommes du jour. Cf. Aristide Delannoy, Un Crayon de combat. Préface d’Henry Poulaille. Editions Le Vent du Ch’min 1982. 160 pages de dessins tirés de nombreuses publications. Contient l’inventaire de tous les dessins fait par l’auteur entre 1900 et 1911. Publiées entre 1908 et 1919, Les Hommes du jour, est une collection de brochures hebdomadaires grand format d’inspiration libertaire dont les textes ont été rédigés en grande partie par Victor Méric et qui était illustrée par Aristide Delannoy. Parmi les couvertures qui firent scandale, il s’agit sans doute de celle qui valut en septembre 1908, à Victor Méric et Aristide Delannoy d’être condamnés à un an de prison et à 3 000 francs d’amende pour avoir, représenté le général Albert d’Amade, en boucher au tablier taché de sang (expédition coloniale au Maroc) – N°12, 1908. []
  9.   Armand, Louis Matha. Né le 10 avril 1861 à Casteljaloux (Lot-et-Garonne) ; mort le 12 février 1930 à Draveil (Seine-et-Oise) ; ouvrier coiffeur puis publiciste ; animateur du Libertaire de 1900 à 1910.
 Cf. Dictionnaire des anarchistes, Maitron en ligne (Guillaume Davranche) []
  10.  Claudot fait allusion aux condamnations pour ces dessins publiés dans Le Libertaire en 1911. []
  11.  La loi Berry-Millerand (Georges Berry et Alexandre Millerand) votée en 1912 envoyait dans les sections spéciales des Bataillons d’Afrique, des jeunes hommes ayant encouru une condamnation à trois mois de prison pour fait de grève, rébellion à l’autorité et propagande antimilitariste.
    Cf. https://chsprod.hypotheses.org/1912-2 (coupures de presse militante de l’époque). Et Yvonne Cohen, L’Antimilitarisme des jeunesses avant 1914, Matériaux pour l’Histoire de notre temps, 1989, p. 449. https://www.persee.fr/doc/mat_0769-3206_1989_num_16_1_404023   []
  12.  André Claudot évoque ici Victor, Lvovitch, Napoléon, Kibaltchitch dit Victor Serge.  Né le 30 décembre 1890 à Ixelles dans la banlieue de Bruxelles (Belgique), mort le 17 novembre 1947 à Mexico (Mexique) ; journaliste, traducteur, essayiste, poète, romancier ; anarchiste communiste, oppositionnel d’abord proche de Trotsky, prit ses distances avec lui jusqu’à leur rupture en 1939 ; socialiste indépendant.  En juillet 1911, Rirette Maîtrejean fut pressentie pour prendre la tête de L’Anarchie. Avec Victor Serge, qui de fait l’anima, elle alla donc habiter au siège du journal qui s’était transféré depuis l’année précédente dans un pavillon à Romainville.
    En ce qui concerne la bande à Bonnot, Serge fut condamné pour avoir hébergé les principaux membres de la bande et refusé de les dénoncer, mais il ne participa pas à leurs actions violentes. L’animosité de Claudot à l’égard de Victor Serge, témoigne de l’engagement communiste de Claudot en 1974. En effet, Serge, qui s’était mis au service de la Révolution russe, et était proche de Trotski, fut en but à la répression stalinienne. Il fut libéré de prison et expulsé d’URSS après une longue campagne en sa faveur en 1936. S’il s’écarta du mouvement trotskiste en 1938, il resta un communiste oppositionnel opposé au régime stalinien.
    Cf.  Notice biographique de Victor Serge sur Le Maitron en ligne, Jean Rière, Michel Dreyfus, Nicole Racine. []
  13.  L’opposition aux lois dites scélérates. []
  14.  « Le 1er mars 1893, la Bourse du travail ouvre ses portes au 14, de la rue du Rempart-du-Château, actuelle rue de la Poste à Dijon. (…) La première Bourse se développe très vite, subventionnée par la Ville et réunissant des fonds lors de fêtes bals et concerts, ce qui lui permet de créer une bibliothèque, un bureau de placement, des cours professionnels, des consultations juridiques, un service médical gratuit, un comité des ménagères, des caisses de chômage complétées par le viaticum pour les ouvriers de passage, et la tenue de réunions syndicales. Devenue trop exiguë, elle s’installe 7, rue Févret, le 28 mai 1895 et est inaugurée le 15 juin. » Le représentant dijonnais à la CGT est Louis Girard. Un nouveau bâtiment sera inauguré en 1927.  Le Bien public, 22/09/2014, « Dijon : La Bourse du travail dévoile son histoire ». Cf. Fatima Si Mohammed, La Bourse du travail de Dijon (1893-1928), Dijon, 1999. []
  15.   La Bataille syndicaliste, publiée entre le 27 avril 1911 et le 23 octobre 1915, est un journal syndicaliste révolutionnaire, généralement considéré comme l’« organe officieux » de la Confédération générale du travail (CGT) pour cette période. []
  16.   Selon son dossier militaire, il est réformé temporairement le 20 octobre 1913 pour une « bronchite suspecte au poumon droit ». []
  17.  Précisément à compter du 22 octobre 1914 (Livret militaire). []
  18.  Il est indiqué dans son livret qu’il se bat « Contre l’Allemagne » « Aux armées » à partir du 30 mars 1915. []
  19.  Située entre les collines de Vimy et de Lorette, le village devient une forteresse allemande dont les Alliés voudront s’emparer lors de la deuxième bataille de l’Artois. Le village, totalement détruit à la fin de la Grande Guerre, est cité à l’ordre de la Nation et reçoit la Croix de Guerre. En 2015, Souchez accueille un centre d’interprétation de la  Première guerre mondiale.
    http://centenaire.org/fr/en-france/nord-pas-de-calais/pas-de-calais/ouverture-du-centre-dinterpretation-de-souchez-lens-14-18
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/2014/11/11/souchez-ville-martyre-de-la-grande-guerre-589670.html 
    []
  20.   http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/le-moulin-de-laffaux
    La prise de la position du moulin de Laffaux a fait partie de l’offensive Nivelle du printemps 1917 dans le secteur du Chemin des Dames. Au prix de lourdes pertes, la position est reprise par l’armée française. En septembre 1918, le moulin fait à nouveau partie des points stratégiques d’affrontements. []
  21.  Allusion à une des chansons les plus célèbres, datant de 1910, du chansonnier libertaire Robert Guérard qui se produisait dans les groupements anarchistes avant 1914. En 1920, il devint membre du parti communiste. Mais il en aurait été exclu par la suite. A sa mort en 1949, Le Libertaire le qualifiait de « véritable libertaire ». Maitron en ligne. []
  22. Entendre, le tsar Nicolas II []
  23. André Claudot évoque sans doute  le numéro clandestin du Libertaire qui est sorti le 15 juin 1917.  Pour Fabrice Magnone (Le Libertaire (1917-1956). Autopsie d’un journal anarchiste, Thèse d’Histoire sous la direction de Ralph Schor, Université de Nice, 1998  – http://www.lelibertaire.fr/index.php3) : « Selon un rapport de police, les neuf-dixièmes de l’édition auraient été saisis. Cette mesure est suivie, le 19 juin, de l’arrestation des responsables de la publication. » []
  24.  Il passe d’abord par le 22e régiment d’infanterie coloniale le 22 janvier 1918 pour arriver au 54e Régiment d’infanterie coloniale le 30 mars 1918. Enfin, il sera transféré au 21e régiment du génie le 13 novembre 1918. Livret militaire. []
  25.  Officiellement, la revue est fondée en mai 1919 par Henri Barbusse, Paul Vaillant-Couturier et Raymond Lefebvre, Elle veut « organiser les intellectuels combattants décidés à servir la paix et à construire une société égalitaire et démocratique ». cf. l’article d’Alain Cuenot : Alain Cuénot, « Clarté (1919-1928) : du refus de la guerre à la révolution », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 123 | 2014. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/3522  []
  26.  Louis Lecoin. « Né le 30 septembre 1888 à Saint-Amand-Montrond (Cher), mort le 23 juin 1971 aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ; jardinier, cimentier, correcteur d’imprimerie puis marchand ambulant ; militant anarchiste, syndicaliste, antimilitariste et pacifiste ; promoteur en France de l’objection de conscience. » Maitron en ligne, Dictionnaire des anarchistes, Édouard Sill, Guillaume Davranche. []
  27.  Claude Content. « Né le 26 septembre 1892 à Mehun-sur-Yèvre (Cher) et mort le 15 juillet 1927 à Joigny (Yonne). Publiciste, puis épicier anarchiste. « Au moment où Claude Content sortait de prison, les anarchistes parisiens regroupaient leur force. En décembre, fut formée la Fédération anarchiste, et Content en fut élu secrétaire. Le 26 janvier 1919, Le Libertaire reparaissait. Arrêté comme gérant du journal pour avoir publié, dès le n° 2 un manifeste en faveur de la Révolution russe, Content fit pendant sept jours la grève de la faim pour être mis au régime politique. Il comparut les 9 et 10 avril 1919 devant le 6e conseil de guerre et fut acquitté. »  Maitron en ligne, Dictionnaire des anarchistes, Gabriel Désert, Jean Maitron, Rolf Dupuy, Guillaume Davranche. []
  28.  André Colomer. « Né le 4 décembre 1886 à Cerbère (Pyrénées-Orientales) ; mort le 7 octobre 1931 à Moscou (URSS) ; publiciste, puis chauffeur ; individualiste, puis anarcho-syndicaliste, puis communiste. » C’est en 1921 qu’il rencontre Lecoin qui le fait adhérer à l’Union anarchiste et collaborer au Libertaire; A partir de 1925 il se rapproche des communistes. Après le voyage du Xe anniversaire de la Révolution russe, il adhère officiellement au parti communiste. Après la répression contre les communistes de 1928 qui lui vaut plusieurs mois de prison, il part vivre en URSS avec sa famille. Il meurt à Moscou en 1931 (cf. L’Appel des Soviets (revue des Amis de l’Union soviétique), 1931). Maitron en ligne, Dictionnaire des anarchistes, Jean Maitron, notice revue par Guillaume Davranche. []
  29.  Georges Vidal. « Né le 24 avril 1903 à Guérigny (Nièvre), mort le 13 novembre 1964 à Paris ; correcteur d’imprimerie, romancier et poète ; anarchiste. » Membre de l’Union anarchiste et collaborant au Libertaire au début des années vingt, il fut emprisonné à plusieurs reprises et étroitement surveillé par la police au début des années vingt. Parti au Costa-Rica entre 1927 et 1929, il s’éloigne ensuite « progressivement de l’action militante pour se consacrer aux romans d’aventures, policiers et d’espionnage », sous divers pseudonymes.  Maitron en ligne, Dictionnaire des anarchistes, Jean Maitron, notice complétée par Thierry Bertrand. []
  30.  Le journal anarchiste fondé en fait à Milan par Errico Malatesta en 1920. []
  31.  Le périodique suédois Brand. Ungsocialistiska partiets organ (Traduction : Le Feu. Organe du parti socialiste).https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/servlet/ViewManager?menu=public_menu_view&record=z3950_bnopale:BNOPALE:rset-RS55|show%202&setCache=z3950_bnopale.BNOPALE&fromList=true   []
  32.  S’agit-il du journal « Le Mutilé » de Chalon-sur-Saône (1919-?) ? https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/servlet/ViewManager?menu=public_menu_view&record=z3950_sudoc:SUDOC:rset-RS52|show%2081&setCache=z3950_sudoc.SUDOC&fromList=true  []
  33.   C e périodique dépend en 1920 des éditions Clarté. https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/servlet/ViewManager?menu=public_menu_view&record=z3950_sudoc:SUDOC:rset-RS64|show%2026&setCache=z3950_sudoc.SUDOC&fromList=true  []
  34.   Il s’installe d’abord au 216 bis rue de Vaugirard en janvier 1920 puis au 2 passage Dantzig le 28 avril 1922. (Livret militaire – Localités successives habitées). Mais sa carte d’exposant au Salon d’automne de 1921 donne le passage Dantzig comme adresse. []
  35.  Le livret militaire indique la date du 19 mai 1927 pour son installation à Pékin et celle du 11 octobre 1928 pour son installation à « Hantchéou, Chine. Il s’agit peut-être d’une deuxième adresse pékinoise, et non pas de celle de son installation. Il est ainsi possible qu’il ne se soit pas immédiatement immatriculé au consulat de France à son arrivée en 1926. ». En octobre 1928, le premier numéro de la revue « Appollo » de l’Académie des Arts d’Hangzhou évoque l’arrivée depuis Pékin d’un « célèbre artiste de Paris » avec un chien qu’il traitait comme son fils (Michael Sullivan, op. cit., p. 65). Il est à nouveau domicilié au passage Dantzig à partir du 7 janvier 1932, avant de s’installer rue Ordener dans la Cité aux artistes. []
  36.   François Pompon (1855-1933). Sculpteur d’origine bourguignonne, dont l’oeuvre moderniste tranche sur la sculpture réaliste du XIXe siècle. Il connaît une célébrité tardive à partir du début des années vingt. Son atelier de la rue Campagne-Première a été transféré au Palais des ducs de Bourgogne, à Dijon, en 1948.Un musée François Pompon est aussi créé de manière posthume dans sa ville natale, où il est aussi enterré (Saulieu). En dépit de la rumeur qui en fait écho (cf. article du Bien Public ci-dessous), l’atelier de Claudot, au 3 rue Musette n’a pu être auparavant l’atelier de François Pompon à Dijon. Cela a cependant été l’atelier du peintre et aquarelliste Paul Lippe jusqu’à la mort de ce dernier (Casimir-Joseph Lippe 1866-1926). https://www.academie-sabl-dijon.org/celebration/naissance-de-paul-lippe-peintre-et-aquarelliste.
    https://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2017/09/18/albert-et-andre-claudot-deux-freres-si-differents 
    []
  37. Bourdelle va visiter l’exposition de la galerie La Palette française et admire l’oeuvre de Claudot, selon le témoignage de Claudot et l’article de Michel Florisoone dans  L’art et les artistes d’octobre 1931. Selon CLaudot, il aurait acheté une de ses oeuvres (non encore retrouvée dans le fonds de Bourdelle qui n’est pas entièrement inventorié – sources Musée Bourdelle []
  38.   Sur le séjour en Chine, on peut voir le travail de Philippe Cinquini, Les artistes chinois en France et l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris à l’époque de la Première République de Chine (1911-1949) : pratiques et enjeux de la formation artistique académique, Thèse en Histoire de l’art sous la direction de Madame Chang-Ming Peng, Université Charles de Gaulle – Lille III, 2017- p. 319-321 en particulier. La thèse est disponible sur Hal archives-ouvertes.fr : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01614740/document  []
  39.  Jacques Reclus, né le 3 février 1894 à Paris et mort le 5 mai 1984 à Paris, enseignant et militant libertaire, petit-neveu d’Elisée Reclus. Au début des années vingt il collaborait à plusieurs journaux libertaires (Le Libertaire) et gère Les Temps nouveaux. Il part enseigner en Chine quand il apprend la création à Shanghai d’une Université du travail, conçue sur le modèle kropotkinien. Les crédits de l’école sont coupés par le gouvernement Tchang Kaï Tchek (pour subversion), mais il reste néanmoins dans le pays. Il est à la frontière du Vietnam au début de la guerre et regagne Pékin en 1945. C’est la campagne anti-étranger déclenchée en 1949 par Mao, qui l’oblige à rentrer en France en 1952. Il finit sa carrière comme enseignant à l’Université Paris VII.
    Maitron en ligne, René Bianco et Jean Maitron. []
  40. Qi Baishi (1864-1957). Peintre et lettré autodidacte de la Chine impériale, il enseigna à l’Académie des Beaux-arts de Pékin à partir de 1927. Il ne fut pas inquiété à l’arrivée au pouvoir des communistes, sans doute du fait de ses origines modestes et à cause des sujets qu’il explorait (fleurs, oiseaux).En 1953, il est élu à la présidence de l’Association des artistes chinois et député à l’Assemblée nationale populaire. []
  41.  Sur le départ de Chine, cf. Philippe Cinquini, op. cit., p. 320, note 857 : « Lors de la première exposition du Lac de l’Ouest 西湖博览会 (Xihu Bolanhui), en mai 1929 à Hangzhou, le généralissime Jiang Jieshi accompagné de sa femme Song Meilin, ayant vu le tableau Tongku, se serait adressé à Lin Fengmian en lui posant la question suivante : « Sous un ciel bleu ensoleillé, comment aurions-nous tant de gens dans la douleur ? 青天白日之下,哪有那么多痛苦的人? Qing tian bai ri zhi xia, na you na me duo tong ku de ren ? » ; l’allusion politique était limpide dans la mesure où le 青天白日旗 qīngtiān báirì qí faisait directement référence au drapeau, donc au gouvernement du Guomindang. A propos de cette exposition, Lin Fengmian aurait rappelé dans les années 1950 les conséquences graves qui auraient fait suite aux réactions négatives des officiels du parti nationaliste. Voir Liu Shimin, 1999, p. 113-114. On peut se demander si ce moment ne correspond pas à une sorte d’inflexion dans la stratégie de Lin Fengmian en charge du Guomei ? Elle aurait pu aboutir au départ de l’anarchiste André Claudot. On imagine aisément que Claudot était fiché et surveillé par les autorités françaises de Shanghai. Il faudrait retrouver des archives de la police française et du commissariat central situé sur l’actuelle Jiango lu. »
    Le peintre Lin Fengmian (1900-1991) l’un des plus importants artistes peintres chinois modernes, contribue à la fondation et dirige l’école à l’époque où Claudot y enseigne. En effet, il a été l’un des premiers artistes chinois à étudier en France de 1918 à 1925, à Dijon d’abord et à Paris ensuite. Par ailleurs, ses préoccupations sociales sont proches des celles d’André Claudot, à qui il sert sans doute d’interprète auprès des étudiants non francophones. Une partie de ses oeuvres ont été détruites pendant l’occupation japonaise, tandis qu’une autre partie disparait pendant la Révolution culturelle (il fut emprisonné pendant 4 ans). En 1977, il fut autorisé à quitter la Chine et s’installa à Hong Kong.  []
  42.  L’exposition de la galerie Barreiro rue de Seine a lieu à l’automne. A ce sujet Ecoutez Claudot, documentaire de Bernard Baissat et Claudot peintre, documentaire de Bernard Baissat. []
  43.  On peut lire notamment  le compte rendu de l’exposition dans Le Mercure de France du 15 novembre 1931 et l’article de Michel Florisoone, « André Claudot, Peintre de la zone et de la Chine », L’Art et les Artistes, octobre 1931, n. 120, p. 92-98 (cité par Philippe Cinquini, p. 321). []
  44.  Cf. les dossiers d’acquisitions déposés aux Archives nationales,
    F/21/6732, Le kiosque du lâcher – des grues à Peking – Tableau – Achat 1932 – huile sur toile 92,5 X 73,5, 1930 à Hang Tchéou. En dépôt depuis le 31/03/1933 à la mairie de Saint Malo ; 
    et F/21/ 4910/A dossier 1, pièce 26 (registre d’attribution aux musées) Le kiosque du lâcher – des grues à Peking – Tableau Achat – 1933 / Illet et Villaine / Saint-Malo. Anciennement Saint-Servan []
  45.  Ouverte en 1932, La Cité-Montmartre-aux-artistes est ouverte pour loger les artistes expulsés par la montée des prix de l’immobilier à Montmartre. Construite rue Ordener, elle dépend de la société HBM « Montmartre aux artistes ». Mais les conditions sont au départ déplorables car les logements sont inachevés, et en 1936, les problèmes de gestion font que la Cité est reprise en mains par la ville de Paris. Un petit dossier (lettres, coupures de presse) concernant son expulsion de la Cité des artistes et les manifestations pour le défendre a été conservé par Claudot (Archives Gérard Mazuy). []
  46.  Monde est une revue hebdomadaire « non partisane » internationale culturelle et politique de langue française créée en 1928 dont la publication s’arrête après la mort de son fondateur, Henri Barbusse, en 1935. Parmi les collaborateurs artistiques de Monde on peut également citer : Georg Grosz, Albert Marquet, Raoul Dufy, Juan Gris, Pablo Picasso, Joan Miró, André Derain, Max Lingner, Frans Masereel, Nicolas Eekman, Max Lingner. https://gallica.bnf.fr/services/engine/search/sru?operation=searchRetrieve&version=1.2&startRecord=0&maximumRecords=15&page=1&collapsing=disabled&query=%28%28dc.creator%20all%20%22Barbusse%2C%20Henri%22%20or%20dc.contributor%20all%20%22Barbusse%2C%20Henri%22%20%29%20and%20dc.title%20all%20%22Monde%22%20%29%20and%20arkPress%20all%20%22cb32818161n_date%22%20sortby%20dc.date%2Fsort.ascending  []
  47. Les Annales, 15 février 1932.   []
  48.  Claudot oublie de dire qu’après son expulsion de La Cité des artistes, de retour en Bourgogne, il milite à la SFIO (pivertiste) et fonde une section de la S.F.I.O. à Couchey (Côte d’Or). Selon Claudot, l’obtention de son poste de professeur à l’Ecole des Beaux-arts est lié à son expulsion.  Les artistes de Montmartre, pour se débarrasser de lui, poussèrent à sa nomination. Il faut également noter que la mairie est elle aussi devenue socialiste après les élections municipales du mois de mai. Le maire, Robert Jardillier, secrétaire général de la S.F.I.O dans le département, est également professeur au lycée Carnot, à la Faculté de lettres et… à l’école des Beaux-Arts. A partir d’août 1935, Claudot va par ailleurs faire partie de la Commission du Musée des Beaux-arts fondée dès le mois de mai 1935 (arrêté du 6 août 1935 et lettre de Robert Jardillier à André Claudot du 14 août 1935 (Fonds André Claudot, Archives Gérard Mazuy). Sur Robert Jardillier, voire Pierre Autran, Robert Jardillier (1895-1945)Un socialiste humaniste et chrétien dans la tourmente, Editions universitaires de Dijon, 2014. []
  49. Dans le cadre du Mouvement de la paix, les deux congrès sont initiés par les communistes. Le IIe Congrès mondial des Partisans de la paix a lieu à Varsovie du 16 au 22 novembre 1950. Le Congrès des peuples pour la paix a lieu à Vienne du 12 au 19 décembre 1952.  Cf. Philippe Buton, « Regard d’un historien. Les communistes et la paix », Matériaux pour l’histoire de notre temps, Année 1991  21-22 (2)  pp. 98-102. []

