Errata dans “André Claudot. La Couleur et le siècle” Editions In Fine et Musée des beaux-arts de Dijon

La monographie sur André Claudot (André Claudot. La couleur et le siècle), liée à l’exposition qui s’est tenue durant l’été 2021 au Musée des Beaux-arts de Dijon et parue cet été aux éditions In Fine/ Musée des Beaux-arts de Dijon, a représenté plus d’une année entière de travail de rédaction (8 mois), de révision, de mise en page, de travail graphique sur la maquette (5 mois)… Auparavant, c’est aussi plus de deux ans de travail de recherches, ainsi que de travail sur la scénographie de l’exposition et sur le synopsis de l’ouvrage.

En janvier 2021, le manuscrit proposé avait dû être complètement repris, car l’abécédaire était beaucoup trop long (je suis passée de 440.000 caractères à 220.000 caractères), même si le Musée des Beaux-arts de Dijon a généreusement accepté le financement de 50 pages supplémentaires, essentiellement consacrée à l’abécédaire.

J’ai découvert à cette occasion le travail passionnant avec la graphiste (Élise Julienne) aidée par l’équipe du Musée (Jessica Watson et Virginie Barthélémy), et celle des éditions In Fine, ainsi que les aléas divers et variés qui peuvent jalonner ce parcours éditorial. J’ai perçu l’importance des images en HD, qui vous obligent par exemple à reprendre l’iconographie initialement proposée par les auteurs des essais. J’avoue qu’au départ, quand nous avions fait une demande très tardive au musée Cernushi, j’étais un peu inquiète de l’optimisme de Jessica Watson, vu les délais que nous avions. Mais c’est elle qui avait raison. Nous avons obtenu en quelques jours une reproduction d’une oeuvre de Lin Fengmian, qui était finalement encore plus adaptée au propos de l’auteur (p. 45). Quant à l’oeuvre de Claudot sur la page adjacente, il suffisait de récupérer la reproduction du noir et blanc du catalogue de l’exposition chinoise de la galerie Barreiro en 1931, pour remplace la version couleur, par une numérisation de la MSH de Dijon.

Rachel Mazuy, Jessica Watson (dir.), André Claudot. La couleur et le siècle, Éditions In fine/ Musée des Beaux-arts de Dijon, 2021, p. 44-45.

J’ai aussi ressenti le stress, quand on attend une image depuis deux mois, et qu’elle n’arrive que 4 jours avant la date fixée pour l’envoi du BAT…
A ce sujet, ma petite expérience me fait écrire que les musées sont beaucoup plus réactifs que certaines grosses bibliothèques (ils savent très bien qu’ils peuvent avoir besoin les uns des autres, alors qu’à la BNF par exemple, le service qui s’occupe des reproductions n’est pas le même que celui qui s’occupe des expositions). C’est en particulier la reproduction d’un dessin de presse du Libertaire (pourtant déjà numérisé), qui nous a valu des sueurs froides… Un quiproquo a d’abord fait arriver la reproduction de la page, au lieu de celle du dessin. Ensuite, 4 jours avant le départ du BAT, nous recevons enfin la bonne image. Et on s’aperçoit avec horreur, qu’elle est barrée de traits de couleur bleue ! Rien de bien grave au final, mais…

Rachel Mazuy, Jessica Watson, André Claudot. La couleur et le siècle, In fine Éditions d’art/ Musée des Beaux-arts de Dijon, 2021, p. 72.


Et bien sûr, il y a eu aussi les aléas du confinement, qui nous ont contraints à renoncer à une oeuvre qui se trouvait en région parisienne, alors que son propriétaire, identifié tardivement, était confiné en Provence… Les confinements successifs expliquent aussi que j’ai terminé (même si en fait, ce n’est jamais vraiment terminé) mes recherches à Dijon pendant le montage de l’exposition, donc après l’envoi du Bon à tirer (BAT). Beaucoup de personnes, citées dans les remerciements du livre, ont accompagné ce périple.

Nous avons aussi dû travailler avec 3 correctrices successives. Au total, entre janvier et mai, ce n’est pas moins de 10 versions qui ont circulé jusqu’au bon à tirer. Et dans ces allers et retours de fichiers numériques (j’ai malgré tout conservé un fichier papier, mais le temps de l’envoi, même par coursier, rendait plus simple la lecture sur fichier pdf), certaines de mes corrections, souvent liées à la relecture d’autres spécialistes, n’ont pas toutes été intégrées.

Quelle sueur froide, la veille de l’envoi du BAT, quand je me suis aperçue qu’un bout de phrase liée à la version longue de la notice, était restée insérée dans une autre, devenue de ce fait, incompréhensible.

Et puis, il y eut les erreurs découvertes au moment de l’accrochage des oeuvres… Celles-ci concernent le plus souvent la datation des tableaux et des oeuvres graphiques.

Aussi, voici une liste d’errata qui augmentera sans doute encore avec le temps et d’autres relectures…

Quelques erreurs de dates dans le catalogue des oeuvres :

1. – Carrefour à Pékin, 1927-1932 (p. 198) :
Au moment de l’accrochage la toile, lors du montage de l’exposition , je découvre qu’elle a en fait bien été commencée à Pékin en 1927, même si elle est achevée à Paris en 1932, comme la plupart des grands formats liés à la Chine. La plupart ont d’ailleurs été composés entièrement à Paris.

André Claudot, Carrefour de Pékin, 1927-1932, Huile sur toile, ©DR, ©François Jay/ Musée des Beaux-arts de Dijon, collection particulière. Ci-dessous, détail au revers de la l’oeuvre, ©RM.

2. – Carreau de mine de charbon, 1925 (p. 228) :
C’est au moment de la mise en place des cartels simples, que Jessica et Virginie se sont aperçues qu’il n’y avait une erreur sur la date. Celle-ci ne correspondait pas à celle du voyage d’André Claudot dans le Pas-de-Calais (1923), pendant lequel il avait fait des croquis sur les carreaux des mines de charbon, que j’avais auparavant, avec l’aide de collègues, tenté de situer précisément (Je pense toujours qu’il s’agit de Noeux-les-Mines, si je regarde les cartes postales anciennes du site). A-t-il repris, deux ans après ces croquis, pour en fait une encre, dans le même style que celles qu’il fait entre 1922 et 1924 dans la Zone et au moment de la démolition des fortifications ? Est-ce pour ajouter une oeuvre pour l’exposition de 1926 à la Palette française dont on n’a pas le catalogue, qu’il a brossé cette encre ? Ou, a-t-il fait à cette date, un voyage dans un autre pays minier (Montceau-les-Mines ?) qui nous aurait échappé. Rien ne l’atteste… Mais l’encre date bien de 1925 !

André Claudot, Carreau de mines, encre de chine sur papier, ©DR, ©photographie Jean Nicolaï, collection particulière.

3. – Portrait de ma mère, Huile sur toile, 1944, (P. 160) :
Le montage de l’exposition montre à nouveau que l’oeuvre, datée au revers, est de 1944 et non de 1943. C’est le seul (beau) portrait de la mère de l’artiste que nous ayons trouvé jusqu’à présent. Les portraits de son père (décédé en 1937), sont plus nombreux, mais antérieurs (avant 1914, début des années vingt).

André Claudot, Portrait de ma mère, 1944, Huile sur toile, collection particulière, ©DR, ©Bruce Aufrère Tilschit/Musée des Beaux-arts de Dijon.

4. – Le Congrès des Partisans de la paix à Varsovie, 1950, 1952 (p. 243) :
Au moment de l’aller voir, nous n’avions pu dépendre la toile qui se trouvait dans une petite salle d’exposition (un petit couloir plutôt) de la Bourse du Travail de Dijon. Or la date qui se trouve au revers (1952) est différente de celle donnée dans des catalogues d’exposition ultérieurs (1951), sur laquelle je m’étais fondée pour la dater au départ. C’est à nouveau au moment de l’accrochage que nous l’avons découvert. Claudot a sans doute mis du temps à la terminer, travaillant sans doute entre-temps aussi sur des d’oeuvres moins politiques.

Le Congrès des partisans de la paix à Varsovie 1950, 1952, Huile sur toile, Institut d’histoire sociale CGT 21 – Bourse du travail de Dijon, ©DR, ©François Jay/Musée des Beaux-arts de Dijon.


Les erreurs dans l’abécédaire :

Dans la notice sur François Claudot, le père de l’artiste (p. 76-77) :
1.
La notice rédigée par mes soins est signée par erreur d’Hélène Hawad-Claudot.

Rachel Mazuy, Jessica Watson, André Claudot. La couleur et le siècle, In fine Éditions d’art/ Musée des Beaux-arts de Dijon, 2021, p; 76-77

2. p. 76, 2e §.
La relecture attentive d’Hélène Hawad-Claudot m’avait permis de rectifier une erreur fondée sur la lecture du “testament du père” d’André Claudot, qui indiquait donner son fonds de commerce à son neveu, alors en fait déjà établi comme luthier à Dijon (il avait d’abord été l’apprenti de son oncle).
Il faut donc lire :
« Bientôt « luthier du conservatoire », le seul à Dijon, il est rejoint par la suite par son neveu Albert (1899-1980) qui poursuivra la tradition familiale après la mort de son oncle, le 1er juillet 1937. ».

3. Une deuxième erreur du même type, liée cette fois à une mauvaise lecture du même testament, m’a fait écrire que François Claudot cède ses outils au fils d’Albert. Or, il faut bien lire, comme l’a corrigé Hélène Hawad-Claudot :
« Ses outils revenant au frère cadet d’Albert, Pierre. » (4. p. 77 ; 2e colonne, 4e ligne).

François Claudot, Conseils à mes enfants à méditer lors de mon décès, Archives privées, ©MSH de Dijon.

4. p. 76, 3e §. : Les témoignages locaux, s’affrontent ici avec les souvenirs et les archives familiaux. Le travail d’Hélène-Hawad Claudot sur cette famille de luthiers et sa relecture auraient permis de corriger une erreur concernant Violette, la soeur musicienne de Claudot. Celle-ci était censée avoir disparu en Afrique dans les années trente, laissant planer ainsi planer un mystère sur le destin de la jeune femme. Or, la correctrice a oublié de reprendre mes corrections. Persuadée que celles-ci avaient été intégrées, je n’avais de mon côté pas relu assez attentivement cette notice.
Il faut donc lire, sur les soeurs d’André Claudot :
« Sa naissance est suivie par celles de Violette (le 6 décembre 1896), qui est musicienne (décédée à Dijon le 1er janvier 1977), de Germaine (…) »

• Dans la notice sur les Caricatures communistes : p. 73.

Rachel Mazuy, Jessica Watson, André Claudot. La couleur et le siècle, In fine Éditions d’art/ Musée des Beaux-arts de Dijon, 2021, p. 73.

En oubliant que j’avais fait des recherches sur data.bnf sur le périodique communiste bourguignon, L’ Avenir de la Côte-d’Or, je m’interrogeais dans cette notice sur le fait que la collaboration de Claudot avec le périodique s’interrompt en 1951. Était-il moins engagé aux côtés des communistes ? C’est la consultation en juin 2021 de la suite des archives départementales de Côte-d’Or liées au peintre, et une discussion avec Jean Vigreux, , qui m’a fait percevoir cette fausse hypothèse. Il faut en fait lire, tout simplement :

« Sa collaboration s’interrompt après 1951, quand, du fait de difficultés financières, le journal s’arrête de publier. Claudot donnera ensuite (jusqu’en 1957), un dessin qui servira d’entête à la page Côte-d’Or de L’Humanité-Dimanche. » La répression de Guerre froide, la loi de 1951 sur les apparentements et le recul communiste aux élections, expliquant en partie la situation que les archives de la police notent aussi à cette date…

Croquis pour des dessins de l’Avenir de la Côte-d’Or, encre de Chine et crayon sur papier, Archives privées. ©DR, ©MSH de Dijon.

• Notice sur L’Essor : p. 97-99
La notice est de Vincent Chambarlhac et Rachel Mazuy.

Rachel Mazuy, Jessica Watson, André Claudot. La couleur et le siècle, In fine Éditions d’art/ Musée des Beaux-arts de Dijon, 2021, p. 97.

• Notice sur les étudiants à Dijon : p. 99-101

Nous avions au départ prévu de terminer l’exposition par une grande composition, intitulée L’Atelier, datée de 1976, où Claudot avait représenté ses étudiants dans son atelier de la rue Musette. Mais sa taille, du fait des contraintes d’espace, et son sujet peu politique, nous l’a fait enlever du choix des oeuvres pour l’exposition. Elle était de ce fait initialement prévue dans l’ouvrage, dans la partie intitulée “Catalogue des oeuvres”, et avait été photographiée en novembre-décembre 2020.
Et, lapsus troublant, j’ai oublié de demander à ce qu’elle soit malgré tout insérée dans la longue notice sur les étudiants de Claudot à Dijon – entre amateurs et professionnels, 1935-1977. Or, mon père (décédé en 2020 et à qui la collection et les archives Claudot doivent beaucoup), figure sur cette oeuvre, puisqu’il a été élève de Claudot entre 1967 et 1977.
La voici :

André Claudot, L’Atelier – Huile sur Toile – 1976. (130,5 x 162), collection particulière, ©Droits réservés, ©Bruce Aufrère-Tilschit/ Musée des Beaux-arts de Dijon, De gauche à droite et de haut en bas: Gérard Mazuy [1935-2020], Yvonne Plottet, Simone Fèvre, Monique Paulus, Jean-Claude Ancet, Daniel Baconnier, Gisèle Dufour et Anne-Marie Outters.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.