Correspondance entre Lili Brik et Francis Crémieux – circulations épistolaires et voyages (1955-1973)

Koutouzovsky Prospekt, Moscou, Années 60.  Photographie publiée sur le site englishrussia.com

Partir dans la correspondance échangée par deux personnes publiques1 c’est essayer de percer à jour le degré d’intimité qui les unit, le type de relations qui les lie, au delà des frontières nationales, par le biais d’affinités personnelles, intellectuelles ou politiques.

Dans le cas de l’URSS, cette amitié épistolaire est évidemment liée à un système politique où les acteurs jouent aussi un rôle officiel dans le cadre d’une diplomatie culturelle instrumentalisée. Il est donc toujours compliqué d’appréhender les relations qui se tissent entre les voyageurs français et leurs hôtes soviétiques. L’encadrement des intellectuels fait en effet l’objet d’un soin particulier, qui nous font douter du caractère spontané des relations intimes créées par les séjours soviétiques de courte durée. Dans son article sur les relations entre l’écrivain Jean-Richard Bloch est ses correspondants, Ludmila Stern s’interroge ainsi sur « l’authenticité » des relations amicales entretenues entre l’écrivain français et ses médiateurs soviétiques2

Les relations épistolaires et « amicales » entretenues entre Lili Brik et l’intellectuel communiste français Francis Crémieux ne sont bien sûr pas tout à fait du même ordre. Les contextes des années 50 et 60 ne peuvent se comparer avec ceux des années vingt et trente. Par ailleurs, Crémieux est un jeune intellectuel organique qui fait de fréquents séjours en URSS au cours de cette période, et non pas un intellectuel sympathisant comme Bloch avant 19393. Comme en témoigne la correspondance entre Lili Brik et Francis Crémieux, il est cependant clair que, sur la durée, des intellectuels communistes français comme Francis Crémieux ont pu entretenir des liens particuliers avec des intellectuels soviétiques francophones et également francophiles.

Benjamin Crémieux en 1943 (Wikipedia)

Passionné d’art, de musique, de littérature, Crémieux a développé un habitus qui est proche de celui de Lili Brik. C’est un intellectuel communiste issu d’une élite cultivée. En effet, « Son père, Benjamin Crémieux, est diplomate, critique littéraire reconnu et premier traducteur de Pirandello en français. Sa mère, Marie-Anne Comnène, originaire de Cargèse, en Corse, descend de la famille royale grecque et est l’auteure de romans publiés chez Gallimard.4.

Janine Quiquandon sur la plage de Carantec en 1964 Photographie publiée sur Wikipedia.

Il est, quand la correspondance débute, marié depuis 1944 à Janine Quiquandon5 dont il a eu trois filles.

47 et 47 bis rue de la Santé à Paris (photographie RM). 

Au milieu des années cinquante, Francis Crémieux habite au 39 boulevard de Port-Royal à Paris, là où, avant 1917, habitent les Goldenberg, Sophie et Jacob, avec leur fils Léon, le futur Léon Hamon. Plus tard, en 1960,  la famille Crémieux déménage à quelques centaines de mètres, dans l’hôtel particulier du 47 bis rue de la Santé6 hérité de sa famille (Benjamin Crémieux). Il sont donc toujours dans ce 13e arrondissement qui touche le 5e et le 14e. Les Hamon s’installent eux rue de la Glacière tout près du 39 boulevard de Port-Royal. Un temps, dans les années trente, Jean-Richard Bloch louera un appartement square de Port-Royal où se trouvent également Charles-André Julien ou Grette Stroffel. On peut aussi citer Charles Vildrac qui a habité rue Berthollet ou de Georges Friedmann qui réside aussi rue de la Santé tout comme le peintre Pierre Valade7 et bien d’autres encore.

Vue sur la Koutouzovsky Prospekt (à gauche l’hôtel Ukraine), Moscou, début des années 60.  Photgraphie publiée sur le site englishrussia.com

Le 27 juillet 19588, Lili reçoit les clés de son nouvel appartement sur la « Koutou »9 dans le nouveau quartier « post-stalinien » (le projet est initié sous Staline) de l’élite intellectuelle et politique moscovite (le quartier va héberger la famille de Brejnev), qui borde en partie la Moskova.

Vladimira Ierovinovna Ouboriévitch10, Lili Brik et Vassili Katanian en 1961 à Moscou. Photographie sur le site ruslibs.com

Trente ans plus tard, j’ai vécu trois années à Moscou, dans ce qui était encore un quartier très résidentiel, non loin du centre, dans l’un de ses « dipkorpous » (ensemble de bâtiments diplomatiques) gardés par des miliciens. J’avoue que je n’ai jamais réalisé qu’en face se trouvait celui de Lili Brik et Vassili Katanian. Leur immeuble était situé tout à côté de celui où j’allais acheter des produits pour bébé dans un magasin spécialisé encore très soviétique d’allure (il est aujourd’hui occidentalisé, beaucoup plus petit et côtoie un supermarché, une pharmacie et une banque). A quelques dizaines de mètres se trouvait la Moskova. Dans des lettres à Elsa, Lili se plaint d’ailleurs un temps du bruit fait par les bateaux et les activités sur le fleuve durant l’été. Mais sa chambre donne sur la cour et elle apprécie cet environnement. De fait, elle se croit presque à Nijni-Novgorod, tant le cours d’eau est tout près, les fenêtres du salon donnant directement dessus11.