Réflexions sur la conférence d’Elena A. Osokina (University of South-Carolina) « Opium for the bourgeoisie – Russian Religious art in the Soviet Store for Foreigners in the 1930’s ».

J’ai beau travailler depuis de longues années sur les Français partis en URSS, j’ai parfois l’impression que tout reste à découvrir et que je suis passée à côté d’éléments importants pour comprendre ce phénomène qui n’est pas que politique. 

Ce sont des réflexions de ce type qui ont surgi après la conférence d’Elena A. Osokina au séminaire de recherches sur « L’Univers des choses soviétiques » du Cercec (Centre d’études du monde russe, caucasien et centre européen) le mercredi 20 juin 20181.

Son intervention, très claire et structurée, repose sur un livre de 700 pages récemment publié en russe. 2

Cette historienne de la Russie ((https://en.wikipedia.org/wiki/Elena_Osokina)) est partie de questions simples en apparence : pourquoi les Soviétiques se sont-ils mis à vendre de l’art religieux aux étrangers ? Quel a été le rôle de l’idéologie et celui des contingences économiques ? Est-ce que leurs motivations était idéologiques et s’inséraient dans la politique anticléricale de l’Etat communiste ?

Il faut en fait, selon Elena Osokina, repartir de la situation économique de l’URSS à la fin des années vingt. Avant 1914, l’Empire russe était un Empire riche si on se fonde sur ces réserves en or (la réserve centrale possédait 1,7 milliard de roubles-or). Il s’agissait d’une des plus grande réserve d’or au monde, la première ou la seconde. Or, une partie est vendue, une autre est volée durant la guerre.

Les Bolcheviks en héritent malgré tout d’une partie conséquente de cet or (1,1 à 1,2 milliard), mais en quatre années, les premières années qui suivent la Révolution d’octobre, il fond comme neige au soleil (il ne reste plus que 100 millions). Il faut payer l’Allemagne (Traité de Brest-Litovsk), faire des dons aux voisins pour garantir la stabilité des frontières et des bonnes relations, etc. Si les réformes économiques et les exportations permettent un peu de remonter la pente au début de la NEP, la situation redevient critique dès la seconde moitié de la décennie. Il faut cette fois couvrir le déficit commercial. Il s’agit d’acheter les biens nécessaires à l’économie soviétique (industrialisation et bientôt la collectivisation). A cela s’ajoute aussi le soutien au Komintern (le fameux « or de Moscou »), aux partis occidentaux, le financement de l’espionnage…

Bien entendu, des fortunes ont été confisquées, mais ce n’est pas suffisant.
Entre octobre 1926 et septembre 1928, les réserves passent de 247, 5 millions de roubles à 131,4 millions. Or, le matériel industriel et agricole est très largement importé, alors que l’URSS n’exporte pratiquement que des matières premières. A l’aube du premier quinquennal, il faut aussi payer de plus en plus de spets (spécialistes étrangers) qui viennent mettre en place les complexes industriels et urbains…

Pour s’en sortir les Soviétiques tentent d’augmenter leurs exportations de matières premières, mais la crise économique de 1929 stoppe ce mouvement. Par ailleurs (crise des ciseaux), le prix de ces matières premières a diminué alors que celui des produits industriels a augmenté.

Donc on peut dire que ces ventes sont réellement motivées par des objectifs économiques et non idéologiques.

On retrouve ce phénomène avec l’encouragement du tourisme de masse lié notamment à la création d’Intourist et la mise en place d’une nouvelle infrastructure hôtelière dans l’Union dans le cadre du premier plan quinquennal.
On le retrouve aussi ce phénomène dans la diffusion de films soviétiques à l’étranger (Irina Tcherneva). 

Ce tournant coïncide donc avec l’industrialisation du pays et les premiers plans quinquennaux. Il est parallèle avec la vente massive de biens issus des collections impériales et des musées (la période est catastrophique pour eux).

D’où viennent les objets religieux, et en particulier les icônes ?
En 1918, le fonds du Musée d’Etat (GMF) est créé pour préserver les oeuvres d’art. Il réunit 4000 icônes environ. Au moment de sa liquidation, en 1928, à peu près la moitié a été vendue, l’autre moitié est allée dans les musées.
Le lieu majeur des dépôts et des ventes, est le Musée d’Etat historique avec près de 1500 icônes vendues sur la période de la fin des années vingt et des années trente.
La galerie Trétiakov, était au départ destinée à être un « musée séculier ». Mais, à partir de 1929, on crée une section d’art ancien et le musée reçoit donc de plus en plus d’icônes provenant des entrepôts des musées, et des séquestres liés aux répressions. La galerie participe donc également à ces ventes (104 icônes sont mises en vente). De fait, tous les musées vont y contribuer, notamment ceux de Vologda ou de Novgorod (des villes riches en églises et en monastères).
Cependant, toutes les icônes mises en vente ne furent pas vendues et les invendus furent retournés dans les musées.

Selon Elena Osokina, on peut malgré tout dire que les fondateurs de cette économie communiste qu’étaient les Bokcheviks, ont finalement créé le marché mondial de l’art religieux orthodoxe. Il existait en effet des collectionneurs d’art orthodoxe à la fin des années vingt, mais pas de véritable marché mondial de l’icône.  

Au départ, en effet, il n’y a pas de demande pour cet art qui n’est pas (ou plus) considéré comme un art. Pour les orthodoxes se sont des objets de culte. Pour les étrangers, ce sont des souvenirs. Il n’y a plus réellement, à la fin des années vingt, de collectionneurs à la recherche d’icônes sur le marché mondial de l’art. De fait, si avant 1917, la compréhension de l’icône comme un objet d’art avait émergé dans l’intelligentsia, l’athéisme militant des révolutionnaire bolcheviks a interrompu ce processus. Dans son usage interne, l’icône est redevenue un objet religieux plus que de l’art (campagnes antireligieuses).

Il faut donc, pour l’Etat soviétique, créer une nouvelle demande et en faire la publicité. Ils vont pour cela mettre en place une série d’expositions d’icônes à l’étranger. Avec l’aide du banquier suédois Olof Ashberg, ils tentent d’abord sans succès de montrer ces collections à Paris. Mais ce plan échoue. Les musées français contactés refusent-ils par peur des réactions de l’émigration russe, très nombreuse en France se demande Elena Osokina ?

Olof Aschberg (1877 – 1960). L’image provient du livre de Bjorkegren H., Transit scandinave. Les Révolutionnaires russes en Scandinavie. 1906 – 1917 / Traduit par A. Afinogenova. Moscou, Omega, 2007.

Notice biographique d’Olof Ashberg wikipedia en anglais) 

Entre 1929 et 1932, des icônes soviétiques sont cependant montrées dans de plusieurs villes étrangères en particulier en Allemagne et aux Etats-Unis (les deux pays d’où partent le plus grand nombre de voyageurs vers l’URSS à l’époque) : Berlin, Hambourg, Cologne, Munich, Vienne, Londres et 9 musées américains accueillent les oeuvres (le MET à New York, le De Young Museum de San Francisco, le Cincinnati Art Museum, la Memorial Art Gallery de Rochester, le Museum of Fine arts de Boston, le Worcester Art Museum (Massachussetts), The Art Institute of Chicago, la St Paul’s School of Art, et le Cleveland Museum of Art).

Salmond, Wendy. “How America Discovered Russian Icons: The Soviet Loan Exhibition of 1930-32.” In Alter Icons: The Russian Icon and Modernity, edited by Douglas Greenfield and Jefferson Gatrall, 128-43. Univ. of Pennsylvania Press, 2010.

On montre des icônes d’Andreï Roublev, et plusieurs véritables chefs d’oeuvre de l’art orthodoxe.
C’est donc globalement un succès même si deux manifestations d’opposants se produisent durant la campagne d’exposition aux Etats-Unis.

André Roublev, Icône de la Trinité, 1410-1427. @ Galerie Trétiakov

Avant le départ des oeuvres, le gouvernement soviétique avait donné sa garantie que les objets reviendraient en URSS. Mais en dépit de protestations dans l’intelligentsia, cela n’a pas empêché les ventes ultérieures.
Au tout début du périple de l’exposition, à Berlin notamment, les Soviétiques montrent des copies, comme par exemple l’icône de la Trinité de Roublev. Et comme ils ne peuvent vendre les originaux, ils vont donc vendre ces copies.

Mais en 1931-1932, alors que la crise économique bat son plein en Occident, l’URSS est en pleine crise monétaire. Pendant la tournée américaine qui clôture la série d’expositions étrangères, le gouvernement soviétique est finalement prêt à tout vendre : les originaux comme les copies.

In Wendy Salmond, « How America Discovered Russian Icons: The Soviet Loan Exhibition of 1930-32 », op. cit.

