Mon Camarade – Une revue communiste pour enfants (1933-1939). Circulations et transferts avec l’URSS.

N°198, 23 Septembre 1939 (dernier numéro de Mon Camarade, avant l’interdiction de la publication).

Ce texte, traduit en russe, a été publié dans la revue Детские чтения (Detskie Tchteniia) à Moscou en 2020. Il est issu d’une intervention au colloque international organisé par Cécile Pichon-Bonin à Dijon (MSH de Bourgogne), sur « La culture enfantine en URSS. Objets, lieux et pratiques » en avril 2018.

Mon Camarade, N° 1, juin 1933

Le journal pour enfants Mon Camarade (MC) est né en juin 1933 sous l’égide de la Fédération d’enfants ouvriers et paysans (qui dépendait officiellement de l’Internationale Communiste des Jeunes). En collaboration avec l’AEAR (Association des Artiste et des Écrivains révolutionnaires), c’est le fruit du travail d’une toute petite équipe de militants communistes dirigés par Georges Sadoul. À partir de la seconde moitié de 1935, le « journal illustré » est édité par les Éditions sociales internationales (ESI) dont Léon Moussinac est alors officiellement le gérant. C’est d’abord un mensuel, puis un bi-mensuel (à partir du numéro 25) et enfin un hebdomadaire à partir du 3 décembre 1936 (N° 53).

Saisi après le pacte germano-soviétique, il va disparaître le 14 septembre 1939 (N°298). C’est en effet, un journal communiste militant destiné au départ aux « enfants de prolétaires » (de 7 à 14 ans1. Il prend ainsi la suite logique du Jeune camarade édité entre 1921 et 1928 par la Fédération des Jeunesses communistes et qui partageait sa maquette avec The Young Comrad anglais, Der Junge Genosse allemand et la version soviétique2.

Nous voudrions ici tenter d’analyser les circulations et les transferts liés à l’URSS, en nous demandant si les enfants (et plus largement l’enfance) représentés dans MC ressemblent plus aux enfants de Maurice (Thorez) qu’à ceux de Joseph (Staline) ?

Il apparaît tout d’abord, que l’enfant soviétique et la littérature soviétique pour la jeunesse sont largement présents dans les textes et dans l’iconographie de Mon Camarade.

Le « pionnier soviétique » est érigé en un véritable modèle pour le pionnier français

Une émulation socialiste
Dans les deux premières années, les pionniers français sont omniprésents dans le journal. Ils suivent en effet l’exemple de leurs homologues soviétiques, sous la férule tutélaire de Lénine.
Les textes proposés reprennent tous un discours de propagande de type léniniste : un discours de mobilisation – révélation politique, un discours de mots d’ordre – fonction d’agitation politique, et enfin un discours incitant à participer à l’action collective.
Les pionniers sont ainsi à l’avant-garde des manifestations ouvrières (contre la guerre, pour le 1er mai). Ce sont d’abord évidemment eux qui diffusent leur journal. Un drapeau de pionniers soviétiques est d’ailleurs remis au meilleur groupe de diffuseurs après un véritable « concours d’émulation socialiste » dont MC se fait l’écho.

Des pionniers partout :

 N° 7 janvier 1934, “Le coin des fillettes”.
Dessin Eliane Eilfa.

On retrouve donc fréquemment les pionniers à travers des dessins simplifiés mettant en avant les symboles communistes. Les foulards, les drapeaux rouges, les hampes avec la faucille et le marteau sont ainsi omniprésents dans les premiers numéros du journal.

N° 11, Juin 1934, “Les pionniers de la Bellevilloise gagnent le drapeau des pionniers russes”. Dessin Marco Eilfa

Dénonciation, autocritique et action collective :
La dénonciation et l’action collective sont utilisées comme modes d’action et comme mots d’ordre. Ainsi, par exemple, le « Tribunal »3 raconte l’histoire de pionniers soviétiques jugeant un enfant voleur (avec une séance obligée d’autocritique).
Cependant, majoritairement, ceux qu’on dénonce dans MC, ne sont pas les koulaks ou les ennemis de l’URSS, mais les « instituteurs fascistes », les propriétaires exploiteurs ou les curés à la solde de la bourgeoisie en France.

Un contexte plus français que soviétique cependant :

Le contenu des premiers numéros ressemble ainsi beaucoup à celui de l’organe conçu pour les pionniers français dans les années vingt. Il reflète certes des formes de mobilisations collectives des enfants qu’on retrouve en URSS (manifestations commémoratives, défilés…). Mais s’y s’ajoute des éléments beaucoup plus proches d’une culture ouvrière française, avec des grèves ou des manifestations revendicatives enracinées dans un terrain national, voire même local.

En haut : N°8, avril 1934 (sur les écoles et la grève des chauffeurs de taxi) , En bas : Léopold Chauveau, Ventripond et la guerre ; N° 3, août 1933, “Contre la fascisme et la guerre”.

Ce qui est raconté et illustré, c’est d’abord et avant tout la lutte contre le capitalisme et le gouvernement français qui l’incarne, que ce soit à travers l’école ou à travers les luttes des adultes4. En conformité avec les implantations du parti communiste, les manifestations sont d’ailleurs plus « ouvrières » (ou du moins urbaines) que paysannes (ou rurales), dans une France dont près de la moitié de la population reste pourtant rurale. On trouve également les mots d’ordre classiques de la lutte antimilitariste et pacifiste des communistes français5. Et, plus spécifique à l’enfance, et là encore propre au contexte français, une lutte contre les curés qui corrompent les enfants d’ouvriers, à une époque où l’on est encore loin de la “main tendue aux catholiques”6.

Des thèmes de mobilisation communs aux deux pays :

Les révolutions et les héros
Parmi les thèmes de mobilisation communs aux deux pays sont évoqués l’histoire des révolutions en Russie (en parallèle avec la Commune de Paris), celles des grands hommes (Lénine et Staline en tête), celles des « explorateurs » et des sportifs (ceux liés à l’épopée du Tchéliouskine en 1934, Papanine7, Liouba Berlin8 ), et, dans une moindre mesure, celle des grands projets de la construction du socialisme (comme dans la chanson Nous partons à Moscou9 ).

N°1, Juin 1933

L’antifascisme
Autre thème très présent, l’antifascisme. On parle aux enfants de Dimitrov et Thaelmann (et donc de la répression de l’opposition communistes en Allemagne), du procès bulgare, des enfants autrichiens ou allemands exilés accueillis dans les écoles françaises et aidés par le Secours Rouge international (SRI) et même des enfants espagnols (même avant le début de la guerre civile, puis à travers la BD Toto et Toutoune notamment).

N°21, Mai 1935. Dessin de Marco Eilfa. N° 54, décembre 1936. Dessin de Marco Eilfa.

