Un procès pour viol d’enfants et d’adolescents à Dijon en 1904 – André Claudot

Le 8 janvier 1904, en sortant du lycée Carnot où il fait ses études, le jeune André Claudot croise un client de son père, luthier établi à Dijon. Ce dernier lui demande de passer chez lui pour prendre un instrument qu’il veut faire réparer. Il viole l’enfant qui n’a pas encore douze ans !

Lycée Carnot, Dijon, carte postale ancienne (site de vente en ligne).

Son père, François Claudot, va porter plainte en avril, déclenchant ainsi une procédure judiciaire qui va aboutir à un procès aux assises le 5 août pour « attentat à la pudeur ».

Le quotidien dijonnais Le Progrès de la Côte-d’Or (PCO) relate le déroulé du procès dans son article du 6 août1. Le Courrier de Saône-et-Loire (CSL) détaille l’affaire dans son numéro du 7 août.

Parmi les 17 enfants et adolescents de 10 à 18 ans, victimes du « pédéraste », la majorité vient de Beaune, où Claude Desbrosses, 42 ans, a commis les faits.2

La rubrique « Les Assises » fournit presque chaque jour plusieurs colonnes (en page 1 et/ou 2) du journal dijonnais. Attentats à la pudeur, viol, incendie criminel… sont autant de faits divers relatés en détail presque chaque jour. Ce 5 août, c’est donc une affaire de pédophilie qui est narrée.

Cependant, à aucun moment la presse bourguignonne n’utilise pas le terme de pédophilie (qui existe depuis 1847). Elle emploie celui de pédéraste qui signifie à l’époque : un « Homme qui éprouve une attirance amoureuse et sexuelle pour les jeunes garçons, enfants ou adolescents. » (et ce au moins jusque dans les années 1980)3 En 1986, le terme est par ailleurs synonyme d’homosexuel (ainsi que d’inverti, sodomite et uraniste) – (sic).

Les deux journaux condamnent tous deux violemment « les mœurs peu avouables » et les  « actes odieux » de l’accusé. Aucune trace d’une fascination quelconque pour l’acte… Mais c’est peut-être autant l’agression sexuelle homosexuelle qui est en ligne de mire et heurte la morale, que le fait qu’il s’agisse d’un pédophile. 

Qui est cet homme qui comparaît en fait une deuxième fois pour agression sexuelle sur des mineurs ?

Palais de justice de Dijon, carte postale ancienne, site de vente en ligne.

Des deux quotidiens régionaux, Le Courrier de Saône et Loire est le plus disert sur son parcours. Mais le quotidien dijonnais évoque avec plus de détails les faits reprochés jusque-là à l’accusé.

Mal noté pendant sa scolarité, Claude Desbrosses devient à 16 ans sacristain à Magny (une commune de Montceau-les-Mines), comme son père, « tout en exerçant la profession d’épicier » dans le magasin paternel, dont il prend la direction à la mort de ce dernier. Il se marie brièvement en 1883. En effet, sa femme lui reproche « sa froideur », son magasin périclite et elle le quitte. « Étant donné vos habitudes, cela n’a pas lieu de nous surprendre » ( CSL) remarque à ce sujet le président de la Cour pendant l’interrogatoire. Desbrosses déménage ensuite à Lyon, s’employant d’abord au Grand Bazar, puis chez un imprimeur. A chaque fois, même s’il s’en défend, il est « congédié de ces diverses maisons pour le même motif » (CLS)  : ses « mœurs » ! De retour en Côte-d’Or, il travaille ensuite à Beaune où il tient un magasin de journaux tout en étant correspondant de l’Union républicaine de Mâcon selon Le Progrès de la Côte-d’Or. Pour le Courrier de Saône-et-Loire, il tient une salle de dépêches pour un journal lyonnais. C’est sans doute ce qui le fait apparaître comme « publiciste » le jour de l’audience.

Les deux journaux reprennent ensuite les propos exacts du président de la cour d’Assises et ceux de l’accusé  :

« R. En 1895, vous avez été traduit devant la Cour d’assises de Saône-et-Loire pour des faits analogues à ceux qui vous sont reprochés aujourd’hui ; vous employiez les mêmes procédés : vous attiriez les jeunes gens en leur donnant des images. Il y a eu un doute dans l’esprit du jury et vous avez bénéficié d’un verdict d’acquittement. Je n’insiste pas. En 1901 vous arrivez à Beaune et vous vous installez marchand de journaux.

R. — A quelle époque exactement êtes-vous arrivé ?

D. — J’ai ouvert mon magasin au mois de septembre.

M. le président. — Vous y restez à peine un an, puisque, au mois de juillet 1902, on vous trouve à Dijon. Il n’y avait que 18 mois que vous habitiez la ville, lorsque l’idée vous prend de vous présenter aux élections municipales. Cela vous met en vue. Tout à coup vos amis, qui appartenaient au même groupe politique, apprennent que vous aviez commis des choses odieuses. Une instruction est ouverte et on découvre les nombreux attentats qui vous amènent sur ces bancs.

