André Claudot (1892-1982), artiste engagé et résistant linograveur.

Il me faut tout d’abord commencer par un peu d’ego-histoire.
Même si mes parents n’ont pas fait d’études supérieures1, ils étaient suffisamment informés pour faire contourner à leurs enfants la carte scolaire, en utilisant le russe pour éviter le « mauvais » collège de notre quartier populaire. Ce ne sont donc ni des origines russes, ni une tradition familiale d’extrême-gauche qui m’ont poussée à poursuivre des recherches sur les communistes français et leur rapport à l’URSS.

Enfant, je n’aurais ainsi pu imaginer que le vieux monsieur colérique avec qui j’avais passé un mois de vacances en Yougoslavie en 1969, était un militant communiste de tradition libertaire.

Autoportrait @ Site de l’union pacifiste

Un parcours engagé de l’anarchisme au communisme : André Claudot (1892-1982)

André Claudot est un peintre militant bourguignon. Il est né dans une famille de luthier2, dont le père, François Claudot, établi rue de la liberté depuis 1887, était libre-penseur. Sa mère était chrétienne. Claudot est resté anticlérical toute sa vie.
Chassé de chez lui par un père hostile à sa vocation, il entre à 13 ans aux Beaux-arts.

@ Archives G. Mazuy

Bien que primé en 1907 (médaille d’argent sur un sujet donné et médaille de bronze sur une nature morte), il est déçu par la formation des Beaux-Arts. Il décide alors de quitter Dijon et de s’installer à Montmartre. Il côtoie alors des impressionnistes et des post-impressionnistes. Il a en effet obtenu une bourse pour une formation aux Arts décoratifs. C’est une nouvelle déception…
Il rentre
à Dijon en 1912.

Son parcours politique débute par l’antimilitarisme libertaire. En 1911, il est d’ailleurs poursuivi pour un de ses dessins dans Le Libertaire.

La Lanterne 10 octobre 1911
La Presse, 28 janvier 1912
Le Gaulois, 6 octobre 1911.

Il est également sensible à la misère ouvrière et profondément pacifiste.
André Claudot, artiste peintre, Bernard Baissat, extrait 2

Mobilisé en 1914, il est d’ailleurs fiché au Carnet B, mais il continue de dessiner pour la presse anarchiste pendant toute la Grande Guerre. Il ne sera démobilisé qu’en 1920. 

Dessin d’André Claudot, 1916, Ce qu’il faut dire (journal antimilitariste et libertaire de Sébastien Faure).

André Claudot, dessins anarchistes (Bonnes bobines, 5 décembre 2013, blog de Bernard Baissat).

Favorable à la Révolution russe, on le retrouve aussi à Clarté , même s’il refuse d’adhérer au Parti communiste du fait de l’affaire Vergeat, Lepetit et Lefebvre qui disparaissent en mer à leur retour de Russie en octobre 1920.3 Les circonstances de leur mort laissèrent planer le doute sur l’éventualité de la responsabilité du gouvernement soviétique dans leur disparition. Claudot, comme d’autres libertaires, avait eu la sensation à l’époque que leur mort n’était pas accidentelle. En 1921, l’épisode de Kronstadt est une nouvelle césure pour celui qui reste avant tout anarchiste.

 Après sa démobilisation en 1919, Claudot s’installe à Paris où il est décorateur. Il travaille aussi aux Halles où il peint « la misère ouvrière ». Il participe à plusieurs expositions.

« À partir de 1921, il expose au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts, au Salon dAutomne, puis au Salon des Artistes indépendants de 1921 à 1926″ (L’Oeuvre du mois,  » Un luthier à Dijon », Musées et patrimoine de Dijon, janvier 2017, https://musees.dijon.fr/sites/default/files/flyer_luthier_janvier.pdf).
Il est alors membre de la société des artistes indépendants.

Cartes d’exposant d’André Claudot, Archives G. Mazuy
Carte d’exposant de l’exposition international des arts décoratifs de 1925. André Claudot est décorateur, Archives G. Mazuy

Comme beaucoup d’artistes, il est domicilié à la Ruche (2, passage Dantzig) dans le quartier de Montparnasse.

J’ai en mémoire les récits qu’il faisait sur la pauvreté de Soutine peignant une sardine pendant plusieurs jours pour la manger ensuite car il avait trop faim.

Chaïm Soutine, Nature morte aux poissons, 1921. (@Wikiart).