Ces thèmes, avec l’internationalisme, existent dans les premiers numéros du journal sous de multiples formes (récits, rébus, charades, blagues). Ils apparaissent moins par la suite.

Au départ, MC suit donc en fait largement le modèle du journal Le Jeune Camarade publié dans les années vingt pour les pionniers. L’institutrice et syndicaliste communiste Jeanne Fanonnel (1889-1982), qui avait participé au premier périodique dans les années vingt et a fait un voyage en URSS en 1932, semble très influente dans les orientations de l’équipe du début. C’est sans doute son importance qui explique que l’approche qui domine, est celle qui était privilégiée dans la presse enfantine soviétique dans les années vingt plutôt que dans celle des années trente10.

Le Jeune camarade, N° 1, janvier 1928.

L’enfance soviétique heureuse dans MC

Dans chaque numéro, en 1933 et 1934, de manière beaucoup plus épisodique après la seconde partie de l’année 1935, des articles sont consacrés à l’enfance en URSS.

L’enfance soviétique heureuse ou « La vie est devenue meilleure camarade, la vie est devenue joyeuse »

En 1933 et 1934, l’enfance soviétique est l’un des thèmes dominants du journal. Plusieurs formes de textes sont utilisées : des histoires racontées par Georges Sadoul, des récits de voyage en URSS comme ceux de l’institutrice communiste Yvonne Clavel-Orliange11, ou ceux de deux enfants de communistes. Claude Willard12 (le fils de l’avocat communiste Marcel Willard) écrit sur Les pionniers et les mineurs de l’Oural et François Lurçat (le fils de l’architecte André Lurçat qui vit en URSS) sur le 19e anniversaire de la Révolution… André Lurçat reçoit d’ailleurs à Moscou les numéros de MC13.

N° 14, octobre 1934 : A gauche et en bas à droite, photographies accompagnant l’article d’Yvonne Orliange, ‘Voyage en URSS”, et en haut à droite, Claude Willard “Un enfant français chez les pionniers russes, N° 10, octobre 1934.

Dans la mise en pages du journal, on met alors en parallèle l’enfance vécue en France, avec celle vécue en URSS. Ainsi, dans les premiers numéros, des double-pages évoquent les « Vacances en URSS », en parallèle avec l’expérience des enfants dans les colonies de vacances, au camping (par les pionniers) ou dans les patronages en France14.

On n’évoque évidemment jamais les formes d’opposition possibles au régime. Il n’y a ni purges, ni koulaks dans MC. Il n’y a donc pas d’identification possible avec des enfants-héros venus d’URSS comme Pavlik Morozov. Les seuls « héros soviétiques » qui apparaissent dans le journal sont tous des adultes (aviateurs, sportifs, explorateurs…).

C’est donc un récit idyllique et qui, comme les dessins est surtout très simplifié. L’URSS est le pays du bonheur où les enfants mangent partout à leur faim (en juin 1933)15, où ils ont des palais et des maisons de l’enfance pour jouer (22 septembre 1938, N° 147)… et où le maître d’école ne bat pas les enfants, mais est une sorte d’ami plus âgé16.

Ce que Mon Camarade vous apprendra (…) Il vous parlera d’un pays, la Russie soviétique où les enfants sont heureux : ils mangent tous à leur faim, ont de grands jardins exprès pour eux, et ne sont jamais battus par leur instituteur qui est leur camarade plus âgé. (…)”.17

Comparer deux enfances :
Les informations sur l’URSS renvoient cependant toujours au contexte français (une enfance ouvrière et pauvre dans un contexte d’oppression capitaliste comparée avec « le paradis de l’enfance soviétique »).

« (…) A l’école, on apprend aux enfants à se discipliner eux mêmes, à ne pas empêcher leurs camarades de travailler.. Et chacun se dit « il faut que je me tienne bien, que je sois discipliné pour devenir, là où je serai un travailleur instruit et courageux afin que soit plus vite construite la société heureuse pour laquelle se sont sacrifiés et sont morts tant et tant de lutteurs révolutionnaires guidés par le parti de Lénine.

En France, ce n’est pas la même chose. Les écoles ne sont pas faites pour les enfants du peuple (…) »18. Cette comparaison permet aussi de mettre en avant les réalisations pour l’enfance des mairies communistes19.

Une iconographie peu « soviétisée »

Ces représentations du pionnier soviétique, de l’enfance soviétique ou de l’URSS sont également très peu documentées dans l’iconographie.
La plupart des images de pionniers ou d’enfants soviétiques sont très simples, et souvent utilisées plusieurs fois dans d’autres contextes et d’autres numéros. Les visages, les coupes de cheveux, les attitudes ne différencient en rien les pionniers français des pionniers soviétiques. Les illustrateurs (essentiellement Marco Eilfa20 et sa femme Éliane dans les premiers numéros pour les dessins qui sont signés) ne prennent même pas la peine de tracer des lettres en cyrillique.

Seuls quelques éléments schématisés permettent de se sentir un peu ailleurs : des costumes stylisés des soldats de l’armée rouge (qui, avec leur bonnet pointu, correspondent d’ailleurs plus à ceux de 1917 qu’à ceux des années trente), des faucilles et des marteaux, des silhouettes simplifiées du Kremlin ou des « Staline » moustachus et des « Lénine » barbichus, juste esquissés.

Il est difficile de savoir si les illustrateurs s’inspirent de photographies ou d’illustrations soviétiques, mais dans la majeure partie des cas, cela semble peu probable.

“Je suis tombée du toit”, N° 124, 14 avril 1938. Dessin de Medjinsky (?).

Dans l’histoire de la parachutiste soviétique Liouba Berline21, J’ai sauté sur un toit, ce dernier est dessiné avec un faîte de tuiles et une cheminée de pierres et de brique, clairement plus français que moscovites22.

Cette pauvreté documentaire explique-t-elle le fait que Toto et Toutoune, deux enfants français partis pour l’URSS en train via l’Allemagne23, n’atteindront jamais leur but initial ? A la place, après avoir échappé aux geôles nazies, ils voleront en montgolfière vers l’Espagne, puis découvrirons l’Afrique coloniale, en terminant leurs aventures par un remake du Tour de France par deux enfants.

“Le Tour de France de Toto et Toutoune”, N° 161, 29 décembre 1938

Seuls quelques éléments photographiques mal imprimés montrent « réellement » l’URSS. La majorité des photographies paraissent provenir de clichés ramenés par les voyageurs qui signent les articles du journal, comme en témoignent celles qui illustrent l’article de Claude Willard sur les chercheurs d’or de l’Oural24, ou celles d’Yvonne Orliange-Clavel sur les enfants pionniers soviétiques25.