Ils vont pour cela se servir d’un intermédiaire qui va contacter les grands collectionneurs américains avec la mission de vendre les oeuvres  de l’exposition itinérante (A. Ia. Rozenshein qui comme une large partie du personnel concerné sera réprimé lors des Grandes purges). C’est un tchékiste, né en 1897, qui contacte d’abord les Rotschild, sans succès (désintérêt artistique ou refus de collaborer avec un Etat communiste, on ne peut qu’émettre des hypothèses pour l’instant). Sa mission semble même échouer puisqu’aucune icône n’est vendue pendant la période d’exposition. Mais quand les oeuvres reviennent en Russie soviétique, les ventes décollent. On passe d’une icône vendue en 1931 à plusieurs centaines dans les années qui suivent.

Quels sont les acheteurs les plus importants ?
Elena Osokina a réussi à retrouver les propriétaires d’une partie de ces oeuvres et à écrire l’histoire de ces oeuvres depuis leur vente. Son intention n’était cependant pas de faire une étude sociologique de ces acheteurs, sans doute essentiellement américains.
A ce sujet (acheteurs américains), on peut trouver d’autres renseignements dans Salmond, Wendy. « Russian Icons and American Money, 1928-1938.” Canadian-American Slavic Studies, 43.1-4 (2009): pp. 273-304. 

Tout d’abord Olof Aschberg lui-même achète 10 toiles. Au total le banquier philosoviétique va construire une collection de 245 oeuvres qu’il finira par donner au Musée national de Stockholm en 1933.
George R. Hann, un industriel de l’aéronautique de Pittsburgh va également faire décoller les ventes américaines en achetant plus de cent icônes en 1935, sans jamais avoir mis les pieds en URSS (il achète à partir de catalogues de photographies).

Frances Wilkinson, la femme (américaine) de l’ambassadeur italien, Augusto Rosso3 profite également de leur séjour soviétique pour acheter des icônes.

Augusto Rosso et sa femme Frances Wilkinson tunker, Life, 7 décembre 1936

De la même façon, l’ambassadeur américain Joseph Davies et sa femme Marjorie Merriweather Post, fréquentaient les magasins d’Etat où ils ont acheté des icônes, mais aussi de l’argenterie, de la porcelaine…

Marjorie Merriweather Post Hutton Davies, C. M. Stieglitz, World Telegram staff photographer – Library of Congress. New York World-Telegram & Sun Collection.

Certains universitaires ont pensé pendant longtemps que seules des copies avaient été vendues. Il est aujourd’hui prouvé que les Soviétiques montraient et vendaient les copies comme des oeuvres contemporaines. Il n’y avait pas de volonté de trucage de leur part. Par ailleurs, des oeuvres originales ont bien été vendues. Il est cependant difficile de retrouver la trace de toutes ses oeuvres.

Mais le processus est le même que pour les oeuvres d’art non religieux. On sait par exemple que des icônes qui étaient la propriété d’Ilya Semionovitch Ostroukhov (elles étaient à la Trétiakov) ont été vendues (une Dormition et une Annonciation).

Ilya Ostroukhov (1858-1929), par Sergueï Malioutine, 1915
@Galerie Trétiakov.

D’autres oeuvres viennent aussi de collections russes pré-révolutionnaires, comme celle d’Alexeï Vikoulovitch Morozov4.

Portrait d’Alexeï Morozov par Valentin Serov (1909)

Ce ne sont pas les meilleures pièces, mais ce sont de beaux objets provenant de collections initialement reconnues. On ne cède cependant pas les chefs d’oeuvre. C’est finalement le résultat d’un compromis entre les musées et les organisations du commerce chargées des ventes.

Une partie des oeuvres sont vendues directement par les magasins d’Etat destinés aux étrangers ou l’on paye en devises étrangères, voire avec de l’or ou des diamants.
Dans les années vingt, les ventes sont avant tout coordonnées par le  Gostorg (Bureau commercial d’Etat d’import-export), même si celui-ci s’occupe surtout de la vente de lin, de peaux et d’autres matières premières. Aussi, du fait des besoins, à la fin de 1928 apparaît au sein du Gostorg de la RFSR, une structure spécialisée qui va s’autonomiser : l’Antikvariat (abrégé pour Bureau principal pour l’achat et la vente d’antiquité). Sa direction n’est pas constituée de personnel des musées, mais de permanents chevronnés du parti communiste. Elle dispose de magasins spécifiques ou de « kiosques » de vente et s’adresse aux expatriés et aux touristes étrangers. On trouve d’abord ces emplacements dans tous les grands hôtels de Leningrad et Moscou.

Kiosque de ventes dans l’hôtel Moskva à Moscou (1980)

Beaucoup de ces objets religieux sont en fait vus à l’époque comme des objets surtout décoratifs. Les plus prisés par les Américains (Américaines) sont, selon Elena Osokina, ceux qui sont ornés de pierres précieuses et associés aux destins tragiques de la famille royale ou de l’aristocratie.

Or, avant la Révolution, les icônes sont bien considérés comme des objets religieux et non comme de l’art. Avec l’arrivée des Bolcheviks, il y a des débats au sein des musées et de l’intelligentsia pour savoir s’ils ont vraiment leur place dans les nouveaux musées soviétiques.

Lors des « premières expositions marxistes » à la Trétiakov, elles sont exposées comme des objets religieux. Il s’agit de souligner plus généralement le caractère religieux de l’art médiéval. Les icônes sont associées aux affiches de propagande anticléricale dont le message fait de la religion « l »opium du peuple ». C’est la conception à destination interne qui est de règle dans les années vingt. Mais en présentant les icônes à la bourgeoisie, on les expose comme de l’art sans y ajouter de dimension idéologique. C’est une compréhension créée pour l’extérieur. Pour l’exportation, les icônes deviennent de l’art. Elles sont montrées dans toute leur gloire, selon des techniques marketing qui privilégient une approche esthétique.

A l’Ouest, les icônes prennent encore une autre dimension. Elles sont avant tout perçues comme des objets décoratifs appréciés par des femmes riches pour décorer leur appartement. D’où l’intérêt pour les pierres précieuses et la famille impériale, qui peut en plus fournir matière à des récits « exotiques ».

En conclusion, cette étude montre que le stalinisme est plus complexe qu’on ne pourrait le penser au départ. Il faut aussi l’envisager comme un phénomène économique. Pour mener à bien l’industrialisation à marche forcée, les Soviétiques ont su utiliser des techniques marketing et des campagnes publicitaires qui n’avaient rien à envier avec celles des Occidentaux.

J’ajouterai de mon côté qu’ils ont aussi mis en place au même moment des structures touristiques qui seront celles du tourisme de masse des « Tours operators » occidentaux à partir des années soixante (les objectifs idéologiques en plus).

Le milieu des années trente marqua ainsi un nouveau tournant dans la perception artistique de l’art religieux.

Dans son article de 2000 cité plus haut, Elena Osokina terminait ainsi : « La suite des événements a cependant montré que ce n’est pas le Torgsin ni,  à plus forte raison, l’Antikvariat, qui ont résolu le problème des réserves d’or et de devises du pays, mais l’exploitation, par la main-d’oeuvre du Goulag, des mines d’or de Sibérie. Grâce au minerai de Sibérie, dans la seconde moitié des années 1930, l’URSS mit activement en vente de l’or sur le marché mondial. L’inutilité de l’exportation d’oeuvres d’art sur le fond du développement de l’exploitation des mines d’or devint évidente. »

Il me faudrait relire les centaines de récits de voyage en URSS consultés pour écrire une thèse de doctorat plutôt centrée sur les militants portés par des convictions communistes et/ou philosoviétiques que sur les amateurs d’art. Cependant, je m’interroge. Est-ce que les voyageurs français communistes ou philosoviétiques ont ramené des icônes ou des oeuvres d’art religieux d’URSS ? Est-ce que les « touristes français » sur lesquels j’ai finalement assez peu de témoignages (généralement liés à une activité militante), ont eux-aussi acheté des icônes dans les kiosques de leur hôtel ?

Il est difficile de répondre de manière exhaustive.
Je me permettrai cependant, sur un point, de nuancer les propos d’Elena Osokina. Elle oppose un discours interne (l’art religieux utilisé dans le cadre de la propagande antireligieuse) à un discours externe (le marketing des oeuvres d’art à destination des collectionneurs étrangers). En cela, elle sous-estime à mon sens le fait que la propagande antireligieuse fait partie de la propagande par le voyage à destination des visiteurs, d’une partie tout du moins. Durant les voyages des délégations de militants et des intellectuels invités, même si certains visitent les églises du Kremlin (avec un guide-interprète qui n’apporte pas n’importe quel éclairage), il y a toujours un moment où l’on insiste sur l’idée de la religion comme opium du peuple (visites de musées ou d’exposition antireligieux).

Voici le témoignage de Marguerite Bloch invitée avec son mari écrivain au premier Congrès des écrivains soviétiques durant l’été 1934 :
« J’aime mieux en raconter une autre [Histoire], c’est le neveu de Lydia Bach, 3 ans, qui en est le héros. Naturellement, ici les enfants n’ont pas d’éducation religieuse ; ils en ont même une antireligieuse, et les théories de Darwin, bien que considérées en général, comme dépassées sont très en honneur. Le petit enfant en était donc déjà nourri? Une fois on parle de quelque chose qui s’est passé il y a longtemps. « Combien de temps? -Je ne sais pas. Il y a longtemps, très longtemps. -Ah? Quand grand-maman était encore un singe? »

Parc de la culture Malraux, Erhenbourg, Bloch, Kolstov, L. Kozintseva-Ehrenbourg, Ephros, Premier congrès des écrivains soviétiques, Eté 1934.

C’est une écrivaine pour enfant qui l’a raconté[e] au Congrès, mais nous en avons su la source. Elle a aussi raconté ceci : Toujours dans le même but, on emmène un enfant voir une collection d’images de dévotion, statues, icônes, je ne sais pas quoi, et on lui explique l’absurdité de tout cela. Il a l’air d’écouter très bien, regarde tout, puis quand c’est fini et qu’on l’emmène, il sort de son silence pour déclarer énergiquement : Ils sont épatants [mot manuscrit], vos dieux ! Pourquoi que vous n’en faites pas d’autres. »5

Affiche ouzbek de 1934 – Peut-être ramenée d’URSS par les Bloch – Fonds Jean-richard Bloch, Médiathèque de Poitiers.

De leur voyage les Bloch ne ramène d’ailleurs a priori pas d’art religieux. On leur offre des objets-souvenirs mêlant des symboles  « d’art populaire russe » et d’autres plus idéologiques : une statuette d’un soldat de l’armée rouge, une belle assiette constructiviste6, une chemise brodée pour Jean-Richard ou un manteau de fourrures pour Marguerite (qui sera ramené plus tard par Henriette Nizan).

Assiette ramenée par Bloch d’URSS en 1934 (Fonds Jean-Richard Bloch, Poitiers).

Après la Seconde Guerre mondiale, on a aussi adressé à Marguerite une boîte de palekh renfermant de la terre du Mont Mamaïev de Stalingrad d’après un tableau de Guérassimov de 1938 (Staline et Vorochilov au Kremlin, Galerie Trétiakov).

Boîte de Palekh offerte en 1948 à Marguerite Bloch et contenant de la terre du Mont Mamaïev à Stalingrad. Copie de Sergueï Guerassimov, Staline et Molotov au Kremlin, 1938. Médiathèque de Poitiers, fonds Jean-richard Bloch.

En 1931, Maxime Gorki adresse à Romain Rolland deux boîtes laquées « des artisans du village de Palekh dans le gouvernement de Vladimir » en lui expliquant : « Avant la révolution, ils peignaient des icônes pour toute la Russie paysanne, et leur travail ne se faisait remarquer ni par leur originalité, ni par l’élégance, quoiqu’ils employassent la même technique et les mêmes couleurs qu’aujourd’hui. Mais à présent leurs travaux sont fort appréciés des collectionneurs et des amateurs d’art populaire. »7

De son séjour à l’Ecole Léniniste internationale en 1931-32, le militant communiste Lucien Ledru8  n’a ramené qu’une modeste petite boîte en bois sculpté9. Il est vrai que les militants d’origine ouvrière n’ont sans doute pas les moyens de s’acheter ces objets (pourtant vendus à « bas prix » selon Elena Osokina), même s’ils en avaient le désir.

Elisabeth de Gramont, Mémoires, Les Marronniers en fleurs, Editions Grasset, 2018 (réédition)

Elena Osokina nous a parlé d’une acheteuse française dont elle ne se rappelait plus le nom lors de son intervention. S’agirait-il de la comtesse Elisabeth de Gramont, qui visite l’URSS en 1932 puis en 1936  ?10 La maison de Passy de l’ancienne duchesse de Clermont-Tonnerre était ainsi décrite en 1930 :
« La Comtesse Elisabeth de Gramont habite une ancienne demeure dont les jardins s’étagent sur les vieux remparts de Passy. Cette exquise maîtresse de maison sut créer dans ce cadre unique, avec son goût plein de recherches et d’imprévu, un lieu unique et délicieux. »11.

Est-ce que, comme l’ambassadeur américain ou l’ambassadeur italien, les diplomates français présents dans les années trente, ont acheté des objets d’art religieux ?

On sait juste que Robert Coulondre (1885-1959. Coulondre est ambassadeur de France en URSS entre 1936 et 1938. Il est ensuite nommé en Allemagne de 1938 à 1939 (c’est lui qui est chargé de transmettre la déclaration de guerre française), puis en Suisse en 1940)), l’ambassadeur qui s’installe dans la Maison Igoumnov en 1938 12 est « révulsé » par la décoration13 qui lui rappelle un bain turc14.

Pour la femme de l’ambassadeur italien, l’objectif est décoratif selon Elena Osokina. Pour Joseph Davies, en dépit de ses sentiments plutôt indulgents à l’égard du gouvernement soviétique, l’acquisition d’oeuvres d’art religieux serait liée au désir de sauver ses objets sacrés, alors que les persécutions des Eglises s’accentuent dans la fin des années trente. Le couple ramènera au total 37 icônes de leur séjour soviétique, même si trois d’entre elles ont été achetées à Paris dans le magasin À la Vieille Russie15

 » If we can do so, » he wrote in his diary, « we will save for ultimate sacred purpose some at least of these beautiful things of the religious life of old Russia. » Permission was granted and a collection of some twenty icons put together for him, which he described as « all of the highest type of that kind of painting…. They were selected by the leading technical experts on icons connected with the Soviet government and particularly with the Tretyakov Museum. They are designed to cover the best types of the various periods. »16

Il faudrait également mieux connaître le détail du processus de la procédure d’achat et d’exportation sur place. Dans les années 1990, avant que la loi sur les biens culturels en Russie de 1998 ne vienne interrompre ce type d’exportations légales, elle nécessitait un parcours bureaucratique relativement compliqué pour les objets de valeur. Comme dans les années trente, il fallait obtenir un permis d’exportation qu’on pouvait attendre un certain temps. Cette procédure devait rebuter ceux qui séjournaient en Russie pour une courte durée sans parler russe de surcroît, ou sans avoir des contacts sur place.

Malheureusement, peu de voyageurs vont évoquer ce type d’anecdotes. Si les voyageurs anticommunistes critiquent la politique antireligieuse, déplorent le pillage des collections privées ou la destruction des églises, ils ne nous font rarement percevoir ces détails matériels de leur voyage.

Il faudrait donc recourir davantage aux sources soviétiques, celles de l’Antikvariat en particulier, ou à davantage de sources privées (journal intime, carnets), pour mieux connaître les achats faits en URSS par des Français.

