ANDRÉ CLAUDOT – Un jeune artiste Libertaire de 20 ans inscrit au carnet B – Octobre 1912-juin 1914

Un travail mené pour une exposition prévue au Musée des Beaux-arts de Dijon pour l’automne 2020, m’amène à me plonger à nouveau dans les archives de la répression policière.

Mais cette fois, il ne s’agit plus de voyageurs militants partis en URSS et arrêtés à la frontière de Jeumont dans les années vingt et au début des années trente, mais de jeunes militants libertaires avant 1914.

André Claudot, né à Dijon en 1892, a ainsi vingt ans quand il est inscrit au Carnet B par les services de police. Sa famille vit alors en périphérie du centre ville dijonnais1 le long d’un boulevard qui part de la place du 30 octobre et de son monument de la Résistance (lié la bataille de Dijon le 30 octobre 1870) et conduit à la Tour Montmuzard, un réservoir d’eau construit en 1846. Il a deux soeurs, Violette née en 1896, Germaine née en 19032 (un bébé, Marguerite, née en 1905, est décédé deux mois plus tard3 ). Son père François est luthier. Installé rue de la liberté dans le centre de Dijon dans les années 1880. Il s’est ensuite fixé rue du Bourg.


Comme l’indique sa notice individuelle du Carnet B, c’est à Paris que le jeune homme “a fréquenté les milieux anarchistes et libertaires”4.

En effet, à son arrivée à Paris à l’automne 1909, Il a assisté à la (ou les) manifestation(s) liée(s) à l’exécution de Francisco Ferrer, le pédagogue et militant libertaire espagnol fusillé dans les fossés de Montjuic, à Barcelone 5.

Manifestation liée à l’enterrement de Ferrer, 17 octobre 1909, Agence Roll, Sur Gallica

Par la suite, déçu par l’enseignement de l’École des arts décoratifs où il ne reste que 3 mois6, le jeune peintre vit de petits boulots (décors pour une entreprise qui travaille pour les théâtres), et loge à Montmartre où, selon ses propres mots : “C’est alors qu’un beau jour il heurte l’huis de la cabane en bois – si souvent saccagée par la police – de la rue d’Orsel : les bureaux du « Libertaire ». L’accueil qu’il y reçoit d’Hélène Lecadieu et Pierre Martin – le petit bossu ex-compagnon de Kropotkine à Clairvaux – l’émeut encore aujourd’hui7.

Comme il risque d’être traduit en justice pour son “antimilitarisme à l’encre de chine”8, c’est à dire pour un de ces dessins parus dans Le Libertaire en 1911, ses amis anarchistes l’ont enjoint à repartir en Province (le gérant du périodique a déclaré ne pas le connaître et a accepté la responsabilité du dessin)9.

Est-il fiché par la police parisienne dès cette époque ? Toujours est-il que dans le cadre de la répression menée contre les anarchistes qui conduisent une campagne antimilitariste contre le projet de loi des 3 ans, le préfet reçoit, sans doute le soir du 3 octobre 1912, un télégramme venant de la Sûreté, à Paris, demandant à la police dijonnaise de saisir un colis qui devrait prochainement arriver en gare de Dijon.

Des affiches et des tracts nettement antimilitaristes et provoquant les conscrits à l’insoumission et à la désertion seront probablement expédiés ce soir par colis postal. Adressés au N° 7 rue Jeannin à Dijon. Je vous prie de prendre dès maintenant toutes les mesures nécessaires pour faire saisir en gare les colis postaux et d’en avoir [avertir] d’urgence parquet. Dans ce cas où ces affiches et ces tracts échapperaient à une saisie, il y aurait lieu de prendre des dispositions pour éviter leur affichage et leur distribution et saisir le parquet. ”10

Le 4 octobre, le colis est saisi en gare et le même jour les policiers du Commissariat central de Dijon procède à l’interrogatoire d’André Claudot et de son père, François. A quoi correspondait le 7 rue Jeannin ?

Le Progrès de la Côte d’Or, 21 février 1912 – Sur Retronews.

A son retour précipité à Dijon, André Claudot ne revient pas immédiatement chez ses parents, bd de Strabsourg. Il s’installe rue Jeannin (même si Le Progrès de la Côte d’Or évoque le numéro 20 et non le 7 comme les policiers). Il doit sans doute vendre des instruments de musique pour vivre à ce moment là.

Tableau de la surveillance hebdomadaire des anarchistes dijonnais ou habitant Dijon à partir du 8 octobre 1912. Archives départementales de la Côte d’Or.

Le colis est adressé à André Claudot, c’est donc bien lui qui est interrogé. Mais il est encore mineur à cette date, ce qui explique également la présence ce son père.

Affiche , “Désertez”, Fédération communiste anarchiste, 1912, Archives départementales de la Côte-d’Or.
Affiche “Soldats Morts pour la Patrie”, Groupe des libérés des bagnes militaires 1912, Archives départementales de la Côte-d’Or.

