Réflexions sur la conférence d’Elena A. Osokina (University of South-Carolina) « Opium for the bourgeoisie – Russian Religious art in the Soviet Store for Foreigners in the 1930’s ».

J’ai beau travailler depuis de longues années sur les Français partis en URSS, j’ai parfois l’impression que tout reste à découvrir et que je suis passée à côté d’éléments importants pour comprendre ce phénomène qui n’est pas que politique. 

Ce sont des réflexions de ce type qui ont surgi après la conférence d’Elena A. Osokina au séminaire de recherches sur « L’Univers des choses soviétiques » du Cercec (Centre d’études du monde russe, caucasien et centre européen) le mercredi 20 juin 20181.

Son intervention, très claire et structurée, repose sur un livre de 700 pages récemment publié en russe. 2

Cette historienne de la Russie ((https://en.wikipedia.org/wiki/Elena_Osokina)) est partie de questions simples en apparence : pourquoi les Soviétiques se sont-ils mis à vendre de l’art religieux aux étrangers ? Quel a été le rôle de l’idéologie et celui des contingences économiques ? Est-ce que leurs motivations était idéologiques et s’inséraient dans la politique anticléricale de l’Etat communiste ?

Il faut en fait, selon Elena Osokina, repartir de la situation économique de l’URSS à la fin des années vingt. Avant 1914, l’Empire russe était un Empire riche si on se fonde sur ces réserves en or (la réserve centrale possédait 1,7 milliard de roubles-or). Il s’agissait d’une des plus grande réserve d’or au monde, la première ou la seconde. Or, une partie est vendue, une autre est volée durant la guerre.

Les Bolcheviks en héritent malgré tout d’une partie conséquente de cet or (1,1 à 1,2 milliard), mais en quatre années, les premières années qui suivent la Révolution d’octobre, il fond comme neige au soleil (il ne reste plus que 100 millions). Il faut payer l’Allemagne (Traité de Brest-Litovsk), faire des dons aux voisins pour garantir la stabilité des frontières et des bonnes relations, etc. Si les réformes économiques et les exportations permettent un peu de remonter la pente au début de la NEP, la situation redevient critique dès la seconde moitié de la décennie. Il faut cette fois couvrir le déficit commercial. Il s’agit d’acheter les biens nécessaires à l’économie soviétique (industrialisation et bientôt la collectivisation). A cela s’ajoute aussi le soutien au Komintern (le fameux « or de Moscou »), aux partis occidentaux, le financement de l’espionnage…

Bien entendu, des fortunes ont été confisquées, mais ce n’est pas suffisant.
Entre octobre 1926 et septembre 1928, les réserves passent de 247, 5 millions de roubles à 131,4 millions. Or, le matériel industriel et agricole est très largement importé, alors que l’URSS n’exporte pratiquement que des matières premières. A l’aube du premier quinquennal, il faut aussi payer de plus en plus de spets (spécialistes étrangers) qui viennent mettre en place les complexes industriels et urbains…

Pour s’en sortir les Soviétiques tentent d’augmenter leurs exportations de matières premières, mais la crise économique de 1929 stoppe ce mouvement. Par ailleurs (crise des ciseaux), le prix de ces matières premières a diminué alors que celui des produits industriels a augmenté.

Donc on peut dire que ces ventes sont réellement motivées par des objectifs économiques et non idéologiques.

On retrouve ce phénomène avec l’encouragement du tourisme de masse lié notamment à la création d’Intourist et la mise en place d’une nouvelle infrastructure hôtelière dans l’Union dans le cadre du premier plan quinquennal.
On le retrouve aussi ce phénomène dans la diffusion de films soviétiques à l’étranger (Irina Tcherneva). 

Ce tournant coïncide donc avec l’industrialisation du pays et les premiers plans quinquennaux. Il est parallèle avec la vente massive de biens issus des collections impériales et des musées (la période est catastrophique pour eux).