Une présence littéraire soviétique, mais pas d’illustration soviétique à proprement parler – adaptations et traductions de texte soviétiques

On trouve par contre de nombreux textes traduits ou adaptés d’auteurs soviétiques dans MC.
Leur présence, saluée comme telle, diminue un peu après 1935 même si elle persiste dans Les Livrets de Mon Camarade ou La Collection Mon Camarade éditée par les Éditions Sociales Internationales (ESI)26. On y reprend le thème du socialisme en construction en URSS (l’industrie, les plans quinquennaux)27.

Maxime Gorki, En gagant son pain, N° 34, septembre 1934

Dans le magazine, la majorité des textes soviétiques publiés sont en fait adaptés par Georges Sadoul, même si on ne sait pas d’où viennent les traductions et comment il a eu connaissance de ces textes28.

Il signe notamment des feuilletons adaptés de En gagnant mon pain de Gorki29 et des Trois gros de Iouri Oliécha30. Avait-il vu l’adaptation théâtrale du livre d’Oliecha produite au théâtre d’art de Moscou en 1930 ? Avait-il vu également le film31 tiré de la nouvelle La Pipe et le Communard d’Ehrenbourg32. Figurent aussi des extraits du Voyage extraordinaire (Konduit et Schvambranija) de Lev Kassil (Léo Cassil dans MC)33, publié la même année (1937) chez Gallimard. On retrouve encore Kassil en avril 1939 pour la publication d’une nouvelle qui pourrait être issue du Gardien de la République34. On passe ensuite du feuilleton à la bande dessinée avec L’Hyperboloïde du docteur Gagarine d’Alexis Tolstoï, qui reprend le titre du film soviétique dont le roman est tiré : le Rayon de la mort (Sadoul a-t-il vu le film ?)35.

Sous divers pseudonymes ou sous son nom, Sadoul signe aussi de nombreux textes documentaires sur l’URSS. Ce n’est pas non plus un Soviétique, mais un Polonais exilé (Yachek, Isaac Weinfeld) qui écrit « Une saynète sur des pionniers soviétiques » et un article sur « Le Tchéliouskine » en septembre et en octobre 193436.

Des dessinateurs russes ou soviétiques vivant en France
Du côté de l’illustration, c’est encore plus net. Parmi les dessins signés, il n’y a quasiment aucun dessinateur soviétique. Nous n’avons repéré que trois dessinateurs russes ou soviétiques. Le premier, Maurice Mendjisky, dont la collaboration est importante, a émigré avant la Révolution Russe. Comme certains des illustrateurs du journal, il est membre de l’AEAR. Il signe une partie de la série Toto et Toutoune, illustre le feuilleton d’H. G. Wells, Premiers Hommes sur la lune ((À partir du N° 87 du 29 juillet 1937. )), et des articles, comme celui signé par Jacques Bour (sans doute Sadoul à nouveau), « Moscou, port de cinq mers », paru en septembre 193737. Nous avons aussi repéré un seul dessin de Kliment Red’ko38. Enfin, on peut citer le nom de Nathan Altman, même s’il illustre un album MC de Bertha Lask et non un article du journal39. Tous les trois résident en fait en France au moment de la publication des oeuvres.

Ilustration de Kliment Red’ko, MC, 22 juin 1935 ; dessin de couverture Nathan Altman pour Bertha Lask, A travers les âges. Voyage d’un enfant sur un cheval ailé, Les collections de Mon Camarade, E.S.I, 1933 ; Ilya Ehrenbourg, La Pipe et le Communard, MC, N° 10, mai 1934 ; Alexis Tolstoï, Le Rayon de la mort (dessin de Duteurtre), MC, n°85,15 juillet 1937 ; H.G. Wells, Les Premiers hommes sur la lune, Illustration de Mendjinski, MC, N° 87 du 29 juillet 1937.

En fait, après décembre 1936, l’illustration et la mise en page de Mon Camarade sont totalement influencées non par l’illustration soviétique, mais par des contre-modèles américain (Comic Strips) et français (Le Journal de Mickey – dont les textes et les illustrations viennent très largement des États-Unis).

Le Journal de Mickey, N° 1, 21 octobre 1934

Lutter avec les armes de la concurrence pour éduquer les enfants français : Une adaptation communiste du Journal de Mickey ?

En effet, le magazine ressemble au Journal de Mickey introduit en France en octobre 1934, dans un marché très concurrentiel et dans une France en crise. Aussi, le journal s’adresse de moins en moins aux pionniers, ou aux enfants d’ouvriers et de paysans, mais, de plus en plus, à tous les enfants de France. Une nouvelle orientation qui s’explique aussi par le contexte de « main tendue » pratiquée par le PCF au moment du Front populaire. Le journal profite enfin de l’essor des organisations communistes, notamment du fait de sa diffusion par des mairies communistes plus nombreuses après les élections municipales de 1935.

Une logique aussi économique que politique
Il faut à nouveau rappeler l’importance de Georges Sadoul dans la publication. On l’a dit, le futur historien du cinéma semble écrire une grande partie des textes sous son nom ou sous pseudonymes (René Duchâteau ou Jacques Bour ?) sous le regard approbateur de Léon Moussinac40.

Georges Saoudl, Ce que lisent nos enfants, Bureau, d’Edition, 1936.

Pour lui, comme en témoignent la présentation du journal de juin 1933, son article de décembre 1936 dans Commune et sa brochure Ce que lisent nos enfants (1938), il s’agit de lutter contre la concurrence avec les armes de ses adversaires41. Cette concurrence n’est pas seulement celle, traditionnelle42, des catholiques, mais plutôt celle de la presse populaire à grand tirage, c’est à dire celle des « trusts américains » (Hearst, Le Journal de Mickey), ou plus française, celle des presses Offenstadt (SPE, Société parisienne d’éditions) ou celles d’autres éditions populaires (Le Journal de Toto édité par Le Petit Parisien), ou encore la presse Del Duca qu’il considère (à tort) comme fasciste43.

Ce n’est donc sans doute pas un hasard si l’année où Blanche Neige obtient un immense succès en France, MC édite une adaptation du conte de Grimm44.

Un journal de bandes dessinées sur le « modèle » des « comic strips » américains ?

Précédant le véritable tournant vers la bande dessinée de décembre 1936, on trouve aussi dans le journal des formes de mobilisations souvent liées à la farce, qui rompent avec le sérieux des pionniers. Elles jouent sur un humour qui rappelle plus l’univers des pieds nickelés45 que celui de la presse soviétique (même si on peut penser à la fonction cathartique du journal satirique Krokodil). Ainsi « Pipe, Flûte et Pomme, enfants de prolétaires », sont le plus souvent occupés à jouer des tours aux fascistes, aux curés ou aux « proprios ». On peut aussi citer le personnage de Pat’soum, créé et dessiné par Robert Fuzier, sorte de petit génie anticapitaliste et candide, qui, en se rendant invisible, rend la vie impossible aux patrons, en aidant ses amis ouvriers46.