De quoi ce colis est-il constitué ? Il s’agit de deux affiches de grandes tailles et d’un exemplaire de tracts (Nous ne connaissons pas le nombre exacts de tracts).

L’ensemble émane sans doute de la Fédération communiste anarchiste. C’est elle en effet qui a imprimé la première affiche saisie, “Désertez !”, en 2000 exemplaires, dans le cadre de la campagne antimilitariste liée à la loi des trois ans11. Le tract et la seconde affiche qui dénonce les “meurtres” commis sur des conscrits dans l’armée française, datent eux-aussi de cette période.

Selon les formules utilisées pour décrire Claudot par la police, le jeune homme d’un mètre soixante-douze, de corpulence moyenne, aux cheveux et sourcils blonds foncés, aux yeux gris, au nez rectiligne, a une barbe naissante, un front découvert, une bouche moyenne, un menton rond et un visage un peu allongé et plein. Ses fiches individuelles, caractéristiques du style de l’époque (dont celle établie le 28 novembre 1912 par le Préfecture de la Côte-d’Or) notent aussi qu’il n’a pas de signes particuliers et qu’il a le teint frais…

Lors de son interrogatoire, le 4 octobre, André Claudot déclare au commissaire de police qu’il est “nettement anarchiste et antimilitariste”12. Il est donc inscrit dès le 5 octobre sur les listes des individus à surveiller comme anarchiste et antimilitariste à Dijon, et va faire l’objet d’une surveillance régulière à son domicile de la part de l’agent de police Guyon (jusqu’au 8 février 1913, où l’agent change de nom). Le rapport de police du 5 note également que le jeune homme ne s’était pas fait remarquer jusque là, et que son interrogatoire n’est pas suivi d’une condamnation judiciaire.

Mais il est bien inscrit au Carnet B, sa notice individuelle établie par la Préfecture, datant elle du 28 novembre 1912 (sans doute conformément à la circulaire sur l’inscription au Carnet B du 1er novembre 1912).

Son nom est ainsi ajouté à la plume à celui de 85 autres militants figurant dans le Répertoire des Anarchistes habitant ou ayant habité à Dijon (C’est le numéro 86, le dernier de la liste)13.

Page concernant Claudot dans le Répertoire des anarchistes habitant ou ayant habité Dijon, archives départementales de la Côte-d’Or.

Pour autant, Claudot continue de militer. En effet, Il fréquente la Bourse du Travail où il s’oppose aux socialistes et il collabore aussi à la fondation du Comité de défense sociale dont l’objectif est d’aider les détenus politiques et leurs familles (aide juridique et financière, campagnes de presse)14

En octobre de l’année suivante, le préfet de la Côte-d’Or informe pourtant la Direction de la Sûreté générale que le jeune Claudot a été rayé du Carnet B (le 15 octobre) du fait de son affectation (le 8 octobre) comme jeune soldat de la classe 1912 au 109e régiment d’infanterie à Chaumont (Haute-Marne).

Caserne Damrémont (109e Régiment d’Infanterie, vers 1910 (sur le site communes.com)

Cependant, ce dernier a été réformé temporairement “en arrivant au corps” (le 20 octobre). Il a donc été renvoyé par l’armée à Dijon. Est-ce son état de santé, ou son état d’esprit qui justifie cette réforme temporaire ? Toujours est-il que la Sûreté demande sa réinscription au Carnet B en Bourgogne15.

Mais dans les mois qui suivent, avec la mobilisation générale qui se profile, le Ministre de l’intérieur rappelle “qu’il convient de n’inscrire ou de maintenir au Carnet B, en dehors des suspects d’espionnage et des étrangers visés aux && a. b. c. de l’instruction du 1er novembre 1912, que les individus dont l’attitude et les agissements sont de nature à permettre de les considérer comme susceptibles d’entraver le bon fonctionnement de la mobilisation par le sabotage ou la destruction du matériel de la télégraphie, des chemins de fer, des voies ferrées, des ouvrages d’art d’intérêt stratégique, des magasins d’approvisionnement, etc… ou de fomenter des désordres au cours de la période de mobilisation.”

Le Préfet de la Côte-d’Or, répondant ainsi à une nouvelle circulaire du 11 février 1914, fait donc procéder à une enquête “discrète” sur les individus inscrits au Carnet B dans son département16.

Parmi eux figure André Claudot. Son cas est analysé par le Maréchal des logis Roupillard, commandant provisoirement les brigades de Dijon (Rapport du 1er mars 1914 sur Cathomen, Claudot, Lespinasse et Pourpier, de Dijon, inscrits au Carnet B, op. cit. )).

Claudot, André, est célibataire. Incorporé au 109e régiment d’infanterie à Chaumont le 8 octobre 1913, il a été réformé temporairement le 20 dudit et est rentré deux jours après à Dijon chez ses parents, qu’il n’a pas quitté depuis. Il exerce la profession d’artiste peintre; mais, son état de santé ne lui permet pas de travailler continuellement. Pour le moment, on ne lui connait pas de relations suspectes et il ne se fait pas remarquer.”