Le coin chambre et cabinet de travailde l’appartement de Lili Brik. Le tapis au mur a été offert par Maïakovsky. Photographie publiée sur ruslibs.com

Le cas de Lili Brik est aussi très particulier, à cause de son rôle auprès de Maïakovski et plus généralement de ses liens avec d’autres artistes de l’avant-garde soviétique. On le sait, elle est aussi la soeur d’Elsa Triolet et la belle-soeur de Louis Aragon. C’est d’ailleurs par le biais d’Aragon rencontré après la guerre à Ce Soir, que Francis Crémieux est mis en relation avec Lili Brik.

Voyage à Paris en 1973, avec une reproduction du photomontage pour le livre « Pro èto » de Vladimir Maïakovski de 1923, qui utilise un portrait de Lili Brik. Photographie sur le site ruslib.com 

Les lettres de Lili Brik à Francis Crémieux s’inscrivent donc en contre-point de la correspondance entre les deux soeurs éditées par Gallimard, même si elles couvrent une période plus courte allant de 1955 à 1973. Une période où l’on s’éloigne de la période stalinienne et de ses purges, même si on est toujours en Guerre froide. Les pages sombres des dernières années staliniennes où les procès contre le cosmopolitisme menacent Lili Brik qui est juive, sont refermées. Les premières lettres s’ouvrent sur la période du Dégel et des réhabilitations, même s’il n’en ait pas fait mention. Il est vrai qu’en plus de la surveillance du courrier qui a habitué Lili Brik a une immense prudence, Francis Crémieux n’est absolument pas un communiste hétérodoxe. On ne trouvera donc pas de sous-entendus dans les lettres de Lili qui se focalisent sur des aspects matériels et strictement intellectuels.

Elles mettent dix à douze jours pour arriver. La plupart des lettres venant d’URSS sont manuscrites. Les quelques réponses de Francis Crémieux conservées aux archives nationales sont des doubles de missives qui ont été tapées à la machine. On peut trouver, d’autres lettres de Francis Crémieux dans l’ouvrage de la philologue Tamara Balachova, décédée récemment12, qui a édité une partie de la correspondance du fonds Lili Brik13.

Couverture de l’ouvrage de Tamara Balachova cité plus haut (sur le site ozon.ru)

Lili est déjà une femme âgée, comme en témoigne les demandes de médicaments contre la grippe qu’elle prend préventivement, ou le fait qu’elle sorte de moins en moins l’hiver. Elle emménage aussi dans l’immeuble de la Koutouzovsky prospect où elle restera jusqu’à la fin de sa vie, car il possède un ascenseur. Si elle ne fait pas le détail de ses problèmes de santé comme avec Elsa (où s’échangent conseils et traitements pour les jambes, le coeur…), on sait de plus en plus qu’elle vieillit et que la fatigue s’installe. En décembre 1958, elle ne sort pas parce qu’il fait moins 30°.  Elle ne sort presque plus, tout simplement parce que c’est l’hiver, en 1967.

Avec l’ascenseur, dans les mois qui suivent leur emménagement en 1958, les Brik-Katanian restent d’ailleurs beaucoup plus à Moscou. Alors que l’année précédente (1957), dès le mois de février elle résidait à Nikolina Gora14 dans la datcha qu’elle a obtenue de la Coopérative de construction de datchas de l’Union des écrivains au milieu des années cinquante.

Datcha à Nikolina Gora 

Cette datcha, est une petite maison entre rivière et forêt située à une quarantaine de kilomètres de Moscou. Quand Lili « l’acquière », elle a également les moyens d’utiliser une voiture avec chauffeur qui y conduit ses hôtes depuis Moscou. Mais, la perte des droits d’auteurs de Maïakovski (une décision de Nikita Khrouchtchev qui juge Lili trop privilégiée) fait qu’en dépit des revenus liés à ses traductions, ou du travail de scénariste de Katanian et des aides « d’Elsaragocha »15, celle-ci coûte bientôt cher16.

Les soeurs Brik dans des robes de Najejda Petrovna Lamanova en 192517

Les lettres de Lili, qui est née en 189118, nous permettent aussi de dresser un portrait de cette femme qui reste éminemment coquette et s’intéresse beaucoup à la mode occidentale. En 1959, elle demande ainsi un magazine féminin pour elle et un magazine masculin pour Katanian19.