J’accompagnais en effet de temps à autre mon père lors des cours de L’Atelier ouvert en 1956, dans son domicile du 3 rue Musette à Dijon. Pour moi, enfant, Claudot était avant tout un vieux monsieur avec une barbe blanche broussailleuse, avec une voix grondante qui râlait souvent car je n’étais jamais assez sage. J’ai le souvenir du petit lavabo où il me faisait laver les pinceaux au savon de Marseille pour me faire tenir tranquille. Etait-ce le seul point d’eau ? Il n’y avait en tout cas pas de salle de bains dans l’atelier, qui était de surcroît mal chauffé par un poêle à bois.

André Claudot, Retour de Chine. Pékin.

En 1926, André Claudot part plusieurs années en Chine, pour être professeur à l’Institut National des Arts de Pékin. Il enseigne à des élèves, souvent engagés auprès des communistes. Il assiste d’ailleurs à la répression des communistes chinois. Il peint de nombreuses aquarelles et dessine des oeuvres qui vont ensuite alimenter d’immenses tableaux à son retour.

André Claudot, Scène de rue à Chaotchéoou, 1929, Encre de chine et aquarelle
@ Site André Claudot

Il est ensuite à Hang Tchéou où il enseigne également.

A son retour, parallèlement à l’exposition coloniale, il expose notamment en octobre 1931 à la galerie Barreiro, rue de Seine.4
Il participe aussi durant l’été au Salon des Tuileries.

Carte de l’Exposition d’oeuvres faites en Chine, à la Galerie Barreiro, Paris, 1931, Archives G. Mazuy
@ Archives G. Mazuy

Il expose à nouveau plusieurs fois ses toiles chinoises l’année suivante, notamment à Dijon.
André Claudot, Mobilier et Décoration, Janvier 1933, p. 73-77 (@BnF Gallica)  

On le retrouve peintre militant en 1933, lors de sa participation à l’exposition « Le Travailleur, le Chantier, l’Usine ». Organisée par les Syndicats confédérés de la Seine durant le Congrès de la CGT de septembre 1933, l’exposition réunit une partie des artistes qui se produisirent  à la galerie Katia Granoff quelques semaines plus tard (« Les artistes du travail. L’Homme, l’Usine, le Chantier » organisée Quai de Conti du 15 au 31 octobre 1932).

@ Archives G. Mazuy
Archives G. Mazuy
Archives G. Mazuy

Toujours pacifiste (membre de la Ligue Internationale des Combattants de la Paix – LICP en 1931), il adhère au parti socialiste après la signature du pacte d’unité d’action de juillet 1934.

Carte d’adhérent à la LICP 1931, Archives G. Mazuy

A Paris, il vit dans ces années 1932-1933 à la Cité des artistes de Montmartre, dont il est expulsé pour défaut de paiement en 1934. La mobilisation des artistes pour le défendre est couverte par la presse de l’époque.5.

De retour en Bourgogne, il fonde une section de la S.F.I.O. à Couchey (Côte d’Or). Il arrive également à obtenir un véritable statut académique puisqu’il est nommé professeur à l’Ecole des Beaux-arts à Dijon en 1935. Selon Claudot, les artistes de Montmartre, pour se débarrasser de lui, poussèrent à sa nomination. Il semble intéressant de noter que la mairie est elle aussi devenue socialiste après les élections municipales du mois de mai. Le maire, Robert Jardillier, secrétaire général de la S.F.I.O dans le département, est également professeur au lycée Carnot, à la Faculté de lettres et… à l’école des Beaux-Arts.

Carte de diffusion du Populaire, 1937, Archives G. Mazuy

Proche de la gauche socialiste pivertiste, réfractaire aux néo-socialistes de Marcel Déat, Claudot quitte la S.F.I.O. en 1938, sans rejoindre pour autant le P.S.O.P. (Parti socialiste ouvrier et paysan) de Marceau Pivert. Il est en effet très critique face au gouvernement Blum, et partisan d’une union avec les communistes. Ses critiques sont notamment liées au non-engagement en Espagne. En effet, il participe à des collectes de dons, aide des réfugiés espagnols, notamment un instituteur (Manolo) qui a amené un groupe d’enfants réfugiés à Dijon. Il peint alors le portrait de la petite Carmita qui lui raconte l’arrivée de Franco à Cadix et « son » Guernica6.

André Claudot, Portrait de la petite Carmita, signée en bas à droite, contresignée, située et datée à Brochon, 1939. (@lotprive.com)

Après la guerre, il milite à l’Association France-Espagne tout en possédant également des cartes d’adhérent à l’Amicale des Anciens Volontaires Français en Espagne républicaine.