  1. http://www.cercec.fr/univers-des-choses-sovietiques.html []
  2. On peut aussi consulter son article pour les Cahiers du monde russe qui évoque plus largement la vente des oeuvres d’art par le gouvernement soviétique  : Elena A. Osokina, « De l’or pour l’industrialisation », Cahiers du monde russe [En ligne], 41/1 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2007, Consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/36 ; DOI : 10.4000/monderusse.36 []
  3. Augusto Rosso (1885-1964) : diplomate italien en poste aux Etats-Unis entre 1932 et 1936, puis en URSS entre 1936 et 1940, il fut brièvement secrétaire général du Ministère des affaires étrangères italien, mais, par fidélité au roi, il refusa d’être Ministre de Affaires étrangères de la République de Salo. Il continua sa carrière après la fin de la guerre []
  4. Sur Morozov et le démantèlement de sa collection : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexe%C3%AF_Morozov []
  5. Moscou, Caucase Été 34, Lettre 18 du 5 septembre 1934, à paraître aux éditions du CNRS []
  6. ce n’est pas certain qu’elle provienne de ce voyage cependant []
  7. Correspondance Romain Rolland, Maxime Gorki, Gallimard, 1992, p. 241 []
  8. Lucien, Adrien Ledru (1903-1999. ajusteur ; secrétaire général de la Région Ouest-parisien des Jeunesses communistes ; responsable syndical ; résistant. Notice du Maitron en ligne de Claude Pennetier []
  9. Entretien du 23 octobre 1993 []
  10. Elisabeth de Gramont, Sur le chemin de l’URSS, Rieder, 1933 et Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir. Voyages en Russie soviétique (1919-1939, Odile Jacob, 2002 et 2014 []
  11. « A travers le monde » in « Les Modes : revue mensuelle illustrée des Arts décoratifs appliqués à la femme », septembre 1930, p. 2, consulté en ligne sur Gallica []
  12. Actuelle résidence de l’ambassadeur de France, le bâtiment constituait toute l’ambassade à l’époque []
  13. Le bail signé avec le Burobin empêche toutes modifications non validées par les services soviétiques. Les ornements polychromes de l’entrée richement décorée ont donc peut-être été ainsi protégés. []
  14. De Staline à Hitler. Souvenirs de deux ambassades, 1936-1939, Hachette, 1950 []
  15. Le magasin fondé à Kiev en 1851 est d’abord transféré à Paris vers 1920 par Jacques Zolotnitsky, le petit-fils du fondateur, et son neveu Léon Grinberg. Avec la guerre, il est réinstallé à New-York. []
  16. Mission to Moscow, 1941, cité par Wendy Slamond, op. cit., p. 294 – article sur lequel se fonde ses remarques sur Davies. []

Le voyage en URSS et l’engagement de l’écrivain en politique : André Gide, Louis Guilloux, Eugène Dabit – 1936 – Travail de recherches pour le séminaire de thèse sur Ecrivains et politique – Sciences po – 1990

Texte remanié d’un travail de recherches présenté dans le cadre du séminaire de thèse sur « Ecrivains et politique » dirigé par Jean-Pierre Azéma et Michel Winock (années 1990).

Août 1936, André Gide, Jacques Schiffrin, Pierre Herbart, Eugène Dabit, Louis Guilloux et Elizabeth Van Rysselberghe. http://larepubliquedeslivres.com/pierre-herbart/comment-page-3/

En relisant et remaniant ce texte préparé dans le cadre d’un séminaire de thèse, je ne peux m’empêcher de penser qu’on sent toutes les influences laissées par ma formation.
Influences de mes lectures de l’époque, à commencer par les travaux de Christophe Charle, invité au séminaire cette année là.
Influence de la « grille générationnelle » élaborée par des historiens de Sciences po ou liés à Sciences po (le numéro de Vingtième siècle d’avril-juin 1989, « Les Générations »).
Influences des sources enfin, contingentes de leur époque : les écrits de l’intime et la presse dominent (les archives soviétiques vont s’ouvrir peu après).
De ce fait, on apprendra peu de choses nouvelles dans ce texte. Cependant, j’ai corrigé des erreurs d’interprétation concernant Louis Guilloux, en utilisant un travail plus récent et fondé sur des sources soviétiques.

Le propos qui nous intéresse ici est d’essayer de mettre en valeur le rôle du « voyage en URSS dans les prises de positions politiques des écrivains engagés, comme on pourrait le faire pour le voyage français en Allemagne nazie ou en Italie fasciste 1.

Cette introduction ne saurait donc être une présentation biographique des trois auteurs, même centrée sur l’année 1936. Il s’agit avant tout d’un essai d’analyse du rôle du « voyage en URSS » dans les années trente. Un « voyage » qui permet de lier écriture, parcours biographique et engagement politique2.

Entre 1917 et 1939, plus de 200 textes liés aux voyages d’auteurs francophones paraissent en France.
Certains sortent à compte d’auteur et connaissent une diffusion limitée, d’autres comme le Retour de l’URSS d’André Gide, sont de véritables succès éditoriaux.
Pour la seule année 1936, on compte 18 publications chez des éditeurs confirmés. En 1937, quand Gide modifie son retour d’URSS, on en compte 19 ouvrages aussi divers que le Mea Culpa de Céline ou le témoignage d’un convaincu comme Jean Pons, communiste et membre des AUS (association des Amis de l’URSS)3 .

En effet, après les années vingt qui sont celles des premiers visiteurs d’une « Russie soviétique » encore très fermée, l’URSS des années trente va organiser le voyage des étrangers pour en faire tout à la fois un moyen de propagande et un moyen d’attirer des devises étrangères. C’est l’époque de la création de l’Intourist (1929) et de la mise en place de circuits modèles pour trois jours, trois semaines voire  parfois un ou deux mois. C’est un modèle très politisé qui vise à promouvoir un tourisme de masse.

Affiche Intourist 1930

A partir de la fin des années vingt et du début des années trente, et encore plus pendant la Grande Terreur, le voyageur a de plus en plus de mal à prendre des contacts hors des circuits officiels pour se faire une idée de la réalité du quotidien soviétique. Les médiateurs soviétiques (guides interprètes notamment) se professionnalisent et sont formés pour répondre à la double-attente de la diplomatie culturelle soviétique et des voyageurs étrangers4. En effet, tout voyage est un enjeu politique.

Il reste, même aux périodes fastes, l’apanage du petit groupe5 . Il oppose aussi deux « légendes » : une « légende noire » et une « légende dorée »6.

André Gide, Eugène Dabit, Louis Guilloux et les trois autres intellectuels (Pierre Herbart, Jacques Schiffrin et le Néerlandais Jef Last) qui voyagent en URSS durant cet été 1936, auraient dû être les ardents propagandistes de la « grande lueur qui s’était levée à l’Est » en 1917. Ils sont invités aux frais de la « princesse en guenilles »7.

Ils partent ainsi pour ce qui aurait dû être, pour la diplomatie culturelle soviétique et le parti communiste français, un apogée de l’engagement gidien. Le séjour, on le sait, va se transformer en une intolérable « apostasie »((Pour plus de détails sur ce séjour, on peut notamment lire la biographie  de Frank Lestringant, André Gide l’inquiéteur, Flammarion, « Grandes Biographies », t. I, 2011, ainsi que Sophie Coeuré, « Le voyage en URSS, un exercice de style », in Véronique Jobert, Lorraine de Meaux, Intelligenstia. Entre France et Russie. Archives inédites du XXe siècle, Ecole nationale supérieure des Beaux-arts, 2012)).

Interroger l’engagement et le désengagement de ces trois écrivains doit aussi nous permettre d’aller à la rencontre de trois itinéraires individuels et d’établir des liens avec le voyage. Ce dernier fournit un motif d’écriture d’un ouvrage à André Gide, comme à Pierre Herbart. Cela ne sera pas le cas pour Louis Guilloux dont le cas est complexe. Le voyage aboutit aussi à la mort tragique d’Eugène Dabit en Crimée.  Nous allons malgré tout nous efforcer de retracer ses impressions.

Pour cela, il nous faut préalablement questionner l’engagement avant le voyage, en étudiant les trois itinéraires au moment de leur départ en URSS. Nous verrons ensuite le temps du voyage, qui cristallise à notre sens un « désengagement » déjà présent (pour Gide du moins) et provoque la publication du « Retour de l’URSS ». Pour Louis Guilloux le voyage aboutit  à un « désengagement en mode mineur » plus complexe qu’il n’y paraît.

Avant le voyage en URSS, un engagement à trois voix : 

Stratégies de positionnement sur le champ littéraire
On peut tenter une analyse socio-historique des positions de nos trois auteurs. Leur triple engagement est à peu près contemporain,  et peut se décomposer en plusieurs périodes. La première est marquée par une intense réflexion et la recherche d’informations vis-à-vis de l’URSS (entre 1927 et 1932-1933). Elle est suivie par une période d’engagement actif.

En comparant l’engagement gidien à celui de Guilloux, Dabit ou d’autres intellectuels philosoviétiques, on ne peut qu’être frappé par son caractère tardif et paradoxal.

Au moment où Gide prend fait et cause pour le communisme, il a depuis longtemps acquis une place de premier plan dans la vie littéraire française. Il s’agit donc, pour le parti communiste d’un ralliement de premier ordre et qui coïncide en partie avec la politique de « main tendue » aux intellectuels initiée au moment d’Amsterdam-Pleyel (1932-1933), après une période plus sectaire dans la fin des années vingt et au tout début des années trente.

Les premières déclarations de Gide dans son journal peuvent être datées à mon sens du 13 mai 1931. S’agit-il de la date réelle d’une « prise de conscience » ? On ne peut évidemment le certifier, même si on retrouve la même chronologie dans le témoignage de Maria Van Rysselberghe.

L’engagement public lui est précis, puisque Gide publie ses « Pages de journal » dans les numéros d’été de la Nrf de 1932. C’est à ce moment là que la gauche française découvre que Gide « aimerait vivre assez pour voir le plan de la Russie réussir, et les Etats d’Europe contraints de s’incliner devant ce qu’ils s’obstinaient à méconnaître« .

L’engagement de Gide peut paraître paradoxal dans le sens  où il est tardif8, mais aussi parce qu’on peut se demander ce que Gide recherchait dans son rapprochement avec les communistes.

Inauguration de l’avenue Maxime Gorki à Villejuif – Paul Vaillant-Couturier, André Gide et Mikhaïl Koltsov le chef de la délégation soviétique le 30 juin 1935.
@Fondation Catherine Gide

L’Humanité du 1er juillet 1935, p. 1

Comment expliquer le rapprochement d’un « grand bourgeois » aux côtés des communistes ?
Issu d’une famille bourgeoise, intellectuelle, parisienne et protestante, Gide s’est, pendant de longues périodes, tenu à l’écart de la politique même s’il s’est engagé aux côtés des Dreyfusards. Cela ne signifie pas pour autant chez lui un désintérêt de la « chose publique ». De 1896 à 1900, il est ainsi maire d’un petit village du Calvados. Par la suite, il fut, à sa demande juré de la cour d’Assises de Rouen (1912)9. Enfin, même s’il s’agit avant tout de parler de littérature, on peut évoquer « les années 1916-1917 où se noue un dialogue complexe et spécieux entre Gide et Maurras »10.

Dans les années vingt, sa véritable « intervention politique » qui précède de peu et explique en partie son engagement aux côtés des communistes, est littéraire. C’est par le biais du champ littéraire qu’il choisit en effet de prendre des positions anticoloniales en publiant son Voyage au Congo (1927) et son Retour du Tchad (1928), deux récits d’une mission officielle en A.E.F. en 1925 et 1926. « A présent, je sais, je dois parler » écrit-il dans son journal. Il présente un véritable réquisitoire contre la colonisation en Afrique qui va même entraîner un débat à la Chambre des députés.

Son engagement communiste est d’abord également un engagement littéraire.

Au début des années trente, on l’a dit, Gide est alors un des auteurs rangés parmi les plus grands de son époque en France, au même titre qu’un Charles Péguy ou un Paul Valéry. Comme eux, il a derrière lui la plus grande partie de son oeuvre littéraire. Il reste l’un des fondateurs et un des animateurs d’une revue qui fait autorité en la matière. Outre une fortune personnelle  qui lui a toujours permis d’écrire sans autre souci que l’aboutissement du projet d’écriture, il est étonné de pouvoir dire à Maria Van Rysselberghe qu’il pourrait vivre de sa plume.

Cette position lui permet donc de faire plus facilement des choix de vie audacieux (comme faire accepter son homosexualité à travers la publication de Corydon en 1924) qu’ils soient personnels ou politiques.

Si on suit cette grille sociologique, sa situation privilégiée sur le champ littéraire lui permet donc de se positionner de façon paradoxale dans le champ politique, et cela, en toute liberté, en accord avec son individualité, ses idées.

L’itinéraire de Louis Guilloux est à première vue moins « paradoxal », même s’il y a chez Louis Guilloux une « ambiguité sociale » liée à ses origines et son parcours de vie. Ses origines sont d’une part populaire, et d’autre part, et, c’est aussi important, provinciale.

Louis Guilloux, Louis Aragon, et André Gide à la Maison de la culture en décembre 1935 Louis Guilloux, Louis Aragon, et André Gide à la Maison de la culture en décembre 1935. @Bibliothèques de Saint-Brieuc -Fonds Louis Guilloux

C’est avec Jean Giono et Jean Guéhenno l’un des rares écrivains d’origine populaire à prétendre à une certaine célébrité dans les années trente. Il naît en effet à Saint-Brieuc dans un milieu d’artisans engagés. Son père est cordonnier et socialiste (candidat SFIO aux municipales de 1909). Louis Guilloux enfant, baigne donc en partie dans un milieu d’extrême-gauche provincial et populaire. Bon élève, boursier (il entre au lycée en 1912), il aurait pu profiter de cet instrument de promotion sociale qu’est l’école républicaine, s’il n’avait décidé à 16 ans de gagner sa vie. Il fait alors divers métiers et finit par « émigrer » pour se fixer à Paris où il devient traducteur d’anglais pour L’Instransigeant.

C’est en 1926 qu’il décide de s’engager dans le champ littéraire11. Il fréquente alors des écrivains comme Jean Grenier, rencontré à Saint-Brieuc pendant la guerre, Fernand Divoire qui dirige L’Instransigeant ou André Chamson. En 1927, il envoie le manuscrit de « La Maison du peuple » à Daniel Halévy qui le transmet à Guéhenno qui dirige une nouvelle collection chez Grasset, où le livre va paraître (Les Ecrits). En juin 1927, il obtient tout à la fois la bourse Blumenthal et un contrat mensualisé avec les éditions Grasset.

Il dira lui même beaucoup plus tard « En 1927, l’écriture est devenu mon métier. Cela l’est resté depuis. » Un travail d’écriture très large puisqu’il comprend plus d’une vingtaine d’ouvrages (romans, pièces et essais), de nombreuses traductions de l’anglais ou de l’italien, des préfaces et de multiples textes parus dans des revues comme la Nrf, Esprit, Europe et surtout Commune. Il va aussi tenir brièvement la rubrique littéraire pour le quotidien Ce Soir ( jusqu’en août 1936).

Bureau de Louis Guilloux dans sa maison du 13 rue Lavoisier à Saint-Brieuc (où le couple emménage en 1932). @site de la ville de Saint-Brieuc – Maison Louis Guilloux.