M. le Président passe en détail les divers attentats reprochés à l’accusé.
Desbrosses répond que c’est faux et qu’il est victime d’ un complot.

R. — Quel est ce complot?
D — Ce sont mes ennemis politiques qui ont organisé la machination. »
Après l’interrogatoire du prévenu, on fait entendre les témoins.
Ils sont au nombre de 19 dont deux adultes seulement : François Claudot, 38 ans, luthier à Dijon, rue de la Liberté. — André Claudot. 12 ans. Ie fils du précédent. —• Jean-Baptiste Fricker, 37 ans, représentant de commerce, rue Bouhier. — Maurice Fricker, 10 ans, fils du précédent.— Jean Décroix, 40 ans, représentant de commerce à Dijon, avenue Garibaldi. — Hippolyte Ponsard, 13 ans, à Beaune faubourg Bretenières. — Adolphe Loiseau, 13 ans, à Beaune. — Louis Lignier, 14 ans, employé du Crédit lyonnais à Beaune. — Paul Pras, 14 ans, à Beaune, — André Plathey, 13 ans à Beaune. — André Weiss, 14 ans, à Beaune. — Auguste Léger, 15 ans. à Beaune. — Philippe Rauch (ou Rauche), 14 ans à Dijon, rue de Constantine. — Joseph Guyot, 16 ans, à Beaune. — Georges Caillot, l6 ans, à Beaune. — Julien Goudard – 18 ans, boulanger à Beaune. — Joseph Magnien, 12 ans, à Beaune. — Georges Voiret, 13 ans, à Beaune. — Jean-Baptiste Fournier, 59 ans. à Beaune. 4
Dix-sept jeunes gens seulement comparaissent. En effet, sans qu’on sache si cela a un lien avec l’affaire, Guyot est mort et Goudard est en traitement à l’hôpital.
« Par la suite « M. l’avocat général GODEFROY soutient l’accusation. Il fait ressortir la monstruosité des faits commis par l’inculpé. Desbrosses a eu une conduite d’autant plus ignoble que sa comparution devant la Cour d’assises de Saône-et-Loire aurait dû lui servir de leçon. Il avait bénéficié d’un doute, ce qui ne veut pas dire qu’il n’était pas coupable ; néanmoins il a recommencé. Le Jury, cette fois, saura le punir comme il le mérite, et il rapportera sûrement un verdict affirmatif. Desbrosses se prétend victime d’un complot politique, mais il ne peut pas l’établir; au reste, dans cette enceinte, il ne saurait être question de politique. La justice ne s’occupe pas des opinions, elle juge d’après les faits qui lui sont fournis. Et c’est sa force. M. l’avocat général Godefroy termine en réclamant un verdict affirmatif sans circonstances atténuantes. L’accusé, dit-il, mérite ce châtiment. » PCO, du 6 août

Série de cartes postales anciennes sur Le Progrès de la Côte-d’Or, site de vente en ligne.

Un article du Progrès de la Côte-d’Or du 3 septembre 1904, fait lui entendre que les faits les plus antérieurs concernent des enfants de chœur, que Desbrosses, alors sacristain, aurait agressés. Les parents n’ayant pas porté plainte, l’homme n’a pas été poursuivi à ce moment-là.

À la fin du procès à Dijon, l’avocat de la défense plaide la démence, en implorant la pitié du jury. Il demande ainsi les circonstances atténuantes qui lui seront accordées.
La cour va cependant condamner Desbrosses à 8 années de réclusion, sans interdiction de séjour. (PCO et CSL – pour les termes exacts)

Ce procès, sans doute initié par la plainte de François Claudot, cache une autre histoire, que la presse ne révèle pas complètement.

Le 31 août 1904, le président de la loge dijonnaise « Solidarité et Progrès » répond aux accusations du journal Le Bien public (numéro du 26 août 1904) pour laver l’honneur bafoué de la franc-maçonnerie. Il dément formellement que « le sodomite » Desbrosses, contrairement à ce qu’il peut prétendre, n’ait jamais appartenu à la loge maçonnique dijonnaise.

« Quel dommage tout de même, que la justice n’ait pas été saisie alors, car le dévot Desbrosses, au lieu de servir aujourd’hui de chien de guerre contre la franc-maçonnerie, serait venu, ô ironie, renforcer la déjà très longue théorie des gens d’église qui, prêtres ou religieux, ou même simples sacristains, ont eu maille à partir avec dame Thémis pour faits d’immoralité. » (Citation issue de la lettre du président de la loge dans le PCO du 3 septembre)

Il y a-t-il confusion, du côté de l’autre quotidien dijonnais, avec une autre organisation, elle aussi présente à Dijon ? En effet, au début de l’année 1904, les registres de la Libre pensée locale font état d’une affaire opposant deux libres penseurs : Claude Desbrosses et… François Claudot !5

François Claudot, de sensibilité libertaire, est violemment anticlérical (il veut qu’on supprime la soutane pour tous les curés). Son collègue serait donc plutôt un dévot. A une époque, où comme nombre de franc-maçons, une grande partie des libre-penseurs sont des bouffeurs de curés, souvent dépeints comme des « sodomites » dans les caricatures anticléricales , la position de l’organisation dijonnaise peut surprendre.