D’où viennent les objets religieux, et en particulier les icônes ?
En 1918, le fonds du Musée d’Etat (GMF) est créé pour préserver les oeuvres d’art. Il réunit 4000 icônes environ. Au moment de sa liquidation, en 1928, à peu près la moitié a été vendue, l’autre moitié est allée dans les musées.
Le lieu majeur des dépôts et des ventes, est le Musée d’Etat historique avec près de 1500 icônes vendues sur la période de la fin des années vingt et des années trente.
La galerie Trétiakov, était au départ destinée à être un « musée séculier ». Mais, à partir de 1929, on crée une section d’art ancien et le musée reçoit donc de plus en plus d’icônes provenant des entrepôts des musées, et des séquestres liés aux répressions. La galerie participe donc également à ces ventes (104 icônes sont mises en vente). De fait, tous les musées vont y contribuer, notamment ceux de Vologda ou de Novgorod (des villes riches en églises et en monastères).
Cependant, toutes les icônes mises en vente ne furent pas vendues et les invendus furent retournés dans les musées.

Selon Elena Osokina, on peut malgré tout dire que les fondateurs de cette économie communiste qu’étaient les Bokcheviks, ont finalement créé le marché mondial de l’art religieux orthodoxe. Il existait en effet des collectionneurs d’art orthodoxe à la fin des années vingt, mais pas de véritable marché mondial de l’icône.  

Au départ, en effet, il n’y a pas de demande pour cet art qui n’est pas (ou plus) considéré comme un art. Pour les orthodoxes se sont des objets de culte. Pour les étrangers, ce sont des souvenirs. Il n’y a plus réellement, à la fin des années vingt, de collectionneurs à la recherche d’icônes sur le marché mondial de l’art. De fait, si avant 1917, la compréhension de l’icône comme un objet d’art avait émergé dans l’intelligentsia, l’athéisme militant des révolutionnaire bolcheviks a interrompu ce processus. Dans son usage interne, l’icône est redevenue un objet religieux plus que de l’art (campagnes antireligieuses).

Il faut donc, pour l’Etat soviétique, créer une nouvelle demande et en faire la publicité. Ils vont pour cela mettre en place une série d’expositions d’icônes à l’étranger. Avec l’aide du banquier suédois Olof Ashberg, ils tentent d’abord sans succès de montrer ces collections à Paris. Mais ce plan échoue. Les musées français contactés refusent-ils par peur des réactions de l’émigration russe, très nombreuse en France se demande Elena Osokina ?

Olof Aschberg (1877 – 1960). L’image provient du livre de Bjorkegren H., Transit scandinave. Les Révolutionnaires russes en Scandinavie. 1906 – 1917 / Traduit par A. Afinogenova. Moscou, Omega, 2007.

Notice biographique d’Olof Ashberg wikipedia en anglais) 

Entre 1929 et 1932, des icônes soviétiques sont cependant montrées dans de plusieurs villes étrangères en particulier en Allemagne et aux Etats-Unis (les deux pays d’où partent le plus grand nombre de voyageurs vers l’URSS à l’époque) : Berlin, Hambourg, Cologne, Munich, Vienne, Londres et 9 musées américains accueillent les oeuvres (le MET à New York, le De Young Museum de San Francisco, le Cincinnati Art Museum, la Memorial Art Gallery de Rochester, le Museum of Fine arts de Boston, le Worcester Art Museum (Massachussetts), The Art Institute of Chicago, la St Paul’s School of Art, et le Cleveland Museum of Art).

Salmond, Wendy. “How America Discovered Russian Icons: The Soviet Loan Exhibition of 1930-32.” In Alter Icons: The Russian Icon and Modernity, edited by Douglas Greenfield and Jefferson Gatrall, 128-43. Univ. of Pennsylvania Press, 2010.

On montre des icônes d’Andreï Roublev, et plusieurs véritables chefs d’oeuvre de l’art orthodoxe.
C’est donc globalement un succès même si deux manifestations d’opposants se produisent durant la campagne d’exposition aux Etats-Unis.