Carte de membre des Anciens Volontaires français en Espagne républicaine. 1964.
Association France-Espagne, séance de cinéma organisée à Dijon en 1955

Après la défaite française (Dijon est occupée du 17 juin 1940 au 11 septembre 1944, le département est sur la ligne de démarcation), il est révoqué de l’École des Beaux-Arts en tant que franc maçon  (1941, adhésion en 1930). Il s’éloigne alors définitivement du pacifisme intégral de la LICP. Cessant, selon ses mots, « toute relation avec » ses « camarades libertaires pacifistes », il adhère au parti communiste et participe à la Résistance au sein du Front National, le seul mouvement de résistance capable selon lui de mettre en place la lutte armée. Il a 50 ans. On lui refuse cependant, toujours selon ses dires, la direction d’un maquis.7

André Claudot, La Divine suprise, @ G. Mazuy

Son engagement communiste se poursuit après la Seconde Guerre mondiale, comme en témoignent les multiples cartes de militants, datant  des années 40, 50 et 60 et 70, qu’il a conservées jusqu’à la fin de sa vie (Association nationale des Amis des F.T.P.F. – Francs- Tireurs et Partisans Français, PCF, France-URSS, Amitiés Franco-chinoises, ARAC – Association Révolutionnaire des Anciens Combattants, Comité national pour la défense des victimes du franquisme, Amicales des Anciens volontaires français pour l’Espagne républicaine, Diffuseur de l’Humanité…). De ce fait, il ne retrouve pas son poste aux Beaux-Arts, les municipales de 1945 ayant été remportées par le chanoine résistant Félix Kir (maire de 1945 à 1968), inscrit au Centre National des indépendants et paysans.

Dans les années soixante, alors qu’il possédait plusieurs boulangeries-pâtisseries dans la région de Dijon, mon père a commencé à fréquenter l’Atelier de Claudot. Plusieurs notables de la ville lui aurait alors signifié qu’il risquait de perdre des commandes « du château » (de 1968 à 2001 la mairie est dirigée par le chanoine Kir puis par le gaulliste Robert Poujade). 

Cartes d’adhérents, @Archives G. Mazuy

Sans que Claudot n’ait jamais eu de responsabilités importantes au sein de l’appareil partisan régional, son activité militante est donc multiforme. Cela le conduit ainsi à être délégué aux assises de la Paix et de la Liberté en mars 1950 à Paris, puis au Congrès de Vienne pour la paix et la liberté de 1952.

Carte de délégué au Congrès des peuples pour la Paix et la Liberté, décembre 1952 à Vienne,  @Archives G. Mazuy.

On le retrouve militant pacifiste et communiste engagé durant la guerre du Vietnam (affiches, peintures…).

Il vit alors de ses cours privés de son Atelier, et de la vente de ses tableaux, plusieurs expositions de ces oeuvres étant organisées durant cette période, notamment au Musée des Beaux-arts de Dijon.

En 1978, il raconte son parcours à l’historien Jean Maitron dans un documentaire de Bernard Baissat qui fera, la même année, un deuxième documentaire, plus orienté sur son oeuvre.

André Maitron et Jean Maitron, « Ecoutez Claudot, documentaire de Bernard Baissat, 1978 (@ Bernard Baissat)

André Claudot, linograveur résistant :

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Claudot (André et Germaine, sa femme) vivent dans le village de Brochon, non loin de Gevrey-Chambertin (Côte d’Or). Si l’on en croit son témoignage8 et sa carte de F.T.P.F., Claudot, qui a 50 ans en 1942, n’a pas seulement résisté à travers son art, même si les maquisards ne lui ont pas donné de tâches de direction.

Mais il mobilise son talent de peintre pour fabriquer des tracts en utilisant la technique de la linogravure.

Le linoléum ayant été inventé vers 1860, la technique apparaît au début du XXe siècle.
La linogravure est ce que l’on peut appeler « la gravure du pauvre ». Même si le linoléum se travaille plus facilement à la gouge que le bois (gravure sur bois), même s’il ne permet pas autant de détails ni de précision. Mais, pour ces tracts politiques de temps de guerre, c’est un médium idéal.

Trouver du bois à Brochon n’est pas difficile ! Claudot peut facilement cacher ses linogravures en les enterrant, comme il le fait pour des écrits planqués dans des pots de verre (même si ceux-ci ont été perdus ou abîmés).

Mon père possède quelques linogravures ouvragées par André Claudot pendant la guerre. Je ne sais pas exactement à quelle date elles ont été fabriquées, même si on peut penser qu’elles datent de 1943, voire plus vraisemblablement encore, de 1944. Totalement artisanales, elles semblent avoir été travaillées dans du lino de récupération (ou toute autre matériau de ce type). Les bandes ont été collées sur du bois grossièrement découpé en rectangles. Deux d’entre elles n’ont pas été collées (ou se sont décollées par la suite).