Elles sont le plus souvent très courtes et laissent peu de place à des épanchements personnels et à des récits détaillés, comme celles envoyées à Elsa Triolet. Mais ce n’est pas seulement forcément lié à une relation beaucoup moins intime que celle entre les deux soeurs, comme en témoigne les millions de baisers adressés20, et de nombreux témoignages d’amour et d’amitié de part et d’autre. C’est certainement aussi du au fait qu’elle écrit en russe à sa soeur, et en français à Francis Crémieux.21.

Poupées en bois de Tver @ Musée de Tver

Les réponses de Francis Crémieux écrites dans sa langue natale sont en général beaucoup plus longues22, avec des détails familiaux portant surtout sur ses filles, et un peu, aussi, sur le travail de sa femme. Lili, il est vrai, fait des cadeaux « russes » très appréciés aux « petites » en particulier durant les premières années de la correspondance.23. « Le traineau et le troupeau de moutons, nous avons jugé plus sage de ne pas les confier à sa protection pour des raisons que vous devinez. Ils veillent sur son sommeil, au-dessus de son lit et semblent très satisfaits de leur sort ». In Tamara Balachova, op. cit., lettre du 4 novembre 1955, p. 558 )).

Lili les appelle d’ailleurs encore « les fillettes » dans une lettre datée du 26 janvier 1963, même si Anne a désormais 19 ans et mesure 1,75 m depuis ses 14 ans24

Quand ces premières lettres sont écrites, Crémieux dirige depuis 1954 le Département Est-Ouest de la société de disques Pathé-Marconi en France, ce qui l’amène à de fréquents déplacements à l’étranger, et notamment à se rendre en Russie. Il évoque ainsi un possible voyage en janvier 1959 pour accompagner le chef d’orchestre André Cluytens qui fera une tournée d’un mois en URSS, dans sa lettre du 2 novembre 195825.

BILAN 1955-Perspectives 1956 (débat) autour du micro : Jacques DUCLOS, Georges LAFFARGUE, François MITTERAND, Guy MOLLET, Paul REYNAUD, Maurice SCHUMANN, Présentation et réalisation Francis Crémieux, Pathé Marconi, sur le site de Gallica (extraits). 

S’il écrit pour la presse écrite, ce journaliste est devenu communiste dans la résistance, période pendant laquelle il rencontre Aragon et Elsa Triolet. Journaliste, éditeur, c’est avant tout un homme de radio. Du fait de son engagement communiste, il sera licencié de la RDF (Radio-diffusion française où il avait commencé à travailler en 1945) en 194826, puis de Pathé-Marconi en 195927.

Détail de la page 12 du magazine Regards du 21 juin 1946, « Ce soir en France… La Voix de l’Amérique »

La suite de sa carrière est donc davantage liée aux organes communistes ou proches du Parti communiste français (maison de disques, journaux comme Ce Soir, L’Humanité et L’Humanité Dimanche notamment)28, même s’il va finalement réintégrer la RTF (qui deviendra l’ORTF) en juin 1962. Il en démissionne à nouveau en 198529.

On le voit d’ailleurs faire part d’un moindre enthousiasme à l’égard de son nouveau travail juste après son éviction de Pathé Marconi, même si son salaire n’a pas diminué30.  Dès l’été 1959, il lui fait part de son désir de retourner au journalisme, même s’il refuse de servir de « paravent » pour la radio gouvernementale ou les radios commerciales françaises.31.

Lithographies tirées de l’ouvrage Contrastes. 13 aquarelles, gouache, lavis, crayon de Fernand Léger édité par les Editions Vent d’Arles avec une préface de Louis Aragon en 1959

On suit donc le parcours professionnel et familial d’un intellectuel communiste, qui après son éviction de Pathé Marconi s’associe aussi de plus en plus au travail d’éditions d’art de sa femme. Francis Crémieux est en effet féru d’art et il participe à la direction de la maison « Au Vent d’Arles »32.

Voyage de Nikita Khrouchtchev à Paris en 1964. Photographie issue d’un document Ina. 

Toutes les allusions politiques de la correspondance émanent de Crémieux qui  décrit par exemple la situation des communistes français après le retour au pouvoir de de Gaulle en 195833, la réception de Khrouchtchev en France34 ou l’atmosphère au moment de la mort de Kennedy35. Mais l’essentiel de cette correspondance privilégie malgré tout les événements et les détails intellectuels ou matériels.

Boîte en fer de Viandox, années Soixante. 

La majorité du contenu des textes évoque ainsi les cadeaux échangés entre Moscou et Paris. Elle semble même « jalouse » des cadeaux qu’offre Tamara Vladimirovna Kachirina (Ivanova) et sa fille Tania36, la femme de l’écrivain Vsevolod Viatcheslavovitch Ivanov37. Mais on est loin en effet du temps où les conditions privilégiées de Lili Brik lui permettaient de suppléer les problèmes de pénurie et de rationnement de sa soeur en France38. Lili n’envoie plus des kilos de sucre ou d’autres denrées impérissables comme au sortir de la guerre. Elle demande à la place du Viandox, du Nescafé et d’autres produits occidentaux que même privilégiée, elle ne peut trouver en URSS. Elle fait en échange des colis de caviar, ou d’objets « typiquement russes » : petites cuillères, sous-verres en argent, châle et même une icône ! 