André Roublev, Icône de la Trinité, 1410-1427. @ Galerie Trétiakov

Avant le départ des oeuvres, le gouvernement soviétique avait donné sa garantie que les objets reviendraient en URSS. Mais en dépit de protestations dans l’intelligentsia, cela n’a pas empêché les ventes ultérieures.
Au tout début du périple de l’exposition, à Berlin notamment, les Soviétiques montrent des copies, comme par exemple l’icône de la Trinité de Roublev. Et comme ils ne peuvent vendre les originaux, ils vont donc vendre ces copies.

Mais en 1931-1932, alors que la crise économique bat son plein en Occident, l’URSS est en pleine crise monétaire. Pendant la tournée américaine qui clôture la série d’expositions étrangères, le gouvernement soviétique est finalement prêt à tout vendre : les originaux comme les copies.

In Wendy Salmond, « How America Discovered Russian Icons: The Soviet Loan Exhibition of 1930-32 », op. cit.

Ils vont pour cela se servir d’un intermédiaire qui va contacter les grands collectionneurs américains avec la mission de vendre les oeuvres  de l’exposition itinérante (A. Ia. Rozenshein qui comme une large partie du personnel concerné sera réprimé lors des Grandes purges). C’est un tchékiste, né en 1897, qui contacte d’abord les Rotschild, sans succès (désintérêt artistique ou refus de collaborer avec un Etat communiste, on ne peut qu’émettre des hypothèses pour l’instant). Sa mission semble même échouer puisqu’aucune icône n’est vendue pendant la période d’exposition. Mais quand les oeuvres reviennent en Russie soviétique, les ventes décollent. On passe d’une icône vendue en 1931 à plusieurs centaines dans les années qui suivent.

Quels sont les acheteurs les plus importants ?
Elena Osokina a réussi à retrouver les propriétaires d’une partie de ces oeuvres et à écrire l’histoire de ces oeuvres depuis leur vente. Son intention n’était cependant pas de faire une étude sociologique de ces acheteurs, sans doute essentiellement américains.
A ce sujet (acheteurs américains), on peut trouver d’autres renseignements dans Salmond, Wendy. « Russian Icons and American Money, 1928-1938.” Canadian-American Slavic Studies, 43.1-4 (2009): pp. 273-304. 

Tout d’abord Olof Aschberg lui-même achète 10 toiles. Au total le banquier philosoviétique va construire une collection de 245 oeuvres qu’il finira par donner au Musée national de Stockholm en 1933.
George R. Hann, un industriel de l’aéronautique de Pittsburgh va également faire décoller les ventes américaines en achetant plus de cent icônes en 1935, sans jamais avoir mis les pieds en URSS (il achète à partir de catalogues de photographies).

Frances Wilkinson, la femme (américaine) de l’ambassadeur italien, Augusto Rosso3 profite également de leur séjour soviétique pour acheter des icônes.

Augusto Rosso et sa femme Frances Wilkinson tunker, Life, 7 décembre 1936

De la même façon, l’ambassadeur américain Joseph Davies et sa femme Marjorie Merriweather Post, fréquentaient les magasins d’Etat où ils ont acheté des icônes, mais aussi de l’argenterie, de la porcelaine…

Marjorie Merriweather Post Hutton Davies, C. M. Stieglitz, World Telegram staff photographer – Library of Congress. New York World-Telegram & Sun Collection.

Certains universitaires ont pensé pendant longtemps que seules des copies avaient été vendues. Il est aujourd’hui prouvé que les Soviétiques montraient et vendaient les copies comme des oeuvres contemporaines. Il n’y avait pas de volonté de trucage de leur part. Par ailleurs, des oeuvres originales ont bien été vendues. Il est cependant difficile de retrouver la trace de toutes ses oeuvres.

Mais le processus est le même que pour les oeuvres d’art non religieux. On sait par exemple que des icônes qui étaient la propriété d’Ilya Semionovitch Ostroukhov (elles étaient à la Trétiakov) ont été vendues (une Dormition et une Annonciation).