On reconnait bien l’écriture ferme et large et le graphisme dépouillé de Claudot. Le style de ses dessins au trait ferme et à la composition structurée rappelle celui qu’il utilisait pour ses caricatures du Libertaire dans les années vingt, et peut-être plus encore, celui, plus simple, des « encres chinoises » des années vingt et du début des années trente.

C’est aussi pour Claudot l’occasion de revenir aux sources, à ses premières pochades d’enfants, qu’il collait aussi sur du bois, des boîtes de cigare ou du carton.9

Quatre des huit linogravures dont on dispose, consistent essentiellement en de simples slogans résistants. « Vaincre », « La Bourgogne combattante », « L’Yonne libre » et, plus étonnant, « La Champagne libre ». Ce dernier nous invite à croire à une diffusion au-delà des terres bourguignonnes, même si on ne connait pas les circuits de diffusion de ces « tracts champenois ».  « L’Yonne libre » est par ailleurs le nom du journal du Front national dans le département.

Vaincre ! @ Archives G. Mazuy
La Bourgogne combattante @ Archives G. Mazuy
La Champagne Libre, @ Archives G. Mazuy
L’Yonne Libre, @ Archives G. Mazuy

Les quatre autres linogravures sont aussi des dessins. Tous sont « signés » Front National, ce qui laisse penser que Claudot obéit sans doute à des consignes précises émanant du Parti communiste, au moins quant au message contenu dans les tracts.

Si on se fonde sur le cas de l’Yonne10, à partir de 1942, les groupes de résistance communistes sont prépondérants dans les premiers sabotages, les filières d’évasion des prisonniers de guerre, les activités de renseignement et de propagande. A cette date, le département est aussi confronté aux difficultés de transport et de ravitaillement, que souligne le tract « Affameur » de Claudot. L’année 1943 est marquée par le développement de la propagande patriotique et par un sabotage accru, notamment pour gêner le trafic ferroviaire et limiter les livraisons de céréales vers l’Allemagne.

Affameur FN, Archives G. Mazuy
Ouvriers et Paysans
Formez vos milices patriotiques
Front National

Même si nous n’avons pas la date exacte de chaque oeuvre, celle appelant à rejoindre les milices patriotiques est forcément postérieure à août 1943 et date sans doute de la fin de l’été ou du début de l’automne 194411 Le dessin est difficile à décrypter, aussi nous nous contenterons du contexte. Les milices patriotiques, sont apparues à Dijon dès le 16 septembre 1944 (quelques jours après la libération de la ville), dans l’Yonne après une réunion du CDL (Comité départemental de Libération) du 18 octobre (même si elles disparaissent en décembre). Dans la Nièvre, elles apparaissent dès le mois d’août 1944, sont mieux intégrées au groupe résistant et sont conçues comme un élément important du processus de libération (comme un lien entre les maquis et la population).

Elles jouent un rôle important dans les derniers jours de la Libération du département, avec par exemple des groupes infiltrés à Nevers à la fin du mois d’août, qui préparent l’entrée des maquis dans la ville le 9 septembre. Contrairement à la chronologie nationale, même si on impose aux militants de rendre leurs armes une fois le département libéré, elles ne disparaissent pas immédiatement (décembre 1944-janvier 1945).12.

Front National Contre les traîtres Justice sera faite ! – Archives G. Mazuy

On sait aussi qu’à la fin de l’année 1943 et durant l’année 1944, la répression s’abat sur les maquis bourguignons. Les exécutions vont provoquer une chasse au traître (une soixantaine d’exécutions sommaires dans l’Yonne en 1944), comme en témoigne le tract « Front National Contre les traîtres, Justice sera faite ». Le traître est ici placé sous la guillotine, même si la plupart du temps ces exécutions sommaires se faisaient au pistolet. L’éclair placé au centre souligne  la puissance du Front National, tout en donnant au tract un côté Bande Dessinée.

Boche, si tu veux sauver ta peau Crosse en l’air ! Front National, Archives G. Mazuy

Enfin, on peut également supposer que le dernier tract date de la Libération de la région durant l’été 1944, puisqu’il  incite le soldat allemand à se rendre pour « sauver sa peau ».  La simplicité du dessin, un simple fusil, contraste avec la violence du slogan.