Boîte de caviar soviétique des années 60. 

Dans cette liste de produits, il ne manque que la vodka, peut-être plus compliquée à envoyer ou à faire passer par la douane que les boîtes en fer de béluga.

En lisant en parallèle le courrier échangé avec Elsa et celui échangé avec Crémieux, on voit aussi que ce dernier n’est pas toujours celui qui achète les cadeaux. Il convoie également, comme il se doit à l’époque quand on voyage vers l’Est, des kilos de choses achetées par Elsa à la demande de Lili. Et d’autres voyageurs français apportent de sa part des colis à Lili (Elsa évidemment, ou Mathilde Péri par exemple).

La plupart des demandes spécifiques lui sont directement adressées. Elles témoignent là encore de la coquetterie et de l’intérêt pour la mode de Lili, qui ne se sont pas éteints avec l’âge (les bas de soie, les chaussures à petit talons, les couleurs d’un tricot qui ne sera pas envoyé car Crémieux estimant qu’il doit déjà faire trop beau à Moscou)39. Est-ce pour cela que la première lettre du fonds Crémieux est adressée à Janine, la femme de Francis, plutôt qu’à lui ? Comme cette dernière vient beaucoup moins en URSS que son mari, Lili n’hésite plus par la suite à faire directement ses demandes à Crémieux40.

Malgré tout les lettres ne parlent pas que de trocs de denrées capitalistes comestibles ou vestimentaires contre du béluga soviétique.
Elles témoignent aussi de l’intellectualité des échanges sur place. Elles mettent aussi en valeur, le rôle de passeur culturel joué par les deux intellectuels. C’est lui qui lui transmet une carte postale de Marc Chagall qu’il a vu avec sa femme qui prépare son prochain livre le 28 janvier 1958 et avec qui ils ont beaucoup parlé de la Russie41. C’est bien sûr Crémieux qui lui fait apporter Contrastes, le superbe port-folio de Léger et Aragon tiré à 300 exemplaires numérotés42. Il a été édité par Jeanine, il est vrai43.  C’est évidemment à Lili que Crémieux s’adresse pour tenter d’obtenir des recommandations pour une amie danseuse auprès de Maïa Plissetskaïa44

Affiche de Viva Maria, de Louis Malle, 1965

Et, sans doute en profitant de son emploi chez Pathé-Marconi, c’est lui qui fournit des disques de jazz à Lili, et surtout à Vassia, son mari. A côté du caractère anecdotique de ses circulations se dessine aussi tout un mode de vie de l’intelligentsia soviétique. Un mode de vie où la découverte de la poésie de Cros, va de pair avec celle de la musique du film Viva Maria de Louis Malle (on ne sait pas si Crémieux ou Elsa lui en ont parlé, à moins que cela ne soit Georges Sadoul)45. L’intérêt pour le cinéma de Lili est aussi intensifié par le fait que le fils de Katanian, Vassili Vassilievitch est réalisateur46

On voit également les Brik-Katanian évoluer entre leur appartement dans le nouveau quartier de la Koutouzovski Prospekt (Lili donne l’adresse à Francis Crémieux quelques mois après son emménagement)47. Elle évoque aussi leur datcha de Nikolina Gora (après 1965, elle écrira de celle de Peredelkino). Elle y invite Francis Crémieux, ou Georges Sadoul ou les deux ensemble. Si la durée de résidence entre la ville et « la campagne » varie, l’été est bien sûr le moment privilégié pour des séjours à la campagne où, on le sait, la datcha peut être envahie48.

A travers les lettres de Lili on imagine ainsi, le petit-déjeuner sur la véranda, la sieste dans un hamac, les bouquets de fleurs sauvages, le thé issu du samovar posé sur une nappe en dentelle au bord de la fenêtre dans la petite véranda. Avec les réponses de Francis Crémieux s’ajoutent d’autres détails : des framboises toutes mouillées apportées par une fillette, une promenade pour aller saluer une petit bois de bouleaux argentés, et un don de poissons plus extraordinaires les uns que les autres (( Tamara Balachova, op. cit., Lettre du samedi 25 juillet 1959, p. 566-567 )). Il manque finalement peu de choses dans ce diorama : les confitures et les compotes, les légumes du potager, ou la cueillette des champignons -pour laquelle il est encore sans doute trop tôt49.