Ilya Ostroukhov (1858-1929), par Sergueï Malioutine, 1915
@Galerie Trétiakov.

D’autres oeuvres viennent aussi de collections russes pré-révolutionnaires, comme celle d’Alexeï Vikoulovitch Morozov4.

Portrait d’Alexeï Morozov par Valentin Serov (1909)

Ce ne sont pas les meilleures pièces, mais ce sont de beaux objets provenant de collections initialement reconnues. On ne cède cependant pas les chefs d’oeuvre. C’est finalement le résultat d’un compromis entre les musées et les organisations du commerce chargées des ventes.

Une partie des oeuvres sont vendues directement par les magasins d’Etat destinés aux étrangers ou l’on paye en devises étrangères, voire avec de l’or ou des diamants.
Dans les années vingt, les ventes sont avant tout coordonnées par le  Gostorg (Bureau commercial d’Etat d’import-export), même si celui-ci s’occupe surtout de la vente de lin, de peaux et d’autres matières premières. Aussi, du fait des besoins, à la fin de 1928 apparaît au sein du Gostorg de la RFSR, une structure spécialisée qui va s’autonomiser : l’Antikvariat (abrégé pour Bureau principal pour l’achat et la vente d’antiquité). Sa direction n’est pas constituée de personnel des musées, mais de permanents chevronnés du parti communiste. Elle dispose de magasins spécifiques ou de « kiosques » de vente et s’adresse aux expatriés et aux touristes étrangers. On trouve d’abord ces emplacements dans tous les grands hôtels de Leningrad et Moscou.

Kiosque de ventes dans l’hôtel Moskva à Moscou (1980)

Beaucoup de ces objets religieux sont en fait vus à l’époque comme des objets surtout décoratifs. Les plus prisés par les Américains (Américaines) sont, selon Elena Osokina, ceux qui sont ornés de pierres précieuses et associés aux destins tragiques de la famille royale ou de l’aristocratie.

Or, avant la Révolution, les icônes sont bien considérés comme des objets religieux et non comme de l’art. Avec l’arrivée des Bolcheviks, il y a des débats au sein des musées et de l’intelligentsia pour savoir s’ils ont vraiment leur place dans les nouveaux musées soviétiques.

Lors des « premières expositions marxistes » à la Trétiakov, elles sont exposées comme des objets religieux. Il s’agit de souligner plus généralement le caractère religieux de l’art médiéval. Les icônes sont associées aux affiches de propagande anticléricale dont le message fait de la religion « l »opium du peuple ». C’est la conception à destination interne qui est de règle dans les années vingt. Mais en présentant les icônes à la bourgeoisie, on les expose comme de l’art sans y ajouter de dimension idéologique. C’est une compréhension créée pour l’extérieur. Pour l’exportation, les icônes deviennent de l’art. Elles sont montrées dans toute leur gloire, selon des techniques marketing qui privilégient une approche esthétique.

A l’Ouest, les icônes prennent encore une autre dimension. Elles sont avant tout perçues comme des objets décoratifs appréciés par des femmes riches pour décorer leur appartement. D’où l’intérêt pour les pierres précieuses et la famille impériale, qui peut en plus fournir matière à des récits « exotiques ».

En conclusion, cette étude montre que le stalinisme est plus complexe qu’on ne pourrait le penser au départ. Il faut aussi l’envisager comme un phénomène économique. Pour mener à bien l’industrialisation à marche forcée, les Soviétiques ont su utiliser des techniques marketing et des campagnes publicitaires qui n’avaient rien à envier avec celles des Occidentaux.

J’ajouterai de mon côté qu’ils ont aussi mis en place au même moment des structures touristiques qui seront celles du tourisme de masse des « Tours operators » occidentaux à partir des années soixante (les objectifs idéologiques en plus).

Le milieu des années trente marqua ainsi un nouveau tournant dans la perception artistique de l’art religieux.