A la fin de sa vie, Claudot parlait de son style  comme inspiré par celui de Steinlein et par les impressionnistes. En 1978, Claudot se définissait en effet comme un « expressionniste habillé par les impressionnistes », pour qui le travail sur la couleur était fondamental. Il est aussi visiblement marqué par les post-impressionnistes notamment par Paul Cézanne et par les Fauves.
Cependant, s’il refuse très tôt (il entre aux Beaux-arts dijonnais à 13 ans) le « style pompier »13, il reste un peintre réaliste qui ne s’essayera jamais à l’abstraction.
Ces pochoirs stylisés, sont donc peut-être avec ces caricatures des années 1910, ce qui s’en approche le plus.

Auotportrait, Hang Tchéou, 1929. @ bonnes bobines, André Claudot en Chine

Sources :
En dehors des articles déjà cités, des deux documentaires de Bernard Baissat et des archives de G. Mazuy (linogravures et cartes de militants) déjà évoqués; nous nous sommes appuyée sur la biographie d’André Claudot pour le Maitron14

  1. Certificat et CAP de pâtissier pour mon père, brevet pour ma mère. []
  2. On peut entendre le témoignage Pierre Claudot, lui même luthier sur le carnet de recherches d’Hélène Claudot-Hawad : https://phonotheque.hypotheses.org/tag/apprentissage-de-la-lutherie []
  3. L’intellectuel Raymond Lefebvre, les ouvriers syndicalistes et anarchistes Jules Lepetit et Marcel Vergeat, invités au IIe congrès du Komintern, repartirent par bateau de Russie. Ils disparurent au large de Moursmansk, sans doute le 1er octobre, avec leur traducteur Aleksandre (Sacha) Toubine. Le doute sur les causes de leur décès nourrit dans les années vingt une violente polémique entre communistes et anarchistes. Cf. les biographies de Nicole Racine, Jean Maitron et Guillaume Davranche sur le site du Maitron en ligne []
  4. A ce titre on peut lire le compte rendu de l’exposition dans Le Mercure de France du 15 novembre 1931 (@BnF, Gallica) Mercure_de_France 15 nov 1931 exposition sur la Chine []
  5. Ouverte en 1932, La Cité-Montmartre-aux-artistes est ouverte pour loger les artistes expulsés par la montée des prix de l’immobilier à Montmartre. Construite rue Ordener, elle dépend de la société HBM « Montmartre aux artistes ». Mais les conditions sont au départ déplorables car les logements sont inachevés, et en 1936, les problèmes de gestion font que la Cité est reprise en mains par la ville de Paris. Un petit dossier concernant son expulsion de la Cité des artistes est contenu dans les archives de Gérard Mazuy. []
  6. Cf. le documentaire de Bernard Baissat, op. cit. []
  7. Ecoutez Claudot, op. cit. []
  8. Ecoutez Claudot, op. cit. []
  9. A ce sujet : Ecoutez Claudot, documentaire de Bernard Baissat et Claudot peintre, documentaire de Bernard Baissat []
  10. Claude Delasselle, Joël Drogland, Frédéric Gand, Thierry Roblin et Jean Rolley, Un département dans la guerre, 1939-1945. occupation, collaboration et résistance dans l’Yonne, éditions Tirésias, 2006 []
  11. Les Milices ouvrières, nées d’une initiative communiste, sont annoncées dans L’Humanité le 15 août 1943. Elle prennent quinze jours plus tard le nom de milices patriotiques. Leur objectif est d’être potentiellement activées au moment de l’insurrection nationale du territoire pour déclencher un soulèvement ouvrier. C’est en décembre 1943 qu’apparaît la nécessité de les constituer et en mars 1944 elles sont dotées d’un Conseil central piloté par les communistes. Mais elles restent majoritairement des coquilles vides au moment de la Libération. Après le retour de Maurice Thorez fin novembre, elles semblent disparaître de la stratégie de la direction du PCF (non évoquées au discours du Vel d’Hiv du 30 novembre 1944). Cf. Philippe Buton, Les lendemains qui déchantent, Presses de la FNSP, 1998. ) []
  12. Robert Chantin, Des temps difficiles pour les militants en Bourgogne, échec politique et répression 1944-1953, Thèse de Doctorat en Histoire, sous la direction d’Etienne Fouilloux, Université Lumière Lyon 2, 19 juin 2000 – http://theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=lyon2.2000.chantin_r&part=18455 []
  13. C’est l’expression qu’il utilise dans le documentaire de Bernard Baissat pour qualifier l’enseignement académique de l’École des Beaux-Arts de Dijon avant 1914. []
  14. http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article20083 []

2 réflexions au sujet de « André Claudot (1892-1982), artiste engagé et résistant linograveur. »

  1. Merci pour ce bel article très documenté sur le peintre André Claudot, aujourd’hui très apprécié aussi en Chine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *