Jean-Richard Bloch – Denis Saurat : une amitié littéraire (1925-1946)

Depuis plusieurs années je travaille sur la correspondance Jean-Richard Bloch déposée par sa famille à la Bibliothèque Nationale de France (BnF) et riche de plusieurs dizaines de volumes de centaines de feuillets1 . Cette correspondance éclaire des pans de la vie intellectuelle française, ainsi que des circulations intellectuelles avec l’étranger durant le premier XXe siècle.

Pendant le voyage en URSS de 1934, Isvestia, Samedi 25 août 1934. Sur la photographie Bloch Nina Kameneva Erhenbourg, Rakhilo Photographie V. Mousnstov

Ce sont les rapports à l’URSS de Jean-Richard Bloch qui dominent mes recherches, mais en résidant à Londres, j’ai pu découvrir l’histoire d’une amitié littéraire qui sortait du cadre soviétique.

Il s’agit de celle entre Denis Saurat (1926-1950)2, professeur à King’s College et directeur de l’Institut Français du Royaume-Uni (IFRU) entre 1924 et 1945 avec Jean-Richard Bloch, écrivain engagé à gauche dans les années vingt et trente (BnF, Mss, Correspondance, Lettres reçues, volume XCLII, f. 361 à 439).

Portrait de Denis Saurat extrait du Daily Telegraph (1942). Archives de l’IFRU

La correspondance qui nous permet d’évoquer cette amitié, est constituée de 78 feuillets qui correspondent à plusieurs dizaines de lettres d’une à deux pages. On y entend cependant davantage l’une des deux voix, car la plupart des missives sont signées par Denis Saurat. Elles ont été soigneusement conservées par Jean-Richard Bloch. Les seules manquantes ont été perdues (notamment deux pendant la Seconde Guerre mondiale). Il n’y en a donc que quelques unes de Bloch, qui sont des copies dactylographiées de la lettre originale et, de ce fait, non signées3.

Les lettres de Saurat sont presque toutes rédigées ou tapées sur un papier à en-tête de l’Institut français4 . Elles mentionnent aussi parfois son adresse personnelle. Plus rarement manuscrites, elles sont toutes signées de la même façon (D. Saurat). Celles qui sont tapées, l’ont été par la secrétaire de Saurat. Après les avoir dictées, ce dernier relit le texte et corrige à la main les fautes de frappe éventuelles5.

Devant sa secrétaire, il n’hésite cependant jamais à entrer dans le registre de l’intime avec celui qui est devenu un véritable ami après un premier voyage à Londres en 1927. Mais le ton est sans doute encore plus chaleureux et peut-être plus direct et incisif, moins officiel, dans les lettres qu’il lui écrit sans intermédiaire.

On peut ainsi comparer deux lettres au contenu identique. L’une, assez courte, est écrite à la main par un Denis Saurat pressé, le 15 mai ; l’autre, datée du 18, reprend les mêmes éléments même si elle semble antérieure à la précédente. En effet, celle du 18 demande le paiement de droits d’auteur pour un article dans Europe, alors que celle du 15, l’atteste6 . La tonalité de la lettre tapée est donc plus officielle. Ainsi par exemple la phrase : « Merci aussi de votre offensive sur… je suis sûr que cette fois vous enlèverez l’affaire. » devient dans la lettre « officielle » :
«Excusez-moi de venir vous persécuter au moment où vous devez, à votre retour de l’Allemagne être plein de business, mais il me semble qu’il vaudrait mieux, avant les vacances d’été, si c’est possible, régler enfin la question en suspens. Je n’ai toujours rien reçu de cher [sic] Rieder7 pour notre livre Occultisme et Littérature. Je serais très heureux que vous puissiez enfin d’obtenir de Crémieux une décision, et si elle est, comme nous l’espérons tous les deux, favorable, qu’un contrat soit établi. Je regrette que cette histoire vous ait [« it » ajouté à la main] créé tant d’ennuis [« s » ajouté à la main], mais puisqu’elle est engagée, il vaut mieux la liquider. »8

Le fonds Saurat de l’IFRU9 ne contient que très peu de lettres personnelles de cette période. L’appartement de la famille Saurat ayant été bombardé en 1944, il est probable qu’une partie de ses archives aient disparu.

Les deux hommes, bien que d’origine sociale différentes10 et nés à 6 ans d’écart (1884 pour Bloch et 1890 pour Saurat) ont beaucoup de points communs. Combattants de la Grande Guerre, ils sont tous deux licenciés, et docteurs. L’un est agrégé d’histoire (Bloch), l’autre est agrégé d’anglais. Bloch a comme Saurat travaillé dans l’un des Instituts français (celui de Florence en 1913). Leur mort est brutale (l’un en 1947, l’autre en 1958) et tous deux ont élevés 4 enfants, en ayant subi la perte d’un cinquième.

Mais l’un va se destiner très tôt à l’écriture en abandonnant l’enseignement sans poursuivre dans la diplomatie culturelle, tandis que l’autre enseignera toute sa carrière, tout en dirigeant pendant plus de vingt ans l’Institut français du Royaume-Uni à Londres.
Leur correspondance débute en 1925 (au moment de la parution de la Nuit Kurde roman de Bloch réédité après la guerre) et couvre toute la carrière de Saurat à la tête de l’Institut, puisque la dernière lettre, de Bloch, date du 31 janvier 1946.

Page du livre d’or de l’Institut Français mis à disposition pa Marie Bohn (Marie Orliac la fondatrice de l’IFRU), 24 mai 1927 (Archives de la comtesse Kinski, en prêt dans le fonds de l’IFRU).

Plusieurs voyages en Angleterre et visites de Bloch à l’Institut français rythment leurs échanges durant cette période. Après un premier voyage en Angleterre en 1913, l’écrivain est accueilli à l’IFRU par Saurat en juin 1927 (conférence sur « Ce qui attend notre civilisation »11) et revient sur deux jours en mars 1930 pour assister à la représentation en français de sa pièce « Symphonies » par les étudiants anglais de Saurat à King’s College. Un troisième voyage, en novembre-décembre 1930, le conduit en tournée en Ecosse, puis à Londres, où il fait une conférence au King’s College et une autre à l’Institut.

Dans les années trente, d’autres projets n’aboutiront pas. Le premier, prévu pour la fin de l’année 1934 et organisé par l’Alliance française est annulé du fait du séjour en URSS de Bloch (juillet 1934-décembre 1935). Enfin, en 1937, Saurat doit reporter puis supprimer le programme de son ami devenu journaliste et donc trop pris dans la tourmente de la fabrication du journal communiste Ce Soir (il en a accepté la direction avec Aragon12).