Dans son article de 2000 cité plus haut, Elena Osokina terminait ainsi : « La suite des événements a cependant montré que ce n’est pas le Torgsin ni,  à plus forte raison, l’Antikvariat, qui ont résolu le problème des réserves d’or et de devises du pays, mais l’exploitation, par la main-d’oeuvre du Goulag, des mines d’or de Sibérie. Grâce au minerai de Sibérie, dans la seconde moitié des années 1930, l’URSS mit activement en vente de l’or sur le marché mondial. L’inutilité de l’exportation d’oeuvres d’art sur le fond du développement de l’exploitation des mines d’or devint évidente. »

Il me faudrait relire les centaines de récits de voyage en URSS consultés pour écrire une thèse de doctorat plutôt centrée sur les militants portés par des convictions communistes et/ou philosoviétiques que sur les amateurs d’art. Cependant, je m’interroge. Est-ce que les voyageurs français communistes ou philosoviétiques ont ramené des icônes ou des oeuvres d’art religieux d’URSS ? Est-ce que les « touristes français » sur lesquels j’ai finalement assez peu de témoignages (généralement liés à une activité militante), ont eux-aussi acheté des icônes dans les kiosques de leur hôtel ?

Il est difficile de répondre de manière exhaustive.
Je me permettrai cependant, sur un point, de nuancer les propos d’Elena Osokina. Elle oppose un discours interne (l’art religieux utilisé dans le cadre de la propagande antireligieuse) à un discours externe (le marketing des oeuvres d’art à destination des collectionneurs étrangers). En cela, elle sous-estime à mon sens le fait que la propagande antireligieuse fait partie de la propagande par le voyage à destination des visiteurs, d’une partie tout du moins. Durant les voyages des délégations de militants et des intellectuels invités, même si certains visitent les églises du Kremlin (avec un guide-interprète qui n’apporte pas n’importe quel éclairage), il y a toujours un moment où l’on insiste sur l’idée de la religion comme opium du peuple (visites de musées ou d’exposition antireligieux).

Voici le témoignage de Marguerite Bloch invitée avec son mari écrivain au premier Congrès des écrivains soviétiques durant l’été 1934 :
« J’aime mieux en raconter une autre [Histoire], c’est le neveu de Lydia Bach, 3 ans, qui en est le héros. Naturellement, ici les enfants n’ont pas d’éducation religieuse ; ils en ont même une antireligieuse, et les théories de Darwin, bien que considérées en général, comme dépassées sont très en honneur. Le petit enfant en était donc déjà nourri? Une fois on parle de quelque chose qui s’est passé il y a longtemps. « Combien de temps? -Je ne sais pas. Il y a longtemps, très longtemps. -Ah? Quand grand-maman était encore un singe? »

Parc de la culture Malraux, Erhenbourg, Bloch, Kolstov, L. Kozintseva-Ehrenbourg, Ephros, Premier congrès des écrivains soviétiques, Eté 1934.

C’est une écrivaine pour enfant qui l’a raconté[e] au Congrès, mais nous en avons su la source. Elle a aussi raconté ceci : Toujours dans le même but, on emmène un enfant voir une collection d’images de dévotion, statues, icônes, je ne sais pas quoi, et on lui explique l’absurdité de tout cela. Il a l’air d’écouter très bien, regarde tout, puis quand c’est fini et qu’on l’emmène, il sort de son silence pour déclarer énergiquement : Ils sont épatants [mot manuscrit], vos dieux ! Pourquoi que vous n’en faites pas d’autres. »5

Affiche ouzbek de 1934 – Peut-être ramenée d’URSS par les Bloch – Fonds Jean-richard Bloch, Médiathèque de Poitiers.

De leur voyage les Bloch ne ramène d’ailleurs a priori pas d’art religieux. On leur offre des objets-souvenirs mêlant des symboles  « d’art populaire russe » et d’autres plus idéologiques : une statuette d’un soldat de l’armée rouge, une belle assiette constructiviste6, une chemise brodée pour Jean-Richard ou un manteau de fourrures pour Marguerite (qui sera ramené plus tard par Henriette Nizan).