N°102, 11 novembre 1937. Dessins de Jean Trubert.

Après décembre 1936, c’est non pas une mais plusieurs séries (avec beaucoup de « strips » au départ) de véritables bandes dessinées (4 ou 5 par numéros le plus souvent avec des bulles47 ), qui vont s’ajouter aux feuilletons où il y a peu d’images. Il y a donc de moins en moins de textes, le format s’agrandit, et c’est le véritable passage à la couleur (auparavant, le journal est en noir et blanc avec une seule couleur pour la couverture ainsi que pour certains articles). Parallèlement, les rubriques purement divertissantes (jeux, charades, bricolage) se sont multipliées. La mise en page est aussi proche de celle du Journal de Mickey et les séries sont de plus en plus influencées par les thématiques des « Comic strips » américain48. L’aventure, la science-fiction, et même les cow-boys envahissent alors le périodique. Sadoul, qui tient la rubrique cinéma dans Regards à l’époque, impose en effet le Western à l’équipe de MC (Jim Mystère).

N° 108, 23 décembre 1937. Jim Mystère en butte au Ku Klux Klan.

A partir de décembre 1936, MC ne semble donc pas très différents des autres périodiques de la presse enfantine de l’époque. Pour autant, il est loin de concurrencer son contre-modèle. Le chiffre des ventes hebdomadaires est de 40.000 en 1938 (entre 10.000 et 50.000 sur toute la période) contre 400.000 pour le Journal de Mickey !

Diversité des styles d’illustration et engagements politiques des dessinateurs :

Dans les tous premiers numéros, Marco Eilfa et sa femme Éliane signent la majorité des illustrations, qui sont très simples. Il est difficile de savoir s’ils sont convaincus que pour s’adresser aux enfants il faut simplifier et schématiser les dessins, et dans quelle mesure cette conception serait influencée par les théories soviétiques49. ou bien par celles promues autour de l’équipe du Père Castor chez Flammarion ou encore celles promues par les pédagogues de l’Éducation nouvelle (Freinet)50.
Des contraintes de temps et d’argent peuvent en effet expliquer ces dessins en deux dimensions, qui se confondent parfois avec les dessins d’enfants publiés dans le journal.

Plus généralement beaucoup de dessins sont soit non signés, soit signés collectivement « AEAR » (surtout au début), et la diversité des styles est patente, avec quelques signatures de dessinateurs ou d’artistes aujourd’hui reconnus comme Maurice Estève51 ou Jean Effel52.

Marco Eilfa est alors communiste ou proche des communistes. Robert Fuzier plus proche de la mouvance socialiste et travaille aussi à la Bataille Socialiste53 Maurice Mendjisky est engagé dans le Mouvement des intellectuels pour la paix avec Paul Signac et Paul Langevin54. Mais ce n’est pas la majorité. Plusieurs écrivent d’ailleurs sous pseudonyme (Dut, Trubert, Duteurtre) ou préfèrent l’anonymat. Beaucoup travaillent d’ailleurs aussi pour la grande presse populaire où ils vont continuer leur carrière après la guerre : Dansler, Duteurtre, Deupé, Trubert, Janser (qui dessine Charlochat le strip pour enfants publié dans L’Humanité où il est érigé en véritable « célébrité »), et même Robert Fuzier. Peu d’entre eux vont continuer dans Vaillants (Trubert), le magazine pour enfants qui prend le relais de MC après la guerre. Mais on en retrouve plusieurs qui participent à la professionnalisation du statut de dessinateur dans le Syndicat des dessinateurs de presse après 1945.

Il est vrai que MC affirme haut et clair diffuser « 100% » de « dessins français », s’opposant ainsi à un Journal de Mickey avec « 100% de dessins importés ». A partir de décembre 1936, avec ce discours « patriotique » et son ouverture aux bandes dessinées, MC constitue donc une offre pour des artistes qui, déjà confronté la crise économique, ont vu le marché se réduire avec l’importation des séries américaines (Mickey, Tarzan, Félix le Chat…).

Malgré tout, MC reste un journal singulier.
En dépit de cette ouverture liée au contenu, le cercle des lecteurs ne dépasse pas les cercles de communistes et de sympathisants et privilégie évidemment les zones où le PCF est le plus implanté à la fin des années trente (région parisienne, en particulier la “ceinture rouge”, et le Nord de la France, plus urbain que rural)55.

Kiosque à journaux, Juillet 1939 (Mon Camarade est tout en haut à droite). Auteur inconnu, DR.

En premier lieu, même si une petite partie de la diffusion se fait de manière classique par le biais de kiosques à journaux (on ne sait pas à partir de quand), elle reste largement opérée par des communistes. À partir de 1935, elle ne repose plus seulement sur les pionniers et les Comités de Défense de de L’Humanité (CDH)56, mais elle s’élargit avec les patronages des municipalités communistes57 où l’on tente de toucher tous les enfants, pas seulement ceux dont les parents sont communistes ou sympathisants.

Le contenu du journal reste malgré tout conforme à l’idéologie communiste. Certains des héros, on l’a dit, sont ouvertement anticapitalistes (Pat’soum de Robert Fuzier), la quasi totalité sont antiracistes (le cow-boy Jim Mystère se bat contre le Ku Klux Klan et pour les Amérindiens) et anticolonialistes (Jim Mystère, Toto et Toutoune…). Il y a aussi chez Sadoul un refus de la violence gratuite et une volonté de moraliser le contenu du journal qui annonce les combats des communistes après la guerre58.

En effet, il s’agit bien d’éduquer les enfants et pas simplement de les divertir.

“Jim Mystère Le Justicier”, N° 53, 3 décembre 1936.

Éduquer un petit Français où s’inspirer du modèle soviétique ?

L’enfant auteur et dessinateur de Mon Camarade : article d’enfants, poèmes d’enfants et lettres d’enfants
Mobiliser les enfants :
Pour éduquer l’enfant, comme en URSS, on veut mobiliser les lecteurs en les faisant participer au journal. MC propose ainsi de participer à un concours de textes de pièces de théâtre pour les enfants, primé par deux voyages en URSS59.

Toujours en 1934, le journal appelle les enfants à collaborer à un concours international de dessins. On jugera ceux-ci non pas sur leur « exécution » mais « sur le plan de l’idée qu’il contiendra ». Les sujets traités sont ceux abordés par la revue : « La vie au travail, à l’école, en famille, le gagne-pain, les loisirs, les contrastes des régimes capitalistes et soviétiques, etc. ». Les meilleurs sont d’ailleurs montrés lors de l’exposition internationale organisée à Moscou au Musée des Beaux Arts de fin avril à fin août 193460.

