Jean-Richard Bloch et les Trains …

« Sybilla », Bibliothèque Ogoniok, N°6 (90), Moscou, 1935. Couverture sur un site de vente en ligne.

Trains… et voyages…
De temps à autre, Patrick Amand, chargé des activités culturelles de la Villa Bloch à Poitiers1, est tenté par l’achat de livres de Jean-Richard Bloch vendu en ligne ….

Jean-Richard Bloch, Le tamponnement de Villedieu, Bibliothèque Ogoniok, N° 41 (1028), 1937. Couverture sur un site de vente en ligne.

Ce matin, il m’envoie deux liens vers des textes traduits en russe en 1935 (Sybilla) et 1937 dont un que je ne connaissais pas « Le tamponnement de Villedieu » (vendu 20 kopeks pour le second). Ces traductions sont le fruit du voyage de 1934 qui va se traduire par de nombreuses publications soviétiques des oeuvres de l’écrivain2. Ils sont dans les deux cas publiés dans la collection de la Bibliothèque d’Ogoniok. Ce magazine illustré (paru dès 1899, il existe toujours), ressorti à partir de 1923 à l’initiative de Mikhaïl Koltsov3, est intégré dans les années trente aux éditions Jourgaz, un « consortium » éditorial. Celui-ci est dirigé par Koltsov, aussi secrétaire de la commission extérieure de l’Union des écrivains, dont le rôle durant le voyage en URSS pour le premier Congrès des écrivains soviétiques est central. L’intellectuel maintient par la suite des relations épistolaires avec Bloch après le voyage4.

En effectuant des recherches rapides5, je me rends compte qu’il s’agit d’une des deux nouvelles dont les protagonistes sont des travailleurs du chemin de fer (aiguilleur et architecte) qui endossent la responsabilité d’incidents graves… La première pourrait presque faire l’objet d’une réédition dans une collection de nouvelles noires…

Jean-Richard Bloch dont le père, le frère aîné et, un temps, le frère cadet (Pierre Abraham), étaient polytechniciens et ingénieurs aux chemins de fer, était passionné par les transports et en particulier par les transports ferroviaires…

Jean-Richard Bloch, « Le Viaduc sur la Tay », Le P.O. illustré, N° 17, 7, 1931. p. 12-15 – Capture d’écran sur Gallica.

La première nouvelle (appelé conte par le journal), « Le Viaduc sur la Tay », est d’ailleurs parue en 1931 dans Le P.O. illustré, en d’autres termes le périodique de la ligne de chemin de fer Paris-Orléans !6. L’écrivain y était d’ailleurs abonné ou recevait les numéros7.

L’histoire se passe en Écosse vers Dundee…
Pourquoi, me direz-vous ? Bloch était aussi un grand voyageur, et, comme beaucoup d’écrivains connus à son époque, il faisait des tournées de conférences à l’étranger, s’appuyant sur le réseau des Instituts français et des alliances françaises notamment…

Il a ainsi pu voyager plusieurs fois dans les îles britanniques. Après un premier voyage en Angleterre en 19138, l’écrivain est accueilli à l’Institut français du Royaume-Unis par son directeur, Denis Saurat, en juin 1927 et revient sur deux jours en mars 1930 pour assister à la représentation en français de sa pièce « Symphonies » par les étudiants anglais de Saurat à King’s College. Un troisième voyage, en novembre-décembre 1930, le conduit en tournée en Ecosse, puis à Londres, où il fait une conférence au King’s College et une autre à l’Institut9.

La seconde est parue dans Marianne10 du 4 décembre 1935 (p. 10 et 12). Auteur Gallimard, l’écrivain collaborait en effet au journal dirigé par Emmanuel Berl, qui avait projeté de l’envoyer en reportage en URSS en 193311.

Le contraste de tonalité des deux textes frappe.

Dans un premier cas, Jean-Richard Bloch semble s’amuser tout à la fois avec les connaissances techniques liées au chemin de fer qu’il maitrise bien, tout en se faisant des clins d’oeil aux nouvelles de Conan Doyles. On pense à Sherlock Holmes… Dans ce texte qui rend un hommage aux travailleurs des chemins de fer du XIXe siècle (faisant des constructeurs de véritables explorateurs, mettant en valeur l’abnégation de l’ingénieur J.R. Murdoch) et où l’on retrouve aussi l’historien Jean-Richard Bloch (la partie sur la fièvre industrielle et les expositions universelles du règne de Victoria), on aurait cependant du mal à trouver la trace de l’engagement politique de l’écrivain. Il est vrai qu’il doit évidemment s’adapter aux contraintes éditoriales d’un journal qui n’est pas un journal engagé.

Les illustrations en noir et blanc signées d’Oliv.12 font elles presque penser à des pages de Blake et Mortimer.