Assiette ramenée par Bloch d’URSS en 1934 (Fonds Jean-Richard Bloch, Poitiers).

Après la Seconde Guerre mondiale, on a aussi adressé à Marguerite une boîte de palekh renfermant de la terre du Mont Mamaïev de Stalingrad d’après un tableau de Guérassimov de 1938 (Staline et Vorochilov au Kremlin, Galerie Trétiakov).

Boîte de Palekh offerte en 1948 à Marguerite Bloch et contenant de la terre du Mont Mamaïev à Stalingrad. Copie de Sergueï Guerassimov, Staline et Molotov au Kremlin, 1938. Médiathèque de Poitiers, fonds Jean-richard Bloch.

En 1931, Maxime Gorki adresse à Romain Rolland deux boîtes laquées « des artisans du village de Palekh dans le gouvernement de Vladimir » en lui expliquant : « Avant la révolution, ils peignaient des icônes pour toute la Russie paysanne, et leur travail ne se faisait remarquer ni par leur originalité, ni par l’élégance, quoiqu’ils employassent la même technique et les mêmes couleurs qu’aujourd’hui. Mais à présent leurs travaux sont fort appréciés des collectionneurs et des amateurs d’art populaire. »7

De son séjour à l’Ecole Léniniste internationale en 1931-32, le militant communiste Lucien Ledru8  n’a ramené qu’une modeste petite boîte en bois sculpté9. Il est vrai que les militants d’origine ouvrière n’ont sans doute pas les moyens de s’acheter ces objets (pourtant vendus à « bas prix » selon Elena Osokina), même s’ils en avaient le désir.

Elisabeth de Gramont, Mémoires, Les Marronniers en fleurs, Editions Grasset, 2018 (réédition)

Elena Osokina nous a parlé d’une acheteuse française dont elle ne se rappelait plus le nom lors de son intervention. S’agirait-il de la comtesse Elisabeth de Gramont, qui visite l’URSS en 1932 puis en 1936  ?10 La maison de Passy de l’ancienne duchesse de Clermont-Tonnerre était ainsi décrite en 1930 :
« La Comtesse Elisabeth de Gramont habite une ancienne demeure dont les jardins s’étagent sur les vieux remparts de Passy. Cette exquise maîtresse de maison sut créer dans ce cadre unique, avec son goût plein de recherches et d’imprévu, un lieu unique et délicieux. »11.

Est-ce que, comme l’ambassadeur américain ou l’ambassadeur italien, les diplomates français présents dans les années trente, ont acheté des objets d’art religieux ?

On sait juste que Robert Coulondre (1885-1959. Coulondre est ambassadeur de France en URSS entre 1936 et 1938. Il est ensuite nommé en Allemagne de 1938 à 1939 (c’est lui qui est chargé de transmettre la déclaration de guerre française), puis en Suisse en 1940)), l’ambassadeur qui s’installe dans la Maison Igoumnov en 1938 12 est « révulsé » par la décoration13 qui lui rappelle un bain turc14.

Pour la femme de l’ambassadeur italien, l’objectif est décoratif selon Elena Osokina. Pour Joseph Davies, en dépit de ses sentiments plutôt indulgents à l’égard du gouvernement soviétique, l’acquisition d’oeuvres d’art religieux serait liée au désir de sauver ses objets sacrés, alors que les persécutions des Eglises s’accentuent dans la fin des années trente. Le couple ramènera au total 37 icônes de leur séjour soviétique, même si trois d’entre elles ont été achetées à Paris dans le magasin À la Vieille Russie15

 » If we can do so, » he wrote in his diary, « we will save for ultimate sacred purpose some at least of these beautiful things of the religious life of old Russia. » Permission was granted and a collection of some twenty icons put together for him, which he described as « all of the highest type of that kind of painting…. They were selected by the leading technical experts on icons connected with the Soviet government and particularly with the Tretyakov Museum. They are designed to cover the best types of the various periods. »16