Datcha de Sergueï Kapitsa Nicolina Gora50

Cette maison Francis Crémieux semble en effet beaucoup l’apprécier puisqu’elle lui fait penser et mieux comprendre Tchékhov (Anton Pavlovič Čechov). Il écrit ainsi que la datcha lui a permis de « comprendre les écrivains russes de l’intérieur »51.

Lili Brik et Vassili Katanian au Moulin de Villeneuve en 1963. Photographie publiée sur le site rublibs.com)

Lili n’est cependant pas coincée de l’autre côté du rideau de fer, en attendant avec impatience des visiteurs de France. On le sait, elle séjourne à l’Ouest plusieurs fois pendant cette période. Son premier voyage d’après-guerre date de 1955, au moment où Air France ouvre sa ligne Paris Moscou. Durant l’hiver 1957 on la voit sur des photos à Paris avec Elsa Triolet, Louis Aragon et leurs amis Nadia et Fernand Léger. Elle y revient en 1959 pour l’inauguration du musée Léger à Biot (cette fois sont également là les Sadoul – Rutha et Georges)52. Elle s’y rend à nouveau en 1961 et en 1963, séjournant au Moulin de Villeneuve (Saint-Arnoult-en-Yvelines) et à Paris. Elle y reviendra en 1973 et 1975, après la mort d’Elsa Triolet (1970). Elle voyage également dans les pays de l’Est, en Tchécoslovaquie, en Pologne (où elle retrouve Elsa Triolet et Aragon), ou en Arménie aussi53.

Marc Chagall, Nadia Léger et Lili Brik à l’inauguration du Musée Fernand Léger à Biot en 1959.

Elle suit donc attentivement non seulement la mode, mais également l’actualité artistique en France et en Occident, en particulier celle qui de près ou de loin, concerne l’avant-garde soviétique. Ainsi, l’exposition rétrospective de Mikhaïl Larionov et Natalia Gontcharova présentée au MAMVP  (Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris) du 25 septembre au 27 novembre 1963 suscite son intérêt54

Appartement de Lili Brik, Koutouzovsky prospekt. Photographie ruslibs.com

Enfin, les lettres mettent aussi en évidence l’importance des deux soeurs dans la postérité du poète Maïakovski, tant en France qu’en Union soviétique. Elle s’inquiète bien sûr de la réaction des Crémieux à l’adaptation de La Punaise (1959)55 ou, message encore plus personnel, elle lui demande de retrouver quelques lignes de Maïakovski dans les papiers de son père, Benjamin Crémieux. En 1963, elle refuse de croire que Picasso n’ait pu faire quelque chose en hommage à Maïakovski pour le 70e anniversaire de sa naissance. Francis Crémieux la rassure, en lui expliquant que Picasso est surchargé de travail, tout en la remerciant pour les timbres de Maïakovsky collés sur les enveloppes du courrier qui impressionnent sa fille Nathalie56.

Si la correspondance est irrégulière, progressivement, elle semble s’éteindre après la mort d’Elsa Triolet. Crémieux voyage peut-être moins en URSS et ses activités à France Culture (l’émission Monde contemporain) sont sans doute moins tournées vers « la patrie du socialisme ».  Il n’y a aucune missive entre 1969 et 1973. Est-ce lié à la disgrâce subie par Lili depuis la publication des lettres à Maïakovski dans les volumes de la collection L’Héritage littéraire ?57

Louis Aragon, Elsa Triolet et Francis Crémieux, photographie publiée sur le site de l’Erita http://www.louisaragon-elsatriolet.org/spip.php?article448

Dans la toute dernière lettre de Lili, datée de 1973, le rôle pris par Francis Crémieux auprès d’Aragon se fait sentir. Lili s’inquiète en effet auprès de lui de la santé d’Aragon, comme si Francis Crémieux était devenu un intermédiaire entre elle et son « beau-frère », à qui elle ne téléphone plus, car ils sont devenus sourds tous les deux.

NB. : Nous attendons l’autorisation des ayant-droits et des AN pour publier la transcription de ces lettres. AN, Fonds Francis Crémieux, 25AR/13. Lili Brick. 
Nous avons corrigé les fautes de français contenues dans l’ouvrage de Tamara Balachova. Il faudrait cependant vérifier l’orthographe des noms propres. 