Jean-Richard Bloch, « Le Viaduc sur la Tay », Le P.O. illustré, N°17, O7, 1931, p. 12. Capture d’écran sur Gallica

La deuxième nouvelle parue dans Marianne est le reflet de l’évolution politique de l’écrivain revenu enthousiaste d’URSS à la fin de l’année 1934, comme du contexte de Rassemblement populaire. Écrit pour un journal de gauche, le texte, plus politique que littéraire, le texte semble aussi beaucoup plus personnel, et éclaire en partie les réflexions de l’écrivain sur son temps.

Jean-Richard Bloch, Le Tamponnement de Villedieu, Marianne, 4 décembre 1935 – Capture d’écran sur Gallica.

On retrouve les descriptions techniques de l’aiguillage ferroviaire, mais le reste du récit n’a plus rien à voir, même si la trame initiale ressemble à celle de la nouvelle écossaise. Elle est par ailleurs enracinée dans la province française et non plus à l’étranger.

La Villedieu-au-Clain, La Place et l’Eglise (carte postale non datée) – Sur Delcampe.net).

Les premières phrases introductives évoquent en effet une petite ville de province où « La vie publique s’y réduit à la vieille lutte de la cure contre l’école, du château contre la ferme, de l’usine contre l’atelier. » (…) « La Révolution y fit son apparition avec lenteur ; on y fut modérément dreyfusard. La bourgeoisie, pour singer les hobereaux, s’y est donné les gants d’être royaliste, jusqu’à l’arrivée des Croix de feu et autres ligues qui ont imprimé un peu de mouvement à la réaction en lui apprenant l’usage du drapeau tricolore, de la Marseillaise, et de la République. Le peuple y est quelquefois socialiste d’affiliation, mais toujours radical de tempérament, petit commerçant, petit artisan, petit propriétaire, petit contribuable et petit fraudeur. »13.

La Villedieu-au-Clain, Château du fort. Carte postale sur Delcampe.net

S’agit-il de Poitiers ou plutôt de la commune de La Villedieu-du-Clain, située à une dizaine de kilomètres au Sud de la Mérigote, la propriété de l’écrivain14, dont la fiche wikipedia nous dit qu’elle accueille favorablement les avancées de la Révolution française.  Elle plante ainsi son arbre de la liberté, symbole de la Révolution. Il devient le lieu de ralliement de toutes les fêtes et des principaux événements révolutionnaires. Et comme symbole de la Révolution, l’arbre est victime d’un attentat au moment de la réaction royaliste en 1799. »  ?

La commune relève en fait du tribunal d’instance de Poitiers15 où se situe sans doute une partie de l’action. On peut ainsi imaginer Jean-Richard Bloch assistant à un procès d’audience dont il se fait le narrateur dans la nouvelle.

La trame identique du récit (un incident de chemin de fer à Villedieu qui donne lieu à un procès) témoigne cette fois de l’opposition entre le peuple d’un côté et les « possédants » de l’autre. Plus précisément, c’est une opposition entre « L’Oeil de Paris », en d’autres termes les représentants de la Compagnie délégués au procès, et l’homme choisi comme bouc-émissaire, un simple garde-barrière. « Un petit gars sans âge, tanné, voûté, les mains entre les genoux, précocement vieilli comme le sont tant de paysans. Il ne ressemblait fort peu à l’idée que nous nous faisons du cheminot; il n’avait rien des robustes épaules des trois autres, et faisait penser à un domestique de ferme pauvrement endimanché.  »16. Une grande partie de la nouvelle est d’ailleurs constituée par le dialogue entre celui qui devient l’accusé principal du procès et le juge qui l’écrase de ce qu’on appellerait aujourd’hui son « mépris de classe » et le transforme en seul responsable de l’incident. La traduction russe met d’ailleurs en couverture les quatre accusés du procès encadré d’un représentant des forces de l’ordre17.

Carte postale de Poitiers – Façade du Palais de justice – Non datée – site de vente en ligne

On a enfin un personnage de délégué syndical (communiste ?, ce n’est pas précisé) qui intervient à la fin. Pour autant, le texte montre que Jean-Richard Bloch n’est pas encore encarté comme communiste à cette date. Le délégué syndical (contrairement à ceux qui soutiennent les ouvriers exploités dans La Vie est à nous de Jean Renoir), ne sauve pas l’ouvrier qui va reconnaître sa faute et permettre à la compagnie ferroviaire de ne pas être accusée de l’accident. Le personnage permet cependant d’évoquer la différence entre la patrie du socialisme (qu’on devine, mais qui n’est pas nommée) et les pays capitalistes :

