Jean Trubert et Romain Rolland – circulations et transferts franco-soviétiques dans la littérature jeunesse

Romain Rolland, Valmy, ESI, 1938

Quand deux terrains de recherches se croisent..
Vous trouverez ici quelques notes concernant Valmy, un texte pour la jeunesse de Romain Rolland, édité en France en 1938 et publié en URSS dès 1939. 

Je collabore à la publication des textes politiques de Romain Rolland
, en cherchant notamment des articles ou des interventions inédits publiés directement en URSS1.

Par ailleurs, j’ai entamé depuis quelques temps une recherche sur les « enfants communistes » en m’intéressant aux circulations et aux transferts avec l’URSS que l’on peut observer dans le journal pour enfants communiste Mon Camarade (1933-1939), édité d’abord par l’AEAR puis par les Editions sociales internationales (ESI)2

On constate que si les textes circulent (adaptations, traductions, textes documentaires sur « l’URSS en construction »), les illustrateurs du journal, ne cherchent pas, ou n’ont pas le temps de faire des recherches iconographiques qui leur permettraient de s’approcher de la réalité soviétique.

Bertha Lask, A travers les âges. Voyages d’un enfant sur un cheval ailé, ESI, 1933. Le texte est adapté de l’allemand avec 8 illustrations en trois couleurs d’Altman. Photographie @Librairie Pages volantes.

La plupart sont français.
A priori, seuls trois illustrateurs russes ont participé au journal ou aux livrets illustrés de Mon Camarade (MC).
L’un Maurice Mendjisky arrive en France avant la Révolution.
On doit à Kliment Red’ko un seul dessin peu contextualisé, même s’il illustre un article concernant l’URSS3 
Le dernier, Nathan Altman, illustre un album de Mon Camarade écrit par Bertha Lask et non un article du journal4

Les influences de MC sont en fait plus américaines (Comic strips, Journal de Mickey) ou françaises5.

Mais pour autant cela ne signifie pas que les illustrateurs français du journal n’aient jamais eu d’échanges culturels avec l’URSS.

Cependant, en l’état de nos recherches, ceux-ci se sont surtout faits dans le sens inverse.

Valmy Supplément au journal Mon Camarade N° 153, du jeudi 3 novembre 1938

Ce qui m’amène à Romain Rolland.
En effet, dans le supplément du numéro du 3 novembre 1938 de MC, on trouve environ la moitié du texte pour enfants Valmy de Romain Rolland, publié aux ESI à la fin de l’année 1938, en prévision du 150e anniversaire de la Révolution française.. Donné sur une pleine page, il est juste illustré par la couverture en noir et blanc de l’album dont il annonce la parution pour le 5 décembre6.

Cet ouvrage a notamment été diffusé par le biais des mairies communistes comme en témoigne la dédicace de l’exemplaire que nous avons acheté sur internet : 

« Valmy exemplaire offert – Prix offertpar le conseil municipal de Trappes pour le 150e anniversaire de la RF  »7

Mon Camare, N° 78, 27 mai 1937. Dessins de Jean Trubert pour Gargantua.

Les dessins sont signés Jean Trubert, l’un des collaborateurs les plus actifs de MC, qui signe notamment les dessins pour la bande dessinée de l’adaptation de Garguantua de Rabelais (1937), ceux du Rayon de la Mort, une bande dessinée adaptée de la nouvelle d’Alexis Tolstoï, L’Hyperboloïde du docteur Gagarine 8. Trubert sera aussi le seul dessinateur du journal qui collaborera plus tard à Vaillants9.

Dessin de Jean Trubert pour l’Almanach du journal L’Humanité, 1939.

On lui doit également des dessins pour L’Almanach de L’Humanité de 1939. Il ne travaillera cependant pas que pour la presse communiste, signant aussi les dessins des albums de Bécassine après la guerre.

Romain Rolland, Valmy, Editions Molodoïa Gvardia, Moscou, 1938 (photographie @Cécile Pichon-Bonin).
Romain Rolland, Valmy, Editions Molodoïa Gvardia, Moscou, 1938 (photographie @Cécile Pichon-Bonin).

Or, en vérifiant dans les catalogues des bibliothèques russes, les traductions en russe des oeuvres de Romain Rolland, on peut trouver deux éditions parues en URSS au cours de l’année 1939. L’une est une traduction pour les Éditions Molodaïa Gvardia (La Jeune Garde). Elle reprend le texte en le traduisant sans aucune illustration.

Valmy, Editions pédagogiques d’Etat, Moscou,1939 (page de titre, photographie @Cécile Pichon-Bonin).

Mais, la même année, le texte paraît également à Moscou en français aux éditions pédagogiques scolaires d’Etat du Commissariat du peuple à l’Instruction publique. Il s’agit d’un manuel de lecture qui est édité à 10.000 exemplaires sous la

Valmy, 1939, Moscou, Editions pédagogiques d’Etat (photographies @Cécile Pichon-Bonin).

direction A. L Kolpinskaja10. L’édition française de Valmy est elle tirée à 6000 exemplaires11.

Et, sans doute pour rendre le texte plus réaliste et plus vivant (était-il raconté, lu en classe ?), les éditions soviétiques reprennent exactement les mêmes dessins que ceux utilisés par les ESI.

Hormis la mise en page, la seule différence sur le plan iconographique réside dans l’utilisation de la couleur. Alors que seule la couverture est en couleurs dans l’édition russe, celle des ESI oscille entre les pages en noir et blanc et les pages en couleurs. Celle-ci fait d’ailleurs partie des « arguments de vente » du volume.

Romain Rolland, Valmy, Editions Molodoïa Gvardia, Moscou, 1938 (photographie @Cécile Pichon-Bonin). Introduction au texte de Romain Rolland.

Nous ne savons rien des négociations qui ont permis d’une part cette traduction, d’autre part cette édition en français si proche de l’original. La traduction est précédée d’une introduction du texte et d’une présentation de l’auteur qu’il conviendrait d’étudier en détails. 

Romain Rolland, Valmy, ESI, p. 9

Ce n’est cependant pas le premier texte pour enfants de Romain Rolland publié en Union soviétique. En effet, l’adaptation de Jean-Christophe en livre de lecture12 a elle aussi été éditée en URSS.

Romain Rolland, Jean-Christophe, présenté aux enfants par Mme Hélier-Malaurie, livre de lecture, certificat d’études, classes de 6e, illustrations de Ray-Lambert, Paris, Albin Michel, 1932.

Ce n’est pas non plus la dernière édition de Valmy en URSS, puisque deux autres suivront après la guerre, en 194813 et en 195414.

On ne sait pas si l’écrivain a joué les intermédiaires entre les éditeurs et Jean Trubert ou si celui-ci a directement été contacté par les Soviétiques. Toujours est-il que des dessins originaux (les originaux ?) des 14 planches (aquarelles) de Valmy se trouvent aujourd’hui dans les Archives littéraires d’Etat de Russie (RGALI).15.

Romain Rolland, Valmy, ESI, p. 20-21

C’est le seul dossier indexé au nom de cet artiste dans les archives du RGALI, même s’il est possible qu’il y ait des indications dans les dossiers concernant Romain Rolland ou dans des dossiers inventoriés avec une autre orthographe. En effet, Trubert apparaît sous le nom de Tiroubèr et non de Trioubère ou Troubère (le u n’existant pas en russe, les formes « iou » ou « ou » peuvent être utilisées).

Romain Rolland, Valmy, ESI, p. 17

Pour quelles raisons textes et dessins ont-ils été édités en URSS ? Pour ce qui est du texte, cela s’insère dans l’ensemble des liens mis en place entre l’écrivain et les Soviétiques depuis les années vingt. Romain Rolland est sans aucun doute à cette date le « compagnon de route » français, si ce n’est européen le plus connu et le plus respecté du côté soviétique. Son voyage en 1935 est un événement essentiel pour la diplomatie culturelle soviétique des années trente. On a fêté dignement son 70e anniversaire dans les deux pays. Enfin, tous ses livres sont édités et réédités en russe peu de temps après leur parution.

Quant au contenu, il est parfaitement cohérent avec l’antifascisme porté par les communistes et les Soviétiques. Un antifascisme qui refuse le « pacifisme intégral » de certains militants pacifistes français et qui n’a pas peur de prôner ouvertement le réarmement.

Valmy, Editions pédagogiques d’Etat, Moscou, 1939.

Romain Rolland, Valmy, ESI, p. 13

 

Ce n’est donc pas par hasard si c’est un texte très guerrier qui est édité pour évoquer la Révolution française, thème par ailleurs a priori moins souvent repris par les Soviétiques que celui de la Commune16.

Romaine Rolland, Valmy, ESI, p. 13-

Les propos de Valmy sont clairs et parfaitement en accord avec la politique soviétique : « L’écriture pour la jeunesse de Romain Rolland est essentiellement politique et pédagogique : en 1938, elle semble dictée par l’urgence des événements, la montée des périls et la préparation, sous-jacente mais réelle, de la jeunesse à s’engager dans une nouvelle lutte, l’ouvrage se terminant sur cet appel : « Fils de la Révolution, vous d’aujourd’hui, êtes-vous encore capables d’entendre, sans gêne et sans peur, ces fiers échos de la canonnade de Valmy ?  Le pacifisme d’un Jean-sans-Pain semble loin désormais : en 1938, les appels à la paix font de nouveau place aux échos de canons qui, bientôt, ne seront plus seulement ceux des livres d’histoire et des livres d’images. » »  (( Mathilde Lévêque, « Les écrivains français pour la jeunesse », Itinéraires, 2011, N° 4 )).

Romain Rolland, Valmy, ESI, p. 31

Autant que nous ayons pu en juger17, la traduction du texte est très proche de l’original. Quand à la version française éditée en URSS, elle est totalement fidèle au texte de Rolland. Elle reprend même les premières phrases d’ouverture qui s’insèrent pourtant dans un contexte très français. Romain Rolland rappelle il est vrai les liens unissant la France et l’URSS (en y ajoutant l’Espagne où la guerre civile prend une dimension tragique) :

« L’Histoire n’est pas un recueil d’anecdotes et de récits romancés. Elle est une somme d’expériences humaines, dont la connaissance exacte éclaire non seulement le passé, mais le présent, et doit guider nos pas. 
L’histoire de la France pendant la Révolution française a beaucoup de rapports avec celle de la France, de la Russie et de l’Espagne aujourd’hui.

Qu’elle nous instruise et nous inspire ! »

Romain Rolland, Valmy, ESI, 1938, p. 25

Les illustrations de Trubert, simples, très réalistes, enlevés et évocatives ne pouvaient également que séduire les éditeurs soviétiques. Pas de formalisme incompréhensible. On a là une iconographie qui reprend fidèlement les éléments textuels tout en se fondant sur un réalisme des détails (les uniformes notamment) qui s’inscrivent bien dans une représentation française de la Révolution où le peuple est mis en avant18.

Tous ces éléments font de ce texte pour enfants, un texte très politique qui témoigne tout à la fois d’une représentation de la RF dans la fin des années trente, et des circulations et des transferts établis entre l’URSS et la France. 