Dans les années trente, Louis Guilloux est donc un écrivain et un écrivant qui parait largement reconnu dans le champ littéraire, sans être un auteur à succès.
France Culture Louis Guilloux un dégradé de positions proprement politiques – avec Jean-Baptiste Legavre
Cette ouverture rapide du champ littéraire à un homme qui en était doublement éloigné par ses origines sociale et géographique doit être analysée. 
Sans aller jusqu’à parler de stratégie littéraire, cette trajectoire peut néanmoins en partie s’expliquer par les choix littéraires de Louis Guilloux. En effet, lorsqu’il quitte Saint-Brieuc, il a conscience de la distance qui le sépare du monde littéraire parisien. Même si Louis Guilloux a par la suite cultivé son personnage littéraire de « franc-tireur »12, dans ses souvenirs posthumes, publiés sous le titre L’Herbe d’oubli, il y a bien un malaise entre l’écrivain Guilloux et Louis Guilloux, le fils d’un modeste artisan breton.  Il écrit : « Je sentais vivement que le hasard qui m’avait fait naître et grandir dans une petite ville de province à près de cinq cents kilomètres de Paris était responsable d’un immense retard dont j’étais la victime, mais en même temps, je me disais que le dommage pouvait se réparer, pour cela, il ne tenait qu’à moi, si j’avais le simple courage de profiter de la première occasion qui s’offrirait de prendre mon billet pour Montparnasse. »13

Jean-Baptiste Legavre (dir), Louis Guilloux politique, PUR, 2016
En couverture, portrait de Louis Guilloux par Eugène Dabit, 1935.

Et, pour mieux pénétrer le « microcosme » littéraire qui le fascine, il s’installe dans le quartier de Saint-Germain des Prés sur la Rive Gauche où résident les intellectuels. De 1921 à 1927, il s’intègre dans le groupe des « Vorticistes » où il s’entraîne au métier d’écrivain. Le groupe méprise les surréalistes, les dadaïstes notamment pour leur aisance toute parisienne et parce qu’ils sont déjà en place.

Mais cela ne suffit pas. Il ne faut pas oublier que Guilloux ne possède aucun titre universitaire ou scolaire, en dehors de son certificat d’études. Cela le marginalise au sein même de son groupe (Jean Grenier est agrégé de philosophie, André Chamson est chartiste). Guilloux n’a jamais été un étudiant, et avant d’entrer à L’Intransigeant, il est d’abord échotier à L’Excelsior à cinq sous la ligne.
C’est donc en choisissant de raconter son milieu social à travers ses romans, qu’il va intéresser les milieux littéraires et peu à peu s’y intégrer. Comme Giono ou Guéhenno, le « fils du cordonnier de Fougères », commence donc sa carrière en racontant son enfance et l’univers d’artisans et de militants socialistes de son père. Un témoignage véridique qui, dans la fin des années vingt et le début des années trente, pourrait s’inscrire dans le courant prolétarien ou dans le courant du populisme d’André Thérive.

Ce parcours et ces choix littéraires, vont donc logiquement de pair avec un parcours politique qui tente lui aussi de concilier des origines provinciale et populaire et l’accession au statut d’intellectuel. Pour le dire autrement, en s’engageant aux côtés du parti communiste, Louis Guilloux tente ainsi de résoudre l’ambiguité qui subsiste entre ses origines et un milieu intellectuel qui le fascine14.

Dans la version publiée de ses carnets (largement réécrits on le sait), comme dans ses premières oeuvres, on voit que Guilloux s’intéresse à la politique. Au début des années trente, il s’engage en Bretagne  contre les ventes-saisies et dans des actions en faveur des chômeurs. Il n’y a cependant que peu de trace dans ses carnets (publiés) d’activités politiques particulières.

C’est la reconnaissance littéraire qui va entraîner un engagement politique à l’échelle nationale. Dans la logique de son oeuvre, celui-ci se situe à l’extrême-gauche de l’échiquier politique. Pourtant, Louis Guilloux ne va jamais adhérer à un quelconque parti. Et son engagement politique parisien, est, me semble-t-il, toujours en retrait.

Regards, 18 juin 1936, @Gallica

Mon hypothèse est donc celle d’un engagement sur un mode mineur, tout au moins au niveau parisien. En effet, si Guilloux est bien le secrétaire du premier Congrès mondial des Ecrivains pour la défense de la culture en juin 193515, s’il collabore activement à Commune, puis au journal Ce soir, son activité militante parisienne semble relativement modeste et très littéraire.

Elle contraste avec ses engagements bretons. Il faut se rappeler que de 1935 à 1940, Louis Guilloux est responsable du Secours Rouge international pour les Côtes du Nord. Un engagement politique local très concret qui convient peut-être finalement mieux à Guilloux. A la fin de 1936, il quitte ainsi en quelque sorte Paris et les milieux littéraires parisiens pour « renouer  avec ses origines sociales », un peu « reniée » auparavant. D’où une oeuvre qui reste très ancrée dans une réalité provinciale tout en s’éloignant du modèle littéraire « réaliste socialiste »16.

On peut reprendre cette grille d’analyse pour Eugène Dabit qui a lui aussi des origines sociales modestes. On le sait, ses parents sont des au départ des ouvriers-employés parisiens (sa mère est couturière puis concierge, son père est cocher-livreur). Mais Dabit est bien un enfant des quartiers populaires de Paris et non d’une petite ville provinciale (Faubourgs de Paris). Cependant,allant même plus loin que Guilloux, alors qu’il est un bon élève, il refuse d’aller au delà du certificat d’études en 1912, « souhaitant », avec l’approbation de son père, apprendre un métier. Il est donc, avant la guerre, apprenti dans un « atelier de serrurerie où l’on fait la journée des dix heures »17.

La guerre est évidemment une césure sur laquelle nous reviendrons. 

Démobilisé en décembre 1919, il décide de se consacrer à l’art, même s’il s’initie parallèlement à la littérature sous l’influence du peintre Christian Caillard, le neveu d’Henri Barbusse qu’il a rencontré en 1921. Il partage avec son ami, une même vision critique du désordre du monde et une conception sociale de l’art

. 1922-1923 sont des années où il est devenu massier18. Ses parents possèdent alors l’hôtel au bord du canal Saint-Martin qui fera la célébrité de Dabit.

Aquarelle d’Eugène Dabit, Ma femme. Vendue en 1961 par Bétarice Appia-Dabit. Revendue par Artcurial le 3 novembre 2009.

En 1924, il se marie à Béatrice Appia, une artiste comme lui, rencontrée aux ateliers de la Grande-Chaumière. En 1925, tout en fréquentant le groupe des « peintres du Pré Saint-Gervais » qui se retrouvent dans un atelier de Belleville19, il commence à écrire20. Même s’ils ont pour une partie d’entre eux été formés à Montparnasse, les artistes du groupe sont donc très éloignés de la Rive Gauche comme Dabit le souligne dans Faubourgs de Paris.

Son entrée dans le champ littéraire ne peut donc qu’être progressive et, au départ, il occupe une position marginale. C’est en fait grâces à André Gide et à Roger Martin du Gard, qui vont lui servir de mentors littéraires et de guides, qu’il entre véritablement « en littérature ». Après une première rencontre en février 1927, Dabit soumet à Gide le projet d’Hôtel du Nord. Ce dernier demande ensuite à Martin du Gard de corriger le manuscrit.

Eugène Dabit, L’Hôtel du Nord, Eaux-fortes de Rémy Hétreau, Denoël, 1944.

Comme Guilloux, sans surprise, Dabit entre donc en littérature en choisissant de se raconter, et en intéressant des écrivains d’origine bourgeoise par sa singularité.

On le sait, le livre qui paraît chez Denoël en 1929 est un succès critique. Il est réédité en 1931 et paraît en feuilleton la même année dans Le Peuple (du 15 au 19 juillet 1931).  Dabit obtient également le 18 mai 1931, le premier prix « populiste ». 
La parution de Petit-Louis en 1930 conforte sa position sur le champ littéraire, même si ce n’est qu’en 1932 qu’il obtient un contrat de trois ans chez Gallimard. Un contrat qui, si on se fonde sur sa correspondance avec Roger Martin du Gard, est particulièrement avantageux puisqu’il va lui permettre quelques temps de vivre de sa plume.

Sa notoriété lui permet également, à partir de cette date, d’écrire  des articles de critiques d’art, des reportages, des essais dans des périodiques de gauche comme Europe, Marianne, Regards, Vendredi, et Esprit, mais aussi dans Les Nouvelles littéraires, et même Paris-Soir et Gringoire21.

Regards, 6 juin 1935
@Gallica

Surtout après 1935, il a donc une position d’écrivain qui s’accompagne, pour des raisons d’abord financières, d’une position « d’écrivant ». 
« Quant à moi, je pense que j’aurais bientôt mes petits ennuis. Mon contrat avec Gallimard se termine en février. Je doute fort que Gaston Gallimard m’en refasse un aussi avantageux […] Il me donne 800 francs par mois. Mais mes livres se vendent à 2000 ou 2500 exemplaires, jamais plus. Ce qui, Pierre Bardel a fait le calcul, au prix de la collection Blanche (15 F.) fait que la somme dévolue pour droits d’auteur aurait du être de 4000 ou 5000 F et non (faites le calcul) de 9600 F22.

Malgré tout, comme Guilloux, Dabit est bien devenu un écrivain à part entière en 1936. Une position qui est liée à un choix littéraire qui s’accompagne assez logiquement d’un engagement politique aux côtés du parti communiste. Cet engagement lui apporte en effet une nouvelle reconnaissance sociale, sans pour autant lui fermer les portes de Gallimard qui publie à l’époque Aragon ou Nizan et qui compte dans ses rangs des employés communistes comme Brice Parain…

Ce rapprochement se fait avant tout à travers des organismes liés aux intellectuels. En effet, après un court passage aux côtés du groupe des écrivains prolétariens, il adhère à l’AEAR en 1933 et multiplie les articles dans des organes de presse communistes ou proches du parti communiste. L’AEAR semble bien à l’époque le lieu où écrivains et artistes ont le sentiment de faire fusionner écriture et action politique. Une écriture qui se veut évidemment porteuse d’un message social.
Dans son journal23, évoquant les discussions à l’AEAR, il écrit : « Je ne demande pas mieux que de m’engager. C’est ma voie naturelle que je suis ; je sens que je puis faire un travail utile et en fonction même de mes besoins d’artiste, de créateur, pour tout dire, qui ne sont pas autres que mes besoins d’hommes. »

Dans les trois cas, les positions de nos écrivains sur le champ littéraire peuvent ainsi partiellement expliquer leur engagement politique. Pour Gide, il se fait « en toute liberté », alors que pour Guilloux et Dabit, il paraît plus « contraint » tout en restant très cohérent  avec leur itinéraire personnel et leurs choix littéraires.

Trois générations d’écrivains

Après 1932, Dabit, issu d’un milieu populaire et choisissant de le raconter, est logiquement favorablement accueilli par les intellectuels communistes français. Mais son itinéraire personnel et littéraire n’explique pas tout. Dabit est né en 1898. Il a donc 16 ans en 1914. Or, sur les conseils de son père, pour choisir son arme, il devance l’appel. Il devient ainsi un homme de la « génération du feu » pour qui la guerre change brutalement beaucoup de choses. Le thème de la mort l’obsède. André Gide dans son article de la Nrf du 1 octobre 1936 rapporte que Dabit « parlait de la mort sans cesse comme pour un inquiet besoin de la repousser en pensée. » Pierre Herbart évoque lui24 son « sens aigu presqu’animal de la vie ». Une mort très présente dans son oeuvre et qui se rattache à cette expérience de la guerre25

Regards, 3 septembre 1936, article d’Eugène Dabit sur la guerre de 1914. @Gallica

La guerre provoque donc un sentiment pacifiste virulent qui, s’il peut le rapprocher des communistes toujours très antimilitaristes en 1932-33, aurait pu jouer de plus en plus en sens inverse en 1936. 
Proche d’un Roger Martin du Gard sur ce plan, Dabit s’engage donc lui aussi sur un mode mineur. 
Ainsi, par exemple, si en 1932 il participe à des réunions de l’A.R.A.C. communiste à Paris, il refuse, l’année suivante, de faire partie du Comité contre la guerre et le fascisme. Il rapporte à ce propos dans son Journal26 un échange de lettres avec Barbusse, qui l’a nommé membre sans son accord. Ces réflexions sont signifiantes. Elle prouve sa volonté de conserver une liberté d’action, en particulier sur cette question du pacifisme.
« Je puis faire un bon écrivain, peut-être ; un politicien, un agitateur, un homme public, non (…) Pour Henri Barbusse toute l’activité est politique. Il importe plus d’être en accord avec moi, qu’avec lui. »

Guilloux est lui né trop tard pour appartenir à la « génération du feu » même s’il en est proche (il est maître d’internat au lycée de Saint-Brieuc entre 1916 et 1918). Il n’appartient pas non plus à la génération de la crise des années trente qui trouve déjà en lui un homme mûr. C’est donc en quelque sorte un frôleur de génération qui ne semble pas bouleversé par la Révolution d’Octobre de 1917, au point de s’engager politiquement (même si elle est importante dans son oeuvre). Cette absence de « greffe générationnelle » peut-elle nous servir à expliquer son refus d’adhérer au parti communiste ?

Gide, le plus âgé des trois fait partie de la génération qui se révèle « intellectuel » au moment de l’Affaire Dreyfus. Il fait partie de cette France de la justice, des droits de l’homme et de l’égalité. C’est bien avant tout un Gide humaniste qui s’engage aux côtés des communistes. Selon ses propres mots, c’est d’abord la prise de conscience de l’injustice sociale qui l’amène à ce rapprochement.

En 1932, il écrit : «  Pourquoi je souhaite le communisme ? Parce que je le crois équitable et parce que je souffre de l’injustice, et je ne la sens jamais tant que lorsque c’est moi qu’elle favorise. » Il le répète en juillet 1933, toujours dans son Journal27: « D’humeur et de tempérament, je ne suis rien moins que révolutionnaire. Au surplus, je n’ai personnellement qu’à me féliciter de l’état de choses. Mais, voyez-vous, ce qui me gêne ; c’est précisément à m’en féliciter (…) Cela fait encore partie de son argumentation en 1935, lors d’une réunion contradictoire de l’Union pour la vérité.

L’engagement vu à travers les écrits intimes de l’écrivain



Aussi, cet engagement gidien porte-t-il sans doute déjà les contradictions qui peuvent expliquer son rejet ultérieur. Un rejet qui se cristallise durant le voyage en URSS, mais dont on peut déjà suivre le cheminement dans son journal là encore. Ce dernier permet en effet de préciser l’évolution du rapport de Gide à l’idée communiste. Le temps fort de sa réflexion se situe durant l’année 1932. En juillet 193228 , il se dit obsédé par le problème de l’URSS et par le communisme. Cet état d’esprit persiste en 1933 où de nombreux passages témoignent de son admiration à l’égard de l’URSS, « applaudissant » par exemple un discours de Staline. 

Deux groupes d’idées dominent sa réflexion. 
Il s’agit tout d’abord de concilier un « communisme bien compris » avec un « individualisme bien compris »29.  Une perception très « gidienne » et peu doctrinale du communisme30.

Par ailleurs, Gide cherche dans le communisme ce qu’il n’a pu trouver dans le christianisme, c’est-à-dire un christianisme compris comme une religion de justice et de fraternité. Pour lui, en effet, « le communisme n’aurait pas de raison d’être si le christianisme n’avait pas failli. »31 Il « s’exclame » ainsi en juillet 1932 : «  Mais il faut bien que je le dise, ce qui m’amène au communisme, ce n’est pas Marx, c’est l’Evangile. » On retrouve cette argumentation à de multiples reprises. En juin 1933, il ajoute cependant : «  En ce sens, l’on a parfaitement raison de parler d’une « conversion ». Car tout comme celle au catholicisme, la conversion au communisme implique une abdication du libre examen, une soumission au dogme, la reconnaissance d’une orthodoxie. Or, toutes les orthodoxies me sont suspectes. »

Cette suspicion ne va faire que s’accroître à partir de 1933-34, alors que, paradoxalement, Gide est de plus en plus sollicité pour participer à des meetings, des réunions et qu’officiellement il multiplie les témoignages favorables. On trouve de nombreux indices de ses réserves dans son journal . Ainsi en 1935, « C’est aussi, c’est beaucoup la bêtise et la malhonnêteté des attaques contre l’URSS qui font qu’aujourd’hui nous mettons quelque obstination à la défendre. » Ou, cette phrase écrite un peu avant le voyage en URSS en 1936 : «  La propagande de l’URSS n’est pas toujours très adroite c’est excusable seulement si l’on songe à la jeunesse du peuple russe, à la nouveauté de son effort. » On trouve également de nombreux signes de ses réserves dans les Cahiers de «La Petite dame » (Maria Van Rysselberghe).