« Dans la foule, un ouvrier proprement vêtu, trapu et sanguin, discutait avec animation, mais assez bas, au centre d’un groupe. Je reconnus en lui un machiniste, secrétaire de la section locale de son syndicat et militant actif.
Un des auditeurs était en train de dire : « Pourtant tu reconnais que c’est un beau geste. C’est crâne ce qu’a fait là le compagnon. Toi qui fais le malin, va donc en dégoiser autant devant un tribunal !
– C’est idiot !  » coupa le machiniste. « si les réseaux appartenaient aux ouvriers, à la nation, au prolétariat, quoi ? Alors il aurait eu raison de venir faire ce boniment là. Ce serait même de son devoir. Mais de l’auto-critique devant les représentants de la Compagnie ? tu me fais rigoler (…)
– C’est gâché !  » dit le militant « du courage gâché. Et, sais-tu, c’est rien autre chose que de l’anarcho-syndicalisme. Ces types sont des anars, voilà ce qu’ils sont. On n’a pas le droit de faire cadeau de sa conscience à la société bourgeoise. Plus tard : oui. Plus tard, je ne dis pas.
 » (…) 18

L’écrivain conclut enfin son récit sur cette phrase qui peut aussi laisser penser qu’il se reconnaît en partie dans cet aiguilleur, même s’il lui dénie la capacité de réfléchir à son sort :
« Pauvre vieux, pensais-je, je ne sais pas si tu es un protestant comme le dit ce brave type, ou un anarchiste, comme le soutient le militant syndicaliste. Sans doute ni l’un ni l’autre. Tu n’en sais pas tant. A coup sûr, toi et tes pareils, des héimatlos19. C’est vous les vrais sans patrie en attente d’un monde semblable à votre conscience. Plus tard, vous répond-on. Plus tard ! Mais depuis quand l’attendez-vous, le monde où votre esprit et votre coeur pourront faire alliance, le monde ou l’intelligence et la volonté iront d’accord… Et c’est long, n’est-ce pas ?  »20

  1. L’ancienne propriété de l’écrivain est devenue en 2019 une résidence d’artistes, accueillant notamment un artiste réfugié. Cf. https://www.poitiers.fr/c__65_1615__Villa_Bloch_.html []
  2. Dont une réédition de Et Cie… et une édition du recueil de nouvelles, Les Chasses de Renaut. Cf. notamment :  « Prisonnier d’amitié » Jean-Richard Bloch et ses correspondants soviétiques », Cahiers Jean-Richard Bloch, N°14, 2008 []
  3.  Mikhaïl Koltsov (1898-1940 ou 1942), journaliste, écrivain, membre du PCUS depuis 1918, correspondant de la Pravda à Paris en 1933-1936 puis pendant la guerre d’Espagne, membre de la rédaction des magazines Krokodil et Ogonek. Très connu en Occident, il joua un rôle important dans l’accueil des intellectuels occidentaux, et fut le premier secrétaire de la Commission étrangère de l’Union des écrivains. Arrêté comme trotskiste en 1938, il fut fusillé ou mourut en camp. []
  4. BNF, Fonds Jean-Richard Bloch, Correspondances reçues []
  5. Paul Renard, « Jean-Richard Bloch », Nuit blanche, 2004, (94), p. 46–48. https://www.erudit.org/fr/revues/nb/2004-n94-nb1127150/18928ac.pdf []
  6. Consultable sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k12047484/f13.image []
  7. Fonds Jean-Richard Bloch de la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers []
  8. Année où il est professeur à l’Institut français de Florence []
  9. Rachel Mazuy, « Denis Saurat Jean-Richard Bloch, Une amitié littéraire » in https://cturss.hypotheses.org/88 []
  10. Le périodique est lancé par Gallimard en 1932 pour être le rival de Candide à gauche. Consultable en ligne sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76421109/f10.item []
  11. Sur ce projet, voir Jean-Richard et Marguerite Bloch, Lettres éditées par Rachel Mazuy et Ludmila Stern, Moscou Caucase Été 1934, CNRS Éditions, p. 16-17 []
  12. Non identifié []
  13. Jean-Richard Bloch, « Le Tamponnement de Villedieu », Marianne, 4 décembre 1935, p. 10 []
  14. Aujourd’hui Villa Bloch []
  15. L’ancien palais des comtes de Poitiers (ou Palais de Dusc d’Aquitaine) construit en partie à l’époque des Plantagenêt, devenu cour d’appel de Poitiers à partir de la Révolution, et dont une aile abrita le Tribunal de grande instance à partir de 1852 est aujourd’hui un lieu culturel de la ville, abritant notamment le festival Traversées. Cf. https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/a-poitiers-l-exposition-traversees-a-la-reconquete-de-la-ville-1570967908 []
  16. Ibid []
  17. Dessinateur non identifié []
  18. ibid, p. 12 []
  19. Synonyme d’apatride. A noter que pour Guéhénno Un intellectuel est une sorte d’heimatlos, et c’est n’avoir plus de patrie que d’avoir sa patrie au ciel des idées. Jean Guéhenno, Journal,1938, p. 128  []
  20. Ibid []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.