Une estime littéraire réciproque s’est vite installée entre eux. Les écrits de l’un nourrissent les travaux de l’autre. Par ailleurs, deux des livres de Saurat sont publiés en liaison avec Jean-Richard Bloch chez Rieder et c’est Saurat qui assure la courte notule sur Sybilla pour la Nrf en 193213. Il cite Bloch dès qu’il le peut dans ses articles et dans une partie de ses ouvrages14 , en le remerciant pour l’envoi de livres, et pour les dédicaces. Il est ému de se retrouver cité plusieurs fois dans Destin du siècle 15 , et dans d’autres textes de Bloch. De son côté Saurat remédie « au tort fait à la littérature française », en incluant Bloch dans des articles pour l’Encyclopedia Britannica16.

En dépit de l’engagement politique de plus en plus prégnant de Bloch (celui-ci n’adhère cependant pas au PCF avant 193917) , les deux hommes continuent à correspondre durant les années trente. On n’observe pas, comme avec Jean Paulhan par exemple18, un éloignement progressif lié aux convictions philosoviétiques de Bloch. Durant son exil, Bloch apprend (avec retard en 1943) que son ami est de retour à Londres après sa mission en AEF de 1940-1941. Les lettres témoignent donc aussi des circulations intellectuelles en temps de guerre, même si celles-ci sont réduites et aléatoires. Après 1943, de retour à Moscou après un exil à Kazan et Oufa liée à l’avancée de l’armée allemande, Bloch fréquente assidûment les missions diplomatique et militaires françaises de la France libre19 . Il obtient ainsi des nouvelles de Londres20.

Leur correspondance s’achève en janvier 1946. Saurat, devenu anti-gaulliste, ami d’André Labarthe21 , a été « débarqué » de l’IFRU par de Gaulle, même s’il reste encore quelques temps à Londres où il continue d’enseigner à King’s College. Nous sommes quelques mois avant la mort de Bloch (mars 1947), après le retour retour de l’exil soviétique (avril 1941-janvier 1945), dans la fébrilité militante des derniers mois de la vie de l’écrivain devenu un intellectuel organique profondément communiste et en passe de devenir un homme politique22 .

Les lettres éclairent en fait deux parcours intellectuels. Celui, relativement serein de Saurat jusqu’à la Seconde Guerre mondiale23 , celui plus complexe et tourmenté de l’écrivain de plus en plus engagé.

Elles permettent aussi de mettre en valeur des circulations intellectuelles dans l’Europe des années vingt, trente et quarante. Elle montre l’importance des voyages et des tournées de conférences des écrivains dans la construction de leur parcours et de leur statut international. Utilisant les liens personnels pour nourrir la critique littéraire de son œuvre, plutôt que des mondanités et la fréquentation régulière de sa maison d’édition (Gallimard), Bloch n’est cependant pas « reclus » en Province (à Poitiers), même dans les années vingt. Relayés par des traductions, ses nombreux voyages (dont on voit ici l’exemple britannique) lui permettent en effet de renforcer sa stature internationale et son réseau étranger. Saurat favorise la traduction de la Nuit Kurde chez Gollancz, et inclut Bloch dans ses articles sur la littérature française de l’Encyclopedia Britannica. Il l’introduit aussi dans les universités anglaises, à King’s College en particulier où il fait jouer la pièce Symphonie à ses étudiants, et, bien entendu, auprès du public de l’Institut. Il joue ainsi véritablement le rôle tenu à la fois par le service étranger des maisons d’éditions et celui des attachés du livre24 des services culturels français aujourd’hui25 . Ce choix, est un choix esthétique, mais aussi amical et politique. Mais Saurat ne suit pas l’engagement politique de son ami dans les années trente. Tout en ayant une sensibilité de gauche, il reste plus modéré. Par ailleurs, sans que cela ne soit sujet de discorde, son intérêt pour l’occultisme n’est pas partagé par Bloch. Il est enfin difficile de déterminer le contenu exact de leurs discussions liées à la religion, qui est fondamentale pour Saurat comme en témoignent ses recherches littéraires

Les lettres soulignent également le rôle de Bloch en tant qu’éditeur, en particulier dans les années vingt. Elles montrent qu’il s’efforce de faciliter la publication des écrits de ses amis en France ; comme Saurat joue ce rôle de diffuseur et de critique des œuvres de Bloch au Royaume-Uni (et dans une moindre mesure en France, à travers la Nrf). Leur courrier témoigne aussi de la transformation de Bloch en journaliste à travers le récit des débuts de Ce Soir (une des rares missives de Bloch), et ses regrets, partagés par Saurat, de ne pouvoir continuer à être pleinement écrivain.

Cette correspondance permet également de questionner la porosité entre le champ littéraire, le champ universitaire et celui de l’édition, au Royaume-Uni et en France. Saurat est à la fois directeur de l’IFRU, professeur à King’s College, essayiste et critique littéraire dans des revues intellectuelles anglaises et françaises, tandis que Bloch est écrivain, essayiste, éditeur et lui aussi critique dans des revues. Saurat use de ces multiples réseaux pour faire connaître et légitimer son ami auprès du public anglais, londonien en particulier. Même s’il se distingue de l’écrivain (pour lui, contrairement à lui-même, c’est un véritable « artiste »), les deux hommes semblent réellement sur un pied d’égalité en ce qui concerne le dialogue littéraire.

Émanant surtout de Saurat, ce courrier éclaire enfin la vie de l’IFRU dans les années vingt et trente, et, dans une moindre mesure, quarante. Il montre le fonctionnement des conférences littéraires et leur prise en charge « artisanale » et personnalisée par Saurat. Celui-ci a en effet une très grande liberté de manoeuvre. Nommé par les universités de Lille et de la Sorbonne, il décide d’abandonner son salaire français pour pouvoir continuer à enseigner à King’s College26 . Elles témoignent aussi de la faible emprise du Service des œuvres sur la programmation et la direction de l’Institut créé par Marie (d’) Orliac27 en 1910, en dépit de la nouvelle impulsion donnée à la diplomatie culturelle française après la nomination de Denis Saurat en 192428 .

Elles évoquent aussi le projet du nouvel Institut (inauguré en 1939 par le président Lebrun et la princesse Mary) qui met plusieurs années à se concrétiser, en occupant, selon Saurat, un temps précieux.