Par ailleurs, cette période d’engagement coïncide avec une période moins faste d’un point de vue littéraire. Dès la fin de 1930, il écrit : « Certainement, je ne suis plus tourmenté par un impérieux désir d’écrire. Le sentiment que « le plus important reste à dire » ne m’habite plus comme autrefois et je me persuade au contraire que je n’ai peut-être plus grand chose à ajouter à ce qu’un lecteur perspicace peut entrevoir dans mes récits. »

Si son journal reflète ses préoccupations et témoigne de ses nombreuses lectures, il prouve aussi que l’engagement politique de Gide le « distrait » de son métier d’écrivain. Cet engagement politique, s’accompagne d’ailleurs de multiples voyages, parfois politiques, parfois purement récréatifs (Sicile, Maroc, Allemagne, Suisse). Tout ceci détourne alors temporairement Gide du roman. Ainsi Geneviève commencé en 1931, est toujours en chantier au moment du voyage en URSS !

Au contraire, l’engagement politique parisien de Louis Guilloux coïncide avec la publication d’un roman souvent considéré comme son « chef d’oeuvre » et pour lequel les communistes vont se battre pour le défendre32. Mais, si le roman évoque un départ en URSS du héros, il faut attendre l’après guerre, avec Le Jeu de Patience (1949) et Les Batailles perdues (1960) pour voir apparaître la période des années trente dans ses romans. 

Et, contrairement à Gide, Guilloux, on l’a dit, évoque peu son engagement dans ses carnets33.

Il semble qu’il ne cherche pas à l’expliquer à tout prix. Ces carnets contiennent de multiples notes sur des sujets divers, de politique intérieure et extérieure. Il rapporte surtout des choses vues ou vécues dans la rue, en insistant sur la misère ouvrière et paysanne. Mais on a beaucoup de mal à reconstituer l’emploi du temps de l’écrivain en se fondant sur ses notes. Plus largement, L’Herbe d’oubli, texte inachevé il est vrai, fait peu de place à la période des années trente qui va de février 1930 au début de l’année 1936 (elle ne couvre que 55 pages). Il n’y évoque pas le voyage.

L’année 1936 est rapidement balayée en 12 pages, alors que l’année 1937, où Guilloux est retourné à Saint-Brieuc, est plus minutieusement évoquée en 75 pages. On voit Guilloux militer au quotidien à la tête du Secours rouge de la région briochine. 

Que dire de cette écriture intime relativement « ouatée » sur son engagement ? Témoigne-t-elle du relatif malaise de Louis Guilloux dans cet univers intellectuel parisien engagé ? Les notes de 1937 éclairent-elles finalement un désir plus ou moins conscient de se fondre à nouveau dans son groupe social d’origine, et de mettre sa vie en accord avec ses principes ?

Pour Eugène Dabit, le « Journal intime » est comme pour Gide l’occasion de faire le point sur son engagement. Est-il écrit pour être publié comme celui de Gide ? Difficile de trancher.

Si en 1932, Dabit se proclame révolutionnaire, les réflexions, dès 1933-1934, ne montrent pas un militant confiant, mais un homme désabusé et pessimiste. Un pessimisme qui est d’abord la traduction d’un malaise personnel et de la peur de l’avenir.

8 mai 1935 : « En cas de mobilisation, je pars « immédiatement et sans délai ». Je n’ai rien oublié de mes trois années de service militaire, de la guerre. Mais aujourd’hui, ma haine est plus forte, plus grand mon désespoir. C’est la nuit, celle de la mort, qui menace de nous envelopper tous. Oui, la haine… aussi le désespoir (…) Horreur, bassesse de tout un régime, d’une société hypocrite où se mêlent : prêtres, financiers, industriels, généraux, qui trahissent les nobles idées, qui trafiquent. J’appelle de tous mes voeux la fin de ce monde. Elle viendra. Quand ? Ah, qu’importe ! Le résultat final ne fait aucun doute. Et, c’est dans le sang et d’abominables horreurs, que sombrera cette société – contre laquelle vivant, je ne cesserai de lutter avec les armes que m’a données le destin. »

Le voyage en URSS, cristallisation d’un désengagement ?
Récits de voyage :

Dès le début de son engagement public, Gide va être sollicité pour partir en URSS par des communistes comme Ilya Ehrenbourg (en 1933), ou comme Aragon et bien sûr Aleksandr Arosev, le directeur de la VOKS  (en 1935)34. Gide est bien avec Romain Rolland ce que l’on pourrait appeler le plus beau fleuron de la « politique de main tendue » aux intellectuels.

Ainsi, en juin 1933, dans les colonnes de Russie d’Aujourd’hui, la revue des Amis de l’URSS, on répond à un ouvrier qui s’étonne d’entendre parler de Gide dans des colonnes communistes. On lui explique que « depuis quelques années celui-ci se rapproche de plus en plus de l’URSS ». Et, ajoute le chroniqueur, « c’est sans contredit, l’écrivain le plus écouté, le plus célèbre de France… Un homme d’une sincérité insoupçonnable. Son adhésion, son courage dans la défense de l’URSS sont l’indication certaine que les cercles intellectuels ne purent décidément, s’ils veulent penser honnêtement, continuer à croire en la légitimité du capitalisme (…) Mesurez alors, l’importance de ses déclarations, l’appui énorme qu’il donne à l’URSS et au marxisme. » Le philosoviétisme de Gide aurait en effet dû  être couronné par un voyage triomphal dans la patrie des travailleurs.

Toutes ses demandes aboutissent finalement au projet de l’été 1936 après plusieurs tentatives infructueuses (dont une avec Roger Martin du Gard en 1935 – refus de ce dernier). On peut suivre en détail la préparation du voyage à travers les journaux et les carnets de nos écrivains, à travers les cahiers de « La Petite Dame », et, en partie, à travers des archives soviétiques.

« Parmi les grands et sincères amis de l’URSS votre nom est certainement un des plus populaires et des plus estimés dans les plus larges milieux des travailleurs soviétiques. Vous connaissant et appréciant hautement d’après vos œuvres, vos idées et actions qui vous mettent à l’avant-garde des intellectuels français de gauche, les travailleurs soviétiques seraient certainement très heureux de pouvoir entrer en contact direct avec vous, de vous montrer leurs dernières réalisations culturelles, sociales et économiques et de pouvoir mettre à profit vos appréciations et suggestions personnelles à ce sujet.
C’est pourquoi nous nous faisons leurs interprètes fidèles, en vous faisant connaître leur plus cordial désir de vous voir en URSS auquel nous nous joignons très chaleureusement aussi bien au nom de la Société pour les relations culturelles « VOKS » qu’en notre nom personnel.
Aussi permettez-moi de vous adresser par la présente lettre notre plus amicale invitation de venir visiter notre pays où vous serez un des hôtes les plus bienvenus et les mieux accueillis aussi bien par la Société « VOKS » que dans tous les milieux soviétiques les plus larges.
Il va sans dire que vous n’aurez nullement à vous préoccuper des conditions de votre séjour chez nous qui sera entièrement organisé par nous. Quant aux détails, futures visites et rencontres, nous les fixerons définitivement d’un commun accord dès notre première entrevue à VOKS.
 »35)

Selon Maria Van Rysselberghe, après le refus de Roger Martin du Gard, Gide avait abandonné l’idée du voyage. Mais la ténacité des « Stalinist westernizers »36 va payer, puisqu’au printemps 1936, la petite équipe se constitue très rapidement.

Autour de Gide en effet, six intellectuels ont été comme lui officiellement invités en URSS. 
Il y a tout d’abord Pierre Herbart37, rencontré en 1927. C’est le gendre de la Petite Dame et le mari d’Elisabeth Van Rysselberghe (elle aussi présente en URSS), la mère de Catherine Gide. Les deux hommes s’estiment et s’entendent très bien. Herbart qui est communiste est en fait parti vivre à Moscou en novembre 1935 pour diriger l’édition française de la revue La Littérature internationale (UEIR – Union internationale des écrivains révolutionnaires) . Il prend ainsi la relève de Paul Nizan. Au début du mois de  juin 1936, il part de Moscou pour aller chercher Gide et l’accompagner en URSS38.

Pierre Herbart, @Fondation Catherine Gide

Il y a aussi Jacques Schiffrin, l’éditeur de la Pléiade qui fait partie de l’équipe Gallimard et que Gide connaît depuis le début des années vingt39. La venue de cet intellectuel né à Bakou en 1898 et qui a fui la Révolution d’Octobre en, 1917, va d’ailleurs poser le premier problème du voyage. La Petite Dame, dans ses notes du 31 mai 1936, écrit : « Il parait que la présence de Schiffrin est considérée comme plutôt indésirable. Aragon a commis la gaffe d’écrire officiellement que Gide arriverait en URSS avec Schiffrin comme interprète ce dont on s’est froissé, comme d’une défiance. » Gide doit alors convaincre Aragon du mauvais effet qu’aurait le refus de sa présence.

Sur un bateau (sans doute sur la mer Noire) de gauche à droite : Jef Last (de profil), Louis Guilloux, André Gide, Jacques Schiffrin et Eugène Dabit. Eté 1936.

Pour le communiste néerlandais Jef Last, ami de Gide depuis 1934, il n’y a par contre pas de problème. La Petite Dame le décrit comme un « marin hollandais, écrivain, emballant savoureux, ironique à travers un français impossible. »40

Jef Last Portrait de couverture de son livre (en néerlandais) sur la guerre d’Espagne.

Dabit quant à lui fait partie du petit cercle gidien depuis qu’il est venu demander des conseils littéraires à Gide en 1927. On trouve dans son journal de multiples références témoignant d’une admiration sans borne à l’égard de son aîné : « Je revois André Gide. Joie. Et de sa part, si simple, si affectueuse. (…) J’ai trouvé en lui, un artiste, un intellectuel, qui toutefois n’a pas cessé d’être un homme, l’est plus et mieux aujourd’hui. (…) Et combien il me donne confiance sur la route que je dois suivre ! Comme il l’éclaire. »41

Campagne pour le « Sang noir » de Louis Guilloux en décembre 1935.

Louis Guilloux n’est par contre pas un intime de Gide. Si celui-ci a suivi une des « conférences publicitaires » liées à la sortie du Sang noir en 1935, il ne semble pas le connaître personnellement. C’est vraisemblablement par l’intermédiaire de Malraux, qui passe quelques jours à Saint-Brieuc à la fin de l’année 1935, que Guilloux va faire partie du voyage. Si Gide fait mine d’apprécier l’écrivain breton dans ses lettres où il l’appelle « Mon cher Guilloux » et semble être « tout heureux de cette admirable occasion de vous (se) revoir et longuement »; la réciproque n’est pas vraie. Dans ses carnets du 28 janvier 1936, en évoquant la soirée où Gide l’invite à partir avec lui en URSS, Guilloux écrit : « Je ne puis pas dire que je me sente avec lui, très à mon aise. »42.

Voici pour les personnages, reste le voyage.

En fait, tous ne partent pas en même temps. Gide s’est occupé pour tous des passeports et des visas, mais il accélère les préparatifs du fait des nouvelles alarmantes concernant la santé de Gorki qu’il voudrait rencontrer. Il prend donc l’avion au Bourget le 16 juin, et livres à la main, arrive le lendemain à Moscou, via Berlin.

Gide sortant d’un avion – Juin 1936 à Berlin ?
@Fondation Catherine Gide

Jef Last, Jacques Schiffrin, Dabit et Guilloux partent de Londres où ils ont assisté à la Conference de l’Association internationale des Ecrivains pour la Défense de la Culture entre le 19 et le 23 juin 1936. Ils s’embarquent à bord du bateau soviétique Cooperatzia, qui, en cinq jours les conduit à Leningrad où ils sont accueillis par Gide.

Eugène Dabit et André Gide sur le bateau sur la mer Noire – 1936
@Fondation Catherine Gide

On peut arriver à reconstituer le voyage en URSS en lisant le Journal de Gide, le Retour de l’URSS, complété par le récit de Pierre Herbart, le journal intime de Dabit et les notes de la Petite Dame43. 

Le programme qui s’étale sur plus de deux mois (retour le 24 août) n’est pas très surprenant.

Affiche Intourist.
En fait datant des années 60.

Après Moscou et Leningrad, toute la petite équipe part en effet pour le Caucase qu’ils traversent en partie en voiture (route touristique panoramique) en passant par Ordjonikidzé (redevenue depuis Vladikavkaz), Tiflis où, le 30 juillet, Schiffrin et Guilloux regagnent la France. Ils prennent cependant aussi le train, dans un wagon spécial comportant un salon et des couchettes aménagées spécialement pour l’occasion44.

Les autres continuent vers Batoum, Soukhoum (Soukhoumi) et Sotchi. Le 12 août, à  Sotchi, Dabit est pris de coliques et de fièvres. Ils prennent malgré tout le bateau pour traverser la mer Noire. Le 17, ils arrivent  à Sébastopol.  Le 21 août, Eugène Dabit transporté d’urgence à l’hôpital meurt du typhus du typhus dans la soirée.

Gide et Guilloux dans le wagon aménagé pour eux. Fondation Catherine Gide.

Comme tous les voyageurs officiels, et sans doute plus que les autres, Gide et ses compagnons sont reçus dignement. Ils sont en effet assurés de deux choses durant ce séjour : de confort et de gloire.

Voyage en URSS
Eugène Dabit, André Gide et Pierre Herbart. Après le départ de Guilloux et Schiffrin le 30 juillet ?
Cahier de photographies offert en URSS « A notre cher et noble ami André Gide ».@Fondation Catherine Gide.

Rien à voir avec le Voyage au Congo où même la remontée du fleuve Congo en première classe est considérée par Gide comme une épreuve.

A Moscou, c’est une suite de six chambres qui est mise à leur disposition dans l’hôtel Métropole. Sur la mer Noire, à Soukhoum, il dispose même de la chambre allouée à Staline en personne. 
Ils se plaignent également d’une trop grande abondance de nourriture qu’on tente de leur faire passer pour l’ordinaire des Soviétiques  : « Excellent déjeuner à l’hôtel Astoria, à Leningrad. J’entends Gide féliciter nos hôtes de la parfaite cuisine et de la composition du menu. 
- Ce qui est remarquable, camarade Gide, […] c’est que tout le peuple mange ainsi désormais. »45 
Herbart se livre alors à un calcul qu’il communique aux autres en leur montrant que le prix du repas par personne correspondant au salaire moyen d’un ouvrier, soit 200 roubles par tête.

Brochure Intourist Crimée 1934

La « gloire » est elle aussi au rendez-vous. Tout a été prévu pour que partout Gide soit accueilli triomphalement. A son arrivée, il commence par être porté sur les épaules des employés de l’aérodrome.

Cette chaleur, perçue comme « très slave », ces contacts humains, même dans son Retour de l’U.R.S.S., Gide en conserve un souvenir ému.

Il est vrai que la diplomatie culturelle soviétique sait habilement jouer des récompenses symboliques réservées aux amis de l’URSS. Tout est soigneusement préparé. Comme ces banderoles qui se déroulent dans les gares à chacune de leur arrivée. En fait, elles suivent les voyageurs dans le même train qu’eux. Comme ces photos qui sont distribuées à des milliers d’exemplaires. Tous les faits, les gestes et les paroles de Gide sont soigneusement retransmis tout au long de voyage par la presse soviétique, même dans les régions où ils ne mettent pas les pieds. Il s’agit bien là de propagande extérieure, mais aussi de propagande intérieure.

Voyage en URSS – André Gide, Pierre Herbart et Eugène Dabit dans une voiture en URSS.
Photographie extraite du cahier offert « A notre cher et noble ami André Gide ». @Fondation Catherine Gide.

Ils sont bien sûr étroitement surveillés et soumis à un programme dense, avec de multiples cérémonies et visites sur le modèle soviétique : visites de kolkhozes, d’usines, mais aussi de musées, de crèches, de camps de pionniers. On les emmène au cinéma, au théâtre, au concert. Ils prennent contact avec la jeunesse universitaire, les gens de lettres (seul moment un peu plus « libre » du voyage peut-être, quand Gide est invité dans les datchas d’Isaac Babel et de Pasternak). Il y a aussi les multiples parades officielles : de la première, funéraire, où Gide prononce un discours pour l’enterrement de Gorki, à la parade de gymnastes qui remplace, durant l’été, les défilés des cérémonies commémoratives de la Révolution d’Octobre.

Discours d’André Gide aux funérailles de Gorki
Juin 1936 – Derrière Gide, Viatcheslav Molotov. Détail d’une photographie. Photographe inconnu @RGAKD.

Funérailles de Maxime Gorki – @Film Images
C’est bien une mise en scène en forme de livres d’images où Gide et ses compagnons doivent admirer la belle vitrine de la réalité soviétique.

André Gide avec des pionniers à la gare de Biélorussie en 1936. Photographe inconnu. @RGAKFD.

Ils sont en partie conscients de la surveillance à laquelle ils sont soumis. Gide renonce ainsi à prendre des notes durant son voyage. Ils sont aussi frappés, comme d’autres voyageurs avant eux, par ce qu’on ne peut leur cacher : les queues, la pénurie et la mauvaise qualité des marchandises qu’ils découvrent en se promenant autour de leur hôtel. A Tiflis, ils sont constamment suivis par des bezprizornis qui mendient…

En effet, au fur et à mesure qu’ils s’éloignent de Moscou le contrôle de leurs guides est plus « maladroit ». Les rencontres « non-officielles » se multiplient, comme celle où, lors d’une panne de leur Lincoln en plein campagne, ils entrevoient un paysan famélique sur le bord de la route. Enfin, la fin du voyage est tragique et assombrit le climat du voyage.  Que pensent-ils de la mort de Dabit, soigné trop tardivement et mal d’un typhus (on avait d’abord diagnostiqué d’autres maladies dont la scarlatine), sans doute attrapé sur le bateau sur la mer Noire ?

Leur retour rapide sur Moscou (Gide, Last et Herbart laissent Dabit à l’hôpital de Sébastopol) coïncide de surcroît avec le procès des 1646. Les trois hommes s’envolent même de Moscou le jour où Zinoviev et Kamenev sont condamnés à mort.

On a pu se demander pourquoi Gide, qui d’après son Retour de l’U.R.S.S. avait bien ressenti un profond malaise, a pu continuer à multiplier les déclarations en faveur de l’URSS pendant tout son voyage. Il faut cependant les nuancer. Quand il le peut, il évite les thèmes directement politiques, préférant, comme dans sa préface, évoquer la chaleur du peuple russe ou de parler la beauté de la Colchide en Géorgie (mais si Gide est botaniste, la lettre est malgré tout adressée à Béria). Il ne multiplie pas non plus les références à l’autre grand Géorgien, croisé à l’enterrement de Gorki et  qu’Arosev s’est efforcé en vain de lui faire rencontrer en tête à tête47. Malgré tout, sachant très bien que les Soviétiques tireraient parti de ses discours, il reste très prudent durant son séjour.

Ce voyage est évidemment dominé par la figure de Gide qui est au centre de toutes les attentions des médiateurs soviétiques. Ses compagnons sont finalement un peu plus libres de leur mouvement. Si on laisse Gide avoir des aventures, c’est Herbart (qui parle russe) qui rencontre un jeune bezprizorni à Leningrad ou un poète opposant sur le bateau sur la mer Noire. Les autres n’ont pas à faire de discours emphatiques et sont souvent dispensés des cérémonies officielles. Guilloux et Schiffrin peuvent également repartir plus rapidement. Si on se fonde sur le journal de Louis Guilloux, c’est en apprenant le début de la guerre d’Espagne que ce dernier se décide à rentrer. Mais ce qu’il a vu de l’URSS ne le pousse pas à rester…

Désengagements
Malgré toutes les précautions prises par les officiels soviétiques, on le sait, ce voyage n’est pas une réussite pour la propagande soviétique.

André Gide : une rupture

Le voyage cristallise un désengagement net pour Gide, officialisé par la publication du Retour de l’U.R.S.S.

L’écrivain, on l’a vu, était cependant devenu de plus en plus critique vis-à-vis de l’URSS avant même le voyage de l’été 36.
Par ailleurs, quand, au début du mois de juin, Pierre Herbart est venu  en France pour le conduire à Moscou, il a sans doute pu entretenir Gide de ses points de discorde à l’égard de la politique soviétique. Correspondant de La Littérature internationale, Herbart avait notamment assisté à la querelle entre formalisme et naturalisme et à l’affirmation du « réalisme socialiste ». Le contrôle sourcilleux sur tout ce qui était publié dans la revue ne laissait place à aucun doute. Un an après le voyage, il écrivait : « Le réalisme en URSS, c’est avant tout trouver bon ce que les dirigeants ont cru nécessaire d’éditer. »48.
Gide, qui dès le début de son engagement doutait de pouvoir un jour écrire selon des normes communistes, n’avait pu qu’être sensible à cette évolution.

Le voyage va ainsi aboutir à un point de non retour.

En effet, Gide rentre convaincu qu’il lui faut témoigner de ce qu’il a réellement vu en URSS : « la réalité, fut-elle douloureuse ne peut blesser que pour guérir » proclame la manchette publicitaire de son récit de voyage ! Pourtant, Gide ne pense sans doute pas qu’il va être banni par une partie de la gauche intellectuelle française, au delà même des rangs des intellectuels communistes. Ses positions sont cependant de plus en plus claires. On peut se fonder à nouveau sur le témoignage de « La Petite Dame » datant du début du mois de septembre : «  Je commence par le procès de Moscou qui est pour moi la fissure qui laisse passer tous les doutes. « Mais oui, oui », dit Gide, « C’est aussi odieux que le procès du Reichstag, c’est la même chose, et cela pose des questions terribles. » » 
Le lendemain de cette conversation, toujours selon Maria Van Rysselberghe, la visite de Jacques Schiffrin « ouvre toutes les écluses ».

La réflexion qu’il conduit avec les uns et les autres l’amène à penser : «  Je voudrais mieux sérier les questions. S’agit-il du communisme, du Russe, de Staline, ou de l’Homme tout court ?» […] « Tout cela est, aux yeux de tous, si bien confondu qu’il n’y a plus de moyen de parler clair ; la notion de parti est terrible et supprime toutes les nuances. »
Dans ses conversations avec Gide, Schiffrin conclue : «  Au fond le communisme n’existe plus là-bas, il n’y a plus que Staline. »49.

Concrètement que reproche Gide à l’URSS.
Pour rédiger son « carnet de route » il a été aidé par Pierre Herbart qui va finir par publier son propre récit en 193750. 
La première mouture du Retour de l’U.R.S.S. date du 23 septembre, soit un mois après le voyage.
Son jugement est concis et s’éloigne du simple récit de voyage pour faire figure d’essai. Après plusieurs corrections (celles de Schiffrin, de la Petite Dame, d’Herbert et de Guilloux). Le livre est finalement publié le 5 novembre 1936. Il est dédié à Dabit comme étant « les reflets de ce que j’ai vécu et pensé près de lui, avec lui. »

Ce qui choque Gide par dessus tout c’est que l’URSS n’a pas su préserver la liberté et l’individualité de l’homme. Concrètement, il évoque les problèmes de pénurie, mais aussi le conformisme social et stigmatise la bureaucratie. On connaît sa phrase fameuse51 quand il dit douter « qu’en aucun pays aujourd’hui, fût-ce dans l’Allemagne de Hitler, l’esprit soit moins libre, plus courbé, plus craintif (terrorisé), plus vassalisé » qu’en URSS.
Il dénonce aussi le culte de la personnalité, évoquant par exemple la censure de ses propres déclarations et l’insertion de textes de louanges à Staline dans ses articles ou la traduction de ses discours. Il attaque aussi la nouvelle législation contre l’avortement et l’homosexualité. 
Des critiques justes qui vont évidemment porter et qui sont pour lui comme une libération.
Il ne croit de toutes évidences plus à la possibilité de concilier sa personnalité avec le communisme soviétique et « s’en libère ». J’émets l’hypothèse que cette « libération » va ensuite faciliter son retour à l’écriture littéraire et lui permettre d’achever enfin Geneviève.

Eugène Dabit : la mort au bout du voyage
Dabit aurait-il aussi fait oeuvre de témoin s’il n’était pas mort en URSS ? Il nous reste son Journal intime publié par Gide de façon posthume52. Selon le témoignages de ses compagnons, Dabit comme les autres, et peut-être plus encore que Gide, est profondément déçu par ce voyage.

Cependant, une phrase du journal, écrite le 25 juillet, donc un peu moins d’un mois avant sa mort, semble résumer son opinion vis-à-vis de l’URSS : « J’écrirais peu sur ce voyage. S’il le faut à mon retour. (…) Quant à parler de la doctrine, du système, il n’en est pas question. Entre plusieurs qui sont proposés aux hommes, entre fascisme et communisme, je n’hésite pas, j’ai choisi le communisme, quelles que soient les réserves que puissent m’inspirer ce voyage, je m’en tiens fermement à mon choix. »

En fait, Dabit est comme Guilloux sous le choc des événements d’Espagne qui éveillent en lui « inquiétudes et souvenirs ». « De toutes parts, presque dans le monde, luttes, haines. En France, demain, c’est sûr. Alors quoi, comment vivre. »

Inhumation des cendres de Dabit au Père Lachaise le 7 septembre 1936. @Marcel Cerf – Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

En septembre 1936, lors de l’inhumation de ses cendres au Père Lachaise53, les communistes tentent pourtant de donner l’image d’un Dabit séduit par l’URSS. Cinq milles personnes assiste à la cérémonie où Paul Vaillant-Couturier et Aragon prennent notamment la parole.  Gide note dans son journal  « L’assistance était nombreuse ; gens du peuple surtout et en fait de littérateurs, rien que des amis dont le chagrin était réel. […] Les discours de Vaillant-Couturier et d’Aragon ont présenté Dabit comme un partisan actif et convaincu. Aragon, en particulier, a insisté sur la parfaite satisfaction morale de Dabit en U.R.S.S…. Hélas !… »

Regards, 17 septembre 1936. Article d’Aragon évoquant la parade sportive à laquelle il a assisté à Moscou avec Gide, Guilloux et « notre cher Eugène Dabit ».

Louis Guilloux : critiques « silencieuses »
Les mêmes signes de prise de conscience critique apparaissent chez Louis Guilloux, même si, comme pour Dabit, la prudence et le silence dominent. 

L’engagement philosoviétique de Guilloux est surtout littéraire. Il faut dire que son « bout de chemin » avec le parti communiste lui permet de publier de nombreux articles dans la presse communiste ou sympathisante.54

Or, à l’automne 1937, il note dans ses carnets « Si j’avais la moindre envie d’écrire pour le public, « quelque chose » sur mon voyage en URSS avec Gide, ce ne sont pas les procès de Moscou, ni la guerre d’Espagne qui m’y inciteraient. » 

Dans les carnets qu’il a fait publier, il faut attendre 1938 pour voir apparaître de véritables signes de désaveu à travers l’anecdote d’un Géorgien qu’un Russe empêche de lire en public des vers interdits. 

On le sait, il lui est publiquement impossible d’écrire contre Gide, ce qui lui vaut son renvoi de Ce Soir (fin août 1937), où il était en charge de la rubrique littéraire, et cela en dépit des démarches pressantes d’Aragon et de Jean-Richard Bloch.
Pourquoi ? C’est Gide qui l’a fait inviter en URSS… Malgré tout,  c’est un refus courageux, car le renvoi met fin à un salaire qui tombait tous les mois en lui fermant les portes du quotidien communiste. Un salaire dont il avait besoin, ses droits d’auteur ne lui permettant pas de vivre de son travail. La dimension matérielle a sans doute joué un rôle important pour la suite. Cela le pousse à rentrer en Bretagne où il s’engage encore plus dans l’action au sein du SRI briochin pour soutenir les réfugiés espagnols.

En décembre 1935, c’est pourtant le même Guilloux qui écrivait au correspondant de l’agence Tass en France «Cher Camarade, […]
Que souhaitez vous [sic] pour l’URSS, pour l’année 1936, me demandez vous ? Il est difficile de dire ce que l’on souhaite le plus particulièrement, quand on souhaite dans tous les domaines, sans exception, encore plus de succès, encore plus de réalisations et de force !
Je souhaite donc que l’année 1936 marque une nouvelle étape dans le triomphe du socialisme, c’est-à-dire dans le triomphe de la vie. Je suis avec l’URSS de tout mon cœur, je salue avec enthousiasme sa jeunesse où s’incarne tout espoir du monde vivant. L’année 1936 sera sans doute décisive dans la lutte mondiale qui se joue entre la vie et la mort. A tout ce qui veut vivre et défend la vie, salut !
Fraternellement à vous
Louis Guillou
55

En fait, les archives soviétiques prouvent qu’il n’y a pas eu de rupture franche, même après son exclusion de Ce Soir. Il n’a certes jamais écrit de véritable « récit de voyage » en URSS, mais il continue après le voyage de publier des textes très élogieux dans la presse communiste. On peut notamment citer ses articles pour Russie d’aujourd’hui, la revue des AUS, l’un sur la jeunesse, publié en novembre 1936 et un autre dans un numéro spécial qui regroupe des intellectuels communistes ou des sympathisants le 15 mars 1937. On peut aussi évoquer la publication de son hommage à Dabit pour Commune, où il ne fait pas davantage part de ses réserves :
« Depuis le début du voyage, nous n’avions cessé de parler de ce retour, qui eût été comme un couronnement éblouissant au périple qui nous avait menés de Londres à Léningrad, de Léningrad à Moscou, puis en Géorgie … […] C’était un compagnon facile, rieur, à qui le voyage, et surtout celui-ci, donnait un grand bonheur. Il rêvait depuis long- temps de voir ce pays neuf et vivant ! Il avait tant de joie à le parcourir. Nous nous sou- viendrons, me disait-il, ce voyage changera tout pour nous. […] Dans un camp de pionniers, près de Léningrad, je le revois bouleversé, pleurant d’émotions au milieu des enfants. […] Et quand je pense à ce que nous étions à leur âge, et à ce qu’on fait pour eux, ici, ah !… »56

Sa relation avec l’URSS ne s’interrompt donc pas après son voyage. Et, encore plus surprenant, même après août 1937, il continue de publier en URSS et de correspondre avec l’Union des écrivains, et cela jusqu’au début de l’été 193957

Comment expliquer ces contradictions ? Avec Louis Guilloux, il faut aussi se souvenir des incohérences inhérentes à ses origines sociales et son statut d’intellectuel((Jean-Charles Ambroise, « Un roman du désengagement. Les fins du militantisme dans le Jeu de patience », in Jean- Baptiste Legavre (dir.), Louis Guilloux politique, PUR, 2016, p. 83-107. )) Des discordances apparentes sur le champ littéraire parisien, que le retour en Bretagne et l’engagement dans l’action collective permet en partie de résoudre. 