  1.  Cette édition des « oeuvres complètes » aux éditions Garnier devrait comprendre plus de 30 volumes et s’étaler sur plusieurs années (premiers volumes attendus en 2019) est coordonnée par Roland Roudil et Bernard Duchatelet. Pour le volume 2 des Textes politiques (1914-1940) participent également Philippe Baudorre, Sophie Coeuré, Romain Ducoulombier, Claudine Delphis. []
  2. Sur l’histoire du journal, on peut voir l’article de Valérie Vignaux,« Georges Sadoul rédacteur en chef de Mon Camarade (1933-1939). Un magazine illustré pour une culture de jeunesse communiste ? », Strenæ URL : http://journals.openedition.org/strenae/1498 ; DOI : 10.4000/strenae.1498. On attend sa monographie de Georges Sadoul. Richard Medioni, Mon Camarade. L’intégrale. 1933-1939, Ed. Vaillant Collector, 2016, Alexandre David (préface de Roland Leroy), Mon Camarade, Editions la Mémoire Vivante, Montreuil, 1997 []
  3. Kliment Nikolaevitch Red’ko (1897-1956) Ce graphiste et peintre russo-ukrainien vit en France entre 1927 et 1935. Le dessin illustre un article intitulé « Au Pays de la vie heureuse – Restaurant pour enfants. Le Maxime Gorki » (Tupolev de la Pravda) dans MC, N° 22 de juin 1935. []
  4. Bertha Lask, A travers les âges. Voyage d’un enfant sur un cheval ailé, Les collections de Mon Camarade, E.S.I, 1933. Hors texte et couverture sont illustrés en trois couleurs par Nathan Altman. Cf. Rachel Mazuy, Mon Camarade – Circulations et transferts soviétiques dans un journal communiste pour enfants ?, à paraître (en russe) dans Dietskaïa Tchenia, 2019 []
  5. Editions Offenstadt -devenu SPE, avec notamment Les pieds nickelés []
  6. Avec, jusqu’au 30 novembre 1938, un prix spécial de souscription de 12 francs au lieu de 15, pour les lecteurs de MC. []
  7. La mairie de Trappes est devenue communiste  dès 1929. En 1930, le maire Jean Fourcassa  » fut suspendu un mois en 1930 pour avoir fait accrocher des drapeaux rouges sur la mairie et le clocher à l’occasion du 1er Mai. » et finalement révoqué et battu en 1931. En 1935, c’est Maurice Barraud un ex-communiste passé au PPF qui est élu. Mais l’année suivante, démissionnaire, il laisse la place à Jean Fourcassa qui sera de nouveau déchu, cette fois par Vichy, en 1940. Renseignements, notice biographique de Jean Fourcassa, Maitron en ligne []
  8. la série débute en 1937 également []
  9. Le journal communiste pour enfants de l’après guerre []
  10. Учпедгиз. Merci à Cécile Pichon-Bonin qui a trouvé cette édition, confirmant ainsi nos hypothèses []
  11. Chiffre de tirage déclaré au dépôt légal – archives détruites en 2016 par les AN. Renseignements Marie-Cécile Bouju que nous remercions []
  12.  Jean-Christophe de Romain Rolland, présenté aux enfants par Mme Hélier-Malaurie, livre de lecture, certificat d’études, classes de 6e, illustrations de Ray-Lambert, Paris, Albin Michel, 1932. Édition cautionnée par l’écrivain []
  13. Il s’agit cette fois de la traduction éditée par les Éditions pédagogiques d’Etat []
  14. Dans un volume d’Oeuvres choisies publié par I. Anissomova []
  15. ф. 1325 оп. 3 ед. хр. 20 []
  16. C’est du moins ce qui transparaît de l’étude de films soviétiques concernant la France. Natacha Laurent, Le cinéma stalinien. Questions d’histoire, Presses universitaires du Mirail, 2003 []
  17. Après une lecture rapide… []
  18. On pense à La Marseillaise le film de Jean Renoir sorti le 10 février 1938 que Rolland avait sans aucun doute vu []

2 réflexions sur « Jean Trubert et Romain Rolland – circulations et transferts franco-soviétiques dans la littérature jeunesse »

  1. Merci pour ce billet documenté qui fournit le contexte de cette édition. Je suis parvenu sur ce site pour documenter un exemplaire trouvé en brocante qui contient un ex-dono de « M.P. Moquet, député » [il s’agit de Prosper Môquet (1897-1986), député communiste de la Seine de 1936 à 1940, père du résistant Guy Môquet].
    Par ailleurs, je signale une édition allemande en 1939 et une espagnole la même année.

  2. Merci pour ces précieuses et complètes informations à propos de ce petit livre très attachant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.