Elles se terminent avec les drames de la guerre. En 1944, le fils de Saurat est prisonnier de guerre, et, même s’il ne le dit pas, il est mis sur la touche par de Gaulle. En utilisant ses amis et connaissances de Londres29 , et donc en particulier Saurat, Bloch tente (en vain) d’en savoir plus sur sa famille restée en France. La réponse optimiste de Saurat de janvier 1944 témoigne bien de la difficulté d’obtenir des informations sur une France encore occupée. Ce n’est en fait que progressivement, après son retour en France en janvier 1945, que Bloch apprendra les morts tragiques de sa mère Louise Bloch gazée à Auschwitz en 1944, de sa fille France exécutée à Hambourg en 1943, de son gendre Frédéric Sérazin « Son mari Frédo fut assassiné par la Milice et la Gestapo à Saint-Etienne, le 15 juin 1944 » et de son neveu Jean-Louis Wolkowitch, fusillé au Mont Valérien en 1942 et de sa belle-mère, Alice Herzog (née Lévy-Rueff) morte en déportation en 194430 . C’est ce souvenir encore très douloureux (« vides irréparables ») qu’il évoque dans sa toute dernière lettre envoyée à son ami le 31 janvier 194631 .

Lettre de Pierre Gamarra à Denis Saurat du 4 février 1957. IFRU, Fonds Saurat, Dossier 70, Correspondances.

BnF, NAF 28222, Fonds JRB, Correspondances, Lettres reçues, vol. XLII
Extraits de la correspondance.

f. 364
[Lettre de Denis Saurat à en-tête de l’Institut – 1925]

Mon cher ami,
J’ai écrit à Alcan qu’on vous envoie mon Mr. Milton en français.
Votre idée d’un seul volume pour Milton. Blake. Shelley. Whitman me paraît de plus en plus, excellente. Ou peut-être pourrait on ajouter Milton (il y en aurait environ 100 à 130 pages) au 1er volume, dont le titre « Occultisme et littérature » peut très bien être changé si vous le jugez à propos.
On vous enverra d’autre part les Marsyas depuis le malheureux article Dosto [?Dozto]
Je vous en prie, ne répondez pas ; je sais ce que c’est le temps perdu. Je vous mets ce mot pour que vous soyez au fait pour parler au Dr Couchoud.
J’espère surtout que vous finirez par trouver une place aux Dialogues ; et je ne voulais pas rentrer à Londres sans vous dire le plaisir très profond que j’ai eu à entrer en contact avec vous.
Très cordialement, et au mois de janvier
D. Saurat

f. 365
[Lettre de Denis Saurat à en tête de l’Institut]

21 Xbre 1925

Mon cher ami,
Je vais à Paris et j’irai vous voir chez Rieder dans l’après-midi du mardi 12 janvier (douze).
Si vous n’êtes pas libre voulez vous laisser un mot pour moi à la librairie me fixant un rendez vous ?
Très cordialement
D. Saurat
PS. Votre mythe des hommes lions a eu le plus grand succès auprès de mon auditoire anglais à l’Université – et il le mérite.
[…]

f. 367
[Lettre de Denis Saurat à en tête de l’Institut]

Le 9 Septembre, 1926.
[Même adresse que la précédente lettre]

Mon Cher Ami,

Nous serons à Paris, ma femme et moi, pendant la semaine du 27 septembre au 2 octobre. Est-ce qu’on pourra se voir, et quand ?
Je serais heureux d’avoir le choix de deux dates car je suis malheureusement obligé de m’organiser. Mais plus nous aurons de temps avec vous et plus nous serons contents.
J’ai arrangé la conférence de Maurois à l’Université ; ça marche. Les vôtres aussi pour l’Institut et pour l’Université sont arrangées mais je n’ai pas encore la décision pour l’Ecosse.
Nous discuterons les titres lorsque nous nous verrons.
Mes hommages à Madame Block (h manuscrit), mes bons souvenirs à vos enfants, et très cordialement à vous.

D. Saurat
[…]

f. 370
[Lettre de Denis Saurat à en tête de l’Institut]

Le 8 février, 1927.

M. JRB
63, Rue de la République
Meudon, S/O.
France

Mon Cher Ami,
Les étudiants d’Oxford nous ont répondu que le 13 Mai leur irait très bien. Votre programme est donc, jusqu’à présent :

5 Mai à l’Institut « La chevalerie nouvelle » ou tout autre titre de ce genre.
6 Mai à l’Université de Londres – King’s College – « Les tendances actuelles du Drame en France », et le
13 Mai à Oxford le même sujet qu’à l’Université de Londres.

Est-ce que cela va et quelles nouvelles ?
Toutes nos bonnes amitiés chez vous, et toujours très cordialement.
D. Saurat

P.S. Roberfrance m’a écrit au sujet d’un article dans « Europe », et je lui réponds par ce courrier. Nos points de vue ne semblent pas du tout coïncider, mais si l’on juge que ce que j’ai à dire ne cadre pas avec la politique générale de la Revue, je vous prie de ne pas insister ; je ne tiens nullement à ce que l’article passe dans des conditions désagréables.

[…]
f. 373 et 374
[Lettre manuscrite de Denis Saurat à en-tête de l’IFRU]

7 mars 1927

[…]
Pourtant, j’aimerais mieux encore vous voir publier mes Dialogues Métaphysiques. Ce livre deviendra – vous verrez comment – une métaphysique du radicalisme (Alain a fait la politique, l’éthique et la psychologie du radicalisme mais la métaphysique manque) car le radicalisme, pour survivre intellectuellement, a besoin d’une métaphysique.
La droite – le centre en a une : le déisme
les bolchevick [bolcheviks] en ont une : le matérialisme.
Celle du radicalisme (où se trouve, pour la France, la vérité politique – malgré la pourriture des hommes) doit se distinguer des deux autres
f. 374
[en haut de la page à droite]
7 mars 1927
Elle doit avoir deux dogmes :
il y a quelque chose qui correspond à ce qu’on appelait « l’autre vie »
il est impossible et donc il est criminel, parce que cela supprime la liberté de définir, de déterminer quelque chose. 
 1) Va contre les bolchevick 
 2) Va contre la droite-centre
Hugo a eu ces deux intuitions, qui sont essentielles et font de lui le grand prophète radical ; mes Dialogues les ont organisées métaphysiquement.
 Je vous vois déjà o mon cher Bloch, me demander pour Europe, sur ce sujet, un article que l’on acceptera pas. 
Mais (Verso) je pourrais en faire une préface aux Dialogues et cela vous permettrait d’annoncer au Bloc des gauches qu’il est enfin sauvé – que dans un monde où chacun a maintenant sa métaphysique, il aura la sienne : la métaphysique du doute. 
 J’aimerais mieux cela que mon Proust qui de toute façon, sortira ; alors qu’il me faut un héros pour publier mes Dialogues. 
 Fernand Gregh, qui est ici, s’intéresse à ma Religion de Hugo – s’il ne réussit pas, j’essaierai […]

f. 378 et 379
[Lettre manuscrite de Denis Saurat à en-tête de l’IFRU]
4-3 1928

Mon cher Bloch,
Voilà mon Milton sorti, et d’autre part vous allez recevoir Tendances de chez Tautain.
Je n’ai eu aucune nouvelle de Rieder au sujet d’Occultisme et littérature. Je pense bien que durant votre séjour en Allemagne on n’a rien fait. Je serais heureux que vous puissiez vous en occuper et qu’on arrive enfin à une solution. Rien ne sera fait tant qu’on n’aura pas rédigé un contrat.
Je suis sûr que votre tour d’Allemagne a eu le plus grand succès, et je m’en réjouis.
J’ai eu le plaisir de vous (Verso) immortaliser à ma façon en vous introduisant dans la nouvelle édition (1929) de l’Encyclopaedia Britannica. On m’a demandé de faire l’article sur la littérature française (une trentaine de pages), et je me suis aperçu que le dernier (qui allait à 1925) ne parlait ni de vous, ni de Hamp, ni d’Alain, ni de Romain Rolland. C’était Chevrillon, je crois, qui l’avait commis. Paul Morand, Pierre Benoît et Jean Giraudoux l’avait hypnotisé.
Enfin, voilà qui est rectifié.
Nos bons et affectueux souvenirs à tous les vôtres, et un baiser de ma femme à la vôtre. Je compte aller vous voir un peu après Pâques et recevoir vos bulletins de victoire sur l’Allemagne – et aussi sur Rieder à propos de mon bouquin.
J’ai souvent repensé à votre drame gynécologique – et avec une admiration grandissante. Avez vous trouvé le mot de la fin ?
Toujours affectueusement à vous
D. Saurat.

f. 380
[Lettre manuscrite de Denis Saurat (sans adresse indiquée) à en-tête de l’IFRU]

15.5.1928
Mon cher ami,
Je suis vraiment très heureux des excellentes impressions que vous avez rapportées d’Allemagne. Si vraiment les Boches sont « come good » (venus bons) comme dit Cécile (5 ans) laquelle participe à table à nos discussions politiques, un bloc de civilisation solide, France Angleterre Allemagne serait enfin formé, et on pourrait respirer un peu en pensant à ses enfants. Les élections allemandes ont été une grande joie pour moi, et ce que vous dîtes des intellectuels est excellent. Si le peuple d’une part et les intellectuels de l’autre sont pour la paix, les militaristes seront impuissants. Je suis heureux que votre propre triomphe en Allemagne contribue à renforcer l’œuvre accomplie, en faisant connaître là-bas un Français nouveau.
[…]

f. 400
[Lettre dactylographiée de Denis Saurat en-tête de l’Institut]
Le 2 février 31
A JRB
La Mérigote

Mon Cher Ami,
Je suis heureux que vous acceptiez le principe de votre visite en Angleterre en septembre. Naturellement, il n’est pas question de vous engager encore définitivement et je ne vous demanderai une réponse finale que vers le mois de mai.

Quant à la question des langues, chacun parlera ou écoutera dans la langue qui lui convient et que l’on traduira.
Dans la pratique, c’est l’allemand et le français qui dominent, ce que tous les Anglais présents savent l’une ou l’autre de ces deux langues. Je crois donc que cette objection n’est pas sérieuse, et de toute façon, je crois que nous serons toujours assez près l’un de l’autre pour que vous ne perdiez rien de ce qui se dira.

Je ne sais pas encore qui d’autres je réussirai à avoir pour la France – probablement Félix de Vogüe et Régis de Vibraye, reviendront tous les deux. Ils représentent un élément intelligent et libéral de droite, et je tiens beaucoup à ce que vous veniez pour équilibrer la représentation du côté gauche.

J’ai des nouvelles de chez Kra, où mon livre Modernes va être discuté au prochain conseil. Je vous tiendrai au courant après cela, et je vous remercie en tout cas d’avoir à nouveau parlé de moi chez Rieder. Je serais très heureux d’avoir un jeu d’épreuves de Destin du Siècle, cela m’aidera pour mon article sur vous, auquel je commence à penser.

Pour le moment nous allons tous bien ici et nous envoyons à tous chez vous nos meilleures amitiés.

Il ne serait pas impossible qu’on fasse une expédition à la Mérigote

f. 401
[Lettre manuscrite de Denis Saurat à en tête de l’Institut]
Le 2 mars 1931

Cher ami,

Je vous remercie de m’avoir envoyé le jeu d’épreuves de « Destin du Siècle » que j’ai bien reçu et que je suis en train de lire avec grand plaisir.
Je vous remercie aussi de m’y avoir cité si généreusement. Mon article sur Hamp n’a pas encore paru à la N.R.F., ce qui repousse mon article sur vous, assez bon, me semble-t-il. Enfin, nous verrons.

Je compte voir Paulhan à Pâques. Je verrai aussi Léon Pierre Quint, et si Kra ne marche pas, je porterai le recueil d’articles Modernes à Robertfrance. Je vous ferai signe alors.

Nous comprenons trop bien la situation pour Pâques, nous sommes trop souvent nous mêmes dans des situations semblables pour ne pas comprendre.

En juillet, nous irons en Bretagne, à Lancieux, pas loin de Saint-Malo, et vers la fin août nous comptons aller chez les Peyre en Provence. Peut-être pourrions-nous nous voir entre la Bretagne et les Peyre, soit après les Peyre, aller passer quelques jours chez vous, si vous y êtes, – mais y serez-vous ?

Vous ne parlez plus du projet du Pays de Galles. Je pense donc que cela veut dire qu’en principe vous consentez toujours.
Je vous écrirai à nouveau au sujet de Destin du Siècle lorsque je l’aurai lu à tête reposée. Je suis plongé dans les Babyloniens qui étaient de bien sinistres brutes.

Meilleures affections à vous tous et très cordialement.