  1. Ce travail est fondé sur l’analyse de 24 lettres, mots et cartes postales envoyées d’URSS à Francis Crémieux et déposées aux Archives nationales (AN, 25AR 13. Lili Brik), ainsi qu’à une partie de celles envoyées par Francis Crémieux en URSS, qui se trouvent dans le fonds Lili Brik des Archives littéraires d’Etat de Russie (RGALI) (( RGALI, Fonds 2577 (Fonds Lili Iourevna Brik – 1891-1978), Inventaire 1, dossier 296, 32 pièces, 61 feuillets. Lettres écrite entre le 4 novembre 1955 et le 18 avril 1973. http://rgali.ru/object/18832672#!page:1/o:18832672/p:1/o:18832672_D_131473210/p:1/o:18832688/p:1 et RGALI, Fonds 2577, Inventaire 1, dossier 1019. Il s’agit de la lettre écrite à Vassili Katanian après le suicide de Lili Brik (le fonds contient aussi des lettres d’Antoine Vitez, de Jean Cathala, L. Giono, P. Sadoul, Vasso Devetsi, Renatto Goutouzo… écrites entre août et septembre 1978). Les lettres des fonds soviétiques que nous avons utilisées ont été publiées dans Tamara Balachova, Dialogue d’écrivains. Page d’histoire des relations culturelles franco-soviétiques. 1920-1970, Moscou, UMLI RAN, 2002, p. 557-614. Certaines des missives écrites par Lili le sont depuis « la campagne » quand Francis Crémieux est en URSS. AN, 25 AR 13, Lettre du 20 juin 1957. Il s’agit alors de lui proposer de venir la voir. []
  2. Cf. Ludmila Stern, « Prisonnier d’amitié » Jean-Richard Bloch et ses correspondants soviétiques », Cahiers Jean-Richard Bloch, N°14, 2008 []
  3. Bloch ré-adhère au PCF en juillet 1939. Romain Rolland, Journal de Vézelay, éditions Bartillat, p. 231-232 []
  4. https://www.humanite.fr/medias/francis-cremieux-une-voix-rouge-la-radio-502911 []
  5. Née en 1920, résistante sous le nom de Jacqueline Riffaud, son évasion en 1943 de la prison de Montluc est organisée par Aragon. Elle devient éditrice en 1952 []
  6. « Nous vous attendons avec impatience. Mai, c’est encore loin, pourquoi pas avril ? Vous nous trouverez dans notre nouvelle maison, un hôtel de boyard tsariste, qui donne sur la cour de la prison de la Santé. c’est assez gai!… Mais je suis certain que la prison sera très prochainement détruite (on la construira ailleurs). Alors le quartier deviendra plus agréable. » in Tamara Balachova, op. cit., lettre du 7 mars 1960, p. 571 []
  7. Ses adresses sont pour la plupart issues du carnet d’adresses de Jean-Richard Bloch datant des années de guerre. BNF, NAF 28222 (94). En ce qui concerne les Goldenberg, on peut voir (notamment) : le fonds Léo Hamon des archives du Centre d’histoire de Sciences po []
  8. Jean-Noël Liaut, Elsa Triolet et Lili Brik: Les soeurs insoumises, Robert Laffont, 2015, p. 287. []
  9. Nom familièrement donné à l’immense avenue à plusieurs voies du nom du maréchal Koutouzovksy []
  10. Née en 1924, fille d’un architecte mort pendant les purges staliniennes, elle put revenir à Moscou après sa réhabilitation en 1957. On lui doit « 14 писем Елене Сергеевне Булгаковой » (« 14 lettres d’ELena Boulgakova), publié à Moscou en 2009 []
  11. Lili Brik, Elsa triolet, Correspondances, 1920-1970, Gallimard, 2000, p. 684, « les berges blanches de la Moskova » []
  12. https://philologist.livejournal.com/10462654.html    []
  13. Tamara Balachova, a transcrit 5 Lettres de 1955 à 1963 []
  14. Les datchas de Nikolina Gora ont été d’abord construites entre 1922 et 1925 pour les membres de l’Académie des Sciences et des Beaux-Arts. Les premières accueillent des scientifiques comme Sergueï Kapitsa, des musiciens comme Prokofiev, ou des écrivains comme Sergueï Mikhalkov, célèbre notamment pour avoir écrit les paroles de l’hymne soviétique de 1944. C’est le père du cinéaste Nikita Mikhalkov. []
  15. Jean-Pierre Liaut, op. cit., p. 269 et 287. Lili Brik et Vassili Katanian sont même obligés de revendre des objets d’art leur appartenant. Il est vrai également que leur nouveau domicile est beaucoup plus petit et ne peut accueillir tout leur mobilier. Lili Brik, Elsa Triolet, op. cit., p. 738.  []
  16. C’est d’ailleurs un privilège que les « Soviétiques ordinaires » ne pourront acquérir avant les années soixante. Cependant, les datchas n’étaient pas gratuites. Dans une lettre à Elsa du 13 septembre 1959, Lili explique qu’ils ont renoncé à s’y rendre pendant l’hiver du fait du coût  (chauffage et gardien). Lili Brik, Elsa Triolet, op. cit., p. 738. []
  17. La couturière et costumière (1861-1941) resta en Russie après la Révolution et « fonda » la mode soviétique. Sa collection de vêtements gagne le grand prix à l’exposition des arts décoratifs et industriels modernes de Paris []
  18. La « première » lettre de Lili déposée aux AN date le 2 juillet 1957, même si leurs relations sont antérieures puisque la « première lettre »  de Francis Crémieux déposée au RGALI date du 4 novembre 1955. Tamara Balachova, op. cit., p. 558. []
  19. Les magazines lui sont apportés par Elsa Triolet avec des disques de jazz et des paquets de soupes déshydratées. Tamara Balachova, op. cit., Lettre du jeudi soir, 23 avril 1959, p. 565 []
  20.  Ecrivez moi encore ! Je voudrai[s] tellement vous voir. J’ai tant de choses à vous raconter… Nous vous embrassons, Jeanine et vous. Embrassez de notre part les fillettes. Et encore mille baisers. AN, op. cit., Lettre du 2 avril 1959 ou Je vous embrasse et Janine aussi (surtout Vassia). Nous vous aimons !, in Tamara Balachova, op. cit., 2 » avril 1959, p. 565 []
  21. Elle rédige en faisant quelques fautes (comme les « si » des premières lettres, écrits « ci « ), qui semble la gêner fortement. Archives nationales, Fonds Francis Crémieux, 25 AR 13, Lettre du 26 janvier 1963 []
  22. Nous ne disposons cependant au total que de dix lettres de Crémieux qui s’étalent du 4 novembre 1955 au 27 novembre 1963 []
  23. « La petite Nathalie mène grand train avec ses poupées de bois qu’elle transforme en instruments à percussion » (( Il s’agit soit des matriochkas, soit des poupées folkloriques en bois []
  24. Tamara Balachova, op. cit., p. 562, Lettre de Francis Crémieux du 2 novembre 1958 []
  25. Tamara Balachova, op. cit., p. 562 []
  26.  lemonde.fr/archives/article/1981/10/30/m-francis-cremieux-demande-sa-reintegration_2711375_1819218.html?  []
  27. « Comme vous laissait prévoir ma dernière lettre, j’ai été brutalement chassé de Pathé-Marconi quelques jours après mon ami et patron Pierre Bourgeois qui dirigeait la maison depuis 10 ans. Nous dirons en un mot qu’il s’agit là d’une opération politique qui n’ose pas dire son nom. » In Tamara Balachova, op. cit., Lettre de Francis Crémieux du 31 mars 1959, p. 564. Il répond à une lettre de Lili qui s’en inquiétait, AN, 25 AR/13 []
  28. De mai 1959 à août 1962, Francis Crémieux est ainsi directeur artistique de la Compagnie générale du Disque Populaire, sise 1, rue Guynemer, à Vincennes (Val-de-Marne), il est également parolier sous le pseudonyme de « Jean Lascar », Notice de Francis Crémieux, Archives Nationales []
  29. Notice Archives Nationales, Francis Crémieux []
  30. Tamara Balachova, op. cit., lettre du Jeudi, soir 23 avril 1959, p. 565 []
  31. « Je suis persuadé que si je demanderais à collaborer à Radio France, M. Malraux et ses amis accepteront. C’est précisément cette acceptation qui m’est suspecte« . Tamara Balachova, op. cit., Lettre du samedi 25 juillet 1959 []
  32. « Janine a bien voulu accepter mon aide dans sa maison d’éditions qui marche aussi bien. Dites à Louis (Aragon) de ne pas tarder à nous envoyer sa préface, nous n’attendons qu’elle pour publier l’album Léger« , in Tamara Balachova, op. cit., Lettre du Jeudi, soir 23 avril 1959, p. 565. Dans sa correspondance, Francis Crémieux utilise fréquemment le papier à lettres des éditions pour la gestion de l’entreprise (lettres pour des commandes, demande de crédits bancaires, réponses concernant les dédicaces des auteurs… AN, Fonds Francis Crémieux. 25  AR/11, Correspondance reçue ou envoyée, Dossier des années 1963 et 1964. []
  33. « Nous sommes passés très près du précipice mais c’était le 13 mai 1958« . Tamara Balachova, Lettre du samedi 25 juillet 1958, p. 567 []
  34. « Je pensais vous faire la surprise d’arriver à Moscou où je devais faire une interview de monsieur K. » (…) « Tout le monde ici attend Khrouchtchev. Il y a une habile campagne des réactionnaires contre lui. S’il était venu un mois plus tôt cela aurait été triomphal, parce que l’opinion publique était très optimiste et croyait que de Gaulle allait faire la paix en Algérie. » in Tamara Balachova, op. cit., lettre du 7 mars 1960, p. 571 []
  35. « Heureusement je crois que la provocation anticommuniste qui a coûté la vie à Kennedy est complètement ratée. » Tamara Balachova, op. cit., Lettre du 27 novembre 1963, p. 574 []
  36. Tamara V. Kachirina (1900-1995) était actrice, traductrice et auteure []