Selon l’historienne Jacqueline Lalouette, les libre-penseurs ne vont en effet pas suivre les accusations du père du jeune André Claudot, pourtant membre du Conseil d’administration local. On proclame sa suspension de la Libre pensée à Dijon, en février 1904 (il démissionnera en septembre). À la fin du mois de mars 1904, on retrouve d’ailleurs Desbrosses aux côtés des libres penseurs, durant les obsèques civiles de Louis Collot, administrateur du Progrès de la Côte-d’Or et ancien maire-adjoint de Dijon, franc maçon et libre penseur (le drap de la Libre pensée recouvre le cercueil) :6

François Claudot devant son stand décoré par André Claudot, archives Hélène Hawad-Claudot.

Cette affaire est bien sûr lourde de conséquences pour le jeune André Claudot que son père conduisait aux réunions de la Libre pensée, et qui restera très anticlérical toute sa vie. Le traumatisme, silencieux, a sans aucun doute été profond.

Primé pour ses résultats au lycée Carnot en 19037, il sèche les cours l’année suivante et va finir par se faire expulser de l’établissement (la date précise est inconnue), entraînant alors la fureur paternelle. Il a alors rencontré dans des cafés dijonnais des anarchistes comme François Monod. Ce dernier, anarchiste illégaliste, a été une première fois condamné en 1887 pour complicité de meurtre contre un procureur8. En 1894, victime des “lois scélérates”, c’est cette fois une condamnation au bagne pour apologie et provocations au meurtre (celui de Sadi Carnot par Casério), provocations de militaires à la désobéissance qui tombe. Il sera cependant gracié à la suite d’une campagne des socialistes et meurt finalement à 58 ans à Besançon en 1907.9 Des hommes comme Monod ont ainsi fortement influencé le jeune adolescent qui jusque-là se pliait aux volontés paternelles. Il affirme désormais de plus en plus haut et fort son désir d’être peintre et non luthier (la lutherie se transmettant le plus souvent de père en fils). Aussi, il finit par être temporairement chassé de chez lui, par un père qui a aussi un fort tempérament. Les choses paraissent rentrer dans l’ordre en 1905 puisqu’il entre à l’École des Beaux-arts de Dijon10, puis, pour quelques semaines, aux Arts décoratifs à Paris (1909). Mais inscrit au Carnet B des individus suspects d’atteinte à la sûreté de l’Etat en 1912, Claudot est alors pleinement devenu peintre et anarchiste.

André Claudot, Le père Claudot, 1909, photographie Edouard Barra, DR


André Claudot ne parlera jamais de cette affaire dans ses témoignages ultérieurs connus, tout comme dans ses souvenirs autographes, pas plus que dans sa correspondance (là aussi dans les limites de notre connaissance de celle-ci). 

  1. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-d-or/6-aout-1904/823/2422273/2 []
  2. https://www.retronews.fr/journal/courrier-de-saone-et-loire/7-aout-1904/371/1369745/3?from=%2Fsearch%23allTerms%3D%2522Courrier%2520de%2520Sa%25C3%25B4ne-et-Loire%2522%25207%2520ao%25C3%25BBt%25201904%26sort%3Ddate-asc%26publishedBounds%3Dfrom%26indexedBounds%3Dfrom%26page%3D4%26searchIn%3Dall%26total%3D376&index=95 []
  3. Cf. Trésor de la langue française, tome douzième, Gallimard, 1986. remerciements à Jacqueline Lalouette. []
  4. Nous avons repris et complété la liste des adolescents à partir de celles fournies par les deux journaux qui reprennent le même déroulé tous les deux. []
  5. Remerciements à Jacqueline Lalouette []
  6. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-d-or/23-mars-1904/823/2422759/1?from=%2Fsearch%23allTerms%3D%2522Le%2520Progr%25C3%25A8s%2520de%2520la%2520C%25C3%25B4te-d%2527Or%2522%252023%2520mars%25201904%26sort%3Ddate-asc%26publishedBounds%3Dfrom%26indexedBounds%3Dfrom%26page%3D7%26searchIn%3Dall%26total%3D1368&index=147 []
  7. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-d-or/9-aout-1903/823/2422163/3 []
  8. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-d-or/11-aout-1887/823/2412901/2 []
  9. « L’anarchiste dijonnais Monod est mort https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-dor/04-sep-1907/823/2426267/2 []
  10. https://www.retronews.fr/journal/le-progres-de-la-cote-dor/28-jul-1908/823/2426881/2 []

2 réflexions sur « Un procès pour viol d’enfants et d’adolescents à Dijon en 1904 – André Claudot »

  1. Absolument terrifiant et passionnant à la fois. Merci de cette chronique judiciaire au travers la presse départementale, qui enrichit considérablement la biographie de ce peintre.
    Mille bravos, Rachel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.