D. Saurat
[…]

f. 423
[Lettre dactylographiée de Denis Saurat]
Le 2 décembre 1935
Envoyée 8, square Port-Royal Paris 13e
[….]
Mots ajoutés à la main à côté de la signature :
Ici, une fois de plus, le socialisme a été complètement roulé ; la pauvreté intellectuelle et morale du personnel politique de gauche me navre : ces gens là sont voués, par la justice éternelle, à être toujours roulés, est-ce la même chose chez nous ? J’en ai bien peur ; et vous ?

f. 424
[Lettre dactylographiée de Denis Saurat]
Envoyée 8, square Port-Royal Paris 13e
Le 6 décembre 1934,

Mon Cher Ami,

Premièrement, je ne suis pas Béarnais mais Ariégeois (correction du i à la main) et Henri n’est pas mon roi. Deuxièmement, je n’ai pas de Roi. Troisièmement, je suis heureux que vous désireriez revoir vos épreuves parceque (sic) cela va me forcer à les lire avant de vous les renvoyer. Je vous avouerai qu’elles sont encore sur ma table et que je n’y ai jeté que le coup d’œil le plus distrait. Si j’avais la sensation que je puis les garder toujours j’attendrai certainement au moins jusqu’aux vacances de Noël pour les lire de près. Votre mesure de police en les rappelant me forcera à les lire puis à vous écrire.
Je vois bien que votre impression sur nos grands chefs politiques est la même que la mienne. On ne sait vraiment plus qu’en faire.

« Vendredi » ne nous parvient pas, donc je ne le lis pas. Là aussi, il faudrait qu’on nous en fasse le service. J’ai entendu dire que votre frère y fait une chronique régulière, et vous, avez-vous l’influence nécessaire pour nous faire faire le service à l’institut ? Remarquez que les organes de droite le font, de sorte que nous sommes, malgré nous, des gens de la propagande inverse – Alors ?

Toujours affectueusement à vous,
D. Saurat

f. 425 et 426
[Lettre dactylographiée de Denis Saurat]
Le 15 décembre 1935
Envoyée 8, square Port-Royal Paris 13e
Mon Cher Ami,
[…]
Mots ajoutés à la main à côté de la signature :
Vendredi arrive, et a envoyé les parus – Merci mille fois.
Quel fouillis ici ! Personne n’y comprend plus rien.
Sauf qu’on a roulé les électeurs (pour une fois !)

f. 427
[Lettre dactylographiée de Denis Saurat adressée au]
8, square Port-Royal
Paris 13e
Le 10 mars, 1936
Mon Cher Ami,

Merci de votre carte et merci de me mettre au courant de toutes les difficultés de la vie quotidienne, qui devraient empirer encore cette semaine, il me semble.

Je pense à vous avec sympathie et avec regret – vous vous fatiguez énormément, et malheureusement , il me semble – bien souvent – pour rien. Je commence à croire que si c’était possible il faudrait mieux que vous écriviez des romans. Les événements semblent de toutes les façons tellement nous dépasser, qu’on cherche à s’y mêler surtout pour satisfaire sa conscience moins que dans l’espoir de voir produire un résultat.

De mon côté, et je vous en parle prématurément, j’aimerais à vous faire venir à l’Université en octobre prochain, mais je ne sais pas si j’aurais l’argent. Je voudrais cependant savoir s’il vous serait possible de passer ici une semaine.
Naturellement tout cela est prématuré, mais je voudrais savoir vos dispositions avant d’essayer de mettre en train la machine assez compliquée qui fonctionne ici pour ces choses. Le résultat reste de toute façon douteux.

Bon succès dans vos diverses entreprises. Je regrette beaucoup l’affaire Guéhenno. La littérature en général a l’air de sombrer dans toutes ces crises.

Nos bonnes affections à tous.
Denis Saurat

f. 428-432
[Lettre de Jean-Richard Bloch à Denis Saurat adressée au]
33, Cromwell Road
11 mars 1937
Mon cher Ami,

Je ne sais plus du tout où nous en sommes l’un avec l’autre et votre silence m’épouvante autant que va vous épouvanter cette lettre.

Je vous ai envoyé deux bouquins en novembre, une lettre en décembre ou janvier, et je suis dans l’inquiétude sur votre santé ou celle des vôtres, à moins que la poste soit la seule à incriminer.

Mais, en voici bien une autre.

Qui m’aurait dit, il y a deux mois que le romancier et l’auteur dramatique réfugié à la Mérigote pour mieux travailler avec de grands projets de solitude pour tout l’hiver allait être tout d’un coup obligé d’abandonner tout cela pour être précipité la tête la première dans la mêlée.

Mon cher Ami, je suis devenu ni plus ni moins qu’un directeur de Journal. Et cela, depuis sept semaines.
Je partage cette direction avec Aragon.
On m’a persuadé que seuls, deux écrivains pouvaient réaliser ce tour de force de créer et et de faire réussir un grand journal du soir qui ne serait ni politique, ni partial, mais de grande information libre, indépendant, propre et susceptible de jeter un peu d’air pur dans la bâtisse journalistique.

C’est ainsi que « CE SOIR » est né.

Mais, ce que ce rapide historique ne vous dit pas c’est la somme de fatigue que cet accouchement a coûté à Aragon et à moi-même – Songez que, le 15 janvier, nous étions en tout et pour tout, trois personnes, pour fonder le journal – nous deux et un administrateur – sans local, sans personne, sans expérience.

Il m’a fallu tout faire en 6 semaines. Le journal est sorti le 1er mars à plus de 500.000 exemplaires et, depuis ce temps là jour par jour, avec deux ou trois éditions quotidiennes, il vit, il grandit, il prospère, il nous tue !

C’est une besogne qui me rappelle expressément les dernières années de la guerre, après mes blessures, quand j’étais au service cartographique de l’armée sur le Front, et que je travaillais 16 heures par jour à tenir le plan directeur du secteur du jour.
Vous dire le degré de fatigue où nous sommes tombés est impossible. Il ne s’agit pas seulement de fatigue mais de servitude.

Abandonné le journal, fut-ce que 48 heures, à plus forte raison 8 jours, dans l’état fragile où est encore ce nouveau-né, est hors de question – la bâtisse est chaude, impossible à déserter. J’apprends jour après jour, heure après heure, qu’il faut être là et parer au près pressé avec une équipe admirable de cohésion et d’ardeur, mais encore récente et tout à fait insuffisante en nombre dans des locaux inachevés – avec des liaisons provisoires, une imprimerie en rodage, etc..!

Notre prise sur le public est déjà considérable, mais demande à être elle-aussi, définie et soutenue, sans un moment de répit. L’adversaire est vigilant et actif.

Comme si cela ne suffisait pas, on m’a fourré au conseil supérieur de la Radiodiffusion d’État, ce qui n’est pas tout à fait une sinécure et oblige à des présences et à un travail effectif car, là aussi les responsabilités sont grandes, et la bataille ardente. On est guetté de tous les côtés et la moindre étourderie ou le moindre impair coûterait cher.

Pour compléter le tableau, il y a deux pièces pour l’Exposition, l’une que j’écris entièrement, l’autre dont je fais un acte. Cet acte, je l’ai écrit hier, il entre en répétition ces jours-ci.

Mon pauvre ami, vous avez déjà, depuis longtemps, deviné à quoi j’en arrivais.

Dans le fond de votre coeur, vous m’avez déjà maudit et voué aux divinités infernales.

Je vous demandai en octobre, de reporter ma conférence et vous l’avez fait avec une gentillesse que je n’oublie pas, en assumant vous-même le poids de ma suppléance.
Pour la seconde fois et au risque de me couvrir d’une infamie durable auprès des Autorités de King’s [College], je suis obligé de déclarer forfait et, sans espérer cette fois que les excuses joueront en ma faveur et que King’s et vous saurez me pardonner.

Dites-vous seulement que si moi-même j’avais le temps matériel d’aller passer avec vous ces 8 jours, dont je me faisais une fête, la force physique de faire ma conférence me manquerait totalement. Je suis juste bon à être trainé dans un sanatorium et pourtant, je tiendrai ici, puisqu’il le faut, comme à la guerre.

Priez pour moi, car l’écrivain est aussi durement touché par l’aventure qui lui arrive.

Je suis tellement couvert de confusion que je n’ajoute plus un mot et me livre, pieds et poings liés, à votre jugement et à votre exécration.

Je n’en suis pas moins votre vieil ami fidèle et dévoué.

[copie de l’original non signée]

f. 432
[Lettre dactylographiée de Denis Saurat à en tête de l’Institut]
Le 13 mars, 1937

[Envoyée à :]
Monsieur JRB
8, square Port-Royal
Paris 13e

Mon Cher Ami,
Evidemment… je vais essayer de me débrouiller et de vous remplacer.
Il y a un point sur lequel je ne me sens pas coupable, et ce doit être la poste qui a failli ; je vous ai écrit pour vous remercier de l’envoi de vos deux volumes.
J’avais été tout particulièrement touché du fait que vous parlez si aimablement et si longuement de moi dans l’un d’eux.

Je sais combien vous devez être surmené et fatigué et toute ma sympathie très profonde vous est acquise. Il est certain d’autre part qu’on a bien besoin du journal que vous ferez. N’y aurait-il pas moyen que vous en fassiez le service à l’Institut ; il ferait équilibre à beaucoup d’autres services.

Mon cher ami, ma femme et moi nous vous envoyons à vous et à tous les vôtres, nos plus affectueux souhaits de succès, et surtout de bonne santé.

Cordialement et affectueusement à vous,
Mots ajoutés à la main à côté de la signature :
Excusez ce mot vide ( ?) ; je rentre de Hollande et trouve des montagnes de travail
Affections – aussi à votre frère D.S.

f. 433
[Lettre dactylographiée de Denis Saurat]
Monsieur Jean-Richard Bloch
Le 16 janvier 1939

Mon Cher Ami,

(…)
J’ai complètement renoncé à comprendre quoique ce soit à la politique. La métaphysique n’est qu’un jeu d’enfant et je vais continuer à m’y consacrer. Quant à la critique littéraire, c’est une légère et amusante plaisanterie. Raisons de plus pour que je sois heureux d’apprendre que vous vous remettez à vos romans. Quand on considère le niveau intellectuel des hommes politiques, on voit qu’ils sont infiniment inférieurs aux héros de romans. Alors, pourquoi s’occuper d’eux ? Il faut se faire une âme à l’épreuve des événements que les hommes politiques déchaînent contre nous et ne plus s’occuper que des héros de romans ; ce que je fais, puisque je fais encore cette année un cours sur BALZAC et un autre sur Vigny. Espérons tout de même survivre à l’année 1939 et peut-être on verra.

Affectueusement à vous tous
D. Saurat

f. 438
[Lettre dactylographiée de Denis Saurat à en-tête du]
33 Cromwell Road
London SW7

Le 12 janvier 1944

Chers amis,

Nous avons reçu votre lettre du 31 octobre. De ce côté-ci de l’Europe tout le monde est, plain [sic] d’espoir malgré les complications et les disputes qui doivent être les conditions de la naissance d’une Europe que nous voudrions plus saine.
On est particulièrement ravis des succès russes et ce que vous dites des sentiments qu’on vous exprime pour la France est très réconfortant –

Je ne suis pas parvenu à avoir des nouvelles des vôtres en France, depuis l’occupation complète il nous a été presque impossible de recevoir quoique ce soit.
Mais je crois pouvoir affirmer que si quelque chose de très mauvais était arrivé à un des vôtres, nous le saurions puisque plusieurs de vos amis sont venus à Londres assez récemment et nous l’auraient certainement rapporté. Sans oser être trop affirmatif, je vous engage donc à avoir bon espoir.

Ici nous allons tous bien sauf pour les petits malaises d’un hiver londonien. La petite fille a maintenant 19 mois. Notre fils Harold a été changé de camp en Allemagne mais ne se plaint pas. Comme vous je travaille beaucoup. L’Institut marche admirablement. Les sympathies pour la France dans le grand public ici ne font que s’accroître.

Je crois que nous avons le droit d’espérer qu’une solution va bientôt être atteinte et que je peux penser à vous demander une conférence à l’Institut français de Londres dans un avenir pas trop éloigné.

(verso)
Ce sera avec un vif plaisir pour moi que de lire ce que vous avez ajouté à votre œuvre.

Toute notre affection à vous deux.

D. Saurat

Ecriture manuscrite en bas de la page
A. Monsieur Jean-Richard Bloch
BP 850 Moscou

f. 439
[Lettre dactylographiée de Jean-Richard Bloch à Denis Saurat – copie de la lettre envoyée]

31 janvier 1946
Professeur Denis Saurat
22, Queen’s Gate Gardens
London SW7

Cher ami,

je vous ai en effet, écrit à Londres plusieurs fois au cours des années 1943, 1944, dès que les relations postales, si irrégulières fussent-elles, ont été rétablies avec Moscou. Vous me dites que vous m’avez répondu. En ce cas, vos lettres se sont perdues dans la Mer du Nord, car je n’ai eu de vous que vos deux petits billets dont l’un répondant aux recherches anxieuses que je faisais du sort des miens, après la libération. Vous me promettiez, sans beaucoup d’espoir, une enquête et votre irrésolution était sans doute fondée. D’Angleterre, avait-on probablement, peu de moyens de savoir qui était vivant et qui ne l’était plus.

Je vous félicite d’avoir retrouver en vie tous les vôtres. Je ne mérite pas les mêmes félicitations; des vides irréparables s’ouvrent tout autour de nous. Je ne sais comment la cabale explique ou justifie la chambre à gaz où a fini ma mère, le poteau d’exécution où a fini une de mes filles, la cellule où un de mes gendres a été massacré, le camp de concentration qui a tué ma belle-mère, le mur au pied duquel l’aîné de mes neveux a été fusillé et cet immense No-Man’s-Land de sang et de sanie où une partie de mes proches a disparu.

Pour moi, je fais comme vous, je persévère dans mon être. La dialectique historique de Marx et Engels revue par nos vigoureux contemporains m’a mis entre les mains la clé du cabinet des horreurs, mais aussi, je m’en flatte, la clé de la porte de sortie. C’est vous dire que je suis plus communiste que jamais et que je ne vois pas quoi d’autre pourrait rendre au peuple français, une épine dorsale et les fondements d’une éthique qui lui font bien défaut, dans cette liquéfaction de tout ce qui caractérise, ici, notre époque.

Vous voulez bien me transmettre le désir de Woodhouse d’avoir de moi un manuscrit de 5000 mots sur le « moral russe » après la guerre.

Je répondrais volontiers à sa demande mais j’ai quitté l’URSS avant la fin de la guerre. Si j’ai accumulé des milliers de témoignages sur le moral russe entre 41 et la fin de 44 – je ne puis plus parler de première main pour ce qui est des derniers mois.
Voyez donc ce qu’en pense l’éditeur.

Pierre Abraham s’est distingué dans le MLN en zone Sud, pendant l’Occupation, y a rempli des emplois aussi responsables que clandestins et il est apparu, au moment de la Libération, comme lieutenant-colonel commandant les F.F.I des Alpes Maritimes. De Gaulle l’a confirmé dans son titre et il vient de passer 6 mois à la section française de la Commission de Contrôle interalliée en Allemagne. Rendu depuis à la vie civile, il est actuellement à Nice, pour quelques temps

Oui, l’Europe repart du bon pied, je crois. Si ce n’était blasphémant, je dirais que le temps travaille pour nous en prouvant, le solidité de nos positions. En tout cas, nous sommes aujourd’hui la seule revue de gauche, car le jeu subtil des « Temps modernes » les envoie siéger au plafond et bien malin qui dira s’ils sont « oiseau » ou « mammifère » en dépit de tout leur talent.

Je me suis trouvé, bien malgré moi, réinstallé à la direction de Ce Soir, qui a pris la tête de toute la Presse Française par son tirage et essaye de justifier cette faveur du public par son contenu.

Ma femme et moi vous envoyons à tous deux nos affectueuses pensées.

Jean-Richard Bloch

  1. Moscou-Caucase, Été 34. Lettres et carnet du voyage en URSS de Marguerite et Jean-Richard Bloch, édité, annoté et coordonné par Rachel Mazuy et Ludmila Stern, préface de Christophe Prochasson, Éditions du CNRS, à paraître et « Un exil soviétique durant la « Grande Guerre patriotique. Jean-Richard Bloch en URSS (1941-1945) », Colloque organisé par la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, Un parti global. Le Parti communiste français dans une perspective transnationale (1917-1991), Dijon, 27 mai 2016 – à paraître aux Presses universitaires de Bourgogne []
  2. Né à Toulouse de parents ariégeois (son père est postier), Saurat connaît la carrière d’un universitaire renommé et d’un diplomate culturel. Étudiant à l’Université de Lille (le père avait été muté dans le Nord) puis à la Sorbonne, marié à une Anglaise en 1911, premier de l’agrégation d’anglais en 1919, il a d’abord été professeur de littérature à l’Université de Bordeaux, avant d’être nommé directeur de l’IFRU en 1924. Pour un portrait biographique plus détaillé de Saurat on peut lire : Charlotte Faucher, The ‘French intellectual consulate to Great Britain’? The Institut Français du Royaume- Uni, 1910–1959, thesis for the degree of Doctor in Philosophy in June 2015, University of Queen Mary, London, p. 119-125 en particulier.; ainsi que Philippe Gardy, « Denis Saurat Encaminament catar. Introduction, traduction et notes par Jean-François Courouau », Lengas [En ligne], 69 | 2011, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lengas.revues.org/391. []
  3. Le fonds Saurat déposé à la médiathèque de l’IFRU ne contient pas ces lettres, dont on peut supposer qu’elles ont pu disparaître quand l’appartement des Saurat au 33 Cromwell road a été bombardé par un V1 en juillet 1944. Cf. Charlotte Faucher, op. cit., p. 189. []
  4. On suit ainsi son déménagement entre le 1-7 Cromwell Garden et le 17 Queensberry Place où le nouvel Institut est inauguré en 1939 par le président Lebrun et la princesse Mary []
  5. Cf. lettre datée du 19 janvier 1929 (f. 382) où Saurat évoque avec humour la « perle » de sa « dactylo » sur la British Library tapée « le ») British Library. Nous avons laissé les fautes d’orthographe non corrigées par Saurat. []
  6. On peut émettre différentes hypothèses à ce sujet.