Comme le rapporte aussi l’écrivain Jean-Richard Bloch et sa femme Marguerite invités au premier Congrès des écrivains soviétiques durant l’été 1934, ce n’est pas la célébration des dons des enfants qui est l’enjeu principal. Le prisme de réception est bien politique. Tous les dessins exposés sont d’ailleurs des dessins politiques.

« Cette exposition prend des formes très diversifiées, comme l’est le monde entier. Les enfants sont partout infiniment vivants. Bons petits Turcs, Américains, Arméniens, Samoyèdes. Il est faux que les enfants de l’Ouest dessinent la mort. (…) »61

N° 11, Juin 1934.

Par ailleurs, faire dessiner et écrire l’enfant fait aussi partie des théories de l’Éducation nouvelle62, et le texte de Sadoul, paru dans Commune en décembre 1936, salue également le travail des pédagogues français.

N° 7, Janvier 1934.

De même, encore plus que pour les articles, la mobilisation politique dessinée par l’enfant passe par des actions politiques adaptées au contexte capitaliste français : celui du 6 février 1934 et des manifestations du Front populaire. On trouve ainsi parmi les dessins reçus pour le concours une illustration intitulée « À l’école de Chiappe » de Jean Laborde d’Alfortville (12 ans) ou une autre sur « La Belle vie du capitaliste » de Roger Queyrié (11 ans)63.

Enfin, il faut noter que du côté de MC, le concours n’est cependant pas un succès flagrant, tant pour la qualité des dessins que pour le nombre de participants64.

Filles et garçons dans Mon Camarade:
Une faible différenciation des rôles genrés au départ.

Cécile Pichon-Bonin distingue dans son étude de livres pour enfants de la Collection Cotsen de Princeton, deux catégories principales d’ouvrages soviétiques : ceux qui s’approprient une norme sociale genrée traditionnelle et ceux où les rôles genrés ne sont pas déterminés, pas plus que les apparences très différenciées.

Qu’en est-il dans Mon Camarade ? La réponse est plurielle et peut être différenciée selon la chronologie de publication.

En effet, on l’a dit, dans les premiers numéros, dans les textes comme dans les illustrations, domine la figure des pionniers. Les personnages illustrés dans les articles sont, pour une partie importante d’entre eux, habillés comme des pionniers, même si les dessins simplifiés ne permettent pas de déceler tous leurs attributs.
On trouve évidemment des « costumes genrés» dans les dessins simples qui accompagnent les articles d’une bonne partie des rubriques65. Deux signes distinctifs récurrents sont cependant bien présents chez les filles comme chez les garçons : le foulard rouge et la couleur rouge d’une partie du vêtement qui s’oppose au blanc du reste du costume. L’ensemble de ces premiers numéros adoptent d’ailleurs très souvent le noir, le blanc, et dans une moindre mesure le rouge. Au tout départ, le noir et blanc dominants journal, on peut imaginer que le noir représente en fait du rouge.

“Pipe, Flûte et Pomme”, N° 12, Juillet 1934.

En effet, une distinction liée aux couleurs doit être faite pour Pomme et Flûte, les deux petits héros français blancs de la série « Pipe, Pomme et Flûte. Enfants de prolétaires » qui paraît en 1933-1934, et dont les aventures sont au tout début en noir et blanc. Flûte est en général revêtu d’un pantalon ou d’un short blanc et d’une chemise noire mais qu’on peut imaginer rouge (à manches courtes ou à manches longues selon la saison). Pomme quant à elle porte une jupe noire (rouge en fait ?) et un chemisier blanc avec un col rond noir (rouge en fait ?). Ils s’opposent ainsi à Pipe, petit orphelin noir arrivé d’Afrique, qui porte lui un pantalon et une chemise blanche.

Par ailleurs, si Pomme est bien habillée en fille, elle est, comme ses deux camarades masculins, toujours intégrées dans les actions collectives que conduisent les enfants. De la même façon, dans la page « Le Journal d’une fillette » des débuts, des petites pionnières communistes évoquent leurs actions au sein de l’école ou dans les luttes ouvrières. Elles ne se distinguent ainsi pas de leurs camarades masculins. On trouve aussi le récit d’une maîtresse d’école racontant à des fillettes la vie de Maxime Gorki… On est donc bien en présence d’une morale de l’action individuelle qui n’est pas genrée.

Un retour à une norme sociale plus traditionnelle par la suite
Après 1936, avec la rubrique tricot/ ménage / couture et recettes (de Toutoune) du « Coin des fillettes », les filles apprennent comment réparer un meuble en bois abîmé par des taches d’eau, comment tricoter des cols pour des robes… Parallèlement, les séries sont de plus en plus « masculines » avec des héros aviateurs, aventuriers ou cow-boys.

“Le coin des fillettes”, 14 avril 1938.

On constate aussi dans le courrier des lecteurs qu’il s’agit de plus en plus de garçons. Même Toto et Toutoune introduit une nette différence entre les deux héros qui existait moins au départ. La fillette est le plus souvent sauvée d’un danger et c’est Toto qui est dans l’action (cf. Toto et Toutoune en Afrique ou Le Tour de France de Toto et Toutoune en 1938-1939, qui reprend le célèbre modèle républicain de G. Bruno). On peut penser qu’il s’agit là de l’application du modèle familialiste soviétique introduit très rapidement en France par le PCF autour de 1934-1935.

Toto et Toutoune en Afrique.

Un enfant de moins en moins politisé, mais avec une morale qui reste spécifique. La volonté éducatrice du journal
L’importance accordée à la culture académique est manifeste. S’agit-il pour autant seulement d’un transfert soviétique ?

« On y trouve en outre une page littéraire composée de morceaux choisis de grands écrivains, de Jean-Jacques Rousseau et du folklore à Jules Romains ou à Eugène Dabit, et une page encyclopédique, histoire des grandes inventions, des explorations, etc., remarquablement rédigée par Jacques Bour. La culture trouve aussi sa place dans les autres rubriques. Mon Camarade, qui a fait connaître au public français le si remarquable roman de l’écrivain soviétique Oliecha, les Trois Méchants Gros, publie actuellement une nouvelle traduction de L’Île au trésor de Stevenson. (…) Il faut espérer que ce périodique connaîtra demain un nouvel essor et combattra ainsi plus efficacement dans le domaine enfantin, « pour la défense de la culture. » (Commune, décembre 1936, op. cit. )).

De fait, le journal veut éduquer les enfants du peuple en leur apprenant l’histoire et les Sciences et les introduisant à de « grandes oeuvres littéraires » de Rabelais, Rousseau, à Mérimée, jusqu’à Jules Romains ou Gide (avant la parution de Retour de l’URSS, bien sûr). Une partie des oeuvres adaptées émanent bien sûr des auteurs engagés – Romain Rolland (qui participe au journal de manière active selon les témoignages et dont on publie des extraits de son Valmy écrit pour les enfants), Henri Barbusse, Charles Vildrac (qui s’est fait un nom dans la littérature enfantine dès les années vingt), Eugène Dabit ; certains sont étrangers – Cervantès, Mark Twain, Stevenson ou H. G. Wells ou les auteurs soviétiques déjà mentionnés.

