Adjaristan, Intourist, Années 30. Quelques commentaires sur une brochure destinée aux voyageurs français.

Connaissez-vous l’Adjaristan (Adjarie), cette région musulmane au sud-ouest de la Géorgie ? 
Elle a longtemps été ottomane jusqu’à sa conquête par le pouvoir russe en 1878. Après l’annexion, une partie de la population musulmane rejoint la partie turque de l’empire, tandis que se développe des organisations terroristes de résistance. Mais la majorité de la population va collaborer avec le pouvoir tsariste.

Couverture de la brochure Ajaristan, Intourist, 193? @MSH Dijon

Le territoire se développe alors autour du port de Batoum (Batoumi), qui s’industrialise à partir des années 1880. En effet, le Congrès de Berlin de 1878 en a fait un port-franc et un pipeline va faire passer le pétrole de Bakou par là. La ville est bientôt aussi reliée par chemin de fer à Tbilissi et Bakou. Au début du XXe siècle, c’est l’un des ports industriels les plus importants au monde. La région est d’ailleurs touchée par des grèves et par la Révolution de 1905.

Comme dans tout le Caucase, la Grande Guerre et la Révolution bolchevique soumettent le territoire à des occupations successives : Batoum (Batoumi) est occupée par l’armée ottomane puis par l’armée allemande en 1918, ensuite par l’armée britannique dans le cadre du Blocus allié. Les Britanniques cèdent le territoire au gouvernement de la République démocratique de Géorgie en 1920.

Après une brève période turque après la levée du blocus, la région est finalement prise par l’Armée rouge. En juillet 1921, elle devient une République soviétique autonome sous le nom de République socialiste soviétique autonome d’Adjarie, rattachée à la République socialiste soviétique de Géorgie, majoritairement chrétienne1. La République des Soviets réinvestit en effet l’ancien espace impérial en créant des Républiques censées être égales entre elles2. C’est ainsi la seule entité territoriale de l’Union Soviétique fondée sur une base religieuse et non ethnique.

En 1929, des villages musulmans se soulèvent contre la collectivisation et des milliers d’Adjaris sont déportés3.

Verso de couverture.

« Adjaristan » brochure Intourist des années trente numérisée sur le site Pandor de la MSH de Dijon 

Ce n’est évidemment pas tout à fait le regard que porte cette brochure Intourist éditée en français à Moscou dans la 7ème imprimerie du « Vnechtorgisdat »4, durant le second plan quinquennal5.

Carte touristique de Moscou, Intourist, années trente6

Déclinée également en anglais7, on ne connait ni ses rédacteurs ni le nom du ou des photographes qui illustrent ses pages. En dehors du dessin en couleurs de la couverture, une vingtaine de photographies en noir et blanc ponctue un texte qui se veut descriptif et informatif. Cette brochure fait aussi partie des ouvrages de propagande soviétique sur les régions périphériques, en particulier celle sur le Caucase. Elle a cela de spécifique qu’elle est destinée aux voyageurs ou a de futurs voyageurs étrangers. 

Elle était ainsi sans doute distribuée soit par les circuits traditionnels (agences de voyage…), soit par les organisations communistes (Les Amis de l’URSS en particulier publient de nombreux articles sur le Caucase dans leur magazine Russie d’Aujourd’hui et vendent, à partir de 1934, des voyages dans le Caucase), soit par l’agence Intourist parisienne, ou sur place, à Moscou ou Leningrad, dans les kiosques Intourist mis en place dans les hôtels pour étrangers.

Georges Simenon, Gens d’en face, Les Annales. Le roman est publié en feuilleton dans l’hebdomadaire « Les Annales », n° 2’459-2’465 du 1er septembre au 13 octobre 1933 (soit 7 livraisons).
Georges Simenon, Gens d’en face, Fayard, 1933 (édition populaire). Image @http://www.association-jacques-riviere-alain-fournier.com/

Était-elle déjà publiée lors du voyage en URSS autour de la mer Noire de Georges Simenon au printemps 1933 ? A son retour, le romancier fait de Batoumi l’un des lieux de son roman, Les Gens d’en face, publié d’abord en feuilleton dès l’automne suivant8.

Initialement dans le fonds de la Bibliothèque marxiste de Paris, l’exemplaire numérisé sur le site Pandor (de la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon) ne porte cependant pas de trace de l’organisme ou de la personne qui a pu en faire don, même si on peut supposer qu’elle provienne d’un fonds d’un militant ou d’une organisation communistes.

Affiche Intourist des années trente.

La couverture en couleurs reprend l’iconographie des affiches Intourist de l’époque, vantant les beautés des paysages du Caucase et le climat ensoleillé de la Géorgie9
Affiches, brochures et cartes postales Intourist des années trente sur le Caucase

Adjaristan, op. cit., p. 15
@MSH Dijon

Cette représentation semble donc plus plus touristique qu’idéologique a priori. Elle utilise d’ailleurs des stéréotypes exotiques ( « Le pays de la fertilité », « Un jardin fleuri baigné par la Mer Noire » qui s’étend « loin dans les montagnes ») et un « discours géographique » (sommets, climat, étendu du territoire, ressources, données économiques et sociales…), fondé sur une conception topographique de l’espace, qu’on trouve également dans les guides occidentaux de cette époque10 .

Adjaristan, op. cit., p. 21
@MSH Dijon

Mais à ce « discours classique » sur ces confins se mêle un récit de propagande qui vise à témoigner de l’essor économique sans précédent de la région, alors même que le développement industriel est antérieur.

Adjaristan, p. 17
@MSH dijon

Outre la promotion des anciennes stations balnéaires et de l’industrie pétrolière, le régime veut montrer qu’il a mis en place le développement industriel de la région (exploration de nouvelles matières premières) dans une vision du progrès économique peu soucieuse d’environnement. Il s’agit bien là de mettre en valeur un espace politique nouveau, dégagé de son passé russe et impérial, mais qui promeut avant tout une « modernité socialiste », en oubliant les particularismes culturels et religieux locaux.

Adjaristan, op.cit., p. 25
@MSH dijon

Ce récit oppose cependant, de façon classique à l’époque, l’oppression coloniale tsariste à l’égard de la « minorité adjare » avec l’émancipation des peuples que le régime communiste aurait rendue possible (fonctions de direction, promotion de la langue, scolarisation des populations nationales) : « Ce pays opprimé auparavant est devenu libre ».

L’autre thème classique de la propagande soviétique, concernant le Caucase et les régions périphériques, est bien entendu l’émancipation des femmes. Mais il est ici question d’égalité genrée, plus de que la fin des « préjugés religieux » pesant sur les femmes (voile…).11. ll n’y a en fait aucune référence explicite à l’Islam dans la brochure.

Seule photographie où l’on voit explicitement des habitants, cette photographie du bord de mer met bien en valeur la « femme adjarie moderne ». Adjaristan, op. cit., p. 13
@MSH Dijon

Mais ce regard émancipateur est cependant sous-tendu par une vision de « l’autre » qui oppose le progrès social proposé par le pouvoir soviétique à l’arriération de ces régions périphériques : « La femme adjure affranchie fréquente maintenant les réunions, les bibliothèques, participent aux cercles dramatiques et musicaux, aux groupes de self-activity12 artistique. Elle prend la parole à des assemblées. » (p. 14

).

Adjaristan, op. cit., p. 29
@MSH Dijon

En dehors de ces thèmes spécifiques aux régions périphériques de l’Asie centrale et du Caucase, s’ajoutent des thèmes de propagande communs à toutes les républiques soviétiques : le développement culturel (clubs de cinéma dans les villages, parce de la culture), le développement des industries (nouvelles usines installées ou en cours de construction), celui de l’agriculture (sovkhozes liés à la culture de la mandarine ou du thé) et l’urbanisation (nouveaux quartiers « noyés dans la verdure », nouvelle gare maritime, parc de la culture et de repos, « nouveau » boulevard, logements ouvriers…).

L’incontournable rue Lénine. Adjaristan, op. cit., p. 11
@MSH Dijon

Là aussi, pas plus que du côté industriel, l’héritage du passé tsariste n’est mentionné. Comme la plupart des sanatoriums de la ville dont l’architecture date de l’éoque impériale, le jardin botanique de Batoumi a ainsi été créé en 1880. Ni le texte ni les nombreuses photographies qui lui sont consacrées n’en font état.

Adjaristan, op. cit., p. 7
@MSH Dijon

La collection de photographies conjugue en effet les aspects touristiques (jardins exotiques et luxuriants, p. 21, palmiers p. 3, bois de bambous, p. 20, orangers, p. 31, bord de mer, p. 13, sanatoriums, p. 22,, magnifiques villas…) avec des photographies (parfois les mêmes) témoignant de l’empreinte du communisme dans le paysage (surtout urbain) : statue de Lénine (p. 7), la cité pétrolière avec ses nouveaux logements ouvriers (p. 18), le nouveau sanatorium du Conseil des syndicats de l’URSS (p. 23), une fabrique de thé et l’Institut du thé (p. 27 et 29), mais aussi des noms de lieux soviétisés (rue des Soviets, p. 10, la maison de repos des travailleurs de la T.S.F., ou celle du Commissariat à l’agriculture de l’URSS, p. 25 ). Elles chantent aussi la gloire de héros soviétiques (quai du lieutenant Schmidt).

Adjaristan, op. cit., p. 9
@MSH Dijon

La population est pourtant très peu présente. Pas d’ouvriers devant les logements ouvriers, les sanatoriums ou les usines. Pas de paysans dans les images de sovkhoze13.

Peut-être est-ce aussi parce que, ce que l’on veut promouvoir repose avant tout sur un exotisme subtropical, plus que sur le développement industriel des grands chantiers du second plan quinquennal. En effet, c’est un « paradis socialiste ensoleillé », fait pour le repos et la détente, plus que l’URSS des grands combinats industriels de l’Oural, qui est ici montré14.

  1. C’est le Traité de Kars signé entre les Soviets et la Turquie, qui en fait une république autonome dotée d’une « vaste autonomie administrative locale garantissant à chaque communauté ses droits culturels et religieux ». []
  2. Cœuré Sophie, « La Russie soviétique et l’Europe : frontières, propagandes, mythologies du xxe siècle », Hérodote, 2017/3 (N° 166-167), p. 37-50. DOI : 10.3917/her.166.0037. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2017-3-page-37.htm []
  3. Après l’effondrement de l’URSS et l’indépendance de la Géorgie, l’Adjarie n’a cependant pas connu de revendications séparatistes violentes, mais elle reste jusqu’en 2007 sous la coupe d’un potentat local (Aslan Abachidzé) et de son clan, qui captent toutes les richesses. Cf. Serrano Silvia, « Existe-t-il un Etat géorgien ? », Études, 2009/9 (Tome 411), p. 163-174. URL : https://www.cairn.info/revue-etudes-2009-9-page-163.htm []
  4. dépendantes du Ministère du Commerce extérieur, ces imprimeries travaillent pour Intourist. Dans les années trente, elles fournissent également des plans de Moscou et Léningrad, l’« Intourist’s Pocket Guide to the Soviet Union » ou des brochures sur « Les Théâtres de Moscou ». Comme la majorité des touristes étrangers sont anglophones (plus précisément américains), la plupart de ces publications sont d’abord en anglais. (p. 16) []
  5. Donc entre 1933 et 1938 []
  6. Cette carte en anglais de Moscou met en valeur les sites industriels, alors que celle en français, datée de 1932, se contente des édifices dits culturels. []
  7. On peut même supposer qu’il s’agit d’une traduction de l’anglais []
  8. Jean-Claude Riga et Léon Michaux, Simenon et les gens d’en face, Arte, RTC-Télé Liège et RTBF, 2003. Le roman est aussi adapté en 1993 par Jésus Garay pour la télévision.  []
  9. Avec l’essor du tourisme soviétique, ce discours sera repris de manière amplifiée à l’intérieur et à l’extérieur de l’URSS, à l’époque de Brejnev. Cf. Serrano Silvia, « Chapitre 2 : La Géorgie, un voisin distant », dans Les banlieues de l’Europe. Les politiques de voisinage de l’Union européenne. Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), « Nouveaux Débats », 2007, p. 75-100. URL : https://www.cairn.info/les-banlieues-de-l-europe-les-politiques-de-voisin–9782724610444-page-75.htm []
  10. Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir ?: Voyages en Russie soviétique (1919-1939), Odile Jacob, 2002, p. 82-89 []
  11. Sur le même sujet on peut par exemple citer un film tourné en Adjaristan et sorti en URSS en 1930, Molodost’ pobejdaet (La jeunesse l’emporte de Mikhaïl Guélovanni). Plus centré sur la religion, il joue lui sur l’opposition entre les générations,: Pozner Valérie, « Festival du film d’archives de Belye Stolby. 29 février-4 mars 2016 », Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 2016/1 (n° 78), p. 187-192. URL : https://www.cairn.info/revue-1895-2016-1-page-187.htm 
De la même façon, les lettres de voyage de Marguerite et Jean-Richard Bloch envoyées du Caucase durant l’été 1934, évoque spécifiquement cette thématique de l’émancipation religieuse conjuguée avec l’égalité entre hommes et femmes. Cf. Moscou-Caucase, Eté 34. Lettres et carnet d’URSS de Jean-Richard et Marguerite Bloch, à paraître aux éditions du CNRS. []
  12. Ce terme anglais est-il le signe d’une traduction d’une première édition en anglais de la brochure ? []
  13. Cela ne semble en rien anormal dans un guide ou une brochure de voyage de l’époque. []
  14. deux photographies seulement – sans ouvrier, sur l’industrie pétrolière []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.