Georges Cresson et le groupe des artistes du travail

©Rachel Mazuy

Cet article, lié à nos recherches pour l’exposition et le catalogue André Claudot, La Couleur et le siècle, a d’abord été rédigé en octobre 2021 en vue d’une publication pour le site RetroNews. Nous n’avons pas eu accès aux travaux de la journée d’études mentionnée en sources.

Invitation à l’exposition de la Galerie Katia Granoff du 15 au 31 octobre 1932. Catalogue. Archives G. Mazuy

A la mi février 1932, dans la petite galerie Katia Granoff, alors située Quai de Conti non loin de l’académie française, s’ouvre une nouvelle exposition. C’est celle du groupe des artistes du travail, un collectif d’artistes conduit par un peintre qui se proclame prolétarien : Georges Cresson. Autour de lui, on trouve aussi le sculpteur Raphaël Diligent, sa compagne, l’écrivaine et journaliste féministe anarchiste puis socialiste Fanny Clar (1875-1944), le poète André Flament et l’architecte Clément Camus

Les artistes du travail : vers un art prolétarien ?

Qui sont ces artistes et ces intellectuels qui veulent donner à voir “L’Homme, le Chantier et l’Usine”, selon le  titre donné à cette première exposition du groupe ?

Certains sont déjà célèbres comme Maximilien Luce ou Paul-Emile Pissarro. La plupart jouissent d’une certaine renommée tels Louis Robert Antral, de Bouville, Georges Cyr, Germain Delatousche, Jean Lébédeff, Jean Lugnier, Louis et Serge-Henri Moreau, Louis Neillot,  Antoine Villard, Gaston Fontaine, ou André Claudot. Beaucoup des artistes se connaissent personnellement comme Claudot et Neillot, qui ont vécu ensemble à la Ruche, ou comme Claudot, Cyr et Cresson qui ont déménagé à la Cité des artistes de Montmartre qui vient d’ouvrir en ce début d’année 1932. Ils sont souvent amis comme Claudot et Lugnier par exemple. 

Le soir du 20 février, un vernissage en poésie est organisé par la jeune galerie parisienne. Des poèmes sur le thème de “L’Homme, le chantier et l’usine” sont déclamés par le poète et critique André Flament, devant un public dont Marius Richard dans La Liberté (22 février 1932), évoque “la diversité des visages observés en même temps que celle des idées : visages larges, visages courts (…), barbiches, barbes semblables à des touffes de racines arrachées du sol.”

Une bonne partie d’entre eux se situe plutôt dans la mouvance libertaire ou socialiste, et certains se revendiquent ouvertement prolétariens. En effet, pour les concepteurs du groupe, il s’agit de transposer sur le plan pictural, les polémiques sur la “littérature prolétarienne” qui opposent l’écrivain Henry Poulaille et ses camarades, aux écrivains de la toute jeune Association des Écrivains et des artistes Révolutionnaires (AEAR), qui parle plutôt de “littérature révolutionnaire” et est proche des communistes. 

Une conférence intitulée “Les Forces de la vie”, en forme de déclaration de principes (proposant d’unir les ouvriers et les artistes) est même tenue par l’architecte Clément Camus, le dimanche 28 février 1932 (Le Soir, 8 mars 1932). On prône la solidarité entre l’artiste et le prolétaire. Elle est reprise dans les “Cahiers mensuels de littérature et d’art” en juin. 

Dans le contexte de la crise économique et sociale qui touche de plein fouet les artistes, le manifeste de toute l’équipe des organisateurs (Fanny Clar, Raphaël Diligent, André Flament et Georges Cresson) “invitent [aussi] les artistes à fonder une coopérative de production en organisant un “Salon international d’art social”, prenant appui sur la masse, la foule et la coopération.” (Le Libertaire, 19 août 1932). 

Maximilien Luce, La Vie socialiste, 26 novembre 1932, ©RetroNews. 

Tous les peintres présents ne sont cependant pas tout à fait d’accord avec cette vision engagée, où l’idée doit primer sur l’art. C’est ce qu’explique longuement le peintre, illustrateur et journaliste socialiste Jean Texcier (1888-1957) dans un long article pour La Vie socialiste (26 novembre 1932, p. 16-18) illustré par un dessin de Luce. Il refuse les notions d’art social et d’art prolétarien, au nom de l’Art tout court. Selon lui, le militant a davantage parlé en lui que l’artiste quand il a accepté la proposition de Cresson de participer à la seconde exposition chez Katia Granoff en octobre 1932 (avec cette fois Luce, de Bouville, Georges Cyr, Claudot, Demanet, Diligent, Fontaine, Jean Lebedeff, Jean Lucien Graves, Jean Lugnier, Higuet, Jacquement, Antoine Villard, Neillot, Provost, Serge Henri Moreau, Lichtenstein…). Mais, si l’artiste doit mieux faire comprendre le mouvement ouvrier et mieux se faire comprendre de lui, il ne doit rien céder sur le plan de l’art, où “tout est question de génie et de talent.” Il va quitter le groupe par la suite.

Initialement, le projet a été lancé par Cresson en décembre 1931, comme l’explique dans Fanny Clar (Le Soir, Les artistes et le labeur ouvrier, 2 décembre 1931).

Pour Cresson, c’est très clair : “l’art prolétarien ne peut surgir que du travailleur lui-même” (Le Peuple, 6 août 1933, p. 3). Aussi, quand le groupe réitère l’année suivante, entre le 26 et le 29 septembre 1933, lors du congrès confédéral de la la CGT au palais de la Mutualité (avec “Le Travailleur, le Chantier et l’Usine vus par un groupe d’artistes”), il appelle à nouveau les professionnels de l’art et “les ouvriers authentiques qui ont pris le pinceau ou le crayon pour fixer les scènes dont ils sont journellement les auteurs”, à déposer des oeuvres à son atelier, 24, rue Barrault, en vue de leur sélection en collaboration avec une importante galerie et une collectivité ouvrière. Pour lui, il faut “dépasser les limites habituelles du convenu en art”, en faisant “appel aux ouvriers authentiques qui ont pris le pinceau et le crayon pour fixer les scènes dont ils sont les acteurs.” ( Le Populaire, 6 août 1933, p. 5).

Le Travailleur, le Chantier, l’Usine, Congrès confédéral de la CGT, Mutualité, Septembre 1933. Archives G. Mazuy

A ce moment-là, les objectifs affichés, en accord avec ceux de la CGT, sont aussi de faire de cette union entre Art et Travail, un moyen de lutter pour la paix. Il s’agit de lutter contre les objectifs des fascismes de “domestiquer et d’asservir l’artiste “en vue de leurs sombres desseins nationalistes.”

Par ailleurs, à la fin de l’été 1933, dans ce contexte de crise, ils veulent également promouvoir la solidarité entre les artistes. Alors que des milliers d’artistes sans travail sont privés de secours (L’Intransigeant, 3 Octobre 1933), Cresson va donc monter une coopérative ouvrière (La Coopérative de production des artistes) où les artistes en difficultés pourront trouver du matériel pour travailler.

La réception du projet dans la presse 

Comment la presse reçoit-elle ces projets ?
Quelques journaux de gauche ou d’extrême-gauche comme Le Libertaire, Le Peuple (l’organe de la CGT, qui à l’époque est réformiste), Le Soir ou La Liberté acclament l’initiative. Pour le romancier et critique littéraire proche de la Vache enragée, Frédéric Lefèvre,  les œuvres exposées “valent d’être citées…” (La Liberté, 19 février 1932, p. 2). Lors de la seconde manifestation chez Katia Granoff, la revue L’Art et les artistes (N°130, octobre 1932) évoque “Luce, Claudot, Provot, Cyr, Lugnier, Villard, Jacquemont, Lichtenstein et Cresson”. Pour le critique sont exposées des “œuvres généralement profondes qui puisent dans le peuple sa substance et sa vie. »

Mais la plupart des journaux se contentent juste d’annoncer l’événement quand ils en parlent (L’Oeuvre, 11 septembre 1933 ou  (Beaux-arts, 25 février 1932). Les articles les plus favorables sont en fait écrits par les protagonistes de l’aventure, comme Fanny Clar qui, en septembre 1933, salue “Les artistes à la CGT” dans l’organe de la CGT (Le Peuple, 28 septembre 1933). 

D’autres périodiques, moins engagés, jouent plutôt le registre de l’ironie. Pour le critique André Salmon dans Gringoire, 14 octobre 1932 : “On remarquera tout simplement en outre que quand il va se choisir des chromos au bazar, voire de vraies peintures à la Foire aux croûtes, le camarade aux mains calleuses n’hésite jamais entre une Baigneuse, une Marquise Louis XV et sa propre image en bougeron noirci. À lui la Baigneuse et la Marquise!

C’est aussi un peu l’opinion de Maximilien Gauthier dans L’Art vivant (Octobre 1933) pour qui « l’enclume et le rabot valent bien la pomme, le camembert ou le litre de vin rouge. »,  «Certes, mais pas davantage.» Le journaliste, romancier et critique d’art reconnaît pourtant qu’ «Il y avait là quelques très bons tableaux, dus à Clergé, Claudot, Fontaine, Lucie-Jean Graves, etc. » Mais pour lui, “un Renoir (…) a fait plus pour faire avancer le règne de la justice, que “tel militant du crayon” habile à représenter “la victime résignée du capital”.”

André Claudot, Usine sous la neige, 1933. Collection particulière. DR. 

Que montrent les expositions ? La presse ne citent pas des oeuvres en particulier, mais il s’agit bien de représentations du travail qui s’inscrivent dans les pas de celles nées avec les Révolutions industrielles du XIXe siècle : chantiers, usines, carreaux des mines, avec ou sans ouvriers, modernité ou permanences du travail, dénonciation de l’exploitation et non exaltation du capitalisme…

Par ailleurs, si certains artistes exercent bien des métiers d’ouvriers pour vivre (Georges Cresson en particulier), la grande majorité des participants aux expositions collectives du groupe ne sont pas des prolétaires, mais des artistes professionnels, que cela soit chez Katia Granoff (en février-mars et octobre 1932), au congrès de la CGT (en septembre 1933), ou lors de la dernière exposition du groupe chez Billiet-Vorms, en décembre 1933 (Le Populaire, 20 novembre 1933, annonce).

Est-elle mieux accueillie que les trois autres ? Pour La Semaine à Paris (8 décembre 1933), « Peu importe le thème quand la peinture est bonne. Il y a ici – Galerie Billiet-Vorms 1 – quelques bonnes toiles et d’excellentes gravures. (…) Deux peintres inconnus à suivre : Pignon, Emmanuel Poirier » Mais, à nouveau les articles sont très peu nombreux.

En fait, il s’agit désormais du premier (et dernier) Salon des Artistes du Travail, “L’homme…L’usine… Le chantier”,  qui a lieu du 1er au 24 décembre 1933. Le groupe n’est plus tout à fait le même qu’au départ. Certains, comme Claudot, Antral, Delatousche ou Lugnier ne sont plus là. Le salon est organisé avec le concours du Comité national des Loisirs, proche de la mouvance socialiste, qui est présidé par le radical Justin Godart, sous l’égide de la Fédération des Coopératives de consommation. Mais il est plus important, plus divers en fait, et le groupe comporte cette fois les noms de Franz Masereel, proche des communistes, ou d’Édouard Pignon qui l’organise, et qui devient membre du PCF cette année-là. En effet, à cette date, certains des artistes du travail sont en fait entrés dans l’AEAR, dont l’importance a fortement grandi. Ils se sont en cela rapprochés des communistes.

Peut-être est-ce pour cela qu’il n’y aura plus d’exposition du groupe par la suite. Georges Cresson ne rejoint pas les communistes. Il reste fidèle aux prolétariens.

Georges Cresson, un artiste prolétarien devenu vagabond 

Né en 1896, dans une famille d’un marchand de vins parisien, l’artiste alterne dès le départ petits boulots et travail artistique (il a quand même suivi une formation aux Beaux-arts). Comme beaucoup d’artistes de sa génération, il est ensuite marqué par la Première Guerre mondiale. Revenu à Paris, l’ancien combattant, est d’abord débardeur à la gare d’Austerlitz, puis se fait embaucher comme barman au cabaret “La Vache Enragé”. C’est là qu’il va faire la connaissance d’écrivains comme Frédéric Lefèvre, Tristan Rémy, Henry Poulaille, et du peintre Germain Delatousche. Tristan Rémy lui fera d’ailleurs illustrer un de ses ouvrages en 1931 (Les Nouvelles littéraires, 10 octobre 1931, p. 1 ). Par la suite, il travaille de nuit à l’Hôtel Dieu, et il peint pendant la journée.