André Gide, “Un jour de ma vie d’enfant”, N° 15, octobre 1934 (extrait).

Le ton du journal devient ainsi de plus en plus didactique mais aussi de plus en plus « national » et « dépolitisé »
La rubrique « encyclopédique » illustrée par Deupé Savez-vous que ? en est un bon exemple. À partir de 1935-1936 (reflet du lectorat ou de la représentation qu’on veut en donner ?), les lettres des lecteurs racontent désormais un quotidien sans pionnier (la maison, l’école, les vacances) et les devinettes évoluent vers un humour dépolitisé, tout comme certaines séries (Falzar et Filoche), en particulier celles destinées aux plus petits.

“Savez-vous que ?”, N° 174, Dessins de Deupé.

Par ailleurs, la dernière série des aventures de Toto et Toutoune permet de mettre en valeur le patrimoine français à travers celui des villes traversées par les deux enfants. On peut voir là « une forme d’appropriation par le peuple de ce que le peuple a construit pour les puissants »66 qu’on retrouve à la même époque dans le discours du PCF67. On retrouve donc ainsi une patrimonalisation nationale de la culture, à l’échelle enfantine.

N° 161, 29 décembre 1938.

Malgré tout, on peut parler d’une morale spécifique
Dans une France largement colonialiste, la représentation du monde colonial reprend l’anticolonialisme du PCF, à travers les héros noirs de MC, notamment dans des bandes dessinées (le personnage de Pipe, petit orphelin noir qui vend des cacahuètes en France et devient un pionnier), ou dans des feuilletons68. Ce regard est sans doute aussi très influencé par Sadoul, qui a rédigé un un texte sur les représentations coloniales dans la presse pour la jeunesse dans la Negro Anthology69.

Par ailleurs, une morale de l’action et de la solidarité se maintient jusqu’au bout comme en témoigne par exemple « La Lettre de Janot », une rubrique de réponses aux lecteurs rédigée par le même Sadoul, ou également à travers la représentation de la Guerre d’Espagne. Celle-ci est notamment illustrée par la BD satirique de Deupé qui recycle ses héros en généraux victimes des farces du milicien Tatane, ou par la série Toto et Toutoune en Espagne70.

Journal très militant et au départ fondé sur un modèle de propagande de type léniniste, MC veut faire connaître l’enfance soviétique et l’URSS. Mais il s’inscrit dans un contexte ou les objectifs idéologiques, les thématiques de mobilisation et les actions collectives sont adaptés à la France. Par ailleurs, si des auteurs soviétiques et une représentation idyllique et simplifiée de l’URSS sont bien découverts par les lecteurs du journal, celui-ci est de plus en plus modelé sur le modèle dominant de la presse enfantine populaire en France (Le Journal de Mickey) et sur une illustration de plus en plus inspirée par les « Comic strips » américains. Dans un contexte de crise économique et sociale qui touche durement les artistes, s’opposant à ses concurrents qui importent textes et dessins des États-Unis, le journal fait cependant essentiellement appel à des dessinateurs français qui semblent bien peu connaître l’URSS. Peu d’entre eux sont communistes, même si une partie sont engagés dans le combat antifasciste (AEAR). Aussi, même si MC reste jusqu’au bout un journal avec une morale spécifique, les transferts soviétiques font toujours l’objet d’une réappropriation par l’équipe française, où Georges Sadoul joue un rôle déterminant.

La Presse enfantine en France – Tirages hebdomadaires en 1938.

Iconographie : les images de Mon Camarade sont issues de la numérisation de la collection complète opérée par Richard Medioni (décédé en 2016), pour le livre numérique sur Mon Camarade commercialisé par Vaillant Collector en 2016 (Droits réservés).
La collection de la BNf numérisée par Gallica est incomplète (elle commence en effet avec le numéro 9). Par ailleurs, la numérisation d’un seul tenant ne permet pas la recherche par date.



Citer ce billet
Rachel Mazuy (2022, 22 novembre). Mon Camarade – Une revue communiste pour enfants (1933-1939). Circulations et transferts avec l’URSS. Circulations, transferts et engagements politiques. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/neja

  1. Même si le courrier des lecteurs émane surtout d’enfants de 10 à 13 ans. []
  2. Sur l’histoire du journal, on peut voir l’article de Valérie Vignaux, « Georges Sadoul rédacteur en chef de Mon Camarade (1933-1939). Un magazine illustré pour une culture de jeunesse communiste ? », Strenæ . On attend sa monographie de Georges Sadoul (Georges Sadoul, Le cinéma une politique de l’histoire).
    Voir aussi : Richard Medioni, Mon Camarade. L’intégrale. 1933-1939, Ed. Vaillant Collector, 2016 et Alexandre David (préface de Roland Leroy), Mon Camarade, Éditions la Mémoire Vivante, Montreuil, 1997. []
  3. Numéros 1 à 3 de juin à août 1933. Écrit par Georges Sadoul. []
  4. Comme la grève des ouvriers chauffeurs de taxi et la grève dans les écoles, N° 8 avril 1934. []
  5. Léopold Chauveau « La guerre avec Ventripond », MC, N° 15 octobre 1934. []
  6. Georges Sadoul, Histoire d’un boy-scout, N° 11, Juillet 1934 à 19, mars 1935 []
  7. Ivan Dmitrievitch Papanine (1894-1986) est un explorateur soviétique , qui enrôlé en 1914 dans la marine russe, prit part à la guerre civile, notamment en Ukraine puis en Crimée, et qui prit part en 1931 à l’expédition du brise-glace Malyguine à l’archipel François-Joseph, dirigea une expédition polaire en 1932-33 sur l’archipel, fut chef de station polaire au cap Tchéliouskine en 1934-35. En 1937-38, il participa à l’expédition Pôle Nord -1, avant d’être récupéré par le Krassine. A ce titre il reçut le titre de Héros de l’Union soviétique. []
  8. Respectivement Mon Camarade, octobre 1934 (N° 14), 7 avril 1938 (N° 123), 14 avril 1938 (N°124). []
  9. 8 MC, N° 10, mai 1934. Chanson dont les textes sont de Yachek et la musique de Paul Arma (de son vrai nom Imre Weisshaus, 1904-1987) compositeur français d’origine hongroise. Yachek (dit Jean), de son vrai nom Isaac Weinfeld (né en Pologne en 1905) militant communiste et exilé lui aussi. La chanson fait partie d’une pièce de théâtre du même nom qui sera jouée par des groupes d’enfants.
    Cf. Edmée et Paul ARMA, Mémoires à deux voix. Témoignages de mouvement dans le mouvement. Livre 1, 1904-1945, Editions Paul Arma, 1986.
    []
  10. Nous remercions Irina Arzamastseva pour cette remarque. On s’intéresse ainsi au départ davantage à des groupes d’enfants qu’à des individus, mis en avant et héroïsés []
  11. Yvonne Orliange-Clavel (1894-1976), est la soeur de la secrétaire de rédaction de MC, Marguerite Orliange-Monino (1906-2204). []
  12. Claude Willard (1922-2017), historien communiste. Il effectue à 12 ans un voyage en URSS avec ses parents. Il passe plusieurs semaines dans un camp de pionniers dans les environs de Moscou avant de partir en famille dans l’Oural. (Fonds Claude Willard, Lettres de Claude Willard à sa grand-mère durant son voyage). Claude Willard, « Les pionniers en URSS », MC, N° 20, avril 1935. []