« La posture composite de Guilloux qui dépend autant d’un double positionnement social et littéraire, que d’un contexte idéologique et d’une conjoncture matérielle, souligne dans tous les cas l’inadéquation des termes trop simples de « lucides » ou « aveuglés », utilisés pour qualifier l’attitude des « compagnons de route » vis-à-vis de l’URSS ou du PCF. »58

Une lecture diabolisée

A partir de novembre 1936, et même avant (démarches d’Aragon, entre autres), les communistes vont tenter de lutter contre Gide et ce qu’il dit dans son Retour de l’U.R.S.S. Gide est devenu un « renégat » qui, en dépit de la guerre d’Espagne (l’argument utilisé par Aragon pour tenter de retarder la publication) ose dire du mal de l’URSS « au moment où celle-ci a le plus besoin d’être soutenue » !

Mais, d’abord surpris, les communistes n’en viennent à l’exclusion totale et à la grosse artillerie qu’avec la publication du Retouches à mon retour de l’U.R.S.S. (1937)

Tous les arguments, même les plus vils, sont utilisés. On insinue que la publication répond à une âpreté au gain (le Retour s’est vendu à 146300 exemplaires entre sa publication et septembre 1937, avec 8 réimpressions). On évoque son homosexualité « déçue », voire du masochisme (André Wurmser dans Russie d’aujourd’hui).

Fernand Grenier, préface de Jean Lurçat, Réponse à André Gide, AUS, 1937.

Pourtant, en lisant les 73 pages du Retour de l’U.R.S.S. on est aujourd’hui frappé par la prudence du ton de l’avant-propos, ou par les premiers chapitres où l’écrivain évoque les aspects idylliques du voyage, la beauté du pays et la chaleur de l’accueil.

Mais dans le détail, les communistes ne s’y sont pas trompés, sa critique est sans pitié et elle sera encore plus virulente dans l’opus suivant. Gide sait qu’il n’a plus rien à perdre…

L’écrivain disparaît ainsi des organigrammes communistes. Selon une technique éprouvée, il est, en tant qu’adversaire, non seulement vilipendé, mais plus encore nié en tant que personne. De L’Humanité à la Pravda, de Ce Soir à Commune, tous les journaux le dénoncent. Même Romain Rolland, pourtant déçu par son voyage de 1935, parle d’un livre médiocre59.

L’association des Amis de l’URSS (AUS), dont la mission principale est la défense de l’URSS, va sans doute mener la bataille la plus active contre Gide. André Wurmser et Fernand Grenier, son secrétaire général,  livrent plusieurs articles dans Russie d’Aujourd’hui. Dès novembre 1936, ils mettent aussi en place des conférences contradictoires contre l’écrivain et éditent une brochure en 1937. Si au départ, leurs critiques restent réservées, laissant penser à un malentendu temporaire, la publication du Retouches à mon retour de l’URSS libèrent les vannes. Gide est alors définitivement passé du côté des E.U.S (ennemis de l’URSS) qui, comme Citrine, Trostky, Victor Serge, Kléber Legay… sont (selon les AUS) capables des pires mensonges pour arriver à leurs fins.

Gide est alors devenu un pestiféré pour une partie de l’intelligentsia progressiste.
Revue de presse autour du Retour de l’URSS @gidiana.net

Du côté de l’entourage de Gide, on peut évidemment compter sur la défection prévue d’Aragon ou celles des Groethuysen, tandis que Roger Martin du Gard l’approuve et que Malraux ne désapprouve pas. L’écrivain se replie sans doute davantage sur un réseau plus ancien de sociabilité, qu’il n’a cependant jamais quitté.

Plus graves sont peut-être les conséquences au sein de Vendredi, le magazine de Front populaire, où la controverse interne autour du livre fait partie des raisons qui expliquent le déclin du périodique politique.
Chamson a en effet accepté de publier l’avant-propos du Retour le 6 novembre. Par la suite, Vendredi fait le silence sur la polémique. Et quand Nizan, Wurmser et d’autres tempêtent, Chamson fait finalement marche arrière, perdant ainsi le soutien de l’autre camp. Fin 1937, il se rallie même aux positions plus intransigeantes de Viollis ou Guéhénno. Il est vrai que Gide a aggravé son cas en se joignant à Duhamel, Martin du Gard, Paul Rivet, pour lancer un appel au gouvernement républicain espagnol contre les procès arbitraires des membres du POUM. Gide a même utilisé Claude Mauriac pour faire signer cet appel à François Mauriac.

Le Retour, et donc le désengagement officiel de Gide, n’est pas la première rupture, ni le premier récit de voyage contre l’URSS. Il marque cependant bien un certain tournant. 60. C’est la fin d’une certaine euphorie contagieuse qui régnait jusque là largement à l’égard de l’URSS. Une rupture qui s’inscrit, il est vrai, dans le contexte international des « procès de Moscou » et dans celui de la Guerre d’Espagne. Une rupture qui se situe aussi dans le contexte de divisions de plus en plus fortes au sein de la gauche française du Rassemblement populaire. Aussi est-il difficile d’en mesurer l’impact véritable.

Pour les écrivains cependant, c’est aussi un tournant personnel. Gide retourne à la littérature se détachant ainsi de la politique. Pour Dabit, c’est évidemment plus difficile de trancher. Entre ce qu’affirme Gide et ce que révèle le journal intime, on a surtout l’image d’un homme pris entre le désarroi et l’angoisse. Sa position pacifiste semble dominer l’ensemble de sa réflexion… Mais…

Pour Guilloux enfin, le voyage est l’un des méandres du cours complexe de l’histoire de ses rapports aux communistes et à l’URSS. Il marque un premier désengagement parisien qui lui permet de quitter un milieu littéraire où il ne se sentait sans doute pas totalement à l’aise, et de se délivrer temporairement de toute ambiguité sociale. Mais il ne marque pas une véritable rupture avec l’URSS et le communisme. Celle-ci devra attendre la Guerre froide.

Dans tous les cas, le voyage reste bien un moment clé de l’itinéraire des écrivains philosoviétiques des années trente et un enjeu politique de premier ordre.

  1. A ce sujet : Frédéric Sallée, Sur les chemins de terre brune: Voyages en Allemagne nazie (1933‑1939), Fayard, 2017 ;  Christophe Poupault, À l’ombre des faisceaux: les voyages français dans l’Italie des chemises noires (1922-1943), Publications de l’École française de Rome, 2014 ; Alexandre Saintin, « Des intellectuels français à la rencontre du Duce et du Führer », Vingtième siècle, Revue d’histoire, N° 1, 2017, p. 83-97 []
  2. A ce titre on se permet de renvoyer notamment à Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir. Le voyage français en Russie soviétique, Odile Jacob, 2002, 2014 pour l’édition électronique et à Studer Brigitte, « Le voyage en U.R.S.S. et son « retour » », Le Mouvement Social, 2003/4 (no 205), p. 3-8. DOI : 10.3917/lms.205.0003. URL : https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2003-4-page-3.htm []
  3. Jean Pons (1901-1942). Professeur agrégé d’histoire. Militant communiste du Vaucluse puis au Maroc. Jean Pons, L’Éducation populaire en URSS, AUS, 1937 []
  4. Sophie Coeuré, Rachel Mazuy, Cousu de fil rouge. Le Voyage des intellectuels en Union soviétique- 150 documents des archives soviétiques, Ed. du CNRS, 2013 []
  5. J’estime à environ 10.000 le nombre de Français en URSS séjournant entre 1917 et 1944. Mais ce nombre comprend ceux que j’ai appelé dans ma thèse des « voyageurs malgré eux », notamment les prisonniers français des deux guerres. En dépit de l’augmentation du nombre de touristes dans les années trente, ce ne sont qu’un peu plus d’un millier de visas qui sont délivrés à des Français dans les années fastes ». Pour des chiffres plus détaillés de « ceux qui ont vu », cf. Sophie Coeuré, Rachel Mazuy, Cousu de fil rouge, op. cit. []
  6. Fred Kupferman, Au pays des soviets, Le voyage français en Union soviétique, Gallimard, 1979 []
  7. L’expression vient de Panaït Istrati et date de 1927. []
  8. On peut penser à l’appel signé entre autres par Anatole France ou Romain Rolland en 1917 []
  9. Souvenirs de la Cour d’Assise, 1913 []
  10. Eric Marty, https://www.fabula.org/atelier.php?Gide_et_les_%22classiques%22 []
  11. Sur la construction du « romancier Louis Guilloux », on peut lire l’ouvrage de Sylvie Golvet, Louis Guilloux. Devenir romancier, PUR, 2010 []
  12. Sur cette figure de style utilisée par Guilloux après la guerre, on peut voir Alexandra Vasic, « Salido, Louis Guilloux et le parti : rendre compte ou régler ses comptes. Une condamnation en sourdine », in Jean-Baptiste Legavre, Louis Guilloux politique, PUR, 2016 []
  13. L’Herbe d’oubli, Gallimard, 1984 []
  14. A ce sujet voir les travaux de Jean-Charles Ambroise, notamment « Une trajectoire politique », in Francine Dugast-Portes, Marc Gontard, Louis Guilloux écrivain, PUR, 2000. J’avais au début des années 1990 consulté le DEA de Jean-Charles Ambroise []
  15. « Le congrès international des écrivains s’ouvrent demain à Paris », Regards, 20 juin 1935 []
  16. Guilloux subit d’abord assez tardivement le rejet des prolétariens et des populistes, non pas de manière individuelle, mais en tant que membre d’un groupe. En effet, sa langue est soignée, et les personnages sont davantage des artisans que des ouvriers, et on aurait sans doute un peu de mal à reconnaître en eux des hommes nouveaux sur le modèle soviétique []
  17. Faubourgs de Paris, p. 74 []
  18. Dans les écoles d’art et d’architecture, c’est un élève élu par ses condisciples pour les représenter et pour assurer diverses tâches, notamment gérer les finances communes de la classe ou de l’atelier. []
  19. Christian Caillard, Béatrice Appia, Emile Sabouraud, Georges-André Klein, Maurice Loutreuil, Pinchus Krémègne ou Jean de Brunhoff qui a épousé Cécile Sabouraud, la fille de son ami Emile Sabouraud en 1924 []
  20. Un Séjour []
  21. Avant l’engagement à l’extrême-droite du périodique. []
  22. Lettre à Roger Martin du Gard du 12 novembre 1935, Roger Martin du Gard, Correspondance générale. Tome VI, Gallimard, 1990 []
  23. 22 novembre 1932. Eugène Dabit, Journal Intime (1928-1936), Gallimard, 1989 []
  24. En U.R.S.S. 1936, Gallimard, 1937 []
  25. Cf le poème « J’ai été soldat à 18 ans » []
  26. 27 septembre 1933 []
  27. André Gide, Journal, Gallimard Pléiade, p. 1174 []
  28. Ibid, p. 1140 []
  29. 27 juin 1932 et août 1933 []
  30. Cf. Ibid, p. 1113 []
  31. Ibid []
  32. On peut citer la chronique d’Aragon dans Commune en septembre 1935 par exemple []
  33. Nous n’avons cependant pas consulté la version intégrale déposée à la bibliothèque de Saint-Brieuc []
  34. VOKS : Société pour les relations culturelles avec l’étranger. Cf. Cousu de fil rouge…, op. cit., Documents 54 et 55 []
  35. Cousu de fil rouge…, op. cit., document 54, lettre d’invitation d’Aleksandr Arosev à André Gide (1935 []
  36. Selon l’expression de Michael David-Fox dans son article  » Stalinist Westernizer? Aleksandr Arosev’s Literary and Political Depictions of Europe », Slavic Review, 2003 []
  37. Sur Pierre Herbart, on peut lire la biographie de Jean-Luc Moreau, Pierre Herbart, L’orgueil du dépouillement, Grasset, 2014 []
  38. Rachel Mazuy, « Pierre Herbart en URSS », Revue Nord, N° spécial Pierre Herbart, N° 37, juin 2001, p. 17-23 []
  39. André Gide — Jacques Schiffrin, Correspondance (1922-1950), Avant-propos d’André Schiffrin. Édition établie par Alban Cerisier, Collection « Les Cahiers de la NRF », Gallimard, 2005. []
  40. Sur Jef Last, on peut voir le documentaire « L’ami hollandais » de Pieter Jan Smit datant de 2005. https://www.sngfilm.nl/en/film/lami-hollandais-jef-last-andre-gide/ []
  41. Eugène Dabit, Journal intime, op. cit., janvier 1934 []
  42. Carnets, op. cit., p. 125 []
  43. Il n’y a pas d’archives soviétiques complètes sur ce voyage ni au GARF – VOKS, Intourist, ni au RGALI – Union des écrivains []
  44. On peut en fait comparer leur voyage avec celui, assez proche de Jean-Richard et Marguerite Bloch, durant la fin de l’été 1934. Ils disposaient aussi d’un wagon aménagé []
  45. Pierre Herbart, En U.R.S.S. 1936, Gallimard, 1937 []
  46. Le procès dit du « procès dit du Centre terroriste trotskyste-zinoviéviste » du 19 août 1936 au 24 août 1936, dans le cadre des « procès de Moscou ». Il concerne des cadres dirigeants de la vieille garde bolchevique. []
  47. Cousu de fil rouge, op. cit., préface de Sophie Coeuré []
  48. Pierre Herbart, En U.R.S.S., 1936, Gallimard, 1937 []
  49. Pour les deux paragraphes qui précédent : Maria Van Rysselberghe,  Les Cahiers de la Petite Dame. Notes pour l’histoire authentique d’André Gide, tome II :1929-1937, Collection Cahiers André Gide (n° 5), Gallimard, 1975 []
  50. En U.R.S.S., 1936 []
  51. Journal,  p. 67 []
  52. Ce dont Guilloux s’indigne d’ailleurs dans ses carnets, car il s’agit de notes personnelles qui n’ont pas été retravaillées ! []
  53. https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/in/faces/browse.xhtml?query=Enterrement%20d%27Eug%C3%A8ne%20Dabit&searchType=all []
  54. Jean-Charles Ambroise, « Louis Guilloux et les années trente : un auteur décalé ? », Louis Guilloux, homme de parole, Ville de Saint-Brieuc, 1999, p. 47. Pour un récit détaillé de cet engagement, cf. Christian Bougeard, « Le parcours et les engagements de Louis Guilloux dans les enjeux de son temps (1930-1950) », in Francine Dugast-Portes, Marc Gontard (dir.), Louis Guilloux, écrivain, PUR, 2000, p. 31-46. []
  55. RGALI (Archives d’Etat de Russie de la littérature et de l’art) 1347-3-86, Carte (de vœux) recto-verso, 18 décembre 1935. Envoyée à Boris Danilovitch Mikhaïlov (1895- ?), le correspondant en France de l’agence TASS et de la Pravda. []
  56. Louis Guilloux, « Eugène Dabit », Commune, octobre 1936. []
  57. Pour le détail de ses liens, analysés à partir d’une correspondance déposée au RGALI, on se permet de reporter à Rachel Mazuy, « Une histoire à méandres. Louis Guilloux et la presse communiste », in Jean-Baptiste Legavre, Louis Guilloux et la presse, PUR, à paraître []
  58. Ibid []
  59. Pravda, 11 janvier 1937 et Jean Pérus (Ed.), Correspondance Romain Rolland et Maxime Gorki, Cahier N° 28, Albin Michel, 1991 []
  60. Sophie Coeuré, La Grande lueur à l’Est. Les Français et l’Union soviétique, Ed. du CNRS, 2017 []