Au décès de sa mère, il tente de créer une maison-auberge, sorte de phalanstère d’artistes à Chennevières-sur-Marne (Seine-et-Oise), où il accueille des expositions collectives (Le Petit bleu de Paris, 4 juillet 1925). Ce projet qui veut élargir les frontières artistiques de Montparnasse à la campagne (Comoedia, 29 juin 1925) échoue au bout de deux ans. Cresson tombe gravement malade. Il reprend ensuite sa vie de petits boulots (laveur de voiture, veilleur de nuit, figurant de cinéma), peignant autant qu’il le peut.

Son œuvre est continuellement nourrie par ce travail manuel, puisqu’il représente essentiellement des ouvriers et des scènes de la vie ouvrière, qu’il expose à Paris dans des restaurants, des cafés, des théâtres, voire des marchés en plein air. 

Georges Cresson, Le Chantier, Chicago Herald Tribune, 5 mai 1929). ©Gallica

C’est à la fin des années vingt et au début des années trente, que sa notoriété va s’intensifier. En 1929, il expose avec les peintres Pierre Gatier, Edmond Journaux et Louis-Marcel Myr à la galerie d’art Henri Manuel. Le vernissage est présidé par Paul Léon, le directeur général des Beaux-arts (Excelsior, 20 novembre 1929). Il expose aussi la même année chez Bernheim avec le groupe X, Y, Z, dont font aussi partie Louis Garin et l’américain Alexander Warshawsky (Chicago Tribune and Daily News, 5 mai 1929 ).

Avec d’autres artistes et des écrivains dont André Flament, Jean Lébédeff, ou Jean Lugnier, il crée un autre groupe et un journal artistique, Modulations. Le titre, qui se veut un « journal d’informations artistiques et littéraires, organe de propagande, de défense et de diffusion » aura sept numéros. Par la suite, Cresson donne des dessins au Nouvel Âge, la revue dirigée par Poulaille, puis collabore à la revue À contre courant (1935-36), qui en prend la suite. Il en publie aussi dans Le Peuple (27 février 1935, p. 3).

Pierre Lariviere, Georges Cresson, peintre des travailleurs, Le Soir, 12 avril 1931, p. 4. ©Gallica

Mais ce n’est qu’après la première exposition du groupe des artistes du travail que Cresson semble vraiment remarqué comme le “peintre des travailleurs” par des critiques de gauche (Pierre Larivière, “Georges Cresson, peintre des travailleurs”, Le Soir, 12 avril 1931, p. 4/6 ). Il commence aussi un peu à exposer seul et à vendre dans des galeries. Du 4 au 18 juin 1932, dans la foulée de la première exposition du groupe, il expose 50 dessins sur enduit à la galerie Katia Granoff (La Liberté, 6 juin 1932, p. 2/6).

D’après une huile de Georges Cresson, Le Peuple, 25 février 1935, p. 4. ©Gallica.

En 1935, après André Flament, le critique d’art Léon Gerbe consacre un ouvrage au peintre prolétarien qui est recensé par une partie de la presse (Notre temps, 6 avril 1935, p. 10 -). D’autres articles dans la presse ouvrière paraissent aussi sur ce peintre singulier (Edouard Peisson, “Devant l’œuvre de Cresson”, Le Peuple, 27 avril 1935). En 1936, sort un dernier ouvrage de Léon Bonneff avec des illustrations de l’artiste (Le Peuple, 21 septembre 1936).

Léon Gerbe, Cresson et la peinture prolétarienne. Avant-propos de Henry Poulaille, Paris, Imp. R. LEscaret, 1935.