  37. 1895-1963). Marié à Tamara Kachirina, une ancienne maîtresse de Babel, il en avait adopté le fils Mikhaïl. Il a participé au livre noir, le recueil de textes et de témoignages réunis par Ilya Ehrenbourg et Vassili Grossman avec 39 autres écrivains. AN, 25 AR 13, Lettre du 4 août 1959, « Mais moi, je vous ai écrit, que je ne vous envois [sic] rien, parce que les Ivanov m’ont suppliés de leur céder l’occasion…
 Mais cette fois mes cadeaux seront plus beaux que les leurs, parce que je suis très jalouse… » []
  38. Lili Brik, Elsa Triolet, op. cit., p. 265 et 267. Lettres des 19 et 23 septembre 1948, par exemple, faisant état de l’envoi de colis alimentaires (sucre, conserves, chocolat)… []
  39. Tamara Balachova, op. cit., Lettre du jeudi, soir 23 avril 1959, p. 565 []
  40. La plupart des textes de la correspondance s’adresse à Francis Crémieux seuls, même si les toutes premières lettres ou cartes sont adressées à lui et sa femme qui est venue en URSS en 1957 []
  41. Tamara Balachova, op. cit., Lettre de Saint-Paul (de Vence), le 29 janvier 1958, p. 561 []
  42. Il s’agit d’un portfolio sur papier à la cuve du Moulin Richard de Bas comprenant une suite de 13 estampes réalisées par Daniel Jacomet d’après des oeuvres sur papier de Léger et édité à 300 exemplaires numérotés. AN 25 AR 13, Lettres du 6 et 14 août 1959. On peut penser que c’est par le biais des Sadoul que le volume est transmis à Lili []
  43. Les Brik-Katanian vont exposer les lithographies encadrées dans leur appartement. AN 25 AR 13, Lettre du 6 août 1959 []
  44. AN, 25 AR 13, Lettre de Lili de Peredelkino du 12 mai 1965. Lili Brik lui répond d’ailleurs que « Maya » ne peut rien faire et qu’il faut s’adresser à leur ambassade en France et au ministère de la culture soviétique. Les deux femmes se sont rencontrées en 1955, lors d’une soirée organisée chez elle par Lili où elle rencontra son futur mari Riodom Chtchedrine []
  45. Nous ne connaissons pas la date de sortie en URSS du film qui sort en France en novembre 1965. Sadoul fait lui aussi partie avec sa femme Rutha des hôtes privilégiés de Lili, Cf. par exemple les mots du 4 et du 14 août 1959 évoquant leur présence ou leur venue chez Lili. C’est la période du Festival international du film de Moscou qui eut lieu du 3 au 17 août 1963. AN, 25 AR 13 []
  46. AN, 25 AR 13, Mot du 14 août 1958, « Vassili Katanian qui fait un film sur le Festival cinématographique est le fils de mon Vassia. C’est un très gentil garçon, très gai, très optimiste, joli, et avec du talent. (…)  » []
  47. Elle reçoit les clés le 26 juillet, 3 jours avant l’inauguration du monument érigé à la mémoire de Maiakovski sur la place du même nom. Jean-Noël Liaut, Elsa Triolet, Lili Brik. Les soeurs insoumises, Robert Laffont, 2015,  p. 288 []
  48. Lettre à Elsa où elle explique avoir mis un drapeau pour expliquer aux amis de ne pas venir les déranger du 27 juillet 1959. Lili Brik, Elsa Triolet, op. cit., p. 729 []
  49. On la trouve mentionnée dans une lettre en russe de Vladimir Pozner datant du 12 août 1956, in Tamara Balachova, op. cit., p. 576 []
  50. Nous n’avons pas trouvé de photographies de la datcha des Brik-Katanian []
  51. Tamara Balachova, op. cit., []
  52. Il s’agit du musée privé. Le Musée national Fernand Léger sera inauguré dix ans plus tard en présence d’André Malraux et de Nadia Léger []
  53. Pour tous ces voyages, cf. Lili Brik, Elsa Triolet, op. cit. []
  54. Elle demande le catalogue dans la lettre du 28 octobre 1963. Sur l’exposition :  http://parismuseescollections.paris.fr/fr/musee-d-art-moderne/archives/archives-de-l-exposition-gontcharova-larionov-presentee-au-mamvp-du-27#infos-principales []
  55. On retrouve cet intérêt dans sa correspondance avec Claude Frioux qui évoque rapidement l’échec commercial de la pièce montée par Barsacq, in Tamara Balachova, op. cit., 6 mai 1959, p. 583 []
  56. AN, 25 AR 13, Lettre du 28 octobre 1963 et Tamara Balachova, op. cit., Lettre du 27 novembre 1963, p. 574 []
  57.  En 1958, la publication du 65e volume de l’Héritage littéraire publiant une partie de la correspondance de Maïakovsky fait déjà scandale. Le 66e volume est censuré. En 1968, une campagne de presse accable Lili Brik, notamment dans Ogoniok (N° 16). On l’accuse d’être responsable du suicide de Maïakovsky. Elsa Triolet tente de défendre sa soeur dans un article de L’Humanité qui sera interdit de diffusion en URSS []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.