Il faudrait également mieux connaître le détail du processus de la procédure d’achat et d’exportation sur place. Dans les années 1990, avant que la loi sur les biens culturels en Russie de 1998 ne vienne interrompre ce type d’exportations légales, elle nécessitait un parcours bureaucratique relativement compliqué pour les objets de valeur. Comme dans les années trente, il fallait obtenir un permis d’exportation qu’on pouvait attendre un certain temps. Cette procédure devait rebuter ceux qui séjournaient en Russie pour une courte durée sans parler russe de surcroît, ou sans avoir des contacts sur place.

Malheureusement, peu de voyageurs vont évoquer ce type d’anecdotes. Si les voyageurs anticommunistes critiquent la politique antireligieuse, déplorent le pillage des collections privées ou la destruction des églises, ils ne nous font rarement percevoir ces détails matériels de leur voyage.

Il faudrait donc recourir davantage aux sources soviétiques, celles de l’Antikvariat en particulier, ou à davantage de sources privées (journal intime, carnets), pour mieux connaître les achats faits en URSS par des Français.

  1. http://www.cercec.fr/univers-des-choses-sovietiques.html []
  2. On peut aussi consulter son article pour les Cahiers du monde russe qui évoque plus largement la vente des oeuvres d’art par le gouvernement soviétique  : Elena A. Osokina, « De l’or pour l’industrialisation », Cahiers du monde russe [En ligne], 41/1 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2007, Consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/36 ; DOI : 10.4000/monderusse.36 []
  3. Augusto Rosso (1885-1964) : diplomate italien en poste aux Etats-Unis entre 1932 et 1936, puis en URSS entre 1936 et 1940, il fut brièvement secrétaire général du Ministère des affaires étrangères italien, mais, par fidélité au roi, il refusa d’être Ministre de Affaires étrangères de la République de Salo. Il continua sa carrière après la fin de la guerre []
  4. Sur Morozov et le démantèlement de sa collection : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexe%C3%AF_Morozov []
  5. Moscou, Caucase Été 34, Lettre 18 du 5 septembre 1934, à paraître aux éditions du CNRS []
  6. ce n’est pas certain qu’elle provienne de ce voyage cependant []
  7. Correspondance Romain Rolland, Maxime Gorki, Gallimard, 1992, p. 241 []
  8. Lucien, Adrien Ledru (1903-1999. ajusteur ; secrétaire général de la Région Ouest-parisien des Jeunesses communistes ; responsable syndical ; résistant. Notice du Maitron en ligne de Claude Pennetier []
  9. Entretien du 23 octobre 1993 []
  10. Elisabeth de Gramont, Sur le chemin de l’URSS, Rieder, 1933 et Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir. Voyages en Russie soviétique (1919-1939, Odile Jacob, 2002 et 2014 []
  11. « A travers le monde » in « Les Modes : revue mensuelle illustrée des Arts décoratifs appliqués à la femme », septembre 1930, p. 2, consulté en ligne sur Gallica []
  12. Actuelle résidence de l’ambassadeur de France, le bâtiment constituait toute l’ambassade à l’époque []
  13. Le bail signé avec le Burobin empêche toutes modifications non validées par les services soviétiques. Les ornements polychromes de l’entrée richement décorée ont donc peut-être été ainsi protégés. []
  14. De Staline à Hitler. Souvenirs de deux ambassades, 1936-1939, Hachette, 1950 []
  15. Le magasin fondé à Kiev en 1851 est d’abord transféré à Paris vers 1920 par Jacques Zolotnitsky, le petit-fils du fondateur, et son neveu Léon Grinberg. Avec la guerre, il est réinstallé à New-York. []
  16. Mission to Moscow, 1941, cité par Wendy Slamond, op. cit., p. 294 – article sur lequel se fonde ses remarques sur Davies. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.