    La lettre, a été dictée en sténographie et dactylographiée avant le 15 mai au moment où le paiement n’avait pas encore été reçu. La secrétaire a ajouté la date (en partie pré-remplie) du 18 mai au moment de son envoi, car Saurat a sans doute oublié de la prévenir qu’il avait personnellement rédigé un courrier le 15 mai. Saurat dicte uniquement les principaux éléments de la lettre qui est dactylographiée tardivement, puis, l’argent étant arrivé, il préfère remercier et répondre lui même à Bloch, en oubliant de prévenir sa secrétaire que c’est maintenant inutile de la taper. []

  7. Maison d’éditions fondée en 1913 qui fusionne avec d’autre pour devenir les PUF en 1939. Elle publie notamment la revue Europe. Bloch y était éditeur. Voir notamment Marie-Cécile Bouju, Europe et ses éditeurs, 1923-1949, in Europe : Une revue de culture internationale, 1923-1998, Actes du colloque de la Sorbonne, le 27 mars 1998, organisé par Henri Béhar. N° hors série, 1998, p. 10-24. [http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00172370] http://www.europe-revue.info/histoire/actes/bouju.htm []
  8. Lettres de Denis Saurat à Jean-Richard Bloch du 15 et 18 mai 1928; f. 380 et 381. []
  9. L’inventaire complet des documents du fonds Saurat dans les archives de l’IFRU est disponible dans l’inventaire des archives de l’IFRU (https://institut-francais.org.uk/docs/library/inventaire_archives_IFRU.pdf). []
  10. Le père de Jean-Richard Bloch est polytechnicien et ingénieur, celui de Saurat est postier. La mère de Jean-Richard Bloch vient d’une famille de la bourgeoisie industrielle juive, établie après la défaite de 1870 en Normandie. []
  11. Archives de l’IFRU. []
  12. Il est alors la « caution non-communiste » du quotidien communiste du soir. []
  13. Lié à Jean Paulhan, il écrit régulièrement dans la revue entre 1931 et 1935. En échange, il aide à promouvoir et à diffuser la revue à Londres. La collection complète de la revue a été donnée à une bibliothèque universitaire britannique en 2015. []
  14. Cf. une partie des lettres ci-dessous. []
  15. Destin du siècle. Seconds essais pour mieux comprendre mon temps est publié chez Rieder en 1931. L’ouvrage réédité au PUF en 1996 est disponible sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4810591j []
  16. Lettre du 4 mars 1928. []
  17. Partant du socialisme, Bloch se rapproche de plus en plus du communisme à partir de 1932-1933. Philosoviétique très engagé après son voyage en URSS en 1934, il adhère finalement au PCF en juillet 1939. A ce sujet, on peut en particulier se reporter aux articles de Michel Trébitsch, Nicole Racine (notamment à sa biographie dans le Maitron en ligne), ainsi qu’à : http://anrpaprika.hypotheses.org/4273 []
  18. Cf. Jean-Richard Bloch & Jean Paulhan, Correspondance 1926-1940, Editions Claire Paulhan, 2014. []
  19. Cf. ses agendas déposés dans son fonds d’archives à la BnF (NAF 28222). []
  20. Sur l’exil soviétique de Bloch voir Ludmila Stern, Moscou – Kazan – Oufa : Jean-Richard Bloch en 1941-1942, Revue Historique, Avril 2017, N° 682, p. 359-384 et Rachel Mazuy, Un exil soviétique durant la Grande Guerre patriotique. Jean-Richard Bloch en URSS (1941-1945), Colloque organisé par la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, Un parti global. Le Parti communiste français dans une perspective transnationale (1917-1991), Dijon, 27 mai 2016 – à paraître aux Presses universitaires de Bourgogne []
  21. André Labarthe (1902-1970). Ingénieur et homme de presse, connu pour la revue La France libre fondée en 1940 et qu’il dirige jusqu’en 1950. Il est chef de cabinet de Pierre Cot (Ministre de l’Air) durant le Front populaire (démis en 1937). C’est par la suite une des figures intellectuelles de l’antigaullisme résistant. Il prend la tête du digest Constellation après la guerre. Avec Marthe Lecoutre, il aurait également passé des informations à Moscou. cf. Guillaume Piketty, « André Labarthe, 1902-1970 » in François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance et de la France libre, Robert Laffont, 2006. []
  22. Bloch a repris en rentrant la direction de Ce soir et va être ensuite nommé conseiller de la République. On se reportera à l’inventaire des archives de la Seine Saint-Denis pour prendre la mesure de son activité de Conseiller de la République. Il a été directement « nommé » à cette fonction par Maurice Thorez qui est devenu son ami durant l’exil. []
  23. Même si les lettres ne nous disent rien du conflit né entre de Gaulle et Saurat, qui refuse la prise de contrôle par les gaullistes de « son » institut et se retrouve évincé à la fin de la guerre. Il est donc intéressant de remarquer que le sujet n’est pas évoqué directement par Saurat (du moins dans le courrier qui nous est parvenu). Sur l’évolution de l’IFRU pendant la guerre et les relations entre Saurat et de Gaulle, on se reportera à Charlotte Faucher, op. cit., p. 150-190. []
  24. Le rôle d’attaché du livre est distinct de celui de l’attaché culturel (responsable du Bureau des arts en charge du théâtre, de la danse et des arts visuels) à l’IFRU, peut, dans d’autres pays être rattaché à la fonction d’attaché culturel. []
  25. On peut aussi noter que le catalogue de la British Library, contient 27 des oeuvres publiées du vivant de Bloch. Même si on ne peut connaître avec précision la date et le processus d’acquisition, il s’agit de la plupart de celles qui sont sorties dans les années vingt. Si on tient compte des ouvrages publiés après son vivant (correspondances notamment), le nombre de notices atteint 60 contre 185 sur le catalogue de la BnF. []
  26. Charlotte Faucher, op. cit., p. 124-125. Il est cependant logé par l’Institut. []
  27. Charlotte Faucher a montré que Marie Orliac a ajouté une particule à son nom (à partir de 1910) Cf. sa thèse op. cit., p. 31. []
  28. Charlotte Faucher, op. cit., p. 115- 118. 
Sous le contrôle des Universités de Lille et Paris, Denis Saurat se vit assigner la tâche de renforcer le pôle académique de l’Institut (Faculty of Arts) en diminuant la partie mondaine (Département artistique et mondain). []
  29. En 1944, il reçoit tous les quinze jours du courrier en Angleterre par le biais des missions gaullistes. Cf. BnF, NAF 28222, Agenda 40 (octobre-décembre 1944), f. 21. []
  30. Cf. notamment la biographie de France Bloch-Sérazin pour le Maitron en ligne : http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/spip.php?article16924 []
  31. Denis Saurat est démis de ses fonctions par de Gaulle en 1945, même s’il reste encore à Londres quelques mois où il continue d’enseigner à King’s College. Il sera cependant nommé en 1946 comme directeur du Centre International d’Etudes françaises de Nice. Il meurt à Nice en 1958. Les archives Saurat de l’IFRU contiennent de nombreux documents sur cette dernière période de la vie de Saurat, durant laquelle il consacre également beaucoup de temps à l’étude de l’occultisme. cf. https://institut-francais.org.uk/docs/library/inventaire_archives_IFRU.pdf []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.