En 1935, c’est seul et toujours sur  “L’usine, le chantier, l’ouvrier”, qu’il expose au Musée du soir (rue Fessart dans le 19e arrondissement), sous l’égide de l’Union des syndicats confédérés de la Région parisienne et du Groupe des Écrivains prolétariens de langue française (Le Peuple, 18 avril 1935  encart publicitaire ou Le Populaire, “Oeuvres de Cresson”, 30 juin 1935)

C’est sans doute l’une des toutes dernières manifestations artistiques “officielles” de ce peintre atypique.
En 1936, dans Syndicats, “l’hebdomadaire du monde du travail” affilié à la CGT, qui est pacifiste et anticommuniste, Léon Gerbe tente encore de soutenir cet artiste prolétarien qui “a ambitionné de montrer le travailleur dans sa force, sa dignité” et qui “chassé de l’usine par le chômage, parcourt pour l’instant – et le plus souvent la faim au ventre, les chantiers de l’exposition de 1937, trompant la surveillance des gardiens, il regarde et prend sur des bouts de papiers de hâtifs croquis.” (Syndicats, Georges Cresson, Peintre prolétarien, 20 novembre 1936, p. 4). En 1937, on le retrouve malgré tout avec plusieurs artistes de la nébuleuse socialiste ou libertaire, dans une exposition soutenant les orphelins de la colonie espagnole de Llançà Catalunya dirigée par la CNT (Le Libertaire, 8 juillet 1937), avec une partie de ses camarades du groupe du travail.

Mais peu avant 1939, le même Léon Gerbe, trouve à sa porte un homme clochardisé, en butte à des hallucinations, qui lui raconte avoir été se battre en Espagne puis avoir gagné le Maroc où il a continué à peindre. Est-ce vrai ? Cela semble peu probable. A partir d’août 1937 en effet, et ce jusqu’en 1940, des articles de la presse régionale font état de très nombreuses condamnations  (que certifie aussi son livret militaire), pour vagabondage et défaut de carnet anthropométrique dans différents endroits de France.

En août 1937, Cresson travaille alors de ferme en ferme, vagabonde et mendie “tout en exécutant certains dessins qui ne manquent pas d’allure”. Il est ainsi condamné à 5 jours de prison à Bain-de-Bretagne (L’Ouest-Eclair, 3 août 1937, p. 6), à nouveau le 10 juin 1938 à Montague; le 13 juillet 1938 à Villeneuve-sur-Lot; le 30 octobre 1938 à Blaye (un mois de prison); le 20 décembre 1938 à Cherbourg et le 19 janvier 1940 à Chartres (à nouveau un mois). 

Juste avant le début du second conflit mondial, l’artiste est arrêté à Pont-sur-Seine et condamné pour défaut de carnet à un mois de prison. Il déclare alors “qu’il se sentait libre de ne pas travailler si cela “lui plaisait.” (Le Petit troyen du 23 août 1939). A cette date, le droit à l’oisiveté n’est pourtant pas du tout dans l’air du temps !

On perd définitivement sa trace après la fin du conflit. Les registres de l’état civil permettent cependant de savoir qu’il n’est décédé que bien plus tard, le 14 octobre 1978 à Bagnolet (Seine-Saint-Denis)2.

Sources : 

  • Rachel Mazuy, Jessica Watson, André Claudot, La Couleur et le siècle, In fine éditions d’art, 2021. 
  • Une journée d’étude (non publiée) sur l’art prolétarien a été organisée en juin 2018 à l’université de Lille, sous la direction d’Erika Dupont François Robichon et Paul Aron (Art prolétarien, art introuvable ?), avec notamment une communication de François Robichon (Georges Cresson (1896-1978), peintre prolétarien retrouvé) et une autre d’Hélène Serre (Les coopératives ouvrières, soutien des « Artistes du Travail).
  • Notices de Fanny Clar, Raphaël Diligent, André Flament et Georges Cresson   notamment, sur le Maitron en ligne.
  1. sur les liens avec l’URSS de Pierre Vorms, on peut voir notamment : les travaux de Gwen Riou ainsi que Tatiana Trankvillitskaïa“Les arts plastiques soviétiques des années 1930”Slavica bruxellensia [Online], 12 | 2016 a  []
  2. État-civil de Paris numérisé – Acte de naissance de Georges Cresson []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Rachel Mazuy (21 janvier 2024). Georges Cresson et le groupe des artistes du travail. Circulations, transferts et engagements politiques. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmvu


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.