Rapport du 1er mars 1914 du Maréchal des logis Roupillard commandant provisoirement les brigades de Dijon sur Cathomen, Claudot, Lespinasse et Pourpier, de Dijon, inscrits au Carnet B, archives départementales de la Côte-d’Or.

Le 9 mars 1914, le préfet informe donc le général commandant le 8e corps d’Armée de Bourges qu’il se propose de demander la radiation de Claudot de la liste du Carnet B17.
Et, le 15 juin 1914, le chef d’escadron Virgitti commandant la compagnie de la Côte-d’Or à Dijon informe le préfet que sur ordre du commandant par intérim de la 8e Légion de Gendarmerie à Bourges (note n° 617 du 11 juin 1914) , André Claudot a bien été rayé du Carnet B des brigades de Dijon avec Lespinasse et Pourpier.

Le 24 septembre 1914, Claudot est reconnu apte et incorporé le 22 octobre au 109e régiment d’infanterie avec le matricule 9821.
Son dossier militaire est vierge de toutes citations, mais aussi blessures.

Dossier militaire André Claudot, deuxième partie, archives départementales de la Côte-d’Or .

Il sera démobilisé le 28 août 1919 seulement, passant du front occidental (Plateau de Lorette notamment) au Balkans (du 2 mars 1918 au 12 août 1919).
Il va beaucoup dessiner cette guerre, envoyant même des dessins à ses amis libertaires. Et en dépit de la publication de l’un d’entre eux avec son corps de régiment et son matricule dans Ce qu’il faut dire de Sébastien Faure, Claudot soldat, ancien inscrit au Carnet B, n’est pas inquiété. Pourtant, jusqu’en 1917, il reste inscrit à l’adresse parentale, Boulevard de Strabourg, dans le registre de surveillances régulières des anarchistes de Dijon du commissariat central de la ville. En 1915, pourtant, il est noté qu’il est mobilisé. S’agit-il juste de vérifier auprès de ses parents que Claudot n’a pas déserté ?

Dessin de Claudot pour Ce qu’il faut dire, 1916 (Blog de Bernard Baissat).

Son antimilitarisme et son pacifisme n’auront logiquement qu’augmenté avec la Grande Guerre, comme en témoignent ses dessins pour Le Libertaire ou Clarté dans les années vingt.

  1. Les deux cartes postales sont issues de : http://dijon1900.blogspot.com/search/label/bd%20de%20Strasbourg []
  2. Renseignements Jean Nicolaï []
  3. Le Progrès de la Côte d’Or, 29 août 1905 []
  4. Notice individuelle d’André Claudot, Carnet B, Archives départementales de la Côte d’Or []
  5. Ferrer est exécuté le 13 octobre 1909. Le même jour à Paris, la colère des militants dégénère en émeute révolutionnaire. On relève une dizaine de blessés et un mort parmi les forces de l’ordre (le nombre de blessés parmi les manifestants n’a pas été recensé). À la surprise de la police qui craignait les violences, la seconde manifestation, le 17 octobre, est prise en mains par un comité d’organisation qui négocie un parcours reconnu avec les forces de l’ordre. Cf. Gilles Heuré, “13 octobre 1909 : et un jour, l’émeute devint une manifestation”, Télérama, 12/04/2016 mis à jour le 10/12/2018. Sur Gallica, photographie de la manifestation du 17 octobre : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69125185.item []
  6. Il a obtenu une bourse de la ville de Dijon []
  7. Je me permets de reporter à mon article et à ma transcription de son texte autobiographique pour le Maitron https://cturss.hypotheses.org/387 []
  8. Ibid. []
  9. Ibid. []
  10. Télégramme 19H30 : Intérieur sûreté à Préfet Dijon, archives départementales de la Côte d’Or. []
  11. Guillaume Davranche, Trop jeunes pour mourir. Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914)Éditions de l’Insomniaque & Libertalia, 2014 []
  12. rapport du 5 octobre 1912 du Commissaire central de Dijon, archives départementales de la Côte d’Or []
  13. Archives départementales de la Côte d’Or, 41 M 237 []
  14. notice biographique sur le Maitron en ligne, http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article20083 []
  15. Lettre du 2e bureau – Carnet B de Paris du 2 décembre 1913; Rapport du 1er mars 1914 du Maréchal des logis Roupillard commandant provisoirement les brigades de Dijon sur Cathomen, Claudot, Lespinasse et Pourpier, de Dijon, inscrits au Carnet B, archives départementales de la Côte-d’Or []
  16. Lettre du Conseiller de Préfecture, pour le préfet adressée au général commandant de Corps d’armée à Bourges le 9 mars 1914, archives départementales de la Côte-d’Or []
  17. Lettre du 9 mars 1914, op. cit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.