  13. http://vudejerusalem.20minutes-blogs.fr/archive/2013/10/02/un-enfant-a-moscou-1937-par-francois-lurcat-882849.html et Mon Camarade, N° 57, 17 décembre 1936. []
  14. Mon Camarade, N° 3 septembre 1933, p. 4 et 5. Le numéro suivant, numéro de rentrée scolaire, fait la même chose avec l’école. []
  15. Mon Camarade, N°1, juin 1933. []
  16. Mon Camarade, N° 4, octobre 1933. On a à nouveau nettement l’impression que les discussions pédagogiques qui sous-tendent ces thématiques sont plutôt enracinées dans la réalité soviétique des années vingt, plutôt que celles des années trente. Wladimir Berelowitch , L’école soviétique des années 1920, Cahiers du Monde Russe ,1977, 18-4, pp. 357-375 et Laurent COUMEL, «  Rapprocher l’école et la vie  ?  », Une histoire des réformes de l’enseignement en Russie soviétique (1918 1964), Toulouse  : Presses universitaires du Mirail, 2014, 504 p. Garreta G., L’école en révolution. L’application des méthodes deweyennes en Russie soviétique, Colloque « La crise de la culture scolaire », Sorbonne, Paris, 4-6 septembre 2003. []
  17. Mon Camarade, N° 1, juin 1933. []
  18. MC, N° 2, août 1933. Cf. aussi le texte de présentation du journal dans le N° 1 ou encore un article de juillet 1933 sur les châtiments corporels à l’école. []
  19. Comme l’inauguration de l’école de Villejuif dans le N° 2 d’août 1933. []
  20. Il s’agit de Marcel André Eilfa (1910-1998), signant Marco Eilfa, et de sa femme qui signe le plus souvent simplement Éliane (Eliane Jeanne Boulland née en 1908). Cet illustrateur et affichiste est un militant proche du parti communiste. Collaborateur de Monde, et de Masses (René Lefeuvre). C’est aussi l’administrateur de MC durant la première période. Il dessine le catalogue de jouets pour le BHV en 1938, et monte une société d’éditions qui travaillera par la suite pour le régime de Vichy. Il poursuit cette activité après 1945. []
  21. Le récit pourrait correspondre à celui qu’on trouve dans le numéro de L’URSS en construction de décembre 1935, consacré aux parachutistes soviétiques. Le thème est aussi popularisé par le voyage en URSS du ministre de l’air Pierre Cot. MC, 14 avril 1938, N° 124. []
  22. MC, N° 134, 14 avril 1938. Dans les bâtiments du XIXe siècle moscovite, la plupart des toits et des cheminées sont recouverts de zinc du fait de la neige. Par ailleurs, la pente est plus douce. []
  23. Leurs aventures (bande dessinée) débutent avec le numéro de décembre 1934 (N° 16). []
  24. Claude Willard publie trois articles dans MC. « Un enfant français chez les Russes », N° 15, 15 de novembre 1934. « J’ai vu les chercheurs d’or de l’Oural », sur les mines d’or et Magnitogorsk, février 1935. Le troisième (déjà cité) concerne les pionniers. []
  25. Yvonne Orliange-Clavel, « Un voyage en URSS », N° 14, octobre 1934. Deux photographies l’une légendée : Au camp des pionniers, la vie se passe en plein air; l’autre L’enfance soviétique heureuse. []
  26. ((A ce sujet, cf. Mathilde Lévêque, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, PUR, 2011. []
  27. Parmi les 18 livrets édités par les E.S.I liés à l’URSS, on peut citer : En gagnant mon pain de Maxime Gorki, N° 1; Ivanov le constructeur, dans le N° 9, M. Iline Quelle heure est-il ? (N° 13)et Montres et Horloges, N° 17 (illustrations de Janser et des textes de M. IIine). Dans la collection « Mon Camarade » éditée également par les ESI (15 publications), on retrouve Iline dans L’Epopée du travail moderne. La merveilleuse transformation de l’Union soviétique et Les Trois gros de Iouri Oliecha illustré par Lalande. []
  28. Georges Sadoul a brûlé ses papiers « communistes » après la Seconde Guerre mondiale. Remerciements pour ce renseignement à Valérie Vignaux. []
  29. Les extraits parus dans le N° 14 d’octobre 1934 sont peut-être illustrés par Maurice Estève qui est membre de l’AEAR. Ils sont ensuite repris dans le premier livret avec des illustrations de Deupé : https://pandor.u-bourgogne.fr/img-viewer/BMP/brb1469/iipviewer.html?base=mets&monoid=brb1469&treq=Gorki&vcontext=mets&ns=brb1469_001.jpg []
  30. Du numéro de juin 1935 (20) jusqu’au numéro 22. Deupé signe aussi les illustrations. []
  31. Le film éponyme de Constantin Mardjanov (Koté Mardjanichvili) est sorti en URSS en 1929. []
  32. MC, N° 10, mai 1934. []
  33. Le texte paraît sans illustration sous le titre « Osska » (c’est une version courte) dans le numéro de juillet 1934 (N° 12). Le fragment est présenté comme « Le récit de sa vie ». []
  34. Composée entre 1932 et 1937, la nouvelle est éditée en URSS en 1939. MC, N° 178, 27 avril 1939 et N° 179 du 4 mai 1939. []
  35. Les dessins sont du dessinateur Pierre Duteurtre sous son pseudo Dut (n°85,15 juillet 1937 au N° 154 du 10 novembre 1938). []
  36. On retrouve au même moment l’épopée du Tchéliouskine dans des périodiques communistes pour adultes comme Regards ou Russie d’aujourd’hui et dans L’URSS en construction. []
  37. N° 92, 2 septembre 1937. []
  38. Kliment Nikolaevitch Red’ko (1897-1956) Ce graphiste et peintre russo-ukrainien vit en France entre 1927 et 1935. Le dessin illustre un article intitulé « Au Pays de la vie heureuse – Restaurant pour enfants. Le Maxime Gorki (Tupolev de la Pravda) dans MC, N° 22 de juin 1935. []
  39. Bertha Lask, A travers les âges. Voyage d’un enfant sur un cheval ailé, Les collections de Mon Camarade, E.S.I, 1933. Hors texte et couverture sont illustrés en trois couleurs par Nathan Altman. On sait que Bertha Lask (1878-1967) émigre en URSS en 1933 (elle ne retournera en Allemagne-RDA, qu’en 1953). Au printemps 1928, Altman (1889-1970) part avec le Théâtre juif de l’état à Moscou (GОСЕТ) pour une tournée en Europe et se fixe à Paris jusqu’en 1935. []
  40. RGASPI 495/270/2034/6 dossier G. Sadoul : – Note dactylographiée, [28] avril 1937, ESI [à la main] : « SADOUL Georges : Rédacteur en chef de Mon Camarade et de la page littéraire de L’Humanité. Ce camarade a le sens de ce qu’il faut pour les enfants, il est spécialisé dans cette question où vraiment il est à son affaire. De plus en plus, Moussinac l’oriente pour Mon Camarade. Au point de vue politique, c’est un camarade très sûr. » Remerciements à Romain Ducoulombier. » []
  41. Valérie Vignaux, op. cit. []
  42. Cf. la thématique anticléricale du journal le Jeune Camarade dans les années vingt. []
  43. Commune, décembre 1936. []
  44. MC, N° 139, 29 juillet 1938. []
  45. Les Pieds Nickelés, série de bande dessinée créée par Louis Forton, et publiée à partir du 4 juin 1908 dans la revue L’Épatant, éditée par les Presses Offenstadt. Ils sont édités en album dans les années trente. []
  46. Signe d’un premier tournant pour concurrencer la presse commerciale, la première aventure commence le 5 octobre 1935 (N° 25), au moment où le journal passe en deux couleurs sur 12 pages. []
  47. Julien Baudry, « La généralisation de la bulle de bande dessinée en France entre 1904 et 1940. Étude systématique d’une évolution de la culture visuelle », Sociétés & Représentations, 2022/1 (N° 53), p. 81-102. []
  48. Ainsi dans la série Fred Hardi, l’influence de Flash Gordon d’Alex Raymond est de plus en plus manifeste après juin 1939. []
  49. Cécile Pichon-Bonin, « A l’assaut de la 3e année du Plan quinquennal ! : un exemple d’agit-prop soviétique à destination des enfants », Strenæ [En ligne], 6 | 2013. []
  50. Des articles de La Gerbe sont reproduits dans le journal. []
  51. Il reprend un dessin de 1932 pour le volume « Chômage » de la revue Les indélicats – N°1, 1932 dans le numéro 10 de mai 1934 – « L’hiver est dur aux pauvres gens » []
  52. MC, N° 16, décembre 1934. []
  53. Il dessine Les Aventures de Pat’soum à partir du 15 octobre 1935. []
  54. Il participe a priori au Journal seulement à partir de 1937 (cf. plus haut). Signac ne semble pas participer à MC. []
  55. Un phénomène sensible en analysant le courrier de lecteurs du journal. []
  56. Certains vendeurs de L’Humanité vont jusqu’à offrir des numéros anciens de leurs enfants pour gonfler les ventes du quotidien. cf. Alexandre David, op. cit., p. 19. []
  57. Les élections municipales de 1935 renforcent clairement les possibilités de diffusion. []
  58. Cf. Thierry Crépin, « Haro sur le gangster ! » La moralisation de la presse enfantine. 1934-1954, Ed. du CNRS, 2002. []
  59. Mon Camarade, N° 14, octobre 1934. []
  60. Il est dit que les dessins venant de France sont issus d’une collaboration avec le Ministère de l’Instruction publique français. L’exposition aura pour conséquence la création d’un Musée du dessin d’enfants dépendant de la Maison centrale des artistes en 1935. Искусство детей / под ред. О.М. Бескина, переплет и суперобл. работы худ. М.И. Разулевича. Л.: Издательство ленинградского областного союза советских художников, 1935 и Фомина, Наталья Николаевна, Международная выставка детского рисунка 1934 года в ГМИИ, Я вхожу в мир искусств. – 2014. – № 2.- 2014. – № 2. – С. 98-110. Remerciements à Cécile Pichon-Bonin. []
  61. Commentaires de JRB à la suite de la visite de l’exposition le 14 août 1934 à Moscou. Rachel Mazuy, Ludmila Stern (Éd.), Moscou-Caucase. Été 1934, Lettres de voyage de Jean-Richard et Marguerite Bloch, Ed. du CNRS, 2019. []
  62. Des textes et des dessins sont ainsi repris de La Gerbe, le journal de Célestin Freinet – MC, N° du 20, avril 1935). []
  63. Dessin de Roger Queyrié (N° 11, juin 1934) ou de Jean Laborde (N° 12). Roger Queyrié est peut-être le fils de Jean-Baptiste Queyrié (né en 1896), mineur de fond et syndicaliste à Champagnac dans les années trente. Il deviendra professeur d’arts plastiques après la guerre []
  64. Mon Camarade, N° 10, mai 1934. En juin 1934 (MC, N° 11) un entrefilet évoque à nouveau le sujet alors que l’exposition a en fait ouvert à la fin du mois d’avril. « Peu nous ont été adressés. N’oubliez pas qu’il y aura des récompenses et que ces dessins seront exposés à Moscou. A vos crayons ! » []
  65. On peut penser qu’ils sont dus pour la plupart à Marco et Eliane Eilfa, et peut-être aussi à la secrétaire de rédaction Marguerite Orliange (Marguerite Monino), qui a fait l’École des arts décoratifs. []
  66. Remarque de Jean Vigreux. []
  67. Philippe Poirrier. Culture nationale et antifascisme au sein de la gauche française (1934-1939). Antifascisme et nation. Les gauches européennes au temps du Front populaire, EUD, pp.239-247, 1998. []
  68. Même si le récit de la féministe Denise Moran publié ensuite en livret diffère un peu du reste. []
  69. Sarah Frioux-Salgas, « Introduction « L’Atlantique noir » de Nancy Cunard, Negro Anthology, 1931-1934 », Gradhiva, 19 | 2014, 4-29. Merci à Valérie Vignaux pour nous l’avoir signalé. []
  70. Les deux enfants qui luttaient contre le nazisme en Allemagne, rejoignent en montgolfière l’Espagne où ils vont participer au conflit aux côtés des républicains des Baléares et de Catalogne. []

Une réflexion sur « Mon Camarade – Une revue communiste pour enfants (1933-1939). Circulations et transferts avec l’URSS. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.